LA TRIBUNE LIBRE DE BLEAU et Cie est la fusion des 4 précédentes éditions de la TL2B, TL2Bleau...

Le Printemps est là

Le Printemps est là
Relisez la charte ONF

Des nouvelles des circuits, les peintres sont à pied d'oeuvre !

Mis en ligne par TL De Bleau on mardi 5 mai 2015 | 16:02:00

Au Printemps, une fois la migration pascale achevée, les peintres sortent les pinceaux pour restaurer le balisage des circuits de Bleau. Depuis notre dernier article, pas mal de choses ont été faites et plutôt bien ! Ceci dit, il semble que la coordination sensée être apportée par la création de la Commission des Sites Naturels d'Escalade de la FFME Seine et Marne ne soit pas vraiment au point ! Bref, chaqu'un y va de son coup de pinceau avec plus ou moins de bonheur et beaucoup de mauvaise humeur. Il est clair qu'à ce petit jeu, c'est la communauté des bleausards qui risque de perdre son patrimoine... Alors, svp, stop !


Commençons par le plus facile, les trucs qui roulent...
Le Cosiroc indique que : "Dans la suite des entretiens des circuits des rochers du Duc dans la forêt départementale de l'Essonne Les Grands Aveaux,récemment ce sont les parcours Jaune et blanc de Nainville qui ont été entretenus par les Amis des rochers de Beauvais. A peine terminées, les enfants accompagnés de leurs parents parcourent les voies d'escalade signalées d'une petite flèche blanche. Et c'est l'école Buffon (Paris 5ème) qui est venue tester la toute dernière version du parcours N1.

A Franchard - Cuisinière, plusieurs groupes se lancent en concertation avec le COSIROC, dans la rénovation du Circuit Montagne que nous présentions ici. Un groupe de grimpeurs des clubs de Grimpe 13 et de l’US Ivry a démarré la reprise en peinture. L'opération est pilotée par Tarabis. Vue l'importance du chantier, les collaborations sont les bienvenues! Cliquer ici pour voir les détails (entre autres l'agenda des prochaines séances de travail)

Au Rocher fin (Trois pignons) ce sont les circuits jaune et orange qui ont été repensés et peints. Ils forment maintenant deux boucles parallèles homogènes partant du bloc du "Menhir".

Enfin, à Buthiers Canard, dans la suite de ce nous annoncions précédemment,  le circuit bleu a été repris à l'initiative de Florian Bourdon avec l'aide de Pépito...

Le vent de la discorde...

Entre les traçeurs indépendants et le Cosiroc, cela fait un moment que le torchon brûle. Faut dire qu'un torchon taché de peinture, de solvant, et de décapant, quand ça prend feu, ça fume et ça pollue ! Respirer cet air là n'est jamais bon... Et ce n'est, ni la création de l'association BLO, ni celle de la CSNE 77 qui semble pouvoir jouer les pompiers...

Ainsi, après les erreurs sur la conduite à tenir dans le dossier de Mondeville, il semble que le Cosiroc et BLO ne sont toujours pas en phase... Ainsi, lors de la dernière CSNE que nous avons brièvement évoqué là, les tensions notamment sur la liste "officielle" des circuits ne semblent pas s'être effacées (plus résistantes donc que certaines peintures modernes). 



Ainsi, sur le site du Cosiroc, on peut lire à propos des entretiens de circuits :
"Circuit orange du Potala : depuis un peu plus de deux ans un premier projet de refonte du circuit orange du Potala était
proposé par le COSIROC sur le site cosiroc.fr afin de recueillir l'avis des grimpeurs avant mise en œuvre. En mars de cette année, un balisage non concerté de ce circuit a été effectué en reprenant l'essentiel de ce projet, mais avec quelques ajouts et omissions de voies effectués sans prendre l'avis de l'auteur du projet. Voir ici pourquoi et comment le CoSiRoc va reprendre cet été le tracé de ce circuit.

Dans sa brève du 17-04-2015, JJN signe sa " Prise d'opposition au Potala " démontrant à quelle point la communication est difficile et la corde bien tendue !
"Nous apprenons à l'instant que la nouvelle mouture du circuit orange AD sup du Potala sera effacée et refaite autrement cet été. La raison en est, qu'il existait un projet dans les tiroirs depuis juin 2012, soit depuis près de trois ans, et qu'il aurait été abusivement utilisé par d'autres à l'insu de l'auteur : "ce qui est un procédé incorrect"... Sans compter, nous citons là encore la prise d'opposition à cette initiative : "que cette reprise est dommageable pour le site du Potala"... Comment il y va, avec les mots le monsieur !

La réalité, est que les malfaisants n'en connaissaient pas l'existence au moment de la réhabilitation du circuit... D'après leur témoignage, ils voulaient simplement suivre le circuit orange, et comme il n'était pas suivable, quasi effacé, ils ont alors imaginé un parcours à l'improvisade en partant du début de la jaune se souvenant qu'il y avait de ses nombreux ex passages intéressants abandonnés. Ainsi, ils ont retrouvé et trouvé un peu plus de cinquante passages. Puis, comme l'ensemble des voies était de qualité,  après avoir présenté le parcours à plusieurs de leurs copains grimpeurs et écouté leurs avis, ils se sont fait une joie de le matérialiser pour que les autres grimpeurs en profitent. Ça s'est fait simplement comme ça.  Sans complot, ni vol à autrui, ni pour énerver le propriétaire...

En fait, de qui se moque-t-on ? Calcul fait, la reprise de ce circuit a prit 9 à 10 heures de travail de peinture, répartis sur deux jours (deux couches) ce qui veux dire qu'en presque 3 ans, cette personne "sans emploi" n'a pas trouvée 10 heures de temps libre, même morcelées en 4 ou 5 séances, pour réaliser son projet. 

Nous apprenons aussi que ce circuit était classé : Mauvais état,  " au point qu'il n'est plus possible de le suite " : d'ou la mention : Entretien urgent depuis au moins 2012 (nous n'inventons rien). Soit, en toute logique, au minimum trois ans sans circuit orange au Potala, pour cause lenteur. Et l'on en veut à ceux qui ont travaillé efficacement. 


Voici à présent une citation en réplique venant de la même autorité : Improvisez, personne ne vous en voudra. Râleurs s’abstenir, il fallait prendre le pinceau avant !  
Comment on fait quand les auteurs de cette maxime sont aussi les râleurs...  On leur sert le même "vérité".  Mais au risque de quoi, on se le demande ?  Une guerre des pinceaux... 
Pour cet été : la bonne idée serait plutôt de reprendre le Jaune ou le circuit enfant n°1 de la Canche aux Merciers. Ou encore, les circuits jaunes de 91.1, ou bien le circuit jaune de 95.2, ou encore le circuit jaune du Potala pour profiter de la reprise de l'Orange, qui est sans doute la meilleure mouture que nous ayons eu jusqu'à présent pour ce circuit "plus naturel" que jamais.

Idem à propos des circuits du Rocher de Corne-Biche où les jaune et orange ont été scindé conformément aux décisions prises lors de la dernière réunion de la CSNE. Il y a donc deux boucles en parallèle avec des départs proches. Les fiches sont disponibles : jaune et orange. Si le Cosiroc n'en dit pas plus, Jean Jacques n'y va pas par 4 chemins ! 

Dans, une de ces brèves dont il a le secret, il écrit :

"L'année passée, le circuit jaune de Corne-Biche a été prolongé d'une deuxième partie en orange, évitant ainsi la démarche officielle de demande de création d'un circuit supplémentaire AD, au risque de voir apparaître une réglementation contraignante qui se substituerait au dialogue...

Cependant, ce circuit n’étant pas satisfaisant ainsi conçu, lors de la réunion annuelle de la CSNE, qui recoupe tout les actifs de Bleau de toutes affiliations, et dans laquelle l’onf est représenté, les membres de l’association BLO, préférant jouer carte sur table avec les agents de l’ONF, ont demandé et obtenu très facilement l'officialisation de deux circuits, plutôt qu’un seul circuit bicolores à deux niveaux, en demeurant impraticable en grande partie. Sur ce, suite à cette officialisation, l’auteur du précédant tracé, a entrepris de scinder en deux son circuit, en improvisant dans l’urgence un nouveau parcours orange, mais hélas suivant une méthode inédite et pas recommandée, puisque la peinture du circuit ayant été faite avant brossage complèt des voies. Donc aux grimpeurs, le plaisir de la découverte, une brosse à la main. Ainsi, quelques blocs ont donc été partiellement brossés par nos soins afin de se donner une chance de réussir quelques passages, et ainsi en connaitre la difficulté et l’intérêt... A ne faire que par temps très sec."

Bref, restons en là et laissons les protagonistes s'expliquer. Toutefois, si ce type d'histoire n'a vraiment rien de nouveau (depuis les années 80, les conflits entre baliseurs et débaliseurs ne se comptent plus), il serait bon que le Cosiroc ouvre ses portent aux individuels et tire les leçons de quelques épisodes récents déjà évoqués dans nos colonnes !

Share this article :

4 commentaires :

  1. Cosiroc ??? ah oui j'y ai bossé bénévolement ....
    Commission d'Octogénaires Soucieux d'Intervenir Radicalement ou Connement
    selon des critères de sélections inconnus ,envers les gens qui bossent sur les sites . Attention je suis à Mondeville en tant que dernier prêcheur de la liberté de défendre l'escalade moussue .....

    Cordialement,
    bocianowski

    RépondreSupprimer
  2. Jean-Jacques ou Pépito , un des derniers Mohicans qui se battent pour la liberté de s'exprimer. Merci!

    Le Cosiroc !!! Des vieillards suffisants incapables de partager avec les autres.
    Z'ont pas leurs pareils pour polluer l'air de bleau ceux la. incomprehensible ces mecs de vrais produits toxiques garanti à vie et fier de l'etre.

    RépondreSupprimer
  3. Les quelques lignes pépitesques que la T2BL vient de publier m’amène à réagir ne serait-ce que pour encourager les grimpeurs à aller parcourir les circuits de Corne-Biche qui reste un coin fabuleux et qui sèche plus vite que l’on le pense généralement. Quand le Rocher de Milly reste humide, une bonne partie de Corne-Biche est déjà sèche.

    « L'année passée, le circuit jaune de Corne-Biche a été prolongé d'une deuxième partie en orange… »

    Faux : il a été raccourci en longueur, mais le nombre de numéros a été accru. Et, sauf les ex n°s 40 à 43, que j’avais introduits pour avoir une certaine continuité grimpante pour rejoindre les blocs proches de l’arrivée actuelle, tous les autres passages étaient déjà dans le jaune précédent (j’écris bien précédent; pas celui de 1980) en n° ou en bis . Et la section orange (juste pour signaler une petite montée en niveau) avait déjà plusieurs années d’existence.

    … « plutôt qu’un seul circuit bicolores à deux niveaux, en demeurant impraticable en grande partie… en improvisant… dans l’urgence… »

    Affirmation complètement fausse. C’est une contre vérité notoire : voir par exemple avec les grimpeurs et grimpeuses du GUMS qui le pratiquait régulièrement. Aucune improvisation . Le projet était prêt et présenté (en principe, je n’y étais pas) à la SNE. Dans l’urgence; oui, un peu. Ceci à cause de certains événements et improvisations récentes dans d’autres massifs. La seule « nouveauté" importante (à 4 nouveaux blocs près) a été de repeindre en orange une dizaine de bis du jaune qui depuis plusieurs années avaient une fréquentation régulière et n’étaient pas complètement lichenimoussisés comme dit plus loin. Et aussi de modifier (un peu) l’ordre du parcours, avec toujours l’idée directrice de mettre le moins possible les pieds sur la terre et le sable.

    …, « puisque la peinture du circuit ayant été faite avant brossage complet des voies »

    Qu’entend t’il par brossage complet des voies? Si c’est tout le bloc qu’il faut mettre à nu ….. . Dans le cas précis, à part la Grande Dalle (cf plus loin), toutes les prises nécessaires ont été dégagées et les passages tous neufs franchis plusieurs fois.
    Il reste effectivement un peu de mousse sur le n°3 mais pas vraiment gênante pour le réussir (la preuve : je l’ai fait!) et des aiguilles de pin au sommet du 15 bis (là, faut voir avec le pin mitoyen). Le seul bloc qui pose encore quelques problèmes de nettoyage est la Grande Dalle de l’arrivée et son bis. Je l’aurai nettoyé avant s’il n’y avait pas eu les événements évoqués plus haut. C’est actuellement en cours et si le n° 33 parait un peu vert, il passe très bien en l’état.

    … « brossés par nos soins »

    Lesquels? J’ai pas vu mais je suis doté d’une cécité très sélecttive. Et, c’est quand même bizarre, j’ai rencontré Pépito et Pascal alors que je terminais la première couche de l’Orange et je n’ai pas vu de brosse(s). Salopards!! ils les ont cachées quand je suis arrivé!! Par contre l’idée de venir accompagné d’une brosse nylon est à retenir (et pas qu’à Corne-Biche). Dans ce coin, j’y ajouterai un petit sécateur pour couper les fougères sans se bousiller les doigts.

    « A ne faire que par temps très sec. » Ce type d’exagération décrédibilise l’ensemble de la diatribe.

    Dernière minute : un ami me signale que le commentaire initial a été modifié et est plus gentil pour le Jaune. Dont acte; mais la phrase au sujet de l'orange :"Mais hélas, pratiquement impraticable la majorité du temps car non brossé. » reste toujours une contrevérité notoire.
    Au passage, un clin d’oeil : le brossage aurait peut être avancé un peu plus si je n’avais pas du aller terminer la peinture de l’Orange de Rocher de Milly tout proche, bizarrement repeint aux 5/6 seulement. Coup de ras le bol ou déjantage dans une traversée?

    Soleg

    RépondreSupprimer
  4. Le cosiroc faut pas non plus trop leur en demander. Certains indépendants fort sympathique par ailleurs en ont fait plus en 5 ou 6 ans que le cosiroc en 40 ans d'existence.

    Le cosiroc c'est bon pour faire ralentir les gus qui veulent vraiment faire avancer les choses pour la communauté grimpante.


    Marc de Noisy

    RépondreSupprimer

Merci d'avance pour vos encouragements, commentaires, informations, témoignages ou critiques. En cas de difficultés, jetez un oeil à la page FAQ ou adressez-nous un mail.

Nombre total de pages vues

Rechercher dans ce blog

Translate

 
Support : Auteur photographe : Greg Clouzeau | Fontainebleau Histoire (NOUVEAU !) | Devis sur demande
Proudly powered by Blogger
Copyright © 2011. Tribune Libre de Bleau et Cie - All Rights Reserved
Template Design by MASKOLIS Published by Mas Template Johny Template