Les Titres

vendredi 25 octobre 2019

Robert Paragot, l'alpiniste bleausard rejoint le Cercle des bleausards disparus

C'est par un court message de son fils Christophe que nous avons appris hier après midi (jeudi 24) la triste nouvelle du décès de Robert Paragot, bleausard émérite, falaisiste de talent, alpiniste accompli, et himalayiste célèbre. Depuis hier les hommages se succèdent et retracent la vie de l'ancien du mécano devenu Président de la Fédération Française de la Montagne et de l'Escalade. Nous y associons bien volontiers et célébrons ce dernier voyage du bleausard qui, avec son pote Lulu (Lucien Berardini), a durablement marqué les esprits des grimpeurs parisiens 


Robert, c'était un parisien. Un de ceux qui rivalisèrent avec les montagnards pur jus. Il compte parmi ces conquérants de l'inutile. Il est de ceux qui ont permis la conquête de nouvelles difficultés tant à Bleau (essayez donc « La Forge » du Cuvier ouverte après un duel avec Michel Libert ou la fameuse « traversée Paragot » sur le noir Trivellini qu'en falaise (du Saussois au Verscors) puis sur les montagnes du monde (Makalu, Aconcagua,  et Alpes bien entendu...).

Il s'est éteint après une longue lutte contre la maladie, chez lui, en région parisienne, dans ce "camp de base" vers lequel il revenait toujours.


Pierre et Henri Lesueur, Lucien Bérardini et Robert Paragot à Chamonix - collection Paragot

Dès 1950, les bleausards débarquent dans « la capitale mondiale de l’alpinisme » : Chamonix. La forêt de Fontainebleau ne leur a jamais donné l’occasion d’enfiler une paire de crampons ? Qu’importe ! Robert Paragot et Pierre Lesueur se lancent dans l’ascension du Grépon (3 482 m) par le glacier de la Mer de Glace et pour leur troisième course, ils se lancent sur les traces de Pierre Alain, le plus célèbre des Bleausard en s'attaquant aux Drus. Rien que ça ! Deux ans plus tard, Robert gravit avec Edmond Denis et les frères Lesueur l’éperon Walker dans la face Nord des Grandes Jorasses (4 208 m).Puis l’année suivante avec Lulu, Robert signe la première française de la face Est du Grand Capucin (3 838 m). Un échauffement avant la conquête de la haute-altitude leur première à la face Sud de l’Aconcagua en 1954, point culminant des Amériques. Après cinq bivouacs terribles dans un froid polaire, l’équipe parvient au sommet, exténuée mais des six membres de l’expédition, seul Robert Paragot reviendra d’Argentine avec l’intégralité de ses doigts et de ses orteils… 

Robert Paragot aurait sans doute pu s'expatrier en haute-montagne mais il n’a jamais voulu quitter Paris et Fontainebleau. Si ces dernières années son état de santé ne lui permettait plus de venir nous voir grimper avec son fils sur les blocs du Cuvier, il ne s'est jamais désintéressé de Bleau. 
Adieu Robert ! Tu rejoins le grand cercle des Bleausards disparus où tu vas sans doute reformer ta mythique cordée avec Lulu.



mardi 22 octobre 2019

[TOPO] Le nouveau topo du Viaduc des Fauvettes est disponible

La précédente édition du topo-guide d'escalade de la plus célèbre et fréquentée falaise d'Ile de France qui datait de 2012 nécessitait quelques mises à jours. La nouvelle édition est déjà disponible dans de nombreuses librairies et magasins de sports.

Augmenté d'une dizaine de pages, ce topo fait maintenant 84 pages et inclus bien entendu, toutes les nouvelles voies. Tous les croquis ont été entièrement repensés, les commentaires sont actualisés. Il fait le plein d’informations qui, en dehors de l’escalade, participent à la belle ambiance de ce site de pleine nature.

Son prix est de 15 euros. Vous pouvez vous procurer ce topo :
- Au près des clubs d’escalade de la région
- Au Vieux Campeur (librairie): 2, rue de Latran 75005 Paris
- A la boutique 9c+, 2 Boulevard Louis Loucheur, 92150 Suresnes
- Dans les salles d’escalade : Roc et Résine à Thiais ou MurMur à Pantin
- Dans les librairies: Gif-sur-Yvette (Liragif), Palaiseau (La Fontaine aux Livres), Orsay (Les Beaux Papiers), Saint-Arnoult (L’oiseau Lyre).

Si vous êtes éloignés des points de vente ci-dessus, vous pouvez obtenir ce topo et passer votre commande auprès du CoSiRoc.
- Prix unitaire : 15 euros TTC (hors frais d'envoi)
- Frais d'envoi France métropolitaine : 3 euros

L'ancienne édition est à priori toujours en vente sur le site du Cosiroc (74 pages 13€) et sa version numérique disponible sur Iphone

Un grand merci à Jean-Yves DEROUCK du Cosiroc pour cet immense travail et son investissement pour l'entretien de ce site unique et en accès libre ! Tous les bénéfices vont bien entendu à l'entretien et à l'équipement des voies dont vous pouvez suivre les évolutions sur le site du Cosiroc.

lundi 21 octobre 2019

[AGENDA] Prudence en forêt la chasse reprend du 28 octobre 2019 au 24 février 2020

Comme chaque année, l'ouverture de la chasse hivernale fait l'objet d'une large communication de l'ONF. En effet, dans les forêts domaniales du Pays de Fontainebleau très fréquentées, pour éviter tout accident, une note accompagnée de carte est largement diffusée afin de prévenir le maximum de visiteurs des jours à éviter et comme chaque année, à la TL²B, on va critiquer ce plan de communication qui passe volontairement sous silence, les jours de chasse à courre. Donc, grimpeurs, randonneurs, vététistes et autres visiteurs de nos forêt, soyez très prudents notamment les lundis et jeudis ainsi que quelques vendredis du 28 octobre 2019 au 24 février 2020 et les samedis dans les bois de la Commanderie. Par ailleurs, deux battues aux sangliers sont prévues en bordure des villes de Fontainebleau et Avon les 15 et 28 octobre 2019.

Donc, comme tous les ans, l’Office national des forêts (ONF) nous rappelle qu'il veille au maintien des équilibres entre la forêt et les populations animales en organisant la régulation des populations de cerfs, de sangliers et de chevreuils. Des actions de chasse qui outre le fait de préserver les jeunes pousses de nos futures forêts permet d’éviter les dégâts aux cultures et de réduire les accidents de la circulation.

Le plan de chasse 2019/2020 établi en Préfecture pour la partie Fontainebleau prévoit le "prélèvement" de 6 chevreuils, 118 cervidés et un objectif de 300 sangliers !

Des chiffres issus des savants calcules eux mêmes basés sur l'estimation nocturne de la population d'ongulés en forêt domaniale avant la période de naissance, soit pour Fontainebleau entre 650 et 750 cerfs et biches puis 400 chevreuils. "Concernant les sangliers, les effectifs représentent actuellement 800 à 900 animaux pouvant atteindre les 1.400 à 1.500 en septembre. Leur population varie considérablement d'une année sur l'autre en fonction de l'abondance de nourriture. De fait, les fortes glandées se traduisent généralement par des reproductions abondantes." 

Comment arrivent-on encore à faire croire au public qu'il y aurait entre 600 et 750 cervidés alors que depuis des décennies, des naturalistes et photographes présents presque tous les jours en forêts estiment la population en très forte régression !?

En effet, tous les ans, en mars, l'ONF recense les grands animaux sur le massif de Fontainebleau, en collaboration avec la Fédération de la chasse de Seine-et-Marne en calculant l'indice nocturne d'abondance (INA). Les relevés s'appuient sur un protocole précis, sur des itinéraires réguliers, effectués à l'identique tous les ans soit 10 tronçons de 20 et 40 km, parcourus 5 fois durant le mois de mars. Équipés de cartes, projecteurs et carnets de bord, les volontaires sillonnent la forêt en voiture à allure très réduite (10 km/h) à la recherche des yeux des cerfs, chevreuils, biches, renards et autres sangliers qui réfléchissent la lumière.

L'an dernier, nos amis du Parisien les avaient accompagné et rapportaient ensuite dans leur article
« Globalement, cette nuit, nous avons comptabilisé beaucoup d'animaux, grimace Jean-Marc dont les équipes ont recensé 137 grands cervidés, 31 chevreuils et près de 89 sangliers, dont 42 jeunes. Les effectifs semblent malgré tout en baisse par rapport à l'année dernière, ce qui est positif. Les cervidés mangent trop de jeunes pousses. Cela impacte la croissance des arbres, voire les empêchent de se développer. »

Lors de la saison de chasse 2018-2019, il a été tué 106 cervidés au tir, 2 cerfs et une quinzaine de chevreuils en chasse à courre. Comme nos amis photographes et naturalistes qui sortent tout juste de leur période d'observation du brame, nous pensons que le plan de chasse sur la partie des cervidés  met nettement en péril la survie de l'espèce en Forêt de Fontainebleau ! Rappelons ce qu'écrivait notre ami Yannick Dagneau au Préfet de Seine et Marne à ce sujet.

" ..., nous souhaitons attirer votre attention sur les constatations faites depuis plusieurs années maintenant, sur la disparition devenue préoccupante des grands animaux. Cette disparition trouve son origine dans différents faits, tel le braconnage (en augmentation constante), la gestion des plans de chasses (également en augmentation), auxquels viennent s’ajouter les accidents routiers.

Cette éradication trouve ses adeptes parmi certains professionnels, dont l’O.N.F. qui constate les dégradations sur les plantations et retire des profits substantiels ‘grâce’ aux chasses organisées, les chasseurs aux principes de gestion non reconnus de tous. (...) La pression cynégétique est très importante en termes de jour sur le massif forestier.

Nous sommes convaincus que les comptages effectués et leurs interprétations, ne reflètent pas la réalité du terrain. Les évaluations faites sont, au final, bien optimistes. Faut-il y voir là le moyen déguisé d’augmenter les plans de chasse ? Ceux-ci, maintenus année après année, ont conduit à une chute particulièrement importante du nombre d’animaux dans le massif.

Madame Nicole KLEIN, qui vous a précédé dans vos fonctions, a demandé une augmentation du plan de chasse 2014/2015, par l’abattage supplémentaire de cinquante têtes de cervidés sur le massif, notamment des biches contre l’avis même de l’O.N.F et de chasseurs. L’application d’une telle décision, entraînerait la disparition à très court terme des cervidés en forêt.

Aussi, le but de notre appel, de notre cri d’alarme, est de vous sensibiliser par rapport aux plans de chasse à venir, à la restauration progressive d’un cheptel acceptable et supportable par tous qui aille au-delà de ce qui est le but aujourd’hui, à savoir pour 100 ha, un cervidé, deux chevreuils et trois sangliers.

De notre point de vue, il convient donc pour l’année prochaine de supprimer du plan de chasse les 50 cervidés ajoutés pour la saison 2014/2015, et de réduire encore de 50 cervidés, le plan de chasse appliqué depuis des années. "

Si on en croit un article de Pierre Doignon publié en 1985, dans le bulletin des Amis de la Forêt de Fontainebleau, la population actuelle de cervidés serait au moins 5 fois plus importante qu'à l'époque ! Et déjà à l'époque, les professionnels de la chasse considéraient que cette population, tout en préservant l'équilibre sylvicole aurait du être d'au moins 214 adultes (voir ci après) ! Qui croire ? De notre côté, nous avons largement confiance en la poignée de photographes naturalistes que nous fréquentons et qui sont tout à fait à même d'estimer la régression du fait de leur observation quotidienne des hardes pendant la période du brame.

"L'Office national des Forêts a procédé voici quelques mois à des comptages de grands animaux en Forêt de Fontainebleau. On a dénombré environ 120 cerfs et biches sur les 18.000 hectares du massif ; la mobilité des sujets ne permet pas une estimation plus précise. C'est une densité très faible comparée au chiffre d'autres forêts de la région parisienne ; à Compiègne, par exemple, sur à peu près 15.000 ha, on compte 600 cerfs et biches. 

D'après les propriétaires terriens et veneurs de LAAGE de CHAILLOU et collaborateurs, cités par Clément JACQUIOT («Écologie appliquée à la sylviculture» 1983, pages 144-145) les conditions optimales pour les 17.800 ha de Fontainebleau permettent la présence de 214 adultes (25 dix-cors, 15 sujets 4e et 3e tête, 15 autres 2e tête et daguets, 159 biches produisant chaque année 80 faons). 

[...] A l'O.N.F, la chasse à courre est considérée comme un procédé permettant de maintenir la qualité de la race par régulation des animaux faibles ou mal conformés. En effet, depuis sept ans, des plans de chasse sont imposés, qualitativement et quantitativement. L'hiver 1984, par exemple, le plan de chasse a autorisé la capture de 16 cerfs par élimination des moins résistants. Auparavant, les veneurs sacrifiaient 30 bêtes par an sans distinction de qualité, comme c'est le cas par accident ou braconnage. Par contre, l'autre cervidé, familier de la Forêt, le chevreuil, se développe à Fontainebleau ; on en compte actuellement environ 300 (contre 80 en Forêt d'Arminvilliers). Plus frugal que le cerf, il se contente d'une nourriture moins riche et, semble-t-il, occupe les parcelles libérées par le cerf. 

Terminons - hors cervidés - par une mention sur le sanglier, hôte instable et voyageur, mais abondant en forêt où il tend à se multiplier. On en compte 250 têtes qui séjournent de jour sous bois et se nourrissent de nuit au détriment des plaines cultivées du bornage. L'O.N.F. surveille avec attention l'évolution des colonies très prolifiques (une laie porte de 8 à 10 petits dans l'année). Des battues au tir maintiennent un équilibre suffisant, mais nécessaire."

Si depuis 1985, la population de sangliers ne cesse de croître, celle des cervidés nous semble, à minima sur-estimée, voir en situation dramatique pour son maintient. Outre les nombreux accidents, les perturbations liées au tourisme et loisirs, la politique d'engrillagement de trop nombreuses parcelles mises en régénération nous inquiète au plus au point.

Mais bon, la chasse est un loisir qui rapporte... beaucoup même  ! Car outre la chasse d'été et la chasse à courre et son folkore barbare d'un autre temps, la journée de chasse en forêt de Fontainebleau se facture entre 310 et 380 € par fusil (-50% pour les jeunes chasseurs !) hors trophée de 8 cors et plus. Soit environ 59 000 € pour les battues aux sangliers, 23 000 € pour les journées en rabattage vers les miradors et 100 000 € pour le tir des cerfs !

En attendant, nous vous recommandons vivement d'éviter la forêt de Fontainebleau en dehors des dimanche jusqu'à la fin février ! En effet, comme les saisons précédentes, la chasse à tir sur ce massif fréquenté se déroulera les lundis, jeudis ainsi que quelques vendredis, le samedi matin pour la Commanderie et les mardis et samedis pour la chasse à courre ! Et tous les jours durant cette période dans les forêts privées notamment en Essonne.

Pendant cette période, promeneurs, randonneurs, chasseurs, cavaliers et cyclistes partagent le même espace. En conséquence, Toutes les mesures de précaution seront prises pour garantir la sécurité de tous en forêt. L’ONF invite également chacun à être vigilant et attentif à la signalisation : panneaux et rubalises apposés, voies d’accès coupées. La forêt n’est jamais totalement parcourue laissant plusieurs espaces disponibles où les activités de loisirs et de détente peuvent s’y exercer.



Cliquez ci-dessus pour consulter/télécharger toutes les informations de l’ONF (doc PDF).


ou sur le site de la Préfécture

jeudi 17 octobre 2019

[AGENDA] Une marche citoyenne pour la forêt de Fontainebleau après une soirée débat

Suite aux Assises de la Forêt, nos amis de SOS Forêt France organise une soirée débat à Paris le 25 octobre suivie d'une marche citoyenne le 26 en forêt de Fontainebleau. L’avenir des forêts, c’est l’affaire de tous ! Comment préserver nos forêts tout en y prélevant seulement le bois dont nous avons besoin ? 

Dans la foulée des assises nationales de la forêt, le collectif SOS Forêt vous présentera les premières pistes définies pour changer la loi et y parvenir. La construction de cette future loi citoyenne a besoin de votre participation.  La forêt, notre bien commun, est le principal amortisseur climatique et puits de carbone après les océans. Tous les citoyens amoureux de la forêt sont donc légitimes pour contribuer à cette démarche collective. 

Les fruits de cette conférence/débat alimenteront la commission parlementaire en cours qui portera la future proposition de loi “Forêt”. 

Suite aux assises de la forêt, des représentants des groupes de travail des assises viendront vous présenter les pistes définies pour changer la loi en vue de préserver nos forêts tout en procurant du bois à la société. 


La soirée débat sera animée par 

Gaspard D’Allens,
journaliste et écrivain,
auteur de « Main basse sur nos forêts » 

Avec la participation de :

• Mathilde Panot
vice Présidente du groupe LFI à l’assemblée nationale,
instigatrice du projet de loi citoyenne sur la forêt

• Gaëtan du Bus de Warnaffe
ingénieur forestier indépendant,
membre du Réseau pour les alternatives forestières

• des forestiers-résistants membres des syndicats de l’ONF

• et des membres d’associations du collectif SOS Forêt France


La soirée débutera par la projection du court métrage « Bûcheron sensible » de François- Xavier Drouet (le réalisateur du "Temps des forêts") 
C'est le 25 octobre 2019 à la Bourse du Travail à Paris de 19h30 à 22h – 3 rue du Château d’eau 75010 PARIS 

Le lendemain samedi 26 octobre une marche citoyenne en forêt de Fontainebleau au départ de la gare de Fontainebleau à 10h30 finalisera cet évènement en toute convivialité ! 

Le collectif SOS-Forêt France vous invite à vous joindre, dans le prolongement des assises de la forêt, à la grande marche citoyenne dans la forêt de Fontainebleau pour réaffirmer la nécessité de préserver des forêts vivantes. À l’heure de la crise climatique, la forêt, bien commun, est notre avenir. 
Trains au départ de la gare de Lyon pour Fontainebleau-Avon (ligne R du Transilien) 
Départs entre 8h40–9h38*. Arrivées : 9h19–10h15* 
Pour le retour au départ de la gare de Fontainebleau-Avon
15h41 arrivée 16h31*16h03–16h46*16h32-17h16*etc…. 

*Les horaires sont indicatifs et à vérifier sur le site de la SNCF ou transilien

Possibilités de rejoindre Fontainebleau par le train en provenance de Montereau, Montargis et Sens

Plus d'informations sur le site SOS Forêt France : 






 
Copyright © 2014 Tribune Libre de Bleau et Cie | Blogger Template Distributed By ZMTemplate | Designed By OddThemes