#RESPECT

#RESPECT
La forêt n'est pas une poubelle ! Nettoyons !

IMPORTANT

Com ONF

ESCALADE

Sur le chemin

mars 2016

Connaissez-vous Greenspits ? Non, ce n'est pas une marque de spits biodégradables. Il y a quelques jours nous avons évoqué le très bon bilan de l'Access Fund, l'association qui défends les sites naturels d'escalade aux USA. En France, ce fut longtemps le rôle du COSIROC puis, en 2007, celui de l'association Climbing-attitude lancée par Patrick Edlinger et Béal. Aujourd'hui, nos falaises sont sous la coupe des comités territoriaux de la FFME avec le concours des Départements lorsqu'une partie d'entre elles sont inscrites dans les PDESI mais, disons le clairement, la politique fédérale est loin de faire l'unanimité. Il n'y a qu'à lire l'article de Laurence Durand dans le dernier magazine Grimper à propos de la concertation sur la pratique de l'escalade dans le PN des Calanques pour s'en rendre compte. Si la TL²B s'est positionnée dès 2009 sur la sauvegarde des Sites Naturels et leur défense, notre média n'a pas vocation ou les moyens pour remplir cette mission. Heureusement, une nouvelle association a vu le jour dans le sud en 2015 : Greenspits ! Vous voulez en savoir plus ? Voici un extrait de l’interview de sa Présidente donné à Pierre Délas pour Fanatic Climbing. Et tous cas, nous on soutient à fond !



"Depuis la disparition de Daniel Taupin en 2003, nous pouvons considérer que nos falaises, notre patrimoine minéral est à l’abandon. Interdictions, vieillissement de l’équipement, voire dés équipements, problèmes d’accès,… La liste est longue. Le COSIROC (Comité de Défense des Sites et Rochers d’Escalade) dont Daniel était le président limite maintenant ses actions à l’IIe de France. La commission gestion des Sites naturels de la FFME est très discrète avec un budget limité, renvoyant à une gestion des sites déconcentrée plus ou moins organisée en autonomie par les comités départementaux. 
Mais en ce début de printemps, une bonne nouvelle se propage au pied des falaises françaises :Greenspits vient de naître. Cette association créée par la forte falaisiste réunionnaise Carole Palmier et Antonin Rhodes, équipeur et grimpeur très actif du Sud de la France va œuvrer pour la préservation de nos sites naturels d’escalade. Développement de nouvelles falaises, rééquipement d’anciens secteurs à l’équipement vieillissant voire dangereux, entretien et nettoyage, organisation d’actions diverses, mais aussi échanges, partage et recueil d’expériences, diffusion de topos sur de nouveaux secteurs, ainsi que de la culture grimpe et des bonnes pratiques... Voilà ce que proposera Greenspits. Heureux de l‘humanisme qui entoure cette initiative, Fanatic Climbing, partenaire de l’association, a décidé d’aller à la rencontre de Carole, présidente de Greenspits.


- Fanatic
: Peux-tu présenter ton association et votre initiative ?

- Carole : Tout d’abord, merci à Fanatic Climbing pour l’intérêt porté à notre projet, car la communication via un réseau de grimpeurs « fanatiques » grandissant est un tremplin pour l’association.

Greenspits est une association loi 1901 créée en juillet 2015 qui a pour but de développer et préserver les sites naturels d’escalade en fédérant les grimpeurs autour de cette cause.

Notre initiative passe par le développement de nouvelles falaises de tous niveaux, ce qui permet à notre sport d’évoluer dans le temps, mais surtout par le rééquipement et la préservation des secteurs existants. Il est fondamental pour nous d’agir dans le respect de l’environnement, afin de donner une réelle légitimité à l’escalade sur la scène des sports de pleine nature. Nous voulons regrouper les grimpeurs, les informer, les sensibiliser aux problématiques liées au milieu naturel et à l’équipement des falaises et créer ainsi une communauté investie qui a du poids. Nous souhaitons avant tout partager la passion de l’escalade qui nous anime, en mêlant en effet culture grimpe, transmissions entre les générations, échange d’informations et notamment de topos, et par cela générer un intérêt pour ce que l’on peut appeler notre « patrimoine grimpe ».


[...]

- Fanatic : Qu’attendez-vous des pratiquants ? Des marques ? Des pouvoirs publics ? De la fédération ?


- Carole : Nous attendons une prise de conscience de la part des pratiquants. Une adhésion à 20€ ne représente pas grand chose sur notre « budget grimpe » de l’année (environ 2 séances en salle…), et correspond à peine au rééquipement d’une voie (certaines voies équipées à la Ramirole ont un budget qui dépasse parfois les 150€). En adhérant à l’association les pratiquants nous permettent donc d’acheter des points et du matériel pour rééquiper et entretenir nos secteurs, reconnaissent notre initiative de diffusion gratuite de topos réalisés avec les équipeurs, et participent à la création d’un groupe actif de grimpeurs investis dans leur pratique.

Les marques ont également un rôle à jouer car sans nouvelles voies extrêmes, pas de matière pour les grimpeurs forts et leurs sponsors. Rappelons qu’Adam Ondra a décrit récemment dans les medias le site de Mollans, équipé bénévolement, comme une « falaise du futur », n°2 de ses préférences après Flatanger.

Les pouvoirs publics doivent prendre conscience que l’escalade et une activité en développement, qui peut drainer un réel tourisme sportif, si les grimpeurs sont accueillis et respectés au lieu d’être stigmatisés. Avec Greenspits nous souhaitons créer des partenariats avec les mairies et régions pour protéger nos falaises, leurs accès, et mettre en place si possible des infrastructures pour les grimpeurs, pouvant aussi servir aux randonneurs, comme des toilettes sèches, poubelles, points d’eau, ainsi que gérer les zones de parking dans le respect des riverains.

Nous souhaitons travailler en collaboration avec la fédération pour toutes les problématiques soulevées, notamment celles environnementales, afin de trouver un terrain d’entente avec la LPO et L’ONF pour les falaises sensibles.

[...]

Retrouvez tout l'entretien sur la page Facebook de Fanatic Climbing

Pour adhérer à Greenspits, rendez-vous sur le site web de l’association http://greenspits.com/


Pour la cinquième année consécutive, nos amis de Black Diamond Europe, viennent à Bleau organiser leur opération de ramassage des déchets sur quelques sites d'escalade renommés. C'est devenu une tradition et aussi incroyable que cela puisse paraître aux yeux de certains Bleausards pur jus, une partie du Team Black Diamond Europe se déplace à Bleau pour quelques jours de nettoyage ! Donc, malgré la pluie annoncée pour ce WE, n'hésitez pas à vous rendre le 25/03 à Isatis, le 26/03 au Bas Cuvier, le 27/03 à la Roche aux Sabots et le 28 à l'Eléphant, car des déchets, il y en a...

Si jusqu'en 2012, l'opération passait assez inaperçue, elle a pris un peu d'ampleur et avait suscité quelques vives critiques à partir de 2013 Car ces journées sont aussi l'occasion de partager des bons moments avec les athlètes du Team BD, de tester leurs produits et d'échanger sur le "Green Climbing". 

Alors oui, certains esprits chagrins ne manqueront pas de souligner une "démarche commerciale", ou le manque d'exemplarité de certains de ces grimpeurs pros mais ce qui compte, c'est bien le nettoyage de la zone, non ?

Black Diamond, est d'ailleurs partenaire de  l'Access Fund et estime que, pour assurer la pérénité de l'accès aux sites de l'escalade il faut aider les grimpeurs à adopter des habitudes et des comportements responsables (voir ici).





Bruno MILLIENNE, conseiller régional d'Île-de-France (MODEM), a été élu président de Natureparif jeudi 24 mars 2016 à l'unanimité par le Conseil d'Administration de l'Agence régionale pour la nature et la biodiversité en Île-de-France. Il succède à Liliane PAYS. Et si le nom ne vous est pas inconnu c'est peut être que Bruno Millienne a été journaliste pendant plus de 20 ans, avant d'intégrer le groupe M6, au sein duquel il occupe le poste de directeur de la Continuité de l'Antenne depuis 2010 ! Bruno MILLIENNE est par ailleurs vice-président du Comité régional du tourisme (CRT) et élu au Conseil d'Administration de l'ORDIF (Observatoire régional des déchets d'Île-de-France). Mais Bruno est aussi,  Président du Modem 78 et conseiller municipal de Jumeauville, une petite ville rurale de 700 habitants située dans les Yvelines.

Toute l'équipe de la TL²B lui souhaite la bienvenue à la tête de l'agence Natureparif qui, au fil des années a su nous convaincre de son efficacité (relisez nos premiers billets, c'était pas gagné !). Souhaitons qu'elle conserve cette dynamique malgré les difficultés économique de la Région !

C'est cette ruralité qui a poussé Bruno à s'investir politiquement puis qui l'a conduit jusqu'à la présidence de Natureparif.
"Loin de la vision urbaine que nous en avons, une grande partie du territoire francilien demeure rurale, seuls 21% de celui-ci étant occupés par la ville. Il y a donc de nombreuses actions à mener pour préserver la biodiversité au sein de ces espaces, qu'ils soient agricoles, forestiers, prairiaux..."

Devant les membres de Natureparif, Bruno MILLIENNE a indiqué qu'il mettrait tout en œuvre pour maintenir cette Agence essentielle aux acteurs de l'environnement et à la Région Île-de-France dans un contexte financier contraint. 

Créée en 2008 à l'initiative de la Région Île-de-France regroupe 164 membres repartis en 7 collèges. Sa mission est de collecter les connaissances existantes relatives à la biodiversité francilienne, de les mettre en réseau, d'évaluer l'état de la biodiversité et suivre son évolution et d'identifier les priorités d'actions régionales. Elle a également vocation à identifier et diffuser les bonnes pratiques pour qu'elles soient plus largement mises en œuvre et à favoriser les échanges entre les acteurs régionaux de l'environnement. Enfin, elle sensibilise et informe également le public aux enjeux liés à la préservation de la biodiversité.

Source Natureparif
Aux Etats Unis, la politique de sauvegarde des sites naturels d'escalade repose en grande partie sur un organisme de plus en plus puissant : l'Access-fund, un véritable modèle dont il faudrait peut être s'inspirer et dont nous vous avons largement parlé notamment ici  et ici. Une part importante de ses finances provient des adhésions des grimpeurs et pour celles et ceux qui s'interrogent sur l'utilisation de cet argents, l'Access-fund a publié le TOP 10 de ses victoires 2015 pour le rétablissement ou la sauvegarde des accès aux sites naturels d'escalade.


L'AF utilise 80% du montant des adhésion directement dans ses 6 programmes d'action pour préserver ou acquérir  des zones d'escalade. En 2015 cela a notamment permis de :
- de préserver l'accès à 229 sites d'escalade à travers le pays. Voir la liste complète en anglais
- de subventionner le ré-équipement à hauteur de 10.000 $ accordés en collaboration avec l'American Alpine Club.
- d'acquérir 310 hectares en sites naturels s'assurant ainsi la protection à long terme du droit d'accès.

L'access-Fund c'est aussi, des groupes de gestionnaires de 33 zones d'escalade à travers 24 états, engageant 1.050 bénévoles. 32 535 heures de bénévolat pour prendre soin des sites d'escalade à travers le programme Adopte une falaise !





Retrouvez des centaines de liens et de flux RSS dont celui du blog de Access-fund et de beaucoup d'autres sur notre ancien portail 






Natura 2000 est un énorme réseau Européen qui vise à préserver des espèces protégées et à conserver des milieux tout en tenant compte des activités humaines et des pratiques qui ont permis de les sauvegarder jusqu’à ce jour Pour atteindre cet objectif, les États membres peuvent librement utiliser des mesures réglementaires, administratives ou contractuelles. Il couvre plus de 18 % du territoire Europée par un ensemble de sites naturels ou semi-naturels, terrestres et marins, particulièrement suivi. Nous avons régulièrement évoqué certaines dérives du système et son imprefection. Cette fois, c'est une rapport du CGEDD qui pointe les nécessaires évolution de cette politique pour éviter son enlisement et pour réussir à atteindre les objectifs de préservation de la biodiversité. Car, oui le réseau n’atteint pas totalement ses objectifs et sa gouvernance reste très chaotique !


C'est quoi la portée du réseau Natura 2000


En France, le réseau Natura 2000 comprend 1758 sites classés. A l'échelle européenne les sites Natura 2000 se répartissent de la manière suivant :
5 491 sites classés en tant que zone de protection spéciale pour les oiseaux (ZPS)
22 594 sites classés en tant que zones spéciales de conservation (ZSC)
27 308 sites (terrestres et/ou marins)
26 410 sites terrestres soit 787 767 km2
2960 sites marins soit 251 565 km2

Directive Habitat-Faune-Flore
Types d’habitats naturels : 233 bitopes
Espèces animales suivies : 1 563
Espèces végétales suivies : 966
Directive oiseaux
Espèces oiseaux suivies : 617
Source baromètre N 2000/CE – décembre 2014



Le rapport rédigé par le conseil général de l’Environnement et du Développement durable (CGEDD) et le conseil général de l’alimentation, de l’agriculture et des espaces ruraux (CGAAER) concernant le dispositif Natura 2000 pointe donc les nécessaires évolutions de cette politique pour éviter son enlisement et pour, peut être enfin, atteindre ses objectifs de préservation de la biodiversité. Il propose notamment des évolutions en matière de gouvernance. Il s’agit, d’une part d’assurer un meilleur portage politique et interministériel de cette politique et, d’autre part, d’améliorer la gouvernance avec les parties prenantes tant au niveau national que régional et local.

Les inspecteurs du CGEDD et du CGAAER insistent  sur la nécessité de maintenir l’animation locale sur les sites Natura 2000 qui permet d’expliquer la démarche aux acteurs concernés (élus, socio-professionnels, population). Par ailleurs, ils préconisent de créer une nouvelle base de données dédiée cette fois aux projets "autorisés" affectant les sites Natura 2000, comprennez par exemple la création d'une voie de circulation... Enfin, ils soulignent les besoins de financements et d’optimisation des dispositifs associés.

Bien entendu, ce rapport contient aussi les propositions des ONG auditionnée par cette mission. Ainsi la FNE a porté des propositions face au manque d’efficacité du dispositif Natura 2000 (pdf) .

Car oui, ce vaste réseau n'a pas permit d'enrayer la perte de biodiversité !


En effet, en 2010, Janez Potočnik, Commissaire européen pour l’environnement, rappelait que la conclusion générale de l’évaluation du réseau confirmait que l’UE n’avait pas atteint l’objectif global qui avait été fixé d’enrayer la perte de biodiversité (télécharger le pdf). Le pourcentage des espèces menacées d’extinction reste élevé et les habitats ne cessent de disparaître et de se dégrader. Entre temps, les zones artificielles ont augmenté de presque 8% (12.500 km²).  Il ajoutait qu' "à l’échelle de l’UE, nous avons fait l’inventaire des incidences du Plan d’action de l’UE en faveur de la biodiversité, et nous avons dûment analysé les raisons de l’échec du plan à atteindre l’objectif fixé d’enrayer la perte de biodiversité à l’horizon 2010. Ceci a mis en lumière de précieux enseignements dont il sera tenu compte dans l’élaboration de la stratégie de l’UE pour l’après 2010. Deux questions semblent fondamentales : la nécessité évidente de mieux orienter les instruments de financement destinés à maintenir et à restaurer le capital naturel ; et l’exigence de progresser dans l’intégration des questions de biodiversité dans d’autres politiques sectorielles."

Même constat en France, la deuxième évaluation de l’état de conservation des habitats et espèces d’intérêt communautaire sur l’ensemble du territoire a montré que les tendances restent mauvaises même si elles sont légèrement meilleures dans les sites Natura 2000 que sur le reste du territoire. 

Rappelons que tout ceci coûte déjà très cher à l'Europe.


En 2010, plus de 22 milliards d’euros ont été alloués aux mesures agroenvironnementales et forestières et quelque 590 millions d’euros supplémentaires ont été accordés aux paiements Natura 2000. L’UE s’est également engagée à stimuler l’intégration de la biodiversité dans ses programmes de coopération au développement. Toujours en 2010, quelques 133 millions d’euros avaient été alloué à ces programmes pour la période 2007–2010, et l’enveloppe a été augmentée de quelque 114 millions d’euros en faveur du Programme thématique pour l’environnement et la gestion durable des ressources naturelles (ENRTP).

Rappelons qu'en 2004, le coût du réseau Natura2000 était alors estimé à quelque 6,1 milliards d’euros par an pour l’UE-25. En 2008, un nouveau questionnaire sensiblement modifié a été adressé aux États membres pour recueillir des informations plus actualisées. Sur base de cet exercice et des informations fournies par 25 pays, l’évaluation actualisée réalisée avançait le chiffre (extrapolé à l’UE- 27) de 5,7 milliards d’euros, à savoir très proche de l’estimation initiale. En moyenne, 33% des coûts sont destinés à couvrir des investissements ponctuels (par ex. investissements liés à l’infrastructure ou à l’acquisition de terrain) alors que 67% sont consacrés aux coûts annuels récurrents (par ex. gestion des habitats et planification). 

Dans le cadre d’une estimation économique et institutionnelle plus vaste de Natura 2000 en France, plusieurs études ont été élaborées, dans une série de sites, en vue de déterminer les avantages associés à Natura 2000. Il s’agissait par là, d’estimer les bénéfices nets liés à la gestion du réseau Natura 2000. Dans le site Natura 2000 « Plaine de la Crau », les bénéfices nets étaient estimés autour de 142€/ha/an, c’est- à-dire sept fois supérieurs aux coûts associés au site Natura 2000. Un beau bénéfice.

A surveiller de près donc !

S’informer sur les sites Natura 2000 de l’UE :
L'europe et surtout les Newsletter du réseau (ici)
Wikipédia 

Sur le réseau français :
L'INPN MNHM
Le Ministère



Alors qu'hier nous évoquions l'accident dans l'usine responsable des tristement célèbres boues rouges rejetées en mer, nous apprenions que, contrairement à ce qu'avait laissé entendre les responsable du Parc National des Calanques lors des diverses réunions de travail, la pratique du VTT sera sans doute interdite sur l'ensemble du PN. Une situation qui n'est d'ailleurs pas sans rappeler celle de Fontainebleau et où les préjugés sur la sécurité et les amalgame entre VTT, VTC, Freestyle...sont encore à la base de cette décision. Donc à Marseille, on autorise la pollution chimique et on interdit le vélo. "Oui au boues rouges, Non au VTT" !

Tout comme les grimpeurs lors de la création du PNC, la place des vététistes dans le parc est remise en question par le gestionnaire. Depuis maintenant plusieurs années, les adhérents MBF du secteur essayent de faire évoluer les choses. Le 16 décembre 2015, MBF et d’autres associations représentant l’activité vélo ont été réunis par le Parc National des Calanques pour discuter de l'avenir du VTT dans le parc.Les gestionnaires du Parc, rappelaient leur objectif  : "Donner de la visibilité à l’espace de pratique du vélo sur le territoire du Parc et informer les visiteurs, assurer la compatibilité de la pratique du vélo avec les enjeux de conservation du patrimoine naturel, reconnaître les pratiques « douces » mais aussi lutter contre les pratiques impactantes, favoriser le cheminement de modes de transports doux et l’écomobilité pour accéder au cœur de Parc."

Ambitieux et plutôt positif non ?

Comme pour Fontainebleau, les problèmes qui se posent pour le gestionnaire sont :
- sécurité et cohabitation des différents usagers des sentiers,
- problème d'érosion et de sauvegarde de l'environnement,
- limitation du hors piste et des aménagements spécifiques à certaines pratiques...

Suite à cette réunion, le Parc National des Calanques a remis un questionnaire aux participants afin de les consulter sur le projet à mettre en œuvre. Après de nombreuses discussions et plusieurs réunions, MBF a, comme les autres organismes (fédérations, syndicat des moniteurs,…), rendu sa  Contribution au Parc national des Calanques (pdf).

Durant cette période de consultations, les adhérents MBF locaux souhaitant aller plus loin dans la réflexion se sont réunis à de nombreuses occasions avec d’autres acteurs incontournables du VTT local (fédérés comme non fédérés, des professionnels du commerce du cycle, de l’accompagnement des activités de pleine nature dont le VTT, de l’édition et d’autres nombreux acteurs pratiquants ou non, adhérents massivement à cette démarche). Les discussions de ce « collectif » ont permis d’établir une « contribution libre » complémentaire à la demande initiale du PNC et très détaillé (une vingtaine de pages) avec d'excellentes analyses sur la fréquentation, les zones à ouvrir à la pratique, celles à fermer...

Extrait de la contribution libre de MBF


Avant hier, le 15 mars, suite à cette consultation, le Parc National des Calanques réunissait à nouveau les différents intervenants autour du cycle pour leur présenter l’ébauche d’un projet de circulation des vélos dans le PNC. Et, surprise, (mais après tout, il fallait s'y attendre), il semble que les différentes contributions des acteurs de la filière vélo n’aient pas été entendues par le Parc !

Le projet présenté semble même aller à contrario des différentes préconisations émises par les acteurs et professionnels de l’activité VTT… et restreindrait encore plus la pratique dans le parc !
Du coup, le Président de MBF que nous avions rencontré il y a quelques temps pour parler de Fontainebleau, a immédiatement adressé un courrier (pdf) aux gestionnaires du Parc des Calanques


Pour lire ou relire l’historique du dossier « Sentinelles MBF» sur les Calanques sur leur site c'est : ICI
Vous en avez certainement peu ou pas entendu parlé dans les médias (en dehors de France 3 Région) mais dans la nuit du mardi 8 au mercredi 9 mars, une rupture de canalisation sous pression contenant soude et bauxite s'est produite à l'usine Altéo de Gardanne ! Vous voyez de qui on parle...Oui, des "boues rouges " qui polluent la vie des Marseillais et des Calanques. Un scandale environnementale sur fond de chantage économique que l'on a dénoncé dès la création de notre portail !  Pas de victime mais des produits toxiques projetés dans un périmètre de 15 à 35 hectares autour de l'usine détaille la préfecture dans un communiqué de presse. Et bien entendu, la zone autour de l'usine est habitée.

"Une cellule de suivi a été installée ce matin en Mairie de Gardanne, avec les services de l’Etat concernés et la direction de l’usine pour coordonner les opérations de nettoyage devant être engagées par la direction de l’usine ALTEO, et un numéro vert (n° 0800-880-950) a été ouvert sur cette cellule de façon à renseigner la population" indique le communiqué.

"En cas de contact avec la soude, il est recommandé de se rincer les mains afin d’éviter toute irritation ou brûlure, et si besoin de contacter le SDIS13 ou son médecin traitant."
Le Parquet d'Aix -en-Provence a bien entendu ouvert une enquête de gendarmerie pour déterminer les causes de l'accident. De son côté, le Préfet des Bouches-du-Rhône, celui qui, il y a peu, renouvelait l'autorisation de polluer de cette usine,  a demandé à la DREAL de mener une enquête administrative sur les origines et les conséquences. D'autre part, "il a chargé le SDIS d’effectuer depuis le 11/03, des relevés à travers la commune pour mesurer l’impact de la pollution" précise le communiqué.

"Le Préfet prendra par ailleurs dans les prochaines heures un arrêté d’urgence demandant à ce que toutes les canalisations de l’usine fassent l’objet d’une vérification."

Et pendant ce temps là, dans le PN on réfléchi sur l'interdiction des Vététistes (on vous en parle demain) ! C'est vrai qu'il y a des priorités... En fait, c'est comme le nucléaire, il faut attendre l'accident pour que l'on bouge...
Suivez notre actus des Calanques.
Le collectif "Une petite marche pour une grande démarche" organise le dimanche 24 Avril à 14h30 sa quatrième opération de ramassage de déchets en forêt de Fontainebleau de l'année 2016. Ils tiennent le rythme et sont de plus en plus nombreux. Du coup, outre la page facebook du collectif et les Evènements, il y a désormais un site internet ! Donc le 24 avril c'est  sur le site du Rocher Canon - 77300 Fontainebleau.

Le groupe organise chaque mois un ramassage de déchets en Forêt de Fontainebleau (77) ou ailleurs. Jusqu'en février, le groupe ne fonctionnait que grâce à Facebook et quelques relais comme la TL²B puis quelques journaux, puis le Département. Mais tous les citoyens n'utilisent pas les réseaux sociaux donc deux nouveaux supports de communication sont maintenant en place : un site internet, et une newsletter.
Le site est simple et permet de s'informer de leurs actions. Chacun peut également s'inscrire à la newsletter (dont le 1er numéro est disponible ici).

En plus de participer à la préservation de l’environnement, cette démarche permet de favoriser la rencontre avec les acteurs locaux et de sensibiliser les plus jeunes au principe de ne pas jeter n'importe où ses déchets. Du coup, comme les rdv prennent de l'ampleur, nos amis ont fait l'objet d'un reportage réalisé par le 20h de TF1 qui évoque aussi les actions de l'ONF pour lutter contre les dépôts sauvages de déchets.

Le 24 avril au Rocher Canon à Bleau

Un premier groupe (pour les familles/animaux) quadrillera les parcelles de forêt principalement touchées par le fléau des déchets et un second groupe longera certaines zones de la Route Ronde.

Comment s'y rendre :
Google Maps : https://goo.gl/maps/n4gDC29daFJ2
Geoportail : http://geoportail.fr/url/7Fm0HS

Pour ceux qui n'ont pas Google Maps ni Geoportail, il s'agit de la parcelle 858
La zone est située sur la D142 entre le Carrefour de la Croix du Grand Veneur et le Carrefour de la Table du Roi.

Pour en savoir plus




C'est pas les trails qui manquent en Ile-de-France. Et certains sont moins célèbres et fréquentés que ceux de Fontainebleau. Nous vous avions parlé des Trails  de l'Essonne et de l'ultra 91, évoquons celui de la Brie qui se coure le 30 avril !

Plusieurs épreuves exigeantes dans un cadre idéal vous attendent à Saint-Cyr-sur-Morin, pour cette troisième édition de l'ultra trail !



L’ULTRA TRAIL EN SOLO OU EN RELAIS ?


L’ULTRA TRAIL DE LA BRIE DES MORIN se déroule en une seule étape sur un parcours de 87,4 Km avec un dénivelé positif de 1980 mètres. Cette course s’adresse à des coureurs parfaitement bien entraînés en raison de la distance et du dénivelé. Le tracé longe la vallée du Petit Morin en proposant un aller-retour entre Saint-Cyr-sur-Morin et Verdelot tout en passant par la butte de Doue, surnommée le Phare de la Brie.


LE TRAIL DU TACOT BRIARD 


Plus facile, le TRAIL du TACOT BRIARD affiche une distance de 30 Km et un dénivelé positif de 700 m. Il emprunte une partie de l’ancien tracé de la voie de chemin de fer qui desservait autrefois la vallée. Cette course s’adresse à un public qui pratique régulièrement la course nature et le parcours sera identique pour les marcheurs nordiques.


LA COURSE DES TÊTARDS

 Il s’agit là d’une course nature de 10.6 km avec un dénivelé positif de 200 m qui fera découvrir aux coureurs les alentours de Saint-Cyr-sur Morin à tous les sportifs réguliers. Ce tracé sera également celui emprunté par les compétiteurs de la Marche Nordique des Têtards. Et pour 2016, cette distance sera parcourue de nuit, avec un départ au crépuscule !

Renseignements sur le site de l'association

Le 10 avril se déroulera la  9ème édition de la désormais célèbre Rando des 3 châteaux en Seine et Marce. Cette année, retour dans le sud du département et introduction de la marche nordique sont au programme aux côtés des boucles pour marcheurs et cyclistes. Un bon moyen de partir à la découverte du patrimoine culturel et notamment les châteaux de Vaux-le-Vicomte,Blandy-les-Tours et Fontainebleau. Et en plus, cette année, votre participation à la Rando se fait sans inscription au préalable ! Mais attention, agoraphobes s'abstenir...Pour ne pas gâcher votre sortie avec des problèmes de stationnement et bouchons de retour, nous vous recommandons d'étudier au mieux les solutions mises en place par le Département (co-voiturage, navette...). 

Quatre parcours pédestres et deux boucles vélo vous sont proposés.

Plusieurs points de départ sont organisés tout au long du parcours pour permettre à chacun de participer selon son niveau d’entraînement.

Les parcours pédestres

  • Parcours 1 : 42 km - Château de Fontainebleau / Château de Blandy-les-Tours - Parcours randonneurs sportifs
    • Rendez-vous pour le départ officiel à 7h devant le château de Fontainebleau
    • Accueil des participants autour d’une collation
    • Parking gratuit au stade de la faisanderie
    • Ce parcours n’est pas accessible aux enfants de moins de 15 ans
    • Dernier départ : 7h30
    • Retour en navette au point de départ (3€/adulte)
Le + : La traversée château de Fontainebleau au lever du soleil et un parcours dans le mythique massif forestier bellifontain !
  • Parcours 2 : 24 km - Melun / Melun (gare à gare) - Parcours randonneurs confirmés
    • Parkings gratuits à Melun centre
    • Accueil des participants à la gare SNCF de Melun et au parc Faucigny-Lucinge
    • Départ entre 9h et 10h
Le + : Un parcours inédit des bords de Seine à Vaux-le-Vicomte !
  • Parcours 3 : 17 km - Château de Blandy-les-Tours / Château de Blandy-les-Tours - Boucle tous publics
    • Parking gratuit à Blandy-les-Tours
    • Accès toilettes
    • Départ entre 10h et 11h
    • Animations au château de Blandy-les-Tours (animations musicales, dégustations et vente de produits du terroir, remise de diplômes)
Le + : La traversée du parc et des jardins de Vaux-le-Vicomte !
  • Parcours 4 : 6 km - Château de Blandy-les-Tours / Château de Blandy-les-Tours - Boucle familles
    • Parking gratuit à Blandy-les-Tours
    • Accès toilettes
    • Départ entre 13h et 14h
    • Animations et marché du terroir au château de Blandy-les-Tours
Le + : Un circuit adapté aux familles et aux jeunes enfants traversant le Parc du château d’Aunoy et ses animations !

Les parcours vélo (VTT et VTC)

  • Parcours 5 (28 km) et parcours 6 (38 km)
    • Parking gratuit et départ à Verneuil l’Etang
    • Accès toilettes
    • Parcours accessibles aux familles et aux enfants à partir de 10 ans
    • Port du casque recommandé
    • Matériel non fourni
    • Départ entre 10h et 12h
    • Possibilité de stationnement des vélos au château de Blandy-les-Tours pour accéder aux animations et au ravitaillement
Le + : La découverte du Val d’Ancoeur !

Partagez vos émotions

À l’occasion de cette 9e édition de la Rando des trois châteaux, nous vous proposons un concours photos 100 % numérique. Clichés insolites, paysages étonnants, fous rires familiaux : faites-nous partager vos émotions !
Pour participer, il suffit d’envoyer vos photos de la journée :
Les meilleures photos paraîtront sur la page Facebook de la Rando des 3 châteaux. L’une d’entre elles sera publiée dans le Seine-et-Marne Magazine !
Comme chaque année, l'ONF communique sur les dégâts occasionnés par les sangliers dans la ville de Fontainebleau ! En effet, une partie des habitants des communes d’Avon et de Fontainebleau s’accommodent difficilement de la présence de sangliers en pleine rue car tous les soirs, ils pénètrent en ville pour se nourrir. Le phénomène n’est certes pas nouveau, mais prend de plus en plus d’ampleur. De l'autre côté, une partie des habitants les nourrissent volontairement ! Pourtant, la règle est simple, il est interdit de déposer de la nourriture à la lisière de forêt. Enfin, presque puisque les chasseurs, eux, bizarrement le font !

"Des gens, sans doute animés d’un souci de bien faire, nourrissent régulièrement les sangliers en bordure de la forêt de Fontainebleau. Dernièrement par exemple, plusieurs personnes ont été aperçues, près du boulodrome de Fontainebleau, en train d’alimenter une compagnie de sangliers. Des attitudes qui ne sont pas sans conséquences."

"Opportunistes, ils s’adaptent facilement à la présence humaine liée à la nourriture. Une habitude qui modifie leur caractère sauvage. À Fontainebleau, des riverains inquiets nous signalent la présence de sangliers au pied des résidences. Il n’est pas rare qu’ils visitent également la cour du centre hospitalier de Fontainebleau. La rencontre nez-à-nez avec un sanglier en pleine ville peut s’avérer périlleuse."




Le BGC organise cette année encore une grande course VTT autour de Fontainebleau. Cette 8ème édition de LA FONTAINEBELLEAU aura lieu le 20 MARS 2016 à partir de 8h30 et se court sur 20,35,50,60,et même 80 km !

Les cinq parcours balisés, du plus aisé au plus  technique, empruntant les chemins de la forêt de Fontainebleau propose des dénivellations parfois importantes. Jusqu'à 1 000 m sur le 80 km, nouveauté 2016 de la compétition.

20 km dénivellation   280 m
35 km dénivellation   480 m
50 km dénivellation   690 m
60 km dénivellation   820 m
80 km dénivellation 1000 m 

Gageons que nos amis vététistes sauront faire respecter la forêt et ses autres usagers. Pas de balisage sauvage, pas de déchets abandonnés.

Tous les renseignements sont sur le site du BGC77
Crédits photos BGC77


Comme nous l'avions annoncé dans l'agenda, le dimanche 28 février 2016 ils étaient 25 bénévoles répondant à l’appel de Guillaume vététiste engagé et adhérent à MBF : 16 vététistes et leurs vélos ainsi que 9 marcheurs venus prêter main-forte. Afin de couvrir plusieurs secteurs de la forêt de Fontainebleau et ramasser ainsi un maximum de déchets, les deux équipes de bénévoles se sont séparées, ceux à pied ayant opéré sur le grand parking de l’allée des Vaches, les vététistes quant à eux sont partis en direction du secteur de Belle Croix et de la Grotte aux Cristaux, en passant par le rocher Cuvier Châtillon.

Comme convenu préalablement avec l’ONF de Fontainebleau, l’ensemble des déchets a été ramené à la Faisanderie afin que les services techniques de l’ONF puissent récupérer les déchets ainsi collectés soit 6 sacs poubelles de 130 litres chacun ! Notez qu'une partie des vététistes est issue du club d'Itteville (91), comme quoi la solidarité dans le Pays de Fontainebleau ne connaît pas de frontière départementale.

L’action a reçu les félicitations du programme Réserve de Biosphère de Fontainebleau
Compte rendu complet sur le site de MBF
7.68 tonnes de déchets !! Voici donc le nouveau et triste record pour une opération citoyenne de ramassage des déchets !
Il faut dire qu'ils étaient très nombreux le 7 Février 2016, à répondre à l'appel pour le nettoyage des abords de l'ex N6 en  Forêt de Sénart. Entre 300 et 600 bénévoles lévés tôt pour enfiler  bottes, gants et chasubles jaunes.
Organisée par le Val d’Yerres/Val de Seine,  et aidé du SIVOM, de l'ONF, du GRATE..) l’opération était prévu de 9h à 13h avec la coupure de circulation sur la nationale ! Du coup, tout ces bénévoles ont pu aller chasser les déchets entre la route, les fossés et les abords de forêt en toute sécurité. Par la suite, du personnel qualifié et des camions du SIVOM ont été mobilisés pour ramasser tous les détritus rassemblés le long de la route.

Bon, on ne va pas vous faire la liste, de toute manière très habituelle, des très nombreux déchets qui ont pu être récupérés, et dont la taille va du mégot de cigarette, préservatifs... aux déchets plus volumineux comme les électroniques  type téléviseur, mobilier urbain, pièces de véhicules, carcasses de motos/scooters, gravats, sans oublier les sempiternelles bouteilles de verre/plastique qui jonchent le sol.

Si le beau temps associé une très bonne communication des mairies et nombreuses associations ont sans doute beaucoup aidé au succès, il est clair que la Seine et Marne est actuellement un département où les initiatives de ce type ne cessent de ce multiplier, preuve d'une véritable prise de conscience d'une partie des usagers (suivre nos articles sur les déchets) !  Hélas, l'autre partie reste hermétique à ce type d'action. D'ailleurs, il est regrettable que les automobilistes détournés du théâtre des opérations par les déviations n’aient pas su ce qu’il se passait sur la N6 ! 

Souhaitons que lors de l'opération la Ronde à Vélo (en octobre), on puisse profiter de la fermeture de la Route Ronde pour conduire une opération similaire avec en plus un panneau pour sensibiliser les automobilistes qui passeront pas loin ! 

Pour en savoir plus sur l'opération du Val d'Yerres, lisez leur compte rendu.
Crédit photo : Valdyerre.com
http://www.valdyerres.com/bilan-de-loperation-nettoyage-n6-foret-de-senart-7-fevrier-2016/
http://ecoinfo77.blogspot.fr/2016/02/768-tonnes-de-dechets.html

77

91

78

NATURE

MATOS