#RESPECT

#RESPECT
La forêt n'est pas une poubelle ! Nettoyons !

IMPORTANT

Com ONF

ESCALADE

Sur le chemin

septembre 2018


Comme annoncé dans cette article, l'opération de réhabilitation de la Carrière de la Troche, proposée conjointement par les associations ADPP et CoSiRoc dans le cadre de l’opération « Essonne Verte Essonne Propre » et de l'entretien du site d'escalade s'est déroulée  le 22 septembre dernier. Le CoSiRoc poursuit donc ici depuis près de quatre décennies sa mission de sauvegarde du site et s'est attaqué très récemment au front de taille côté Ouest, dégagé récemment. L’objectif était de réduire autant que possible les repousses de végétation, et en particulier d’acacias, après les importants travaux d’aménagement du siteconduits par le Département en juillet dernier. 

Plus d’une trentaine de personnes y ont participé. Le CoSiRoc via Oleg avait apporté pelles et pioches et les grimpeurs de plusieurs associations leurs muscles, ce qui a permis d’aller beaucoup plus loin que ce qui avait été visé initialement (simples coupes au sécateur des rejets) et de procéder à l’arrachage de racines. Les participants autour d’une des très belles tables mises en place lors des travaux ont exprimé leur satisfaction d’avoir ainsi soutenu l’initiative du Département pour ce site et contribué à sa mise en valeur. Ils se sont déclarés disposés à renouveler ce type d’engagement citoyen. ADPP et CoSiRoc chercheront à en formaliser les modalités futures avec les municipalités concernées en y associant d’autres partenaires associatifs.

Source : Soleg / Cosiroc


En mai dernier, nous avions souligné la mobilisation importante des agents forestiers de l'ONF pour l'avenir de leur profession et bien entendu, de nos forêts domaniales. Si la rubalise et les panneaux ont peu à peu disparus des parking, les forestiers de métier, salariés de l'ONF sont loin d'avoir baissé les bras ! Pour dénoncer une nouvelle fois la surexploitation des forêts, la mutation de leur métier et profond malaise que cela entraîne, ils organisent à partir du 17 septembre une "une grande marche à travers la France". Partant de Mulhouse, Valence, Perpignan ou Strasbourg, les forestiers se donnent pour objectif de rejoindre à pied, d’ici le 25 octobre, la forêt de Tronçais, dans l’Allier, qui est sans doute l’une des plus belles futaies de chênes pour un grand rassemblement.

Un nouvel évènement qui s’inscrit dans la droite ligne de la lutte des agents de l’ONF face à leur direction nationale et leur Ministère de tutelle. Une lutte que l'on soutien de longue date à la TL²B car si on tape parfois fort sur l'ONF, on n'en est pas moins respectueux des agents de terrain qui font souvent ce qu'ils peuvent avec des bouts de ficelle... Si la grève des forestiers est beaucoup moins médiatique et gênante que celle des cheminots, ils subissent pourtant depuis le début des années 2000 des réformes successives ayant les mêmes effets : baisse des effectifs, dégradation des conditions de travail, prédominance des exigences de rentabilité… qui ont conduit a un profond malaise et de nombreux suicides. Une série de drames nettement moins médiatisée que ceux des salariés de France Télécom ou de policiers. 

Si l'orage éclate après la tempête de l'hiver 1999, "le ver était déjà dans le fruit", nuance dans un long article de Bastamag paru ces jours-ci, Philippe Canal, porte-parole du Snupfen, le principal syndicat de l’ONF. "Depuis sa création en 1964, l’ONF a un mode de financement bancal qui dépend de la vente de bois. D’où une pression toujours plus forte pour en couper davantage et délaisser certaines missions jugées non rentables, comme celles liées à l’environnement, à l’accueil du public ou à la surveillance". Depuis quatre décennies, le volume de bois récolté a augmenté d’un tiers alors que les recettes provenant de ces ventes ont baissé de 35 % selon un document de l'intersyndicale de l'ONF d'avril 2018



Qui dit baisse de rentabilité, dit audit et suppressions de postes ! En 2002, les forestiers ont vu arriver de nouveaux intervenants dans les bureaux... « Des cabinets d’audit international comme Deloitte & Touche ont été mandatés par la direction pour proposer des réformes, rapporte un syndicaliste. Fortement influencés par l’univers concurrentiel et la gestion telle qu’elle se pratique dans les entreprises privées, ces consultants ont calqué ce qu’ils connaissaient pour le plaquer tel quel sur le service public. » Résultat : une coupe franche ! Pas que dans la forêt cette fois mais aussi dans l'effectif pour un gain de productivité de 30% en cinq ans ! Voilà nos agents de terrain, amoureux des bois et grands espaces reconvertis en commerciaux et promoteurs de ressources énergétiques ! 



Entre 2002 et 2016, un quart des effectifs a été supprimé, rappelait le directeur de l’ONF, Christian Dubreuil, devant le Sénat en mars 2018. « Ces trente dernières années, l’ONF est passé de 15 000 à 9000 employés. 4 emploi sur 10 ont été supprimés, déplore Frédéric Bedel, du Snupfen. Nous avons vécu avant l’heure la Révision générale des politiques publiques »,  lancée par Nicolas Sarkozy en 2007. Les fonctionnaires ne représentent déjà plus que 60 % des effectifs et deviendront rapidement minoritaires comme le laisse entendre Christian Dubreuil, l’énarque arrivé à la tête de l’ONF, dans son audition au Sénat « Comme l’avait préconisé la Cour des comptes, l’Office remplace les 200 fonctionnaires qui partent en retraite chaque année par 70 % de fonctionnaires et 30 % de salariés de droit privé »...

En 2016, la direction de l’ONF signe avec l’État son contrat d’objectif et de performance pluriannuel. Ce document est rejeté par l’ensemble des organisations syndicales ainsi que par France nature environnement : Il prévoit, en cumulant forêts domaniales (propriétés de l’État) et forêts communales, de prélever en 2020 environ un million de mètres-cube de bois supplémentaires par rapport à 2014. Le document précise aussi que l’ONF devra mener « des actions de sensibilisation du public de façon à améliorer l’acceptation sociale des récoltes de bois ». Malgré de nombreux actions de protestation et d'alertes du grand public, rien n'y fait ! Relisez par exemple ces articles que nous avions publié en 2013 mai 2014 et en juin 2014...

Selon les syndicats, les directions de l'ONF souffrirait d’une tendance à l’autoritarisme. Ils leurs reprochent plusieurs licenciements — dont celui du directeur financier et de la directrice générale adjointe — survenus depuis la nomination du nouveau directeur général. « Le climat social délétère » dénoncé par l’intersyndicale a poussé en septembre 2017 cinq syndicats à démissionner des instances représentatives de l’Office. « Il n’y a plus de dialogue possible. La direction est sourde et aveugle. C’est un management par la terreur », relate Corinne Larenaudie, syndiquée à l’Unsa, lors d’une manifestation des forestiers en juin dernier.

PF 270


Bref, les forestiers sortent à nouveau du bois pour crier haut et fort leur malaise et dénoncer l'avenir de nos forêts domaniales ! Certains forestiers appellent à la grève du zèle, d’autres à ne pas facturer des prestations faites aux communes ou à ne pas enregistrer les PV de martelage ce qui bloque les coupes. « Nous devons dépasser les corporatismes pour créer un mouvement large de défense des forêts », dit un syndicaliste. Les association SOS Forêt et SOS Forêt IDF doivent permettre le rassemblement des citoyens, associations environnementales et professionnels du bois pour la défense du patrimoine forestier. Si à Fontainebleau, les coupes rases ont diminuées, les volumes prélevés restent importants dans une forêt vieillissante et hétérogène. D'ailleurs si nous saluons l'exploitation plus massive du pin ces derniers mois, la sous-traitance des coupes et les carnages qu'elles engendrent parfois, nous font craidre le pire pour l'avenir de notre forêt notamment dans le nord de la domaniale où de nouvelles coupes ne devraient pas tarder ...



A lire aussi sur Bastamag l'entretien avec Jean-Baptiste Vidalou, auteur de Être forêts, habiter des territoires en lutte : « Il va bien falloir prendre parti dans la guerre en cours, entre les managers et les alliés du vivant »

Si cet été a été marqué par de très impressionnants éboulements en montagne, cette fois c'est à Marseille, plus précisément dans la falaise de Cap Canaille qu'un énorme pan de rocher s'est effondré sur le chemin nécessitant la mobilisation d'importants moyens de secours pour la recherche d'éventuelles victimes.



Comme indiqué sur l'image postée par la sécurité civile hier c'est la voie dénommée "Une porcelaine dans un magasin d'éléphant" qui a été touchée par cet éboulement qui a traversé un chemin dénommé chemin des chasseurs ou piste des renards et qui longe la falaise de Cap Canaille jusqu'à Cassis.

Bref, escalade et chemins du secteur à éviter ces prochains jours...

Photo de Mimilio Gordon





Proposer, s’informer, discuter, écouter et réagir… L’ONF convie le public à prendre part à la construction du contrat de projet du label « Fontainebleau, Forêt d’Exception ®» pour la période 2018-2022. à cette occasion, venez participer aux rencontres participatives, samedi 29 septembre 2018 à 10 h au théâtre municipal de Fontainebleau.

Deux heures d’échanges durant lesquelles vous pourrez vous exprimer sur l’avenir du massif de Fontainebleau. Avec cette démarche, l’ONF souhaite faire ressortir des projets partagés avec le public, qui prendront en compte toutes les dimensions : environnementales, paysagères, sociétales et économiques. 

Ouverte à tous, la matinée se déroulera en trois temps. Un premier, introductif, présentera la démarche et ses objectifs. Un second, collaboratif, informera les participants des actions marquantes menées ces dernières années en forêt et les invitera à apporter leurs idées pour les années à venir suivant différents thèmes : sport et biodiversité, tourisme, préservation de la biodiversité, entretien des paysages, bois et ses usages, gestion de la grande faune, sylviculture. 

Le dernier temps viendra conclure les débats qui dessineront la feuille de route pour les 5 prochaines années. « Fontainebleau, Forêt d’Exception® » en quelques mots Le massif de Fontainebleau a été la première forêt à recevoir, le 19 mars 2012, le label national Forêt d’Exception® pour les forêts domaniales de Fontainebleau, des Trois-Pignons et la Commanderie. Cette distinction, attribuée actuellement à 8 forêts françaises, récompense celles reconnues pour leur patrimoine unique, aussi bien en termes d’histoires ou de paysage, que de biodiversité ou de sylviculture ; avec une double exigence de développement durable et de gouvernance partagée entre les acteurs du territoire : collectivités, élus et associations...  
Faute de temps, nous n'avons pas publié de news dans notre rubrique "nature" depuis bien trop longtemps (heureusement il y a la page facebook pour partager avec vous ces informations en direct) mais le sauvetage d'une chouette en cavité naturelle est toujours un grand moment. C'est d'ailleurs, rappelez-vous, un sauvetage de ce type qui avait inspiré aux techniciens forestiers des Trois Pignons le célèbre panneau vert et blanc "Stop aux déchets". Cet été donc, un promeneur ayant découvert cette chouette juvénile, errant seule au milieu des rochers a pris le temps de la secourir et de la déposer au Centre de sauvegarde de l'association Chevêche 77.

Grâce aux détails fournis sur le lieu de découverte, après vérification d'Etienne (Président du Centre) le site de nidification de ce bébé chouette effraie a pu être localisé avec précision. 
Cette petite chouette effraie semblant en pleine forme, les bénévoles du centre sont donc allés contrôler le nid dès le lendemain matin avec une équipe du PNR du Gâtinais français dans l'espoir de pouvoir réintroduire celle-ci dans son nid (rappelons que c'est souvent la meilleure chance de survie pour les oiseaux...).

Seulement, comme l'a si bien dit Etienne en arrivant sur site "c'est quand même chaud patate !!!" Le nid est situé dans une fissure profonde et étroite  d'un rempart assez haut, tout de même. Bref, il faut se résoudre à un petit travail de cordistes amateurs. C'est donc Etienne et Alexandre qui s'y collent.


Déterminés et d'un courage inébranlable, ils se lancent dans le rappel puis Alexandre réussi à se faufiler dans la cavité afin de vérifier la présence des parents au nid. La petite chouette est hissée avec beaucoup de précautions et réintroduite auprès de ses parents. 



Un grand bravo donc à Etienne, Alexandre, Chevêche 77 mais aussi Vincent du PNR et Marjolaine pour ce compte-rendu et les images.
On en profite pour vous conseiller de lire le guide pratique d'Ornitho média sur le sauvetage des oiseaux tombé d'un nid Vous verrez que parfois, ramasser l'oiseau n'est pas la bonne solution.

On ne vous présente plus la jeune association Greenspits, nouvelle actrice du (re)développement de certaines falaises oubliés du sud de la France. Rappelons que Greenspits s'est positionnée comme un soutien aux associations locales, aux bénévoles, aux comités départementaux FFME, au CAF, qui œuvrent déjà pour entretenir de nombreuses voies et secteurs. A la TL²B, nous avons la conviction que cet engagement de Greenspits en faveur des sites naturels et de la communauté des grimpeurs est une nécessité qui mérite le soutien de toute la communauté du monde vertical ! Greenspits  propose un concept novateur pour répondre aux problématiques de ré-équipement des SNE avec un projet  phare pour cette 2018-2019 basé sur votre participation...


Aujourd’hui un très grand nombre d'équipement de falaise date des années 80-90 et nécessite d'être renouvelé. Une tâche essentiel pour notre sécurité en falaise mais qui repose bien trop souvent sur le volontariat des équipeurs bénévoles. Greenspits s'est donnée deux grandes orientations : 
- l’entretien des sites naturels d’escalade dans le respect de sa charte de rééquipement 
- la transmission de culture et compétences aux nouvelles générations qui seront amenées à faire ce travail dans le futur, ainsi que l’éducation et la sensibilisation pour un impact minimal sur notre environnement.

Pour cette année, l'association ambitionne de :
- Rééquiper sur scellements 80 voies de tous niveaux.
- Purger si besoin et nettoyer les voies.
- Améliorer l’accès et le pied de voie.

Elle poursuivra son travail de sensibilisation aux bonnes pratiques et formera techniquement 16 jeunes apprentis rééquipeurs notamment au travers de 2 sessions de 6 jours, l'une à l'automne 2018 dans les Gorges du Verdon (04), l’autre durant l'hiver 2018/2019 dans les Gorges du Blavet (83).



Les inscriptions sont ouvertes depuis fin août 2018. Budget global de 32 000€ est découpé ainsi :

Le coût en investissement matériel représentant 48% du budget total qui couvre du matériel technique de longue durée (perforateur, disqueuse …) et des équipements de protection individuelle (Harnais, RIG, Corde …) qui selon la norme, seront utilisables entre 3 et 5 ans.
Le coût des consommables représentant 25% du budget qui concerne le matériel utilisé pour entretenir le site. Les broches, les relais et la colle sont les plus grandes dépenses (97%).
Le coût de l’organisation représentant 27% du budget qui comprend l’encadrement professionnel (60%), l’hébergement des participants (15%), la communication (25%) les assurances.

Pour financer ce superbe projet  Greenspits a besoin de vous ! Il ont fait appel à ACT For The Outdoors pour financer 46% du projet rééquipement.
Greenspits autofinancera 14% de ce projet comprenant également des investissements, des consommables et des frais d’organisation (ex : assurance des participants).
Nous faisons appel à d’autres mécènes pour financer les 40% restants.

Vous pouvez dès aujourd’hui soutenir ce projet sur la plate forme de don en ligne : https://actfortheoutdoors.kocoriko.fr/fr/projects/projet-reequipement-greenspits.



Images Jan Nowak pour Greenspits
Jamais 2 sans 3 nous a dit Carole, la Présidente de GreenSpits, la jeune association de défense des sites naturels d'escalade. Donc pour sa 3ème édition, la Fête du spit conserve le même concept mais migre vers une nouvelle falaise pour célébrer l'escalade comme un mode de vie en harmonie avec la nature du 21 au 23 septembre 2018 à Mollans sur Ouvèze (26) !


Donc pour cette 3e FDS, Greenspits a poursuivi ses travaux de développement d'une falaise méconnue « Les basses gorges du Toulourenc » sur la commune de Mollans-sur-Ouvèze (26), à quelques kilomètres de Saint-Léger-du-Ventoux.

Si vous n'avez pas encore achetez vos billets, il vous reste une chance avec le billet APRÈS TRAVAIL ( en vente du 6 septembre 00h au 21 septembre 12h) à partir de 20 € et limité à 250 places...

✦ 20€ adhérents Greenspits
✧ 25€ non adhérents
✬ 40€ adhésion + billet

 Ces tarifs incluent : 2 soirées (apéro vendredi et repas samedi, conférences, films), accès aux ateliers, camping sur place, « starter pack » offert par Greenspits & ses partenaires avec l’ecocup de l’évent.

 250 préventes, pas d’entrée sur place !
⇟ Le concept de La Fête du Spit ⇟

Révéler ou remettre au goût du jour une falaise avec des voies de tous niveaux.
Vous faire rêver en mêlant les grimpeurs pros aux amateurs, et avec de folles démos de highline.
Vous informer, vous sensibiliser et vous inspirer avec des ateliers ouverts à tous sur des thèmes variés, des conférences et projections de films.
Célébrer ensemble le « lifestyle » de la grimpe avec une soirée survoltée en plein air, bar et platines au plus haut point !
L’engagement et le dépassement de soi rejoignent la nature, l’art, la musique, la nourriture et la bonne bière.

 Pour celles et ceux qui ne connaissent pas encore cet évènement, voici un lien vers les vidéos des 2 premières éditions : https://bit.ly/2BCz3i0

➲ SITE WEB DE L’EVENT’ : https://www.feteduspit.com  et Greenspits https://greenspits.com/fr/
➲ PROGRAMME : https://www.feteduspit.com/programme/
➲ RÉSERVER SA PLACE : https://bit.ly/2PttWUj
L'Essonne valorise ses sites rocheux ! Il y a quelques mois, nous vous annoncions les travaux de mise en valeur de la Réserve Géologique Départementale sur le site d'escalade de la Troche. Si ceux-ci sont pratiquement terminés, (reste la mise en place des 2 tables d’information) il faut maintenant assurer les finitions pour une  mise en valeur du site. Un travail qu'associations locales et CoSiRoc vous proposent de réaliser samedi 22 septembre (avec prolongation le 23 si nécessaire). A Villneuve sur Auvers, c'est la naissance d'un géosite et son chantier de restauration de l'abris de carrier dont il faut parler.

Au programme, sont prévus des ramassages et regroupements (ou dispersions) de déchets végétaux, dégagement de la partie végétalisée de la « Bossière », une éradication du lierre sur le front ouest de la carrière, etc. 

Les gants de protection épais sont obligatoires, les ronces du coin étant de très bonne qualité ! Les sécateurs, petite scies d’élagueur sont les bienvenues. Les grimpeurs peuvent aussi s'armer de ferraille (type récupérateur de coinceur, longue sardine de tente...) pour nettoyer le fond des fissures. Les sacs poubelles seront fournis sur place. 

Le renouveau de la Carrière de la Troche c'est ça !
Crédit photos : Cosiroc

Pour les slackeurs branchés, sachez qu'avec sa nouvelle couche de sable bien épaisse et quelques arbres costauds pouvant servir de points d’amarrage, la Troche est en passe de devenir un petit paradis accessible en RER ! Une seule consigne à respecter : ne pas se servir des nouvelles tables et bancs ou fixations des futurs panneaux explicatifs comme points de fixation ni ajouter de point sur les grès de la carrière...
Le site a retrouvé sont aspect de lorsque la carrière était en exploitation, à nous bénévoles, de faire en sorte qu'il reste propre...

Et ça c'était avant...

Profitons en pour signaler que depuis le 25 juillet 2018, la butte du Buis (attention contrepèterie) de Villeneuve sur Auvers  est un nouveau site géologique classé géosite par le Conseil départemental de l’Essonne. Ici, des jeunes de Concordia  participent à un très intéressant chantier international de remise en état d’un abri de carriers créé au milieu du XIX siècle et abandonné depuis longtemps.

C'est un très bel endroit, tranquille, dans une pinède qui vient d'être éclaircie et en bordure de laquelle se trouve un rempart de 8 mètres de hauteur parfois équipé avec des spits. Hélas, les grimpeurs ne fréquentent plus beaucoup ce site dont la plupart des jolis blocs sont sous la broussaille et nécessitent un gros nettoyage, y compris sur les circuits d’escalade  revus en 2005 par Dominique Yvorel de l’AS Evry (2 circuits bleu et rouge, la fiche est ici). Les parcours jaune et vert sont à l'abandon. Avis aux amateurs, le site mérite un très gros investissement.

Retrouvez tous les renseignements (et bien d'autres) sur le site du COSIROC
Il ne se passe plus grand chose du côté du balisage des circuits d'escalade à Bleau depuis près d'un an. Et pour cause ! A la suite de la démission de la nouvelle présidence de la Commission des circuit, l'ONF a sérieusement ensablé les rouages qui transféraient aux pinceaux bénévoles de tous poils la responsabilité du balisage ou de l’effaçage (y compris des tags et autres graffitis comme ceux du 91.1). En attente du hypothétique signature d'une convention locale entre l'ONF Fontainebleau et le Cosiroc (à l'image de celle entre la FFME et l'ONF), les travaux d'entretien ou de création de circuits sont officiellement suspendus ! Heureusement, certains n'attendent plus la sacro-sainte autorisation de balisage pour nous offrir de nouveaux enchaînements notamment dans les circuits faciles et peu difficiles. Merci à eux.

Donc, deux nouveaux circuits ont été créés au Calvaire. Un circuit bleu (le troisième projets sur ce site chaotique et merveilleux au portes de la ville de Fontainebleau) et un circuit jaune. Nous n'en diront pas plus pour le moment mais pour celles et ceux qui sont abonnés à Paris Cham', la revue du Club Alpin d'Ile de France vous aurez bientôt plus d'info ou allez voir sur le site du Cosiroc. Il y a aussi un  nouveau circuit Jaune PD+ aux Drei Zinnen dans les Trois Pignons pour compléter le bleu et l'orange.
Signalons au passage la renaissance du circuit enfants E3 à la Canche aux merciers.

Quelques aventuriers ont également joué du pinceau pour repeindre le Circuit Orange n°2  et le circuit Rouge TD du 95.2. Un rouge dont on parlait déjà l'an dernier et qui est assez symptomatique des problématiques administratives évoquées en introduction notamment depuis les derniers changements à la tête de la Commission des circuits comme le rappelle Monsieur Naëls sur son site (extrait ci-dessous).




77

91

78

NATURE

MATOS