Les Titres

vendredi 31 juillet 2015

[BLEAU] Nouvelle route d'accès au 95,2 et Cie !

Début juillet 2013, Robert Courtiau, notre e-correspondant spécialiste des 25 bosses nous a adressé une série d'images sur la réfection du chemin communal de la Vallée Closes conduisant au parking dit de la Croix Saint Jérôme ! La route fut très vite à nouveau bousillée et les immenses mares qu'il fallait traverser tous l'hiver n'arrangeaient pas les choses. En attendant les travaux de la Route du Loup (Isatis/Cuisinière) du 03 au 28 août, voilà une photo, toujours de Robert de la nouvelle route d'accès au 95.2 et compagnie... Reste à savoir si elle va durer plus longtemps (car elle a du coûter encore plus cher !) avec ce siphon pour l'écoulement d'eau. En revanche, même si l'on est là sur une chemin communal, ce type de revêtement est il autorisé dans la forêt de protection ? A la Tl2B on s'étonne de ce choix. Les associations d'usagers seront certainement heureuses de ces améliorations mais celles de défense des sites naturels, c'est moins sûr...
La nouvelle piste pour accéder au stationnement de la Croix St Jérôme
Photo Robert Courtiau / site http://www.circuitdes25bosses.fr/

jeudi 30 juillet 2015

Matos Escalade : le SAV et problèmes de production

A cette époque de l'année, les sites internet présentent les nouveautés "matos" pour la prochaine saison. Dans le même temps, avec la Loi sur la transition énergétique, définitivement adoptée au Parlement cette semaine, "l'obsolescence programmée" est devenue une infraction punie de deux ans de prison et 300.000 euros d'amende. Alors forcément, quand, en dehors des rappels de produits à l'initiative des fabricants, plusieurs internautes signalent sur les forums et réseaux sociaux des problèmes de qualité sur divers produits de grandes marques d'escalade, on s'interroge ! Ici des semelles de chaussons qui se décollent trop vite, là une dégaine qui se révèle dangereuse et une corde détruite en 4 jours... Mais faut-il pour autant jeter des pierres aux fabricants ? Sans doute pas. Encore faudrait-il que le SAV soit à la hauteur de nos attentes ! 

Commençons par un cas typique : les semelles des chaussons qui se décollent. Tous les fabricants, quels qu'ils soient ont, un jour ou l'autre, été confrontés à une défaillance dans la production. Un coup c'est la gomme, un coup c'est la colle, un coup c'est le séchage... Si en général ils ont bien du mal à le reconnaître, les rumeurs sur la toile ont vite fait de détruire leur réputation pour quelques temps. Ainsi, le fabricant espagnol Boréal lorsqu'il lança les première série de gomme "fusion" a du faire face à un taux de retour très inhabituel du fait d'une usure prématurée des semelles (vaguelettes). Tardant à réagir sur le marché français et notamment parisien, les ventes de la marque alors numéro 1 ont très vite chuté. On pourrait donner plein d'autres exemples. Actuellement, c'est La Sportiva qui semble avoir un petit souci de qualité comme le signale ce post sur le forum CamptoCamp. Reste à savoir si c'est une série, une grosse production et si le problème est résolu. En attendant, le service après vente de la marque est, comme très souvent, aux abonnés absents !

Plus grave, le soucis rencontré par cet autre grimpeur avec sa corde neuve complètement ruinée en 4 jours de grimpe ! "... la corde était tellement abîmée que nous avons dû en couper un morceau d'environ 2 mètres (photos ci-jointes)..." nous dit-il dans un post publié sur le même forum et sur facebook.
Son témoignage est édifiant sur la qualité de certain service après vente : "j’ai contacté le SAV Millet, qui m’a répondu avec une réponse pré-écrite, ne correspondant pas du tout à la situation précise... Un peu écœuré, j’avais lâché l’affaire… jusqu’à dernièrement, où la marque millet a envoyé un message sur Facebook, pour gagner justement une de ses fameuses cordes "opposite", et où j’avais laissé un commentaire « ironique » sur le sujet. La marque millet s’est empressée de me répondre, en me disant qu’il fallait que je leur renvoie la corde, pour expertise : chose que j’ai faite.
J’ai transmis la corde, via un magasin revendeur de produits millet, à mes frais, début juillet. Courant du mois, n’ayant pas de retour, j’ai envoyé 2 mails pour savoir où en était l'expertise et je n’ai eu une réponse qu’hier soir, par mail, me disant que le laboratoire avait analysé la corde et qu’ils me la renvoyaient aujourd’hui.

Moralité, j'ai attendu 1 mois, été obligé d’appeler le SAV pour avoir plus de renseignements… et surtout pour entendre qu’il s’agit d’un problème d’utilisation et me prodiguer un cours sur l’assurage dynamique... (la cerise sur le gâteau !)
J’ai donc perdu du temps, de l’argent et toute considération pour la marque millet."

La corde est un élément essentielle dans la chaîne d'assurage et on ne peut pas douter du sérieux de la production de celle-ci. Il est clair aussi que quelques éléments abrasifs (type grains de sable) coincés dans les mailles du tressage de la gaîne peuvent ruiner une corde en quelques heures. A la TL²B, en plus de 25 ans de grimpe, il nous est arrivé plusieurs soucis avec des cordes dynamiques de différentes marques dès leurs premières utilisations (dont une quasi coupée en deux par une chute de pierre et une qui n'a pas aimé une séance de plusieurs vols répétitifs et dont les 4 premiers mètres étaient morts). Que ce soit une Millet, une Béal, une Cousin, une Petzl ou une Décathlon (pour parler des produits français) n'a aucune importance, un soucis dans une production peut toujours avoir lieu. Mais là encore, le soucis c'est un SAV visiblement loin, mais alors très loin de ce que l'on est en droit d'attendre d'une marque sérieuse. 

Enfin, signalons un dernier problème, celui d'un modèle de dégaine de Petzl signalé sur le forum Supertopo. Là, Petzl reconnait le défaut. D'ailleurs cette marque est sans doute celle qui porte un réel intérêt aux réclamations de leurs clients. Il y a quelques années, Grégoire avait assisté a un accident heureusement sans gravité lors d'une descente en rappel avec du matériel de fortune. En effet, ayant perdu son mousqueton à vis, un homme qui descendait en rappel sur un huit relié à son baudrier par un mousqueton simple avait été éjecté à quelques mètres du sol, le doit du mousqueton étant passé de l'autre côté ! Nous avions alors essayé de reproduire l'accident sur plusieurs stands d'un salon professionnel pour en comprendre la cause. Impossible d'après de nombreux fabricants dont celui du mousqueton ! C'est finalement les ingénieurs de Petzl qui ont réussi à trouver la solution. Une vrille de la corde avait conduit le huit à appuyer perpendiculairement au doigt du mousqueton qui avait finit par s'ouvrir et passer à l'extérieur. Et là, quand vous savez comment cela fonctionne, c'est super facile à reproduire !

Bref, si les SAV ne sont pas à la hauteur de la réputation des marques, il n'y a rien d'étonnant à ce que de plus en plus de consommateurs se tourne vers les marques du Groupe Decathlon qui, lui, en cas de problème, se pose moins de questions, s'excuse et vous change assez facilement le produit.

mardi 28 juillet 2015

[Com ONF] Fermeture du parking de Franchard Isatis et Cuisinière du 03 au 28 Août !

L’entreprise « Jardin des Trois-Pignons » réalisera à partir du 3 août 2015, pour le compte de l’Office national des forêts, la réfection de la route d’accès au parking de l’Isatis en forêt de Fontainebleau. Les conditions de circulation et d’accès à cette route s’en trouveront modifiées. En effet, les travaux nécessiteront sa fermeture jusqu’au 28 août 2015. Ces travaux sont bel et bien nécessaires, mais ne pouvait-on pas ouvrir temporairement l'ancien stationnement de la Cuisinière ? Par ailleurs, le béton est-il vraiment la solution pour cette route qui, il nous semble, est en forêt de protection ?


Ces travaux visent à rénover le revêtement au niveau des revers d’eau en béton devant lesquels la chaussée est particulièrement dégradée. Cela consiste à améliorer l’accès au site de l’Isatis mais également le confort des usagers et automobilistes. Les
conditions de circulation et d’accès à cette route s’en trouveront modifiées. 


Utilisant du béton, le temps de séchage nécessite la fermeture temporaire de cette route jusqu’au 28 août.

Toutes les dispositions seront prises pour garantir la réalisation des travaux dans les meilleures conditions de sécurité. En l’occurrence, l’entreprise signalera le chantier par la mise en place de barrières sur le site.

Conscient que ces modifications peuvent perturber temporairement les automobilistes et déranger quelque peu les activités de loisirs, une information in situ avertira les usagers de la forêt. Ces derniers sont également invités à la plus grande prudence.

L’ONF remercie les automobilistes et les usagers pour leur compréhension.

Feux de forêt et incendies : prudence sur tout le territoire

Bien entendu, comme chaque année dans le sud de la France, les fortes chaleurs et la sécheresse permettent au Préfet de lancé les "alertes incendie". C'est le cas dans tous les départements des Alpes du sud et bien entendu sur la côte atlantique. Les conséquences de cette situation sont multiples aussi bien pour les habitants que pour les touristes, randonneurs, grimpeurs... qui voient ainsi fermer ou limiter les accès sur divers sites naturels.

Certaines pistes peuvent être fermées à la circulation de véhicules mais aussi pédestre. Une grande prudence est bien entendue recommandée par les pouvoirs publics. Il convient donc de se renseigner préalablement auprès des sites préfectoraux, syndicats d'initiatives... sur les conditions d'accès. Il serait trop bête de partir en vacances pour s’apercevoir sur place que le site est interdit !

Nous avons déjà largement commenté les risques encourus par celles et ceux qui allumeraient un feu y compris par négligence en ne respectant pas les consignes d'interdiction de fumer et autres. Le grand incendie qui a détruit plus de 600 ha en Gironde cette semaine aurait été allumé par deux jeunes interpellés par la gendarmerie et qui seraient passés aux aveux, selon le quotidien régional Sud Ouest. Ils auraient en effet admis être les auteurs de plusieurs feux dans la région, le 17 juillet dernier. Toujours selon le journal, les deux individus ajouteraient qu'ils seraient aussi responsables d'autres départs d'incendie " dont ils ne se souviennent plus ".

Alors, on peut comme l'ami Louis Dollo dans un article de Kairn remettre en cause "la politique environnementaliste du « tout sauvage » préconisée par l’UICN / WWF et reprise par les Parcs Nationaux, certaines réserves et PNR conduit à un ensauvagement du milieu" et regretter les problèmes de pastoralisme ou d'urbanisation, mais franchement il faut surtout souligner la bêtise sans limite de certains humains (touristes, grimpeurs, randonneurs, paysans, incendiaires...) et le manque de respect de certains propriétaire vis à vis de la réglementation en matière d'entretien des propriétés.

lundi 27 juillet 2015

[Bleau] Magnésie versus Pof par Oleg Sokolsky

La magnésie, à Bleau, comme en falaise, est un sujet qui provoque parfois quelques vives discussions entre les accros à la poudre et les antis, même si, la grande majorité des utilisateurs, eux, ne se soucis pas du tout de l'impact de ce produit. 

On a évoqué il y a peu les traits de magnésie servant à indiquer les prises et qui sont très décriés. Nous avons dans notre rubrique "magnésie", régulièrement dénoncé l'abus de poudre blanche et la pollution visuelle qui en résulte (sans parler de la gêne pour les suivants). Nous avons aussi relayé l'excellent article de Guillaume Blanc sur la tribologie et ou dénoncé l'article "anti-magnésie" paru en Belgique. Traditionnellement, à Bleau, jusqu'au début des années 80, on utilisait un "Pof", une boule de chiffon dans laquelle sont emprisonnés des cristaux de colophane dont nous vous parlions ici (fabrication du pof) et là (utilisation)

Aujourd'hui, avec l'explosion du nombre de visiteurs en forêt de Fontainebleau et la "formation" des grimpeurs en salle, il n'y a plus beaucoup de sites rocheux où les blocs ne sont pas blanchis et la rumeur d'une éventuelle interdiction ou limitation par l'ONF semble s'intensifier avec la rédaction du plan d'aménagement forestier à paraître début 2016. 

Oleg Sokolsky, grimpeur et baliseur de très longue date, membre du Cosiroc et chroniqueur à Paris Chamonix (la revue du Club Alpin d'Ile de France) publie depuis plus de 30 ans des articles sur ce sujet. Voici, en exclusivité, la version intégrale de son dernier papier sur le sujet.
Un texte très long qui, s'il n'apporte rien de nouveau, ne manquera pas de faire réagir certains de nos lecteurs !

jeudi 23 juillet 2015

Outdoor : un business d'avenir et de plus en plus écolo

Nos amis de Kairn, comme la plus part des professionnels des loisirs et sports de nature se sont rendu à l'incontournable salon Outdoor Show de Friedrischafen. Les organisateurs du salon doivent être heureux à la vue du franc succès de cette nouvelle édition tant du côté du nombre d'exposants que de la fréquentation. Eric Dubois et l'équipe de Kairn reviendront bien entendu sur toutes les nouveautés présentées au Salon. Un salon qui faisait aussi la part belle au développement durable, au recyclage, à la lutte contre le gaspillage à l'image de Polartec®, le géant mondial de la fabrication de tissus technique et notamment les fameuses polaires qui annonçait avoir franchit le cap du milliard de bouteilles recyclées. Mais cela ne doit pas cacher qu'au quotidien, il reste encore beaucoup à faire pour sauver la planète et sauver l'économie du marché de l'Outdoor.

"Polartec® commercialise des tissus recyclés depuis 1993. Au travers de ses tissus mais aussi de son organisation, la société Polartec® s’est toujours engagée dans une démarche de qualité visant un développement durable de ses activités dans le respect des hommes et de l’environnement. Depuis 2010, Polartec® fabrique ses tissus recyclés avec des fibres Repreve 100 issues à 100 % du recyclage de bouteilles plastiques et s’engage à ce que chacun de ses produits identifiés comme étant recyclés, contienne un minimum de 50 % de matières recyclées." (la suite ici)

En attendant, comme le soulignait Eric, la mondialisation dans l'outdoor a aussi des conséquences économiques importantes. Ainsi "la hausse du dollar de 20% se répercutera également sur les prix de vente. Certaines entreprises qui auront privilégié l’Europe seront peut-être avantagées. Combien d’entreprises à la vue de leurs résultats, pourront absorber cette si soudaine et brutale hausse ? " En France, et notamment à Paris, après la guerre des prix entre le Vieux Campeur et les indépendants, c'est bel et bien Décathlon qui s'est taillé la part du lion en devenant le leader incontesté du marché.

Mais que pensez de cette enseigne et de la sa politique de prix agressif sur nos petits fabricants français. Un phénomène qu'aborde brièvement Eric Dubois avec ce paragraphe et sur lequel nous reviendrons bientôt :
"Que penser de la publicité de Quechua sur un sac à dos au prix de vente de 2.95 € garantie 10 ans. Certes ce produit n’a rien de technique ! Lorsque l’on peut voir avec quelle pugnacité les services de R&D des grandes marques de sport recherchent à améliorer le confort, le poids de nos sacs à dos tout en respectant désormais des constructions avec une empreinte carbone la plus faible. Nous sommes en droit de nous demander si ce sac ne discrédite pas des marques toujours soucieuses de nous délivrer les meilleures recettes. Nous pourrions étendre ce discrédit sur les personnes qui assemblent ce sac, quelle est alors la valeur de leur travail dans un prix si ridicule ?!"

Vous avez 2 heures !

[BLEAU] Déchets et tags, nos éco-respondants nous adressent quelques photos pour le wall of shame

Il y a quelques temps nous avons créé une page "Mur de la honte" où nous publions les photos des déchets oubliés ici et là dans la forêt. Nos correspondants nous ont aussi adressé pas mal de photos de tags et autres gribouillis. Si certains s'effaceront tout seul avec les prochaines pluies (c'est déjà le cas), d'autres vont nécessiter un peu d'huile de coude...

Les deux premières concernent le site de La Troche (Essonne) déjà victime de nombreux tags et autres taillages dans le passé. Ce site étant sans doute l'un des plus urbains (avec Eragny dans le 95), ce n'est pas très étonnant mais vraiment dommage. S'il devient Espace Naturel, il y a peu de chance qu'il y ait beaucoup de moyens supplémentaires pour régler ce genre de problème.

Photos de La Troche : Soleg


Ensuite, c'est Adrien qui nous signale quelques horreurs au Bas Cuvier, au Rocher de Bouligny (par la Route de l'Occident) et côté Franchard Raymond par la route des Gorges...


"Voici quelques photos de plus pour votre panthéon de la honte. Elles ont été prises respectivement au Bas Cuvier, au début de la route d'Occident (pour aller au Rocher de Bouligny) et au début de la route des Gorges de Franchard, côté Franchard Raymond. Misère.
C'est certain qu'au bord de telles routes, avec les départs en vacances, la forêt devient vite la poubelle une fois le pique-nique avalé !

Par ailleurs je ne sais pas si c'est récent, mais j'étais à la Roche aux Sabots il y a 10 jours et j'y ai vu plein de flèches grossièrement dessinées (à la craie je crois ?) pointant de gros trous dans la roche. Je ne sais pas si vous avez vu ça ailleurs, mais c'est vraiment du grand n'importe quoi !"

Là aussi c'est un grand classique de l'été dont le summum avait été atteint dans ce même site avec un parcours fléché au rouleau à peinture !

Quant à cette image, elle illustre à elle seule "le commerce" qui s'est installé en de nombreux coin de la forêt. Bref, faut nettoyer tout ça maintenant ! Rappelez-vous qu'en bas de notre site se trouve aussi les liens vers les observatoires permettant de signaler ce type de problème.




mardi 21 juillet 2015

[BLEAU] Attention, nombreux travaux routiers en cours !

L'été est souvent la période des grands travaux routiers et le Pays de Fontainebleau n'échappe pas à la règle. 
Si ceux concernant la fermeture de l'autoroute A6 et du Rond point de l'obélisque ont fait l'objet d'une communications plutôt correcte (malgré un balisage très déficient au départ), les travaux actuellement en cours autour de la Table du Roi qui débutaient hier avaient de quoi surprendre les automobilistes ! Il y avait bien quelques panneaux qui traînaient autour du rond point du Grand Veneur à propos de la fermeture de la Route Rond mais pour le reste...pas grand chose et une situation réellement dangereuse tant pour les conducteurs que pour les ouvriers présent cette nuit ! Petit point sécurité sur les chantier en cours !

Commençons par l'autoroute A6

Dans le sens Paris-Province, la bretelle de sortie RN37 vers Fontainebleau est fermée depuis le 8 juin, de jour comme de nuit. Pour pallier cette fermeture, l'itinéraires de déviation suivant a été mis en place  :
◦ Prendre la sortie n°12 direction Saint-Fargeau-Ponthierry;
◦ Continuer sur la RN 337 ;
◦ Rejoindre la RD 607 direction Saint-Fargeau-Ponthierry;
◦ Poursuivre sur la RD 607 direction Fontainebleau.
Le chantier entre dans sa deuxième phase, le renouvellement de la chaussée dans le sens Province - Paris. Du coup, la bretelle d’entrée venant de la RN37 est fermée depuis le 9 juillet et jusqu'au 21 août 2015, de jour comme de nuit.



Tous les accès vers la RN37 seront également fermés depuis la jonction RD607/RD637.
Pour pallier cette fermeture, les itinéraires de déviation suivants seront mis en place simultanément au niveau de la RD 607 :
• Pour les usagers de la RD607 venant de Fontainebleau :
◦ Continuer sur la RD607 direction Chailly-en-Bière / Saint-Fargeau-Ponthierry;
◦ Poursuivre sur la RD607 direction A6 (Paris) ;
◦ Prendre la RN337 direction A6 (Paris) ;
◦ Récupérer l’A6 direction Paris.

• Pour les usagers arrivant sur la RD637 par les RD50, route de Saint-Martin et RD64 et qui souhaitent rejoindre l’A6 :
◦ Prendre la RD637 direction Fontainebleau ;
◦ Faire demi-tour au rondpoint de Barbizon ;
◦ Prendre la RD607 direction Chailly-en Bière / Saint Fargeau Ponthierry ;
◦ Poursuivre sur la RD607 direction A6 (Paris) ;
◦ Prendre la RN337 direction A6 (Paris) ;
◦ Récupérer l’A6 direction Paris.

Notez que cette zone de travaux où la vitesse est limitée à 70 km/h a été l'occasion de tester un nouveau radar ! 
Un radar de chantier installé qui a flashé 2 500 fois par jour, soit près de deux fois par minute, depuis sa mise en service début juillet ! Ce radar, autonome et facilement déplaçable, est le premier du genre en France. Il a été inauguré le 4 juillet dernier par Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur et a déjà fait un petit en Bretagne, dans une zone de travaux où la vitesse est limitée à 90 km/h, flashant lui jusqu'à 900 fois/jour !

Ces appareils sont là afin de protéger les ouvriers travaillant dans ces zones en faisant respecter la limitation de vitesse, ce qui peut expliquer ce haut rendement. Cet appareil est annoncé par un panneau, comme les radars classiques !

Du côté de la ville de Fontainebleau, les travaux de voirie au rond point de l’obélisque entraînent aussi une diminution des chaussées et quelques ralentissement sur toutes les routes venant vers l’obélisque (D152 ; D 607 ; D 58 ; D606 ; le boulevard de Constance et le boulevard Magenta) seront impactées par ces travaux. Ils impliquent : la fermeture à la circulation du boulevard Magenta dans le sens Obélisque vers château ce mardi 21 juillet uniquement. La fermeture de la RD 58 en direction de Bourron-Marlotte dans les 2 sens de circulation selon les besoins du chantier et des travaux de nuit entre le 27 et 31 juillet.

Table du Roi : attention danger !!!



Hier soir, les automobilistes qui circulaient entre Melun, Dammarie-les-Lys et Fontainebleau par la D606 et la D142 ont eu le droit a une grosse surprise : u
n chantier avec arrachement total du bitume sans signalisation particulière. Du coup, ils se retrouvaient au milieu des engins de chantier et les ouvriers ! 
Soyez très prudent dans ce secteur pendant les semaines à venir !

On peut aussi s’interroger sur la pertinence de ces travaux de voirie alors qu'un projet de plus de 8 M €, consistant en un double rond-point accompagné d’une énorme tranchée viserait à sécuriser ce gros carrefour de la Table du Roi. Un dossier encore bloqué car nécessitant le déboisant d'au moins 22 000 m² et donc le déclassement des parcelles de la forêt domaniale par le Conseil d'Etat.

Enfin, il semble que l'on arrive enfin au bout des travaux du "tunnel" du carrefour de paris sur la D607 ! Cet ouvrage démesuré a été réalisé, dans le cadre de l’opération « Circulation apaisée », sur l’un des points noirs de l’insécurité routière. Il a coûté 1,8 M€ et permet donc aux piétons, cyclistes et cavaliers de franchir les 4 voies de la D 607 en toute sécurité. Mais son aménagement n’avait pas été terminé. Depuis un mois, les travaux de finition et signalétique ont démarré. Enfin ! En revanche, l'ouvrage est démesuré pour des piétons et vélos, mais insuffisant pour les camions de débardage. En comparaison le tunnel du Cuvier Châtillon dans les années 1980 a été moins coûteux et bien mieux conçu.

lundi 20 juillet 2015

[BLEAU] Rappel : feu et cigarette totalement interdits jusqu'au 30 septembre !

Les quelques pluies de ces derniers jours en forêt de Fontainebleau et des Trois Pignons sont loin d'être suffisantes pour supprimer tous risques d'incendie ! Il y a quelques jours, nous vous annoncions la publication de l'Arrêté Préfectoral (03/07) interdisant toute source de feu en forêt y compris la cigarette. Après une première phase d'information du public, les forestiers, assistés des forces de l'ordre si besoin, ont entamé (comme chaque été) la phase de "chasse aux contrevenants" comme le rappelait le Parisien dans un article du 12/07 ! Vendredi 10/07/2015, les flammes ravageaient un petit secteur non loin du Cul de chien et le haut du Pignon du Potala (le Parisien). En tout, vingt-trois départs de feu de forêt ou de récoltes ont été signalés  dans le sud du département. Des incendies qui ont ravagé en tout plus de 65 hectares dont 41 ha non moissonnés à Varennes-sur-Seine ! 

Dans l'article du Parisien du 12 juillet, comme chaque année, on apprend que l'ONF verbalise les touristes ou locaux ayant décidé de camper en forêt en faisant ceux qui n'ont pas vu les panneaux (pourtant bien présents et nombreux). Si certains s'en plaignent comme en témoigne l'extrait ci-dessous, rappelons que les 135 € du PV sont bien faibles aux regards de ce qu'ils devraient débourser en cas d'incendie même involontaire ! Petit rappel avant les extraits de l'article...

L'article 322-5  du Code Pénal, modifié par la Loi n°2011-525 du 17 mai 2011 - art. 185 prévoit : 

La destruction, la dégradation ou la détérioration involontaire d'un bien appartenant à autrui par l'effet d'une explosion ou d'un incendie provoqués par manquement à une obligation de prudence ou de sécurité imposée par la loi ou le règlement est punie d'un an d'emprisonnement et de 15000 euros d'amende.

En cas de violation manifestement délibérée d'une obligation particulière de prudence ou de sécurité prévue par la loi ou le règlement, les peines encourues sont portées à deux ans d'emprisonnement et à 30000 euros d'amende.

Lorsqu'il s'agit de l'incendie de bois, forêts, landes, maquis, plantations ou reboisements d'autrui, les peines sont portées à deux ans d'emprisonnement et à 30 000 Euros d'amende dans le cas prévu par le premier alinéa, et à trois ans d'emprisonnement et à 45 000 Euros d'amende dans le cas prévu par le deuxième alinéa.

Si cet incendie est intervenu dans des conditions de nature à exposer les personnes à un dommage corporel ou à créer un dommage irréversible à l'environnement, les peines sont portées à trois ans d'emprisonnement et à 45 000 Euros d'amende dans le cas prévu par le premier alinéa, et à cinq ans d'emprisonnement et à 100 000 Euros d'amende dans le cas prévu par le deuxième alinéa.

Si l'incendie a provoqué pour autrui une incapacité totale de travail pendant au moins huit jours, les peines sont portées à cinq ans d'emprisonnement et à 75 000 Euros d'amende dans le cas prévu par le premier alinéa, et à sept ans d'emprisonnement et à 100 000 Euros d'amende dans le cas prévu par le deuxième alinéa.

S'il a provoqué la mort d'une ou plusieurs personnes, les peines sont portées à sept ans d'emprisonnement et à 100 000 Euros d'amende dans le cas prévu par le premier alinéa, et à dix ans d'emprisonnement et à 150 000 Euros d'amende dans le cas prévu par le deuxième alinéa.

Le triste spectacle qui s'offre sur le haut du Potala depuis le 10/07/2015...
Photo : Robert Courtieau, notre spécialiste des 25 bosses 


L'avis des touristes surpris en forêt de Fontainebleau :

" Après trente minutes de ronde en voiture, l’équipe de cinq hommes repère les premiers contrevenants de la soirée, une famille de campeurs sud-africains vivant en Belgique venus faire de l’escalade. Ils font un barbecue dans une clairière à quelques mètres seulement de leur toile de tente. Montant de l’amende : 135 €. « Nous n’avons pas eu de chance de nous faire contrôler mais c’est bien que des gens surveillent. En Afrique du Sud, c’est encore plus sec et tout le monde fait des barbecues », confie Ana, 33 ans, obligée d’éteindre le feu avec un seau d’eau avant de s’acquitter de son amende.

Si certains prennent cette sanction avec philosophie, d’autres ont plus de mal à l’accepter. « Je comprends le contexte mais nous étions simplement en train d’utiliser un grill fermé, avec un feu sous contrôle et sans un brin de vent. L’amende est vraiment salée ! », s’insurge David, un touriste suisse venu avec trois de ses amis faire de la varappe dans la forêt et bien décidé à contester l’amende. « Nul n’est censé ignorer la loi », rappelle Alexandre, depuis trois ans à l’ONF, qui lui indique les panneaux faisant état de l’interdiction de faire du feu en forêt."

Extrait du Parisien (à lire ici)

Le triste spectacle qui s'offre sur le haut du Potala depuis le 10/07/2015...
Photo : Robert Courtieau, notre spécialiste des 25 bosses 
Alors, franchement, quand on voit ces images du Potala, on se dit que oui, il faut faire respecter la loi !
Un feu de camp qui a chauffé toute une nuit ne s'éteint pas aussi facilement que vous pensez... En profondeur, une braise peut couver plusieurs jours dans la tourbe de la forêt et l'incendie partir bien après vous !!!



[BLEAU] Le circuit rouge du Cul de chien a fait peau neuve...ou presque !

Malgré quelques critiques acerbes d'esprits chagrins, les bénévoles du Cosiroc poursuivent leurs travaux d'entretien des circuits d'escalade. Après le bleu, c'est le rouge TD+ du Cul de chien qui a fait l'objet d'un ravalement de façade fort nécessaire ! Il fait maintenant 36 numéros et 9 bis. L’ancien parcours a donc été considérablement complété et suit ainsi le circuit bleu dont le départ se fait maintenant sur le même bloc.

Donc, avec ce "nouveau" rouge, l'ensemble des circuits d’escalade du Cul de Chien qui n’étaient plus entretenus depuis de nombreuses années ont été repeints ! Des amis du CoSiRoc se sont investis durant deux années sur ce site !

Un des objectifs de ces reprises était de (re)situer les circuits dans une perspective d’escalade durable c'est à dire, dans la limite du possible, de supprimer les voies trop usées (prises cassées, bricolage artificiel –taille, ciment ou sikadur- polissage des prises. Bon, certaines voies auront donc disparu (mais pas toutes !) ou changé de couleur... et alors !




Le Cul de Chien est un site exceptionnel hélas trop fréquenté pour que l'impact de nos pratiques y laisse peu de traces ! 

Après le récent incendie, une fois encore, rappelons que pour profiter pleinement, librement et encore longtemps de ces espaces, nous devons impérativement faire respecter quelques règles de bonnes pratiques comme : ramasser les détritus, papiers, bouteilles, limiter l’usage de la magnésie, ne grimper qu’avec des semelles de chaussons essuyées pour limiter le polissage des prises, ne pas faire de feu...

Ce "nouveau" parcours a donc été tracé grâce aux efforts de Marie-Martine Bé, Claude Boitard, Bernard Commiot, Charles Delèglise, Eric Derio, Jean-Yves Derouck, Gérard Durand, Patrick Juhel, Jean-Michel Gosselin, Christian Laroche, Jo Montchaussée, Pierre Pettinotti, Christian Roumégoux, Claude Sanz. Qu’ils en soient sincèrement remerciés.

La fiche de ce circuit est accessible ici et en photos


vendredi 10 juillet 2015

Sécurité et accidents d'escalade, la FFME nous donne quelques chiffres

Nous avons reçu copie de la première lettre d'information de la FFME traitant de la sécurité en escalade. Celle-ci nous donne un peu de visibilité sur l'accidentologie de cette activité en particulier en bloc. Toutes les données sont des chiffres bruts qui mériteraient d’être affinés. Ils démontrent, s'il en était besoin qu’un apprentissage de la chute en bloc est tout aussi indispensable que le respect des règles de sécurité en falaise et en salle ! Une évidence qui n'a pas échappée à la FFME bien que la pratique de la "parade" que nous décrivons dans cet article ne soit visiblement plus enseigné dans de nombreux clubs par les DE (Diplômés d'Etat). Rappelons ici, que plusieurs d'entre eux craignent d'être poursuivi en cas d'accident sur la base d'une jurisprudence que nous avions largement commenté ici. En tous cas, comme le rappelle Pierre You, Président de la FFME en introduction de cette lettre : "Les accidents sportifs ne résultent jamais d’une cause unique, notre compréhension collective doit nous permettre d’identifier les nombreux facteurs qui ont entraîné la réalisation de ces sinistres. Nous devons avancer vers une analyse objective du processus des accidents."

Cette lettre s’inscrit dans une démarche active de prévention des accidents sportifs au sein de la FFME visant à prévenir, à préserver, l’intégrité physique des licenciés, visant à protéger tous les cadres bénévoles salariés dans leur situation d’accueil ou d’encadrement. 

Elle fait suite à la première formation FFME de « Correspondants régionaux Prévention Sécurité (CPS) » qui s’est tenue au CNSD à Fontainebleau, du 4 au 6 juin dernier.  Le CPS doit conseiller les comités, les clubs, relayer les informations nationales en vue d’améliorer la prévention et la sécurité
De cette formation, retenons l'intervention de Laurent Lagarrigue, Entraineur national, sur la chute en bloc...

"Les règles de sécurité Escalade par la FFME

Pour une pratique la plus sûre possible, le grimpeur et son assureur doivent utiliser des procédures et des techniques de sécurité simples et efficaces. Ces règles incontournables de sécurité sont aujourd’hui décrites dans un seul document. En effet le conseil d’administration FFME du 7 mars dernier a adopté officiellement Les règles de sécurité en escalade de bloc, de difficulté et de vitesse sur SAE, sites naturels de bloc et site sportif d’une longueur ".

A propos des statistiques publiées par la FFME, rappelons que ce sont des chiffres bruts. 
On peut les interprétés de différentes manières. Ainsi, de 2011 à 2015, sur 1164 dossiers d'accident enregistrés, seul 346 concerne des sites naturels ! Est-ce à dire qu'ils sont moins dangereux, moins fréquentés, ou que les grimpeurs qui les fréquentent respectent moins les règles de sécurité ? 
Probablement non. Disons que la part de pratiquants licenciés FFME en sites naturels est sans doute beaucoup plus faible qu'en SAE !



En bloc, si c'est dans le niveau "confirmé" (là, on aimerait une définition) qu'il y a plus d'accident, c'est surtout en salle d'escalade qu'ils surviennent malgré la présence des tapis ! A notre qu'en salle, la parade est quasi inexistante et que les règles de circulation sous les grimpeurs sont souvent oubliées...

Enfin, question gravité des accidents, c'est bien en bloc que les fractures sont le plus nombreuses...







La FFME annonce par ailleurs qu'elle mettra "prochainement en ligne un outil de recueil des données pour tous types d'incidents, presque accident, et/ou bonnes pratiques dénommé le retour d’expérience ou REX FFME. Le REX est une démarche qui permet d’apprendre de ce qui s’est passé afin de mieux maîtriser l’avenir."

A la TL²B on tient à souligner le remarquable travail de collecte des données effectué par la FFME. On attend avec impatience la suite ! On aimerait juste quelques précisions sur la nature de ces données (dossiers ayant fait l'objet d'une déclaration assurance sans doute) et la définition du grimpeur "confirmé". Par ailleurs, on aimerait connaitre la répartition géographique et notamment ceux concernant Bleau qui seraient à comparer aux statistiques des hopitaux de la région...
En attendant, nous vous recommandons la lecture exhaustive du document (lien ci-dessous) et des documents qui y attachés !

Source des graphiques et citations FFME :

jeudi 9 juillet 2015

Fêtez les 150 ans de la première du Cervin !

Le 14 juillet, Zermatt (Suisse) fêtera le 150ᵉ anniversaire de la première ascension du Cervin !
À l’occasion de cet évènement, redécouvrez dans un ouvrage unique publié par les Editions du Mont Blanc, les images et les textes des conférences d'Edouard Whymper, vainqueur du Cervin.


Durant ses conférences, Édouard Whymper projetait ses photographies à l’aide d’une lanterne magique. Peter Berg, archiviste à l’Alpine Club, a retrouvé ces images. En rapprochant chaque diapositive des notes de Whymper, il a reconstitué les conférences où le célèbre alpiniste entraînait le public victorien dans un incroyable voyage alpin.

Au fil des pages, retrouvez les conférences et les prises de vue de Whymper dans ce livre de de 160 pages, format 230 x 190 mm, au prix de 26€ sur le site des Editions du Mont Blanc


mercredi 8 juillet 2015

Demandez le programme de l'agence Loomla !

On a déjà évoqué à de nombreuses reprises les travaux photographique d'Olivier Blaise et son site internet ainsi que les stages qu'il anime chez Loomla

Comme le disait une internaute : "Découvrez le choix fou proposé par cette agence, spécialisée en rando nature et rando thématique : balade à pied, à vélo électrique, de jour ou de nuit, rencontre avec l’impressionnisme ou le bien-être… 
Sur des sujet variés, enrichissez-vous ! au coeur du pays de Fontainebleau"

Vous avez demandez le programme pour juillet et août ? Le voici !




Sauvetage des oeuvres d'art brut signées Chomo à Achère la forêt

«Vous qui entrez ici, vous n’êtes pas certains d’en sortir. » À l’entrée de la propriété de Chomo, à Achères-la-Forêt, en Seine-et-Marne, un écriteau prévenait les visiteurs. Roger Chomeaux, dit Chomo, est né le 28 janvier 1907 à Berlaimont et mort le 19 juin 1999 à Achères-la-Forêt. Après l'école des beaux-arts de Valenciennes, puis à celle de Paris, où il pratique la peinture et la sculpture, il remporte plusieurs prix. Durant la Seconde Guerre mondiale, il est envoyé dans un stalag de Pologne. A son retour, il se réfugie aux portes de la forêt de Fontainebleau où sa femme a acheté quelques hectares. Il adopte alors un langage parallèle et signe désormais Chomo. Exposées en 1960, à la galerie Jean Camoin à Paris, ces œuvres ont suscité l’admiration de Jean Cocteau, d’André Breton, de Salvador Dalí… Mais Chomo, grand, sec, le regard noir, a envoyé promener tous les acheteurs. Indigné : « L’art n’est pas fait pour être vendu. On ne vend pas ses prières. Une femme ne vend pas ses enfants ! » « Je suis riche de pauvretés, vous êtes pauvres de richesse », clamait l’un de ses aphorismes, à rebours du consumérisme des sociétés modernes.

Chomo s'installe donc seul sur ce terrain transformé en atelier à ciel ouvert. Délaissant le bronze, la terre cuite et le marbre, Chomo choisit des « matériaux qui respirent ». La tôle, le bois, le plastique, le verre ou le béton. Il modèle aussi des grillages qu'il peint ou incruste de plastique fondu et de matériaux divers. Il détourne des jouets d'enfants. Chomo s'attaque à l'architecture et à l'art du vitrail : il construit trois bâtiments de bois, de grillage et de bouteilles. Le premier s'appelle le « Sanctuaire des bois brûlés » ; le deuxième, « L'Église des Pauvres », agrémenté d'une rosace spectaculaire réalisée avec des bouteilles de couleur et le dernier, « Le Refuge », recouvert de capots de voitures.

Chomo meurt en 1999 au milieu de ses œuvres, veillé par sa seconde épouse. Dix ans après sa mort, la Halle Saint Pierre organise sa première grande rétrospective.

À l’époque, 2 000 sculptures peuplaient les lieux : des figures étranges aux grands yeux de voyants qu’il appelait ses « bébés d’orage », ses « enfants d’amour refusés », ou encore « visages cosmiques »… Désormais, seuls les bâtiments sont conservés dans la forêt, toutes les autres œuvres étant stockées ailleurs. La dernière compagne de Chomo a supprimé les inscriptions. Et ses enfants, inquiets de laisser ses sculptures sur place à la merci des voleurs, les ont fait mettre à l’abri dans un stock. Seules les belles constructions de l’artiste témoignent encore de son ermitage ici pendant presque quarante ans. Mais voilà, ces œuvres de récupération, qualifiées d'art brut, laissées à l'abandon, se dégradent et le Refuge prend l'eau !

« Chomo était une sorte de chaman, un être d’une spiritualité profonde, tourné vers le cosmos et très proche de la nature », souligne Laurent Danchin, son ami « C’était aussi un imprécateur écologiste, très inquiet des changements climatiques. Les gens de la région le consultaient discrètement pour ses talents de guérisseur, ses pansements au miel, lui qui avait une vingtaine de ruches », raconte ce grand spécialiste de l’art brut, inquiet du devenir de l’œuvre.
Venu visiter le site il y a deux ans, Lionel Walker, alors vice-président (PS) du conseil général de Seine-et-Marne, avait proposé de financer une étude sur son potentiel touristique. « L’endroit se trouve au cœur du Parc naturel régional du Gâtinais. Il y a peut-être un circuit à imaginer en lien avec d’autres sites semblables à proximité comme le Cyclop de Tinguely », faisait valoir l’élu.

D'ici quelques jours, une dizaine d'étudiants de l'école des Beaux-arts de Nante, s'acharneront à restaurer les bâtiment et à mettre hors d'eau le célèbre Refuge grace aux 7600 € de dons collectés lors d'une souscription lancée en juin sur le site Ulule. A l'automne, une association des Amis de Chomo devrait prendre le relais et étudier le projet de réouverture au public du site...

La réforme territoriale française et ses répercutions sur les comités territoriaux des fédérations sportives

Voilà quelques mois, l'Etat français a engagé une profonde réforme des instances territoriale. Après le Sénat, l'Assemblée nationale a adopté en deuxième lecture, le 2 juillet, le projet de loi portant Nouvelle Organisation Territoriale de la République (NOTRe) . Il s'agit du troisième volet de la réforme, après la loi de modernisation de l'action publique territoriale et d'affirmation des métropoles et la loi relative à la délimitation des régions.  Ainsi, depuis le premier janvier 2015, 11 nouvelles métropoles ont été créées après Nice-Côte d’Azur (2011). Le premier janvier prochain, deux autres seront créées (Grand Paris et Aix-Marseille-Provence). Les Conseils régionaux des 13 nouvelles régions administratives seront eux pourvus  après les scrutins des 06 et 13 décembre 2015. Enfin, les départements quant à eux ne devraient pas connaître de modification avant 2020. Ce nouveau découpage a bien entendu des répercutions dans de nombreux domaines dont le sport. Ainsi, le ministère de la jeunesse, des sports et de la vie associative a annoncé que l’implantion des 13 nouvelles directions régionales JSCS serait terminée le premier janvier 2016. Les fédérations sportives agréées, qui plus est délégataires, doivent donc obligatoirement organiser leurs organes déconcentrés selon le modèle ministériel. Une restructuration que semble vouloir anticiper la Fédération Française de Montagne et d'escalade !

Dans un article publié hier, elle explique :
"Nous avons fait le choix de ne pas subir cette réforme mais plutôt d’en faire une véritable opportunité de redynamisation de nos territoires autour de trois défis :

· Proximité des lieux de décision et de mise en œuvre des politiques publiques ;

· Représentativité fédérale avec une légitimité incontestable ;

· Efficience et maîtrise de notre développement au plus près des clubs.

A la fin de la réforme fédérale, la fédération sera organisée territorialement en 13 ligues (ex comités régionaux) et des comités territoriaux (ex comités départementaux). Ces comités territoriaux couvriront tous les départements mais un comité territorial pourra voir ses compétences élargies sur plusieurs départements administratifs.

Le conseil d'administration du 13 juin 2015 à validé la mise en place d'un comité de pilotage national des territoires (CPNT), composée du président, du secrétaire général, du trésorier, du directeur général, de trois présidents de comités régionaux et de trois présidents de comités départementaux et d’un salarié national. Le 04 juillet, il s’est réuni pour la première fois marquant ainsi le début du processus de la réforme territoriale fédérale.

Dès à présent des comités de pilotage régionaux des territoires vont se mettre en place avec une feuille de route basée sur la cohérence et l’efficacité.

Les grandes dates :

· 23 janvier 2016 : Assises territoriales
· 16 avril 2016 : Assemblée générale nationale avec votes des statuts aux niveaux national, ligues et comités territoriaux
· Courant 2016 : Création des ligues et comités territoriaux
· Fin 2016 : Election dans les ligues et comités territoriaux
· Mars 2017 : Assemblée générale nationale avec élection du conseil d’administration.

Reste à savoir ce qu'il sortira de tout ça...
Pour tout savoir sur la réforme de l'Etat : http://www.gouvernement.fr/action/la-reforme-territoriale


mardi 7 juillet 2015

L'accès d'une des plus célèbres vires du Half Dome s'est effondrée !

Cette photo d'Alex Honnold sur une vire du Half Dome (USA) a fait le tour du monde. Ne comptez plus faire la même, une vire des longueurs inférieures s'est effondrée rendant ce passage inaccessible pour le moment (voir commentaire de john) ! En effet, selon un message de Dave Miller sur le forum de Super topo, un de ses amis, qui a a tenté l'ascension le 5 juillet, a été stoppé à la hauteur de ce 11ème passage.



Cet itinéraire qui compte parmi les plus populaires du Half Dome (face nord-ouest) a été ouvert par les légendes du Yosemite : Royal Robbins, Mike Sherrick et Jerry Galwas en 1957. Par la suite, les 23 longueurs ont été gravies en libre pour du 5.12a maxi. Une voie qu'Alex Honnold s'est offerte en solo intégral en 2 heures et 50 minutes malgré un bref repos sur cette vire. Une corniche qui repose désormais dans le fond de la vallée en mille morceaux.
On ne connaît pas le moment exacte de l'éboulement. Il n'y a aucun témoins même si se doute que le rocher est tombé lors des récents orages de vallée.

Les éboulements 
dans le Yosemite sont d'ailleurs plus fréquents qu'on ne le pense. Le 14 juin, c'est une véritable cascade de rochers qui a coulé dans la face ouest provoquant un gros nuage, adjacent au Half Dome et endommageant le classique My Favorite Things

Une nouvelle voie à ouvrir donc !

En attendant, cet été, en France, comme ailleurs, soyez prudents, les conditions météorologiques exceptionnelles peuvent entraîner de gros mouvements géologiques !

Source : RockandIce

lundi 6 juillet 2015

Enquête publique sur les "boues rouges" du Parc National des Calanques !

Les calanques de Marseille sont un des sites préférés des grimpeurs, randonneurs et des nombreux touristes qui les parcourent chaque année. Après une très longue procédures et de nombreux conflits, l'Etat a fini par classer la zone en Parc National. Une décision politique prise avant de régler les problèmes les plus importants des Calanques : les pollutions en mer par les "boues rouges" et les égouts de la seconde ville de France ! 

Depuis l'annonce en septembre 2014 (ici) de la décision du conseil d'administration du Parc national des Calanques de prolonger de 30 ans la dérogation accordée à l'industriel pour rejeter en mer des résidus liquides, la ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, et Alteo se livrent à une guerre de communication sur fond d'expertises sur la nocivité des  tristement célèbres "boues rouges". 

La préfecture avait programmé une première enquête publique du 20 avril au 5 juin 2015 sur ce sujet sensible avant de faire machine arrière et d'ordonner des études complémentaires sur le milieu.

Depuis bientôt 50 ans, l'usine de production d'alumine de Gardanne, (ex-Péchiney rachetée en 2012 par le fonds d'investissement américain HIG et renommé Alteo), rejette en pleine mer au large de Cassis les résidus de son exploitation. Si cette autorisation expire le 31 décembre 2015, l'industriel
a demandé à poursuivre les rejets liquides, inévitables selon lui.

L'enquête publique sur le renouvellement de l'autorisation de rejets des déchets devrait donc être reprogrammée du 17 août au 25 septembre. La préfecture a indiqué qu' après clôture de l'enquête publique et remise du rapport de la commission d'enquête, le dossier sera soumis à l'avis du conseil départemental de l'environnement et des risques sanitaires et technologiques (CODERST) ainsi qu'au conseil supérieur de la prévention des risques technologiques (CSPRT)", puis "au vu de l'ensemble des avis", le préfet des Bouches-du-Rhône "prendra sa décision".

[COM ONF] Arrêté Préfectoral interdisant toute source de feu au Pays de Fontainebleau

Aux portes de Milly, le 29/06/15
à 17 heures... Photo Robert C.
Nous l’annoncions dès jeudi, le Préfet de Seine et Marne a pris un Arrêté interdisant toute source de feu sur l'ensemble de Pays de Fontainebleau. Il est donc désormais interdit de fumer en forêt !

Madame, Monsieur,
Les récents incendies de forêts observés durant ces dernières semaines dans les forêts de Seine-et-Marne, notamment 16 sur le massif de Fontainebleau, nous appellent à une extrême vigilance. Aggravés par les conditions climatiques exceptionnelles de ces derniers jours, ces incendies présentent un danger pour la sécurité des usagers et la conservation de la forêt.
 
En outre, pour renforcer les mesures de prévention contre les incendies, un arrêté préfectoral vient d’être pris sur les forêts domaniales de Fontainebleau, des Trois Pignons et de la Commanderie. Ainsi, à compter du 3 juillet et jusqu’au 30 septembre 2015, il est interdit de fumer, de déposer ou jeter des mégots, d'apporter des allumettes et des appareils producteurs de feu (réchaud) dans ces forêts



Je vous remercie de bien vouloir diffuser et relayer largement cette communication et reste, par ailleurs, à votre disposition pour tout complément d'information.

Le texte de l'AP


Encore un balisage sauvage sur le sentier bleu 16 !

On ne compte plus les tracés sauvages réalisés à la bombe en forêt de Fontainebleau et des Trois Pignons ! 
Leur effaçage prend beaucoup de temps aux bénévoles des diverses associations et notamment à ceux de l'AFF en charge de l'entretien des célèbres sentiers bleus. 
Depuis plusieurs semaines, un individu fort peu sympathique s'acharne à surbaliser, c'est à dire à doubler voir tripler, chaque balise du sentier bleu n°16 (Trois Pignons). 
Ce sentiers qui a déjà fait l'objet de nombreuses opérations de nettoyage suite à divers bombages fluos en 2013 (voir ici) est donc à nouveau victime d'un peintre fou ! N'hésitez pas à signaler vos observations à l'AFF via leur observatoire (voir en bas de page)...
Le F... photo : Robert Courtieau

En bleu clair, en haut à gauche, la balise originale, soulignée d'une nouvelle à la bombe !



vendredi 3 juillet 2015

Attention : Risque d'incendie au maximum et possible arrêté préfectoral !

Avec ces températures caniculaires qui se sont abattues sur la France ces derniers jours, la végétation a séché d'un coup. Conséquence, le risque d'incendie est à son maximum et les feux se multiplient avec pour origine, dans la grande majorité des cas : l'imprudence et le non respect de la réglementation !

A Fontainebleau, les incendies se sont multipliés dans le massif. En tout 16 feux depuis début mai, ont ravagé 13 hectares (voir ici) ! La plupart de ces incendies proviennent de feux de camp mal éteints -alors que les feux sont interdits dans le massif forestier- et même de cigarette balancée par la fenêtre d’une voiture. Ainsi, il y a quelques jours, on a pu assister au départ d'un incendie dans un champ de céréales en bord de route aux portes d'un village de la forêt !!! Rappelons aussi que camping et bivouac sont interdits en forêt de Fontainebleau !

Hier l'ONF 77 a donc demandé au préfet de prendre un arrêté exceptionnel jusqu'au 30 septembre pour interdire toute source de feu en forêt en en périphérie de celle-ci. Un arrêté qui interdirait donc comme ce fut le cas par le passé (en 2012), de fumer en forêt. Une mesure d'ailleurs en vigueur dans bien des sites du sud de la France ! Nul doute que les contrôles et verbalisations vont s'intensifier dans les jours qui viennent.

Bref, amis des forêts et sites naturels de loisirs sportifs, automobilistes, riverains et jeunes fêtards nocturnes, merci de faire preuve de la plus grande prudence. Pas de feu, et un cendrier fermant hermétiquement sont un minimum ! Ce qui est valable à Bleau et aussi valable dans tous les sites naturels de France.

Petit Rappel :
Incendie que prévoie le Code Pénal français ? 
Photo JC Valluet
Article 322-5  Modifié par la Loi n°2011-525 du 17 mai 2011 - art. 185

La destruction, la dégradation ou la détérioration involontaire d'un bien appartenant à autrui par l'effet d'une explosion ou d'un incendie provoqués par manquement à une obligation de prudence ou de sécurité imposée par la loi ou le règlement est punie d'un an d'emprisonnement et de 15000 euros d'amende.

En cas de violation manifestement délibérée d'une obligation particulière de prudence ou de sécurité prévue par la loi ou le règlement, les peines encourues sont portées à deux ans d'emprisonnement et à 30000 euros d'amende.

Lorsqu'il s'agit de l'incendie de bois, forêts, landes, maquis, plantations ou reboisements d'autrui, les peines sont portées à deux ans d'emprisonnement et à 30 000 Euros d'amende dans le cas prévu par le premier alinéa, et à trois ans d'emprisonnement et à 45 000 Euros d'amende dans le cas prévu par le deuxième alinéa.

Si cet incendie est intervenu dans des conditions de nature à exposer les personnes à un dommage corporel ou à créer un dommage irréversible à l'environnement, les peines sont portées à trois ans d'emprisonnement et à 45 000 Euros d'amende dans le cas prévu par le premier alinéa, et à cinq ans d'emprisonnement et à 100 000 Euros d'amende dans le cas prévu par le deuxième alinéa.

Si l'incendie a provoqué pour autrui une incapacité totale de travail pendant au moins huit jours, les peines sont portées à cinq ans d'emprisonnement et à 75 000 Euros d'amende dans le cas prévu par le premier alinéa, et à sept ans d'emprisonnement et à 100 000 Euros d'amende dans le cas prévu par le deuxième alinéa.

S'il a provoqué la mort d'une ou plusieurs personnes, les peines sont portées à sept ans d'emprisonnement et à 100 000 Euros d'amende dans le cas prévu par le premier alinéa, et à dix ans d'emprisonnement et à 150 000 Euros d'amende dans le cas prévu par le deuxième alinéa.
 
Copyright © 2014 Tribune Libre de Bleau et Cie | Blogger Template Distributed By ZMTemplate | Designed By OddThemes