#RESPECT

#RESPECT
La forêt n'est pas une poubelle ! Nettoyons !

IMPORTANT

Com ONF

ESCALADE

Sur le chemin

février 2013

C'est le Printemps, on va retourner nettoyer la forêt ! Les Clean up days (ou journées de nettoyage) compte parmis les sujets qui nous tiennent beaucoup à coeur à la TL²B. Peut être par ce que Greg, notre RC, organisa en 2001 avec Climbing Attitude, Béal, Grimper et le Cosiroc, l'une des plus grosses opérations de ramassage dans les Trois Pignons. L'an dernier avec bon nombre d'entre vous et le soutien de la Maison Chlapak, de Blocage, de différents gîtes et de Black Diamond, nous avions réalisé de nombreux nettoyages. Il reste beaucoup de zones à traiter donc, en attendant le World CUD de septembre lancé par le mouvement Lets do it, notre nouveau partenaire, nous vous indiquons ici quelques dates et initiatives à noter dans vos agendas...

 
Commençons donc par les bordures de nos forêts privées et publics. Malgré la présence de nombreux panneaux de rappel, certains ne se privent pas d'éviter un aller-retour vers la décharge et jettent en bord de chemin les sacs de gravats assurant au passage une belle publicité aux enseignes de bricolage !



Parmi les initiatives locales, celle d'Eve du club de randonneurs de Chartrettes est à noter.
Vous l'avez sans doute remarqué : les abords de la forêt notamment autour de Chartrettes, Bois le Roi et Samois sont de plus en plus sales. Avec le soutien du FAL, association
chartrettoise de randonneurs, nous aimerions organiser des rendez-vous réguliers (1 fois par mois) et bénévoles pour ramasser canettes, plastiques, etc. Les détails vous seront transmis quand nous aurons un peu avancé dans l'organisation (calendrier, matériel, covoiturage, ramassage, communication, etc).
D'ores et déjà, si vous êtes partants pour nous rejoindre, merci de contacter EVE par mail pour lui faire part de vos disponibilités (en indiquant si vous avez une préférence pour le week-end ou la semaine).

Vos idées et commentaires sont les bienvenus !

La première opération sera sans doute lancé comme l'an dernier par l'équipe de Black Diamond Europe qui débarque à Bleau le 23 mars prochain !

Comme nous l'a écrit Christian, le gentil GO de cet évènement les stars du bloc vont retrousser leurs manches, nettoyer la forêt et éduquer les visiteurs !
Hi Gregoire,
we met last year in Font while i was haveing the Black Diamond Event, cleaning and educate the visitors.

We will be again in Font over the easter weekend and holidays. Athletes like Fred Nicole, Nalle Hukkataival, Nico Favresse and maybe Adam Ondra will come and help to spread the messages:
• clean the shoes
• collect rubbish
• brush away tickmarks
• leave no marks in the forest
• prevent erosion
• don’t leave trails
• bury human waste I also collaborate with the ONF.

All the best Christian

Vous les retrouverez sur les parking d'Isatis, du Bas Cuvier puis du Cul de chien les 29, 30 et 31 mars avec une probable prolongation le 1er au Potala sur le projet de la TL²B (voir plus bas).

Ensuite, la première semaine d'avril s'annonce comme un des temps forts du ramassage des déchets à Bleau !

En effet, à l'occasion de la semaine du développement durable, plusieurs associations dont l'AAFF et les Maisons de bornage vont se mobiliser pour suivre un vaste programme de sensibilisation dont le point d'orgue sera une opération de ramassage au Rocher Canon et au Cuvier. Gageons que d'autres associations ne manqueront pas de se raccorder au mouvement !





Nous, côté TL²B, on aimerait terminer le travail débuté il y a des années autour de l'ancienne propriétée privée de la Vallée de la Mée dans les Trois Pignons. En effet, si les grimpeurs appellent cette zone "le Potala", c'est en référence à cette demeure de briques qui se trouvait au sommet du pignon. Lors du CUD de 2001, un groupe de l'Association Vincennoise d'Escalade avait retiré une part importante des clôtures et autres objets métaliques.

En attendant de préciser la chose, nous vous invitons à laisser en commentaire de cet article vos intentions et suggestions. Quant à l'ONF, son Responsable accueil et biodiversité nous adresse le message suivant :

Les initiatives de ramassage se développant, c'est Jean-claude Chalons qui coordonne le soutien logistique aux équipes de bénévoles et qui assure la cohérence entre les diverses initiatives.
N'hésitez pas à faire appel à lui par anticipation pour le matériel et la synchronisation avec le camion et les équipes de permanence.


Pour le contacter, vous pouvez vous adresser au service communication de l'ONF :
01 60 74 77 sept, cinq ou directement auprès de M. Chalons 01 60 74 93 cinq, deux

Petit apperçu de ce qui attend dans les diaclases autour de la ruine :
plusieurs dizaines de kilos de briques, ciment et autres poutrelles !
Février 2013 (c) Greg CLOUZEAU



Mises à jour :

Au vu des premiers commentaires et mails, nous complétons en remettant des informations publiées ces dernières années notamment pour celles et ceux qui se demanderaient où aller...

Petit observatoire des zones restant à traiter
(publié initialement dans notre page déchets) :
Il existe plus d'une quinzaine de gros dépôt d'ordures à Bleau (sans parler des satellites de l'Essonne). Exemples :
- Parcelle 147, décharge du Montoir de Recloses, en bordure de l'ex N7 et de la route du Rossignol,
- Parcelle 742, décharge de la plaine de Macherin, du côté de la route Marie Thérèse et du TMF,

- Parcelle 178, de l'autre côté de la D409, en bordure du Chemin de Milly à...- Parcelle 212, décharge des Vieux Rayons dans la zone clôturée non loin du carrefour des Vieux Rayons,
- Parcelle 158, le site de l'ancienne scierie du Rer de la Combe et plus loin Route du Gite le long de la N152,
- Parcelle 753, dépôt d'ordures le long de la D409 et du chemin de bornage
- Parcelle 646, dépôt d'ordures rte forestière de la Haute borne, en face de la Mare aux couleuvreux,
- Parcelle 330, dépôt d'ordures non loin de la maison forestière de Courbuisson,
- Parcelle 134 vers le Mont morillon le long de la Rte d'Achère à Fontainebleau et de la N152,
- Parcelle 304, décharge de la Queue de fontaine,
- Parcelle 684, décharge de la Mare aux fourmis,

- Parcelle 282 sur 50 % de sa surface entre la N7 jusqu'au sentier bleu n°5
Ajoutez le dépôt de l'ancien Polygone de tirs de Franchard en descendant depuis le Carrefour de l'Occident,
celui qui se trouve au croisement de la N7 et de la Route Ronde le long de la Rte de Barbizon à fontainebleau,
les très nombreuses propriétés privées abandonnées des Trois Pignons, les abords de toutes les routes fréquentées qui traversent notre forêt, véritable décharge sur une bande d'une dizaine de mètres en entrant dans la forêt, les sites sur - fréquentés, les anciennes exploitations pétrolières du nord de la forêt...


La carte des déchéts de Fontainebleau faite  par Aymeric

Aymeric Auberton a dressé la cartographie de ces dépôts d'ordures. N'hésitez pas à le contacter via sa page carto  pour mettre à jour la carte ou pour toutes questions ou améliorations. Par rapport à cette version, Aymeric a fait de nouvelles mises à jour et vous invite à compléter.

En tous cas, voici une carte qui s'inscrit directement dans le projet  de Let Do it (dont nous vous parlions début juillet) de cartographie mondiale des zones de dépôts d'ordure en mode Wiki et géoportail !!! Let Do It nous a rejoind comme partenaire de ces évènements. Leur site est accessible depuis notre colonne de gauche. Rappelez-vous aussi que nos amis des AAFF ont mis en place l'an dernier un observatoire de la forêt. un formulaire permet de saisir en ligne un signalement de déchets ou toute autres dégrédations des lieux. Un lien depuis notre colonne de gauche permet d'y accèder. Pour se convaincre des son éfficacité, lisez le bilan 2012.


WE du 23 février 2013 au Rocher Canon !
Image de Pascla Bocianowski
Mise à jour de mars 2013 :

En Essonne, autour de Milly et du Coquibus, c'est en Avril que nous avons pris rendez-vous. A lire ici :
http://latribunelibredebleau.blogspot.com/2013/03/nettoyage-autour-de-milly-lunion-fait.html
L'ami Christian nous a adressé l'alerte suivante :

le parking d'Isatis/Cuisinière est actuellement fermé pour cause de gel !!!

Article à lire sur la TL²Bleau


Photo : 27/20/2013, Christian C.
Mise à jour du vendredi 1er mars :

Le site est à nouveau accessible ! Certains dirons qu'ls suffisaient d'attendre, d'autres, que les messages à l'ONF ont porté leurs fruits. Peu importe ! Rappelons juste à l'ONF qu'avant tout travaux ou fermeture, une communication serait le minimum...
A la TL²B nous avons déjà souligné à quel point notre département de Seine et Marne était devenu la poubelle de l'Ile-de-France (et là aussi). Bien qu'il ne s'agisse pas de menace sur les loisir de pleine nature (même si l'on n'est pas loin du plan d'eau de la base de loisirs de Jabline), ce dossier des décharges commence à devenir très inquiétant ! L’ADENCA (Association de Défense de l’Environnement de Claye-Souilly) et ses Alentours nous alerte sur l’extension de la décharge ECT à Annet-sur-Marne.


En effet, depuis le 29 janvier dernier, la préfecture de Seine-et-Marne a autorisé la Société ECT à étendre son activité de stockage et de gestion de déchets de plus de 100 hectares. Sur un canton qui compte déjà 5 décharges et 2 carrières remblayées, cette décision mobilise les écologistes, inquiets de voir se déverser les jus de décharges dans la nappe phréatique et les rivières environnantes. La législation française n’obligeant pas les exploitants à traiter ces rejets. Cette extension est très  proche de la Beuvronne,  rivière qui se jette dans la Marne en amont de la station de pompage d’eau d’Annet-sur-Marne qui fournit en eau potable près de 500 000 habitants. Franck Rolland, responsable local d’Europe Ecologie les Verts, appelle citoyens, collectifs et partis politiques à agir pour obtenir un recours administratif contre cette décision.

Nous apprenons qu’un autre dossier de demande d’implantation de décharge à Annet sur Marne au  lieudit « Les Champs pourris » est à l’étude actuellement auprès des services de la DDT ! Cette fois, c’est la Sté DTP qui a déposé la demande pour stocker notamment des terres provenant de sites contaminés (après réalisation d'une procédure d'acceptation préalable). Les déchets proviendront de chantiers de construction et de démolition du bâtiment et des travaux publics en Ile-de-France.

Le projet de décharge de déchets inertes ISDI se trouve cette fois-ci  directement dans le périmètre de protection rapproché de la station de pompage d’eau d’Annet sur Marne (
lire ceci sur le site de l'ADENCA).


Source ADENCA


Les jus de décharges se rejetteraient dans ce périmètre de protection comme pour l’autre décharge de 98 hectares ECT Annet sur Marne qui vient d’être autorisée.
La DDT va-t-elle autoriser cette nouvelle décharge ? Pour le momment, la consultation est prolongée jusqu'au 22 juillet par la Préfecture (pdf) ! 

Le Conseil Minicipal d'Annet est visiblement peu conscient des risques qu'il fait courir à ses administrés !

Pour extrait :

8.            DEMANDE D’AVIS POUR L’EXPLOITATION D’UNE INSTALLATION DE STOCKAGE DE DECHETS INERTES A ANNET SUR MARNE DEPOSE PAR LA SOCIETE ECT
 
 
Par arrêté préfectoral n°08 MEDAD 02 du 1er février 2008, la société ECT a été autorisée à exploiter un centre de stockage de déchets inertes sur la commune d’Annet sur Marne.
 
Conformément aux articles L.541-30-1 et R541-65 à R541-75 du Code de l’Environnement et à l’arrêté du 28 octobre 2010 relatif aux installations de stockage de déchets inertes, la société ECT sollicite, auprès de Madame la Préfète de Seine-et-Marne, l’autorisation de modification de l’exploitation par une extension de son activité sur un site agricole. La modification consiste à prolonger la butte acoustique/paysagère située le long de la ligne TGV entre les communes d’Annet sur Marne et de Claye-Souilly, avec notamment le remblaiement de parcelles contiguës.
 
Le Conseil Municipal doit formuler son avis sur la demande d’autorisation.
Il est proposé au Conseil Municipal :
D’EMETTRE un avis favorable sur la demande présentée par la société ECT.
 
 
 


Heureusement, ceux de la majorité présidentielle du CG77 y sont opposés si l'on en croit le communiqué de presse du jour !




·         26-02-2013
·         Environnement
Nouvelle extension de décharge en Seine-et-Marne : la majorité départementale dit stop !
Les élus de la majorité du Conseil général de Seine-et-Marne dénoncent le manque de solidarité régionale en matière de gestion des déchets, et demandent, au nom du rééquilibrage territorial, à ce que les nouvelles autorisations de stockage accordées en Seine-et-Marne soient limitées aux besoins du département.

Le Conseil général dénonce l’autorisation donnée le 29 janvier 2013 à la société ECT d’étendre sur plus de 100 hectares son activité de gestion et de stockage de déchets à Annet-sur-Marne.
Le département accueille déjà la majorité des déchets franciliens. On dénombre 19 installations de stockage de déchets inertes (ISDI) issus des activités du secteur des Bâtiments et Travaux Publics (BTP), qui reçoivent plus de 5 millions de tonnes annuelles, soit plus de 65% des capacités régionales, auxquelles il faut ajouter 2 millions de tonnes contribuant au remblaiement des carrières.
Les dommages sanitaires et environnementaux subis par le Seine-et-Marne sont irrémédiables : diminution des surfaces agricoles, dégradation du paysage et du cadre de vie, destruction de milieux naturels, impacts sur la qualité et le régime des eaux, pollution par les transports… et risque de pollution par les déchets déposés, dont la nature n’est absolument pas contrôlée.
Cette situation suscite de vives inquiétudes de la part des populations riveraines et des associations locales, qui sont plus que jamais mobilisées.
Cela ne peut plus durer. Il est urgent que toute la région Île-de-France se coordonne d'avantage au niveau pour supporter collectivement ces coûts : c’est une question d’équité territoriale !
D’autant plus que les travaux du Grand Paris Express pourraient engendrer plus de 20 millions de mètres cubes de déblai supplémentaires à gérer dans la région.
L’élaboration du PREDEC (plan régional d’élimination des déchets de chantiers) qui est en cours doit être l’occasion de résorber ce déséquilibre, notamment en incitant les exploitants à prospecter sur les territoires présentant des déficits de capacité de stockage de déchets.
La mise en oeuvre du principe de « solidarité régionale » ne peut plus être repoussée.
Sans plus attendre, les élus de la majorité du Conseil général de Seine-et-Marne demandent au Préfet de Région d’organiser une table-ronde sur cette question.

Mais attention, nos amis de l'ADENCA rappellent que le CG77 a une position ambigüe sur le sujet dans un article qui débute comme suit !
ADENCA
 
n’assistera pas à la manifestation organisée
par le Conseil Général de Seine et Marne
le samedi 2/3/2013 à Annet sur Marne
 
 
La position du CG 77  semble ambigüe dans le dossier de l'extension de la décharge ECT d'Annet sur Marne et oblige Adenca à se mettre en retrait de cette manifestation.
 
 
Sa lettre d'avis du 13/12/2012 à la DDT qui ne semble pas défavorable à cette décharge (à lire sur leur site)
 
Nous rappelons
- que ce remblai "qui suit le cours d'eau" fait déjà plus de 20m de haut (soit la hauteur d'un immeuble de plus de 6 étages qui a déjà occulté une grande partie de la vallée de la Beuvronne)
- que c'est 7 hectares seulement sur 98  qui devraient être rendus à l'agriculture.
- que nous souhaitons que nos enfants se promènent ailleurs que sur une décharge et à proximité des lignes à hautes tension.



L'ami Christian nous a adressé l'alerte suivante :

le parking d'Isatis/Cuisinière est actuellement fermé !!!

A moins d'une mauvaise plaisanterie, d'un acte d'opposant, d'une erreur d'un exploitant forestier, ou d'une préparation de chasse à courre, cette fermeture unilatérale et communication participe à la mise en danger des usagers qui, une fois encore, vont stationner le long de la D409.

"L'absence d'une signalisation adaptée a proximité de l'accès au parking de l'Isatis aurait-il conduit l'ONF et la DDR 77 a utiliser des moyens que nous aurions eu du mal à imaginer  ? Aux grands maux, les grands remèdes ?

Observation du jour, ...... l'accès au parking est verrouillé !"

En attendant la réponse de l'ONF à nos messages et de recevoir une copie des lettres que la DDR et l'ONF ont adressée aux AFF et au Cosiroc sur les aménagements de mise en sécurité, même s'il s'agit là d'une barrière de dégel, un minimum d'affichage s'imposait !

A ce rythme, les grimpeurs risquent fort de se rebeller !!!


Photo : 27/20/2013, Christian C.
Mise à jour du vendredi 1er mars :

Le site est à nouveau accessible ! Certains dirons qu'ls suffisaient d'attendre, d'autres, que les messages à l'ONF ont porté leurs fruits. Peu importe ! Rappelons juste à l'ONF qu'avant tout travaux ou fermeture, une communication serait le minimum...
Décidément à Marseille, on ne fait rien comme tout le monde ! Dans le seul parc national péri-urbain, en plein coeur, un incendie a ravagé une centaine d'hectares en plein hiver alors que la France est couverte d'un beau manteau neigeux. Ici pas de grands pins qui s'embrasent de façon spectaculaire comme cet été à Orgon, mais une végétation rabougrie, typique des Calanques. Pas de victime, pas de gros dégâts mais un incendie qui inquiète déjà Danielle Milon, la  récemment nommée Présidente du Parc National...

Mise à jour du 06 mars à lire ici : http://latribunelibredebleau.blogspot.com/2013/03/nouvel-incendie-dans-le-pnc-communique.html

Cela peut paraître paradoxal, mais ce week end, pendant que TF1 et autres télés diffusaient des images de la neige en Corse, de l'autre côté de la méditéranée, un incendie s'est déclaré dimanche dans le massif de Marseilleveyre, dans le coeur du Parc national des Calanques. Le feu, bien que "peu virulent", a progressé sous l'action du mistral soufflant à 100 km/h, avec des pointes à 120-130 par des effets d'accélération liés au relief jusqu'à lundi. 

Signalé dans la journée de dimanche par un groupe de randonneurs, le feu a pris en bord de mer dans une zone toute proche de la calanque de Callelongue et très prisée des marcheurs. Quelque 260 hommes, dont 120 marins-pompiers, venus des SDIS 13, 83 et 04, et de l’UISDC7 (Unité d’instruction et d’intervention de la sécurité civile 7 de Brignoles), ), et 79 véhicules ont été mobilisés. Quant aux agents de l'Office National des Forêts ils ont du évacuer les 34 randonneurs par précaution.


Faute de sentier pour se rendre sur place, les marins-pompiers ont dû se rendre sur les lieux de l'incendie par voie nautique. Photo : BMPM Thibaut Claisse

Le sinistre, qui a débuté dans la matinée vers 09h15, s'orientait dans la direction générale de la calanque de Sormiou. Des équipes ont été prépositionnées sur les crêtes du massif pour "attendre" le feu, en plusieurs points, notamment du côté de Sormiou et de Callelongue, pour éviter qu'il ne descende sur d'autres secteurs, habités et semés de pins.
La zone étant très accidentée, seuls des soldats du feu amenés par voie maritime ont pu y accéder. Les conditions météorologiques - le vent et le froid - ont également interdit le décollage de moyens aériens, a ajouté un porte-parole des marins-pompiers, les appareils ne pouvant larguer de l'eau lorsque la température ambiante passe sous les 5°.

Pour Danielle Milon, la présidente du Parc national des Calanques, tout nouvellement créé, la négligence humaine ne fait aucun doute. "Le feu est parti du bord de l'eau," a dit à l'AFP Mme Milon. "J'ai craint un tel feu tout l'été et on est en février !", a-t-elle ajouté, évoquant la nécessaire installation d'un dispositif de surveillance des calanques tout au long de l'année. "Aujourd'hui, ce sont des randonneurs qui ont appelé les pompiers !" Mais demain ?
"On a besoin d'une surveillance de ce lieu magique avant que tout soit brûlé", a-t-elle relevé. Mme Millon, qui est aussi maire (UMP) de Cassis, demande l'aide de l'Etat, alors que le Parc inaugurera en avril son premier budget, insuffisant pour mettre en oeuvre une surveillance à l'année.



"Le risque d’incendie est présent toute l’année", rappelle la Présidente.avant d'ajouter "On ne va pas effacer les mauvaises habitudes dans le Parc en un trait de plume" ! Au cours de l’été, trente patrouilleurs parcourent les sentiers pour prévenir les incendies. Des effectifs amoindris le reste du temps où seuls l'ONF et des agents sur mer peuvent faire de la prévention. "Ce n’est pas assez, il faudrait recruter une trentaine de personnes en plus pour toute l’année", indique Mme Millon. Faute de moyens financiers suffisant, ce personnel supplémentaire ne pourra pas être recruté cette année en attendant une possible rallonge budgétaire de l’Etat l’année prochaine.

Rappel de la réglementation du Parc national : « si l’origine du feu reste à déterminer, ce sinistre prouve, s’il en était besoin, la vulnérabilité permanente des espaces du Parc national des Calanques au risque incendie et le bien fondé des réglementations en vigueur » rappelle Danielle Millon.

Tout usage de feu est interdit en coeur de Parc national (y compris les feux de camp et les brûlages de déchets ou de végétaux coupés) ;
Le bivouac et le camping sont interdits en coeur du Parc.




Sources :
http://provence-alpes.france3.fr/2013/02/25/l-incendie-des-calanques-est-fixe-205937.html




Nous évoquons régulièrement les difficultés de protection de l'immense patrimoine préhistorique et historique de Bleau. Ainsi nous avons parlé des dégradations des gravures rupestres mais aussi les vols de plaques comémoratives sur les sentiers bleus.
Aux USA, le site d'escalade de Bishop abrite lui aussi des gravures. Elles ont été réalisées il y a plus de 3 500 ans par les indiens et font, à ce titre, partie du patrimoine historique des Etats Unis mais revêtent aussi un caractère sacré.

En novembre 2012, plusieurs de ces Petroglyphes ont été volés. Début février, certains ont été discrètement restitués pour le plus grand bonheur de la communauté indienne. Reste que ce vol reste bien visible sur le rocher.


Donc, bien avant que les grimpeurs et leurs anasazis de 5.10 envahissent les blocs des ricains, les Amérindiens ont été attirés ces affleurements rocheux. Et comme à Bleau, la magie du lieu les a captivé. Dans les deux sites de blocs les plus populaires, Hueco Tanks et Bishop, vous pour admirer ces preuves de leur passage sous la forme d'un art rupestre connue sous le nom pétroglyphes (taillés ou peints). Certains des plus anciens pictogrammes en Amérique se trouvent à Hueco Tanks, un domaine qui, depuis des milliers d'années, a été le foyer de nombreuses tribus différentes des Amérindiens. Et c'est bien pour protéger ces pictogrammes uniques que l'administration du parc est si dure avec les visiteurs notamment grimpeurs dont la pratique pourrait avoir d'importants impactes !.


Pétroglyphes magnifiques de Sky Rock, Bishop, en Californie.
Photo: Phillip Colla / oceanlight.com

À la mi-Novembre 2012, nous avions été consterné d'apprendre le vol de certaines gravures sacrées de Bishop ! Et là, nous avions affaire à des professionnels motivés ! Pour arracher ces panneaux au désert, les voleurs ont du porter échelles et scies, avant d'escalader les blocs !  Selon  Le Times, le Bureau of Land Management (BLM) quatre pétroglyphes ont été volés et beaucoup d'autres ont été endommagés au cours


Raymond Andrews, responsable tribal préservation du patrimoine historique de la tribu Paiute, inspecte les dégâts sur le site de vandalisme. Photo: Mariniji.com
Le BLM avait immédiatement offert une récompense de 1000 $ pour toute information menant à l'arrestation des personnes impliquées. En outre, un grimpeur a lancé une campagne sur Facebook et la page IndieGoGo. c'est toujours plaisant de votre la communauté se bouger pour la préservation d'un site et de son patrimoine.

Début Février, le BLM a annoncé qu'il avait reçu un appel anonyme et que les pétroglyphes ont été récupérés. D'après leur communiqué de presse on sait les panneaux de Petroglyphes volés ont été récupérés mais les suspects n'ont pas été identifiés et BLM poursuit son enquête. On n'en saura pas plus mais le fond récompense atteind un montant total de 9 000 $ promis pour toute information menant à la condamnation du/des responsable (s). "
Reste que les dommages sont irréparables et les cicatrices bien visibles. Toutes personnes qui auraient des informations sur le vol est priée de contacter la police au BLM (760) 937-0301 ou (760) 937-0657. Le suspect (s) dispose d'une expérience et d'un accès à des outils de coupe en maçonnerie.

Si vous grimpez à Bishop, gardez les yeux ouverts !
En espérant qu'à Bleau, ce type d'incident n'arrive pas !
Nous évoquons ici régulièrement les tags et autres coups de peinture laissés par toutes sortes de visiteurs en forêt. Cette semaine, MM nous a ramené trois photos de messages laissés sur les cailloux du Rocher de l'Elephant.

Nous signalons toujours ce type d'inscription à l'observatoire des Amis le la Forêt de Fontainebleau mais voilà, leur site internet est HS pour cause de cyber attaques !



L'AAFF est une des plus vieilles associations de défense de la forêt puisque sa fondation remonte à 1907 et qu'elle est l'héritière de quelques comités du milieu des années 1800. Nous avons déjà présenté cette association aux actions capitales pour la sauvegarde des sites, de notre patrimoine historique et des célèbres sentiers bleus tracés au XIXe.

Les AAFF avait lancé il y a deux ans un observatoire des dégradations de la forêt dont les premiers bilans avaient permis de dresser un inventaire des actes malveillants portant atteinte à la forêt de Fontainebleau. Nous avons évoqué à plusieurs reprises cet observatoire et avions même fait le lien vers le formulaire de saisi depuis notre site (il suffisait de cliquer sur l'icône des AFF dans la colonne de gauche). Ce lien est maintenant inopérant. Pire, c'est tout le site des AFF qui est à refaire ! Voici ce qu'en dit Denis Beauchard, leur Président.



Les AFF sont-ils si dérangeant que cela ? Qui avait intérêt à saboter ainsi leur site ?

Nous leur souhaitons beaucoup de courage pour reconstruire leur site qui offrait quelques remarquables informations sur notre patrimoine. Nous avons à la TL²B souvent partagé leurs documents et certains sont heureusement encore accessibles sur notre Boîte à outils ou sur d'autres sites (ceux de notre colonne de gauche). Amis de la forêt, on est avec vous !

En forêt justement, à l'Eléphant, célèbre massif du sud, en parcourant le circuit d'escalade jaune retracé en 2012, MM a pris ces photos. Ils ne s'agit pas de tags mais de messages peints pour laisser une stupide trace de son passage.





Cette série rappelle ceux que l'on peut voir ici et là comme à Avon ou au Bas Cuvier au Printemps dernier. Avec le retour des beaux jours et les prochaines vacances, parrions qu'il y en aura pleins d'autres bientôt ! L'occasion de réviser son cours d'effaçage.



Bon week end !

Bon nombre des informations qui nous parviennent circulent aussi sur la toile. Nous citons d'ailleurs nos sources en bas d'article et vous renvoyons sur les sites d'origine. Parmi eux, deux sites viennent de revoir leur interface et c'est un vrai coup de coeur. Primo, celui de notre agence de presse partenaire KAIRN, secundo, celui de l'association COSIROC dont la V3 nous semble enfin à la hauteur des ambitions que l'on peut avoir pour une telle association. Petit coup d'oeil sur ces deux sites incontournables à ajouter à vos favoris !



Nous avions dans un article de l'an dernier rendu hommage à nos amis du GRIMP77.
Samedi, les grimpeurs du 95,2 ont pu assister en directe à une lourde intervention  avec sortie de l'hélicoptère de la sécurité civile et hélitreuillage ! L'occasion de vous rappeler quelques consignes mais aussi de reparler de l'état de la route qui conduit au stationnement au 95,2 qui ne permet plus le passage de certains véhicules !

Les beaux jours sont revenus ce qui n'a pas manqué d'attirer les foules sur les sites ensoleillés des Trois Pignons. Qui dit premières sorties d'une activité de pleine nature dit aussi souvent accident ! On va donc enfoncer une porte ouverte mais visiblement c'est nécessaire !


 Primo, que vous partiez faire du ski, de la rando, du trail, du Vtt ou de l'escalade, vous devez prévoir une trousse de premier secours. Nous sommes toujours étonné de devoir sortir notre trousse pour porter assistance à des grimpeurs victimes d'une entorse ou d'un autre bobo en forêt. Certes, nous ne sommes pas médecin et ne donnons pas de médicament mais une bombe de froid peu considérablement soulager une entorse et diminuer la formation d'un hématome. Passements, désinfectant, sutures... vous devez prévoir un minimum (nous allons avons consacrer un article à ce sujet).

Bon nombre d'accidents ont aussi lieu par manque de préparation physique et d'échauffement. Se jeter à fond dans le trail des 25 bosses sans un minimum de préparation est périlleux ! Vous trouverez aussi plein de conseil sur l'excellent site Kinescalade.


Intervention des pompiers, du Grimp 77 et de la sécurité civile dans la Vallée Close (Trois Pignons) 16 fév. 2013

En cas d'accident, vous devez :
- garder votre calme,
- prendre en charge la victime,
- éviter le sur-accident
- mais aussi déclencher les secours avec le plus de précisions possibles.


Avec un téléphone portable faite le 18 ou le 112. Donner toutes les informations sur l'état de la victime mais aussi sur votre localisation exacte à l'opérateur du SDIS :
- le nom du site mais aussi votre proximité avec un chemin forestier (son nom figure sur les panneaux métalliques aux carrefours) et un numéro de parcelle ce qui facilitera le repérage pour les services de secours. En effet, la forêt est découpée en parcelle pour son exploitation. Cette numérotation figure sur de petite pancarte au différents carrefours, sur les cartes IGN top 25 (Bleau 2417 OT) et sur bon nombre topo d'escalade.

A ce sujet, en 2011, le Cosiroc et le CDFFME77 ont mené une action conjointe auprès du service départemental d'incendie et de secours de Seine et Marne
en vue de réduire les délais d'intervention dans les sites d'escalade suite à divers dysfonctionnements récents. L'objectif principal est de fournir les informations utiles au secours pour l'accès aux sites et de mettre à jour les informations données par le Cosiroc dans les années 80.
Bien entendu, pour que les secours arrivent au plus vite, il faut qu'ils trouvent un accès dégagé ! Et là, force est de constater qu'il y a de gros progrès à faire question stationnement ! Merci de respecter l'interdiction de stationner devant les barrières vertes ou blanches. C'est le seul accès pour les secours !!!



Nous ne reviendrons pas ici sur l'histoire de la fermeture du parking de Cuisinière, des travaux de celui de l'Isatis et des évolutions demandées à la DDR pour sécuriser la circulation sur la D409 (cependant le dossier avance grâçe au travail du Cosiroc et des AFF).

Mais parlons franchement et sans tabou du chemin d'accès menant au stationnement de la Croix St Jérôme qui est dans un tel état qu'il ne permet plus le passage de certains véhicules y compris de secours !

En cas d'accident du côté des Gros Sablons, soyez conscient qu'un VSAV ne peut pas franchir la succession de grandes bassines dont certaines dépassent les 60 cm de profondeur sur 2 m de longueur ! Reste seulement deux solutions, l'accès par le chemin de Jean des vignes depuis le stationnement de la Roche aux sabots (bonjour le détour) ou les moyens aéroportés !
Une évacuation par hélicoptère c'est long, coûteux et parfois dangereux...

Pourquoi ce chemin d'accès au stationnement dit de la Croix St Jérôme est -il aussi mal entretenu ? Nous faisons ici une mise à jour de notre article sur des indications fournies par un indicateur connaissant très bien le dossier.

"Le chemin d'accès au parking est un chemin communal immédiatement bordé de propriétés privées. C'est la Mairie qui a seule le droit d'intervenir sur ce bout de chemin, pour le viabiliser par exemple (l'évacuation des eaux ne peut se faire que par des conduites et non dans les terrains riverains, la méthode classique des bassins de rétention).
Les habitants de Châteauveau (au moins une bonne majorité) ne veulent pas de ce parking depuis des décennies. La Municipalité les entend et comme en plus ça fait des économies de ne rien faire...

Il est évident que ce n'est pas l'Office qui entretiendra si le sous sol n'est pas stabilisé par la municipalité. D'ailleurs, sur les nouvelles éditions de la cartes IGN Top 25, le symbôle du Parking a été supprimé probablement à la demande de l'ONF qui ne veut certainement pas avoir d'ennnuis avec ce parking !

Peut être qu'un chemin à péage... d'où pépettes ... d'où stabilisation payée par l'utilisateur ? Mais comme les riverains de la Croix St Jérôme n'en veulent pas..."


Bon, depuis juillet 2013, ce chemin a été refait !





Dans un précédent article de nous avions testé l'ensemble des topos publiés à Bleau depuis les années 50. Réaliser un topo n'est pas une sinécure et suppose, si l'on veut faire un ouvrage de qualité, beaucoup de rigueur, de nombreuses heures sur le terrain et un gros travail de recherche. Du coup, parfois poussé par un éditeur pressé ou cédant à la facilité, certains auteurs pompent plus ou moins le travail de leurs prédécesseurs.
A Bleau (et on s'en tiendra là pour cette fois) le gros du travail consite à l'élaboration des relevés de blocs, à y positionner les voies et à vérifier la conformité du dessin sur le terrain. Bien évidemment, au milieu des 10 000 passages répertoriés sur Bleau.info, il s'est glissé des erreurs, véritables pièges pour les topographes. Pire, les bénévoles associatifs repeignent et modifient les circuits ce qui peut rendre caduc tout votre travail ;0).

Alors si l'on a le droit à l'erreur, le doute s'installe sur la qualité du travail quand   ces erreurs deviennent très nombreuses. Voici deux exemples d'erreurs pour rétablir la vérité historique sur certains passages.
 
Guillaume dans le morceau d'histoire de la Paillon directe
Lors d'une discussion au pied de La Paillon, un chef d'oeuvre datant de 1949 sur le bloc de la Prestat au Bas Cuvier, j'eu un doute  quant au nom de la voie du circuit rouge située à gauche. Le topo du jour indiquait Dalle du Baquet, mais Jean Claude et Igor disait la Couppel. Il fallait en avoir le coeur net !

Profitant de l'Assemblée Générale du Cosiroc qui réuni quelques vénérables anciens seigneurs du gratton,  la question fut posée et l'ami Bernard mena donc l'enquête pour le Conseil des Sages et son verdict est sans appel : seul quatre topos sur les 11 qu'il a vérifié sont exacts ! Des années que cette erreur se propage sur la plupart des topos décrivant le célébrissime circuit rouge du Bas-Cuvier. En effet, la dalle du Baquet et les grattons du Baquet ne peuvent être sur un autre bloc que celui du Baquet ! Il y a quand même une certaine logique dans la dénomination des voies ouvertes dans les années 50.

Pour s'en convaincre, il suffit de se reporter au premier topo du Cuvier, celui de Maurice Martin daté de 1952. La voie n°239 sortie B s'appelle "La directe du Baquet"  cotée VIa, sa voisine (n°241 sortie A) s'appelle "Les grattons du Baquet" cotée Vsup et celle sur le bloc de la Prestat (n°224 sortie A) s'appelle "La Couppel directe" cotée VIb (VIa avec sortie B). A cette époque, le circuit rouge n'est pas encore tracé.

C'est sur le topo du Cuvier édité par le Cosiroc en 1978 le n°30 rouge est situé sur le bloc de la Prestat, et c'est "la Couppel" et les voies 31 et 32 sont sur le bloc "Le Baquet".



Mais voilà quelques années plus tard une querelle éclate (nous y reviendrons un jour) entre les pro et les anti balisage. S'en suit une période de successions d'effaçages sauvages et de retraçages des circuits du Bas-Cuvier et il semble que la Couppel initialement n°30 soit passée au n°32.

On note ce changement au moins dès 1988 (et non dès 1993 écrit dans l'article pour le site du Cosiroc ) dans le topo Arthaud d'un collectif d'auteurs dont le Cosiroc (comme quoi même les Gardiens du Temple se trompent). Je n’ai pas la première édition de 1982 pour vérifier plus avant. (mise à jour : voir dans les commentaires). Le changement de numérotation apparait sur le schéma mais la Couppel devenue le n°32 à gauche de la Paillon reste le n° 30 dans la liste des voies et se retrouve donc sur la gauche du bloc du Baquet ! Du coup la "dalle (ou directe) du Baquet" est passée sur le bloc de la Prestat, ce qui aurait du en surprendre plus d'un !  Cette erreur va alors se propager à la quasi totalité des topos.




Deux topos parus après 1988 ont bien repositionné "la Couppel" : le nouveau topo du Cosiroc (Tome 2- Forêt domaniale de Fontainebleau, édition 2001) et, plus étonnant, le Bleau, Fontainebleau Bouldering de l'anglais Stephen Gough (1997).

On ne s'étendra pas sur les positionnements variables  des voies sur les différents schéma du bloc du " Baquet". Les Grattons du Baquet est le plus à l'est (à gauche quand on regarde la dalle), mais se trouve parfois noté à l'ouest. Dans l'édition de 2012 "Escalade à Fontainebleau - Les plus beaux sites" les auteurs ont pris soin de corriger le schéma (l'édition "mauve" de 1999 avait interverti les deux voies) mais la liste des blocs est restée la même.

Au passage nous regrettons que les auteurs des récents entretiens des circuits bleu, rouge et blanc du Cuvier n'aient pas retracé l'ensemble des numéros notamment sur le bleu ou plusieurs oublis important ont été fait (voir aussi Mise à jour en bas d'article).

Cette petite histoire pose donc la question de la façon dont les topos sont composés. Qui vérifie quoi, qui copie sur qui, de quoi alimenter une incontournable controverse ? Il est tout aussi intéressant de comparer les schémas publiés, et plus particulièrement ce qu'on a pris l'habitude d'appeler les "fonds de blocs". Ça fera l'objet d'un autre article en préparation par d'autres...

Les forums du web sont gavés de messages dénigrant l'auteur ou la cotation des dernières ouvertures au point de parfois faire oublier la beauté de la ligne proposée. Dommage ! Mais les topos participent aussi à ces polémiques stériles, bâptisant et débâptisant les voies à l'envie et au fil des éditions. Ainsi, près d'un bloc sur quatre du circuit rouge du Bois Rond a changé de nom depuis la publication du premier topo dans Paris Cham'. L'idée est toujours la même : un problème d'égo qui vous persuade que c'est votre version de l'histoire qui est la bonne. Ceci dit, je ne sais pas qui détient la vérité !

Toujours pour l'anecdote, cherchez La fissure du soleil et le mur de droite que décrivent presque tous les topos sur le circuit bleu de la Canche aux Merciers... Vous l’avez trouvé ? C'est une bonne blague, non ? En fait, il s'agissait pour le baliseur du circuit et l’auteur de la fiche topo publiée dans Paris cham’ de mettre en évidence le pompage des topos par d'autres sans vérification sur le terrain. La preuve fut faite puisque ces vraies fausses voies sont signalées dans tous les topos... Pour ceux qui voudraient s'y essayer, La fissure du Soleil correspond à un des joints de béton du pont de l'A6 avant d'arriver sur le parking. Pour la dalle de droite, c'est un projet pour l'an 3000... (voir mise à jour en bas d'article).

Sur le tout nouveau site du Cosiroc, la version 3, les auteurs baliseurs ont  l'intention (la prétention ?) de mettre à jour les fiches circuit. En dehors du travail de dessin et de saisie, le relevé et la vérification sur le terrain représentent une tâche considérable qu'il sera difficile de mener à bien sans le concours des grimpeurs !

Je profite donc l’occasion pour saluer une nouvelle fois le travail des bénévoles qui entretiennent ces quelques 250 circuits de Bleau depuis 1947. A tous ceux et celles qui critiquent leur travail et leurs erreurs possibles, je voudrai rappeler que le balisage des circuits à Bleau est une activité non rémunérée et placée sous le contrôle du Cosiroc et de la Commission des sites naturels de la FFME pour la Seine et Marne. C’est là que sont décidées les modifications dont certaines sont justifiées pour tenir compte de l’érosion des sols et des rochers. Ne faites pas de balisages sauvages, c’est inutile et répréhensible. Participez plutôt aux travaux des associations du Cosiroc qui peut vous fournir le matériel et vous guidera dans l’application des recommandations d’entretien en vigueur.

Nous reviendrons aussi bientôt sur un autre aspect des topos : le vampirisme fait par certains auteurs au détriment du financement de l'équipement par les topos des équipeurs ! 

Article rédigé par Greg Clouzeau avec le concours de Bernard Commiot 

Mise à jour :

Mail de JCV :
...
Il y a aussi des erreurs de noms  sur certaines voies toujours en fonction du topo Martin
ex :
Les départs des circuits bleu,rouge et noir sont sur Bloc dénomé " le 1"  donc les voies sont "l'Envers du "1" au lieu du "Un".
"la fausse genouillère" devient "le Pilier" N°10 bleu.
"la Solitude" devient "la Solitaire" N°10 bleu c'est là que passe la route de la Solitude celle du Solitaire est + loin
 " Le K 2" devient "Le faux K" N°17 bis bleu, "le faux K" est la voie sur la gauche du "K" et cette lettrine désigne "Le Rocher de Français" sur d'anciens circuits Denecourt.(voir document joint)
" Le coup  de blanc" devient le "Coup".
etc......

Hum il y a aussi 1 petite erreur sur le topo Martin au niveau  en page 4 "la Claudine" N° 3B qui est localisée au niveau de la fameuse "la Lilli".ouverte par Michel Libert
Et si tu as l'occasion de rencontrer soit Thierry Bienvenu ou Pierre Richard demande le vrai nom donné à "La Ravensbruck" .

Mail de Soleg :

...
la Fissure du Soleil :  une phrase d'"Oleg" dans le Arthaud 1986 " pour les observateurs .................originale". 

C'était l'époque où chacun cherchait son "mur d'escalade" perso(pont SNCF, mur d'enceinte de propriété, prison par l'extérieur, etc). D'où, un jour, une évidence avec Jo en sortant de la Canche avec son Land R. : le dièdre et sa fissure.

Pas si évident que ça : fallait tirer très fort pour que ça tienne, les adhérences de chausson n'étant pas améliorées par la poussière de béton sur la face d'appui; Un souvenir : lorsque j'ai atteins la section horizontale au sommet de la fissure, la fin tant attendue d'une bonne dülfer!, kolossale déception! Y'avait une couche de limon gras, résidus de plus de vingt ans de tous les véhicules  qui passaient au dessus (huiles, sable, et diésel, vraiment cra cra et dégueu!). Après nettoyage, la voie à été franchie sans problème additionnel. 

Je ne sais pas si les autres fissure correspondantes on t été franchies (47, 48, 49 potentiels, mais un peu monotones sauf le sens de la dûlfer)
 

77

91

78

NATURE

MATOS