Les Titres

jeudi 25 avril 2019

[AGENDA] L'édition 2019 de Camp4 se tiendra du 30 mai au 1er juin à Buthiers

Camp4 c'est à la fois le petit nom d'un camp de base américain très célèbre chez les grimpeurs et celui choisi pour le traditionnel rassemblement de jeunes grimpeurs organisé par le Club Alpin Français dont une édition se déroule maintenant chaque année sur les blocs de Fontainebleau. L'édition.19  aura donc lieu du 30 mai au 1er juin est aura pour camp la base de loisirs de Buthiers.

C’est maintenant plus qu'une tradition… Pendant le week-end de l’Ascension, les écoles d’escalade du CAF sont invitées à rejoindre le massif de Fontainebleau pour y découvrir l’escalade sur ses blocs de grès. Après les premières éditions dont certaines ont soulevé quelques polémiques bien inutiles notamment sur le rapport entre les grimpeurs et les grimpeuses, ce rassemblement est maintenant bien ancré dans le calendrier et ouvre même la saison puisque suivront, la finale de la compétions de blocs outdoor organisée par une célèbre boisson soit disant énergisante (juin) et le rassemblement international spécialement organisé par des grimpeuses pour les grimpeuses (en septembre) !
 
Les jeunes grimpeurs de Camp4.19 seront accueillis sur l’Ile de Loisirs de Buthiers, où les tentes sont installées sous les pins et sur le sable de Bleau. Comme toujours, le programme fera la part belle à l’échange, à la convivialité, à l’émulation et aux jeux. Après avoir participé à des ateliers dédiés à la sécurité, les groupes grimperont à leur convenance sur les circuits proches de la base. La première journée se terminera par un repas festif pris en commun. Le lendemain, c'est sur les circuits d’Apremont Bizons et Dames, proches de Barbizon, que les jeunes grimpeurs s’affronteront lors de challenges amicaux. Durant la dernière matinée, ils auront le choix entre grimper sur les circuits de la JA Martin (massif des Trois Pignons) ou de pratiquer l’accrobranches sur les installations de Buthiers.

Bon souhaitons juste que, comme les années précédentes, toute cette petite troupe soit aussi largement sensibilisé aux impacts de notre pratique sur les sites naturels et notamment la nécessité de réduire ces impacts en utilisant moins de magnésie, en apprenant à faire caca dans les bois, en ramassant ses déchets ou en lutant contre l'érosion.

Pour celles et ceux qui sont intéressés, tous les renseignements et bulletin d’inscription depuis la page Facebook CAF Camp4.

Contact : Alain Changenet : 06 89 15 03 0(deux) - al.changenet@orange.fr

mercredi 24 avril 2019

[COM ONF] Rappels de saison pour préserver la forêt de Fontainebleau

Avec les vacances de Pâques, la forêt de Fontainebleau et des Trois Pignons comme celle de la Commanderie est soumis en quelques jours à une pression touristique extrême. Cette période coïncide hélas avec celle de la nidification et des mises-bas pour les mammifères. Il est impératif de respecter certaines règles pour préserver la nature. Inutile d'attendre les communications de l'ONF pour vous rappeler quelques points extraits des notes des années précédentes !

Outre les énormes problèmes de stationnement le long des routes provoqués par cet afflue massif de visiteurs, de déchets, de camping sauvage et autres feux de camp, rappelons que si tout au long de l'année, les chiens doivent impérativement rester sous la surveillance de leur maître (à moins de 100 mètres), la réglementation se durcit au Printemps. En effet, du 15 avril au 30 juin, un arrêté ministériel impose aux propriétaires canins de tenir leurs animaux en laisse en dehors des allées forestières. En cas de non-respect, le contrevenant encourt une amende pouvant aller jusqu'à 750 euros (voir la note publiée en 2015). Pourquoi ? C'est à cette période précise que débute la mise-bas des mammifères et de nidification des oiseaux. Dotés d'un flair extrêmement affûté, les chiens pourraient facilement repérer les nouveaux nés en forêt et les oiseaux qui nichent au sol. Par leur simple présence, ils pourraient déranger et stresser ces animaux particulièrement sensibles durant cette période et mettre en péril leur survie.
Tout juste né et déjà menacé !
Crédit photo : Philippe Lustrat Fontainebleau



Pour la même raison, profitons aussi de l'occasion pour rappeler qu'en cette période de l'année plus que toute autre, nous insistons pour lutter contre l'escalade nocturne !  En effet, sur les réseaux sociaux  de plus en plus de grimpeurs (locaux ou pas) s'affichent sur les blocs de la forêt de nuit à grand renfort de spots. Si cette pratique n'est pas interdite (en tous cas, malgré nos demandes, personne à l'ONF Fontainebleau n'a pu nous fournir un texte réglementaire précis *), nous somme ici dans un espace naturel protégé à plusieurs titres et abritant diverses espèces nocturnes très sensibles. Par ailleurs, pour la grande faune sauvage (enfin ce qu'il en reste), la nuit correspond à la période de grande activité (elle se cache le reste de la journée). La pollution sonore et lumineuse est un problème croissant (nous vous invitons à lire cet article de Nature Corner qui fait le point sur le sujet), tâchons, nous grimpeurs, de ne pas accroître le phénomène. L'impact de nos pratiques sur le milieu est déjà largement négatif pour ne pas en ajouter ! Révisez donc les chartes de bonnes pratiques avant de venir en forêt.





La charte ONF


*LLa loi dite Grenelle I du 03/08/2009 (LOI n° 2009-967 du 3 août 2009 de programmation relative à la mise en œuvre du Grenelle de l'environnement) a prévu dans son article 41 que « Les émissions de lumière artificielle de nature à présenter des dangers ou à causer un trouble excessif aux personnes, à la faune, à la flore ou aux écosystèmes, entraînant un gaspillage énergétique ou empêchant l'observation du ciel nocturne feront l'objet de mesures de prévention, de suppression ou de limitation. »
A la suite du décret du 13/07/2011, le Code de l'environnement prévoit également dans son article R583-4 que les installations lumineuses puissent faire l'objet de mesures plus restrictives dans certains espaces naturels listés en annexe de cet article ainsi que dans certains sites astronomiques dans la liste est à publier. 
Les espaces naturels concernés, listés par l'annexe de l'article R583-4 sont : les espaces classés par les décrets de création des parcs nationaux mentionnés aux articles L. 331-2 et R. 331-46, les réserves naturelles et périmètres de protection mentionnés aux articles L. 332-2 et L. 331-16, les parcs naturels régionaux mentionnés à l'article L. 333-1, les parcs naturels marins mentionnés à l'article L. 334-3, les sites classés et sites inscrits mentionnés aux articles L. 341-1 et L. 341-2 ainsi que les sites Natura 2000 mentionnés à l'article L. 414-1. => Voir l'annexe de l'article R583-4 du Code de l'environnement
Enfin, en 2016, la loi dite "Biodiversité" (LOI n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages) a modifié divers articles du code de l'environnement pour y introduire les notions de pollution lumineuse et notamment  le deuxième alinéa de l'article L110-2 du Code de l'environnement, en y précisant "y compris nocturne", ainsi désormais rédigé : « Il est du devoir de chacun de veiller à la sauvegarde et de contribuer à la protection de l'environnement, y compris nocturne. » 
Toutefois, la réglementation en vigueur reste très flous sur les éclairages des parcs de stationnement, des installations sportives et aucune traduction réglementaire précise ne semble exister concernant les installations lumineuses dans les sites protégés (site Natura 2000, site classé, parc national…).

mercredi 10 avril 2019

[BLEAU] Rappel !!! Les feux, sous toutes leurs formes sont interdits en forêts

Depuis quelques semaines, les départs de feux se multiplient en forêt de Fontainebleau et des Trois Pignons. Si la végétation n'est encore pas trop sèche ce qui ralenti la propagation des flammes, tout ces incendies sont la conséquence directe d'imprudences humaines qui vont du mégot de cigarette lancé par un automobiliste au feu de camp mal éteint en passant par les barbecues !!! 

Chaque week-end ensoleillé, les imprudents se ruent dans nos forêts et rapidement les secours sont engagés pour éteindre les feux. En tout, en dix jours près d'un hectare est parti en fumée. Début avril, sur la parcelle forestière n° 237, à proximité de la route du Luxembourg, au niveau du carrefour de la Croix-de-Toulouse, l’incendie, rapidement circonscrit au moyen de quatre camions citernes pour feu de forêt, a tout de même calciné 6 000 m2 de strate arbustive. 

Rappelons donc :
- les feux, quels qu'ils soient, sont INTERDITS,
- les réchauds et autres appareils de cuisson ne doivent pas être utilisés.
- le camping est INTERDIT en forêt et sur les parking

L'ONF va sans doute renforcer sa répression.

L’ONF invite chacun à la plus grande vigilance durant leurs sorties en forêt et rappelle les mesures préventives à respecter :
·         ne pas allumer de feu ou de barbecue ;
  • ne pas jeter de cigarettes ;
  • laisser les routes forestières accessibles pour les secours ;
  • respecter les interdictions d'accès en période à haut risque ;
  • camper uniquement sur les lieux autorisés.

Enfin, dans une situation d'incendie, il convient de :
  • prévenir les pompiers en appelant le 18 ou 112;
  • préciser le lieu, le numéro de parcelle (panneaux disposés sur le tronc des arbres), le nom d’allées ou de carrefours ;
  • s’éloigner dans le sens contraire du déplacement du feu, respirer à travers un linge humide pour limiter les effets néfastes des fumées.

Rappelons  une nouvelle fois les sanctions encourues en cas d'incendie par l'article 322-5 du Code Pénal, modifié par la Loi n°2011-525 du 17 mai 2011 - art. 185 prévoit :

La destruction, la dégradation ou la détérioration involontaire d'un bien appartenant à autrui par l'effet d'une explosion ou d'un incendie provoqués par manquement à une obligation de prudence ou de sécurité imposée par la loi ou le règlement est punie d'un an d'emprisonnement et de 15000 euros d'amende.

En cas de violation manifestement délibérée d'une obligation particulière de prudence ou de sécurité prévue par la loi ou le règlement, les peines encourues sont portées à deux ans d'emprisonnement et à 30000 euros d'amende.

Lorsqu'il s'agit de l'incendie de bois, forêts, landes, maquis, plantations ou reboisements d'autrui, les peines sont portées à deux ans d'emprisonnement et à 30 000 Euros d'amende dans le cas prévu par le premier alinéa, et à trois ans d'emprisonnement et à 45 000 Euros d'amende dans le cas prévu par le deuxième alinéa.

Si cet incendie est intervenu dans des conditions de nature à exposer les personnes à un dommage corporel ou à créer un dommage irréversible à l'environnement, les peines sont portées à trois ans d'emprisonnement et à 45 000 Euros d'amende dans le cas prévu par le premier alinéa, et à cinq ans d'emprisonnement et à 100 000 Euros d'amende dans le cas prévu par le deuxième alinéa.

Si l'incendie a provoqué pour autrui une incapacité totale de travail pendant au moins huit jours, les peines sont portées à cinq ans d'emprisonnement et à 75 000 Euros d'amende dans le cas prévu par le premier alinéa, et à sept ans d'emprisonnement et à 100 000 Euros d'amende dans le cas prévu par le deuxième alinéa.

S'il a provoqué la mort d'une ou plusieurs personnes, les peines sont portées à sept ans d'emprisonnement et à 100 000 Euros d'amende dans le cas prévu par le premier alinéa, et à dix ans d'emprisonnement et à 150 000 Euros d'amende dans le cas prévu par le deuxième alinéa.

Crédit photo SDIS77 Franck Desprez

Maladie de Lyme : il y a urgence à agir en France !


La Maladie de Lyme provoquée par les morsures de tique est un sujet qui nous tient à cœur sur la TL²B et que nous n'avons plus évoqué depuis un certain temps. Hélas, la situation ne s'est pas amélioré en France et il faut bien souvent partir à l'étranger pour avoir accès aux meilleurs diagnostiques et traitements. La FFMVT dans son communiqué du 09 avril 2019 appelle à la création d'une Agence Nationale des Maladies Vectorielles à Tiques.

- - - -  Communiqué de la FFMVT - - - -
La FFMVT propose la création de L'AGENCE NATIONALE DES MALADIES VECTORIELLES À TIQUES. La FFMVT, possède une expertise aujourd'hui reconnue nationalement dans le domaine, propose la création en urgence d'une AGENCE NATIONALE DES MALADIES VECTORIELLES À TIQUES (ANMVT)."

Lannemezan, le 9 avril 2019  


Monsieur le Président de la République, Monsieur le Premier ministre, Madame la ministre
de la Santé,


Compte-tenu de l’enlisement du Plan national de lutte contre la maladie de Lyme et les maladies transmises par les tiques, lancé par Mme Marisol Touraine, ministre des Solidarités et de la Santé, en septembre 2016, et des très nombreuses interrogations quant aux causes de cette situation (manquements, faiblesses professionnelles ?), la Fédération Française contre les Maladies Vectorielles à Tiques (FFMVT), comprenant trois associations de malades (France Lyme, Lympact, Le Relais de Lyme) ainsi qu’un Collège de médecins et de chercheurs, demande une décision politique forte pour sortir de cette crise, face à une épidémie qui est la première zoonose de  l’hémisphère nord, et fait chaque année des centaines de milliers de victimes dans les pays occidentaux.
La situation sur le terrain est très grave ; de nombreux malades désespérés sont abandonnés par le système de santé.
La désinformation ne devrait plus être permise, les principaux acteurs impliqués dans cette problématique, notamment la Société de pathologie infectieuse de langue française (SPILF), le Centre national de référence (CNR) des borrélioses de Strasbourg et la Commission Maladies infectieuses et tropicales de l’Académie nationale de médecine doivent être mis face à leurs responsabilités et sommés de cesser toute entrave à une prise en charge des malades conforme aux recommandations de la HAS de juin 2018.
En réponse à cette incurie, la FFMVT, fédération qui possède une expertise aujourd’hui reconnue nationalement dans le domaine, propose la création en urgence d’une AGENCE NATIONALE DES MALADIES VECTORIELLES À TIQUES (ANMVT).

L’ANMVT pourrait être créée rapidement, par exemple par décret gouvernemental. Son Comité de direction, très ouvert, pourrait intégrer les instituts nationaux de recherche (Inserm, CNRS, Institut Pasteur, Inra, etc.), la Direction générale de la santé, la Haute autorité de santé, les hôpitaux publics, la FFMVT ainsi que des Sociétés savantes responsables.

L’Agence rassemblerait ainsi les disciplines concernées (infectiologie, médecine interne, médecine générale, immunologie, microbiologie, neurobiologie, psychiatrie, génétique, rhumatologie, dermatologie, cardiologie, pédiatrie, ophtalmologie, imagerie médicale, spécialistes de la douleur, biologie vétérinaire, entomologie, sciences humaines et sociales, économie de la santé), les principales associations de malades ainsi que des médecins libéraux et hospitaliers prenant en charge les maladies vectorielles à tiques (MVT) persistantes.
L’Agence, pourvue d'un budget conséquent, aurait comme missions principales, tant l'organisation de la prise en charge clinique, diagnostique et thérapeutique des MVT que l'animation, l'évaluation, la coordination et le financement des programmes de recherche et de formation. Ses missions pourraient s'étendre aux approches Sciences humaines et sociales, santé publique, facteurs environnementaux de la transmission des pathogènes.
Il reviendrait à l'Agence de valider des programmes de recherche à travers un Conseil Scientifique avec l’aide d’experts internationaux.
L'Agence piloterait le réseau national des Centres de Référence MVT et des Centres de Compétences MVT, centres qui devraient intégrer les principales associations de malades conformément aux engagements de la HAS de juin 2018.
Elle s'appliquerait à diversifier les sources d'expertise en Biologie médicale et vétérinaire et à effectuer un travail en réseau.

Elle soutiendrait des actions de sensibilisation, proposerait des formations pour les praticiens, cliniciens et biologistes (médecins et vétérinaires) et faciliterait le rapprochement
et les échanges d'information entre soignants concernés par les MVT. Une formation diplômante devrait être envisagée.

Cette Agence serait probablement le meilleur rempart contre les dérives pseudo-médicales et mercantiles qui sévissent dans ce domaine.
Dans l’attente de votre réponse, je vous prie d'agréer, Monsieur le Président de la République, Monsieur le Premier ministre et Madame la ministre de la Santé, l'expression de ma très haute considération.

Dr Raouf Ghozzi
Président de la FFMVT


jeudi 4 avril 2019

[AGENDA] Un nouveau Clean Up Day pour Bleau le 14 avril

Après le succès de l’édition 2017, le club d'escalade de Massy, en collaboration avec l'association Greenspits, organise son second clean-up day à Bleau le 14 avril 2019 à Franchard Isatis ! 
Dans son communiqué, l'ESM rappelle que la forêt de Fontainebleau est LA Mecque du bloc en Europe (et peut-être dans le monde). Véritable laboratoire de l’escalade, c’est un terrain de jeu gigantesque (plus de 30 000 blocs !) qui a vu naître la pratique du bloc en France. Malheureusement, ce site historique est victime de son succès : il attire de plus en plus de grimpeurs français comme étrangers, et cela a bien évidemment un impact important sur l’environnement local. L'occasion aussi de rappeler certaines "règles" de bonne conduite, nos green climbing attitudes) à la génération de grimpeurs formée dans les salles d'escalade notamment sur l'usage raisonné de la magnésie. En effet, si les générations précédentes (dont nous faisons partie) n'ont pas toujours bien pris soin des spots d'escalade, l'explosion du nombre de pratiquants a entraîné une très forte dégradation de certains secteurs très populaires.

Les grimpeurs ne sont pas les seuls concernés par les impacts sur les SNE mais doivent donc mettre eux aussi les mains dans le sable. C'est régulièrement le cas depuis 20 ans date du premier Clean Up Day co-organisé avec Béal, la marque de cordes française. 

A la Tl²B, nous sommes très heureux de relayer cette initiative de l'association Greenspits et du club de Massy. Après le 95.2, c'est le site de Franchard Isatis qui est visé, un des plus fréquentés de la forêt. RDV donc le 14/04/2019 à 10h au parking du secteur avec le petit déjeuner, et l'opération durera jusqu''à la fin de l'après-midi. N'hésitez pas à inviter plein d'amis !

Au programme : 
Ramassage des déchets aux abords du parking et des blocs 
Nettoyage des blocs 
Sensibilisation du public aux enjeux de la préservation de nos sites 
Grimpe en fin de journée 

N’oubliez pas : 
Une bouteille d’eau 
Un bon répulsif à insectes : les tiques sont de retour en forêt, et gare à la maladie de Lyme ! 
Un pique-nique 
Vos chaussons et votre crash-pad 




affichecleanup2019-impression.pdf
Document Adobe Acrobat 6.0 MB 

lundi 1 avril 2019

[BLEAU] C'est finalement le sable des Trois Pignons qui accueillera les épreuves de Beach Volley aux JO de Paris

À défaut d'avoir obtenu les épreuves équestres aux JO de Paris en 2024, le Pays de FontaineBleau obtient les épreuves de beach volley. Initialement prévues sur le Champs de Mars, c’est finalement sur la grande plage de sable du Cul de chien dans la forêt domaniale des Trois Pignons que seront installés les infrastructures provisoires du 26 juillet au 6 septembre 2024. Une décision rendue nécessaire pour mieux sécuriser l'immense Fan zone du Champs de Mars et qui vise très certainement à compenser l'attribution des épreuves équestres à Versailles malgré les atouts du dossier présenté par Fontainebleau. 

Le 13 septembre 2017, à Lima, le Comité international olympique attribuait à la ville de Paris l’organisation des Jeux olympiques d'été de 2024. Depuis la ville de Fontainebleau n’a eu de cesse de mettre en avant ses infrastructures et son histoire pour accueillir les épreuves équestres. Et les JO c'est quand même une très belle opportunité business comme le rappelait Nicolas Ferrand, directeur général de la Solideo (Société de livraison des équipements olympiques), lors d'une conférence organisée avec la CCI Seine-et-Marne. En effet, Fontainebleau c’est l’autre capitale du cheval et elle dispose de sérieux atouts dont le vaste domaine militaire du CNSD et le Grand Parquet où se déroule déjà bon nombre d’épreuves de classe internationale. Une aubaine pour ce complexe en proie à d’importantes difficultés financières et au cœur des préoccupations de nos élus. Le stade équestre du Grand Parquet c'est 26 hectares, complètement rénovés entre 2011 et 2014 et 237 box en dur. Il dispose également de 43 344 m² d’aires de travail et de compétition, de 2500 m² d’aires de stationnement des camions, et de 10000m² à usage de village. Côté parking, l’ensemble des espaces disponibles permet d’accueillir 8000 véhicules légers. Par ailleurs, le site emblématique du Grand Parquet a déjà accueilli l’épreuve de concours complet des Jeux de remplacement de Moscou en 1980, et les championnats d’Europe de la discipline en 2009. Il est le théâtre annuel de près de 40 compétitions comme le rappelait le magazine l’éperon. Côté hébergements la ville de Fontainebleau dispose là aussi de sérieux atouts et les athlètes pourraient bénéficier des infrastructure du CNDS (Centre national des sports de la défense de Fontainebleau) soit 231 chambres et 60 studios. C’est pourtant le Parc du château de Versailles que le COJO a validé comme site olympique pour les épreuves équestres

Heureusement pour le Pays de Fontainebleau, le Comité d'Organisation a annoncé aujourd’hui que les épreuves de Beach Volley trouveraient, dans le doux sable blanc de Fontainebleau, un écrin à la mesure de l’évènement dans un communiqué de Tony Estanguet. "C’est sur la plage de sable du Cul de Chien qu’une enceinte temporaire de 12000 places sera érigée pour accueillir les compétitions de Beach Volleyball avec, comme spectaculaire arrière-plan, le symbole le plus emblématique de la Forêt de Fontainebleau, le rocher du Bilboquet. Pendant les Jeux Paralympiques, ce site accueillera également les compétitions de Boccia, pour la première fois sur un terrain en plein air". 

Beach Volley sur les Sables du Cul de chien, Trois Pignons
Beach Volley sur les Sables du Cul de chien, Trois Pignons


Contacté par téléphone, l’Association des Amis de la Forêt nous a déjà fait part de ses inquiétudes quant à l’aménagement et la privatisation du parking durant toute la durée des épreuves. En effet, son Président nous confiait « L'aire de stationnement de Noisy sur Ecole est l’une des plus saturées des Trois Pignons et c’est le point de départ de l’emblématique sentier rouge des 25 bosses pour de nombreux randonneurs et coureurs. La transformation de ce parking qui deviendra payant durant les deux mois d'été, va accroître considérablement la pression touristique sur les autres parking de la forêt. On a déjà bien du mal à faire les travaux de lutte contre l'érosion sur ce sentier. Sans parler des déchets !" 

De son côté, l'ONF a refusé de répondre à nos questions mais nous pensons que ce partenariat très bénéfique en terme d'image est surtout une formidable occasion de renflouer ses caisses ! Nul doute que d'ici là, les tags du 91,1 auront été effacés et que la plage de sable sera agrandie pour lui redonner la surface qu'elle avait dans les années 1950. Cette délocalisation n'est aussi sans doute pas du goût des communes de Milly la forêt et Noisy sur Ecole et fera sans doute grincer des dents les associations d'usagers et défenseurs de l'environnement. 

Beach Volley sur les Sables du Cul de chien, Trois Pignons
Beach Volley sur les Sables du Cul de chien, Trois Pignons


 
Copyright © 2014 Tribune Libre de Bleau et Cie | Blogger Template Distributed By ZMTemplate | Designed By OddThemes