#RESPECT

#RESPECT
La forêt n'est pas une poubelle ! Nettoyons !

IMPORTANT

Com ONF

ESCALADE

Sur le chemin

avril 2015

On vous a annoncé il y a déjà plusieurs semaines les reprises des Clean up Days et opérations forêt propre. Nous publions donc les rendez-vous qui nous sont proposés pour les jours à venir. 

Chez les grimpeurs, à Bleau, après la traditionnelle visite de Black Diamond, c'est la salle Blocage associée aux Gîtes d'Arbonne qui devraient prendre la suite. 

Chez les randonneurs, de nombreuse initiatives sont coordonnées par l'ONF dont, cette année, le nettoyage du sentier bleu n°2, récemment restauré...







Les 6 et 7 juin, c'est avec le RIF et l'ASABEPI que vous avez RDV :
Opération FORET PROPRE au Cuvier le 07 juin et Route de Bourgogne le 06 juin sous le contrôle du RIF (Randonneurs de l' Ile de France) et ASABEPI 
Inscription sur http://doodle.com/4unkabpcy8fuh85k



Communiqué ONF : Chantier nature en forêt de Fontainebleau : nettoyez les fontaines du sentier Denecourt n°2

L'Office National des forêts et les Amis de la forêt de Fontainebleau organisent samedi 23 mai de 14 h à 16 h un chantier nature en faveur de la conservation d’un patrimoine culturel de la forêt de Fontainebleau : les fontaines du sentier bleu Denecourt n°2. 
À l’occasion de la fête de la nature, venez participer à leur nettoyage. Munis de seaux, gants, râteaux, les volontaires enlèveront la terre, les feuilles et branches qui rebouchent les fontaines. 
Parallèlement, un groupe désensablera le Rocher du tunnel des Mastodontes. 

Pour ce chantier, le nombre de participants est limité à 20 personnes c’est pourquoi les inscriptions sont obligatoires. Le rendez-vous est donné à 14 h sur le parking à l’entrée de la route forestière de la Reine Amélie, situé à proximité de la gare SNCF de Fontainebleau-Avon (Coordonnées GPS : lat. 48.41711/ long. 2.72536). 

ONF Info guillaume.larriere@onf.fr Contact Guillaume LARRIERE Chargé de communication 217 bis rue Grande 77 300 Fontainebleau ag.fontainebleau@onf.fr ONF - Agence de Fontainebleau C
Cela devient une habitude mais cette année (l'an dernier) encore, durant le week-end de l’Ascension, le Club alpin français,(affilié à la Fédération Française des Clubs Alpins et de Montagne (FFCAM)) organise sa 4ème édition de "Camp4", un rassemblement de jeunes grimpeurs sur les blocs de la forêt de Fontainebleau. 

Cette manifestation qui se veut conviviale, festive et ouverte à tous sera hébergée par la base de plein air et de loisirs de Buthiers. Ainsi, toutes les sections escalade de la FFCAM sont invitées à se retrouver à cette occasion. Pour l'édition 2015, le rassemblement a lieu du mercredi 13 mai au soir au samedi 16 mai après-midi à la base de Buthiers.

Toutefois, si nous soutenons l'initiative qui a permit à de très nombreux jeunes cafistes de découvrir la forêt de Fontainebleau aux côtés de nombreuses stars de l'escalade, le nombre croissant de participants et le soutien commercial plusieurs marques commence à peser sur cet événement et sur la forêt. Nous aimerions que le nettoyage des sites soit systématique (un mini clean up d'une heure en partant ou un nettoyage de tous les rochers serait un vrai plus !)

  
Les roches de plusieurs tonnes que l'on peut mettre en mouvement à la main sont connues depuis longtemps et il n'est pas rare qu'elles deviennent une curiosité touristique locale (voir légendaire). 
Bleau en abrite un très grand nombre et si certaines sont tombées dans l'oubli, c'est souvent qu'elles ont perdu cet équilibre magique leur permettant de se mouvoir soit par érosion, soit par comblement. Toutefois, quand celles-ci se trouvent sur un circuit d'escalade mieux vaut être prudent. C'est ce que s'est dit Romain Detrie qui, au retour d'une journée au Rocher Fin (Trois Pignons) a signalé au Cosiroc, un très gros bloc branlant à droite du 28 bleu...

Donc, les roches que l'on peut mettre en mouvement sont donc très nombreuses. A Bleau, il en existe plusieurs dizaines mais bon nombre de ces jouets se sont usés avec le temps et ont fini par casser. C'est par exemple le cas de la balançoire du Rocher Cassepot comme nous le prouve ces deux images prises à un siècle intervalle !


Mais revenons au signalement (sur le site internet du Cosiroc) de Romain, un peu plus inquiétant. Normalement, le passage du 28 bleu ne nécessite pas de tirer sur le bloc supérieur. Mais si un grimpeur tente un rétablissement sur celui-ci, surprise, le bloc bouge ! A priori, rien de grave mais les experts du cosiroc sont allés sur place et ont calé le cailloux en attendant une éventuelle intervention avec la Commission érosion de l'ONF.



Romain propose aussi une petite vidéo : https://www.dropbox.com/s/mo4t1wwx413pqdq/MVI_3624-720.mov?dl=0.





On a évoqué il y a peut la création en cours d'un PNR du bocage du Gâtinais qui viendra compléter celui du Gâtinais Français que nous avions présenté en 2011 dans cet article. Mais au fait, c'est quoi le Gâtinais Français ?

Le Gâtinais français, dont le nom d'origine "franque" désignait des terres pauvres ou ravagées et sablonneuses, est un pays rural à l'identité forte, forgée au cours des siècles. À l'époque gauloise et gallo-romaine, le Gâtinais, pagus Vastinensis, est une des subdivisions du territoire sénon créées par les romains, entre les Carnutes (Chartres) à l'ouest et les Lingons (Langres) à l'est. Reprise par les Francs, le Gâtinais correspond alors à l'un des cinq archidiaconés relevant du diocèse de Sens. À cette époque, sa ville principale est Château-Landon et il s'étend au-delà des deux rives du Loing. En 1068, le roi Philippe Ier fait entrer le Gâtinais dans le domaine royal français. Le roi Philippe Auguste repousse les frontières au-delà de la forêt d'Orléans, avec l'idée d'en faire un apanage pour son fils. 

Par la suite, les deux « capitales » ont été Montargis (pour le Gâtinais orléanais) et Nemours (pour le Gâtinais français). Une partie du sud du département de l'Essonne, autour de Milly-la-Forêt, se revendique également comme faisant partie du Gâtinais, tandis que certains auteurs considèrent nombre de communes du nord-ouest du département de l'Yonne comme faisant aussi partie du Gâtinais. Ses limites naturelles seraient ainsi la Seine au nord, l'Yonne à l'est, la forêt d'Orléans au sud et l'Essonne à l'ouest.

Quatorze communes portent aujourd'hui le nom du Gâtinais, treize dans le Loiret et une en Seine-et-Marne ! Feins-en-Gâtinais est la plus méridionale, Maisoncelles-en-Gâtinais la plus septentrionale. Etrange donc que ce territoire devenu en 1999 le 37ème PNR de France soit situé bien plus au nord encore ! Le parc naturel régional du Gâtinais Son territoire s'étend sur près de 70000 hectares  en Seine-et-Marne et  en Essonne. Liaison biologique entre les massifs forestiers de Fontainebleau et de Rambouillet, le Gâtinais français présente des paysages contrastés et insolites : clairières, forêts, sables, bois en lanières, vallées sèches, chaos de grès... Tous ces éléments constituent autant d'ambiances paysagères uniques, mais aussi très vulnérables. 

La majorité des communes du canton de la Chapelle-la-Reine, à l'exception de deux : Larchant et Recloses, se sont réunies en communauté de communes : la communauté de communes des Terres du Gâtinais.


Le Gâtinais français possède un patrimoine naturel et culturel riche, mais fragile, que le Parc s'est engagé à préserver, valoriser et faire connaître. Cet espace offre de nombreuses possibilités de promenades à la rencontre de la nature, à la découverte du patrimoine, à la recherche des savoir-faire traditionnels. Dans sa charte constitutive, le Parc s'est engagé à développer une gestion adaptée des milieux naturels, à maintenir la qualité des paysages et à encourager les actions d'entretien de l'espace.

La Maison du parc, située à Milly-la-Forêt, propose plusieurs types de sorties nature. Co financée par le Conseil général de Seine-et-Marne, la Maison du PNR est un bâtiment conçu comme un modèle en matière de développement durable. En effet, grâce à une isolation et une ventilation très performantes, il consomme deux fois moins qu'un bâtiment basse consommation.  De plus, il dispose d'une chaufferie en bois, d'un éclairage naturel par les verrières et des murs intérieurs en brique crue destinés à absorber ou restituer la l'humidité. Vous y trouverez des informations techniques et touristique sur les nouvelles technologies du développement durable.

Plus d'info sur l'histoire de ce pays sur ce site 
On va encore vous parlez de collecte de données naturalistes, d'observation et de sciences participative ! En effet, le portail de saisie de données Cettia-IDF est officiellement ouvert au niveau régional. Faisant suite à une mise en route en Seine-et-Marne financée par Seine-et-Marne Environnement (SEME), Natureparif a souhaité étendre l'outil au reste de la région. Cettia-IDF permet de saisir les observations de tous les taxons.

La Seine-et-Marne couvre un territoire à forte diversité paysagère. Elle est aussi très riche en patrimoine naturelle, historique, culturel et urbaine. Pour répondre aux aspirations des Seine-et-Marnais et atteindre ses objectifs de développement durable du territoire, le Département avait lancé un vaste programme de valorisation de la biodiversité. La connaissance du patrimoine naturel départemental et de sa vulnérabilité face à la consommation de l'espace et de ses usages est en effet essentielle pour définir un aménagement harmonieux entre les milieux, la flore, la faune et les hommes. Aujourd'hui, l'agence francilienne Natureparif peut s'appuyer sur les expérimentations réalisées pour étendre la saisie de données naturaliste  au niveau régional ! 

En mars, ce ne sont pas moins de 9834 observations qui ont été effectuées et saisies dans Cettia. Nul doute que l'on dépasse bientôt le seuil des 10 000 données mensuelles ! Comme d'habitude, les oiseaux constituent le groupe le plus signalé. Mais le mois de mars est aussi celui des amphibiens, et pas moins de 1511 observations ont été saisies pour ce groupe. Une belle mobilisation qui permet d'alimenter les connaissances dans le cadre de la liste rouge actuellement en cours de réalisation.

Dans ce cadre d'observation et saisie, le samedi 4 avril, à Lesches (77) un ornithologue (M. Zucca) a vu un énorme rapace surgir des arbres. Photographié à la volée, le rapace est identifié : il s'agit d'un Pygargue à queue blanche immature ! S'il hiverne régulièrement au lac du Der et au lac de la Forêt d'Orient, non loin de l'Île-de-France, son observation reste très rare en France puisque seulement ne vingtaine d'oiseaux sont vus par hiver !

Cettia : Comment ça fonctionne ?

Pour commencer, l'utilisateur devra se créer un compte. Cela suppose d’accepter la charte. Un guide de l'utilisateur est en ligne sous forme de vidéo dans You-tube. Une page FAQ a été placée dans l'onglet "nouvelles". Un forum est également à votre disposition pour les éventuelles questions.


La « session » s'ouvre sur une sorte de « carnet » : on indique juste un lieu (ville ou code postale, qui sera le site d'observation de la session sur un carré de 15 km sur 15 km) et une date. Lorsque vous enregistrez votre session, là s’ouvre la page « observation », dans laquelle vous pourrez renseigner votre taxon (nom latin).

Un module "journal de validation" a été développé afin de permettre à tous les utilisateurs d'interroger un contributeur sur son observation, notamment si une erreur d'identification est suspectée. Mêmes les meilleurs se trompent : il est essentiel de se prêter au jeu de la critique et de répondre à ces discussions.

Dernier rappel, les données de Cettia-IDF sont publiques, sauf choix contraire du contributeur, qui aura la possibilité de flouter des données lorsque les circonstances l'exigent.

Allez, c'est à vous de jouer !



Il n'y a pas qu'à Fontainebleau que les coupes rases font hurler les usagers des forêts et citoyens ! 

Ainsi, quelques images d'amis photographes nous ont, une nouvelle fois, soulevé le cœur et nous nous associations bien volontiers à l'appel à manifestation pour l'avenir des forêts de Compiègne le 25 avril à 10 h devant l’hôtel de ville !




COMMUNIQUE DE PRESSE (Oise Nature, A.F.L.O.C., S.A.F.H.E.C. et Picardie Nature)

LE COLLECTIF DES PRINCIPALES ASSOCIATIONS NATURALISTES DE L’OISE ET DE PICARDIE ORGANISE UNE MANIFESTATION A COMPIEGNE LE 25 AVRIL POUR DENONCER LA POLITIQUE FORESTIÈRE DE L’OFFICE NATIONAL DES FORETS DANS LE DEPARTEMENT ET EN PICARDIE

Saint Jean aux Bois, le 14 avril 2015 
Le collectif constitué des principales associations de naturalistes de l’OISE (Oise Nature, A.F.L.O.C.*, S.A.F.H.E.C.**) et de Picardie (Picardie Nature), organise une manifestation à Compiègne le 25 avril prochain à 10 heures. Le rassemblement est prévu place de l’Hôtel de Ville. 

L’ensemble des participants partira ensuite pour déposer symboliquement une gerbe « Forêt Morte » devant les bureaux de la Direction régionale Picardie de l’ONF – Avenue de la Division Leclerc. Les associations entendent dénoncer la politique productiviste de l’ONF qui fait payer un lourd tribu aux forêts de l’Oise et de Picardie. 

Dans le rapport d’activité 2012 de l’Agence régionale de Picardie, le ton est donné et la politique productiviste est fièrement affirmée par Pierre-Jean MOREL actuel directeur de l’Agence: « Les conditions climatiques et les qualités de nos sols confèrent aux forêts feuillues picardes une productivité parmi les plus fortes de France. Avec un relief de plaine facilitant une exploitation moderne et rationnelle des bois, des voies de communication performantes et la proximité de grands centres de consommation, notre région possède des atouts « bois » remarquables ». Les conséquences de cette politique sont déjà bien visibles dans les forêts de l’Oise et de Picardie. La déforestation en cours à moins d’une heure de Paris … 

Image (désolante) de JM Barthélémy


Les forêts de l’Oise et de Picardie sont menacées aujourd’hui par la surexploitation et par l’agro-sylviculture que l’Office National des Forêts met en place depuis plusieurs dizaines d’années avec son cortège: - « De coupes à blanc de feuillus » avec poses d’enclos pour « officiellement » protéger les futures plantations de la dent des cervidés. 

Malheureusement, même protégées, la réussite de ces plantations reste très aléatoire comme l’attestent les résultats de l’étude réalisée par la S.A.F.H.E.C. à Chantilly qui montre que dans plus de la moitié des 47 parcelles encloses suivies depuis 6 ans, le taux de réussite des plantations est inférieur à 40 %. En forêt de Compiègne, 148 parcelles encloses représentent 1.500 ha et 144 autres parcelles sont en travaux (bois énergie ou préparation à coupes définitives) pour une surface de 1.840 ha soit une surface totale de 3.340 ha représentant plus de 20 % de la surface totale du massif. Ces coupes à blanc accélèrent la progression des essences invasives (comme le Prunus Sérotina « l’envahisseur agressif » empêchant la régénération naturelle et artificielle et qui a envahi 90 % de la surface de la forêt de Compiègne), - « De cloisonnements » qui excluent une importante surface découpent l’espace forestier en lanières et en carrés séparés par des allées détériorées par une mécanisation galopante. 

Image (désolante) de JM Barthélémy


Ces techniques directement copiées de l’agriculture transforment les forêts en de pathétiques « usines à bois » et menacent gravement la biodiversité forestière, - « D’exploitation des petits bois » pour alimenter les chaudières à biomasse (la chaufferie de l’aéroport Roissy CDG « avale » 35.000 tonnes de plaquettes forestières par an provenant en grande partie des forêts de Picardie). L’exploitation des rémanents a pour conséquence d’accélérer l’appauvrissement des sols. Vers une disparition des populations de cervidés … Les cervidés sont des animaux emblématiques de notre département et de notre région qu’il n’est pas question de voir disparaître. Les forêts picardes ont été aménagées au fil des siècles par les souverains pour l’exercice de la chasse. 

Hier proies « royales », les grands cervidés sont aujourd’hui considérés comme des « nuisibles ». Les forestiers ont déclaré la guerre aux derniers grands animaux sauvages vivant en France. Généralement considérés comme des empêcheurs de « planter en ligne », accusés d’entraver la régénération des massifs forestiers, les cervidés des forêts domaniales de l’Oise et de Picardie sont soumis à des prélèvements de plus en plus importants réduisant d’autant les populations. En forêt domaniale d’Ourscamps, la population de cervidés a été décimée. La baisse est extrêmement forte en forêt d’Halatte et l’objectif annoncé pour le massif de Compiègne est de réduire la population à 250 - 300 animaux pour 15.180 ha. C’est à dire des populations de cervidés maintenues « pour mémoire ». 

Si l’ONF « mobilise le bois », nous avons décidé de nous mobiliser pour défendre ce bien commun qui s’appelle la forêt. 

Nous appelons toutes les personnes sensibilisées à ces problèmes à venir nous rejoindre à Compiègne le 25 Avril à 10 heures – Place de l’Hôtel de ville. 


*: Association des Amis des Forêts de Laigue d’Ourscamps et Compiègne 
** : Société des Amis des Forêts d’Halatte, Ermenonville et Chantilly



Cette semaine nous avons fait le point sur différents portails de saisie d'observations naturalistes. Nous avons oublié de vous parler du portail mis en place par Natureparif et ses partenaires associatifs Seine et Marnais qui concerne les franciliens. La collecte des données a permit la création d'Altlas dynamiques dont le premier volet dédié aux insectes est en ligne. Par ailleurs, puisque l'on parle des atlas, n'oubliez pas qu'il existe aussi 4 Atlas de la biodiversité en Seine-et-Marne (Flore, Faune, milieux naturels et des continuités et  Biodiversité et société écologiques) , hélas non consultables en ligne. En revanche, celui sur les paysages de Seine e Marne est lui consultable et téléchargeable...

Rappelez-vous, en 2013, nous parlions du réseau Eco-veille de la FFRP, un système d'alerte en ligne où les randonneurs pouvaient signaler un problème (dépôt d'ordure, balisage défectueux...) à l'image de l'observatoire des AFF pour les sentiers bleus de la forêt de Fontainebleau. En 2012, le Pôle Ressources National des Sports de Nature (PRNSN) de Vallon Pont d’Arc a été missionné par le Ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie Associative (voir les adresses dans notre carnet) pour mettre en place un observatoire visant à la pérennité des accès aux espaces, sites et itinéraires. Cet observatoire devant être un outil d’étude mais également un outil de signalement et de mise en relation des acteurs des sports de nature (gestionnaires, propriétaires, usagers). Conscient de la position avancée de la FFRandonnée en la matière, le PRNSN a souhaité travailler avec elle ainsi qu’avec les autres fédérations de sports de nature pour mettre en place un dispositif complémentaire d’Eco-Veille®, tourné vers l’ensemble des usagers. Cet outil a la vocation de signaler des anomalies, et de mettre en relation les gestionnaires et propriétaires de sites de pratiques en facilitant ainsi le suivi du traitement de ces anomalies, et ce dans toutes les activités de sports de nature. Suric@te est donc né. Sa mise en œuvre a eu lieu en avril 2014.
Dès le lancement de la TL2B, nous avons souhaité communiquer sur la maladie de Lyme véhiculée par les morsures de tiques. Cette maladie est encore très mal diagnostiquée (notamment France) et fait de très nombreuses victimes. Nous profitons donc de l'annonce de deux rendez-vous en mai (Conférence à Maison Alfort et Journée mondiale) pour créer un tag "Maladie de Lyme et Tique" afin de faciliter vos recherches d'articles dans notre site directement sur la page d'accueil.

Par ailleurs, rappelons à nos amis sportifs de pleine nature, naturalistes, photographes animaliers que dès maintenant et jusqu'en octobre, à chaque retour de forêt, une inspection corporelle minutieuse est de rigueur.


Le Centre national d’expertise sur les vecteurs (CNEV) organise une journée thématique intitulée « Tiques et maladies à tiques : impacts en santé humaine et vétérinaire » qui se déroulera le 20 Mai prochain.

Cette journée aura lieu à l’École Nationale Vétérinaire d’Alfort à Maisons-Alfort (7 avenue du Général de Gaulle) .

Inscription gratuite mais obligatoire. http://www.cnev.fr

http://www.sfecologie.org/ecodiff/2015/04/04/journee-tiques-et-maladies-a-tiques-20-mai-2015-maisons-alfort/

Programme

http://www.cnev.fr/images/pdf/journees_thematiques/programme%20tiques%202015%20.pdf


Journée mondiale contre la maladie de Lyme – Worldwide Lyme Protest

Pour la troisième fois, la journée mondiale contre la maladie de Lyme ou Worldwide Lyme Protest, aura lieu dans plusieurs pays.

En France, les associations se fédèrent pour couvrir l’événement. La date retenue est le samedi 30 mai.

Dans le monde entier, le ruban vert citron, »green lime » symbolise le combat contre cette maladie.

Au Canada, L’AQML récidive encore cette année en organisant une manifestation à Montréal dans le cadre du mouvement mondial de protestation et de sensibilisation à la maladie de Lyme. Ce rassemblement symbolique se veut une opportunité de démontrer le besoin urgent de faire admettre aux gouvernements et à la communauté médicale que le déni a suffisamment duré.


Séléction de nos articles les plus importants sur ce sujet 
http://www.tl2b.com/2001/01/la-maladie-ou-borreliose-de-lyme.html
http://www.tl2b.com/2011/05/les-tiques-un-vrai-danger-mal-connu.html
http://www.tl2b.com/2014/12/maladie-de-lyme-etat-des-connaissances.html
http://www.tl2b.com/2014/05/maladie-de-lyme-lomerta-de-la-medecine.html
http://www.tl2b.com/2013/06/tiques-et-maladie-de-lyme-la-prise-de.html
http://www.tl2b.com/2014/11/maladie-de-lyme-les-autorites-medicales.html
http://www.tl2b.com/2013/06/tiques-enfin-un-reveil-des-consciences.html

Il y a quelques jours, vous avez pu lire notre article consacré au probable retour des brebis en forêt de Fontainebleau .

L'ONF vient de nous adresser l note de communication sur le sujet. Alexandre, le berger est bien arrivé la semaine dernière en forêt avec ses 130 brebis ! 
L'occasion pour nous de compléter (un peu) votre information sur ce sujet.

Ce projet qui était inscrit dans le DOCOB de Fontainebleau depuis 2008 (voir notre page documentation) n'avait pu être développé faute de candidat berger. Depuis 2011, dans le cadre du dispositif d'appui à l'installation agricole en Ile de France à découvrir sur www.leschampsdespossibles.fr plusieurs équipes successives ont travaillé sur ce projet avec l'ONF.


Si dans notre précédent article nous avons fait l'éloge du pastoralisme forestiers en matière de restauration d'espace, nous tenons à faire une distinction plus marquée entre certaines entreprises d'espace vert ayant flairées un bon business, qui proposent ce genre de service (type "éco-mouton" sur les micro-surfaces des parcs publics ou autres pelouses de grandes entreprises qui participe ainsi au green washing) et l'installation d'un berger sans terre, sur un territoire historiquement constitué par le pâturage en forêt et qui va produire des agneaux en agriculture biologique, vendus localement en circuit court. Nul doute que le second peinera à gagner un smic tout en bossant 365 jours par an au cul de ses brebis, qu'il pleuve, qu'il neige ou qu'il vente !

Le distinguo étant établi, Alexandre est un aspirant berger qui s'est formé auprès de pairs spécialistes de ce genre de milieux (
voir ici). La discrétion est de mise car il est actuellement en période d'agnelage ( c'est à dire qu'il s'occupe de la naissance des agneaux) et qu'une des craintes sur le site est la divagation canine (voir la note de l'ONF de rappel sur ce point) et les dérangements  liés à une trop forte présence humaine.

Bref, vous l'aurez compris, souhaitons bonne chance à Alexandre et, si vous le croisez sur nos pâturages, passez lui un discret bonjour...






La toile regorge de sites consacrés à Fontainebleau ! Nous avons testé des dizaines de sites internet consacrés à l'escalade à Bleau, et nous vous avons proposé une sélection des meilleures d'entre-eux sur cette page, mais, comme vous allez le voir, de nombreux sites font peau neuve actuellement ! En effet, vous allez avoir le choix entre 4 bases de données pour faire vos listes de croix en forêt ! Après la version Béta de BleauBoulders lancée il y a quelques mois, l'historique BleauInfo après avoir fermé ses portes durant quelques semaines les a rouvertes dans une configuration elle aussi, provisoire. Et voilà que le site de l'association BLO fait lui aussi sa mue pendant qu’apparaît Bleau@Bloc . Bref, voici un petit point, provisoire,  sur les nouveautés en matière de sites topographiques bleausards !

J-3 avant l’ouverture du 4ème congrès international consacré à l’avenir et au développement du VTT !! L’International Mountain Bicycling Association (IMBA) basée aux États-Unis a pour objectif premier d’assurer un accès durable aux sentiers pour les vététistes, mais aussi de promouvoir le développement de ceux-ci au niveau régional, national et européen. Mountain Bike France accueillent donc ses homologues européens pour le 4ème congrès international de l’IMBA Europe à Ramatuelle du 17 au 19 avril 2015.
Aujourd'hui, ce sont plus de 16 000 photos qui illustrent les fiches espèces du site de l'INPN pour plus de 10 000 espèces françaises et c'est grâce à vous ! En effet, ces fiches ont été réalisé par l'équipe de l'INPN sur la base des informations partagées par plus de 200 personnes qui se sont volontairement mobilisées pour la réussite de projet de sciences participatives que nous évoquons régulièrement : l'Observatoire de la Biodiversité des Forêts. Cette initiative de Noé Conservation propose au public de photographier des espèces forestières menacées ou peu observées. Voici un point sur la plupart des chantiers auxquels vous pouvez participer facilement, sans engagement, seul ou en famille...

La création d’un nouveau parc naturel régional (PNR) au sud de la Seine-et-Marne, à cheval sur les régions Centre, Bourgogne et Île-de-France, est officiellement à l’étude depuis 2011. L’objectif poursuivi par la Région Ile-de-France est de favoriser un projet concerté et cohérent à une échelle interrégionale. Une synthèse du Dossier de Faisabilité a été présentée au Conseil d'Administration de l'ARBG le 8 avril 2015 en présence des régions Ile-de-France et Centre. Voici un premier article sur ce projet...

Les animaux sauvages sont responsables de nombreux accidents de la route principalement aux abords des forêts. L’Office national des forêts appelle chaque année, à l'approche de l'hiver, à la plus grande prudence ET à la CONDUITE APAISÉE des automobilistes en forêt de Fontainebleau. Si au Printemps, les bêtes se font normalement plus discrètes sur les bords de route, elles n'en restent pas moins dangereuses notamment les chevreuils qui peuvent y déambuler complètement saouls ! La faute aux bourgeons et notamment à l'Aubépine.

On compte depuis les années 90 une population de trois à 400 chevreuils en forêt de Fontainebleau. Ce petit cervidé qui affectionne les milieux ouverts est encore plus nombreux en périphérie de la forêt. Chaque année, quinze à vingt sont tués dans une collision avec un automobiliste sur les routes de la forêt de Fontainebleau. En effet, à la sortie de l'hiver, les cervidés se précipitent sur les bourgeons gorgés de sève et d'alcaloïdes. La consommation excessive de certain d'entre eux (notamment l'Aubépine), perturbe leur système digestif au point de enivrer !

Ils se cognent aux arbres, titubent parfois au bord des routes et s’aventurent au beau milieu des jardins après une bonne «biture» à base de végétaux fermentés. L’animal est alors désorienté et ne perçoit plus le danger. Il se déplace dans des zones inhabituelles pour lui. Ivres, ils mettent en péril leur vie puis celles des automobilistes qui croisent leur chemin. Un choc avec le cervidé peut causer de gros dégâts matériels : moteurs endommagés, radiateurs enfoncés, pare-chocs tordus… Dans le Lot, où l'on compte plus de 15 000 chevreuils, la route de Toulouse, avant le péage de Cahors Nord, est l’une des zones où peut avoir lieu ce type de «rencontre». Il y a quelques années, à Nègrepelisse (Tarn-et-Garonne) un couple s’est retrouvé en présence d’un jeune chevreuil mâle, probablement "ivre" tentant de s’échapper de la maison où il venait de s’introduire. 


Bref, le phénomène est national et la traditionnelle note hivernale de communication de l'ONF de Fontainebleau sur le risque de collision sur les route, toujours d'actualité en ce début de Printemps.
panneau 150dpi         
Note hivernale de l'ONF
Cerfs, chevreuils et sangliers traversent régulièrement les axes routiers. Chaque année des accidents de la route dus aux animaux sauvages sont constatés dont la plupart dans les massifs forestiers. Les animaux sauvages sont imprévisibles en tout temps. Toutefois, il existe deux moments de la journée où le risque de collisions est le plus élevé, en début de soirée et au cours de la nuit. C’est le moment où les animaux quittent leurs lieux de cantonnement pour rejoindre ceux où ils s’alimentent, en l’occurence, les cervidés et les sangliers qui ont une activité quasi nocturne. En revanche, les chevreuils ont un rythme biologique différent et il arrive que des collisions se produisent en pleine journée.

La plupart du temps, les dégâts ne sont que matériels mais peuvent parfois engendrer des dommages plus graves pour les automobilistes.

Afin de prévenir au mieux les risques d’accident, l’ONF invite donc à la plus grande prudence surtout pendant :
  • la saison hivernale où le risque est accru ;
  • la traversée de la forêt (en particulier dans les zones signalées) ;
  • la tombée de la nuit et jusqu’au lever du jour ;
  • les périodes de chasse (de novembre à février) où les déplacements du gibier sont plus nombreux.
Dans les zones et périodes à risques, l’ONF recommande de réduire la vitesse, d’augmenter les distances de sécurité entre les véhicules et d’être tout particulièrement attentif à l’environnement de la route (yeux brillants). En cas de surgissement d’un animal, il est conseillé d’être particulièrement vigilant car les sangliers et les cervidés se déplacent souvent en groupe (harde). Par ailleurs, il ne faut pas essayer de l’éviter, un choc frontal se révèle moins dangereux qu’une perte de contrôle du véhicule dont le risque de collision serait beaucoup plus sérieux (arbres, véhicule).

ONF Info guillaume.larriere@onf.fr Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Contact
Guillaume LARRIERE
Chargé de communication
217 bis rue Grande
77 300 Fontainebleau
ag.fontainebleau@onf.fr Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

L'original de la fiche.
Que faire en cas de collision ?
  • prévenir les services d’urgence en composant le 18 ou le 112
  • sécuriser le périmètre de l’accident (gilet haute visibilité, triangle de signalisation)
  • rester en sécurité hors de la chaussée
  • savoir qu’un animal blessé peut avoir un comportement agressif
  • déclarer l’accident auprès de votre assureur dans les plus brefs délais
  • garder des preuves de la collision (poils, témoignages, photo, etc.)
  • contacter votre assurance pour connaître les modalités d’indemnisation des dommages
  • savoir que le Fonds de Garantie n’intervient plus en cas de collision avec un animal sauvage.
Six maires des Alpes maritimes ont pris des arrêtés d'interdiction des canyons sur leur commune. Ainsi, les canyons de Riolan, Aiglun, Gourgas, Carléva, Bendola, Mujouls, St Auban sont interdits, jusqu'à nouvel ordre le temps que les commissions de sécurité règlent les problématiques diverses.


Dans le département des Alpes maritimes, l'équipement d'une quarantaine de canyons est géré par le conseil général. Chaque année, entre novembre et février, a lieu une vérification des amarrages, balisage, etc... Jusqu'à maintenant, les 3 fédérations que sont le CAF, la FFME et la FFS se partageaient les divers canyons mais l'appel d'offre doit être renouvelé ce mois-ci.

Si l'équipe de vérification décèle des problèmes, une seconde équipe (en ce moment Odyssée Verticale de Pascal Clémenti) s'occupera de régler ces problèmes.

L'interdiction des canyons ne provient donc pas nécessairement des problèmes liés aux crues de novembre mais simplement que certains canyons n'ont pas pu être vérifiés (défaut de temps ou de conditions). C'est le cas de Riolan (vérifié mardi dernier), Aiglun, les Mujouls, la Bendola. Pour la Carléva, Odyssée Verticale doit aller tronçonner quelques arbres et régler un problème d'éboulement. 
Plus à l'ouest, et un peu plus au nord, on peut craindre il faudra évaluer si les fortes précipitations hivernales n'ont pas accru le risque de glissement de terrain, de chute de bloc ou portées atteinte à la solidité des équipements de protection en place.


En effet, en falaise, lorsque les terres gorgées d'eau se rétracte, les blocs sont plus susceptible de basculer...















Source des AM canyon : Kairn


Pour en savoir plus sur les canyons de la région 
A la TL2B on aime beaucoup les chantiers de lutte contre l'érosion et comme cela concerne tous les spots de pleine nature dans le monde, il est normal de souligner les efforts des bénévoles y compris à l'étranger ! Cette semaine, nous apprenions l'aboutissement d'un chantier de trois ans d'effort pour refaire les sentiers d'accès aux falaises d'Indian Creek du Parc National du Grand Canyon.

Indian Creek est connue des grimpeurs pour ses étonnantes falaises de grès et ses remarquables fissures à coinceurs. Bardé d'un tas de matos, les grimpeurs se tapaient une marche d'approche rendue très pénible par la très forte érosion. Un problème  que le Rocky Mountain Field Institute (FIRI), dirigée par Mark Hesse a pris en charge il plus de 3 ans ! Le nouveau sentier emprunte un nouveau cheminement renforcé durablement par des murets et des escaliers de pierres, tous construit à la main par les bénévoles dont de nombreux étudiants du Lycée de Montrose. Beaucoup d'émotions lors de l'inauguration marquant le fin des opérations car manquait à l'appel Mark Hesse, tragiquement décédé l'an dernier dans un accident d'escalade.


Merci à tous ceux qui ont donné des heures et des jours à la réalisation de cet ensemble d'ouvrage, en particulier Rocky Mountain Field Institute, The Bureau of Land Management, Monticello Field Office, Front Range Climbing Stewards, the students of Montrose High School.



L'abus de poudre blanche par certains grimpeurs a plusieurs conséquences que nous avons déjà souligné à mainte reprises. Outre celles sur l'adhérence des prises ou l'environnement (exemple Belge), la pollution visuelle qu'elle entraîne est un vrai problème. Ainsi, à Bleau, plusieurs associations d'usagers de la forêt (dont plusieurs de randonneurs et de grimpeurs) ont manifesté auprès de l'ONF leurs mécontentements. Pour le grimpeur, arriver sur un bloc couvert de magnésie ou tenter une voie à vue où toutes les prises sont signalées d'un épais trait de "cake" n'est pas non plus très agréable...

On ne va pas revenir sur les avantages de la magnésie pour les grimpeurs aux mains moites, ni même sur ses inconvénients lorsqu'elle forme une couche solide qui affecte la texture du rocher et son adhérence. 


Bref, au lieu d'en remettre une couche sur le sempiternel débat, on voudrait juste rappeler que "trop, c'est trop" et que même les traits, tirets et points de magnésie sont des nuisances qui peuvent pour le grimpeur ruiner votre "à vue", pour les autres visiteurs d'un site rocheux, considérablement gêner.


Il est dans le meilleur intérêt de chaque grimpeur de minimiser l'emploi de la magnésie et d'éviter les indications sur le rocher.

A l'image de la campagne de communication de l'Access Fund contre les traits de cake (Tick mark), voici quelques rappels à garder à l'esprit, en bloc, comme en falaise.

· Marquez le moins possible. Cela peut sembler évident, mais pour beaucoup, ça ne l'est pas. Si vous le faite (et nous l'avons tous fait), prenez quelques minutes pour brosser les traces avant de quitter la voie.

· Choisissez le bon type de brosse, c'est à dire celle ne causant pas de dégât au rocher. Par exemple, les brosses nylon peuvent endommager les roches tendres comme le grès. La meilleure semble la brosser en poils de sanglier (ou soie de porc) qui ne polie pas la roche, ne l'encrasse pas, ne l'érode pas...

· Utilisez la magnésie avec parcimonie dans les zones où elle ne sera pas nettoyée naturellement par la pluie, comme des surplombs, des grottes et les sites au climat désertique.

· Pensez à utiliser les magnésies liquides dont l'impact sur le rocher semble moindre.

· Impliquez-vous dans le nettoyage des sites naturels, seul ou avec une association locale.



Il y a quelques mois, nous annoncions le démarrage d'une nouvelle campagne de travaux anti-érosion aux pieds des célèbres "Big 4" du Cuvier Rempart. Après une première opération aux résultats décevants lancée en 2012, cette nouvelle opération reposant sur les épaules des grimpeurs pour remonter de bons gros pavés a rencontré beaucoup plus de succès ! Outre le fait que 90 % des pavés déposés en bas de la pente sont maintenant en haut, les premiers murets se sont construits à une très grande vitesse ! Un grand bravo et merci à toute la communauté (internationale) des bloqueurs...


Après l’hiver, saison particulièrement rude pour la faune sauvage, la période de naissance des mammifères et de nidification des oiseaux débute en forêt. Pour ne pas déranger les petits et leurs parents, l’Office national des forêts conseille aux usagers d’être prudents lors de promenades en forêt.

L’occasion pour l'Office de rappeler que chaque année, l’arrêté du 31 juillet 1989, impose que « du 15 avril au 30 juin, dans les bois et forêts, les chiens soient, en dehors des allées forestières, tenus en laisse ».


Le superbe site d'escalade au nom "imprononçable" de Geyik Bayiri en Turquie ne sera pas détruit ! En effet, il n'y aura pas d'exploration minière sur cette falaise, l'une des plus grandes, des plus belles et des plus célèbres de Turquie. La menace d'une ouverture de carrières, qui auraient touchées plus du tiers des 1000 voies et défiguré le paysage pour toujours, est visiblement écartée ! 

Petit retour en arrière. Début de Février, une société minière a reçu l'autorisation gouvernementale pour explorer la région. Un mouvement de protestation populaire a reçu immédiatement  un fort soutien international. La pétition en ligne pour sauver la zone a en effet été signée par près de 18 000 personnes en quelques semaines. Est-ce pour cela que le bureau des affaires minières qui relève du ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles (Migem) a fait machine arrière ? En tous cas, la licence d'exploration minière a officiellement été annulée. Fait intéressant, le permis a été annulé à la demande de la compagnie minière et la lettre indique que les activités minières ne seront pas autorisés dans ce site pour l'avenir.

De leur côté, les militants contre ce projet restent mobilisés et vont poursuivre leur recours judiciaire dans l'espoir qu'une décision en leur faveur permette de sauvegarder définitivement la zone contre toutes nouvelles demandes d'exploitation minière.

Les dernières mises à jour peuvent être suivies sur la page  facebook SAVE Geyikbayiri 

Photos by www.climbersgarden.com

Du 27 mars au 11 novembre 2015, rendez-vous en forêt de Fontainebleau au centre d'écotourisme de Franchard pour faire le plein d'activités et sorties nature ! Le site de Franchard est l’un des plus emblématiques et fréquentés de la forêt de Fontainebleau. C'est là qu'il y a quelques années la région a installé son Centre d'information. Celui-ci rouvre ses portes...

Le centre d’écotourisme de Franchard s’inscrit dans une volonté de valorisation, d’information et surtout de sensibilisation. Sa vocation est de faire comprendre la fragilité des milieux naturels et les impacts de la fréquentation sur les écosystèmes. Le centre se veut être un lieu d’interaction et d’échange. À travers une programmation diversifiée, le centre d’écotourisme de Franchard valorise ce patrimoine naturel exceptionnel, met en lien les acteurs et rend l’information accessible à tous.

Pour cette saison 2015, le centre et ses partenaires vous propose de nombreuses activités et évènements thématiques pour vous faire découvrir cette majestueuse forêt à travers de nombreux manifestations : randonnées, expositions, sorties découvertes, ateliers...

Retrouvez la programmation complète et toutes les informations complémentaires sur le site Paris What eslse ou téléchargez directement le programme :
prog_franchard_2015.pdf (PDF 320.99 Ko)
Il y a un an, nous vous annoncions la sortie de l'application ONF pour smartphone Androïd ou IOS. DEpuis nous en avons peu parlé mais elle semble fonctionner correctement lorsque l'on a du réseau... Cet été, Thierry vous proposait de découvrir le renouveau de l’arboretum de Franchard dans cet article. Voilà qu'il va être possible de concillier les deux grâce à l'audio-guidage. Voici la proposition de l'ONF :

"Soucieux de moderniser l'accueil du public, l'ONF a lancé, en 2014, sa première application mobile de balades et d'informations enrichies « Forêt de Fontainebleau ». Pour son premier anniversaire, l'application se modernise : plus fluide et plus intuitive, elle offrira aussi de nouvelles promenades guidées.

Avant de lancer cette version, l'ONF vous invite à tester, en avant-première, un sentier audioguidé accessible aux malvoyants, le Samedi 11 avril de 10h à 12h sur le parking du site Arbor&Sens (sur la route départementale 301)

Ouverts à toutes personnes présentant un intérêt à l'utilisation des outils mobiles, ces tests nécessitent de disposer d'un smartphone Androïd ou iOS (l'inscription est obligatoire).


Pour celles et ceux qui souhaiteraient participer à ce test, je vous invite à vous inscrire auprès de Manon Létinaud dont les coordonnées sont les suivantes : manon.letinaud@onf.fr ou 01 60 74 54 50."


grande vadrouilleIl y avait bien longtemps que nous n'avions pas parlé du viaduc des Fauvettes, la plus haute et seule "falaise" d'Ile-de-France ! 
Sauvée d'une probable destruction grâce à la pugnacité du Cosiroc (plus de 20 ans de combat sur ce dossier dont nous avons longuement parlé ici), le viaduc coule des jours heureux à peine perturbé par quelques faits divers.
Au sein du Cosiroc et depuis quelques années, c'est Jean Yves Derouck qui nous tient informé de tout ce qui s'y passe. 

Après des inondations hivernales de grandes ampleurs, et quelques rééquipements, l'actualité du Viaduc le 23 mars dernier était la présence supposé d'explosif sur le site ! 

Une information relayée par le Parisien Essonne qui trouve sans doute son origine dans l'utilisation du site par de nombreux groupes militaires et para-militaires...

Depuis son lancement, la TL2B ne cesse de dénoncer les incessants dépôts sauvages de déchets !
Hier encore, deux de nos éco-respondant réguliers nous faisaient des signalements de ce type à divers endroits de la forêt de Fontainebleau dont les photos ont été partagés sur notre page Facebook 

Mais rien ne pouvait présager de ce dépôt réalisé dans la nuit du 31 mars 2015 sur la plus célèbre des plages de sable du Pays de Fontainebleau, celle du Cul de chien ! 

Découvert et signalé ce matin, l'ONF a immédiatement dépêché une équipe pour lancer le nettoyage accompagnée des gendarmes pour conduire l'enquête... 

Mais où va le monde les amis ? 

Déposé dans la nuit du 31 mars 2015, ce dépôt est en cours d'évacuation.
Photo : Cyril/TL2B

77

91

78

NATURE

MATOS