#RESPECT

#RESPECT
La forêt n'est pas une poubelle ! Nettoyons !

IMPORTANT

Com ONF

ESCALADE

Sur le chemin

mars 2018

Certains avaient vendu la mèche (pas à béton sans doute) un peu tôt mais oui, le Bas Cuvier fermera bien ses portes le 31 mai 2018 pour un an ! Un an de travaux du plus mythique et cosmopolite des sites de bloc de la forêt de Fontainebleau. Un an pour écrire une nouvelle page d'histoire de l'escalade après  100 ans d'alpinisme bleausard. Un an pour sécuriser et embellir ce secteur choisi pour être le nouveau fleuron du tourisme vert en Seine et Marne à la veille des JO de 2024 et du classement de notre forêt au Patrimoine Mondiale de l'UNESCO. 

Celles et ceux qui nous suivent sur facebook avaient été surpris par un post partagée par une étrange page : Passion Sika annonçant ces travaux. Non sans humour, ces amis de la colle - résine qui fait tenir vos ancrages sur les falaises avaient publié un billet affirmant que "le renouvellement des blocs de la forêt de Fontainebleau est officiellement lancé !"

Le sika , les bleausards qui fréquentent la forêt depuis les années 80 connaissent bien ! Il a  notamment été utiliser pour coller ici et là quelques bouts de pavés (comme dans la traversée de Sikadanse aujourd'hui enfouie sous 500 tonnes de grès), recoller quelques prises (comme celles que l'on trouvent dans Psikatrique) ou en fine couche de recouvrement pour ralentir  l'érosion prématurée de nombreuses voies du Bas Cuvier. Autant vous dire que ces bricolage d'un autre âge ne sont plus de mise en forêt et ont parfois très mal vieilli.
Cailloux collé au Sika dans une carrière de la forêt de Fontainebleau pour ouvrir une traversée !

Mais c'est certain, on ne peut pas nier le vieillissement des blocs du Cuvier comme de beaucoup de sites ultra fréquenté de la forêt de Fontainebleau et des Trois Pignons !


Un projet délirant ? 


Sans doute y'a t'il eut quelques fuites sur le projet vu le texte publié par nos amis de Passion Sika. Un texte qui comporte (hélas ou heureusement selon l'humeur) quelques erreurs (humour volontaire des auteurs ?) sur la nature du projet et les méthodes envisagées mais qui résume plutôt bien l'idée.

Extraits :

"[...] En effet depuis 1870 et les premières « escalades » référencées dans la forêt, les blocs n’ont jamais été renouvelés (mis à part quelques visionnaires inspirés ayant cassé les prises de blocs qu’ils trouvaient trop faciles #L’Alchimiste). Autant dire que certains locaux ayant passé leur vie sur le spot commencent sérieusement à tourner en rond et délaissent donc la vieille forêt aux blocs patinés et au style « vieillot » pour les salles de bloc privées du centre ville parisien et leurs bobos grimpeurs en pantalon multicolores E9, leurs sandwichs vegans au tofu et leurs brosses à dent à 38 euros. 

[…] plusieurs propositions techniquement envisageables avaient été retenues : 
- Le recouvrement d’une fine couche de Sika de la plupart des blocs du secteur pour lutter contre la patine et modifier un peu les mouvements. 
- Le collage de prises et volumes nouvelle génération en polyuréthane bio (ultra légers et non nocifs pour l’environnement) sur les blocs existants. 
- L’empilage de certains blocs durs et réputés afin de créer des highballs mutants. 
- Le retournement/renversement des blocs afin d’ouvrir des lignes complètement différentes. 

C’est finalement cette dernière solution qui a été retenue pour des raisons aussi bien pratiques, que financières et écologiques. 
Le célèbre bloc de la Marie Rose sera effectivement rechappé.

Pour un budget de 650 000 euros, financé en grande partie par la communauté d’agglomération du Pays de Fontainebleau et l’association Greenspits dans une moindre mesure, une opération test sera menée au secteur du Cuvier à partir du 31 Aout 2018 et devrait se terminer courant Mai 2019. 

[...] Pascal Gouhoury président de la communauté d’agglomération qui a demandé une aide financière à la région IDF, espère que cette initiative permettra de dynamiser le tourisme sportif dans la région en redonnant de l’attrait à ce site qui fut incontournable pour les grimpeurs du milieu du XXème siècle. 

La réalité du projet est heureusement  différente ! 

Effectivement, certaines voies emblématiques reçoivent chaque années tellement de visites que l'on pourrait presque se voir dans la patine des prises. Des blocs victimes de leur immense succès et dont la popularité s'est encore accrue avec la sortie du livre Un siècle d'alpinisme bleausard par Gilles Modica et Jacky Godoffe et qui fait la part belle aux ascensions historiques du Cuvier !
L'éditrice (Catherine Destivelle) étant aussi la marraine du dossier de candidature de notre forêt à son classement au Patrimoine mondiale de l'UNESCO, émue par les plaintes des vieux bleausards face à l'usure de ce secteur où ils n'ont plus beaucoup de nouveautés à se mettre sous les chaussons a donc plaidé leur cause avec succès auprès des autorités.

Le projet consiste essentiellement à un gros nettoyage à l'acide dilué de certaines faces pour en retirer l'épaisse couche de magnésie qui sera ensuite totalement interdite sur le site. L'opération devrait aussi permettre de faire disparaître toute trace de la cyanobactérie noire qui couvre désormais tous les rochers qui ne sont pas sous les arbres (celle-ci ayant besoin de lumière pour se développer).



Effectivement, quelques blocs seront ensuite rechapés par des experts selon une technique mise au point par les bleausards du Team Blozone, la célèbre marque locale de volumes aux angles arrondis et réalisés avec du sable de Fontainebleau.

Enfin, le gros du chantier consiste à fermeture du site par une grande clôture et à la construction des futurs bâtiments du village d'accueil.

En effet, le site sera ensuite gardé (et peut être payant, c'est encore en cours de discussion) et ouvert selon les horaires de stationnement mis en vigueur l'an dernier.

D'après les plans que nous avons pu apercevoir dans le bureau de Madame Hay à l'ONF, au moins 3 chalets du type de Franchard Ermitage sont prévus autour du parking dont un shop, un restaurant avec toilettes et un poste de secours.
Chalet de Franchard Ermitage
Par ailleurs, plusieurs tentes à l'image de celles mis en place par Red Bull lors du Font & Bleau challenge sont prévues sur les différentes places. Quelques blocs seront également couverts pour assurer une escalade les jours de pluie.
Enfin, l'ONF s'étant engagé à assurer la sécurité dans les sites balisés, les plus hauts pavés (notamment celui de la Prestat) mais aussi les plus populaires seront pourvut d'une fosse de saut pour éviter tout accident.

Mise à jour du 03/04/2018 Une source proche du dossier nous indique qu'un autre projet avec des vocations similaires devrait aussi voir le jour entre la Roche aux Sabots et le Cul de chien avec notamment la réhabilitation d'anciennes maisons jusqu'alors situées en  propriété privée mais là, il ne s'agit sans doute plus d'un poisson d'avril !


Hier, (29/03/2018) la Communauté d'agglomération du Pays de Fontainebleau a (enfin) adopté à l'unanimité sa nouvelle charte dite "propreté en forêt et lisière" qui vise à prévenir et réduire les dépôts sauvages de déchets et gravats dans le massif forestier et son pourtour. Malgré quelques désaccords, les élus ont donc enfin fait un pas supplémentaire dans la prise en compte du problème, des besoins de l'ONF et des Association. A la veille d'un des plus gros week-end de fréquentation en forêt et de l'opération de "chasse aux déchets" organisée par les grimpeurs européens de Black Diamond, voici un signe très réconfortant ! Nous vous livrons donc en avant première cette charte dans laquelle sont évoqués les moyens de lutte et de répression ainsi que les pistes de réflexion sur de nouveaux moyens de signalement des dépôts. Manque plus qu'une police de l'environnement  pour épauler le personnel de l'ONF et la forêt sera plus propres !

Petit dépôt au parking de Belle Croix (mars 2018)
Photo : Jean Claude Valluet

CHARTE

« PROPRETÉ EN FORET et LISIÈRE »

Préambule :

La dégradation de la propreté en forêt de Fontainebleau et l’enjeu que représente ce sujet pour la protection de ce site naturel remarquable, pour lequel parallèlement une demande d’inscription au
patrimoine de l’UNESCO est en cours, a conduit la communauté d’agglomération du Pays de Fontainebleau à s’en saisir pour coordonner une action collective. La propreté est une des conditions
d’inscription au label Unesco et figure également dans le dossier de renouvellement du label « Forêt d’Exception ».

La lutte contre les déchets est aussi impérative pour assurer le respect du cadre de vie des habitants des communes de notre territoire. C’est pourquoi, les signataires de la présente charte s’engagent à intensifier leurs actions et mobiliser leurs moyens respectifs pour contribuer à la lutte contre les déchets en forêt et en lisières, en particulier contre les dépôts sauvages, et à coordonner leurs actions dans ce but.

Ces actions s’exerceront dans cinq domaines distincts : la prévention, la communication, le repérage, la collecte des déchets et la lutte contre les infractions.

1-Objectifs :

Les objectifs de cette charte sont de :

- Réduire de façon substantielle le volume des déchets et détritus à collecter

- Définir les voies et moyens pour atteindre cet objectif

- Veiller à ce que les déchets et détritus déposés en forêt soient collectés et traités dans les meilleurs délais et au meilleur coût.



2-Organisation :

La communauté d’agglomération du Pays de Fontainebleau, dans sa volonté d’améliorer la propreté en forêt, coordonne une action collective sur son territoire permettant de contribuer à améliorer significativement la situation .

Dans ce but, la communauté d’agglomération coordonne les différentes actions des signataires de la présente charte. Un comité de suivi des engagements des signataires est constitué avec les membres du groupe de travail qui a préparé la présente charte. Il se réunit au moins une fois par an pour faire le bilan des actions entreprises et proposer le cas échéant de nouvelles mesures. La composition de ce
comité figure en annexe. Il peut se faire assister, pour ses travaux, par des personnalités qualifiées.

Le comité de suivi rend publiquement compte de son action une fois par an. Il pourra également intervenir à la demande du comité de pilotage « Forêt d’Exception » et éventuellement lors des réunions publiques prévues dans ce cadre. Ces présentations visent à promouvoir le partage d’expériences et à développer l’implication de nouveaux partenaires.

Il sera proposé à toute collectivité publique, établissement public et association intervenant sur le massif forestier de Fontainebleau ou à sa périphérie, de s’associer à la présente charte « Propreté en
forêt et lisière ». Ils seront invités à se joindre aux actions proposées.

Tout signataire ou tout membre du comité de suivi peut décider de quitter la démarche collective engagée à tout instant, et de ne plus participer financièrement ou matériellement aux actions. Il en informe au préalable les membres du comité de suivi.

Dépôt sauvage à Dammarie-les-Lys


3-Prévention :

Conscients que les actions de prévention sont des leviers efficaces pour réduire les dépôts de déchets, les membres du comité de suivi ont décidé la mise en oeuvre ou la poursuite des actions suivantes :

- Des actions de préventions ponctuelles seront menées comme par exemple, la distribution de sacs poubelles, mentionnant d’emporter les déchets avec soi, lors de week-end, sur les aires d’accueil les plus fréquentées, et si possible lors des périodes de fortes fréquentations de la forêt et de ses lisières, notamment par les associations. Ces sacs seront fournis par le SMICTOM. Il en est de même de cendriers de poche ou réutilisables. Pour ce type d’opérations, il faudra préalablement informer l’ONF, qui devra avoir un avis favorable.

- Les actions de sensibilisation pour les scolaires menées notamment par le SMICTOM, l’ONF, les AFF et d’autres associations, seront renforcées. A cet effet, des partenariats avec les établissements
scolaires de la région de Fontainebleau seront établis. L’ONF adressera aux centres de loisirs amenant des enfants en forêt un courrier préalable leur rappelant la nécessité de remporter les déchets liés aux activités organisées (déchets de pique-niques, matériel utilisé). Ils seront avertis dans ce courrier des risques d’amende en cas d’infraction.

- L’ONF veillera à ce que les obstacles adéquats - barrière avec cadenas, roches, plots - soient bien placés au débouché des allées de la forêt sur les routes.

- En cas de travaux, les particuliers comme les entreprises seront invités à exiger un « certificat de dépôt en déchetterie » de la part des artisans, des entreprises ou des autoentrepreneurs prestataires.

4-Communication :

Afin d’appuyer fortement cette démarche préventive, et notamment en lien avec les initiatives portées dans le cadre de la démarche « Forêt d’Exception », la communication sur la propreté en forêt sera renforcée et modulée autant que possible en fonction de la cible à atteindre : entreprises, automobilistes, promeneurs, jeunes, scolaires, etc.

Au minimum tous les deux ans, une campagne choc associant tous les acteurs de la propreté sera organisée pendant une période à définir. L’organisation de cette campagne sera confiée au SMICTOM de la région de Fontainebleau en lien avec le SMITOM-LOMBRIC, et avec l’appui de tout autre partenaire dont la démarche rejoindrait celle-ci. La répartition du coût pourra faire l’objet d’un accord entre ces derniers.

Une étude préalable sera effectuée par un ou deux stagiaires placés auprès du SMICTOM, qui pourra trouver appui auprès de tout autre partenaire impliqué dans la démarche « Forêt d’Exception » et auprès de ceux mobilisés dans la lutte pour la propreté de la forêt et de ses lisières permettant de cibler au mieux les messages à diffuser.

Des panneaux seront placés aux principales entrées de la forêt soulignant, outre son caractère domanial, sa qualification de « Forêt d’Exception ». Le financement de ces panneaux fera l’objet d’une demande de subvention au Département et à la Région.

Les panneaux de l’ONF qui se trouvent sur les aires d’accueil et qui rappellent les bonnes pratiques pour les usagers de la forêt mettront l’accent sur les aspects de propreté. Ces panneaux devront
rappeler le risque d’amendes en cas d’infraction. Sur les panneaux dédiés – type hibou « Emportez vos déchets » seront ajoutés « sous peine d’amende ».

Sur les routes départementales traversant la forêt, des panneaux « Forêt propre- ne rien jeter sous

peine d’amende » seront placés aux entrées de la forêt. La demande d’installation de ces panneaux sur le domaine public routier et leur financement fera l’objet d’une demande de subvention au Département et à la Région.

Des autocollants et éventuellement avec précaution, des objets promotionnels biodégradables sur le thème de la forêt propre seront distribués à l’Office de Tourisme, à la Réserve de Biosphère de
Fontainebleau et du Gâtinais et lors des journées « Forêt propre ».

En dehors des campagnes « coup de poing », la communication générale du SMICTOM sera davantage orientée vers la question de la propreté en forêt, et modulée en distinguant les différents types de public à sensibiliser. Elle comportera des informations, notamment sur les types de déchets acceptés en déchetterie, et les horaires d’accès. La communauté d’agglomération du Pays de Fontainebleau et ses communes membres relaieront cette communication.

Un groupe communication dédié sera mise en place à l’échelle de la forêt et de ses lisières pour coordonner, suivre et évaluer ces actions de communication. Il sera constitué à minima des services
communication des partenaires signataires.

Parmi les vecteurs de la communication, il conviendra de recourir systématiquement aux bulletins d’information et aux sites Web du Pays de Fontainebleau et des communes participantes. Il conviendra
également de faire une place plus importante aux réseaux sociaux.

En cas de condamnation pour infraction, les peines et les amendes encourues par les contrevenants feront l’objet d’une communication spécifique de la part de l’ONF.

Dépôt sauvage à Villiers en Bière


5-Signalement et repérage :

L’identification des lieux de dépôts est un élément clé du dispositif, les signataires de la charte s’appuieront sur les expériences déjà réalisées et s’engagent à les renforcer.

- Un système d’alerte et de traitement de la présence des déchets, en particulier des gravats, sera mis en place par l’ONF sur la base des expériences existantes – Observatoire des AFF, application

Tell my city de la Ville de Fontainebleau, future application de la région Ile-de-France etc, ... Il sera conforme au protocole ONF.

La signalisation de la présence de déchets au gestionnaire se fait de plusieurs manières : constat par l’agent ONF de terrain, constat par un usager s’adressant à un employé de l’ONF, constat d’un usager partenaire s’adressant directement à l’agent ONF dont le triage est impacté par le dépôt de déchet (observatoire de la forêt des AFF)., constat à partir d’un outil électronique de signalisation (application Tell my city de la ville de Fontainebleau, application de la Région Ile-de-France, application Suricate).


- Une carte des sites des dépôts sauvages les plus réguliers est établie et mise à jour par l’ONF avec l’appui des AFF. Cette carte sera mise à disposition des membres du comité de suivi, mais aussi
des communes du Pays de Fontainebleau, des associations de randonnées en forêt ou de protection de la nature.

6-Collecte des déchets et gravats :

Conscients que la prévention et la communication ne suffiront pas à mettre totalement fin aux déchets en forêt, les signataires de la charte s’engagent sur les actions suivantes pour multiplier et rendre plus efficaces les actions de la collecte des déchets en forêt.

Il convient pour cela de dissocier les déchets épars et les déchets en tas (dépôts sauvages) car ils supposent des modes de collecte différents.

Déchets épars.

Ils se concentrent sur les lisières, sur les aires d’accueil et dans un rayon d’environ 100 m autour de ces derniers.

Le piquetage sur les bords des routes sera réalisé de façon plus fréquente. L’ONF pourra utiliser éventuellement des personnes soumises à des travaux d’intérêt général.

Les associations de protection de la nature, les associations de randonneurs et les communes planifieront collectivement des opérations de ramassage bénévole, avec l’appui logistique (fourniture de gants, de sacs, …) du SMICTOM. L’objectif sera d’établir un calendrier annuel de ces collectes de façon à les répartir au mieux sur l’année, en fonction des pics de fréquentation ces actions seront à coordonner avec celles portées par la démarche « Foret d’exception ».

Concernant les déchets liés à la prostitution, les modalités spécifiques de collecte qu’ils imposent, feront l’objet d’une réflexion en interne par le comité de suivi.

Par ailleurs, une étude de faisabilité concernant des points d’apports volontaires enterrés des déchets, notamment sur les aires de stationnement, sera réalisée par l’ONF.

Déchets en tas (dépôts sauvages)

L’ONF a la responsabilité de la collecte, du tri et du transport jusqu’à la déchetterie des déchets en tas.

Cependant, elle ne dispose pas de moyens suffisants pour faire face à l’augmentation des dépôts sauvages constatée depuis quelques années.

C’est pourquoi un agent technique pourrait être recruté par le SMICTOM ou par son partenaire l’AIPREFON, et mis à disposition de l’ONF.

Un camion équipé d’un grappin pourrait être financé par la communauté d’agglomération, sous réserve de subventions qui seront demandées auprès de la Région ou d’autres collectivités et établissements publics. Le camion serait également mis à disposition de l’ONF pour ces opérations de nettoyage des dépôts sauvages.

Dans tous les cas, pour assurer le respect des missions de répressions, l’agent de terrain doit toujours analyser le dépôt sauvage de déchet avant que son retrait soit commandité.

L’ONF proposera au grand public et aux gestionnaires d’applications de signalement, la forme optimale que doivent avoir les données de veille pour assurer leur traitement opérationnel. Les outils de veille existants seront adaptés par leurs responsables respectifs pour faciliter le traitement des données par l’ONF. Un outil de traitement automatisé des remontées pourra être développé avec le concours technique de l’ONF et le concours financier des partenaires.

Ce renforcement des équipements nécessaire à la lutte contre les déchets sauvages sera partagé avec les partenaires du comité de suivi et de ceux de la démarche « Forêt d’Exception » afin d’en impliquer le plus grand nombre.

Les déchets en tas devront faire l’objet d’un tri par l’ONF avant dépôt en déchetterie.

Le SMITOM LOMBRIC poursuivra son partenariat avec l’ONF pour faciliter l’accès de ses véhicules aux déchetteries et poursuivre le traitement à titre gratuit.

Un partenariat entre le SMICTOM d’une part, la CCI, la Chambre des Métiers de Seine-et-Marne, et tout autre réseau d’entreprises d’autre part, visera à sensibiliser les entreprises du sud du département sur l’obligation de recourir aux déchetteries réservées aux professionnels. La possibilité de repérer les entreprises ayant des activités générant des déchets en grande quantité, et ne fréquentant pas régulièrement ces déchetteries sera étudiée avec le SMITOM LOMBRIC, la Chambre des Métiers et plus particulièrement avec la Fédération des entreprises du BTP.

Dépôt Sauvage à Dammarie les Lys


7-Répression :

Le problème principal est l’identification de l’auteur de l’infraction et l’imputabilité de l’infraction.

A court terme, des « pièges photos » supplémentaires seront installés. Ils viendront compléter ceux dont disposent l’ONF et qui sont positionnés sur les sites où les dépôts sauvages sont les plus
fréquents.

La surveillance humaine sera renforcée en période de forte fréquentation.

Une séance d’information à destination des élus et des responsables associatifs sur les procédures qu’ils peuvent activer en matière de répression des dépôts sauvages sera proposée par le Tribunal de
Grande Instance.

La mise en place de panneau « pour recherche à témoin » sera envisagée. A plus long terme, la possibilité de proposer aux députés un vote d’un amendement législatif permettant de revaloriser le barème des amendes pour dépôt sauvage sera étudié.

8- Suivi de la charte et du plan d’actions :

Le suivi de la charte est assuré par le « Comité de suivi des engagements » (cf. article 2) qui publie un rapport ou des tableaux de bords annuels sur l’état d’avancement des actions.

Ce Comité entérine le plan de communication annuel et propose d’éventuelles mesures complémentaires pour assurer la propreté de la forêt et de ses lisières. Le comité de suivi se prononcera également sur l’adhésion de toute collectivité publique, établissement public et associations qui souhaiteraient rejoindre la démarche.

Il établit également un « budget annuel propreté » à l’échelle de la forêt et de ses lisières faisant ressortir les différents types de dépenses et mettant en recettes les sources internes ou externes (subventions), y compris les prestations en nature. A la demande de tout partenaire, et notamment du comité de pilotage de la « Forêt d’Exception », ce budget pourra également y être présenté.

Un tableau de suivi, faisant apparaître les différentes actions décidées, assorti d’indicateurs de réalisation, permettra de vérifier annuellement le respect et l’avancement des engagements pris.

Chaque année, l’ONF fera connaître à tous les partenaires associés l’estimation du volume de déchets collectés en forêt et en lisières, et l’estimation du nombre de dépôts sauvages repérés.

L’évolution de ces deux indicateurs permettra de mesurer l’efficacité des mesures mises en oeuvre dans le cadre de la charte. Le cas échéant, une étude d’impact plus affinée pourra être réalisée.

9- Durée de la charte :

La présente charte est conclue pour une durée de trois ans.
La toute jeune association Fontainebleau Mission Patrimoine Mondial lance la première édition de son concours photographique "Ma forêt en photo" dans le cadre de la proposition d'inscription de la forêt de Fontainebleau au patrimoine mondial de l'Unesco. Il a pour objet de présenter un regard novateur et original sur les plans artistique et esthétique de la forêt domaniale de Fontainebleau et de mettre en lumière les attributs qui fondent sa valeur universelle exceptionnelle. Le concours sera ouvert du 02 avril au 06 mai 2018 inclus dans 7 catégories distinctes et il est strictement réservé aux photographes amateurs ou en herbe.

Les inscriptions et envois de photographies se feront exclusivement sur le site de la ville de Fontainebleau où vous retrouverez bientôt le règlement et les détails. Question règlement justement, un petit point de détail a attiré notre attention. 
Toutes les images devront être prises en forêt domaniale de Fontainebleau au sens strict du terme c'est à dire en excluant les domaniales des Trois Pignons, de la Commanderie ou de Nemours dont le patrimoine historique, culturel et paysager est pourtant bien celui du Pays de Fontainebleau !!! 
D'ailleurs, la Réserve Man and Bisopher de l'UNESCO englobe un périmètre bien plus vaste. 
Il semble que la raison de cette limitation soit lié au dossier de candidature au classement de la forêt au patrimoine mondiale monté et présenté par la ville de Fontainebleau... Du coup, exit les Trois Pignons et compagnie du classement... Un peu décevant non ?

Extrait du règlement du Concours


Bon, pour revenir au concours, vous pourrez poster une image dans chaque catégorie :
- Catégorie 1 : « Ma forêt, refuge des animaux » (mammifères, oiseaux, reptiles, batraciens, grande faune sauvage au sens large ; les animaux domestiques sont exclus de cette catégorie) ;
- Catégorie 2 : « Ma forêt, entre nature et paysage » (paysage naturel, flore, arbres, mares, rochers, etc … les paysages mixtes urbain-forêt illustrant le lien entre les deux espaces sont autorisés) ;
- Catégorie 3 : « Ma forêt en macro » (insectes, reptiles, batraciens, flore, minéral en proxi-photographie) ;
- Catégorie 4 : « Ma forêt, patrimoine culturel et insolite » (éléments faisant référence à l'histoire, à l'intervention humaine, à l'art, à l'architecture, ayant un lien direct ou étroit avec la forêt) ;
- Catégorie 5 : « Ma forêt, espace de loisirs » (activités sportives, ludiques, randonnées, balades, activité artistique, mettant en scène ou non des personnes ; animaux domestiques admis).

- Catégorie 6 : réservée aux « Jeunes 12/18 ans»
- Catégorie 7 : réservée aux « Juniors moins de 12 ans»

Carte de la FD de Fontainebleau (vert foncé)
Un jury composé d’élus, de photographes professionnels, d’agents de la mairie de Fontainebleau et de membres du comité scientifique pour l’inscription de la forêt de Fontainebleau au patrimoine mondial de l’Unesco, procédera à une pré-sélection de 20 photos par catégorie selon les critères suivants : le cadrage, la netteté, et l’originalité de la prise de vue au regard de la catégorie thématique n°1 à 5 au titre de laquelle la photographie est présentée. Cette sélection sera soumise au vote du jury professionnel qui désignera ses lauréats dans le cadre des « Prix du jury ».
Cette sélection sera ensuite soumise au vote du public lors des Naturiales , c'est à dire à partir du 26 mai et jusqu'au 24 juin 2018 inclus pour l'attribution du  « Prix du public »..

Enfin, deux expositions dédiées valoriseront les productions du concours : une première lors la cérémonie de remise des prix de l'opération et une seconde dans le cadre de l'anniversaire des 70 ans de la création de l'Union Internationale de Conservation de la Nature qui sera célébré à Fontainebleau dans le courant de l'été.

Tous les renseignements complémentaires et modalités de participation seront disponibles à compter du 2 avril sur www.fontainebleau.fr.

Pour ce premier concours, l'Association Fontainebleau Mission Patrimoine Mondial a fait appel à la société Interparking, l'agence bellifontaine du Crédit Agricole - Brie Picardie, le photographe Fabrice Milochau, le Labophoto Bellifontain (Galica Valdet), et le magasin SmartOne pour récompenser les gagnants.



Le 21 mars, comme tous les ans, c'est la journée internationale des forêts. L'occasion pour certains membres du personnel de l'Office National des Forêt (ONF) de nous rappeler que depuis bientôt 20 ans, ils luttent contre les réformes successives de leur administration qu'ils accusent d'être aussi à l'origine de la sur-exploitation des forêts domaniales françaises.  Rappelez-vous, ils appelaient une nouvelle fois à la grève en décembre 2017. Ne soyez donc pas surpris si sur les parking de la forêt de Fontainebleau comme dans beaucoup d'autres forêts françaises vous voyez ici où là du mobilier forestier entravé par du scotch ONF et des petits panneaux explicatifs.

Nous avons longuement évoqué, la profonde crise humaine et organisationnelle traversée par l'administration forestière dans l'article "Petite forêts domaniales à vendre" (en 2015) et celui-ci consacré à son plan d'objectifs dont le nouveau avait été adopté en mars 2016 pour la période 2016-2020. 

Aux difficultés financières et sociales préoccupantes, que nous avions rapportés dans cet article (2014) qui évoquait l'avenir des forestiers et mais aussi celui-ci qui date déjà de 2011 sur le malaise et les suicides dans la profession) s’était ajouté 6 mois d’absence de gouvernance. On pensait que les choses allaient un peu mieux depuis. Eh bien NON ! 

Avec seulement deux ou trois personnes de garde à l'ONF les week-end pour les presque 30 000 hectares de domaniale de Fontainebleau, Trois Pignons, Commanderie et Nemours, on comprend mieux pourquoi les coupes conduites par des entreprises privées laissent souvent place à des terrains dévastés et une absence presque totale de remise en état du site en fin de chantier. 

La forêt de Fontainebleau, candidate au Patrimoine mondiale de l'UNESCO n'a pas les moyens humains et financiers de ses ambitions ne serait-ce qu'en terme de sécurité pour les visiteurs !

Il y a quelques mois, 500 tonnes de grès s'effondraient dans un secteur au nord de la forêt non loin d'un sentier bleu très fréquenté. Si l'alerte a été donnée rapidement, il aura fallu plusieurs mois avant une intervention de l'ONF consistant en la simple pose de quelques affichettes mal agrafées !

Mouvement de grogne chez les forestiers de Fontainebleau.
Le 21 mars en forêt de Fontainebleau (Apremont) mais aussi dans les Trois Pignons


C'est désormais un incontournable des CO du 77, la Zomb’in The Dark, course d’orientation nocturne dans une forêt de Nemours infestée de zombies aura lieu le samedi 30 juin 2018 !
 Zomb’in The Dark, est un concept imaginé et organisé par l’association Z-Word Production, dont l’objectif est de trouver en moins d’une heure un maximum de balise en tentant d’échapper aux morts-vivants tapis dans les bois, repart cette année pour six dates à travers la France, dont Nemours cet été ! Et comme l'an dernier, on vous conseille vivement de surveiller les inscriptions car les places partent en quelques heures ! 

Après une première édition seine-et-marnaise à la forêt de La Chapelle-la-Reine en 2014, les organisateurs, en partenariat avec le club de course d’orientation Balise 77 de Fontainebleau ont choisi Nemours pour les éditions "parisiennes" suivantes

Si la date de 2018 est désormais connue, samedi 30 juin, les inscriptions ne sont pas encore ouvertes. Elles devraient l’être prochainement donc soyez vigilent ! 


La CO qui fait baliser…


Elle peut se pratiquer en solo, ou bien en équipe. Vous êtes des « survivants » armés d’un chronomètre, d’une lampe, d’une boussole, d’une carte et d’un doigt électronique pour pointer les différentes balises disséminées un peu partout dans la forêt. Outre le chrono, surveillez votre ceinture à laquelle sont accrochées deux languettes symbolisant vos deux « vies », car ces dernières seront chassées par une cinquantaine de zombies tapis dans l’ombre ! 

Pour s'en sortir vivant et espérer gagner la CO, il faudra à la fois se repérer dans le noir, trouver les balises afin de récolter de précieux points, (certaines sont plus valorisées que d'autres) tout en évitant de se faire arracher la vie par les zombies. Attention, chaque minute de retard vous vaut un malus de points. 

L'autre originalité du concept, c'est la possibilité de participer à la course… en tant que zombie ! Maquillés sur place avant la tombée de la nuit et répartis en forêt par petits groupes, vous ferez tout pour terroriser les « survivants » : cris et hurlements glaçants, pièges tendus et courses-poursuites. 
Flipés de la nuit et des forêts s'abstenir !



En pratique :


Surveillez de très près les inscriptions sur le site ou la page facebook

Tarifs
Survivants : 20 € par personne (hors frais de billetterie). 
Zombies : 20 € par personne avec repas et support maquillage offerts sur place (hors frais de billetterie). 
Les frais de billetterie sont compris entre 1 € et 1,50 € par personne.
Mineurs
Du côté des zombies, seuls les personnes majeures au jour de la course peuvent s’inscrire. Du côté des survivants, les mineurs nés avant le 01/01/2005 (14e anniversaire fêté en 2018) peuvent s’inscrire uniquement dans une équipe (duo ou trio) composée d’au moins un adulte.

Inscription
La date et heure de l’ouverture de l’inscription en ligne seront annoncées sur www.zombinthedark.fr ainsi que sur le Facebook de l’événement. Les survivants et les zombies n’auront qu’à imprimer, remplir et joindre à leur inscription (via scan ou photo) une décharge de responsabilité datant de moins d’un an au jour de la course, téléchargeable sur le site Internet de Zomb’in The Dark. Elle doit être remplie par un responsable légal pour les mineurs et vaut comme autorisation parentale. Nombre de places limité : 500 survivants pour 50 zombies.

Matériel
Obligatoire : une lampe, une boussole et une montre par équipe, chaussures de sport et un téléphone chargé. Recommandé : une tenue couvrante (bras et jambes), une lampe par personne et des poches fermées pour vos objets de valeur. Fourni sur place : prêt d’un doigt électronique pour valider les balises (contre un chèque de caution de 60 €), carte du terrain et une ceinture de vies. 

Le 17 mars 2018 est une journée à marquer d'une croix dans les annales comme étant celle du bouclage du nouveau et premier sentier technique de la Forêt de Fontainebleau créé avec et par des vététistes. En effet, avec cette journée consacrée au balisage de l'itinéraire, nous arrivons à l'aboutissement d'un chantier démarré à la mi-octobre 2016 et qui devait permettre d'apaiser un peu le conflit sur l'utilisation des sentiers bleus Denecourt par les deux roues. Mais moins d'une semaine après, les panneaux sont déjà arrachés !!! Et après, on s'étonne de la méfiance qu'il y a sur les sentiers entre randonneurs et vététistes...

Un chantier suivi notamment par Yannick Oven du e-magazine Vélochanel qui lui a consacré plusieurs articles dont celui-ci auquel nous avons emprunté quelques extraits et les photographies  (à lire en intégralité ici)

Samedi, ils étaient donc une quinzaine de bénévoles "pour apporter une dernière pierre à l’édifice de ce projet de premier circuit VTT balisé réalisé grâce à une collaboration MBF (Mountain Bikers Foundation) et ONF, ainsi qu’une concertation avec les AFF (Association des Amis de la Forêt de Fontainebleau)."

Ce circuit porte le n°4 et est balisé en rouge car il complète les trois petites boucles de balade à vélo à vocation familiale créées déjà par l'ONF. "Ce nouveau tracé  est un vrai circuit de VTT technique, physique et ludique pour les amateurs de XC et pratique Trail" écrit Yannick Oven qui rappelle "également que ce parcours VTT N°4 a pour vocation initiale de proposer une alternative aux sentiers « bleus » utilisés majoritairement par les marcheurs, offrant ainsi davantage de possibilités de partage les jours de forte influence en particulier sur ce secteur de la Tour Denecourt."



Et de préciser une nouvelle fois la philosophie de MBF dans ce partage du terrain de jeu qu'est notre forêt : "Si ce nouveau tracé dispose d’un balisage officiel normalisé VTT, il va sans dire qu’il reste ouvert à tous utilisateurs respectueux de la forêt qu’ils soient vététistes, marcheurs ou traileurs. Le respect des autres va de soi, on reste vigilant dans les parties où la visibilité est faible afin d’éviter toute collision et le système prioritaire habituel envers les pratiquants pédestres est appliqué."

Une philosophie que nous apprécions car elle évite la multiplication tout azimut des sentiers en forêt (souhait de l'ONF inscrit dans le Plan d'aménagement) mais qui nous semble toujours en contradiction avec les attentes d'une partie des randonneurs, voir de certaines communication de l'ONF comme dans cette note de juin 2016 que avons déjà évoqué maintes fois et notamment ici.

Extrait de la note ONF
  
Notons qu'il y a une vingtaine d'années, lors des Commissions érosion, il avait été longuement évoqué la possibilité de créer des circuits spéciaux pour vététistes, non balisés mais avec roadbook photo détaillés... Une idée hélas abandonnée lors d'un changement de direction à l'ONF.

Un sentier très bien aménagé mais ...


Si ce sentier a été conçu et préventivement aménagé pour éviter une trop forte érosion, les très lourds travaux de stabilisation du sol et des virages, pourraient causer quelques soucis à l'avenir. Outre les difficultés d'entretien (mais pas plus que pour les sentiers des autres activités natures pour lesquelles l'ONF a délégué une partie des petits travaux aux bénévoles de certaines association), l'utilisation de gabions (grillages avec pierre) et d'autres matériaux n'ont pas fait l'unanimité dans cet espace naturel protégé notamment auprès des représentant(e)s du Département.

En effet, à quelques mètres de la Tour Denecourt, le sentier reprend un ancien tracé du sentier bleu dans une pente assez forte avant de faire un gros virage en épingle où il faudra arriver avec beaucoup de prudence ! Si cette descente  a nécessité le plus gros du travail d’aménagement (voir commentaires) l'ensemble de la boucle (8km) a nécessité un budget de 35 000 € financés  par l’ONF !

Ajout des Gabions sur le sentier VTT n°4, Photographies Velochanel.com

Ce sentier est le résultat d'un bel effort d'une poignée de bénévoles passionnés de VTT qui, comme pour l'entretien des circuits d'escalade, ne sont pas si nombreux...La preuve !






C'est devenu là aussi un incontournable des vacances de Pâques à Fontainebleau : l'arrivée du Team européen Black Diamond pour sa campagne annuelle de promotion d'une grimpe responsable assortie d'opération de ramassage des déchets. 

Bref, là rien de très nouveau non plus et comme chaque année, on va encore susciter les critiques et autres commentaires désagréables pour ne pas dire nauséabonds en signalant cette opération qui fait appel au bénévolat tout en étant organisé par une grande marque ! Pour être plus objectif, nous avions même décidé de publier l'an dernier le témoignage spontané d'un grimpeur (merci Arthur) ayant participé à l'opération.

Comme on a déjà tout écrit et argumenté les années précédentes, on va sans doute rien ajouter.




Ah si, les déchets sont toujours et encore là, et les couches de magnésie de plus en plus épaisse !
Alors on se répète, "quand on reçoit le renfort de marques comme Black Diamond, pour prêcher la bonne parole, on ne crache pas dans la soupe. Donc, cette année encore, l'équipe BD est viendra "chasser les déchets" sur l'un des week-end les plus chargés de l'année pour la septième année consécutive. 


Rendez-vous (ou pas, vous faites comme vous voulez !) du 30 mars au 02 avril 2018 dans les sites suivants :
Franchard Isatis le 30 mars
Bas Cuvier le 31 mars
Roche aux Sabots le 01 avril
Rocher de l'Elephant le 02 avril

En quelques années, Camp4 est devenu LE rendez-vous annuel incontournable des jeunes bloqueurs de la FFCAM et il n'est sans doute pas trop tard  pour réserver son séjour qui cette année aura lieu du 18 au 21 mai 2018. Souhaitons que l'ONF lui réserve un bon accueil...

Cet évènement qui rassemble de plus en plus de jeunes grimpeurs, sur les mythiques blocs de la forêt de Fontainebleau dans une ambiance plutôt festive avait fait couler un peu d'encre en 2016 à cause de son affiche. Cette année encore, le point de rendez-vous sera à la Base de Loisirs de Buthiers. En revanche, le reste du programme sera lui plein de surprises... 

Pour tout savoir vous pouvez surveiller les news sur facebook.com/cafcamp4.
Renseignements :
Alain Changenet (comité d'organisation)
al.changenet @ orange.fr - 06 89 15 03 0deux
Henri-Luc Rillh (CTN Jeunes)
hl.rillh @ ffcam.fr - 06 86 28 17 2quatre




Camp 4 est un rassemblement qui tire son nom du mythique Camp4, haut lieu de la culture grimpe, où se sont croisés des grimpeurs du monde entier dans un esprit de liberté, d’échange et d’effervescence sportive. 

77

91

78

NATURE

MATOS