#RESPECT

#RESPECT
La forêt n'est pas une poubelle ! Nettoyons !

IMPORTANT

Com ONF

ESCALADE

Sur le chemin

juin 2014

Les circuits d'escalade de Bleau sont tout à la la fois un instrument permettant la découverte des sites, un outil pédagogique, une page d'histoire et un topo. Nous abordons très régulièrement sur la TL²B  ces différents aspects, leur entretien ou les réflexion qui l'accompagne.  Voici donc un petit point sur les dernières modifications de circuits rendu possible tant par les communication du Cosiroc que par celles d'indépendants comme l'infatigable Jean Jacques Naël dit Pépito et auteur de nombreux topos...
Au passage, si le Cosiroc, le CDFFME77 et l'ONF pilotent ces éléments, certains travaux semblent parfois échapper à leur contrôle.... En témoignent quelques tracés sauvages notamment à Apremont Dames (de nouvelles flèches rouges par exemple viennent d'apparaître).
Rappelons donc que le balisage d'une voie n'est pas une fin en soit et que celui-ci est est soumis a autorisation. Les balisages sauvages sont un sujet qui nuit considérablement aux bonnes relations entre les représentants des grimpeurs et le gestionnaire de la forêt. Merci donc de respecter les balisages existants !
Communication du Cosiroc

"La tempête récente, a localement arraché plusieurs arbres qui sont parfois tombés sur des blocs de circuits d’escalade. Ça été notamment le cas au Cul de chien où nous sommes en train de reprendre le parcours jaune". (voir notre article)

Suite à une réunion (18 juin) avec l’ONF, où le Cosiroc a fait part de l'impossibilité d'évacuer  toutes les branches coupées autour du célèbre Toit, l'office qui se chargera de terminer le tronçonnage de la grosse branche arrachée, demande que lui soit signalé les zones d'escalade touchées par des chutes d'arbres ou de branches. Merci donc de le signaler au Cosiroc (via son site internet) ou de nous donner l'info pour que l'on fasse suivre !

Au passage, vous aurez sans doute noté quelques entretiens et modifications de circuits et notamment au  91.1, le circuit orange n°4, celui du bas qui est aussi pour moitié du côté de la Roche aux Sabots sous les pinceaux de Jacky Guinot. Merci à lui. On a déjà évoqué ceux de la Justice (jaune et orange  par Oleg), l'Orange du Calvaire, le bleu des Gros sablons...ou le noir des Grands Aveaux.

Reste donc à vous signaler, au  Rocher canon, la réfection du bleu clair, petit chef d'oeuvre datant de 1963 ! par  les clubs de Fontainebleau et Dammarie les Lys, l'entretien des jaune et orange, la reprise du bleu de Franchard Isatis (toujours par Jacky Guinot). 

A Apremont Bizons, secteur de la Butte aux Dames, les trois circuits "sauvages" que nous avions évoqués sur l'autre portail en mars 2013, sont en passe de labellisation. Dans les Trois Pignons, à Cornebiche, les  jaune et orange sont aussi en cours.

Les fiches des parcours retracés sont en cours de redéfinition avant d’être proposées sur le site www.cosiroc.fr

Ajoutons à cela, les éléments fournis par Pépito sur son site internet qui a très considérablement et favorablement évolué depuis notre première critique

Il s'est notamment enrichi d'une excellente rubrique Brèves au grès des rochers, qui, compte-tenu de l'histoire du logo du site, pourrait être baptisée la Mare aux canards (Jean Jacques, on rigole bien entendu !).
¸        
¸   Information du Site de JJN
¸        
Le Matos de JJN
Source Site JJN
"La J.A Martin encore. 
Après le Jaune et le Bleu foncé, c'est maintenant au tour des circuits, Bleu Clair et Orange n°2 d'être rénovés. 
L'Orange en particulier sous le patronage de Georges Tsao avec l’aide de nombreux amis qui viennent tout à tour lui prêter mains fortes. Ce circuit devenu impraticable en grande parti avec les années, après force de réflexion et d’hésitation, se voit en fin de compte profondément remanier et soulagé de nombreux passages. En particulier avec l'abandon de la partie finale. L abandon est en réalité fictif puisque subsistera l'ancien tracé pour ceux qui en sont nostalgiques et souhaitent le parcourir « comme avant ». (Dans ce cas, la brosse sera utile).
Temps nécessaire pour la réfection du Bleu Clair : 21 heures. 

Il en avait besoin : le circuit jaune a repris de la couleur. La couleur du soleil de plus est. Cette initiative promeut le tourisme, vu le nombre de visiteurs qui l'ont aussitôt parcouru à peine la peinture sèche. (En vérité, presque sèche). Ils ont bien voulu se prêter à quelques clichés souvenirs... 

Le circuit bleu D sup n°6 de la J.A Martin a été récemment repeint. Quelques nouveautés ajoutées mais aussi quelques voies abandonnées en particulier celles de la partie finale qui n’a pas été reprise. On notera aussi que certains passages morphologiques un peu trop sévères pour le niveau moyen du circuit ont été placés en bis à cause de leur aspect sélectif. De plus, certaines sections du circuit sont parfois un peu éloignées des une des autres, aussi il faut s’attendre à quelques longs déplacements entre elles. C’est aussi, une des caractéristiques de ce grand massif où il est facile de s’y perdre.
Le circuit propose 34 voies plus 5 bis plus difficiles.
Temps nécessaire à la réfection du circuit : 16 heures.
 "


(01-06-2014) - La Padole
Le circuit jaune d'initiation du secteur de la Loco a été repeint à l'identique. Parallèle au beau circuit orange, on peut trouver le départ sur le même bloc que ce dernier, en remontant le chemin carrossable à partir du stationnement et en repérant sur sa droite une sente à travers le feuillage assez dense qui le borde. Les départs sont à environ quatre mètres du chemin carrossable. Temps nécessaire pour la réfection du circuit : 5 heures.
Banniere web 5-6 juillet 2014HD

Les WE se suivent mais ne se ressemble pas avec nos amis du PNRGF. En tous cas voici le programme des sorties et annimation pour le WE du 5 et 6 juillet ! Partez à la découverte des gravures rupestres dans le Golfe de Larchant, des Mégalithes, du Cyclop...et des abeilles dans les Trois Pignons

Résumé :

Samedi 5 juillet

8h30-16h : randonnée accompagnée à Larchant : Gravures mystérieuses et découverte de l'art rupestre dans le golfe de Larchant (sur inscription)
10h-19h : visites libres de l'église Saint-Mathurin de Larchant, 15h et 17h30 : visites commentées de l'église Saint-Mathurin et du village de Larchant
13h30-18h : Le Cyclop de Milly-la-Forêt fête ses 20 ans à Milly-la-Forêt : exposition Jacques Villeglé
20h : Balade contée crépusculaire en l'honneur de l'engoulevent dans la forêt des Trois Pignons (sur inscription)
Toute la journée : balades libres à vélo
Le circuit des mégalithes (3 circuits de 19, 26 et 36 km au départ des gares du RER D : Maisse, Gironville-sur-Essonne ou Buno-Bonnevaux)
Le circuit des moulins (3 circuits de 16, 27 et 36 km autour de Milly-la-Forêt)



Dimanche 6 juillet
10h-19h : visites libres de l'église Saint-Mathurin de Larchant, 15h et 17h30 : visites commentées de l'église Saint-Mathurin et du village de Larchant
13h45-17h : randonnée accompagnée à Larchant : Sur les traces de Saint-Mathurin, sa légende, son histoire, sa mythologie (sur inscription)
10h, 14h et 17h : visites guidées de la nouvelle Maison du Parc à Milly-la-Forêt (sur inscription)
11h-15h : balade contée des landes et des abeilles et pique-nique tiré du sac, en forêt des Trois Pignons (sur inscription)
13h30-18h : Le Cyclop de Milly-la-Forêt fête ses 20 ans à Milly-la-Forêt : exposition Jacques Villeglé
16h-18h : balade pédestre accompagnée « Mémoire dans la Pierre » au Vaudoué : découverte du circuit d'interprétation sur l'art rupestre
Toute la journée : balades libres à vélo
Le circuit des mégalithes (3 circuits de 19, 26 et 36 km au départ des gares du RER D : Maisse, Gironville-sur-Essonne ou Buno-Bonnevaux)
Le circuit des moulins (3 circuits de 16, 27 et 36 km autour de Milly-la-Forêt)

Le programme détaillé, cliquer ici !
Comme chaque année, la période estivale est aussi celle des grands travaux routiers et l'ONF Fontainebleau n'est pas en reste ! Ainsi, à partir du 1er juillet et jusqu'au 31 août, vous trouverez portes closes au Cabaret Masson, parking qui permet, aux grimpeurs d’accéder aux blocs du Rocher Saint Germain (accessibles aussi depuis le parking de Belle Croix) ou aux blocs du Rocher Cassepot, de l'autre côté de la D 606 (Ex N6)...et aux randonneurs de parcourir l'un des plus beaux sentiers bleus.
Pour plus de renseignements et notamment les plans des parking existants, vous trouverez la note de communication des services de l'ONF que nous nous sommes procurés (ils ont oublié de nous l'envoyer...)





Nous avons consacré ces 4 dernières années de nombreux articles sur les combats de Thierry Pain et Jean Claude Perrée (pour ne citer que ces 2 là) contres les plantes invasives et notamment le raisin d'Amérique au Pays de Fontainebleau. Il y a quelques mois nous les avions soutenu dans leurs recherches de financement pour l'achat de matériel. Il est grand temps de revenir sur les chantiers d'arrachage en cours et à venir puisque le projet de loi dont nous parlions sur la TL²B+ ne semble pas faire du Phytolaque une priorité...


Dans un récent article du magazine La Vie, publié suite à une émission sur France Inter, JCP revenait sur cette guerre contre une plante très invasive et toxique et pourtant vendue comme plante d'ornement !

Extraits :
Le raisin d'Amérique provoque sa colère. « Au mois de juin, nous nous sommes retrouvés six fois pour arracher les semis de phytolaque dans la forêt de Fontainebleau. Nous faisons des séances d'arrachage de trois heures, souvent en semaine. Mais nous terminons tout de même par un pique-nique convivial » [...]

« Avec une cinquantaine de bénévoles, nous avons troqué nos bâtons de marche contre des faucilles, des sécateurs et des bêches pour empêcher les plantes de repousser. Des bénévoles peuvent aussi s'occuper de parcelles de forêt. Sur les quatre parcelles dont nous avons la charge avec mon épouse, deux ne comptent plus un seul phytolaque. Mais nous agissons également en amont : nous avons convaincu plusieurs horticulteurs de cesser la vente de cette plante et nous sommes actuellement en négociation avec le commissaire européen chargé de la biodiversité pour faire inscrire le phytolaque sur la liste des espèces invasives, ce qui empêcherait de le vendre au niveau européen.»

[...]

Donc, pour les aider, il suffit de participer à une des nombreux chantiers d'arrachage dont le planning jusqu'à fin septembre est disponible ici 

Il est aussi possible de s'inscrire sur le site Doodle pour leur permettre de prévoir le nombre d'outils nécessaires :
juin : http://doodle.com/wrmfh9gus42pgmy9
juillet : http://doodle.com/qqe397r283ivyegg
août : http://doodle.com/i44cv9aw7xbf2ey7
septembre : http://doodle.com/vp7iwcs89kw7ayck

Précision : cliquez sur montrer toutes les X options ou sur l'un des accordéons du tableau pour laisser apparaître l' ensemble des dates

Une séance en plein air (qui s 'apparente à une activité de jardinage )conviviale , généralement suivie d 'un pique-nique tiré du sac. Les RDV sont fixés entre 9h et 10h sur une parcelle de forêt parfois proche d'une gare pour les franciliens. L'arrachage dure 2 à 3 heures avant le pique-nique.
Possible pique-nique à partir de 12h30- 13h

Les actions sont les suivantes :
A son rythme et selon la période de l' année : Arrachage des plantes, ou Fauchage de la plante en juillet août pour supprimer toute mise à graine. Enfin en octobre, dernier recours, Vendange pour supprimer délicatement les grappes mûres qui risqueraient d 'être mangées par les oiseaux (seuls êtres vivants à consommer ces plantes qui peuvent être létales pour les mammifères ) et resemées ensuite par leurs fientes .

Le chantier du 23/08/2014 concerne par exemple l'arrachage de deux invasives en Forêt de Fontainebleau (action ayant l 'aval de l' ONF)
- Le raisin d 'Amérique ou Phytolacca Américana
- Le cerisier tardif ou Prunus Sérotina
Premier RDV 9h30 sur le parking de la maison Forestière de Bois-le- Roi. Puis petite randonnée jusqu'à la parcelle 230 par la Route des Larmières, puis la Route de la Butte St Louis et à gauche Route du cerf. Entrée par portail car la parcelle est enclose.

Pour en savoir plus sur ces monstroplantes, relisez au moins cet article  et celui-là à propos du cerisier tardif !


Plus d'informations sur l'association

ASABEPI (Association des Arracheurs Bénévoles de Plantes Invasives).
8, rue de l'Ormeau, 77930 Chailly-en-Bière. Tél : 01 60 66 28 12

Retrouvez le site internet de l'association depuis la colonne de gauche
phytolaque.wifeo.com / phyto@netcourrier.com


Retrouvez Jean-Claude Perrée dans l'émission Carnets de campagne diffusée mercredi 11 juin à 12h30 sur France Inter, animée par Philippe Bertrand. 


Lundi 30 juin 2014, partez à la découverte du sentier bleu des 4 fontaines (le numéro 2) avec les AFF... Ce sentier restauré par l’ONF avec le concours des AFF, dans l’esprit qui avait présidé à sa création au XIXème siècle par les Sylvains Denecourt et Colinet. Le départ est prévu à 9h30 du parking en haut de la route de la Reine Amélie, parcelle 385, et le retour vers  s’effectuera vers 16h. La sortie est animée par Jean-Claude Polton avec les Amis du Château de Fontainebleau.

Photo Olivier Blaise

L'occasion pour nous de vous rappeler que nous avons consacré un dossier aux changements de ces itinéraires historiques depuis le XIXe et que notre ami photographe Olivier Blaise leur consacre une visite superbement illustré de photos et document sur son site !

Ainsi, retrouvez le sentier n°2, ici 

Renseignements sur les activités de l'AFF sur son site
Parmi les monuments les plus visités dans les Trois Pignons, il y a l’immanquable Croix de Lorraine de la Vallée Close (Trois Pignons) qui témoigne fièrement des actions passées du réseau local de résistant que nous présentions dans cet article. Nous avions aussi évoqué plus récemment les travaux de lutte contre l'érosion dans la montée du sentier rouge dit des "25 bosses" dans ce secteur et de l'intervention du Cosiroc pour l'entretien du monument. 

Il y a déjà quelques années, un projet de cérémonie commémorative sur le site avait été évoqué mais, il faut bien le reconnaître, passé un certain âge, grimper sur ce pignon n'est pas des plus faciles. Une étude des vieilles cartes postales du site a permit de retrouver le cheminement utilisé pour la construction de la croix et d'offrir un nouveau sentier balisé rendant sa visite plus abordable.


Depuis plusieurs mois, celles et ceux qui entrent sur la Vallée Close auront noté la mise en défens par une clôture (bien plus discrète que celle de l'Eléphant) d'une partie de la très forte pente menant au sommet du pignon du monument, puis l'apparition d'un balisage bleu sur panneaux de bois.

Le nouveau sentier de visite du monument permet un accès simplifié par quelques beaux lacets tout en préservant au maximum la pente d'une forte érosion. A condition toutefois de respecter le balisage et de ne pas couper les lacets

On voit donc très nettement sur cette vieille carte postale le cheminement du nouveau vieux sentier... Au passage, notez l'évolution du paysage dans cette zone en 70 ans
à comparer à la photo ci-dessous !
Exercice de secours  dans la Vallée Close / Trois Pignons
(C) 2013 Greg Clouzeau

Bien entendu, ce sentier est strictement réservé aux piétons, n'en déplaise aux vététistes qui connaissaient ce secteur propice aux plus folles descentes. 

La zone mise en défens (photos Soleg)
Pour en savoir plus cliquez sur les liens en introduction de cet article...
Comme chaque année, l'ONF et les pouvoirs publics multiplient les opérations de contrôle dans la forêt de Fontainebleau de juin à septembre. Des opérations coup de poing qui ne visent plus seulement à prévenir et s'accompagne désormais de verbalisation des infractions. Ainsi, outre la surveillance renforcée contre les feux de camp (traditionnels en période de fin d'examens), les engins motorisés et les prostitués sont dans le collimateurs... L'ONF vient donc de nous adresser une nouvelle note de communication sur le thème des motos, quads et autres engins. Par ailleurs, le 18 juin, dans le courant de l'après midi, l'ONF a assisté les forces de police dans leur mission de lutte contre la prostitution. On aura sans doute l'occasion d'en reparler tout l'été mais voici un premier point sur ces opérations... 


Engins motorisés : la note de Com' de l'ONF

"Depuis plusieurs années, les aficionados de motos tout terrain, de quads et autres engins motorisés s’adonnent à leur passion au cœur même de la forêt, occasionnant une gêne importante pour les promeneurs et cyclistes mais aussi une dégradation des lieux et une perturbation de la faune et de la flore. L’activité de cross, sur un terrain non aménagé, représente également un véritable danger pour les usagers et les motards eux-mêmes.

En vertu de l’article R-331-3 du Code forestier, cette pratique est interdite sur les routes non ouvertes à la circulation dans les forêts publiques, comme viennent le rappeler les nombreuses informations apposées sur les aires d’accueil. En période estivale, de nombreux contrôles vont être réalisés par l'ONF, les contrevenants s’exposent à de lourdes amendes (jusqu’à 1500 euros) et, selon les cas, à la possible mise en fourrière du véhicule."


Notez que sur cette base, les cyclistes ne sont plus considérés comme des véhicules (ce qui n'était pas le cas) et qu'ils font partie des usagers gênés ! Au passage, amis de l'office, nous tenons à vous signaler que les grimpeurs, les cavaliers et même les chasseurs le sont tout autant !



Et l'opération anti prostitution du 18 juin


On apprend par la presse locale (Le Parisien et la République de Seine et Marne notamment) que "mercredi 18 juin, dans le courant de l’après-midi, le commissariat de Fontainebleau a mené une opération contre la prostitution dans le massif forestier, avec deux agents de l’Office national des forêts.
Les sept policiers et les deux agents de l’ONF réquisitionnés ont contrôlé 17 prostituées. La majorité d’entre elles sont ressortissantes des pays de l’Est, et deux autres sont originaires d’Afrique noire.
Les patrouilles ont verbalisé deux femmes qui avaient jeté des ordures en site naturel protégé. Elles ont été sommées de quitter les lieux. 
Une autre prostituée, exerçant à bord d’un véhicule, a reçu une contravention pour un délit routier relatif à un défaut de contrôle technique.
Les forces de l’ordre ont également effectué des contrôles d’automobilistes, entravant ainsi les activités de prostitution.
Depuis le début de l’année, la police nationale effectue ce type de contrôle régulièrement, à raison de deux fois par mois. Une trentaine de verbalisations ont ainsi déjà été délivrées. 
«  Il y aura prochainement d’autres opérations, notamment pour racolage », prévient-on au commissariat."

Il faut bien dire qu’actuellement, on est bien loin d’une baisse de régime en ce qui concerne la prostitution en forêt de Fontainebleau malgré les diverses opérations menées depuis deux ans. En 2013, les chiffres communiqués par la police font état d’environ 80 prostituées recensées âgées de 16 à 60 ans, soit une petite dizaine de moins qu’au cours des précédentes années. Alerté par de nombreuses associations d'usagers de la forêt, Frédéric Valletoux, le Maire de Fontainebleau, avait alors multiplié les démarches et communication sur le sujet qui a « dépassé les limites de l’insupportable » selon le maire cité par la Rep77. 

« Il y a d’abord l’aspect humain, dramatique, avec ces filles victimes de réseaux mafieux contrôlés par des souteneurs qui jettent les prostituées au bord des chemins de forêt comme de vulgaires objets à gagner de l’argent, dénonce l’élu. Et dans tout ça, les pouvoirs publics se sentent démunis face à ce problème : dès que l’on parvient à faire partir des prostituées ou même à démembrer un réseau, une autre entité vient se greffer dans une sorte de turn-over sordide. C’est un combat de longue haleine, pour lequel j’ai demandé à plusieurs reprises à la sous-préfecture de veiller à ce que l’on ne baisse pas les bras en termes de contrôles d’identité et d’amendes concernant le racolage mais aussi la propreté des forêts souvent jonchées d’immondices qui nuisent à l’environnement. La mise en œuvre d’un accompagnement pour essayer d’arracher les prostituées aux griffes de leurs souteneurs me semble également nécessaire. » En octobre 2013, le tribunal de Melun a aussi condamné un proxénète de la forêt bellifontaine à 15 ans de réclusion criminelle, l
Mais ni la nouvelle loi sur la prostitution, ni les actions conduites jusqu'ici n'ont réglé le problème de ces filles exploitées et qui doivent envoyer plusieurs centaines d'euros par semaines dans leur pays.
Par ailleurs, le problème des déchets qui jonchent le site emblématique du Bas Cuvier qui attire des milliers de grimpeurs venus des 4 coins du monde n'est lui toujours pas pris en compte. Les effets d'annonce de l'ONF et de la Préfecture que nous évoquions ici (mars 2013)... n'ont pas aboutis sur des mesures concrètes. Il faut dire que s'attaquer au problème ici fait peur... En effet, certains élus et représentants de l'Etat pensent être taxés d'homophobie en cas de mesures ciblées sur ce site...
Quant à l'arrêté pour interdire le stationnement nocturne  sous la pression de quelques associations de loisirs, il est tombé aux oubliettes afin que ces sportifs puissent organiser tranquillement leurs quelques sorties nocturnes annuelles ! Sorties pour lesquelles, de toutes manières, elles demandent rarement l'autorisations à l'Office. Entre amis...


A la Tl²B on évite de se prononcer sur les sujets du Loup, Ours et autres animaux tant il est délicat de les traiter de manière totalement dépassionnée ! On n'est pas non plus du genre à faire du sentimentalisme... Mais, trop c'est trop ! 


Nous souhaitons donc alerter nos amis grimpeurs, alpinistes, randonneurs... du massacre des bouquetins (le mots n'est pas trop fort) organisé par la Préfecture depuis maintenant plus d'un an et ce malgré une forte mobilisation. Le Bouquetin des Alpes  a failli disparaître de la surface de la Terre au XIXème siècle. Suite à la décision, en 1856, du Roi d’Italie de protéger les derniers individus de la vallée d’Aoste, le Bouquetin des Alpes a pu être réintroduit dans de nombreux massifs. Un arrêté ministériel de 1981 et un de 2007 en interdit d'ailleurs la chasse en France. 

Toutefois, en 2013, en Haute Savoie, l’Etat a ordonné l’extermination de tous les bouquetins âgés de plus cinq ans dans le massif du Bargy pour des raisons sanitaires assez contestables. Les 1 et 2 octobre 2013, 197 bouquetins ont été abattus ; ce qui pourrait représenter 68% de la population de bouquetins du Bargy. De nombreuses carcasses ont été évacuées par hélicoptère, et les bouquetins suspendus dans le vide ont défilé au-dessus des têtes des habitants du Bargy. 

Le 15 juin 2014, Thierry Lejeune, président du Conservatoire des espaces naturels de la Haute-Savoie (ASTERS), a déclaré au journal Le Dauphiné Libéré : "Nous ne sommes pas prêts à accepter une nouvelle tuerie, en sachant très bien qu’elle est en préparation…" Non, trop, c'est trop !



Donc, revenons un peut sur le sujet...

Cette décision d’abattage est consécutive à la découverte, en avril 2012, d’une souche de Brucella, bactérie responsable de la brucellose, dans le lait d’une vache. Depuis cet événement, des investigations ont été conduites, et ont permis de détecter la présence de brucellose chez les bouquetins. L’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation, de l’Environnement et du Travail (ANSES) a donc émit l’hypothèse que les bouquetins aient pu jouer le rôle de réservoir et assurer un relais silencieux entre le dernier foyer domestique de brucellose (1999) et le foyer de 2012. (voir le rapport en pdf)

En 2012, un enfant a ainsi été atteint de brucellose suite à la consommation d’un fromage non-pasteurisé provenant du Bargy. Cette maladie à déclaration obligatoire, très rare, peut être soignée chez l’homme. 
Le suivi des populations de bouquetins a donc seulement démarré au début de l’été 2013 mais avant même d'avoir des résultats sérieux et probants, l'élimination a été adoptée ! 



L’analyse des « intervalles de confiance à 95% » révèle qu’il est possible que les jeunes mâles soient (jusqu’à quatre fois) plus touchés par la maladie que les plus âgés ! (même rapport, p. 36)... D’après le rapport, il n’est pas exclu de l’intervalle de confiance à 95% que 89% des mâles tués soient séronégatifs ! Quitte à persévérer dans la voie de l’abattage, il aurait été plus logique de n’éliminer que des bouquetins malades (abattage sanitaire), comme le rapport d’experts le préconisait en septembre 2013. « Un abattage ciblé sur la séropositivité présenterait l’avantage d’écrêter la population de façon plus harmonieuse et moins brutale (…). Il est raisonnable de penser que la dynamique des populations ne serait pas brutalement altérée. » « L’abattage sanitaire présenterait l’avantage de continuer le suivi sanitaire et populationnel (…), ce qui permettrait un recueil d’informations amenant à une meilleure compréhension du foyer et permettrait d’être mieux armé en cas de nouvelle émergence. » « Concernant le risque de fuite de bouquetins brucelliques [vers les autres massifs], les experts considèrent qu’il serait encore plus faible que lors d’un abattage massif. » « Si l’abattage sanitaire permet d’abaisser suffisamment la prévalence de l’infection, il est possible que la brucellose ne puisse pas se maintenir dans la population. » 

L’arrêté ministériel du 23 avril 2007 stipule que l’abattage du Bouquetin des Alpes est interdit sur tout le territoire métropolitain et en tout temps. Malgré cette protection, le Préfet de Haute-Savoie, ordonne l’abattage des bouquetins de cinq ans et plus, dans le massif du Bargy par l’arrêté préfectoral n°2013274-0001, signé le 1er octobre 2013. Cet AP est valable un an.

L’ANSES avait pourtant conclut que son « analyse ne permet pas de confirmer la nécessité de mettre en œuvre dans l’urgence les actions d’abattage envisagées », et déclare avoir besoin de données complémentaires pour se prononcer sur l’efficacité des différentes mesures. Malgré cet avis, 197 bouquetins ont été fusillés au cours du seul mois d’octobre 2013.

L’article L. 411-2-4° du code de l’environnement stipule que les dérogations aux interdictions encadrant le statut de protection du Bouquetin des Alpes ne peuvent être délivrées que s’ « il n’existe pas d'autre solution satisfaisante ». Celles-ci existent et il n'y avait pas urgence. Une pétition avait été lancée et avait recueilli plus de 42 000 signatures donc on pensait que l'affaire allait s'arrêter là ! Que nenni !


L'abattage des bouquetins de plus de 5 ans a été une très mauvaise décision stratégique ! En effet, l'âge des mâles étant beaucoup plus facile à déterminer que celui des femelles, ce sont donc massivement les mâles reproducteurs qui ont été éliminés (dont 89% étaient potentiellement indemnes de brucellose). Pire, la maladie semble toucher principalement les femelles. Du coup, les jeunes mâles se sont contaminés par voie vénérienne par le biais des femelles séropositives (laissées en vie du fait de la difficulté à déterminer leur âge). Bref, c'est un désastre ! Sans l'intervention de l'Etat, il n'y aurait pas eu de boum de brucellose chez les jeunes bouquetins ! C'est d'ailleurs ce que le président d'ASTERS semble reconnaître : "On est allé trop vite. On a voulu jouer aux apprentis sorciers et on n’a rien réglé. Aujourd’hui, les études ne sont pas rassurantes."  "Mis devant le fait accompli, nous avons validé la moins mauvaise des décisions, mais franchement, on n’a pas été très honnête avec nous. Normalement, toutes les bêtes abattues devaient être analysées. Cela n’a pas été fait. On a simplement envoyé les carcasses à l’équarrissage. On a voulu gérer un problème par l’éradication d’une espèce protégée, au nom du principe de précaution. C’est du jamais vu. Surtout que la situation n’était pas aussi urgente qu’on a voulu le faire croire. Asters défend une position scientifique et non idéologique. [...] Il faut ramener le débat sur un plan rationnel et agir sur la base d’études scientifiques solides."

Le préfet de la Haute-Savoie a convié la FRAPNA et ASTERS à une réunion, le 1er juillet prochain, pour présenter les résultats des analyses (partiales, impartiales ?) menées sur les bouquetins en avril et mai 2014. 

Souhaitant que ces derniers bouquetins soient épargnés, leurs défenseurs lance une nouvelle mobilisation que nous relayons bien volontiers en attendant les décisions de justice !

Vous pouvez SIGNEZ LA PETITION, écrire aux ministres MODELE LETTRE PDF ou MODELE LETTRE WEBRéagissez Sur le forum Camp to Camp...

Madame la Ministre de l'Ecologie, Ségolène ROYAL - 246, Boulevard Saint-Germain - 75007 PARIS

Article rédigé avec le site internet LE BRUIT DU VENT (Texte TL2B et MS et photos : MS)

Quelques liens documents pour aller plus loin... 
Le rapport ANSES anses.fr/sites/default/files/documents/ … sa0129.pdf et anses.fr/sites/default/files/documents/ … sa0082.pdf 
L'abattage ordonné n'est pas conforme à l'avis du CNPN.La FRAPNA et la LPO demandent que les animaux non contaminés ne soient pas abattus, ce qui rejoint la position de la pétition. frapna-haute-savoie.org/images/docs/BOU … 012014.pdf

 alpes.france3.fr/2013/10/03/197-bouquet … 30483.html

 ledauphine.com/haute-savoie/2013/10/02/ … 23243C25CC

www7.inra.fr/internet/Directions/DIC/pr … brucel.htm

groupe-national-bouquetins.fr/les-bouquetins/

aspas-nature.org/wp-content/uploads/RF_ … auvage.pdf
fr.wikipedia.org/wiki/Brucellose



SIGNEZ LA PETITION

Toujours à propos de la pratique du VTT à Bleau, en plus de la lettre du Président de MBF à ses pratiquants, Mountain bike france a publié un Communiqué de presse apportant une réponse à la motion des "Amis de la forêt de Fontainebleau" et aux articles de presse qui ont suivis. 

Ce dossier du VTT à Bleau traîne depuis de longues années... Ainsi, Oleg dans sa chronique pour Paris-Chamonix (le bulletin du Club Alpin Ile de France) évoquait non sans humour le ridicule de cette interdiction des VTT sur les chemins de moins de 2m50 de large. 

Au delà de la polémique, rappelons la position de la TL²Bleau (oui, on n'est pas neutre !) : OUI au VTT à Bleau, OUI à l'ouverture de sentiers spécifiques, adaptés et entretenus par et pour le VTT mais NON aux événements et compétitions en forêt.


Donc MBF a publié un CP " Suite aux articles de presse et à la motion de l'Association des Amis de la Forêt de Fontainebleau la concernant, Mountain Bikers Foundation et ses représentants locaux souhaitent apporter des éléments concernant la pratique du VTT à Fontainebleau ".

On peut y lire notamment les phrases suivantes :
 
" Notre souhait est de voir la pratique de loisir, la protection de l'environnement et la gestion des usages sur le massif, menée à des issues justes dans l'intérêt du plus grand nombre "
 
" Les sentiers comme les routes ont besoin d'aménagements et d'un entretien évitant l'érosion [...] Il vaut mieux privilégier l'entretien, l'aménagement, la modification de trace et la sensibilisation que l'interdiction "
 

" Nous tenons à rappeler qu'aucune personne ne doit se sentir plus légitime qu'une autre en forêt de Fontainebleau. C'est aussi le message que nous faisons passez aux vététistes "

Vous trouverez ci-dessous quelques liens et notamment celui vers l'intégralité du CP. A la lecture de celui-ci, on a envie de dire : "bravo messieurs" ! 

Reste plus qu'à traduire ces bonnes intentions régulièrement évoquées depuis 2010 lors des derniers débats autour du projet de Parc National en actions concrètes sur le terrain. Que de temps perdu !

Télécharger le Communiqué de presse - VTT en Forêt de Fontainebleau
COMMUNIQUE DE PRESSE_MBF_VTT Document Adobe Acrobat [722.4 KB]
Télécharger

Dans le Paris-Chamonix n°108 du mois de mai 1994 (il y a déjà 20 ans !), Oleg Sokolsky adressait ce post-scriptum plein d'humour à propos de l'interdiction des 2 roues non motorisés sur les chemins de moins de 2.50 m de large... 


Source :


Dimanche 22 juin 2014, la ville d’Avon organisera sa 6e édition de l'Avonoraid. Ce raid nature rencontre depuis quelques années un franc succès (comme tant d'autres dans la région) mais nous avait fait hurler en 2013 à la vue du balisage sauvage réalisé le long du parcours. Gageons que cette année la ville, les organisateurs et l'ONF seront un peu plus attentif tant au balisage du parcours qu'à la remise en état des lieux ! En tous cas, voilà qui nous donne l'occasion de reparler des manifestations sportives en sites Natura 2000...





Cette manifestation est ouverte à un large public (à partir de 14 ans) allant du sportifs débutants à l'expert. Il s’agit d’un parcours sportif enchaînant 10 km de trail, 20 km de V.T.T. et 2 km de canoë ! La majeure partie du parcours étant située en forêt domaniale de Fontainebleau, les organisateurs ont demandé l'autorisation à l'ONF et se sont sans doute engagés à respecter et faire respecter une charte de bonne conduite.Pour autant, nous avions relevé ainsi que certaines associations de randonneurs de grosses dégradations l'an dernier (notamment autour de la Tour Denecourt) ainsi qu'une sur-abondance de flèches fluos dans la forêt ! Début juin, la forêt a déjà accueilli la deuxième édition de la Randobike (voir ici) qui en plus était transformé en Salon International du VTT !
 
Difficile de respecter les allées par un temps pareil ! Question érosion, on vous laisse imaginer !!!
Photo www.bike.fr/randobike
Par ailleurs, à la TL²Bleau, on s'interroge sur la tenue de telles manifestations sportives dans un site classé Natura 2000. Les organisateur ont -il réalisé l'étude d'impact comme le prévoit la réglementation dans ces zones ? Le COPIL Natura 2000 nouvelle version (revoir la polémique sur sa réfection par la Préfète de Seine et Marne) a t'il été consulté ?En effet, en 2012, nous avions porté à la connaissance de nos lecteurs sur l'ancien portail de la TL²B un long article sur l'évolution de cette réglementation. Les décrets en date du 9 avril et du 13 avril 2010 ont fixé une liste nationale d’activités soumises à un régime d’autorisation qui devront impérativement faire l’objet d’une évaluation d’incidences. Par ailleurs, chaque préfet pourra établir une liste locale qui aura pour vocation de compléter la liste nationale en intégrant d’autres activités relevant d’une procédure d’autorisation, d’approbation ou de déclaration.Ainsi, la première consultation sur la liste des activités soumises à autorisation contenait notamment les items suivants :Manifestations et interventions dans le milieu naturel ou le paysage, 5 items :
- Les manifestations sportives, organisées en dehors des voies ouvertes à la circulation publique, soumises à autorisation au titre de l'article L. 331-5 du code du sport, ou soumises à déclaration au titre de l'article L. 331-2 du code du sport, [sites N2000 et lorsque le nombre de participants et/ou de spectateurs est
susceptible de dépasser 300 personnes].
- Les manifestations sportives, organisées sur les voies ouvertes à la circulation publique, soumises à autorisation au titre de l'article R. 331-6 du code du sport, [sites N2000 et lorsque le nombre de participants et/ou de spectateurs est susceptible de dépasser 300 personnes].
- Les concentrations de véhicules motorisés ainsi que les manifestations de véhicules motorisés soumises à autorisation ou à déclaration au titre des articles R. 331-18 à 34 du code du sport, [sites N2000 + 50 mètres autour].
- Atterrissage et décollage des avions, bandes d'envol occasionnelles hors d'un aérodrome, des aéronefs dans le cadre d’un traitement aérien, des ULM, des montgolfières, des hydravions et des planeurs, mentionnés aux articles D. 132-8 à 12 du code de l’aviation civile, [sites N2000 + 500 mètres autour des Zones de Protection Spéciale].
- Manifestations aériennes de faible ou moyenne importance visées par l’article 7 de l’arrêté interministériel du 4 avril 1996, [sites N2000].


Allez, on arrête là... En attendant, Avonoraid "invite ses participants à aller au contact de la nature et à la découverte des autres."



Le comité parlementaire de suivi du risque ambroisie et autres plantes invasives prépare une nouvelle proposition de loi visant à lutter contre leur prolifération et leurs impacts sur les personnes allergiques et les agriculteur comme l'a annoncé le président du comité Alain Moyne-Bressand, député UMP de l'Isère, lors d'une réunion d'information le 3 juin à l'Assemblée nationale. Un premier texte du député avait été rejeté  (voir l'article d'Actu-environnement) le 5 décembre 2013 en séance publique à l'Assemblée nationale. "Alors qu'il permettait de fixer un cadre juridique national pour la lutte contre l'ambroisie, applicable dès la saison 2014, ce texte n'a pas été adopté au motif qu'il fallait étendre la lutte à d'autres plantes invasives, le Gouvernement s'engageant alors à œuvrer dans ce sens très rapidement", a-t-il expliqué. 

Ce qui inquiéte d'avantage les ministères que la prolifération de ces plantes nuisibles à la biodiversité, c'est leurs impacts sur la santé (toxicité, allergie) et la baisse de rendement qu'elles entraînent inévitablement dans les champs de céréales qu'elles colonisent !

Ainsi, le comité a élargi en mars dernier son action à quatre autres plantes invasives : le datura, l'orobanche, la renouée du Japon et la berce du Caucase. Pas de Phytolaque (Raisin d'Amérique tant combattu à Bleau ou d'Ailante.

Le député UMP du Nord, Jean-Pierre Decool, a également déposé le 25 février dernier une proposition de loi pour mettre en place "une structure indépendante et représentative chargée, régulièrement, du classement des espèces végétales envahissantes, ainsi que de la sensibilisation de la population face à leurs dangers". Les espèces invasives font également l'objet d'un projet de règlement européen (news Actu-environnement) qui "pourrait être adopté fin 2014", selon M. Fried. Le texte prévoit une interdiction des espèces qualifiées de "préoccupantes" pour l'UE, mentionnées dans une liste. Le règlement ne prévoit plus de limiter cette liste à 50 espèces, a-t-il précisé.

Si le pollen de l'ambroisie est "fortement allergène" (environ 15% de la population française touchée), cette plante a gagné l'ensemble de la France (87 départements) et impacte 75% des parcelles de tournesol ! Les graines de datura stramonium sont aussi très toxiques et colonisent également les champs cultivés de tournesol mais aussi de maïs, les vignes et les vergers, a précisé Guillaume Fried du Laboratoire de la santé des végétaux de l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses). Il n'est donc pas exclu d'en retrouver dans notre alimentation et nos céréales !

La renouée du Japon "colonise les bords de route et les berges des cours d'eau" et la berce du Caucase provoque, au simple contact avec la sève, "une sensibilisation de la peau aux rayons du soleil ce qui peut être à l'origine de sévères brûlures", ajoute le comité. En se focalisant sur ces plantes invasives, les parlementaires entendent "insuffler une forte prise de conscience et (re)dynamiser les acteurs qui luttent sur le terrain : agriculteurs, gestionnaires d'espaces verts, jardiniers amateurs, collectivités locales…"

Un cadre juridique encadrant les espèces envahissantes existe actuellement, à travers l'article L. 411-3 du code de l'environnement mais il est très insuffisant. D'où cette nouvelle proposition de loi que prévoit le comité pour déclarer ces plantes "nuisibles". 
En attendant, on vous invite à agir aux côté de nos amis des comités de lutte contre les invasives (arrachage, pétitions...). retrouvez tous les renseignements sur leur site internet ! 

77

91

78

NATURE

MATOS