#RESPECT

#RESPECT
La forêt n'est pas une poubelle ! Nettoyons !

IMPORTANT

Com ONF

ESCALADE

Sur le chemin

octobre 2012

Nous vous annoncions la sortie de la nouvelle édition du topo Arthaud Fontainebleau, les plus beaux sites il y a quelques jours et nous vous avions promis une critique rapide. Le topo étant maintenant entre nos mains, il est temps de l’éplucher (comme les autres) !

Dans notre premier article, nous vous annoncions la couleur, un topo d’une centaine de circuits (103) répartis sur une quarantaine de sites de Bleau avec une iconographie entièrement revue. Car oui, ce topo n’est pas tout nouveau, c’est la réédition du topo dit « mauve » de Jo, Françoise et Jacky sortie en 1999 et qui lui-même remplaçait les vieux topos Arthaud du Cosiroc édité en 1984. Alors disons le tout de suite, ce topo est un « must have » pour les amateurs de circuits et conviendra tout particulièrement aux nouveaux pratiquants qui souhaiteraient mettre en pratique ce qu’ils ont découvert dans les salles d’escalade. Il a donc un intérêt limité pour les bleausards aguerris.

L'ancien topo de 1999
Sa couverture blanche nous change du mauve « old school » et un feuilletage rapide nous laisse une douce sensation de clarté. On se prend même à s’attarder sur certaines images, carte ou information tant elles sont agréables à lire. Y 'a qu'à voir l'ancienne version pour comparer =>
Reste qu’il faut qu’elles soient pertinentes ! Comme tous les topos modernes, les auteurs ont du se plier au petit jeu des contraintes imposées par l’éditeur au premier rang desquelles se trouve la pagination. 240 pages pour décrire la Bleau, c’est peu ! Ce topo ne couvre donc pas l’ensemble des sites et encore moins l’ensemble des circuits balisés (forcément, il y en a plus que de pages !!!)

Mais commençons par le début de l’ouvrage…

 
En page 5, à côté de la carte générale, se trouve le sommaire. Sur une seule page vous avez la vision complète des circuits auxquels vous allez pouvoir rendre visite grâce à un astucieux point de couleur correspondant à celle des circuits décrits dans chaque site ! Bravo !

Du coup, on peut vous le dire ce topo décrit, 11 jaunes, 17 oranges, un mauve, 27 bleus, 1 vert, 25 rouges et 12 blancs ou noir. Vous l’aurez compris, 1/3 du topo s’adresse aux grimpeurs de niveau débutant à moyen, 1/3 aux grimpeurs capables d’enchaîner les circuits difficiles (bleu) et 1/3 pour les forts grimpeurs. Car oui, à partir du niveau rouge, ce que vous faite c’est du Très Difficile et nécessite déjà un bon niveau. En dehors de la Roche aux Oiseaux, ce topo ne décrit pas les « hors circuits »…donc, si c’est ce que vous recherchez, passez votre chemin.

Sous le titre, un point de la couleur des circuits décrits permet de trouver rapidement l'info
Sur la carte figurent entre autres les numéros des parcelles forestières
Les petits conseils de sauvegarde de Bleau sont lisibles et agréables.


Viennent ensuite les pages traditionnelles qui accompagnent la découverte de la forêt. Rien à dire si ce n’est féliciter les auteurs pour leur pages consacrées à une notion trop souvent oubliée et négligée, l’art de la parade. Bravo ! On comprend vite le fonctionnement de l’ouvrage (décrit p18/19). Notons au passage la qualité des nouvelles cartes et schémas de cette édition versus l’édition « Mauve ». Là encore, beaucoup d’informations mais toujours très lisibles en dehors de la variation des points sensée différencier un bis, un ter, un quater et une traversée ! Là, faut prévoir une loupe… Les blocs caractéristiques d’un site sont colorés sur la carte (ainsi que ceux du départ du circuit) et l’on retrouve cette info dans le sur lignage du tableau. Notez aussi que les numéros de parcelles forestières sont aussi indiquées ce qui vous permettra de préciser votre position si vous devez appeler les secours (accident, incendie…)

Voilà, voilà. Heum. 
Passons donc aux petites critiques ! Grrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr !
Il ne s’agit que de points de détails souvent minimes et donc, disons dès maintenant que ce topo est presque parfait… Presque.

Reprenons page 4 à la carte du sommaire. Un petit logo montre 4 emplacements de bivouac avec un étrange pictogramme. Faut aller page 235 pour comprendre qu’il s’agit des aires de bivouacs ONF. On aurait pu éviter cette information car ces sites sont de toutes manières plutôt à éviter.  

Le Cuvier est signalé comme « site conviviale adapté aux familles »…Beurk ! Alors certes, le Bas Cuvier c’est plat, sans marche d’approche et dépourvu de végétation ce qui facilite la marche des bébés et le transport des poussettes, mais outre le fait qu’il n’y a rien de facile à grimper (même le orange est à éviter), ce site reste l’un des plus mal fréquenté de Bleau et l’un des plus pollués. Nous aurions mis un avertissement ! A l’inverse, la JA Martin est déconseillé aux familles alors même que le site offre l’ensemble des difficultés en terme de circuit, du blanc enfant au rouge extrême ! En plus le site est sableux à souhait… mais bon pas pratique avec une poussette, très étendu et surtout sensible à l’érosion.

Tient, l’érosion voilà un truc qui fâche et que les remarquables conseils de bon sens distillés tout au long de l’ouvrage ne mettent pas en évidence. Dans le même genre d’idée, nous aurions aimé la présence d’une page récapitulant les 10 commandements et une ou deux phrases sur « comment faire caca dans les bois » sans faire ch… le monde avec ses déchets !

Les photos sont plutôt au top mais beaucoup concernent des voies qui ne sont pas décrites ce qui peut surprendre le lecteur. Par ailleurs, quitte à mettre Jacky dans le 13ème Travail d’Hercule (p 51), il aurait fallu dater le cliché et nous en proposer un de 2012. Ainsi, nous aurions pu juger, non pas de l’évolution du matos, des modes vestimentaire ou capillaire mais de l’impact de notre pratique sur le rocher ! Car c’est certain, il a bien changé ce bloc !!!  Même chose pour la photo du célèbre et incontournable Toit du Cul de chien. Un photo d’Eddy boucher à l’ouverture en 1978 et une d’aujourd’hui et on comprend combien les milliers de passages, un tag, et des tailleurs de mensonges ont fait évoluer le bloc.



Eddy, photo de Jo Montachaussé

A droite, le même Toit, en 1987 par Eric Lucas
Source 7ableau

 


A la page 83, vous en apprendrez un peu plus sur le nettoyage des chaussons. Là, nous aurions carrément développé ! Du coup, c’est promis cela fera l’objet d’un article sur la TL2B… le temps de réapprendre à cracher dans les mains pour faire couiner la gomme ! Nous aurions aussi développé les cotations liés aux différentes combinaisons du bloc du Tiroir (p.151). Certes cela n’a rien à faire dans ce topo (pourquoi ce bloc plus qu’un autres ?) mais quitte à y aller , fallait aller jusqu’au bout et montrer à quel point on peut jouer sur trois m² en se prenant la tête sur les cotations !

Enfin, l’ouvrage décrit uniquement des circuits sauf pour la Roche aux Oiseaux. Ce site est superbe certes mais en partie sur des propriétés privées (c’est pourquoi il n’est pas balisé). Dans le même genre d’idée, vous auriez pu nous proposer les circuits jaune, orange et rouge des Rocher de la Saussaie qui se trouve à quelques centaines de mètres… A Cuisinière nous aurions fait la promotion du magnifique circuit noir de droite. Tient, puisqu’on est dans la critique du choix souverain et subjectif des auteurs sur « les plus beaux sites » nous aurions aimés voir un peu plus de massifs essonniens comme Chamarande, massif historique, superbe et accessible en train, La Padôle, la Troche ou encore Videlle, Mondeville ou le Sanglier, histoire d’y conduire un peu de monde pour que les ronces ne s’y installent pas durablement et limiter l’usure des autres massifs.

Bref, à part ces quelques broutilles, ce topo, comme nous le disions en introduction est et sera recommandé par la TL2B à toutes celles et ceux qui ne connaissent pas encore Bleau ou qui y viennent épisodiquement. Nous lui accordons bien volontiers la note technique de 4 étoiles (sur 5) et la note « green climbing attitude » de 4,5/5 également. On vous l’a dit, il est proche de la perfection.

Comme un bonheur ne vient jamais seul, nous vous invitons à lire l'entretien de Jo avec nos amis de Zebleaug. On en apprend un peu plus sur l'homme, ses passion et le topo.

Pour les frustrés du hors circuit, nous vous recommandons les mises à jour du topo Degré 6 de Pépito qui sont téléchargeables sur son site.

A la TL2B nous militons pour une réduction de l'artificialisation de nos sites de pratique et notamment pour une meilleure intégration paysagère des ouvrages de stabilisation du sol (lutte contre l'érosion) ou d'information du public (panneau...) Pour autant, nous ne remettons pas en cause ces réalisations qui sont absolument nécessaires pour préserver nos sites et, parfois, sécuriser les lieux. Et nous regrettons quand ces aménagement sont déteriorés par des grimpeurs si avide de faire une croix qu'ils en oublient de respecter le travail de ceux qui oeuvrent à la sauvegarde des sites !



 

La forêt domaniale de Fontainebleau est, comme vous le savez, un domaine privé de l'Etat. En conséquence, son gestionnaire, l'ONF, est responsable de son entretien et donc de la sécurité du public. Comme nous vivons à une époque (et c'est regrettable !) où les gens acceptent de moins en moins bien les risques (y compris en escalade !) et qu'en plus, en cas d'accident, les assurances cherchent systématiquement à faire porter le chapeau à quelqu'un, l'ONF, assisté des associations d'usagers grimpeurs et randonneurs, agit pour la mise en sécurité des sites les plus visités.

On peut être "contre" et regretter le manque de discernement (voir l'inconscience de certains) des visiteurs qui ne semblent pas réaliser que le risque zéro n'existe pas en site naturel, mais quand un risque est avéré, le responsable du site ne peut faire autrement que soit interdire l'accès, soit tenter de supprimer ce risque... 

Pour les grimpeurs, le COSIROC et les associations qui le composent mettent tout en œuvre pour éviter les fermetures  administratives de sites pour des principes de précautions. Ils ont obtenus de nombreux succès comme la limitation de l'interdiction du massif de la Dame Jouanne souhaitée par un Préfet terrorisé par le risque d'éboulement dans ce massif.



En marge de la lutte contre l'érosion, il y a les travaux de sécurisation des blocs d'escalade. Cela va de l'écaille que l'on fait tomber d'un coup de barre à mine pour éviter qu'un grimpeur ne termine sa carrière écrasé par quelques centaines de kilos de grès au déplacement de bloc comme ce 4 mai 2009 où une grue de 60 m de haut aida au déplacement d’une partie instable de 16,5 tonnes du Toit du Calvaire !

A cette occasion, notamment sur le forum de Bleau.info, l’information avait été largement diffusée sur les risques de mouvements des écailles du Calvaire et des autres grottes environnantes.

La Commission Erosion avait lancé d’autres travaux notamment dans la Grotte du Camée (lettre C du sentier bleu Denecourt-Colinet 1-3) où un muret en pierres sèches avait été monté pour limité l’accès au fond de la grotte.

La Grotte du Camée telle qu'on peut la voire sur le site de Bleau.info
Avant les travaux de 2009

Hélas, quelques grimpeurs ne semblent pas comprendre l’utilité de cet aménagement (c’est vrai, il n’y a pas de panneau 4X4 expliquant le pourquoi du comment il faut respecter un aménagement !).

Photo Oleg Sokolsky/Cosiroc
La même Grotte en octobre 2012. Les premières dégradations du muret !!!

En effet, ce bloc abrite plusieurs voies dont la plus dure est Mauvaise Mine, un jeu de Seb en 7a+/7b. Voici ce que nous dit le Cosiroc :

"Le muret de pierres sèches situé au fond du surplomb "Mauvaise Mine" a été construit pour des raisons de sécurité afin d'éviter un accident en cas de chute d'une ou plusieurs strates de grès du fond de la "Grotte du Camée" (voir celles tombées 8 mètres à gauche). Il a subit des dégradations importantes et risque d'être complètement détruit si les grimpeurs ne prennent pas garde à respecter les blocs et pavés qui sont encore en place et qui retiennent le remplissage de sable et ravelins.

Si vous tentez la voie, nous vous demandons instamment d'éviter de vous servir, ou même de seulement ébranler les blocs du muret restants en place.

Dès que possible le muret sera remis en état par l'ONF.


Donc, merci de relayer à nouveau fortement ce message :
respecter partout dans la forêt les ouvrages de stabilisation du sol, de protection et même, tant qu’on y est les équipements (dont les circuits) !

Mieux, respectez aussi les aménagements historiques des sylvains Denecourt et Colinet réalisés au XIXe que l’on croise sur les sentiers bleus comme ce muret à gauche de Gargantua aux Gorges du Houx par exemple et tout ces témoignages du passé que sont les gravures rupestres, quelle qu’en soit l’origine, des premiers hommes aux carriers !

A la TL2B nous militons pour une réduction de l'artificialisation de nos sites de pratique et notamment pour une meilleure intégration paysagère des ouvrages de stabilisation du sol (lutte contre l'érosion) ou d'information du public (panneau...) Pour autant, nous ne remettons pas en cause ces réalisations qui sont absolument nécessaires pour préserver nos sites et, parfois, sécuriser les lieux. Et nous regrettons quand ces aménagement sont déteriorés par des grimpeurs si avide de faire une croix qu'ils en oublient de respecter le travail de ceux qui oeuvrent à la sauvegarde des sites !

 

La forêt domaniale de Fontainebleau est, comme vous le savez, un domaine privé de l'Etat. En conséquence, son gestionnaire, l'ONF, est responsable de son entretien et donc de la sécurité du public. Comme nous vivons à une époque (et c'est regrettable !) où les gens acceptent de moins en moins bien les risques (y compris en escalade !) et qu'en plus, en cas d'accident, les assurances cherchent systématiquement à faire porter le chapeau à quelqu'un, l'ONF, assisté des associations d'usagers grimpeurs et randonneurs, agit pour la mise en sécurité des sites les plus visités.

On peut être "contre" et regretter le manque de discernement (voir l'inconscience de certains) des visiteurs qui ne semblent pas réaliser que le risque zéro n'existe pas en site naturel, mais quand un risque est avéré, le responsable du site ne peut faire autrement que soit interdire l'accès, soit tenter de supprimer ce risque... 

Pour les grimpeurs, le COSIROC et les associations qui le composent mettent tout en œuvre pour éviter les fermetures  administratives de sites pour des principes de précautions. Ils ont obtenus de nombreux succès comme la limitation de l'interdiction du massif de la Dame Jouanne souhaitée par un Préfet terrorisé par le risque d'éboulement dans ce massif.



En marge de la lutte contre l'érosion, il y a les travaux de sécurisation des blocs d'escalade. Cela va de l'écaille que l'on fait tomber d'un coup de barre à mine pour éviter qu'un grimpeur ne termine sa carrière écrasé par quelques centaines de kilos de grès au déplacement de bloc comme ce 4 mai 2009 où une grue de 60 m de haut aida au déplacement d’une partie instable de 16,5 tonnes du Toit du Calvaire !

A cette occasion, notamment sur le forum de Bleau.info, l’information avait été largement diffusée sur les risques de mouvements des écailles du Calvaire et des autres grottes environnantes.

La Commission Erosion avait lancé d’autres travaux notamment dans la Grotte du Camée (lettre C du sentier bleu Denecourt-Colinet 1-3) où un muret en pierres sèches avait été monté pour limité l’accès au fond de la grotte.

La Grotte du Camée telle qu'on peut la voire sur le site de Bleau.info
Avant les travaux de 2009

Hélas, quelques grimpeurs ne semblent pas comprendre l’utilité de cet aménagement (c’est vrai, il n’y a pas de panneau 4X4 expliquant le pourquoi du comment il faut respecter un aménagement !).

Photo Oleg Sokolsky/Cosiroc
La même Grotte en octobre 2012. Les premières dégradations du muret !!!

En effet, ce bloc abrite plusieurs voies dont la plus dure est Mauvaise Mine, un jeu de Seb en 7a+/7b. Voici ce que nous dit le Cosiroc :

"Le muret de pierres sèches situé au fond du surplomb "Mauvaise Mine" a été construit pour des raisons de sécurité afin d'éviter un accident en cas de chute d'une ou plusieurs strates de grès du fond de la "Grotte du Camée" (voir celles tombées 8 mètres à gauche). Il a subit des dégradations importantes et risque d'être complètement détruit si les grimpeurs ne prennent pas garde à respecter les blocs et pavés qui sont encore en place et qui retiennent le remplissage de sable et ravelins.

Si vous tentez la voie, nous vous demandons instamment d'éviter de vous servir, ou même de seulement ébranler les blocs du muret restants en place.

Dès que possible le muret sera remis en état par l'ONF.


Donc, merci de relayer à nouveau fortement ce message :
respecter partout dans la forêt les ouvrages de stabilisation du sol, de protection et même, tant qu’on y est les équipements (dont les circuits) !

Mieux, respectez aussi les aménagements historiques des sylvains Denecourt et Colinet réalisés au XIXe que l’on croise sur les sentiers bleus comme ce muret à gauche de Gargantua aux Gorges du Houx par exemple et tout ces témoignages du passé que sont les gravures rupestres, quelle qu’en soit l’origine, des premiers hommes aux carriers !

Mise à jour du 23 octobre 2012 :

C'est l'automne et bon nombre de grimpeurs sont venus à Bleau pour trouver les conditions nécessaires aux blocs difficiles. Pas de chance, il a beaucoup plu ces derniers jours. Conséquence : des prises qui cassent et un abus de magnésie !

Nous vous demandons d'attendre que les blocs sèches avant de grimper car le grès est une roche très fragile quand elle est mouillée.

Par pitié, ne séchez pas les prises en les soupoudrant de magnésie !!! Quand vous brossez, la prise se creuse et quand vous ne brossez pas, elle devient gluante...


photo de Fred pour LTL2B et Camp to Camp

Pour ceux qui pense que le problème de la magnésie ne concerne que Bleau ou que les étrangers y sont insensibles, nous vous invitons sur ce forum anglais... Pour ceux qui comme nous aime bien rire, cette petite vidéo réalisée par l'Access fund vaut le détour !

Grimper n°143
bientôt dans les bacs
L'article ci dessous avait été publié en juillet, il est toujours d'actualité et vous pourrez même retrouver le visuel made in Chlapak dans le prochain n° de Grimper.

Article du 10/07/2012
C'est l'été, il va faire chaud et vous serez peut être tenté d'utiliser plus de magnésie pour assécher vos mains poisseuses. Pire, vue les conditions de ces derniers jours, certains grimpeurs pensent qu'ils est de bon ton de tenter de sécher les prises en les soupoudrant abondament de poudre blanche.

Depuis la création de ce site, nous avons évoqué à de très nombreux endroit les problèmes lié à l'abus de magnésie. Nous ne souhaitons pas son interdiction mais que chacun l'utilise avec parcimonie et surtout brosse après son passage avant de passer au bloc suivant.

Nos amis de la Clapak team, nous offre donc ce deuxième visuel pour la sensibilisation des grimpeurs...




Un peu d’imagination et le brossage devient ludique ! Quelques gestes utiles aux grimpeurs et aux rochers :
- Brosser son bloc avant de grimper, ça redonne l’adhérence naturelle, « toucher » du rocher, du coup on a moins besoin de magnésie.
- Utiliser de la magnésie ou un pof avec parcimonie, ça évite de graisser les prises.
- Enlever les traits de magnésie.
- nettoyer ses chaussons c’est essentiel pour ne pas marbrer le grès.
Mettre de la magnésie c’est une habitude, prenons l’habitude d’en mettre peu, brossons nos blocs, avant, après et nettoyons nos pieds. Brosser c’est cool !


Pour en savoir plus :

***********************************************************************************

With little bit of creativity, brushing can be cool ! Every climber have to clean is own boulder after climbing or almost after. Let’s remind us some good manners:
- Cleaning the boulder allow less chlak and stickky holds. Clean the climbing shoes before climbing
- Brushing allow to rediscover the real felling of sandstone
- remove all thick mark after climbing
Using a lot of  chalk is an habit. We have to take the habit of using less, brush the edges and clean our shoes.
find out more
> On Chlapak blog : The « play by the rules » page and the first step of the campain .
Bonjour chers lecteurs,

Sur LTL2B, on vous parle très régulièrement de Jean poule Debleau et de son extraordinaire blog : Photonature Fontainebleau. Ce blog est pour nous une source permanente de découverte et d’inspiration. En plus, sur bon nombre de sujets nous sommes totalement d’accord !


Jipé, outre ses magnifiques productions photographiques nous propose dans ses articles, souvent engagés, de vraies leçons de chose. C’est aussi un fervent défenseur de la nature et d’une certaine éthique photographique qui l’avait notamment conduit à proposer un pictogramme pour les images d’animaux prises en captivité ou une charte des bons comportements du photographe naturaliste que nous évoquons sur notre page des impacts des loisirs et sports de nature.

Mais si vous êtes un de nos fidèles lecteurs, vous devez déjà savoir tout cela car nous nous référons souvent à ses recherches. Comme tous les sites pour lesquels nous avons eut un coup de cœur, la colonne de gauche de notre site affiche son flux Rss.

Et voilà que notre Jipé nous propose une idée cadeau pour Noël, un magnifique livre de 58 pages sur le massif forestier de Fontainebleau, ses paysages extraordinaires, sa faune, sa flore, bref… ses richesses.




Solution originale, le livre sort en auto-édition chez Blurb, garantie d’une impression de qualité à la demande (comme ça, il n’y a pas de gaspillage de papier). Connaissant le soin apporté aux images par Jipé, vous pouvez faire confiance pour cet achat en ligne. Comme il est impossible de feuilleter l’ouvrage, voici un aperçue de 21 d’entre elles. Le tarif est variable suivant le type de couverture choisie. Comptez de jusqu'à 43,69€


Voici aussi ce que dit Jipé à propos de ce livre sur son blog :

De nombreuses demandes de lecteurs m'ont incité à éditer un album  photographique consacré à la forêt de Fontainebleau.
Vous pouvez acquérir cet album auprès de la société Blurb.
Le bénéfice minime (un peu plus de 2 €) tiré de la vente de ce premier ouvrage  m'incitera sans aucun doute à continuer ma tâche d'information sur ce blog.
Je vous remercie par avance de l'accueil que vous voudrez bien lui réserver.
Après avoir testé de nombreux éditeurs de livres photo, il apparaît que cette société apporte un soin particulier à la réalisation et à l'expédition de ses produits pour un coût relativement compétitif.
Vous pourrez choisir différentes présentations et différents papiers.
Le coût, est bien entendu en rapport avec la finalisation du produit.
Pour l'avoir testé je peux dire que son service après vente et de relation clientèle est relativement performant.
Cordialement à vous.




LTL2B, un peu d'évolution sur le site

Bonjour !
Comme vous avez pu le voir, LTL2B a un peu évolué ces derniers jours... Nous avons en effet voulu répondre à quelques unes des questions que nous posent les internautes en leur offrant de nouvelles pages sur les sujets abordés partiellement au travers des articles et qui nous tiennent à cœur.

Si LTL2B devient petit à petit au fil du temps le Webzine du monde des loisirs et sports de nature franciliens mais surtout de la défense de ses pratiquants et de leurs sites, on n'aimerait  mieux ne pas avoir à écrire autant d'articles sur les dégradations de nos spots favoris !
 

Un regard dans la colonne de gauche sur le nombre d’articles par thème ne vous donnera pas forcément une bonne image du Pays de Fontainebleau. C’est hélas, le reflet de la réalité : déchets, pollution, dégradations, incendie… heureusement vous êtes de plus en plus nombreux à vous mobiliser pour tenter d’inverser la tendance.

Notre engagement c'est vous informer mais aussi et surtout, participer à la réduction des impacts de nos pratiques non motorisées sur les sites naturels. Encore faut-il avoir pris conscience de ces impacts (pollution, érosion, déchets, incendies, destruction du patrimoine, atteintes à la faune et la flore… autant de thème abordé sur cette page) et de la richesse du patrimoine 

C'est pour cela que nous poursuivons notre travail de sensibilisation (notamment au travers de ces nouvelles pages et sous-pages), de promotion des bonnes pratiques, et des chantiers de sauvegarde (érosion, nettoyage, balisage), d’information sur les textes qui encadrent nos pratiques et l’accès aux sites naturels...

Nouvelles icônes à cliquer... 
dans la colonne de gauche 

C'est pour cela aussi que notre engagement ne s'arrête pas à la lisière de la forêt. C'est pour cela enfin que nous nous penchons sur des dossiers d'avenir comme la recherche et l'exploitation du gaz et pétrole de schiste, le développement de l'éolien industriel, la sylviculture et l’avenir de l’ONF, les aménagements routiers ou le choix des statuts juridiques des sites naturels et les évolutions des textes réglementant nos activités.

Pour être le plus complet possible, nous vous ouvrons nos archives et notre boîte à outils offre déjà plus d’une centaine de documents à lire sur Calaméo.

Comme beaucoup viennent ici pour chercher des informations sur la cartographie du Massif forestier de Fontainebleau, ou les possibilités d’hébergement, nous avons dédié des pages spéciales et ouvert notre carnet d’adresses pour ceux qui veulent agir ou fait le point sur l’offre des topos d’escalade.

Nous prenons position sur nos pratiques, les textes qui les encadrent et l’avenir des sites naturels (notamment sur le sujet du projet de création d’un Parc national à Bleau), nous dialoguons, nous informons et alertons vos élus et autres représentants des administrations et bien entendu, nous agissons en vous proposant des opérations de sauvegarde.

Depuis avril 2012, et grâce à votre mobilisation plus d’une tonne de déchets ont été retirés de la forêt. C’est beaucoup et c’est bien peu au regard de tout les déchets qui restent.

Nous soutenons de nombreuses initiatives comme celles de Let do it et son World clean up day, des Raisins de la colère et leurs chantiers d’arrachage du Phytolaque, de Climbing-attitude et sa transformation en association, la création de l’observatoire des atteintes à la forêt par les AFF, la création de BLO, nouvelle association de grimpeurs bleausards, le renouveau du Cosiroc, etc.

Ce Webzine c’est aussi le vôtre. Vous pouvez nous aider à le faire vivre avec vos commentaires (voir la page FAQBleaug) et témoignages (que vous pouvez nous adresser à latribunelibredebleau[arobase]gmail.com). Nous en sommes certains, ce Webzine n’a pas fini d’évoluer et de vous proposer de nouvelles pages, de nouveaux articles…gratuitement !

Nous tenons aussi à remercier tout ceux et celles qui nous lisent et relayent nos informations sur le Ouaibe et les réseaux sociaux.

Merci surtout à toute l’équipe de Kairn pour leur soutien. Sans eux, ce petit blog n’aurait pas atteint une telle audience.
Bonjour !
Comme vous avez pu le voir, LTL2B a un peu évolué ces derniers jours... Nous avons en effet voulu répondre à quelques unes des questions que nous posent les internautes en leur offrant de nouvelles pages sur les sujets abordés partiellement au travers des articles et qui nous tiennent à cœur.

Si LTL2B devient petit à petit au fil du temps le Webzine du monde des loisirs et sports de nature franciliens mais surtout de la défense de ses pratiquants et de leurs sites, on n'aimerait  mieux ne pas avoir à écrire autant d'articles sur les dégradations de nos spots favoris !

Un regard dans la colonne de gauche sur le nombre d’articles par thème ne vous donnera pas forcément une bonne image du Pays de Fontainebleau. C’est hélas, le reflet de la réalité : déchets, pollution, dégradations, incendie… heureusement vous êtes de plus en plus nombreux à vous mobiliser pour tenter d’inverser la tendance.

Notre engagement c'est vous informer mais aussi et surtout, participer à la réduction des impacts de nos pratiques non motorisées sur les sites naturels. Encore faut-il avoir pris conscience de ces impacts (pollution, érosion, déchets, incendies, destruction du patrimoine, atteintes à la faune et la flore… autant de thème abordé sur cette page) et de la richesse du patrimoine 

C'est pour cela que nous poursuivons notre travail de sensibilisation (notamment au travers de ces nouvelles pages et sous-pages), de promotion des bonnes pratiques, et des chantiers de sauvegarde (érosion, nettoyage, balisage), d’information sur les textes qui encadrent nos pratiques et l’accès aux sites naturels...

Nouvelles icônes à cliquer... 
dans la colonne de gauche 


C'est pour cela aussi que notre engagement ne s'arrête pas à la lisière de la forêt. C'est pour cela enfin que nous nous penchons sur des dossiers d'avenir comme la recherche et l'exploitation du gaz et pétrole de schiste, le développement de l'éolien industriel, la sylviculture et l’avenir de l’ONF, les aménagements routiers ou le choix des statuts juridiques des sites naturels et les évolutions des textes réglementant nos activités.

Pour être le plus complet possible, nous vous ouvrons nos archives et notre boîte à outils offre déjà plus d’une centaine de documents à lire sur Calaméo.

Comme beaucoup viennent ici pour chercher des informations sur la cartographie du Massif forestier de Fontainebleau, ou les possibilités d’hébergement, nous avons dédié des pages spéciales et ouvert notre carnet d’adresses pour ceux qui veulent agir ou fait le point sur l’offre des topos d’escalade.

Nous prenons position sur nos pratiques, les textes qui les encadrent et l’avenir des sites naturels (notamment sur le sujet du projet de création d’un Parc national à Bleau), nous dialoguons, nous informons et alertons vos élus et autres représentants des administrations et bien entendu, nous agissons en vous proposant des opérations de sauvegarde.

Depuis avril 2012, et grâce à votre mobilisation plus d’une tonne de déchets ont été retirés de la forêt. C’est beaucoup et c’est bien peu au regard de tout les déchets qui restent.

Nous soutenons de nombreuses initiatives comme celles de Let do it et son World clean up day, des Raisins de la colère et leurs chantiers d’arrachage du Phytolaque, de Climbing-attitude et sa transformation en association, la création de l’observatoire des atteintes à la forêt par les AFF, la création de BLO, nouvelle association de grimpeurs bleausards, le renouveau du Cosiroc, etc.

Ce Webzine c’est aussi le vôtre. Vous pouvez nous aider à le faire vivre avec vos commentaires (voir la page FAQBleaug) et témoignages (que vous pouvez nous adresser à latribunelibredebleau[arobase]gmail.com). Nous en sommes certains, ce Webzine n’a pas fini d’évoluer et de vous proposer de nouvelles pages, de nouveaux articles…gratuitement !

Nous tenons aussi à remercier tout ceux et celles qui nous lisent et relayent nos informations sur le Ouaibe et les réseaux sociaux.

Merci surtout à toute l’équipe de Kairn pour leur soutien. Sans eux, ce petit blog n’aurait pas atteint une telle audience.

77

91

78

NATURE

MATOS