Les Titres

mercredi 9 septembre 2020

ACTS Le nouveau collectif pour une pratique de la montagne plus écoresponsabl


C'était à la mi-août. Sur facebook, Arnaud Petit, un célèbre grimpeur des années 90, annonçait la création d'un nouveau collectif de montagnards et aventuriers engagés dans une démarche de réduction de leur emprunte carbone. "Face à la disparition des glaciers, à l'effondrement de la biodiversité, à la consommation frénétique et prédatrice des ressources qui conduisent le monde à son essoufflement, nous, professionnels et personnalités de la montagne, avons le devoir de nous engager de façon concrète pour préserver notre environnement." A la TL²B, nous avons toujours cru en la valeur de l'exemple et souligné la nécessité de l'engagement des personnalités les plus en vue pour faire bouger les choses aux côtés des grandes associations comme Mountain Wilderness (par exemple) engagées dans cette démarche depuis des décennies. C'est avec bonheur que nous relayons donc l'appel de ce nouveau collectif


Sur la TL²B, nous avons toujours soutenu les initiatives visant à une "grimpe" plus propre et à un meilleur respect de nos sites naturels. Nous avons initié ou participé à de nombreuses actions visant à réduire la présence de nos déchets, l'utilisation de la magnésie, ou lutter contre les conséquences d'une pratique sportive intensive sur les sites naturels comme l'érosion à Fontainebleau. Nous nous sommes aussi engagé dès 2012 à compenser carbone nos sites web par la plantation d'arbres. L’alpiniste Liv Sansov, elle aussi signataire du pacte de ce collectif ACTS, nous avait d'ailleurs soutenu aux débuts de la TL²B lors de nos campagnes de communication (voir news publiée dans la revue ESCAPE n°40). Il y a tout juste un an, nous avions communiquer à nouveau sur le pouvoir de nuisance de l'image avec un article (Do it for the Gram) sur l'impact des réseaux sociaux et notamment Instagram sur de très nombreux sites naturels livrés au tourisme de masse. 

En lançant  ACTS (action collective de transition pour nos sommets), Christophe Dumarest et Arnaud Petit ont pris l'engagement simple mais de taille : réduire leur empreinte carbone de 10 % chaque année. L'initiative a déjà réuni près de 40 personnalités du monde de la montagne, comme les grimpeurs Stéphanie Bodet, Tommy Caldwell, Liv Sansoz, le guide Mathéo Jacquemoud, le traileur Xavier Thévenard, le falaisiste français Seb Bouin ou encore l'incontournable Kilian Jornet.

Pour Arnaud aussi, l'engagement d'athlètes renommés est indispensable : « On a beau faire chacun notre action dans notre coin, pour que les choses avancent il faut avoir un impact sur la conscience des gens, et des jeunes à plus forte raison. »

Mais si les signataires prônent un engagement actif, ils ne veulent surtout pas se poser en donneur de leçon. Reconverti guide de montagne, Petit veut favoriser la proximité pour redécouvrir certains sites de France : « Je trouvais absurde de faire découvrir les grandes voies en Jordanie à des gens qui n'avaient jamais grimpé dans les Calanques », explique t-il. Une évidence. L'aventure commence à la porte de chez soi. Un engagement ambitieux et parfois difficile à réaliser quand on voit les kilomètres avalés par certains grimpeurs professionnels pour satisfaire leur  soif de cailloux.​

Face à l'urgence, soyons ambitieux !

"Nous devons nous inspirer d’initiatives ambitieuses comme celle de la "Résistance Climatique" dont les signataires font le choix de ne plus prendre l'avion et de ne pas dépasser les 2000 km par an en voiture. Si pour nombre d’entre nous, un tel engagement est difficile à tenir, nous pouvons tendre vers lui et fortifier notre volonté en nous inspirant des mouvements les plus radicaux. L’essentiel est de ne pas renoncer. En diminuant de 10% l’ensemble de nos impacts chaque année, nous ferons notre part en réduisant d’un tiers nos émissions globales après 4 ans."

Le collectif propose 10 engagements pour réduire son impact carbone. Il est bien sûr demandé un effort sur les transports, principale source d'émission de CO2 dans la pratique de l'escalade en milieu naturel. Les athlètes s'engagent à favoriser les aventures de proximité et à privilégier le vélo et les transports collectifs. Mais Arnaud et Christophe vont plus loin. Ils prônent une usure complète de leurs équipements avant de les remplacer et ils s'engagent à réduire leur consommation de viande et de produits animaliers.

[BLEAU] Un nouveau livre sur l'histoire Bleau signé par un grand photographe

Il y a quelques années, notre patron proposait aux éditions du Mont Blanc un manuscrit sur l'histoire de la Forêt de Fontainebleau et l'histoire de l'escalade. Finalement, seul la deuxième partie sera retenue par l'éditrice qui confiera la ré-écriture du projet à d'autres auteurs avec plus ou moins de bonheur. Déçu, Grégoire avait alors proposé à Catherine un livre photos des 100 blocs ayant marqué l'histoire de l'escalade à Bleau. C'est ce type ouvrage qui semble voir le jour chez ce même éditeur sous la plume du célèbre photographe bleausard Stephan Denys. Connaissant Stéphan, voici un livre qui va très certainement tenir la route et fera notre bonheur. Il sort en librairie aujourd'hui.

BLEAU BLOCS

100 blocs parmi les plus beaux de la forêt de Fontainebleau

Stéphan Denys n'est pas l’œil de Moscou mais porte un regard privilégié sur cette forêt de Fontainebleau. Photographe et grimpeur, ou grimpeur et photographe, rédacteur des chroniques de Bleau dans divers magazines, il a été le témoin privilégié depuis près de 40 ans des ouvertures de nouveaux blocs à travers les différents massifs de rochers.

"Ses photos couvrent diverses époques et sont accompagnées de textes nous éclairant sur le contexte et les particularités de chaque bloc. Il a pris le parti de présenter non pas les blocs les plus difficiles, mais les plus esthétiques ou remarquables dans une gamme de difficultés assez large", nous dit le communiqué de presse.

Ces 100 beaux blocs  sont répertoriés par secteurs: la forêt domaniale, les Trois Pignons, Larchant et Nemours, puis Buthiers et l’Essonne. À travers cette sélection l’auteur nous livre sa vision de l’activité et nous invite à mieux considérer les blocs sous tous leurs angles.  

Un ouvrage que l'on ne peut que conseiller à tous les grimpeurs, quel que soit leur niveau en escalade, avant même de l'avoir vu, tant le travail  photographique de Stéphan est de qualité.

Quelques pages sont à découvrir d'urgence sur le site des Editions du Mont Blanc : https://www.leseditionsdumontblanc.com/fr/accueil/112-bleau-blocs.html


vendredi 4 septembre 2020

[BLOC] La salle d'escalade Le Rempart a ouvert ses portes à Melun

Le Rempart La nouvelle salle d'escalade à Melun 77
Le Rempart La nouvelle salle d'escalade à Melun 77
Enfin ! C'est la nouvelle qu'attendaient bon nombre de grimpeurs du sud Seine et Marne : l'ouverture d'une nouvelle salle d'escalade de blocs à Melun. Reportée pour cause de crise sanitaire, la salle Le Rempart, du nom du plus célèbre secteur de la forêt de Fontainebleau a été inaugurée le week-end dernier avec la première étape du Rock Tour et un super concert des SPAMS, l'un de nos groupes rock locaux préférés. La salle fera portes ouvertes les 12 et 13 septembre prochains. 

Elle n'est même pas complètement terminée qu'elle est déjà qualifiée par les compétiteurs comme étant l'une des plus belles salles d'escalade qu'ils aient vu (et ils en voient beaucoup !) Une vraie performance qui plus est, car cette salle n'est pas ouverte par un consortium mais par 3 indépendants ! Et nos amis ont mis la barre très haut... 

Pour la partie escalade, le rempart c'est  :
1500 m2 d’escalade avec 30 profils pour environs 210 blocs répartis sur un fronton surplombant baptisé le Big 6 en référence au secteur du Big 5 du Cuvier (Big boss, Fourmis Rouges, Tristesse, Big golden et Atrésie), une zone enfant avec cabane et toboggan (le Bilboquet), une zone de pans inclinables (La forge 54 m²) et un rempart nord qui plaira aux grimpeurs "old school" avec dalles et murs.

La forge est un secteur ou les pans inclinables (au fond à gauche) devraient ravirent les plus exigeants !
La forge est un secteur ou les pans inclinables (au fond à gauche) devraient ravirent les plus exigeants !


A cela, Le Rempart ajoute un bar restaurant, une zone de musculation, des cours de Yoga...

Vous y trouverez 7 circuits de couleurs et de difficultés croissantes ( jaune, orange, bleu, violet, rouge, blanc et noir) à l'image du premier circuit d’escalade au monde qui fut tracé en forêt de Fontainebleau sur les rochers du Rempart du Cuvier Châtillon en 1947. 

Le rempart Nord et ses murs

vous fera bosser les "rétas"

Alice dans le Pays des merveilles

La salle est située dans le nord de Melun 37, 39 ROUTE DÉPARTEMENTALE 306 à VERT-SAINT-DENIS (77240) donc si en tapant Le Rempart dans votre GPS pour aller au Cuvier en Forêt de Fontainebleau et que vous atterrissez ici, c'est pas grave...


Attention, en semaine jusqu'au 15 OCTOBRE la salle n'ouvrira que de 16H à 23H.
Ensuite, ce sera de 11H / 23H

L'épreuve du Rock Tour de samedi dernier a donc vu défiler quelques un(e)s de nos meilleur(e)s grimpeu(r)ses dont Mika Mawem, le premier français qualifié pour les JO 2020 et vainqueur chez les hommes et Fanny Gibert, 5 fois championne de France (notamment) chez les filles. Chez les vétérans, la finale revient à Sylvain Taviaux, le patron d'une autre salle : Roc et Résine.
Podium vétérans
 
Podium femmes

Podium hommes


Après le sport, le réconfort... La soirée a donc débutée avec un énorme concert du groupe des SPAMS suivi d'un after electro puissant. Vous devriez bientôt retrouver les images de cet évènement sur le site de Greg Clouzeau (notre patron et photographe) qui est aussi un habitué des SPAMS dont il présente plus de 100 photographies ici et des compétitions du Rock Tour. Nous reviendrons tester la salle dès qu'elle sera totalement achevée.

mardi 1 septembre 2020

[COM ONF] 20 pages pour en savoir plus sur l'Agence ONF IDF Est

carte territoire ONF IDF
carte territoire ONF IDF
En Ile-de-France, les forêts publiques représentent 91 000 hectares, soit 8% de la surface régionale, faisant de l’Office National des Forêts le premier gestionnaire d’espaces naturels dans la région. Nous partageons avec grand plaisir ce fascicule de 20 pages édité par l'ONF IDF pour présenter son travail. Rien de bien nouveau certes, mais une synthèse toujours utile pour rappeler au travers d'exemple partagés ici même ces dernières années les missions de l'office et les actions mises en place.

"Au cœur d’un territoire densément urbanisé, les forêts offrent des paysages variés, aux patrimoines naturels et historiques remarquables. Chaque année plusieurs millions de Franciliens viennent s’y détendre, se balader ou pratiquer une activité. Dans ce vaste ensemble, ces massifs forestiers constituent des réservoirs de biodiversité de premier plan. Depuis toujours, ils font l’objet d’une sylviculture : coupes, travaux. A travers ces actions, les forestiers veillent à assurer leur renouvellement, tout en répondant à la demande sociétale en bois.

Gestionnaire de ce patrimoine naturel, l’ONF met en œuvre pour les forêts domaniales, quotidiennement, une gestion durable dans un souci permanent d’y permettre  l’exercice des différents usages : récréatifs, sportifs, naturalistes, sylvicoles, etc. Par son travail, le forestier participe activement aux grands enjeux du développement durable en conciliant l’efficacité économique, la performance environnementale et la responsabilité sociale.

Chiffres clés ONF IDF
Chiffres clés ONF IDF
Nous avons le plaisir de vous faire parvenir une publication relative à l’activité de l’agence Île-de-France Est de l’ONF. À travers celle-ci, nous souhaitons vous faire partager quelques réalisations marquantes, menées en 2019, par les forestiers dans les forêts de l’agence : Fontainebleau, Sénart, Notre-Dame, La Grange, Villefermoy, Armainvilliers…

Ce document reflète également la diversité des missions de l’ONF sur le territoire francilien, tout en témoignant de l’engagement quotidien des forestiers. Il est aussi l’occasion de remercier les partenaires de l’ONF qui rendent possibles plusieurs de ces actions.

Vous trouverez ci-joint la publication en PDF que vous pouvez relayer à votre guise. Consultez sa version numérique à ce lien : https://fr.calameo.com/read/0047749372e6236ab5550

jeudi 13 août 2020

[COM ONF] La parcelle forestière 619 est interdite d'accès pour être sécurisée

Parcelle 619 interdite après l'incendie du 7 août
Parcelle 619 interdite après l'incendie du 7 août
Suite à l'incendie du Vendredi 7 août dernier, qui a ravagé 5 hectares et une partie de la réserve biologique de la Touche aux Mulets et notamment la parcelle 619, longeant la route forestière Descamps, non loin du parking du Bois Rond, la zone a besoin d'être sécurisée. L'accès est donc interdit pendant les travaux et par la suite jusqu'à la reprise de la végétation.

Après la vive émotion suscitée par cet évènement, l’ONF demande au public de ne pas se rendre sur cette parcelle. Face aux risques de chutes de branches ou d’arbres fragilisés par le feu, il interdit l’accès à la parcelle jusqu’au 15 septembre.

Aujourd’hui, l’action immédiate consiste à sécuriser les lieux en priorité. Touchés par l’incendie, les arbres affaiblis, principalement résineux, vont dépérir rapidement. Même si, en apparence, ils tiennent toujours debout, leur avenir reste condamné. Le feu, ayant couvé plusieurs jours dans le sol, a détérioré le système racinaire. Calcinées, les racines n’assureront plus leur rôle vital : fixation des arbres dans le sol, transport de la sève… Face au danger avéré pour le public, une cinquantaine d’arbres seront coupés. A compter du 17 août 2020, les travaux de mise en sécurité débuteront le long des sentiers balisés jalonnant la parcelle incendiée. Faire en sorte que les usagers puissent circuler en toute sécurité est une priorité pour l’ONF, le secteur ne rouvrira qu’à l’issue des travaux.

Reprise de la végétation à la JA Martin dans l'année qui suivi l'incendie de 2014
Reprise de la végétation à la JA Martin dans l'année qui suivi l'incendie de 2014


La deuxième phase, au printemps 2021 visera à observer la reprise végétative. Cette lande présente un intérêt écologique et paysager important. Cet espace non boisé où s’y étend les bruyères et callunes cache une biodiversité singulière. Reconnus comme habitat d’intérêt européen par le réseau Natura 2000, il se compose principalement de végétation basse qui s’y installera naturellement.

Les forestiers s’assureront que cette dynamique soit engagée.

note de communication ONF aout 20
 
Copyright © 2014 Tribune Libre de Bleau et Cie | Blogger Template Distributed By ZMTemplate | Designed By OddThemes