Les Titres

vendredi 30 juin 2017

L'ONF et la FFME reconduisent leur accord cadre

Nous avions depuis quelques jours entre nos mains la nouvelle convention cadre ONF/FFME mais attendions un "GO" officiel pour sa diffusion. C'est chose faite du côté de la FFME qui évoque un "accord majeur pour la gestion des SNE", définissant "les modalités de gestion et d'entretien des sites d'escalade dans les forêts domaniales".

De notre côté, nous n'avons pas vu de véritable révolution dans la reconduction de l'accord précédent. Toutefois, il est vrai que 
" Cet accord revêt aujourd'hui une importance toute particulière au moment où nous (la FFME) déployons notre nouvelle politique SNE, puisqu'il ne prévoit pas de transfert de la garde vers la FFME, à l'inverse des accords locaux existants, prouvant ainsi le bien-fondé de l'idée d'une responsabilité partagée entre les gestionnaires de sites et la fédération ".

Mais le gros avantage de cet accord cadre réside dans sa portée géographique puisqu'il s'applique de facto à près d'une centaine de sites naturels situés dans les forêts domaniales du pays au premier rang desquelles se trouvent celles de Fontainebleau, des Trois Pignons et de la Commanderie.

[Com ONF] La forêt de Fontainebleau est toujours une forêt d'exception et 3 autres rejoignent le réseau !


Ça bouge du côté du Label Forêt d'exception ! En effet, après le renouvellement du label accordé à la Forêt de Fontainebleau cette semaine, ce sont 3 forêts de la Montagne de Reims qui ont rejoint hier le cercle des sept territoires labellisés par le comité national d'orientation Forêt d'Exception. 
Le label Forêt d'Exception® distingue un projet territorial rassemblant des acteurs locaux engagés dans une démarche d'excellence autour d'un patrimoine aux valeurs particulièrement affirmées. 
Par ailleurs, le 2 juin, les élus, les associations et l’ONF ont signé le contrat de projet marquant leur engagement commun pour l’obtention du label pour la forêt du Tronçais qui sera, on l’espère bientôt, la prochaine forêt française labellisée, rejoignant aux côtés des forêts de Bercé, Fontainebleau, Verdun, La Grande Chartreuse, Rouen, Val Suzon et Montagne de Reims. 


La cérémonie de labellisation des Montagnes de Reims a eu lieu le 28 juin 2017, en présence de Christian Dubreuil, directeur général de l'ONF et de l'ensemble des acteurs locaux engagés dans la démarche : le Parc naturel régional, l'Etat et les élus locaux, communes, Conseil départemental de la Marne et Région Grand-Est. Ce label, qui a réuni pas moins de 35 acteurs, vient récompenser plus de cinq ans de travail collectif. 
Après une visite des Faux de Verzy, site unique au monde abritant plus de 800 hêtres tortillards dont l'origine reste à ce jour mystérieuse, les partenaires se sont retrouvés au sein de la splendide abbaye Saint-Pierre d'Hautvillers propriété de la Maison de Champagne Moët et Chandon, un partenaire clé du projet mené sur ce territoire. La remise du label a été suivie de l'inauguration du "sentier du Pic noir", parcours de découverte ouvert au public en forêt de Hautvillers.

Les forêts domaniales de la Montagne de Reims représentent 3.500 ha situés au cœur du Parc naturel régional, sur un large plateau dominant les coteaux viticole de Champagne. 


[AGENDA] Des montagnes dans nos villes à voir à Paris

Le club d'escalade Grimpe13 organise une projection du film "Des montagnes dans nos villes" le mercredi 5 juillet à 20h au cinema LA CLEF dans le 5ème arrondissement de Paris. Ce sera l'occasion de découvrir ce film sur l'escalade associative et de partager un pot après la projection !


Le film comporte des images magnifiques de Fontainebleau et raconte l'histoire des circuits d'escalade jaunes et enfants balisés dans cette forêt à l'initiative de la FSGT et après un long combat dans les années 80 (relire notre article sur les circuits).

Comble de bonheur, l'événement est ouvert à tous et gratuit sur inscription dans ce lien :

https://www.eventbrite.com/e/projection-du-film-associatif-des-montagnes-dans-villes-tickets-35475229366

Grimpe 13 est un club parisien très actif dont on a déjà évoqué dans nos colonnes à plusieurs reprises les initiatives. Merci à eux !

mardi 27 juin 2017

[AGENDA] Côté Splash 2017 aura lieu le samedi 8 juillet

Si comme nous vous êtes fans des falaises de Cormot en Bourgogne, vous connaissez certainement le Festival Côté Splash qui se tient au Lac de Nolay pour la troisième année, samedi 8 juillet 2017. 

Ouvert à tout le monde, petits et grands, et amateurs de festivités, baignade et activités de pleine nature, ou simplement de musique, ce festival est aussi l'occasion de rencontrer de nombreux passionnés de la falaise dont Seb et Tom (équipeurs et auteurs du topo) ainsi que de nombreux grimpeurs du coin dont notre amie Myriam Motteau (championne du monde de bloc en Suisse en 2001), Denis Roy, etc. 

Au programme de cette troisième édition :

– de l’escalade : Psychobloc, deep water solooooing… bref de l’escalade au dessus de l’eau ;
Et cette année, Côté Vertical vous présente son mur interactif (augmented reality climbing).

– de la slackline : Toujours autant de Waterline, installation d’une Water jumpline, et d’une multitude de slackline en tous genres et de tous niveaux

– de la fête, de la joie et de la bonne humeur : 
Avec le bar Côté Vertical (bières variées et de qualité et divers rafraîchissements), la restauration sur place assurée par 2 à 3 food-trucks, ainsi que la pizzeria du camping et concert à partir de 19h (Jazz, ska, rock, punk, festif, déjanté)

– Sans oublier les activités Yoga tout au long de la journée !

C'est samedi 8 Juillet de midi à 3 heure du matin.

Tarif unique de 5 € pour pratiquer les activités.
Entrée aux concerts gratuits

Plus d’infos

lundi 26 juin 2017

[BLEAU] Il est interdit de fumer ou d'utiliser tout objet susceptible de faire du feu

Les conditions météorologiques observées ces dernières semaines dans le département de la Seine-et-Marne (faiblesse des précipitations et fortes chaleurs) combinées à l'inconscience de nombreux visiteurs des forêts ont provoqué plus de cinq départs de feux dans les forêts de Fontainebleau, des Trois-Pignons et de la Commanderie en moins d'une semaine. Et c'est sans parler des automobiliste qui jettent leur cigarette par la fenêtre !!!

Conséquence, à la demande de l’office national des forêts, la Préfecture de Seine-et-Marne a décidé qu’à compter du 23 juin et jusqu’au 30 septembre 2017, dans les forêts de Fontainebleau, de la Commanderie et des Trois-Pignons, il est interdit :

• de fumer, 

• mais aussi de déposer ou jeter mégots et cendres ;

• d’allumer des feux, d’apporter et d’en faire usage, tout objet pouvant être à l’origine d’un départ de feu.

La Préfecture de Seine-et-Marne et l’ONF invitent chacun à la plus grande vigilance durant leurs sorties et leur demandent de respecter scrupuleusement ces mesures de précaution. 

Ils rappellent également qu’en cas de non-respect,les contrevenants s’exposent à une amende minimum de 135 euros. Ce à quoi nous ajoutons, qu'en cas d'incendie, les sanctions pénales vont beaucoup plus loin (voir notre article de 2015) !

Les soldats du feu sont à pied d'oeuvre à Fontainebleau
Photo : SDIS77 Franck Desprez


Pour traiter le plus gros feu de la semaine dernière (3.5 ha, parcelle numéro 70 près de Bourron-Marlotte) les hommes du SDIS 77 ont pu compter sur une reconnaissance aérienne avec l'aide d'un drone et l'appui d'un hélicoptère bombardier d’eau qui a effectué des navettes entre le Grand Canal du Château de Fontainebleau et les lieux de l’incendie tout l’après-midi du vendredi. En moins de cinq secondes, l’engin embarque plus de 900 litres d’eau qu’il déverse deux minutes plus tard avec une précision diabolique.


Ces prochaines semaines, l’ONF renforcera sa surveillance pour veiller à ce que cette disposition soit connue et respectée tout en sensibilisant les usagers sur les risques liés aux départs de feux.

Il va de soit que ces consignes sont valables dans les autres département voisins, notamment en Essonne, dans les domaniales mais aussi dans les forêts privées et qu'elles concernent tous les usagers qu'ils soient grimpeurs, randonneurs, vététistes, visiteurs, automobilistes... Si la pilule est parfois un peu hard à avaler pour les accrocs  à la nicotine, pensez à la forêt ! Sinon, au minimum, pensez à prendre une boîte cendrier métallique...


jeudi 15 juin 2017

[MATOS] Test longue durée des trois modèles de chaussons d'escalade Simond de Decathlon

Les grandes vacances approchent et vous allez peut être vous remettre à l'escalade. Et comme beaucoup, vous vous demandez si cela vaut la peine d'investir dans des chaussons d'escalade flambant neufs... Du coup, on s'est posé la question, "que valent sur les terrain les nouveaux chaussons de la marque Simond distribués par Décathlon ?"
En effet, dans un contexte économique de plus plus en difficile, les sportifs français et européens sont de plus en plus friands des produits des marques de distributeurs et ceux de l'enseigne bleu sont réputés être les meilleurs rapport qualité-prix. Alors qu'en est-il des modèles Vertika et Edge lancés l'an dernier ? Voici venu le moment de partager avec vous notre test longue durée des trois chaussons d’escalade Simond. 
Vous nous direz sans doute que ce n’est pas les tests qui manquent. Certes. Mais d'une part, on peut raisonnablement s’interroger sur leur indépendance quand les produits présentés dans un magazine sont ceux des annonceurs qui les font vivre (c'est aussi le cas de ceux des magasins et autres grimpeurs sponsorisés par une marque), d'autre part, le notre est réalisé par plusieurs grimpeurs totalement indépendants, sur tous les supports de grimpe possibles, et sur plus d'un an d'utilisation, jusqu'à l'usure complète !

Les conditions du test


Première chose, un test de chaussons tout comme l’achat, est une chose difficile à mener objectivement. En effet, cela fait appel à des sensations (forcément variables d’une personne à l’autre) et à la morphologie du pied du grimpeur. Nous avons effectué ce test sur un peu plus d’un an, passant  parfois par d’autres modèles histoire de voir si on conservait la même appréciation du produit dans le temps. Les chaussons d'escalade Simond ont été testés longuement en bloc, à Bleau, en mur et pan mais aussi sur diverses falaises plus ou moins adhérentes ainsi que sur le célèbre viaduc des Fauvettes, la seule "falaise" d'Île de France, en meulière à trous !

Les ballerines Vertika ont été testées par deux grimpeurs évoluant dans le 6C/7A à Fontainebleau mais aussi en salle et en falaise. La version à scratch a été testée par deux grimpeurs et une grimpeuse dans le 5 et 6ème degré en bloc, falaise et murs. Enfin, le Edge, le chausson à lacets, a été testé par une grimpeuse et un grimpeur jusqu'au 7b dans les trois pratiques. Certains de nos testeurs étaient déjà utilisateurs des chaussons Simond anciens modèles et ont donc pu comparer les versions...



L'équipe a choisi son modèle en fonction de ses envies mais aussi et surtout de sa forme de pied et des sensations éprouvé à l'essayage. De ce point de vue, par rapport à notre premier contact avec les produits qui nous avait beaucoup déçu (mais ça c'est le passé), les gros défauts ont tous été plus ou moins bien corrigés. Reste que certains modèles ne conviendront pas à tous les pieds et qu'à trop descendre en pointures, un chausson se fragilise. Nous vous invitons donc à relire notre article conseil sur le choix d'une pairede chaussons d'escalade avant tout achat.

Bilan global :


Globalement, tous les modèles ont survécu à leur utilisation mais nous avons dû changer une paire dont la gomme se décollait prématurément (3 semaines) et un s'est percé sur l'enrobage, au-dessus de la pointe, très rapidement. En magasin, nous avons constaté que le ponçage n'était pas toujours homogène d'une paire à l'autre et nous recommandons un examen attentif de la pointe et du collage lors de l'achat de votre produit...mais c'est le cas sur la plupart des marques.



A l’issue de ce test, on doit bien l'avouer Décathlon avec sa marque Simond a fait de sacrés progrès et propose maintenant des chaussons qui peuvent rivaliser avec les meilleurs dans le plus haut niveau. D'ailleurs, si des chaussons nous permettait de grimper plus forts, c’est-à-dire de gagner un ou plusieurs degrés de cotation, nul doute qu'ils feraient l'unanimité !

La gamme de chaussons Simond répond à la promesse commerciale de cette grande chaîne de distribution : des produits efficaces et moins chers que les autres produits équivalents du marché. Ainsi la ballerine, Vertika s'affiche à 60 €, sa version à scratch à 75 € et la lacet à 90/95 €. Des tarifs en-dessous des produits haut de gamme des marques Scarpa, EB, La sportiva avec lesquels nous les avons comparé qui franchissent allègrement la barre des 100 €. Du coup, à ces prix là, on peut le dire tout de suite, les produits Simond sont effectivement un des meilleurs rapports qualité prix et on leur pardonnera assez facilement quelques petits défauts.




Tous les produits de la nouvelle gamme Simond Edge sont équipés d'une semelle de gomme Vibram XS Grip qui apporte une adhérence excellente et une très bonne résistance à l'usure. Ils sont également tous plus ou moins asymétriques (donc plutôt centrés sur le pouce et déconseillé aux pieds de forme grec. 



De plus, tous les modèles combinent une pointe synthétique en Lorica® avec une tige en cuir. La partie en Lorica est souple et confortable et se détend peut alors que la tige en cuir est plus rigide et se fait au pied. Enfin, ils ont pris des couleurs passant du vert au bicolore jaune fluo et bleu ! Et le Edge, dernier né de la gamme affiche un look agressif qui interpelle immédiatement.

La balerine :

La Vertika Slipper est conçue pour le bloc et la salle. Sa forme légèrement asymétrique lui donne une précision très honnête sur les plus petites prises et un transfert de force très correcte sur pouce. Heureusement car la semelle est très souple pour offrir un maximum de sensations !  Le cou-de-pied est bien maintenu grâce à un large élastique. Mieux vaut choisir la ballerine assez serrée pour une précision optimale... Du côté des carres, c'est un peu faible mais c'est surtout la souplesse de l'enrobage qui nous a causé quelques soucis. Là, chez les poids lourds, le chausson déborde vite par-dessus la semelle et la bande de caoutchouc fini par se percer ...vite ! Sans être ultra performante, les deux boucles à l'arrière permettent d'enfiler ce chausson sans trop de difficulté. La vertika slipper offre donc à la fois une très bonne précision et des sensations. Dans les dévers, les griffés de pieds se font sans soucis et les contre-pointes restent efficaces. En revanche, côté crochetages de talon, on reste sur notre faim quand il faut tirer fort. En même temps, ce n'a jamais été le point fort des ballerines...
Bref, cette "copie" un peu améliorée de l'ancien modèle passé à 65 € fait de ce chausson plutôt technique, un modèle parfaitement adapté à des grimpeurs de blocs et murs artificiels pour peu que l'on ait les orteils un peu musclés. En falaise, nos testeurs ont déjà moins aimé... Idéal en deuxième paire ou pour l'entraînement https://www.simond.fr/ballerine-vertika-slipper-id_8359210

Le Vertika velcros

Simond a conçu le Vertika velcros pour les grimpeurs de niveaux intermédiaires souhaitant pouvoir retirer rapidement leurs chaussons. Le chaussant semble avoir subit quelques petites modification par rapport à l'ancien modèle mais reste très sage dans son asymétrie et son talon qui ne pousse pas trop vers l'avant. Là aussi les deux tirettes au talon font le job et le chaussage-déchaussage est facilité par les velcros. Curieusement, ceux-ci sont encore cousus du même côté alors que les concurrents ont alterné ce qui améliore nettement le serrage et les problèmes de déchirure du support de boucle. La semelle est assez rigide et la pointe précise pour donner une bonne tenue sur les petites prises de pieds en pointe et en carres. Comme avec sa petite sœur, c'est le talon qui nous a le plus déçu mais il fait quand même mieux le job. Quant à la forme, elle semble plus confortable en étant sans doute moins centrée sur le pouce que les concurants et à 75€, ce modèle est assez technique pour perfer dans le 7, tant à Bleau qu'en falaise ! A vous les économies... https://www.simond.fr/chausson-vertika-id_8359207




Le Edge :

De forme très cambrée et asymétrique, ce chausson à lacets est la vraie innovation de la marque ! Sa construction et sa semelle bi-denistée en font un très bon mix précision/sensation avec une tenue excellente sur les petites prises de pieds. En revanche, même si c'est difficile en magasin, il faut impérativement prendre le chausson très serré pour conserver une précision optimale dans le temps (-2 à -3 pointures). Premier constat, l'enfilage se révèle plus facile que ne le laisse supposer la grosse languette en mesh du coup de pied qui est cousue très bas et des deux côtés laissant un chaussant très étroit. Pourtant, c'est pas les 2 boucles passe-doigt du talon (un peu petites pour nos gros boudins...) qui aident à tirer sur le talon.



Le confort est plutôt bon au premier abord si l'on tire bien sur la chaussette en mesh mais se dégrade très rapidement pour deux raisons : d'une part la chaussette entraîne un fort échauffement du pied, d'autre part, elle comprime fortement la circulation sanguine cela devient vite très douloureux ! Sans doute ceux d'entre nous qui l'on essayé avait-ils un coup de pied très fort car normalement le serrage se fait à l'aide des lacets justement là pour ajuster la tension. Une fois le chausson détendu, le confort s'améliore mais... quand même... Sur ce modèle aussi, le talon n'est pas suffisamment enveloppé ce qui ne met pas en confiance lorsqu'il faut charger dessus mais globalement, cela tient plutôt bien.
En bilan, ce chausson est plutôt à recommander pour des voies techniques en falaise ou des blocs de haut niveau si vous ne prétendez pas enlever le chausson entre chaque voie.

A 90 €, il permet de faire une petite économie versus les modèles ultra technique des autres marques mais est-ce suffisant pour séduire les forts grimpeurs et compenser ses défauts...pas certain, en tous les cas, pas chez les bleausards...


Voilà, voilà,... A vous de vous faire une idée mais franchement, le rapport qualité/prix est top.

Merci aux équipes de Décathlon qui ont bien voulu accepter nos remarques, critiques, échanges de modèles abîmés. 

dimanche 11 juin 2017

[BLEAU] Petit point peinture sur les circuits d'escalade

Il est temps de faire notre point peinture des circuits d'escalade de Bleau dont l'entretien se poursuit grâce à la mobilisation de plusieurs bénévoles passionnés. L'occasion pour nous de rappeler que ces travaux d'entretien du patrimoine bleausard sont effectués sans aucune subvention, et sous le contrôle d'une commission des circuits car la plupart d'entre eux sont situés sur le domaine privé de l'Etat (sous gestion ONF). Après quelques errements, cette Commission va se réunir jeudi 15 juin sous la direction de l'ONF et du Cosiroc. Sans doute l'occasion de valider un certain nombre de projets qui traînent dans les cartons depuis plusieurs mois et dont nous parlons plus bas. Souhaitons aussi que l'ONF n'en profite pas pour changer de politique et revenir sur la liberté accordée aux grimpeurs indépendants depuis 1908 de brosser de nouveaux passages dans secteurs non balisés...

Plusieurs circuits ont déjà retrouvé des couleurs ces dernières semaines. C'est le cas du Blanc Enfant de Rocher St Germain par Hervé Béranger, ou du circuit Jaune PD+ de la Ségognole grâce Oleg Sokolsky (après l'orange par Pépito).

A Franchard Hautes Plaines, Pierre Laroche et ses amis, ont repeint le Jaune AD-. Une couleur inhabituelle dans cette difficulté mais encore une fois, qu'importe la couleur des voies si le circuit est beau description du projet par Pépito sur le blog de l'ASL91). D'ailleurs, dans le niveau Assez Difficile, traditionnellement balisé en orange, l'orange AD du même site avait été repeint en Avril par Pascale Auclou, Christelle Legrat, Jemmie Dupophe et Christal Deroche ainsi que celui du Mont Aigu (AD+) qui a repris de l'éclat sous les pinceaux de Gorge Tsao,

Un peu plus durs, les circuits bleu D n°2 du Rocher Canon  (grâce à Jacky Guinot), bleu D+ de Franchard Sablons grâce à Pascale Auclou, Christelle Legrat, Jemmie Dupophe et bleu D+ du Potala sous l’impulsion d'Antoine Melchior ont eux aussi repris des couleurs. Pour ce dernier, si l’enchaînement et les nouvelles voies nous semblent très intéressants, la qualité du balisage laisse un peu à désirer. Sans doute la deuxième couche sera t-elle appliqué lors de la réfection du rouge...

Les gros projets :

Commençons par Canche aux Merciers et le projet de remplacement du circuit jaune par deux nouveaux circuits de niveaux différents. L'un PD+ pour "grimpeurs débrouillés", l'autre PD- pour les grimpeurs débutants et les préadolescents en complément des circuits blancs. Ce projet est portée par Pépito qui l'explique sur cet article du site de l'ASL91 Du Nouveau à la Canche aux Merciers

Vient ensuite, le projet de création d'un circuit orange à Franchard Sablons (qui compléterait l'Orange d'Isatis et les deux des Hautes Plaines voisines...) Donc après l'entretien du circuit bleu par une collective ASL de Ste Geneviève des Bois, pour compléter les circuit bleu et au rouge, et nos ''amis'' ont tracé provisoirement un projet de circuit orange. L'intention est louable et même très intéressante. Cela ferait le bonheur des groupes de niveau hétérogène venant sur ce tout petit massif. Reste que ce projet sera soumis à la Commission et à l'avis de l'ONF dont il n'est pas certains qu'il souhaite un équipement de plus sur un site dont le parking est ultra-saturé et sera prochainement fermé tous les hivers !!! Pour en prendre connaissance du projet et retourner vos observations, vous pouvez trouver les détails du projet par ce lien  Circuit Orange AD.

Passons aux circuits Très Difficiles avec le projet de refonte du circuit Rouge du Potala par Antoine Melchior et le Cosiroc. Là, c'est au site de l'association que l'on vous renvoie et tout particulièrement au tableau de suivi des projets (ici) ainsi qu'au descriptif du projet soumis à consultation. Dans le même registre, Pépito a lancé un projet de refonte du circuit rouge du 95.2 dont vous trouverez le projet toujours dans le tableau de suivi du Cosiroc dont est extrait cette description.



vendredi 2 juin 2017

[Bleau] Retour sur le premier Clean up Day de Greenspits et l'ESM

Le week-end du 21 mai avait lieu dans la forêt de Fontainebleau, au 95.2,  une action solidaire de ramassage des déchets communément appelée « Clean Up Day ». Conjointement organisée par le club de l’ES Massy et l'association Greenspits,  ce premier rendez-vous de grimpeurs éco-responsable et acteurs pour l’avenir de notre pratique fut un jolie petit succès.

L'occasion pour nous de retrouver quelques très vieux amis et des stars du bloc comme Morgane Aveline qui aura bien profité de Bleau avant de s'en retourner sur Lyon. Nous en avons aussi manqué plusieurs mais ce n'est que partie remise ! Bravo et Merci à toutes et tous pour cette belle action...
Morgane de passage à Bleau n'a pas
hésitez à donner un coup de main avant
de repartir sur Lyon. Merci

Outre la traditionnelle opération de ramassage qui débutait dès le parking, les grimpeurs et autres participants ont pu longuement échanger sur la pratique ou le Pacte Greenspits du bloqueur entre deux petits runs sur les blocs...La séance d'escalade s'est d'ailleurs terminé par un lessivage totale des prises que les visiteurs du lendemain ont du trouver bien belles et collantes !

Une opération qui sera sans doute ré-éditée à l'automne...
En attendant, vous pouvez lire le récit complet de cette journée sur le site de Greenspits ainsi que des témoignages des participants et les très belles photos de l'ami Benoît Foujols.
Le Stand se prépare, pince, sacs, gants, plan du site...et aussi ravitaillement, et T-shirt...

Pas bien loin à aller pour remplir son premier sac poubelle, Greg n'a eu qu'a faire le tour du parking !!!

Le Pacte du Bloqueur version Greenspits

On n'a essayé à Bleau sans trop de succès mais franchement, avec un peu de volonté...

Petit montage d'ingénieur...

En quelques heures, les premiers sacs s'accumulent...




[COM ONF] Vigilence renforcée après les premiers feux de forêt

Un feu de forêt s’est déclaré mercredi 31 mai, en début de matinée, sur le massif forestier de Fontainebleau (parcelle 119), à proximité du Grand Parquet à Fontainebleau, touchant 2 000 m2 de végétation. Sept véhicules étaient déployés par le service départemental d’incendie et de secours de Seine-et-Marne. Renseignés sur le terrain par les agents de l’Office national des forêts, les pompiers ont rapidement maîtrisé l’avancée des flammes. C'est déjà le deuxième gros feu de la saison...

Avec le temps sec des dernières semaines, la végétation devient rapidement vulnérable et le risque reste élevé. Les feux de forêt sont majoritairement accidentels et d’origine humaine, souvent provoqués par des feux de camp mal éteints. En cette saison, l’ONF renforce donc sa surveillance tout en appelant les promeneurs à redoubler de prudence durant leurs sorties en forêt.

Depuis quelques semaines, il organise avec le concours de l’ONCFS (Office national de la chasse et de la faune sauvage), des services de police et de gendarmerie, des tournées nocturnes en forêt pour surveiller et sensibiliser les usagers sur les risques liés aux départs de feux.



 
Copyright © 2014 Tribune Libre de Bleau et Cie | Blogger Template Distributed By ZMTemplate | Designed By OddThemes