RAPPEL ! LA FORET N'EST UNE POUBELLE !

RAPPEL ! LA FORET N'EST UNE POUBELLE !
Un commandement qui s'ajoute aux autres et que vous retrouverez sur la page des chartes en cliquant sur l'image !

[FONTAINEBLEAU] Que penser des nouvelles coupes rases de restaurations les milieux ouverts de la forêt ?

Plusieurs chantiers de coupes de pins sont menés actuellement en forêt de Fontainebleau sous le double prétexte de restauration des paysages du XIXe et de réouverture des milieux ouverts. Après une première expérimentation sur le chaos rocheux d'Apremont qui avait fait couler un peu d'encre, c'est le premier tiers d'une grande coupe de 30 ha autour de la Plaine Verte à Bourron Marlotte qui relance le débat. Que faut-il penser de ces grandes coupes ? Sont-elles justifiées ? 

A la Tl²B nous avons toujours été contre les coupes rases conduites par l'ONF dans les plus belles futaies de chênes de la forêt. Pour autant, nous trouvons que les différents chantiers de coupe de pins conduits ces dernières années, sans être exemplaires dans leur réalisation, sont une nécessité. Cela parait franchement paradoxal au premier abord mais il y a une différence notable entre ces deux types de coupe : le type d'arbre et de parcelle !

A Apremont, l'Office national des forêts justifiait son travail par un objectif patrimonial de restauration d'un paysage chaotique rocheux très prisé des peintres et artistes du XIXe qui ont fait la réputation de cette forêt. Argument totalement en adéquation avec le site retenu et dont le résultat est plutôt agréable à l’œil si l'on n'y regarde pas de trop prêt. Les peintres de Barbizon devaient être heureux de voir enfin couper ces pins qu'ils avaient tant décrié. Seul grand reproche, ce chantier a laissé, comme toujours, de profondes ornières dans les chemins et de très nombreux résidus de coupe qui sont autant de pièges pour usagers et du combustible en puissance.

Alors, forcément, quand l'ONF a annoncé son immense chantier autour de la Plaine Verte et du Restant du Long Rocher près de Bourron Marlotte, pour redonner vie aux paysages des peintres, tout le monde n'a pas vu ça d'un très bon œil. Et pour cause. Après quelques mois et des conditions météo peu clémentes, les 10 premiers hectares (sur 30 prévus) coupés ressemblent plus à un champ de manœuvres militaires mal entretenu qu'à un paysage célébré par un peintre. L'ONF avait pourtant pris mille précautions dans sa communication annonçant un débardage plus respectueux des sols grâce à l'utilisation de câbles aériens et organisant des et visites sur le site.

En s’approchant du site, on aperçoit très vite les centaines de tas de branches laissées au sol. C’est notamment ce que regrette Damien Piel qui a remis à l’ONF les quelques 400 signatures de sa pétition pour réclamer l’arrêt des travaux. Pas de quoi inciter le gestionnaire à changer d’avis ! « ça ne sera jamais nettoyé ! C’est vraiment laid, et j’ai peur que toutes ces branches soient un terrain très favorable aux départs d’incendie » rappelait-il au journaliste de la République de Seine et Marne début octobre. Et c'est sans évoquer les nombreux chemins ravagés par les roues des engins forestiers ! Une vision qui n'est pas sans rappeler le massacre des abris de carriers lors de la coupe du Rocher Fourceau...

Quand la coupe se fait au mépris du patrimoine culturel régional dans les anciennes carrière de Fontainebleau
Quand la coupe se fait au mépris du patrimoine culturel régional dans les anciennes carrière de Fontainebleau


Du côté de l’ONF, on change un peu le discours : « le but est de remettre en lumière ces chaos rocheux intéressants pour leur biodiversité qui émerveillaient les artistes du XIXe siècle. Ces travaux ont fait l’objet d’une concertation avec les paysagistes, naturalistes, archéologues et acteurs locaux » et on insiste un peu plus sur l'argument sauvegarde d'espèces animales et végétales « Ces chaos rocheux étaient autrefois maintenus ouverts par le pâturage, les incendies et l’extraction du grès, mais ils se referment sous l’effet de la croissance des pins. Les espèces animales et végétales protégées, inféodées aux milieux ouverts perdent un habitat potentiel ».

Il est grand temps ! Mais Bourron, malgré un passé artistique dont elle n'a pas à rougir, n'est pas Barbizon. Une petite erreur de communication qui va sans doute nécessité de beaucoup ramer pour faire accepter les 20 ha de la coupe à venir ! Pourtant, chers lecteurs et lectrices, à la Tl²B nous affirmons que cette abattage massif de pins déjà trop vieux est une vraie nécessité.

En effet, d’origine naturelle ou humaine, les milieux ouverts (donc non boisés) se composent de landes et pelouses sèches qui étaient très nombreuses jusqu'en 1800 en forêt de Fontainebleau. Leur végétation basse, où s’étendent bruyères et buissons, abrite une biodiversité spécifique très riche et qui se fait de plus en plus rare sur le massif forestier après plus d'un siècle d’enrésinement. Car sans entretien, ils se couvrent rapidement de bouleaux puis de pins (voir cet article sur l'évolution des paysages de Bleau), contraignant certaines espèces menacées et protégées à partir ailleurs. Citons parmi les plus emblématiques des oiseaux comme l’engoulevent d’Europe, la fauvette pitchou et l’alouette lulu. L'occasion donc de vous donner à lire ce petit pavé qui fait le point sur la richesse de ce type de biotope en Ile-de-France.




Espérons juste qu'il ne soit pas trop tard et qu'enfin, l'ONF fasse respecter le cahier des charges aux entreprises qui exploitent ce chantier.

Le retrait des branches doit être systématique et les ornières remisent en état. C'est d'ailleurs ce que promet aussi ce panneaux en place sur le chantier Route de la Louve.



Tant que l'on y est, on aimerait bien que l'ONF s'attaque aussi rapidement à la fermeture de certaines plaines et platières. La vallée close et les sables du Cul de chien ne seront plus qu'un souvenir d'ici quelques dizaines d'années comme la Plaine de Chanfroy ou la Vallée Chaude. Et puis, allons y carrément, si l'ONF pouvait s'attaquer au problème de l'envahissement de certaines parcelles (notamment Rocher Cassepot et Rocher Saint Germain) par le Prunus serotonia avant qu'il soit trop tard comme à Compiègne !
Partagez sur Google Plus

A propos TL De Bleau

La Tribune Libre de Bleau et Cie est le premier e-magazine gratuit d'information sur les sites naturels de loisirs et sports non motorisés et ses usagers. On y parle du Pays de Fontainebleau mais aussi du monde de l'outdoor. Vous souhaitez y publier, contactez-nous !
    Blogger Comment
    Facebook Comment

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Merci d'avance pour vos encouragements, commentaires, informations, témoignages ou critiques. En cas de difficultés, jetez un oeil à la page FAQ ou adressez-nous un mail.