Chantier

Sur les chemins

Escalade

Matos

2016-05-22


Samedi 28 mai 2016 : journée de lancement de la Fête des mares
Jardin naturel, 112 rue de la Réunion - Paris 20e

A l’occasion de la Fête des mares, qui se tiendra la première semaine de juin, une journée de lancement de l’opération est organisée à Paris, samedi 28 mai, par la Société nationale de protection de la nature (SNPN) et ses partenaires nationaux et régionaux.


La Mairie de Paris nous accueillera au sein du Jardin naturel, dans le 20e arrondissement. De nombreuses activités gratuites sont programmées tout au long de la journée, qui raviront petits et grands.
Participez aux animations autour de la mare du jardin,
Découvrez la Compagnie des Tardigrades et leur pièce de théâtre « Les Crapauphiles » (ou la vie d’un crapaud nommé Michel)
Et venez assister à une conférence donnée par Françoise Serre-Collet, médiatrice scientifique au Muséum national d’histoire naturelle, qui vous dévoilera les mœurs nocturnes des amphibiens qui peuplent les mares…


Retrouvez la SNPN, le Pôle-Relais « mares, zones humides intérieures et vallées alluviales », l’ASPAS, la Fédération des clubs CPN, la Société Herpétologique de France et Natureparif dans un espace d’information et d’exposition.


Le programme détaillé de la journée sera disponible prochainement sur le site internet de la SNPN.
La Fête des mares est une opération nationale pilotée par la SNPN, avec l’appui du Pôle-Relais « mares, zones humides intérieures et vallées alluviales », et en partenariat avec l’ASPAS, la Fédération des clubs CPN, Noé, l’Union Nationale des CPIE et la Société Herpétologique de France.


Retrouvez toutes les activités programmées pendant la semaine, partout en France, sur le portail national zones humides (www.zones-humides.eaufrance.fr/s-informer/partez-a-la-decouverte-des-zones-humides/espace-visiteurs) et sur l’application pour smartphone BaladOmarais.
De tous les oiseaux de la forêt de Fontainebleau, l'Engoulevent est sans aucun doute l'un des plus difficile à observer pour plusieurs raisons : sa rareté, ses mœurs plutôt nocturne...Connaitre précisément l'état de santé de cette espèce est donc très difficile. A Fontainebleau, d'ici quelques jours, l'ANVL va se lancer dans des opération d'inventaire et elle a grand besoin de vous !

A la recherche des Engoulevents à Fontainebleau
Dans le cadre de l’animation du site NATURA 2000 "Massif de Fontainebleau", l’ANVL, en partenariat avec l’ONF, organise une session d’inventaire de l’Engoulevent d’Europe (Caprimulgus europaeus) pour cette saison 2016, sur l’ensemble de la ZPS. 

Ce comptage se veut participatif et devra permettre de suivre au mieux l’état de conservation de cette espèce (effectif de la population, répartition de l’espèce au sein du massif, dynamique des populations….

Nous faisons donc appel à vous tous, débutants, amateurs, spécialistes ornithologues pour participer aux comptages de cette curieuse espèce aux mœurs nocturnes. Les points d'écoute se feront à l'aube et au crépuscule à partir du 1er juin. 

Des sessions de formations seront effectuées sur demande, des binômes pourront également être constitués.
Nous comptons donc sur votre participation pour ce suivi de l’Engoulevent. Ainsi, nous vous invitons à communiquer largement sur le sujet.

Pour plus d’informations et pour participer aux inventaires  contactez-nous par téléphone ou par mail.

Audrey GARCIA
ANVL - Station d'écologie forestière
Route de la tour Denecourt
77300 Fontainebleau
Tél. / Fax : 01 64 22 61 17
Courriel : a.garcia(@)anvl.fr
Site internet : http://www.anvl.fr/

En attendant, pour en apprendre plus sur ce mystérieux oiseau il faut aller voir le site de l'ami Djamal dont vient la photo (Merci Djamal).

Description de Caprimulgus europaeus (article ici)

Caprimulgus europaeus Fontainebleau Djamal Makhloufi

Après le conflit bleausard, nous avions évoqués en mars dernier, celui apparu dans le Parc National des Calanques. En effet, dans le cadre de la consultation du PNC pour les modifications des réglementation, le sujet de l’interdiction de l’accès des vélos des sentiers de randonnée pédestre, avait suscité une vive déception et un désaccord de la majorité des participants. « A ce stade de la concertation, le Parc National souhaite échanger avec le groupe de travail du CESC afin de recueillir l’avis du CESC plénier. » Depuis, le groupe de travail « Activités terrestres » du Conseil Economique Social et Culturel (CESC) recueille les avis de ses membres invités à débattre de l’orientation proposée par le Parc.

En ce qui concerne la pratique sur sentier existant (single/monotrace) en cœur de Parc, point qui avait suscité la réaction des représentants des vététistes, chacun des membres a donné son avis. S’ils sont parfois divergents, la majorité y est favorable. D’ailleurs, les participants considèrent que l’orientation du parc sur ce point doit être assouplie pour permettre la pratique du vélo sur certains sentiers en cœur de Parc, et non pas seulement « autorisés à titre exceptionnel » .

Le 5 avril 2016 dernier, c’est l’avis du Comité Départemental de la Fédération Française de Randonnée (pdf) des Bouches-du-Rhône sur les orientations d’encadrement de la pratique vélo en cœur de Parc qui a été recueilli par le Parc National des Calanques. Et c’est un avis favorable au cheminement des VTT dans sur les sentiers qui est donné par la FFRP !

Celle-ci indique qu’il existe peu de conflits d’usages entre randonneurs pédestres et vététistes au regard de la fréquentation actuellement faible. Elle n’est pas non-plus opposée à la pratique du vélo sur sentiers, mais demande un soutien des vététistes concernant leur entretien.

C’est donc avec impatience que les représentant des vététistes attendent les nouvelles propositions du Parc National des Calanques concernant la pratique du vélo au sein de celui-ci !

Trente ans qu'il occupe le terrain ! 

"Il" c'est l'inévitable Jacky Godoffe, une vraie légende de la forêt, toujours souriante, toujours affable. C'est donc toujours avec immense  plaisir que l'on croise le personnage à qui l'escalade de bloc doit beaucoup. Le jeune bleausard devenu cadre fédéral, entraîneur, est aussi et surtout, un maître de l'ouverture des blocs. Et pas qu'en forêt de Fontainebleau ! 



Ouvreur en Coupe du Monde, Jacky Godoffe puise sur nos cailloux, un répertoire gestuel hors du commun. Il est rare que nous partagions ici une vidéo, et encore plus, une vidéo promotionnelle. Mais ce 6ème épisode des Master of Moves de la marque Black Diamond est consacrée à Jacky Godoffe ! 

De très belles images, et beaucoup de parlotte. S'il fallait retenir une phrase de Jacky ce serait sans doute celle ci : « le bonheur est le meilleur moteur ».

Vidéo: Black Diamond- Episode 6- Le Master of Moves avec Jacky Godoffe

http://www.youtube.com/embed/EVnKpIJLrTo

Si vous suivez les actualités de notre page Facebook (bravo et merci) vous avez déjà lu l'annonce de la première compétition d'escalade par équipe en forêt de Fontainebleau organisée par Redbull. Un événement dont nos amis du magazine Grimper ont eu la primeur et qui fait déjà grincer quelques dents dans les associations locales de bleausards et défenseurs des sites naturels. 
Le challenge se déroulera le samedi 25 juin après des qualifications les jeudi 9 et 16 juin à 19 heures, dans les salles Block’Out 2 et 3.

Pourquoi ça peut faire grincer des dents ?


Les compétitions à Bleau n'ont rien de très nouveau ! 
Les anciens se rappelleront sans doute des célèbres 24 h de BLEAU qui étaient organisées par la FSGT et qui se courraient déjà en équipe ou du triathlon de Larchant dont l'édition 2016, la vingtième, aura lieu le 18 septembre 2016. D'ailleurs la formule choisie pour les finales par Redbull n'est pas sans rappeler celle du triathlon : une sélection de voies à valider du 2+ au 7B et un classement aux points. 

Donc, qu'est-ce qui pourrait bien faire grincer des dents les grimpeurs bénévoles qui œuvrent pour la sauvegarde des sites ? À première vue pas grand chose.

A part que...chose étrange, ils ont, d'après nos informations, découvert l'information comme nous. 

On peine à croire que ni le CD FFME 77, ni l'ONF, étaient au courant lors de la réunion de la commission des sites naturels d'escalade qui se tenait le 18 mai dernier ! Ils auraient quand pu (et même dû) avertir leurs collègues. 
Et après on s'étonne des dysfonctionnements de cette commission où chacun semble faire des cachotteries aux autres ? 
Mais le silence a peut être un prix. UN organisateur a très certainement demandé l'autorisation à l'office. Hélas, l'ONF n'a pas assez d'argent pour accomplir sa mission d'accueil du public, ni un personnel toujours bien informé de ce qui se cache derrière certaines demandes d'autorisation. Chaque année, c'est près de 150 autorisations pour des groupes de plus de 60 personnes (dont plusieurs dizaines du type Redbull Font&Bleau)  qui sont traitées par le responsable de l'ONF. Dommage que celui-ci n'ait pas pris la mesure de cette compétition. Mais peut être s'est-il tout simplement fait rouler dans la magnésie sans le savoir !? S'il avait pris la peine de consulter ses interlocuteurs spécialiste de l'escalade en aurait-il été autrement ?

Et si c'était un motif pour un retrait de son autorisation ? Cela demanderait un peu de courage et de négociations ! Dommage, il y a sans doute là un peu d'argent à prendre pour financer l'entretien des circuits et sites d'escalade...

Comme un tel événement ne peut se faire sans des hommes de terrain, Redbull s'est aussi adjugé les bons et loyaux d'un cadre de la ffme en la personne de notre inévitable Jacky chargé notamment de recruter une dizaine de DE pour l'encadrement.

Mais après tout, l'organisation des compétitions c'est justement le rôle de la fédération délégataire et la gestion du site celui de l'onf, donc, circulez y a rien à voir.  

Alors pourquoi encore s'inquiéter des 120 compétiteurs qui vont s'affronter sur nos rochers et des potentiels centaines de spectateurs ? 




Sans doute parce qu'il y a eu des précédents aux conséquences environnementales et éthiques importantes. 
Sans doute aussi parce qu'il y a là un paradoxe avec l'opposition des uns et des autres à l'organisation de manifestations du mêmetype par les vététistes
Enfin sans doute parce que l'arrivée de sponsors puissants marque un changement radical dans notre milieu.

Il est donc vrai qu'il y a là, matière à réfléchir, notamment sur l'aspect environnemental pour commencer.

En effet, les premières compétitions internationales en extérieur avaient été prétexte à bien des massacres. A  Biot, en Haute Savoie, en juin 1987, le paysage en avait pris un sérieux coup, plusieurs zones ayant été déboisées pour dégager la vue des spectateurs et médias. Des adaptations imposées pour les besoins des publicitaires qui vont montrer les limites du genre compétition en site naturelle (sans pour autant marquer leur abandon !) 
Ensuite, le rocher avait lui aussi fait les frais de ce type d'événements. En falaise, comme en bloc, bon nombre de prises ont été taillés pour permettre l'ouverture de voies sur mesure. Enfin, ne parlons pas des possibles déchets laissés sur place ou de l'accélération de l'érosion des sols. Remarquons simplement que sans préjuger du cahier des charges que l'onf aura certainement transmis à l'organisation, les défenseurs de BLEAU ne manqueront de s'inquiéter du polissage des prises et de l'usage massif de magnésie à l'heure où le GUMSet le COSIROC ont déjà plusieurs fois alerté l'onf sur le sujet.

Ensuite, il y a certainement de quoi réfléchir en terme d'éthique. 
Comment préserver l'égalité des chances des grimpeurs si certains connaissent à l'avance les blocs proposés ? S'agit-il vraiment d'un nouveau secteur situé à proximité d'un parking adapté à un tel flux.

Bref, à défaut d'avoir été consulté, il est normal que ces associations s'inquiètent.

Sans dévoiler toutes les informations dont nous disposons pour préserver l'esprit sportif, nous pouvons seulement les rassurer et affirmer que le site choisi nous semble préserver des risques érosifs majeurs (à un ou deux blocs près) et que les blocs ne devraient pas s'user beaucoup plus qu'ils ne le sont déjà !


Reste à savoir ce que sera l'accessibilité du site aux grimpeurs non inscrits ? 
Pourront-ils encore grimper librement ce jour là sur les blocs du site ou seront-il privés d'accès au caillou ? Bref, RedBull a t'il privatiser le spot ?
Reste à savoir aussi comment s'organisera le brossage des prises et le nettoyage du site, les éventuels restrictions d'accès au parking, si RedBull compte animer la journée avec force sonorisation...

A vous de réagir...

Renseignements et inscriptions sur le site RedBull


NATURE