Chantier

Sur les chemins

Escalade

Matos

2016-01-10

Dans le cadre de l’animation du site Natura 2000, l’Association des Naturalistes de la Vallée du Loing et du Massif de Fontainebleau (ANVL) organise, avec le concours de l’ONF, le 13 février 2016 de 9 h 30 à 17 h 30, un chantier nature pour la conservation du patrimoine écologique malgré sont côté un peu exceptionnel. En effet, durant cette journée, les volontaires sont invités à arracher ou à couper les jeunes arbres, principalement des pins, qui se sont développés sur la Plaine de Macherin ! Des naturalistes et des forestiers qui arrachent des arbres ?! Et bien non, vous allez finir le travail des brebis...

Pour y participer, le rendez-vous est donné à 9H30 au carrefour des Buttes de Franchard (intersection D11-D409) en forêt de Fontainebleau. L’inscription est obligatoire au 01 64 22 61 17 ou par mél :a.garcia@anvl.fr.


Celles et ceux d'entre-vous qui nous suivent sur Facebook (merci, vous êtes quand même plus de 600 !) ont l'occasion de lire des news qui ne sont pas publiées sur notre portail d'information (faute de temps et de moyens humains). 
Nous y avions relayé en 2015, la création d'un groupe Facebook de volontaires souhaitant s'investir dans le nettoyage des abords de la forêt de Fontainebleau. Après plusieurs opérations à succès, ce groupe prend de l'ampleur et la prochaine opération de nettoyage prévue ce dimanche 17 janvier devrait mobiliser pas mal de monde ! 
En tous cas, voici un groupe d'éco-citoyens qui tombe bien et qui va activement renforcer l'ONF dans l'organisation des opérations de nettoyage. Une évolution qui s'inscrit directement dans les souhaits du gestionnaire de la domaniale comme indiqué dans la conclusion notre deuxième épisode consacré au plan d'aménagement forestier. Petite présentation de ce groupe...  


"Nous ne sommes ni une association, ni pratiquant de sports ou autre. Simplement un groupe Facebook qui s'est formé à partir de 2 personnes à la base au printemps dernier. Nous organisons tous les mois un ramassage. Au début les gens allaient sur Franchard ou au Rocher Canon. Puis nous avons commencé et nous sommes rendu compte qu'il ne suffit pas d'aller bien loin pour consacrer 1h30 ou 2h de son Dimanche à nettoyer autour de chez soi. Ainsi, en novembre, ils étaient près d'une vingtaine sur les bords de Seine à Bois-le-Roi."
- Nous avons été aidé par le SMICTOM qui nous a fourni des pinces et des gants
- Nous avons été aidé par Let's Do It France qui a déplacé un de leur bénévole et dont voici les photos.
- Type de déchet rencontré : Une cuvette de WC qui pesait une tonne, une tronçonneuse, plein de petites fioles de whisky, des lingettes et préservatifs jetées par les prostituées en forêt, des petits bouts de plastique sur le bord des routes découpés par les tondeuses des municipalités."

Depuis, leur 9 ème "événement" à venir du 17 janvier 2016 a été largement partagé sur Facebook et autres réseaux sociaux. Du coup 176 bénévoles s'y sont inscrits, 547 ont répondu peut être... Plusieurs itinéraires sont donc proposés. Bravo à tous et bon courage !

Jusqu'au 18 janvier, vous êtes invités à participer à la consultation et à contribuer à l'élaboration du texte du projet de loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages porté par le Ministère de l'Écologie. Cette consultation, qui se déroule depuis le 21 décembre, vous propose de contribuer directement au texte de loi en amont du débat parlementaire au Sénat. Pour participer, c'est simple, il faut se rendre sur le site "Parlement et citoyens". Vous pouvez donner votre avis : en votant, en commentant les articles proposés par le gouvernement, les parlementaires et les citoyens, en proposant de nouveaux articles, ou en proposant de nouveaux amendements. À partir du 19 janvier prochain, le Sénat examinera en séance publique le projet de loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, déjà adopté par l’Assemblée nationale le 24 mars 2015 et qui avait fait débat. 

Donc, cette consultation, qui se déroule depuis  le 21 décembre et jusqu'au 18 janvier, vous propose de contribuer au texte de loi. Si c’est la première fois qu’un projet de loi est mis en consultation sur le site Parlement & Citoyen, le concept a déjà fait ses preuves : lors de la consultation « République Numérique » portée par la secrétaire d’Etat Axelle Lemaire, plus de 20 000 citoyens ont permis à la loi de voir le jour à travers 7 000 contributions ! De nombreuses idées issues de la société civile ont été reprises et l’expérience a été, particulièrement du point de vue de la parole citoyenne, un véritable succès.

Pourquoi participer spécialement sur ce projet ?


Ce texte propose de relever le défis de la sauvegarde des espèces. La France est classée au sixième rang mondial des pays hébergeant le plus grand nombre d’espèces en danger. Elle a donc une responsabilité particulière en matière de biodiversité. Quarante ans après la loi de 1976 relative à la protection de la nature, ce nouveau projet de loi aborde les enjeux contemporains liés à la conservation de la biodiversité.

Le projet de loi « reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages » s’attache donc à renouveler la définition de la biodiversité ainsi que les moyens d’action pour sa protection, avec notamment l’introduction discutable du principe de solidarité écologique entre les territoires.

Deux mesures clefs du projet de loi font débat :


1° La création de l’Agence française de la biodiversité, qui devrait voir le jour dès 2016. Elle deviendra l’unique interlocuteur des différents acteurs de la biodiversité : associations, entreprises ou collectivités locales. D’une dotation de 226 millions d’euros et composée de 1 200 agents, elle regroupera l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques (Onema), l’Établissement public des parcs nationaux, l’Agence des aires marines protégées et le groupement d’intérêt public "Atelier technique des espaces naturels ».

2 ° Le texte offre enfin un cadre juridique clair à la recherche et au développement sur le territoire français, portant notamment sur le thème de la génétique. Les acteurs publics voient leurs procédures simplifiées quant à leur action en faveur de la préservation de l’environnement, plaçant ainsi l’Etat et les collectivités au premier plan de cette reconquête de la biodiversité.


Sinon, le projet de loi "reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages" s’articule en six grands axes :
- le titre I s’attache à renouveler la définition et la vision de la biodiversité et les principes d’action qui doivent permettre sa protection et sa restauration (tels que la compensation obligatoire des impacts négatifs ou le principe de solidarité écologique entre les territoires) ;
- le titre II promeut une meilleure gouvernance de la biodiversité, au niveau national et régional ;
- le titre III prévoit la création de la mesure phare du projet de loi : l’Agence française de la biodiversité (qui devrait voir le jour dès 2015). Cette agence deviendra l’unique interlocuteur des différents acteurs de la biodiversité : associations, entreprises ou collectivités locales. D’une dotation de 226 millions d’euros et composée de 1 200 agents.
- le titre IV garantit un cadre juridique clair à la recherche et développement sur le territoire français, notamment sur les ressources génétiques et les connaissances traditionnelles associées ;
- le titre V renforce l’action en faveur de la préservation et de la reconquête de la biodiversité des acteurs publics (État ou collectivités) et privés via des dispositions de simplification et de modification de procédures ou de schémas ;
- Enfin, le titre VI insiste sur la logique de protection des paysages remarquables vers une logique de protection de tous les paysages (initiée par la loi paysages de 1993).

Télécharger le projet de loi au format PDF
Par décret du Président de la République daté du 30 décembre 2015, M. Jean-Marc GIRAUD, sous-préfet, Secrétaire Général de la préfecture de l’Indre, a été nommé sous-préfet de l'arrondissement de Fontainebleau alors même que l'été dernier on apprenait que l'avenir de cette sous-préfecture était incertain du fait de sa proximité avec la Préfecture de Seine et Marne située à 20 km seulement...

Monsieur Jean-Marc GIRAUD, né à Clermont-Ferrand en 1957, a débuté sa carrière en 1981 en tant qu’inspecteur du Trésor dans le département de la Nièvre. Après une longue carrière dans les services de trésorerie, en 2004, il occupe les fonctions de contrôleur des services de l’Outre-mer, chargé des affaires budgétaires et financières, des collectivités locales et de la réforme de l’État au cabinet de Brigitte Girardin, Ministre de l’Outre-Mer.

De 2005 à 2007, il occupe les fonctions de conseiller technique, chargé du budget, des collectivités locales, de la réforme de l’État et de la fonction publique au cabinet de François Baroin, puis de Hervé Mariton, Ministres de l’Outre-Mer.

En 2007, il est nommé sous-préfet d’Avranches (département de la Manche) avant de devenir en août 2012, Secrétaire Général de la préfecture de l’Indre.


Quelle avenir pour la sous-préfecture de Fontainebleau ?


Rappelons que dès le jeudi 11 juin 2015, l'annonce de la fermeture en 2016 de la sous-préfecture de Fontainebleau était corroborée par Jean-Jacques Barbaux (LR) alors président du conseil général. 
« J'ai eu le préfet de région au téléphone. Et il a confirmé cette fermeture » affirmait-il au journal Le Parisien. Dans une manifestation publique, la sous-préfète de Fontainebleau avait également indiqué qu'elle serait le dernier sous-préfet à Fontainebleau. Mais dès la semaine suivante, le ton semblait avoir changé du côté du préfet de région, comme le racontait anonymement un syndicaliste du ministère de l'Intérieur.  Une petite pétition circulait alors pour réclamer la non fermeture de cette sous-Préfecture.

Dans les années 80, avant l'arrivée d'Internet, le guichet était le lieu habituel d’accueil du public pour les formalités administratives et la Seine et Marne, très vaste département, était en pleine croissance démographique. Une nouvelle sous préfecture était alors envisagée pour compléter celles de Meaux et Provins. Naturellement elle devait être installée là où la population augmentait le plus, vers la ville nouvelle de Marne la Vallée.

Mais sous l’impulsion d'un député influent, appuyé par le sénateur maire de Fontainebleau, c’est finalement cette ville qui fut retenu pour devenir sous -préfecture en 1988, retrouvant ainsi le rang qu’elle avait perdu en 1926. Une sous-préfecture au cœur de la zone la moins concernée par l’accroissement de population, et située à moins de 20 kilomètres, par une route quasi toute droite de la préfecture, Melun ! Ce n’est qu’en 2006 qu’une sous-préfecture sera créée là où elle aurait du l’être dès le départ, à Torcy...

Entre temps la commune de Fontainebleau a restauré à ses frais l’ancien hôtel d’Estrées où s’est installé cette sous-préfecture. Dans un contexte de réductions des dépenses publiques et compte tenu des compétences de notre nouveau sous-préfet, on se demande s'il n'en sera pas "le liquidateur"...


CP Nomination du sous-préfet de Fontainebleau - format : PDF sauvegarder le fichier - 0,04 Mb
Depuis 1997, chaque année durant les mois de janvier - février, nous célébrons la Journée mondiale des zones humides (JMZH) pour commémorer la signature, le 2 février 1971, de la Convention internationale sur les zones humides dite Convention de Ramsar, du nom de la ville iranienne au bord de la mer Caspienne où elle fut signée. 

En 2016, la Société nationale de protection de la nature (SNPN), Natureparif (l'Agence régionale pour la nature et la biodiversité en Île-de-France), le Parc naturel régional du Vexin français et Conseil départemental du Val d'Oise organisent l’ouverture régionale de la JMZH, le 23 janvier 2016 dans le Val d'Oise, à Chars (95), sur l'ENS du Bois du Moulin de Noisement.



La Journée internationale des forêts sera de retour en 2016 pour sa troisième édition le 21 mars !

En fait, en 2016, les manifestations auront lieu du 19 au 27 Mars.

Vous souhaitez organiser une manifestation pour célébrer l’arbre et la forêt ? Depuis le 1er Décembre 2015 sur le site internet vous pouvez inscrire votre événement dans le programme national. Un programme qui sera donc complété des traditionnelles opérations lancées par les départements, régions, et l'ONF.


Donc, en attendant le programme officiel, si vous aimez la forêt de Fontainebleau et y pratiquer certains de vos loisirs (randonnées, VTT, blocs) pourquoi ne pas lui venir en aide en la libérant des plantes invasives qui la défigurent de plus en plus : notamment le Phytolacca Américana (nom vern. phytolaque ou raisin d'Amérique) qui tue la micro-faune et la micro-flore locale.
Nos amis de l'ASABEPI organisent tout au long de l'année de nombreux chantiers à découvrir sur leur site Web : phytolaque.wifeo.com


Des outils seront mis à votre disposition ainsi que des gants (mais vous pouvez apporter les vôtres si vous le souhaitez).



Dans le cadre de la Journée internationale pour les forêts, l'Asabepi a déjà planifié son opération
Samedi 19 Mars 2016, 9h30-12h45 chantier / 12h45-14h30 pique nique convivial (mais facultatif) tiré du sac 77630 Arbonne la Forêt Chantier nature
Lieu de rendez-vous :
Route départementale entre Arbonne la Forêt 77 et Courances 91
77630 Arbonne la Forêt
Face à l'aire de repos de l'A6
Publics : Grand public.
Accès : Gratuit
Réservation obligatoire
Partenaires : ONF Ile-de-France Nord-Ouest / J'Agis pour la Nature / RIF (Randonneurs d'Ile-de-France)
     
 

La pratique de la chasse est sans doute une nécessité depuis la disparition de nombreux prédateurs naturels sur notre territoire. Ce loisir est hélas aussi une source d'accidents mortels qui ne cessera pas de faire polémique.  Bon nombre de nos lecteurs et des usagers des espaces naturels de loisirs sportifs s'opposent avec plus ou moins de bonnes raisons à cette pratique. Le collectif « Pour un Dimanche sans chasse » a mis en ligne une énième pétition pour que la chasse ne soit plus autorisée en France le dimanche et plus de 600 associations se sont à ce jour jointes à cet appel que nous relayons ici.

Pour participer, deux façons de procéder :

1) Vous représentez une association ou un collectif : envoyez un courriel à cosigner@dimanches-sans-chasse.fr avec le texte suivant : « Je soussigné-e … responsable dûment mandaté de l'organisme … confirme l'ajout de ce dernier dans la liste des cosignataires de l'Appel pour le dimanche sans chasse. Fait à … le ... »

2) Vous signez à titre individuel : il existe actuellement deux pétitions en ligne

La pétition de l'ASPAS (Association pour la Protection des Animaux Sauvages) ici
et celle de cyberacteurs
Nous allions publier notre test terrain de la chaussure de randonnée FORCLAZ 500 quand nous avons reçu un courrier nous informant du rappel d'une partie de la production pour non conformité. 

Après réflexion, nous le publions quand même le test car, malgré son petit défaut, ce modèle testé longuement cet été nous a donné pleinement satisfaction. 

La promesse de Décathlon était de concevoir une chaussure "pour la randonnée en montagne sur un à plusieurs jours, par tous temps, sur terrains techniques". Mission accomplie !  En attendant, si vous êtes l'heureux possesseur de ce modèle, une petite vérification s'impose...

Chausson Edge Simond
Notre dernière publication d'un test de matériel d'escalade remonte à bien trop longtemps, et pourtant, on en a quelques uns sous le coude. Hier, à la recherche d'une nouvelle paire de chaussons économique pour un usage en salle, Greg s'est dit qu'il fallait profiter des soldes ! Petit tour donc au Décathlon de Villiers en Bière, n°2 de la vente de matériel d'escalade et premier vendeur de France de magnésie...en compagnie de Jean Pierre Bouvier ! On y retrouve aussi Jo Montchaussé. "The place to be !" Bon plan car Décathlon renouvelle une partie de sa gamme de chaussons Simond et solde notamment ses modèles Vuarde (la ballerine est à 45€ et la scratch à 55 €) Mais son regard s'est très vite porté sur le nouveau modèle de haut niveau de la marque proposé à moins de 90€ : le Edge


Prise en main du Edge

Son look agressif nous interpelle immédiatement. Jaune fluo avec des pièces bleus, et des lacets oranges, forcément cela ne passe pas inaperçu. 
Sa forme pointue et légèrement plongeante sont dignes des meilleurs chaussons du moment. La semelle est en gomme  Vibram XSGrip ce qui est plutôt de bonnes augures. Le laçage est de type rapide (sans œillet). Bref, avec un tel look, on se dit qu'il fallait obligatoirement mettre le pied dedans.


Essayage

On commence par prendre une pointure en dessous de notre pointure ville. Premier constat, l'enfilage se révèle plus facile que ne le laisse supposer la grosse languette en mesh du coup de pied qui est cousue très bas et des deux côtés laissant un chaussant très étroit. Pourtant, c'est pas les 2 boucles passe-doigt du talon (un peu petites pour nos gros boudins...) qui aident à tirer sur le talon.


Chausson Edge Simond
un talon trop bas, peu puissant et des languettes étroites
(C) photos Greg Clouzeau
Deuxième constat, le talon est très bas. Trop ! Et en plus, il manque de puissance... Du coup, il  ne pousse pas les orteils vers l'avant et on peine à remplir correctement la pointe asymétrique mais centrée sur le deuxième orteil. En revanche il offre un grand confort. On décide donc d'essayer une bonne demi pointure en dessous. Le chausson se cambre un peu plus. Les carres débordent du fait de la largeur de notre pied. Les orteils viennent s'entasser un peu plus dans la pointe sans toutefois occuper tout le volume mais surtout le talon devient vraiment trop bas et résisterait sans doute mal aux crochetages. Là, on se dit que celui qui a rédigé la fiche produit internet ne doit pas beaucoup grimper pour proposer un essayage deux à trois pointures en dessous de sa pointure ville... Mais bon, pour faire de la salle et vu le confort même à une pointure et demi en dessous, on se dit que c'est peut être un très bon plan... On essaye donc sur le petit bout de mur en compagnie de notre ami Jean Pierre Bouvier, lui aussi alléché.


Verdict : grosse déception !

Chausson Edge Simond
Hélas, notre verdict est sans appelle : "chausson pas encore au point" ! 
En effet, que ce soit pour Greg ou pour Jean Pierre, toutes les paires essayées ont le même défaut rédhibitoire à nos yeux : l'enrobage déborde et dépasse de la pointe dès que l'on charge le pied. 
Il y a deux raisons à cela : 
- la gomme de la semelle est épaisse et rigide tandis que l'enrobage est très souple,
- le volume de la pointe n'est pas totalement rempli notamment du fait du manque de puissance du talon

Bref, en quelques minutes, on sent que l'enrobage de cette pointe va se percer juste au dessus de la semelle en quelques heures de grimpe. Du coup, on a renoncé à acheter ce produit pour un test grandeur nature sur le terrain. C'est dommage car Décathlon tient là un modèle séduisant et qui pourrait, à moins de 90 € devenir un best dans les mois à venir à condition de corriger ce défaut...

Retrouvez aussi notre Guide d'achat pour bien choisir ses chaussons

NATURE