Chantier

Sur les chemins

Escalade

Matos

2014-04-27

Il y a un peu plus d'un an, nous relayions une importante information sur l'interdiction de la falaise des Concluses (Gard) au prétexte d'un APB. Philippe Colin, secrétaire général du comité départemental FFCAM du Gard est remonté au créneau à l'issue de la publication d'un appel d'offre concernant le déséquipement du site dans un article publié par notre partenaire Kairn.com Hélas, cette affaire n'est ni la première, ni la seule seule du genre ! Outre les Concluses, le site du Pays des grès, comprenez Annot, fait lui aussi parti des sites soumis à appel d'offre mais pour une toute autre raison : son exploitation touristique ! Ici, c'est la Mairie qui prend le pouvoir sur les grimpeurs...



Extrait de l'article sur les Concluses : "Ca y est on l'attendait, il est arrivé ! Pour le premier appel d'offre de marché public de déséquipement d'un site d'escalade en France, le gagnant est le département du Gard ! Les Concluses, petit spot confidentiel s'il en est comptant quand même 70 voies, ayant été équipé en 1992 à l'initiative d'une personne, Xavier Dumas,grimpeur local et équipeur, n'a jamais connu de surfréquentation.

[...]

Le problème, c'est qu'un Biotope avait été déclaré la même année, malgré que l'aigle de Bonelli eut déserté le site depuis 1988 ! Il fallut compter sur le zèle d'une structure associative, le Syndicat mixte des gorges du Gardon, pour dépoussiérer le dit Biotope et obtenir, à force de pugnacité, l'accord de la communauté de communes de l'Uzège pour voter un budget de 30 000 Euros et publier cet appel d'offre, symbole de victoire des oiseaux sur l'activité humaine...

Ainsi, après avoir sauvagement déséquipé une via ferrata dans un village non loin de là (qui devra être rééquipé à ses frais suite à l'action de la Fédération de spéléologie du département), ce déséquipement apparaît légalement viable puisque il semble très difficile de contester un Biotope, même si l'aigle n'a jamais remis les pieds sur le site depuis son départ il y a 26 ans...

[...]

C'est toute notre activité qui est remise en question aujourd'hui..."


Et Philippe a bien raison car ce n'est pas le seul appel d'offre de ce genre en France ! Parlons un peu d'Annot, paradis sudiste des amateurs de blocs mais aussi de grès, de falaises et même de Trad'



Ce site remarquable, notamment pour sa géologie si particulière, fait le bonheur économique de sa Mairie qui a très vite compris l'intérêt qu'il y avait a exploiter ces tours rocheuses... Dans les années 90 en effet, la précédente municipalité avait mandaté des équipeurs qui ne savaient pas trop par quel bout attaquer ces grandes tours grès. Peu de prises permettant d'y grimper et surtout des difficulté pour rendre le spot "familiale" dans des murs raides et assez lisses avait conduit à l'ouverture des premières voies avec une éthique très particulière. En effet, après de nombreux contacts et divers refus, c'est une entreprise de mur d'escalade (Asymptote) qui avait œuvré. Et quand on dit "oeuvré", pour le coup c'est presque au sens littérale puisque de très nombreuses prises ont été sculptées  ( plutôt avec talent).  C'est d'ailleurs de leurs travaux que se sont inspirés les gars qui ont équipé Compte, un spot similaire vers Nice.

Mais les mairies se suivent et ne se ressemblent pas. La promotion du site passe désormais par les événements (autour du bloc et du Trad') mais surtout, la Mairie souhaite faire du site une vrai cash-machine comme elle l'annoncé sur trois pages (ci-dessous, cliquez pour agrandir) dès janvier 2013 dans le n°332 de son bulletin municipale ! 
La mairie semble en être le principal bénéficiaire par le biais des structures d'hébergements dont elle a la gestion.



Voici donc une commune qui, un peu à l'image d'Orpierre (05) aux débuts des années 80, mise sur le rocher pour assurer son développement économique. Une très bonne chose en soit mais qui suppose d'être à l'écoute des grimpeurs. La différence ici, c'est que l'on ne part pas de zéro. Des lignes sont déjà équipées par diverses personnes qui n'ont pas toutes la même sensibilité au projet municipal. Pire, Annot est à la fois un temple du bloc (activité où les ouvreurs sont nombreux et indépendants), de l'escalade dite"traditionnelle" (c'est à dire quasi non équipée) et que la Mairie souhaite y développer un site familiale et populaire...c'est à dire avec des voies plus faciles...

Nous avions déjà parlé de la remise en état du chemin sujette à quelques polémiques. 

Passons donc au "valorisation de l'escalade dans les grès" qui commence par.... un déséquipement comme stipulé dans l'appel d'offres.

Copie de la première page de l'appel d'offres pour le déséquipement
C'est le secteur des Jardins du roi qui vient donc de subir ce lifting suite à l'appel d'offre. Ici, les prises taillées ont même été rebouchées avec du ciment ! Il n'y a donc plus moyen d'y grimper... Il aurait sans doute suffit d'interdire le secteur, laisser le lierre reprendre sa place et le tour était joué mais... Si les voies n'étaient pas démentes et surtout bricolées à outrances, les démonter semble plus couillon qu'autre chose, d'autant que le rebouchage de prise au ciment n'est ni esthétique, ni écologique et prive même l'avifaune de possibilité de nidification !!! Nous avons contacté Lionel Catsoyannis, (l'un des équipeurs historiques) qui devrait nous envoyer des photos de ce lifting qu'il qualifie volontiers "d'assez insolite !"

Les locaux dont 
Lionel ont pu sauver quelques lignes dont "Exit in red". Reste celles de la Chambre du roi qui sont vraiment classes et totalement naturelles mais qui sont sont aussi dans le collimateur de la mairie parce qu'elles "gênent les randonneurs"

A noter pour ceux qui fréquentent la partie plus familiale du site, les dalles de la Beïte, qu'un gros éboulement (l'équivalent d'une bagnole est tombé au milieu des voies) et quelques gros blocs menacent encore suspendus dans les buissons. Bien que signalé à la FFME (gestionnaire du site) depuis 8 mois...rien. On peine donc à comprendre la logique municipale.

Pour le reste des déséquipements prévus, il ne s'agit pas de zones où le rocher serait dangereux  mais juste juste une histoire d'autorité ! Pourtant les randonneurs croisés sur le sentier sont plutôt contents de papoter et profiter du "spectacle" ! On pourrait d'ailleurs ajouter que les grimpeurs y ont fait un sacré boulot de "purge" gratis au dessus du chemin en ouvrant les 200 et quelques longueurs de trad'.

Nous voici donc avec un nouvel exemple de la difficile cohabitation entre le milieu de l'escalade, épris de gratuité et de liberté et les représentants de l'Etat, soucieux du développement économique d'un site et sa sécurité. Si à Orpierre, le développement  du site a accompagné le développement économique du village c'est bel et bien parce qu'il a été piloté conjointement par les grimpeurs locaux et les municipalités successives. Souhaitons donc que la Mairie d'Annot suive cet exemple !  
On vous parle régulièrement de ces dépôts sauvages de déchets qui sont parfois le fruit de particuliers, d'artisans et entrepreneurs très peu scrupuleux ! En marge du cas des alentours de Milly (voir notre article précédent), parlons à nouveau des Grands Avaux (Beauvais ou Rocher du Duc pour les grimpeurs) où ce genre de nuisance est également monnaie courante ! Certains nous reprochent de pousser à la délation mais franchement, doit on rester de simples observateurs ? Doit-on systématiquement se muer en nettoyeurs et ramasser la m... des autres en se résignant à subir les conséquences d'une hyper fréquentation ? Pour les gros dépôts, il faut "faire" les poubelles pour trouver des indices sur l'identité du pollueur. Et parfois, ça paye !


Le WE dernier, aux abords de la D948 (route Corbeil > Milly), un camion est venu se débarrasser de toutes les ordures amassées sans doute à l'occasion de travaux dans une maison ?

Sur 10 mètres de long, un monticule d'immondices, a été abandonné au pied du panneau du Conseil Général, sur l'un des sentiers les plus parcourus par les randonneurs de l'Essonne, le GR 11 !

Record battu pour ce dépôt d'ordures en pleine forêt !
Photo et information par JYD/ARB/Cosiroc

La barrière métallique n'était pas fermée à clé comme toutes celles du coin (en travaux)

Dans ce cas précis signalé par les Amis du Rocher de Beauvais, la Direction de l'Environnement Conservatoire des Espaces naturels sensibles a porté plainte et retrouvé l'adresse du propriétaire dans les immondices. La gendarmerie n'a ensuite pas eut de difficultés à retrouver l'entreprise responsable de ce dépôt par le biais du propriétaire. En voilà un qui sera facturé des frais de retraits en plus du PV !

Nous ne sommes pas surpris que ce soit une entreprise ; une benne pleine de gravas, balancée dans une foret, c'est moins cher qu'une décharge organisée et on peut tout de même la facturer au client ! Malheureusement ce n'est pas une attitude exceptionnelle.


Ce serait bien que le public soit informé de l'identité de l'entreprise, non ? Un panneau près du tas lui assurerait un belle publicité ! Visibilité garantie : y a du passage au vue de la sente qui s'est déjà formée pour contourner le tas ...
Pour la deuxième année consécutive, en collaboration avec la SAD, Unis vers un Milly vert, organise une opération de nettoyage le samedi 3 mai 2014, dans le cadre de l'opération "Essonne verte, Essonne propre"du Conseil Général de l'Essonne.

Ils s'occuperont  encore des abords de la zone du Chenêt (parking en bord de route, chemin d'accès à la carrière, lots constructibles et bords de la route jusqu'à Milly-la-Forêt ...

En ce qui concerne Unis Vers un Milly Vert, cette opération ne constitue qu'un épisode d'une action plus large de lutte contre les dépôts sauvages de déchets. C'est pourquoi ils comptent étudier avec la mairie de Milly-la-Forêt toutes les possibilités de nature à combattre ce phénomène par tous les moyens possibles (voir courrier)

Toutes celles et ceux qui souhaitent se joindre à eux seront les bienvenu(e)s. Les enfants ont également leur place.
Seule condition : se munir d'un gilet jaune. Gants et sacs sont fournis, mais si vous vous sentez plus à l'aise avec vos propres gants de jardinage ou de bricolage, prenez-les avec vous.

Départ à 9h de Milly en co-voiturage (Bd Maréchal Lyautey, angle rue Maillard) et début des opérations à 9h15 sur place, ou rendez-vous directement sur place à 9h15.
Fin des opérations prévue à midi.



Coordination : Bernard REDON
3 rue de la longue raie 91490 Milly-la-Forêt
06 82 42 93 52 – 09 54 46 08 25 - bernard.redon@free.fr
Association UNIS VERS UN MILLY VERT

Lire le courrier ci dessous




Le scoop était réservé à celles et ceux qui suivent notre page Facebook (Merci) occupés que nous étions par toutes ces histoires de 2 roues qui ne font pas  grincer que les dents sableuses des pédaliers ! 

Voici donc sur le site la note de Com' de l'ONF concernant les lourds travaux de lutte contre l'érosion à l'Eléphant dont nous parlions dès 2011 (sur le portail "historique" de la TL²B) et qui vont durer 5 bonnes semaines ! 

Des travaux à surveiller comme le lait sur le feu car il ne font pas l'unanimité dans la communauté des grimpeurs (voir cet article notamment) et risquent fort d'artificialiser considérablement ce site remarquable !!! A suivre donc...


Pour se rendre compte de l'urgence et des efforts lancés par les grimpeurs bénévoles de BLO relisez cet article : http://bleaulib.org/spip.php?article10 

Francois Louvel pour BLO coordonne les opérations et vous propose donc cet article pour compléter la note ONF, et les articles du Parisien et de la Rep de S&M. On a encore besoin des bénévoles pour agir !





Dans notre précédent article, nous vous révélions en exclusivité la motion votée par l'AG de l'AFF à propos des VTT. Vous avez été nombreux à le lire (plus de 1500) et à réagir en nous adressant des emails et des commentaires. Merci... 
Depuis, La République de Seine et Marne et Le Parisien ont tous deux publiés un dossier sur le sujet qui ont suscité de nouvelles réactions, parfois très agressives, sur divers forums de vtt. 
Nos plus fidèles lecteurs le savent, à la TL²Bleau nous avons à cœur de vous livrer l'information la plus complète possible (à la différence de la presse écrite, nous avons toute la place nécessaire et la liberté de la faire !) mais aussi et surtout, de défendre les usagers et leurs sites naturels de pratique. C'est une position difficile et certains se demandent comment peut on être à la fois pour la sauvegarde des sites et pour la liberté de pratiquer certains sports ? 
Certainement en étant "éco-responsable", c'est à dire en visant une pratique tournée vers une diminution de l'impact de nos loisirs et en travaillant au partage de notre terrain de jeu ce qui suppose également un investissement bénévole fort des pratiquants.


Les articles du Parisien et de la Rep ne nous apprennent pas grand chose sur le dossier du VTT à Bleau, sujet d'opposition entre les usagers depuis des années si ce n'est que l'ONF, très à l'écoute de certaines associations, va procéder à des aménagements et des tournées d'information. 

Article de la REP 77

Article du Parisien annoncé sur notre page FB en exclu


Les articles reviennent également sur un courrier adressé à Madame la Préfète de Seine et Marne par un collectif d'associations dont voici le contenu (c'est nous qui surlignons) :

Collectif d’associations contre les rassemblements de VTT  en forêt de Fontainebleau                                                                               
                                                                                                                                                  08 Février 2014
140 rue Pelleport
75020 Paris


Objet : Rassemblements de VTT en forêt de Fontainebleau



                      Madame la Préfète,


Nous, soussignés, membres d’associations locales, régionales et nationales concernées par l’avenir de la forêt de Fontainebleau, souhaitons attirer votre attention sur les rassemblements sportifs dans ce massif prestigieux, notamment VTTistes.

Ces manifestations ont lieu plusieurs fois par an et réunissent des centaines de participants (voir articles ci-joints, la prochaine est prévue en mars) le tout dans une forêt recevant déjà environ 17 millions de visites par an. Leurs passages répétés aggravent l’érosion sur les chemins sableux en pente empruntés par les coureurs ; ces dégradations coûtent cher à l’ONF pour remettre ces sentiers en état, et abîment la végétation voisine. La charte ne suffit pas à faire respecter les lieux lors des nombreux entraînements.

Une telle concentration de la fréquentation au printemps, période de nidification d’oiseaux sensibles au dérangement tels que les rapaces ou les pics, et de floraison d’espèces végétales vulnérables, ne peut que nuire à la biodiversité de cet espace naturel patrimonial. Comme vous le savez le massif de Fontainebleau est classé Natura 2000 en raison de la fragilité de sa faune et de sa flore. Cet outil ne suffit pas à limiter le nombre de participants de ces randonnées de masse, car trop facilement contournable.

Interrogé lors de sa conférence à Nemours du 1er février dernier, l’expert environnemental Allain Bougrain-Dubourg a affirmé que ces manifestations sportives sont incompatibles avec le maintien de la biodiversité en forêt.

Aussi nous vous demandons de bien vouloir prendre les mesures qui s’imposent afin d’interdire ces rassemblements de VTT dans le périmètre du massif de Fontainebleau. Sans vouloir mettre la forêt sous cloche, cette activité possède des impacts négatifs sur l’environnement et doit donc être pratiquée en forêt à petite échelle, en famille ou entre amis. Que les randonnées VTT de masse soient cantonnées aux bases de loisirs nombreuses en Seine-et-Marne.


Vous remerciant à l’avance de considérer favorablement notre requête, pour l’intérêt de la sauvegarde de notre forêt, veuillez agréer, Madame la Préfète, l’expression de notre respectueuse considération.

A propos de ce courrier, notez pour commencer que ce collectif ne mentionne pas l'identité de ses membres ce qui nuit considérablement à sa crédibilité. Ensuite, soulignons que sa cible n'est pas le VTT mais les rassemblements de masse ce qui, à notre avis, vaut tout autant pour les autres sports. Enfin, remarquons la référence à Monsieur Allain Bougrain-Dubourd qui, dans ce dossier, serait certainement bien en peine pour fournir des exemples locaux concrets de perturbation de l'avifaune...

Par ailleurs, nous tenons à rassurer les vététistes tant sur notre position que celles des AFF : IL N'EST PAS QUESTION POUR NOUS D'INTERDIRE LE VTT A BLEAU ! 
Nous en avons eut la confirmation écrite de Denis Beauchard, Président de l'AFF et d'autres personnes citées dans les articles de la presse écrite, certains nous affirmant que les articles ne correspondaient pas à leurs propos lors de l'interview...

Sortons un peu de ces discussions sans fin et sans intérêt type : "mon activité pollue, dégrade... moins que la tienne" ou du "pourquoi nous et pas les autres" ! 

A la TL²Bleau, on aime rouler en forêt et on est totalement d'accord avec bon nombre de Vététistes : ce terrain de jeu est assez vaste pour être partagé et c'est l'un des meilleurs spots d'Ile-de-France. Mais il faut le reconnaître, les itinéraires proposés pour les VTT sont sans intérêt (ou presque) et la majorité des pratiquants cherche des circuits balisés et se rabattent donc sur les sentiers piétons. 

Une fois encore, nous invitons les Vététistes à se structurer et à montrer, comme l'ont fait le Cosiroc (pour l'escalade), l'Aff et la FFRP (pour la rando) qu'ils sont des interlocuteurs sérieux et responsables. Cela suppose de sacrifier du temps en réunion et études sur le terrain, cela suppose d'agir de manière responsable en respectant les consignes de la charte qui excluent l'utilisation des sentiers piétons  cela suppose de stopper tous balisages sauvages pour les manifestations sportives... 

Photo de Julien89 publié sur un forum consacré au VTT à Bleau (voir bas de notre site)
Ce type d'aménagement de l'ONF visait jusqu'à présent à protéger les parcelles en régénération...
La simple chicane s'est mue en fenêtre qu'il devient difficile de franchir même pour un randonneur...
Enfin, cela demande de réfléchir objectivement aux impacts de son activité notamment en terme d'érosion dans les pentes les plus fortes et de ne pas, comme uns ou deux l'on suggérer sur des forums, détruire les aménagements faits par l'ONF ou les autres associations pour limiter l'usage des VTT.


Bref, il s'agit  (pour nous) de limiter les rassemblements sportifs (tous sports) en les cantonnant à des espaces peu sensibles et aménagés (mais pas uniquement dans les bases de loisirs). il est nécessaire que les vététistes se structure et adopte une pratique responsable en agissant de concert avec les autres usagers et l'ONF. Depuis le temps qu'on vous le dit...
Mais maintenant, MBF est sur le coup... On a juste perdu deux ans car nous avions déjà alerté sur le sujet en 2012 et annoncé la campagne de MBF

NATURE