LA TRIBUNE LIBRE DE BLEAU et Cie est la fusion des 4 précédentes éditions de la TL2B, TL2Bleau...

12 règles de bonnes pratiques en forêt

12 règles de bonnes pratiques en forêt
Relisez la charte ONF

Bleau : un carrefour routier dangereux et pollué !

Mis en ligne par TL De Bleau on samedi 1 janvier 2000 | 17:18:00

Les nuisances et la route..
Source CG38
La Seine et Marne est un énorme carrefour routier. Depuis toujours au cœur des échanges de par sa situation géographique, la Seine-et-Marne possède un réseau routier dense et varié. Hélas, un tel réseau est aussi synonyme de bruit, pollution, déchets, accidents...
211 km d’autoroutes, 190 km d'anciennes routes nationales, la Seine-et-Marne est bien équipée pour que les déplacements inter-régionaux. Elle l'est aussi pour sa désserte locale avec un maillage très dense comprenant 4 380 km de routes départementales, 6 700 km de voiries communales et les 9 400 km de chemins ruraux !  Au total, le réseau routier du 77 fait 20 900 km.


Fontainebleau et Melun furent au coeur du développement historique et économique du Pays de Fontainebleau. Du coup, il n'est pas surprenant que plupart des routes à fort trafic traversent et morcellent le Pays de Fontainebleau y compris son joyau : la forêt domaniale de Fontainebleau.

A travers le massif forestier...

Ici, sans compter les quelques kilomètres de l'Autoroute du sud (A6) dans les Trois Pignons, les 5 ex-nationales (dont la N6, la N7, et la N152) couvrent plus d'une cinquantaine de kilomètres parfois à 4 voies, auxquels s'ajoute l'immense toile d'araignée formée par les départementales (dont la D142 et D138) qui couvrent plus de 80 km.

L'aménagement forestier de 1970 dénombrait 1 109 km de routes diverses et plus de 500 km de pistes en forêt de Fontainebleau. A celles-ci, il convient d'ajouter un réseau de chemin de fer beaucoup plus restreint qu'au début du XXème mais très important, et les survols de nombreux couloirs aériens.
 

Avec des axes aussi importants, la Forêt de fontainebleau est traversée par plus dee 50 000 véhicules par jour ! La forêt est donc bel et bien polluée par les échappements et le bruit générés cette intense circulation d'automobiles et de poids lours ! Ajoutez à cela les déchets jetés par les fenêtres ou sur les parking en bordures de ces routes et vous voilà avec un beau portrait du Pays de Fontainebleau !

Ces routes sont aussi très dangereuses et concentrent plusieurs  "points noirs" du département en matière d'accidents. Outre les collisions avec des sangliers, biches ou cerfs, bon nombre d'entre eux sont provoqués par l'imprudence des conducteurs (motards compris) dont la vitesse est très excessive sur les petites routes forestières. Pour corser le tout, nous avons à faire face à de nombreux problèmes de stationnement et donc de vol...

Enfin, avec une tel densité, la forêt se trouve morcellée ce qui ne facilite pas la circulation des piétons mais aussi et surtout celle des animaux !

Les associations d'usagres (comme les AFF et le COSIROC par exemple)  collaborent régulièrement avec les autorités et l'ONF pour l'aménagement des principaux points noirs, qu'il s'agisse des parking, des aménagements de carrefours, de la fermeture des routes forestières ou, comme ce fut le cas sur la N7 dans les années 80, pour la création d'un passage piétons protégé permettant l'accès aux sites d'escalade et de randonnée du Cuvier.

Hélas, leurs avis est loin d'être toujours suivi tant par l'ONF que part la Préfecture ou l'exDDE !

Ainsi, lorsque l'ONF a décidé unilatéralement de fermer le Parking de Franchard Cuisinière en invoquant le coût d'entretien du chemin stabilisé et les risques liés à sa dégradation...nous avons vivement fait savoir notre opposition au projet. Certes cette route présentait de profonds nids de poules notamment à sa jonction avec la départementale mais étaient-ils plus dangereux que ceux de la route du Loup (parking d'Isatis où se concentre désormais les véhicules) ? Et que dire de la "piscine" (3 mètres de long, 2 de large et plus de 80 cm de profondeur) à l'entrée de parking du 95,2 (Croix St Jérôme) en 2011... L'ONF ayant fermé l'accès au stationnement de Franchard Cuisinière sans préavis et informations en plein WE de Pâques 2010, on peut estimer qu'il a mis en danger les usagers qui ont été contraint de stationner dans le virage de la départementale là où les véhicules déboulent (au mieux) à 90 kh sans visibilité ! Les associations avaient pourtant alerté l'ONF sur la nécessité de faire faire des travaux préalables à cette fermeture (agrandissement du parking d'Isatis pour recueillir le flux de voitures supplémentaires, pose de panneaux d'information à l'ancien parking, demande de panneaux de signalisation...) Un an après, peu de choses avaient été faites, et en 2012, le danger est encore là !


Ajoutons qu'avec le classement en "forêt de protection", il est devenu beaucoup plus difficile de faire des travaux routiers à Bleau. En effet, les textes supposent que toute nouvelle emprise sur la forêt doit faire l'objet d'un passage en Conseil d'Etat ! Impossible donc d'élargir une route en toute discrétion... du moins en théorie.


La traversée de la forêt de Fontainebleau au coeur des débats :


Article de la Republique S&M du 20/09/1999 !
Le 16 décembre 2011, la Direction principale des routes (DPR) nous en faisait la présentation  devant le Comité consultatif scientifique et des usagers de la forêt de Fontainebleau.
Vous avez certainement croisé la plupart de ces nouveaux aménagements… Certains sont faits pour diminuer le nombre de morts et blessés sur les routes, d’autres ont une vocation plus écologique, enfin, ils concilient le plus souvent les deux objectifs.
En effet,  le Conseil général de Seine-et-Marne mène un Programme « Conduite apaisée en forêt de Fontainebleau » depuis des années.

Parmi les nombreuses actions , la plus visible est sans doute le réaménagement progressif des vieux carrefours en étoile ou en croix et leur remplacement par des ronds-points… (vous savez, la maladie française…). Ainsi, le Carrefour du Grand Veneur sur l’ex N7, celui de  la Croix de Vitry, le Carrefour de Séailles, le Carrefour de la Croix de Toulouse  ou enfin le Carrefour de la Croix de Saint-Hérem ont tous été transformés avec plus ou moins de succès en ce qui concerne leur intégration dans le paysage.

A la TL2B nous revenons régulièrement vers vous pour vous faire part de ces projets et des travaux en cours où à venir. Une rubriques aménagement routier leur est consacré ainsi que accès et stationnement.

Faciliter la circulation des cyclistes et piétons

Parmi les très gros projets, le Carrefour de Paris sur la RD 607 va faire l’objet de la construction « d’un passage inférieur » pour les piétons, cyclistes et cavaliers entre Fontainebleau et Barbizon.
Là, c’est du lourd ! Rien à voir avec le petit tunnel du Carrefour de L’Epine au Bas Cuvier !

Notez aussi que dans le cadre d’une réduction du nombre de voies la traversée de la RD 606 se fait en deux temps. Mais pour ce qui est de passer  sous la RD 606, au niveau du Centre sportif d’équitation militaire ?

Enfin, vous n’avez pu manquer ces trois nouvelles sections limitées à 70 km/h à titre expérimental ! Elles sont de deux types : limitation de vitesse simple, sur les RD 115, et RD 301 ou partage de la route avec les cyclistes, sur la RD 64 notamment entre Arbonne et Achère, là où les motards aiment à prendre de la vitesse avant de s’élancer dans les 17 virages ! Le potentiel pour une réduction des vitesses à 70 km/h est bien entendu très important. En 2012, trois sections supplémentaires sont limitées à 70 km/h (RD64, RD63e, RD137)

Le Département avait engagé en 2010 une étude de faisabilité d’une liaison douce le long de la Seine. Cette liaison s’intègre pour moitié dans un itinéraire cyclable structurant : l’Eurovéloroute 3 c'est-à-dire Trondheim/St Jacques de Compostelle à vélo !
L’ONF a été associé aux réflexions particulièrement sur le secteur de raccordement à la promenade de Samois. Un tracé a été validé. Il reprend des chemins forestiers existants.

Les déchets et la route…
Reste donc quelques interrogations liées au début de cet article, comme à comment réduire les déchets sur le bord des routes où, quelles mesures ont été prises pour faciliter la traversée des routes par la faune sauvage, etc. ?

En attendant la réponse, (je sais qu’au CG77 certains jettent régulièrement un œil à ce blog) voilà ce que nous dis le service com’ de l’Isère à propos des déchets en bord de route :

« … En Isère, les agents chargés de l’entretien des voiries ont organisé une opération nettoyage du 1er au 7 avril 2008 des bas côtés de la route D1075 de Chirens à Charancieu. Sur 20 km ils ont récolté 20 m3 d’ordures.
Une partie des déchets sont arrivés là involontairement : enjoliveurs, morceaux de véhicules, objets tombés d’un camion etc. Il reste cependant une grande majorité de dépôts volontaires !

Dans le Loiret des agriculteurs de la coopérative de Boisseaux
mailto:coop.boisseaux@wanadoo.fr ont nettoyé 100 km de routes du 20 février au 6mars 2009. Ils ont ramassé : 4 postes de télévision, 6 pneus, 7 bidons d’huile, 18 enjoliveurs de voiture, 400 bouteilles en verre, 1 000 canettes, 2 000 paquets de cigarettes, 37 bouteilles plastiques remplies d’urine. Soit un total de 10 kg par km.

Avec un réseau routier d’un million de km en France on obtient une montagne d’ordures de 10 000 tonnes. Ces déchets sont souvent non biodégradables et ils sont polluants, dangereux pour les citoyens et la nature. Les bouteilles en verre peuvent blesser le bétail, causer des incendies, piéger des insectes et des petits mammifères qui pénètrent dedans et ne peuvent plus en ressortir.

En Isère on a trouvé 32 icromammifères de 6 espèces dans une seule bouteille. Il paraît important d’allier les campagnes de sensibilisation du grand public à l’amélioration des mesures réglementaires pour réprimer les délinquants (obligation d’heures de travail de nettoyage au profit de la collectivité) et obliger les fabricants à consigner les emballages ou assurer une fixation sérieuse des enjoliveurs par exemple.

La France est traversée par 1 079 072 km de routes. Cela correspond à 1,2% de la surface du territoire français. En 2006, le trafic routier était responsable de 36,6% des émissions nationales de CO2.

L’analyse de l’impact écologique des routes peut se faire en deux temps : pendant la construction qui représente 10% de l’impact total et lors de l’utilisation et de l’entretien pour le reste (90%). Ainsi 15 jours de circulation autoroutière avec 45 000 véhicules/jours émettent autant de CO2 que 30 ans de construction d’un kilomètre d’autoroute. »

La Seine-et-Marne, le département des records !

Notre département détient aussi le record de France du plus grand nombre de collisions avec des sangliers ! Du coup,  les quotas de chasse sont à la hauteur du nombre de nuisibles... et, étaient fixés à 11 000 têtes pour 2009 !
En 2008, 1 030 accidents ont été provoqué par les sangliers, les chevreuils ou les cerfs en Seine-et-Marne, soit près de trois collisions par jour, ce qui la place au 5e rang des départements français. Le chiffre fut donné par le fonds de garantie...
C'est ce fonds, financé par les assurances, qui rembourse depuis 2007 les dégâts occasionnés par la faune sauvage dès le premier euro. En 2008, il a déboursé 21 M€ au niveau national.


Sur les 1030 accidents évoqués, 664 étaient dû aux sangliers. C’est donc notre département qui déplore le plus de collisions avec ces animaux sauvages. Si la plupart des dommages sont matériels, dans 3 % des cas des victimes sont blessées ou tuées dans le choc et les deux tiers des collisions se produisent dans la forêt de Fontainebleau !

Donc, soyez très prudents, notamment la nuit, et respectez les limitations de vitesse. Notez que depuis quelques mois, de nombreuses routes ont été limitées à 70 km/h !

Petite info sur les n° de route
Depuis le 1er janvier 2007, le Conseil général a la responsabilité d'un réseau routier de 4 380 kilomètres de routes départementales. En effet, l'Etat a transféré au Département 352 kilomètres de routes nationales (RN) qui deviennent désormais départementales (RD) et s'ajoutent ainsi au réseau existant. 190 kilomètres de routes restent, sur notre territoire, nationales.
Pour accompagner ce changement, le département déploie une nouvelle numérotation des routes départementales à 3 chiffres. Fini la célèbre N7 ! C'est maintenant la RD 607 !
Le numéro est, si possible, identique à celui utilisé dans le département voisin (ex : le département de la Marne ayant choisi l'appellation RD 934 pour l'ancienne RN 34, la Seine-et-Marne retient également RD 934), lorsqu'il  n'existait pas auparavant de RD avec ce numéro, les "nationales" ont conservé leur n° (ex : la RN 152 devient la RD 152),
Enfin, dans les autres cas, la nouvelle numérotation sera composée comme suit RD 6+2 autres chiffres.
Cette décentralisation implique pour le Conseil général de lourds investissements d'entretien et d'aménagement afin de garantir la sécurité routière des automobilistes. Elle a également requis la mise en place de 5 nouvelles agences routières territoriales d'intervention sur l'ensemble du territoire et la gestion des personnels qui, jusqu'alors, relevait de l'Etat (DDE).


1953, les premiers gros accidents de la Route dans la rep de S&M

Pour en savoir plus :

http://www.seine-et-marne.fr/chantiers-en-cours-routes



Parmi tous les maux de la forêt, la plaie n°1, c'est très certainement les cinquante mille véhicules qui la traversent chaque jour !


La Seine et Marne est un énorme carrefour routier. Depuis toujours au cœur des échanges de par sa situation géographique à quelques encablures de la capitale mais aussi de la Bourgogne historiquement si puissante, la Seine-et-Marne possède un réseau routier dense et varié. Au fil des ans, trains, avions, mais aussi développement et entretien des voies navigables ont permis au département d’être plus que jamais bien desservi. Avec ses 211 km d’autoroutes et ses 190 km de routes nationales, la Seine-et-Marne est idéalement équipée pour que les déplacements inter-régionaux s’y pratiquent aisément. Mais les 4 380 km de routes départementales, les 6 700 km de voiries communales et les 9 400 km de chemins ruraux assurent, en complément, un maillage fin du territoire, y compris dans les zones rurales. Le réseau ferré n’est pas en reste, avec 4 lignes de RER (A, B, D, E) desservant un grand nombre de communes et les reliant à Paris : on compte 81 gares dont 26 RER et 453 km de voies ferrées (hors lignes à grande vitesse). Au total, le réseau routier du 77 fait 20 900 km !

A Bleau et sans compter les quelques kilomètres de l'Autoroute du sud (A6) dans les Trois Pignons, les 5 ex-nationales (dont la N6, la N7, et la N152) couvrent plus d'une cinquantaine de kilomètres parfois à 4 voies, auxquels s'ajoute l'immense toile d'araignée formée par les départementales (dont la D142 et D138) qui couvrent plus de 80 km. Ce très dense réseau qui relie Fontainebleau et Melun à la Capitale est complété par de nombreuses routes plus ou moins carrossables.

L'aménagement forestier de 1970 dénombrait 1 109 km de routes diverses et plus de 500 km de pistes en forêt de Fontainebleau. A celles-ci, il convient d'ajouter un réseau de chemin de fer beaucoup plus restreint qu'au début du XXème mais très important, et les survols de nombreux couloirs aériens.

Autant le dire, la forêt est donc bel et bien polluée par les échappements et le bruit générés par la circulation ! Ajoutez à cela que les bordures de ces routes sont de véritables décharges à ciel ouvert et qu'elles sont parfois bien mal fréquentés, vous voilà avec un beau portrait du Pays de Fontainebleau ! Ces routes sont aussi très dangereuses et concentrent bon nombre des "points noirs" du département. Outre les collisions avec des sangliers, biches ou cerfs, de trop nombreux accidents sont provoqués par l'imprudence des conducteurs (motards compris) dont la vitesse est très excessive sur les petites routes forestières. Pour corser le tout, nous avons à faire face à de nombreux problèmes de stationnement et donc de vol...

Les associations comme les AFF et le COSIROC travaillent de concert avec les autorités et l'ONF dans l'aménagement des principaux points noirs, qu'il s'agisse des parking, des aménagements de carrefours, de la fermeture des routes forestières ou, comme ce fut le cas sur la N7 dans les années 80, pour la création d'un passage piétons protégé permettant l'accès aux sites d'escalade et de randonnée du Cuvier. Mais leurs avis est loin d'être toujours suivi tant par l'ONF que part la Préfecture ou l'exDDE !

Depuis le classement en forêt de protection, il est devenu beaucoup plus difficile de faire des travaux routiers à Bleau sans concertation. En effet, les textes supposent que toute nouvelle emprise sur la forêt doit faire l'objet d'un passage en Conseil d'Etat ! Impossible donc d'élargir une route en toute discrétion... du moins en théorie.

Nous évoquons régulièrement dans nos articles les problèmes et les solutions liés au stationnement, à la vitesse, à la cohabitation entre les usagers, etc dans la rubrique "Aménagement routier".

Nous sommes un média libre et indépendant. Nous avons certes de bons rapports avec les forestiers mais n'hésitons pas à critiquer ses choix lorsque nous pensons que la solution adoptée n'est pas la meilleure.



Ainsi, lorsqu'il a décidé unilatéralement de fermer le Parking de Franchard Cuisinière en invoquant le coût d'entretien du chemin stabilisé et les risques liés à sa dégradation...nous avons vivement fait savoir ce que nous en pensions dans les médias.
De qui se moque-t-on ! Certes cette route présentait de profonds nids de poules notamment à sa jonction avec la départementale mais étaient-ils plus dangereux que ceux de la route du Loup (parking d'Isatis où se concentre désormais les véhicules). Et que dire de la piscine (3 mètres de long, 2 de large et plus de 80 cm de profondeur) à l'entrée de parking du 95,2 (Croix St Jérôme) en 2011...

L'ONF ayant fermé l'accès au stationnement de Franchard Cuisinière sans préavis et informations en plein WE de Pâques 2010, on peut estimer qu'il a mis en danger les usagers qui ont été contraint de stationner dans le virage de la départementale là où les véhicules déboulent (au mieux) à 90 kh sans visibilité ! Les associations avaient pourtant alerté l'ONF sur la nécessité de faire faire des travaux préalables à cette fermeture (agrandissement du parking d'Isatis pour recueillir le flux de voitures supplémentaires, pose de panneaux d'information à l'ancien parking, demande de panneaux de signalisation...) Un an après, peu de choses avaient été faites, et en 2012, le danger est encore là ! Mais, l'ONF songe désormais à la réouverture de Cuisinière avec un accès depuis la route du Loup !!!


Je ne vais pas épiloguer plus longtemps sur le sujet, vous aurez compris que c'est un des principaux problèmes dans cette forêt ce qui la rend totalement incompatible, en l'état, avec un éventuel projet de Parc National !



La Seine-et-Marne, le département des records !


Notre département, de part sa taille, son important réseau routier et sa faible urbanisation détient aussi le record de France du plus grand nombre de collisions avec des sangliers ! Du coup,  les quotas de chasse sont à la hauteur du nombre de nuisibles... et, étaient fixés à 11 000 têtes pour 2009 !
En 2008, 1 030 accidents ont été provoqué par les sangliers, les chevreuils ou les cerfs en Seine-et-Marne, soit près de trois collisions par jour, ce qui la place au 5e rang des départements français. Le chiffre fut donné par le fonds de garantie...
C'est ce fonds, financé par les assurances, qui rembourse depuis 2007 les dégâts occasionnés par la faune sauvage dès le premier euro. En 2008, il a déboursé 21 M€ au niveau national.

Sur les 1030 accidents évoqués, 664 étaient dû aux sangliers. C’est donc notre département qui déplore le plus de collisions avec ces animaux sauvages. Si la plupart des dommages sont matériels, dans 3 % des cas des victimes sont blessées ou tuées dans le choc et les deux tiers des collisions se produisent dans la forêt de Fontainebleau !

Donc, soyez très prudents, notamment la nuit, et respectez les limitations de vitesse. Notez que depuis quelques mois, de nombreuses routes ont été limitées à 70 km/h !



Travaux - Route : Carrefour de Paris, RD 607






Le Conseil général de Seine-et-Marne engage des travaux de construction d’un passage inférieur, sur la RD 607 (ex N7),au carrefour de Paris (Fontainebleau)


A compter du mois d'avril 2012, Le Conseil général va entreprendre des travaux de construction d’un passage inférieur, sous la RD 607, au niveau du carrefour de Paris sur le territoire de la commune de Fontainebleau.

Cet aménagement qui s’inscrit dans le programme « conduite apaisée » dans le massif de Fontainebleau répond à en un enjeu de sécurité routière.


Les travaux d’un montant de 1,900 millions d’euros se termineront au printemps 2013

Durant la durée des travaux sur la partie Ouest, la circulation se fera sur des voies à largeur réduite et à vitesse limitée à 70 km/h.

Les travaux de la partie Est seront réalisés sur deux voies de circulation direction Fontainebleau et une voie direction Paris, pendant la période estivale du 14 juillet au 15 août 2012 afin de causer le moins de gêne aux usagers.

Pendant toute la durée du chantier, des panneaux d’information seront implantés aux carrefours stratégiques des allées forestières, itinéraire compris entre la gare de Fontainebleau – Avon et la commune de Barbizon pour prévenir les randonneurs, cyclistes et cavaliers sur les itinéraires forestiers à ne pas emprunter.

Il est conseillé de ne pas traverser la RD 607 entre le carrefour de la Libération et le carrefour du Grand Veneur.
La plus grande prudence est donc recommandée aux abords de ce chantier

Le réseau routier seine-et-marnais

Depuis le 1er janvier 2007, le Conseil général a la responsabilité d'un réseau routier de 4 380 kilomètres de routes départementales. En effet, l'Etat a transféré au Département 352 kilomètres de routes nationales (RN) qui deviennent désormais départementales (RD) et s'ajoutent ainsi au réseau existant. 190 kilomètres de routes restent, sur notre territoire, nationales.

Pour accompagner ce changement, le département déploie une nouvelle numérotation des routes départementales à 3 chiffres. Fini la célèbre N7 ! C'est maintenant la RD 607 !

Le numéro est, si possible, identique à celui utilisé dans le département voisin (ex : le département de la Marne ayant choisi l'appellation RD 934 pour l'ancienne RN 34, la Seine-et-Marne retient également RD 934), lorsqu'il  n'existait pas auparavant de RD avec ce numéro, les "nationales" ont conservé leur n° (ex : la RN 152 devient la RD 152),
Enfin, dans les autres cas, la nouvelle numérotation sera composée comme suit RD 6+2 autres chiffres.

Cette décentralisation implique pour le Conseil général de lourds investissements d'entretien et d'aménagement afin de garantir la sécurité routière des automobilistes. Elle a également requis la mise en place de 5 nouvelles agences routières territoriales d'intervention sur l'ensemble du territoire et la gestion des personnels qui, jusqu'alors, relevait de l'Etat (DDE).



http://www.seine-et-marne.fr/chantiers-en-cours-routes

Mercredi 29 février : Opérations coordonnées de sécurité routière à Chailly-en-Bière / Fontainebleau
Maurice Tubul, directeur du cabinet du préfet de Seine-et-Marne a assisté à des opérations coordonnées de sécurité routière menées par la gendarmerie à Chailly-en-Bière et par les forces de police à Fontainebleau. Au cours de l'opération, les forces de l'ordre ont eu recours au Procès-Verbal électronique (PVe) pour enregistrer les contraventions des contrevenants qui seront envoyées, numériquement, au centre de traitement de Rennes. Le dispositif est en cours de généralisation en Seine-et-Marne.
Maurice Tubul a annoncé le durcissement des sanctions administratives décidé par le préfet de Seine-et-Marne et rendu nécessaires par une augmentation du nombre de tués sur les routes en 2011. Ce durcissement concerne les infractions les plus graves, ceux que nous ciblons, ce sont les délinquants de la route » a rappellé le directeur de cabinet.


Pour en savoir plus sur le renforcement des sanctions administratives, merci de cliquer ci-dessous:



Texte voté par l’AG des AFF

Motion n°1
Conduite apaisée

L’Association

Confirme son soutien au programme de conduite apaisée mis en oeuvre par le Département de Seine et Marne ;

Marque sa satisfaction à l’égard des opérations réalisées en 2010 dans le massif forestier, notamment l’aménagement du  carrefour de Saint Hérem ;

Regrette que l’aménagement du carrefour de Paris ait été différé et souhaite qu’il soit réalisé au plus tard en 2012 ;

Constate avec satisfaction que la limitation de vitesse, décidée à titre expérimental sur quatre tronçons de routes en forêt est bien acceptée et semble avoir conduit à un ralentissement effectif de la vitesse observée ;

Souhaite l’extension dès 2011 de cette limitation de vitesse à d’autres parties du réseau routier en forêt ;

Souhaite  qu’un programme de sécurisation des traversées de sentiers bleus soit défini et mis en oeuvre  et avancera des propositions en ce sens ;

Reste préoccupée par l’importance croissante du trafic poids lourds dans le massif forestier, notamment sur le tronçon de la D 142 entre le carrefour de la Table du roi et celui de la Croix du Grand Veneur et demande instamment que, dans un premier temps, la vitesse sur ce tronçon soit limitée à 70 km/h.

Quelques archives pour mesurer l'évolution du problème...

La Rep de 77 en 1953, le début des accidents de la route...


sept 1999, Le Parisien 77

Sept 1999, dans la Rep 77 cette fois




Share this article :

0 commentaires :

Speak up your mind

Tell us what you're thinking... !

Nombre total de pages vues

Rechercher dans ce blog

Translate

 
Support : Auteur photographe : Greg Clouzeau | Fontainebleau Histoire (NOUVEAU !) | Devis sur demande
Proudly powered by Blogger
Copyright © 2011. Tribune Libre de Bleau et Cie - All Rights Reserved
Template Design by MASKOLIS Published by Mas Template Johny Template