Chantier

Sur les chemins

Escalade

Matos

2014-03-02


COMMUNIQUE

L’association Bloc'age et Chlapak ont décidé de se joindre à l'opération forêt propre mise en place  par l'ONF afin d’organiser une journée de nettoyage et de sensibilisation aux bonnes pratiques et au respect des règles du jeu.
 
Le dimanche 6 avril 2014, de 11h à 17hBloc’age, Chlapak ainsi que de nombreux acteurs locaux -- FFME -  Gite Kailloux – Gite Arbonne  –Blozone -  IBBZ – S'cape – Kairn -La Tribune de Bleau - ZeBloc – Block’out - Arkose – Roc et résine ­- organisent une journée de nettoyage et de sensibilisation aux bonnes pratiques. 
 
Rendez-vous à 11H à Apremont pour nettoyer ce site et les sites voisins : bas Cuvier, Isatis, Canon, et à 14H 30 au parking de La roche aux Sabots pour nettoyer les sites des 3 pignons.
 
La fréquentation de notre forêt s'est internationalisée et a pris, ces dix dernières années, des proportions considérables. Si l'on peut se réjouir du développement de notre activité, il faut regarder objectivement les nombreuses nuisances qui ont accompagné ce formidable essor : déchets au sol, polissage des prises, blocs couverts de magnésie, érosion dans les pentes...
 
La forte fréquentation s’accompagne souvent de l’accumulation de déchets (petits ou gros) autour des blocs et de magnésie en surdose. Même si beaucoup de grimpeurs et randonneurs rapportent déjà quelques déchets trouvés, une journée de mobilisation permet de montrer que les grimpeurs s’organisent pour sauvegarder leur terrain de jeu et veulent faire passer des messages de bonnes pratiques.
 
Nous souhaitons que cette mobilisation donne aux grimpeurs et visiteurs de la forêt l’envie de préserver cet espace naturel si précieux. Outre le nettoyage ponctuel des zones, notre objectif est de favoriser la prise de conscience de la valeur de ce bien commun et de sa fragilité. Minimiser l’impact des activités pratiquées en forêt est un enjeu majeur si l’on ne veut pas la dégrader de manière irréversible à tel point que des interdictions soient rendues inéluctables. 
 
L'association avec plusieurs partenaires locaux permet d'augmenter la visibilité de cette action et d'offrir à chaque participant un cadeau symbolique : brosse, paillassons, entrée pour des séances dans les salles partenaires.


 
En annexe le rappel des règles du jeu
Les règles du jeu sont simples et se résument à quelques gestes:
 
- Remporter ses poubelles.
Et pourquoi ne pas ramasser les autres déchets que vous trouvez ?
- Ne négligez pas les petits déchets. Ils polluent autant que les autres.
- Se garer sur les parkings sans gêner notamment l’accès des secours.
- Admirer sans détruire le patrimoine historique (gravure rupestre, abris carriers)
- Utiliser la magnésie ou le pof avec parcimonie
- Nettoyer son bloc à l’aide de brosse non métallique.
- Nettoyer ses chaussons avant chaque bloc à l’aide d’un paillasson, ou d’un chiffon.
- Déplacer son crash-pad en le portant et sans le traîner. Soyons conscients de l’érosion et de la fragilité du milieu.
- Enterrer ses déjections et son papier toilette.
- Respecter les plantes et les animaux de la forêt. Il existe de nombreuses espèces protégées.
- Le camping sauvage est interdit (même sur les parkings). De nombreux camping et hébergements sont possibles dans la région.
- Les feux sont interdits
- La grimpe nocturne est interdite.
L'an dernier nous vous avions informé des travaux à venir sur le site d'escalade de La Roche aux Dames à Mondeville conduits par le Cosiroc, la Mairie et le PNRGF entre autres. Vous avez été nombreux à répondre présents à l'appel du Comité, certains en participant quelques heures, d’autres plusieurs journées. Les travaux sur le pignon Ouest ont bien avancé et nous avions fait le point avec le Cosiroc et maintenant avec JJN qui nous offre les premiers éléments de topo pour avis !  Nous, ce que l'on peut vous dire c'est que JJN il a fait un gros boulot à l'ouest !


Mise à jour du 06/03/2013 par Jean Jacques Nael :

Comme beaucoup de vous le savent déjà et pour cause... , un important travail de réfection a été entrepris à La Roche aux Dames. D’une part dans le secteur ouest du Grand Château et d'autre part dans secteur du Cap Avancé pour les vieux circuits Jaune et Orange. Les travaux ont commencés fin octobre et devront être en principe achevés fin mai de cette année. Mais il est d’ores et déjà possible de suivre « les circuits » grâce à un marquage provisoire. Nous vous invitons à donner vos impressions, voir vos suggestions sur leurs compositions. Voir la page en lien pour les détails et la documentation sur les circuits en projet. LA ROCHE AUX DAMES.

source

Projets du secteur Château (Mondeville) sur le site du Cosiroc

Aperçu des circuits en projet (dernière mise à jour : 8 mars 2014) 
Attention, ce n'est que l'état actuel du projet. La concertation (entre acteurs et avec les grimpeurs passant sur place) est toujours en cours!
Des voies de niveau rouge apparaissent sur certaines photos. Ne pas tenir compte des numéros pour ces voies.

Projet de circuit jaune   
45 voies (plus bis) en photo, schéma du balisage provisoire  
La galerie des images du jaune en un coup d'oeil

Projet de circuit orange
44 voies (plus bis) en photo, schéma du balisage provisoire
La galerie des images de l'orange en un coup d'oeil

Projet de circuit  bleu
43 voies (plus bis) en photo, schéma du balisage provisoire


La galerie des images du bleu en un coup d'oeil
Les beaux jours semblent revenir et, après ces longs mois de pluie, vous avez sans doute hâte de retrouver vos spots préférés ! Nous aussi mais... nous tenons à vous rappeler que depuis février, bon nombre de secteurs sont interdits pour permettre à nos chers rapaces de se développer (voir le rappel de l'an dernier pour plus de détail sur ces oiseaux) ! 

Il faut donc patienter encore un peu et se renseigner sur les sites abritant habituellement un ou plusieurs couples d'oiseaux. Les sites internet locaux permettent de véhiculer ce type d'info (voir notre colonne) mais aussi les sites comme www.kairn.com ou encore ceux des fédérations (FFCAM, FFME, FSGT...).

Par ailleurs, nous en profitons pour lancer un appel à la prudence.

En effet, vu la pluviométrie enregistrée sur bon nombre de départements cet hiver, il faudra rester vigilant pendant plusieurs mois sur les risques d'éboulements et chutes de pierres. 

Si traditionnellement, on considère qu'une fois les périodes de gel et dégel passées, les parois se purgent rapidement, il ne faut pas oublier que la terre joue aussi un rôle fondamental dans la tenue de certains blocs. 

Entre le ravinement causé par les fortes pluies et le gonflement des terres gorgées d'eau, il y a fort à parier que de nombreuses falaises (et tout particulièrement les pentes sommitales) ont été touchées.

Ainsi, lorsque la terre va sécher et se contracter autour des blocs durant les périodes chaudes et sèches, les blocs déstabilisés cet hiver pourraient tomber en quantité. Soyez prudent !

On vous a presque harcelé avec leur projet et on a bien fait car ils ont remporté sur le fil leur challenge chez AXA. Les arracheurs vont donc pouvoir acheter le matériel nécessaire à la destruction des phytolaques mais encore faut-il qu'il y ait des bénévoles... Car rappelons-le, ils ne sont qu'une petite quinzaine de réguliers à s'atteler à cette tâche ingrate ! Voici les prochaines dates...




Vendredi 28 février, le verdict est donc tombé : L'ASABEPI sort  gagnante de la compétition de mécénat participatif organisée par AXA. Une forte mobilisation a permis de récolter 7 617 € votes contre respectivement 7 369 €et 6 543 € aux deux suivants.
Parcelle 752 près de Macherin (photo ASABEPI)
Et comme un bonheur ne vient rarement seul, le seuil de 1 200 € récoltés a été allègrement franchi (1 702 € le 1er mars en début d'après-midi), déclenchant ainsi le coup de pouce promis par AXA au vainqueur, soit 720 € supplémentaires. 

La presse locale a certainement aidé par ses publications de dernière minutes ses colonnes : voir le Parisien des jeudi 27 et 28 février (1 et 2) et samedi 1er mars ainsi que le Républicain de l'Essonne du jeudi 27 février.

Il est agréable et réconfortant de souligner qu'en cette occasion, la solidarité a joué (de toute la France et mais pas seulement).

Si on pouvait avoir la même mobilisation lors d'un prochain Clean Up Day (on nous murmure la date du 29 mars !)



Pour vous inscrrire aux chantiers de mars de l'Asabepi
http://doodle.com/7pyy4htqeqn64eha 
et ceux d' avril ( DICTON :en avril, de ta bèche découvre le fil)
http://doodle.com/n4sz9zsh7qa2z9h5n8hf6ppy

Suivez la vie de l'ASABEPI sur :http://phytolaque.wifeo.com/
La forêt domaniale de Fontainebleau s'est progressivement enrésinée et de nombreux naturalistes et associations locales n'ont de cesse de dénoncer la politique de l'ONF à l'égard des pins. Oui mais voilà, le pin est très certainement l'essence d'avenir ! C’est une étude publiée dans la revue britannique Nature qui l’affirme : des scientifiques pensent avoir découvert le lien entre le parfum puissant des pinèdes et le réchauffement climatique. D’après leurs études, il y aurait un mécanisme de vaporisation de la fragrance au-dessus des forêts boréales, parfum qui se transformerait en aérosol. Or, ces aérosols contribueraient au refroidissement global de l’atmosphère, en réfléchissant la lumière du soleil dans l’espace et en facilitant la formation des nuages. Voilà qui devrait relancer la polémique sur les pins et pas qu'à Fontainebleau.

" Si vous allez dans une forêt de pins, vous remarquez son odeur et cette odeur pourrait être celle qui limite effectivement le changement climatique . " Voilà ce que dit le Dr Ehn qui croit donc  que ces vapeurs pourraient avoir un impact significatif à moyen terme

Pour être précis, l’équipe des chercheurs, composée de membres de différentes nationalités, ont en effet résolu le mystère chimique qui fait que l’odeur se transforme en aérosol et se met à réfléchir la lumière. Ils ont compris que les composés organiques volatiles réagissent avec l’oxygène dans la canopée de la forêt pour former des aérosols.
Une découverte majeure selon la BBC qui comble les lacunes des scientifiques à propos de l’impact des aérosols dans l'atmosphère sur le réchauffement climatique.

En effet, ces particules aident au refroidissement en réfléchissant la lumière du soleil dans l'espace et aider les nuages ​​se former.

Un des plus grands trous dans les connaissances scientifiques sur le changement climatique concerne l'ampleur de l'impact des aérosols atmosphériques sur les températures. Sans une parfaite connaissance de ce phénomène, les modèles de calculs et prévisions peuvent être complètement faussés.

Selon le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) , les aérosols « contribuent à la plus grande incertitude des estimations et interprétations de l'évolution du budget de l'énergie de la Terre . "

Les scientifiques ont constaté maintenant que , en fait, il y a une étape supplémentaire dans le processus , ce qu'ils appellent un «chaînon manquant» . Ils ont découvert qu'une très faible partie des vapeurs organiques présentes dans l'air se condense de manière irréversible sur n'importe quelle surface ou particule rencontré. Elle s'accumulent ensuite plus facilement pour former les aérosols.

Les chercheurs disent que d'avoir une compréhension claire de la façon dont les odeurs de la forêt deviennent des aérosols permettra d'améliorer la précision avec laquelle ils peuvent estimer la capacité de ces particules à limiter la hausse des températures .

Les auteurs estiment que ce phénomène joue un rôle important dans la réduction de l'impact de la hausse des températures . " Dans un monde plus chaud , la photosynthèse sera plus rapide avec l'augmentation du CO2 , ce qui conduira à plus de végétation et d'émissions de ces vapeurs », a déclaré l'auteur principal , le Dr Mikael Ehn , maintenant basé à l'Université d'Helsinki . " Cela devrait produire plus de gouttelettes, ce qui devrait alors avoir un impact sur le refroidissement et avoir un effet d'amortissement . "

Les chercheurs ont échantillonné l'air dans les forêts de la Finlande et ont effectué des expériences à une chambre à air au Centre de recherche de Jülich en Allemagne .

Sources :

NATURE