Chantier

Sur les chemins

Escalade

Matos

2013-05-05

Chaque année on en parle dès que les beaux jours reviennent, les feux de bivouac et autres traces de camping sauvage à Bleau sont une vraie plaie ! Faut-il que notre forêt soit ravagée par d'importants incendies pour que les gens comprennent et que les autorités réagissent ? 

Alors certes, il ne fait très beau en ce moment mais une petite randonnée au Grands Aveaux, au Cuvier ou Isatis vous prouveront que ces pratiques qui mettent en péril la forêt de Fontainebleau ont cours actuellement ! Après les séjours de Pâques et les ponts de mai, ce sera le tour des étudiant(e)s... Il est temps d'agir !

Nos reporters ont encore ramené des images de ces feux de bivouac. Ainsi, l'ami Jean Claude a compté plusieurs foyers autour du Cuvier (et quelques tags). Bien entendu, cela s'accompagne de dépôts de déchets et de toilettes improvisées !

Au cuvier, en avril 2013, photo JCV


Neil Hart, pendant le tournage d'Out of Sight a pu observer jusqu'à 15 camping cars sur le stationnement d'Isatis. Pire ! Les campeurs y ont fait un grand feu de joie ! 

Avril 2013, petit feu sur le parking d'Isatis pour se réchauffer !
Photo : Neil Hart

Quant au parking du 95,2 il n'échappe pas cette transformation en camping !

Aire de stationnement ou de camping ?
Avril 2013, Neil Hart
Neil nous a aussi trouvé sur facebook cette petite vidéo espagnole. Certes c'est pour rire mais était-ce nécessaire ? Bel exemple pour les autres et les enfants...

L'an dernier, fin mai, nous avions survolé l'incendie du Rocher Cassepot provoqué par un feu de bivouac mal éteint ! En attendant les traditionnelles opérations commando ONF/police de l'été dont nous avons parlé à plusieurs reprises sur notre ancien portail d'info, nous vous demandons :
- d'intervenir auprès des groupes préparant feu ou barbecue,
- de prendre des photos (y compris plaque d'immatriculation)
- de prévenir l'ONF si les personnes refusent d'éteindre le feu


Photo Neil Hart, Rocher Guichot

Bien entendu cela donne lieu a un entassement de déchets,
Ici au 95,2 fin avril, photo Greg CLOUZEAU

Photo Neil Hart, Isatis


Par ailleurs, nous avons reçu le témoignage suivant qui montre à quel point l'ONF n'est pas clair dans son action :
Témoignage d'un vieux grimpeurs sur les pratiques de l'ONF en forêt de Fontainebleau.

M. K et la forêt de Fontainebleau.

Comme à son habitude depuis plus de 30 ans, M. K. part en week-end dans la forêt de Fontainebleau.
La nuit tombée M. K. installe un bivouac («installation provisoire en plein air», Petit Robert): une tente sans double toit pour les enfants, la belle étoile pour les plus grands, sac poubelle pour ses déchets et ceux des autres...
Tôt le matin M. K. est réveillé par un agent de l’ONF qui, d’un ton solennelle, lui informe que le camping est interdit dans la forêt. («activité touristique qui consiste à vivre en plein air, sous la tente...»; Petit Robert). Loin de chercher les ennuis M. K. s’excuse de son retard et réveille ses enfants afin de remballer plus vite que prévu et prouver ainsi sa bonne foi auprès de l’agent de l’ONF qui a encore de nombreux camping car à informer.
Surprise ! L’agent de l’ONF quitte le site sans même réveiller ses charmants voisins en camping car.
Dans Camping Car, y’a bien le mot «camping» !? se dit il. Mais d’après le comportement de cet agent de l’ONF, il semblerait que non.
Aussi M. K se demande si l’ONF ne s’est engagé pas dans une politique discriminatoire auprès des plus pauvres qui n’ont pas le bonheur de posséder un Camping Car ? 
L’autre fois, M. K. est tombé nez à nez avec un ravitaillement pour une course d’équitation dans la forêt. (NDR: L’ONF était présent au ravitaillement). Le soir venu, les bras lourds, M. K. a repris le chemin du retour. Surprise ! Le ravitaillement n’est plus et en sa place des centaines de bouchons de bouteille d’eau, papiers... jonchent le sol. Son sac poubelle ne suffira pas à tout ramasser. Que cela ne tienne, M. K. et ses enfants enlèvent ce qu’ils peuvent, tout en se demandant si certaines activités ne sont pas exemptes de toute réglementation, notamment celles dont les dimensions symboliques, sociales et économiques sont considérées comme dominantes.

Tel M. K., je suis retourné dans mon «château», le coeur plein d’amertume et d’incompréhension face au traitement Kafkaïen que l’ONF fait subir à certains groupes sociaux... 
Qu’en dit l'article 225-1 du Code pénal !?



Quelques vieux articles sur ce sujet à lire sur le portail classique :
http://latribunelibredebleau.blogspot.fr/2012/09/incendies-et-bivouacs-les-consequences.html
http://latribunelibredebleau.blogspot.fr/2011/07/surveiller-et-punir-camping-et-bivouac.html
http://latribunelibredebleau.blogspot.fr/2011/05/danger-tres-gros-risque-dincendie-ne.html
http://latribunelibredebleau.blogspot.fr/2011/07/encore-un-bloc-abime-par-un-stupide-feu.html
http://latribunelibredebleau.blogspot.fr/2011/05/petite-histoire-entre-grimpeurs-autour.html




« Fontainebleau — Forêt » ! Une minute d’arrêt









Vous avez décidé de réduire sérieusement votre bilan carbonne et avez choisi de privilégier les transports en commun ? Comme vous le savez, plusieurs sites de Bleau sont  accessibles par le train. (nous en parlons dans cette page). Mais saviez-vous qu'il existe un arrêt SNCF fantôme ? Une gare sans quai ? 

En effet, entre les gares de Bois-le-Roi et Fontainebleau Avon, vous serez peut être surpris de voir le train s'arrêter en pleine forêt et décharger un groupe de passagers. Non, le chauffeur ne fait pas du "stop" mais marque l'arrêt à "la gare fantôme"de Fontainebleau - Forêt. En langage SNCF, c'est un « point d’arrêt non géré » (PANG). Pas de signalétique... et à peine un quai ! Attention, cet arrêt n'est desservi que dans un seul sens.







JPEG - 159.1 ko
Crédits Photos Métropole
Randonneurs à la descente du train à Fontainebleau - Forêt

Au cœur de la forêt

Outre cette absence de signalétique, unique en Île-de-France, la halte de Fontainebleau - Forêt possède le triste record d’être la moins fréquentée du réseau. La fréquentation est en effet évaluée sur la base des voyageurs « entrants » donc ici zéro, l’arrêt étant réservé à la descente. Et ne dessert de toute façon aucune habitation dans un rayon de plusieurs kilomètres.Créée au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, la halte est située sur la ligne classique du réseau Transilien  TransilienR Paris — Montereau par Moret. Rajouté après coup au début des années 1950, le quai est positionné au point kilométrique (PK) 55,05 — à mi-chemin entre les gares de Bois-le-Roi (PK 50,896) et Fontainebleau - Avon (PK 58,941).
En descendant du train, on se trouve à proximité de la route dite « d’Aumale », à mi-chemin entre deux points bien connus des promeneurs : le rocher de Samois et le carrefour de la Croix de Toulouse.

Dans les années 1950, elle était très fréquentée : plus de 500 voyageurs par train les dimanches, le jour qui était le plus chargé dans les gares parisiennes. À l’époque, on ne partait pas encore en week-end ! Le Parisien avait tout juste droit à un dimanche au grand air, généralement en train, faute de voiture particulière. Mais les temps ont changé et les voitures sont légions ! La halte de Fontainebleau - Forêt n’est donc plus connue qu’au sein d’un petit cercle d’initiés.

La SNCF, seul maître à bord pendant des décennies, puis le STIF qui a progressivement pris de l’importance depuis 2001, n’ont jamais eu l’idée de mettre en valeur cet arrêt ! 


PNG - 217.6 ko
Aucun panneau indiquant le nom de l’arrêt
N’émerge des herbes qu’une pancarte rappelant le détour obligatoire par le pont de la route d’Aumale pour traverser les voies ferrées.

En 2009, la réforme des horaires, et le caractère très occasionnel de l’arrêt, faisaient craindre le pire concernant Fontainebleau - Forêt ! Mais cette desserte a été maintenue à l’identique ou presque, avec des décalages de quelques dizaines de minutes tout au plus pour tenir compte des nouvelles heures de départ des trains.
La halte de Fontainebleau - Forêt se distingue ainsi une nouvelle fois, en résistant envers et contre tout à ce vent de modernisation du réseau ! Pour cela, les arrêts ont tous été reportés sur des trains Paris — Montargis.  Il faut dire que le maintien de cet arrêt ne met pas en péril les finances du STIF ou de Transilien : le coût est tout au plus limité au « droit d’arrêt en gare » payable à Réseau Ferré de France (c’est-à-dire presque rien) et à l’énergie nécessaire au redémarrage du train 
Quelques trains de la ligne R du Transilien marquent donc cet arrêt au départ Gare de Lyon : un train le samedi matin, deux trains le dimanche matin et les jours fériés mais il est bon de vérifier avant auprès du chauffeur, histoire de s'arrurer qu'il ne va pas oublier l'arrêt. Côté tarifaire, la halte de Fontainebleau - Forêt est assimilée à sa voisine, Fontainebleau - Avon. 

Les horaires de la ligne R sont sur transilien.com

Le pdf des horaires du WE et fêtes


En savoir un peu plus sur Métro Pôle

NATURE