RAPPEL ! LA FORET N'EST UNE POUBELLE !

RAPPEL ! LA FORET N'EST UNE POUBELLE !
Un commandement qui s'ajoute aux autres et que vous retrouverez sur la page des chartes en cliquant sur l'image !

Pillage des topos d'escalade par les étrangers, David Atchison nous en parle !

Le conflit qui oppose certains équipeurs et auteurs de topoguides d'escalade avec Camp to Camp suscite de nombreuses réactions. Après celle de Bruno Fara, voici celle de David Atchison-Jones, l'anglais auteur et éditeur de 24 topos dans la langue de Shakespeare dont plusieurs sur nos falaises et blocs. David est sans doute l'anglais plus détesté par les équipeurs français mais aussi le plus populaire chez les grimpeurs vu le succès des ouvrages de la Maison Jingo Wobbly. Nous l'avons croisé à plusieurs reprises à Fontainebleau où il séjourne longuement pour préparer ses ouvrages. Avant de vous livrer sa position, discutable d'ailleurs, on doit préciser que David ne fait pas de la recopie  en restant chez lui mais se déplace sur chaque falaise, essaye un maximum de voies, réalise lui même les schémas et photographies descriptives. Par ailleurs, en Bourgogne, son topoguide régional a longtemps été le seul disponible et le plus à jour. On peut aussi affirmer qu'il est en contact avec beaucoup d'équipeurs français et qu'il respecte (le plus souvent) leurs consignes quant au secret sur certains secteurs ou voies.

Dans le courrier qu'il nous a adressé, il défend sa vision de la relation entre topo et financement de l'équipement. Nous ne sommes pas d'accord avec lui sur de nombreux points mais sa position très tranchée et un peu provocatrice (après tout, il reste anglais !) est sans aucun doute une des plus importantes du milieu. Si elle n'est pas directement en lien avec la polémique  qui nous occupait jusque-là, nos échanges avec certains administrateurs de CtC vont aussi dans ce sens d'une réflexion et enquête sur les chiffres rééls de vente de topo et financement d'équipement. En attendant, ils se bornent à leur communiqué du 12/12.
Nous ne souhaitons pas commenter la position de David car forcément, il est trop facile de trouver des contre exemples et le sujet est bien trop complexe. Mais nous invitons les auteurs et équipeurs à communiquer sur leurs chiffres de vente et leurs investissements, en toute transparence, sans tabou d'argent. 

Son argumentation se fait en 4 points que l'on va résumer rapidement pour les non anglophones.
Primo : le topo papier n'a pas d'avenir et ceux qui les publient ne cherchent pas à gagner de l'argent !
Secundo : les équipeurs sont souvent de mauvais auteurs et plus il y a de choix dans les topos vendus, plus les grimpeurs ont de chance de trouver le topo qui correspond à leur pratique.
Tertio : la majorité des grimpeurs (scolaires inclus) évolue dans des niveaux inférieurs au 6b alors que la majorité des voies sont ouvertes dans des niveaux supérieurs à cette cotation. Le financement de l'équipement  par le topo n'est donc pas justifié !
Enfin, quatro : la contribution devrait être proportionnelle au niveau et pourrait être prélevée in situ.
Merci David... Nous sommes certains qu'avec ça tu vas relancer le débat et te faire plein de nouveaux amis français !

GUIDEBOOKS AND FINANCES: 
I am David Atchison-Jones and have written 24 climbing books over a 34 year period, and most of these books have been climbing guidebooks. I know the world of climbing publishing inside out. Below, I believe are the 4 interesting most interesting points when anyone mentions guidebooks and route equipping.

1). NO PROFITS : Approximately 80% of work involved in any climbing book is voluntary, so any idea that there is any profit to be made from climbing books is complete rubbish, and this is exactly why there are no commercial publishers in climbing books. With the evolution of the internet, the publication of climbing books is very likely to dissappear in the future – especially with websites needing traffic to therefore extract money from advertisers. So my first point is that climbing books have never funded anything – and never will. Money is raised by the sale of books for sure, but this must go into costs; paper manufacturers, graphic designers, computers, software developers, printers, book shops, sales staff, warehouses, shippers, banks, Amazon, etc etc. You cannot pay for anything out of "no profit."

2). FREE PRESS : My professional job was in photo journalism, so I also know the full meaning of a free press. Newspapers are written by journalists and thank goodness - not the politicians. I have been paid to report from war zones, none of the money you buy a paper for goes to support the wars and attrocities it reports. You would not want to read a restaurant review written by the chef in the kitchen would you? They are not going to criticise their own cooking. So when it comes to all climbing books, surely it is far better that they should be written by "somebody not involved with the equipping of routes," Let’s face it, drawing a few lines on paper to make a topo is hardly rocket science anyway. Everyone can have a go and let the public decide what they want to buy. In bleau there are 10 guidebooks – great, what a fantastic choice.

3). MORE YOU CLIMB – MORE YOU CONTRIBUTE : Equipping routes of course involves finance and responsiblilty. In just about all instances where school children climb on local cliffs, these routes will be equipped professionally and paid for by local government or other state funding – parents don’t like their kids being killed by poor equipment. The majority of routes grade 4a-6a+ will come into this category. This will therefore represent about 10% of the routes in an area. I estimate that 90% of climber’s, climb in the 4-6a+ grade. Therefore doing the maths, 90% of the routes will only be of interest to 10% of climbers. Also your typical 8a, will have 14 bolts, to only 7 on a grade 5 – we all know that. Additionally, climbers who climb 7a will climb 5 times in 2 weeks doing 10 up and downs (50), and 5a climbers generally only go once and do 5 climbs (5). So when you work it all out, SO,,,,50%, of 10%, and then 10%. = 0.0005%. a tiny contribution for any 5a climber – if any at all - since their routes have already been paid for. My point is that if you want climbers to contribute to the equipment on routes, then the high grade climbers need to contribute 99% of the finance. Any concept of linking this to a single guidebook sale is therefore unfair and ridiculous.

4). PAY AS YOU CLIMB : The smart way to collect any money for route equipping, would simply for the equippers to visit a cliff on a busy afternoon or evening, and collect money from those climbers actually using the equipment on the cliff – nobody could complain at that. If you climb grade 5, that’s 50 cents, and if you climb 7a that’s 100 euros (expensive day out eh!)

There are lots of complications of course, within all of these 4 major topics, and I am certainly not trying to provide instant answers, simply to outline the major issues. Times are changing, with so many people learning to climb indoors, and then expect the same level of equipping outdoors. If money in any way is sought for the equipping of routes on cliffs, then it needs to be directly sought from those climbers actually climbing the "actual routes," and should go directly into the type of routes that they are climbing.
 
Partagez sur Google Plus

A propos TL De Bleau

La Tribune Libre de Bleau et Cie est le premier e-magazine gratuit d'information sur les sites naturels de loisirs et sports non motorisés et ses usagers. On y parle du Pays de Fontainebleau mais aussi du monde de l'outdoor. Vous souhaitez y publier, contactez-nous !
    Commentez sur Blogger
    Commentez sur Facebook

8 commentaires:

  1. You surely make profits from your books otherwise why would you have published so many ?
    The guy who publishes for a crag he bolted is probably not the best to rate it but he's less likely to do it for money as he mainly wants to promote the area and be paid back for the bolts. It's quite fair that way because if he doesn't equip in adequacy with the majority of climbers expectations he won't sell much.
    The 5+/6a climbers don't practice so much outdoor by themselves. So the ones who buy the topos are usually concerned by most of the grades described, and they like to have a few top level routes described even if they will probably never be strong enough. Also when it comes to much higher grades the number of routes decrease exponentially. There are areas like Font or Swizzy where you can buy the topo that corresponds to your level so you can really pay for what you want.
    Guide books published from the climbing federation apart, you can hardly tell if the money will pay the equipment. When a guide is published by someone who bolted / brushed the area you can at least consider you pay for a part of it.
    The problem of guides published by non-locals is often first a problem that locals are not capable of publishing guides or with poor quality.
    The problem of not paying for the guides is human nature. I understand someone who doesn't want to pay a full 300 pages guide just for the information of a small sector he will maybe visit only once during vacation.
    But publishing non-local guides or CtC files without agreement from locals really sucks. Some of them accept because they spent time and money to bolt with no payback expectations. Some others not.
    There is no ideal solution and each area is specific but I find your argumentation quite poor for someone who is that much experienced.
    It is similar debate with music and movies with the internet. The business model is still not fixed but in the end someone has to pay, through ads or subscriptions.

    RépondreSupprimer
  2. Bref, nous à TL2B on l'aime !

    RépondreSupprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  4. Réflexion faite, je préfère m'exprimer sur TopoBleau sur cette prétendue détestation que les ouvreurs auteurs de topos auraient vis à vis de David Atchison, que ne connais pas. Le métier de journalisme, c'est comme le métier d'écrivain, ça ne s'improvise pas: la preuve!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A priori comprendre le français et ses subtilités de langage non plus !
      Nous avons écrit "David est sans doute l'anglais plus détesté par les équipeurs français mais aussi le plus populaire chez les grimpeurs vu le succès des ouvrages de la Maison Jingo Wobbly. Nous l'avons croisé à plusieurs reprises à Fontainebleau où il séjourne longuement pour préparer ses ouvrages. Avant de vous livrer sa position, discutable d'ailleurs, on doit préciser que David ne fait pas de la recopie en restant chez lui mais se déplace sur chaque falaise, essaye un maximum de voies, réalise lui même les schémas et photographies descriptives."

      Mais au fait. Avez-vous fait ce que vous reprochez à David, c'est à dire donner un topo à tout ceux dont vous utilisez le travail (les ouvertures de blocs) pour le commercialiser ?

      Supprimer
  5. Vous êtes très mal informé des méthodes de travail des uns et de autres à l'élaboration de leurs ouvrages, comme vous ne savez rien du degrés d'estime qu'ont entre eux les auteurs, aussi je m'étonne que vous en disiez quelque chose. Vous vous prenez pour bien des choses, artiste, journaliste, écrivain, altruiste, historien, peut être à juste titre, mais biographe non! Vous ne savez rien de mon travail, de mes méthodes de travail, de ce que j'ai fait ou pas fait à Bleau, de mes sentiments envers des autres auteurs de topos. Rien de ce que vous dites est juste : tout est partial.

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour
    Je suis remi Cappeau, gestionnaire de la falaise de Hauteroche. Je suis personnellement dégoûté de la popularité du topo anglais de la Bourgogne, même si je comprend le grimpeur qui achète le topo anglais a 35€ pour presque toute la région face aux 15€ du topo de Hauteroche. Notre décisions de le passer à 10€ ne changera qu’en peu les choses. C’est une ultime braderie pour écouler les 1200 exemplaires en stock. La nouvelle génération semble opter pour le numérique, éventuellement gratuit avec souscription volontaire. La nouvelle génération fera sa propre expérience, espérant que la communauté des grimpeurs participera au financement. Les topos de fontainebleau sont majoritairement privés à part ceux du Cosiroc et de la fsgt (désolé si j’en oublie, je ne connais pas assez bleau). La mondialisation est une plaie qui détruit les gestions locales des falaises. Hauteroche coûte en moyenne 600/800€ (petit budget grâce à un énorme investissement bénévole) par an car la falaise ET l’aire de bivouac sont louées à la mairie 400€ (merci à elle pour ce petit prix pour pouvoir poser sa tente et en plus des bénévoles du village entretiennent le bivouac : tonte, élagage et toilettes sèches).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un très grand merci à vous pour votre témoignage et votre investissement sur cette formidable falaise

      Supprimer

Merci d'avance pour vos encouragements, commentaires, informations, témoignages ou critiques. En cas de difficultés, jetez un oeil à la page FAQ ou adressez-nous un mail.