Chantier

Sur les chemins

Escalade

Matos

2015-11-29

Depuis quelques années, les dépôts sauvages d'ordures et de gravats se font de plus en plus nombreux dans les forêts franciliennes. Et le phénomène ne va certainement pas diminuer avec la politique actuelle d'accès aux déchetteries ! Nous avons évoqué il y a peu la condamnation d'un des pollueurs. Celui-ci a été piégé par un système de photographie automatique, système habituellement utilisé par les photographes animaliers comme le rappelait l'ami Jipé sur son site. En forêt de Sénart, comme en forêt de Fontainebleau, les dépôts de déchets illégaux « fleurissent » de plus en plus souvent. Ici, leur ramassage et leur traitement s’élèvent, en moyenne, à plus de 100 000 euros par an !


Extrait de la Note de l'ONF 

"Supportées par l’ONF et les collectivités territoriales engagées à ses côtés, ces dépenses pèsent lourdement sur l’entretien général de la forêt : embellissement des lisières, réfection des chemins, réparation des barrières et panneaux… C’est pourquoi, face à ces incivilités répétées, des mesures dissuasives destinées à endiguer les dépôts seront renforcées ou progressivement mises en place : fermeture nocturne des accès pour le voitures, limitation du stationnement le long de la route nationale 6, généralisation du contrôle photographique pour les dépôts sauvages.

Pour mener à bien ce programme, plusieurs aménagements sont nécessaires. Les travaux débuteront très prochainement et se poursuivront jusqu’en janvier 2016."


Les travaux à venir en forêt de Sénart


Plusieurs amis de la TL²B nous avaient signalé ici et là un nouveau balisage orange dans les Trois Pignons. On parle assez rarement dans nos colonnes des sentiers pour les cavaliers qui fréquentent les forêts de Fontainebleau et des Trois Pignons. Pourtant, le développement du tourisme équestre est une des priorité de notre territoire. Cette année, en plus des deux boucles existantes au sud et nord est, un nouveau intinéraire a été mis en place dans les Trois Pignons et autour de Milly la Forêt permettant de faire une grande boucle de randonnée équestre de 72 km. Le parcours adonc  fait l’objet d'un balisage en orange et d’aménagements spécifiques (signalétique, équipements, panneaux routiers...) de sécurité. 

Présenté comme une boucle pouvant être pratiqué avec des attelages (là, nous on a un doute, notamment pour le franchissement de certaines barrières), le parcours se fait sur des chemins à l’état naturel et dont la praticabilité évoluera au fil des saisons et de l'érosion. Par ailleurs, il conviendra aux usagers d’être particulièrement attentif aux traversées de route et de respecter le code de la route pour une promenade en toute sécurité.

Charte de bonne conduite des cavaliers

La carte de la boucle est assortie de la charte de bonne conduite des cavaliers :
* Respecter les autres usagers (agriculteurs, piétons, cyclistes...) en ralentissant sur les zones de rencontres et de croisement 
* Faire preuve de courtoisie en donnant notamment la priorité aux piétons 
* Respecter la faune, la flore et les sites 
* Garder ses déchets dans les sacs 
* Observer les animaux sans les effrayer 
* Rester sur les sentiers afin de ne pas piétiner les sites sensibles ou les parcelles cultivées. S’informer avant le départ 
* Préparer sa randonnée avant le départ (matériel de secours, identification de l’itinéraire...) 
* Se renseigner sur les périodes de chasse (Mairies)

A la TL²B on ajoute volontiers au moins 2 commandements :
* En cas d'ouverture de barrières, pensez à bien les refermer,
* Conformez-vous aux recommandations en matière de traitement antiparasitaire dans le PNR

Cette boucle équestre « Au cœur du Gâtinais » sera inaugurée dimanche 10 avril lors de la journée écotouristique 2016 mais la carte est déjà disponible sur le site du PNR (pdf, 41 MB)
Houx coupé Bas Cuvier Gclouzeau
A cette saison, le houx, le gui et le fragon ont toujours la cote. Dans les forêts publiques, leur cueillette est tolérée en petite quantité et seulement pour un usage familial. Donc comme tous les ans, voici la traditionnelle note de Noêl de l'ONF car malheureusement, ces plantes emblématiques connaissent aujourd’hui des ramassages excessifs en vue de leur commercialisation. Le code forestier institue en l’occurrence des sanctions pénales à l’encontre des auteurs de prélèvements abusifs.


Avant les fêtes de fin d’année, l’ONF effectuera des contrôles en forêt et veillera à ce que Les ramassages se fassent avec modération. Ces mesures visent à protéger le patrimoine forestier dont il convient de préserver la richesse écologique.


A l’heure où la COP 21 ouvre ses portes et accueille les dirigeants du monde entier, le Parc Régional du Gâtinais Français et ses partenaires travaillent sur la réduction des gaz à effet de serre. Du covoiturage au vélo électrique, en passant par l’autostop organisé, revue de détail de la mobilité dans le Gâtinais français qui ne manque pas d'idées !

Le covoiturage ou la voiture partagée. 

Une étude des déplacements sur le Parc naturel régional du Gâtinais français montre que pour aller travailler, faire des courses ou pratiquer des loisirs, de nombreux automobilistes traversent le territoire dans le sens nord-sud et sud-nord, notamment de Malesherbes à Milly, pour éviter le péage de l’autoroute A6. C’est ce qui a conduit le Parc à travailler avec les Conseils départementaux de l’Essonne et de la Seine-et-Marne sur leurs projets de création d’aires de covoiturage.
Le covoiturage, mode de déplacement économe pour les usagers, permet de réduire le nombre de véhicules sur les routes et donc les émissions de gaz à effet de serre. Cély-en-Bière, Chamarande, Moigny-sur-École, Janville-sur-Juine et Soisy-sur-École seront les premières communes équipées. 
Notez que cela peut aussi être une très bonne chose pour les usagers des forêts. en effet, de nombreux sites, à commencer par les Grands Aveaux se trouvent justement sur cet axe routier.


Rézo Pouce, faciliter l'auto-stop !


Pour les déplacements courts de village à village, ou vers les gares, le Parc prépare pour 2016 un système d’auto-stop organisé par le biais du site national Rézo Pouce.
C’est idéal pour les petits trajets ponctuels ou réguliers, et c’est sans rendez-vous, inutile d’anticiper ! Il suffit de se poster à un des arrêts Rézo Pouce, de guetter le conducteur équipé d’un macaron et de lever le pouce !
Ce système permet de rendre l’auto-stop accessible à tous, en sécurisant son accès via une identification des conducteurs, des passagers et des arrêts destinés au chargement de ces derniers.
Ce projet a une dimension environnementale (réduction des émissions de GES et des polluants…), mais également sociale car il permettra aux personnes non véhiculées de se déplacer plus facilement sur le territoire et de créer du lien entre les habitants.
Pour mettre ce service en place, le Parc a signé une convention avec la SCIC Rezo Pouce qui transpose son dispositif sur tout territoire.
Les inscriptions se feront en mairie, à la Maison du Parc et dans différentes autres points relais.
L’objectif est d’avoir un réseau performant sur le territoire du Parc à la fin du deuxième semestre 2016 (juin).

Et à bicyclette...


Comme dans la chanson, pour partir de bon matin sur les chemins, le Parc lance, en partenariat avec ERDF, une opération de prêt gratuit de son vélo à assistance électrique, pour les habitants d’une des 69 communes du Parc qui voudraient tester ce mode de locomotion ! Vous habitez dans le PNRGF et vous souhaitez emprunter ce vélo pour un week-end ou une semaine ? Vous voulez faire un test avant d’acheter un vélo à assistance électrique ? Sachez-donc que le PNRGF envisage de faire une commande groupée... Renseignements auprès du PNR

Les zones humides et les mares constituent des biotopes d'exception. Le Parc naturel Régional du Gâtinais français en a quelques uns remarquables sur son territoire. Hélas, livrées à elle-mêmes, ces zones ont tendance à disparaître. Jeudi 3 décembre, le PNR GF organise un nouveau chantier de nettoyage sur une mare appartenant à un agriculteur, à Pringy (77).

Le Parc bénéficiera, une nouvelle fois, de la précieuse aide des jeunes de l’Institut médico-professionnel Léopold Bellan de Vayres-sur-Essonne (91). Ils vont ré-ouvrir la moitié des berges qui s’embroussaillent pour recréer le lieu de vie de l’étoile d’eau, plante précieuse des mares agricoles temporaires, protégée en France, disparue depuis 10 ans sur le site.



Déjà jeudi 26 novembre dernier le Parc et les jeunes de l’IMPRO Léopold Bellan de Vayres-sur-Essonne (91) ont restauré une petite mare de platière à Ormesson (77).



La Commune souhaite réhabiliter ses sentes touristiques et cette petite mare est située le long d’un des itinéraires. Elle a retrouvé une seconde jeunesse et pourra accueillir de nouveau la faune aquatique typique de ces formations géologiques, et servir de support pédagogique.


Une forêt est lieu perpétuel de découvertes. A chaque heure de la journée, à chaque saison, son atmosphère singulière. Au gré des fluctuations de la météo, de l'ensoleillement... nos forêt s'animent, se colorent, bref vivent ! Du coup, il n'y a pas de raison pour que les missions de sciences participatives d'observation de la biodiversité s'arrête !

Faux-hydne gélatineux sur un tronc moussu France -  -  -A l’aube, la terre exalte des odeurs d’humus tandis que les premiers rayons du soleil font scintiller les toiles d’araignées parsemées de gouttes de rosées. L’hiver, le froid et la neige étouffent les sons, mais ce silence qui s’installe se distingue des torpeurs des lourds après-midis d’été. L’automne, les arbres se dénudent, les habitants de la forêt se préparent aux saisons plus froides et aux nuits plus longues : changement de rythme, fin des sorties pour les uns, début des festivités pour les autres.

L’Observatoire de la Biodiversité des Forêts vous accompagne lors de vos ballades forestières tout au long de l’année, et vous donne l’occasion de percevoir ces ambiances uniques. En participant à différentes missions d’inventaire, vous contribuez à étoffer l’Inventaire National du Patrimoine Naturel. 

13 missions vous sont ainsi proposées en novembre, 9 en décembre. Partez à la recherche de champignons étonnants, tels que le Faux-hydne gélatineux (en photo) à chair caoutchouteuse et à chapeau denté
> Retrouvez toutes les missions mois par mois

source : http://biodiversite-foret.fr/
France Nature Environnement Île-de-France édite, à l’occasion de la COP 21, plusieurs dossiers spéciaux dont un sur la pollution de l’air dans la région. Par ailleurs,Convergence Associative a mis en ligne son dossier noir sur le développement des transports aériens dans la région. Une très forte croissance qui a bien entendu des impacts considérables sur la santé des Franciliens et sur le climat. Enfin, découvrez la carte des grands sites à enjeux environnementaux dans notre région...


On a déjà évoqué dans nos colonnes à de nombreuses reprises la progression du transport aérien et les problématiques de couloirs aériens. Un rapport de 2013 de l’office parlementaire des choix technologiques et scientifiques, constate qu’en 40 ans le nombre de voyageurs a été multiplié par 10 et le fret par 14 ! 

La deuxième partie du dossier spécial de la FNE IDF  démontre l’impact de la pollution de l’air sur la santé des Franciliens. Quatre départements sont particulièrement touchés : Paris, Seine-et-Marne, Seine-Saint-Denis et Val-d’Oise. Bien qu’une corrélation entre une concentration d’un gaz et une maladie ne soit pas une preuve causale formelle, l’analyse de situations semblables dans le monde entier permet de lever toute ambiguïté.


Enfin, pour identifier les principaux projets ayant un impact sur la région Ile-de-France, FNE-IDF (par le travail de ses associations membres locales) a pu lister une cinquantaine d’espaces représentant les enjeux environnementaux. Ceux-ci ont été différenciés en « points noirs » et « points verts » selon leurs effets sur notre environnement.

Une carte interactive illustre et positionne tous ces espaces et vous permet d’en savoir plus sur chaque projet en vous proposant un lien direct vers différents articles tirés des magazines Liaison édités par FNE Ile-de-France. Cette carte est évolutive et sera présentée à la presse et aux visiteurs lors de la COP21 au Bourget.

En septembre dernier, nous vous annoncions la troisième opération de lutte contre l'érosion au Rocher de l'Elephant A l’initiative de Aude de Grimpe13 et de BLO, qui avait lieu le week end du 10-11 octobre. Celle-ci fut un francs succès ! En réunissant une trentaine de bénévoles, l'ensemble des points vus avec l’ONF a pu être traité. Nul doute qu'à la fin de la journée, tous les participants pouvaient être aussi fiers d'eux que crevés ! Les premières images, le compte rendu et les premiers enseignements ont été publiés sur le site de BLO. Un grand bravo à tous et surtout un grand merci.


Extraits de l'article publié sur BLO

"...un agent de l’ONF a été récemment embauché pour améliorer la coordination et le suivi des projets bénévoles. Il s’agit de Yann Nadal. Il a indiqué qu’à partir de 2016, l’ONF a le projet d’investir dans du matériel et des outils dédiés aux bénévoles.

La demande d’aide financière a été demandée un peu tardivement au Cosiroc, il est recommandé de la solliciter trois semaines avant la journée anti-érosion, avec les devis des achats demandés.

Le Cosiroc a permis de faire financer un soutien logistique au projet de 215€, comprenant :
la location du camion-benne, permettant de transporter les repousses de pin de la parcelle 142 à la plage de l’Elephant.

L’achat d’une brouette à 2 roues, facilitant le transport des matériaux lourds dans le sable, notamment des rochers. En effet, les brouettes classiques ont tendance à basculer d’un côté ou de l’autre. Cette brouette est conservée par le Cosiroc et pourra être mise à disposition des prochaines actions anti-érosion

Avant et après :

Parmi les diverses opérations du jour, la plus remarquable et innovante consiste certainement à permettre la reprise des racines des bouleaux en cours de déracinement. Un barrage est établi en contre-bas pour faciliter l'ensablement puis recouvert de branchages pour maintenir en place le sable. Une expérimentation qui devra être suivi et qui pourrait donner naissance à de jolies bacs à arbres dans le futur si cela fonctionne !

Élaboration du barrage en contre-bas (photo BLO)
Élaboration du barrage en contre-bas (photo BLO)

Le barrage est recouvert de branchage pour éviter l'écoulement du sable. (photo BLO)
Le barrage est recouvert de branchage pour éviter l'écoulement du sable. (photo BLO)

Si le rouge et le noir de Stendhal date de 1830, les circuits rouge et noir du Cuvier Châtillon (Bas Cuvier) pourraient sans doute eux aussi comporter le sous titre Chronique du XXe siècle. 

En effet, ces deux grands classiques résument bien l'évolution de l'escalade à Bleau au début du XXe et constituent deux très belles pages du livre d'histoire locale (voir ici). 

C'est donc l’infatigable et bénévole  Victor Pinto avec son ami Youssef Beqziz qui se sont attaqués à la brillante restauration de ces œuvres parfois très abîmées que sont le circuit rouge TD+ et le circuit noir ED- dit Trivellini.

NATURE