Chantier

Sur les chemins

Escalade

Matos

2011-05-15

Si la nature a un prix, cette affirmation a pris un sens nouveau pour nos dirigeants.
De nombreux articles et thèses tentent d’estimer le coût qu'entraîne la destruction de la nature. Le but : prouver qu'on a davantage intérêt à préserver nos écosystèmes à long terme plutôt que de privilégier des profits à court terme. Ils prennent l'exemple de ce que rapporte une forêt sur un hectare. Cela peut sembler bizarre, mais ainsi, en estimant la valeur économique d'une forêt, le citoyen comprend tout ce qu'il a à perdre de façon concrète.
Par exemple, l'exploitation intensive du bois dans la forêt amazonienne rapporte de l'argent mais les catastrophes écologiques qui risquent de s'ensuivre auront un coût infiniment plus  important. Les catastrophes naturelles coûtent plus chères au final que les mesures de préservation anticipatrices mises en place pour les empêcher.

D’après les experts, le stockage et la fixation du CO2 est ce qui rapporte le plus : 529 € à l'hectare. La promenade est estimée à 200 €, car le bien-être humain a une valeur économique élevée !


de Sylvie Daoudal-Science et Avenir

Oui, votre promenade en Forêt de Fontainebleau, votre séance d’escalade hebdomadaire… ont une valeur économique ajoutée en plus des dépenses de transport, nourritures et équipement que vous faites pour les accomplir ! car le bien être que vous procurent ces sorties c’est autant que vous ne dépenserez pas dans les anti dépresseurs !

La forêt de Fontainebleau, reçoit au moins 15 millions de visites par an.  Si on se sert de la logique économique de nos experts, le calcul est rapide : 1 ha de forêt rapportant à l’année 969 euros, la forêt de Fontainebleau rapporterait 25 000 x 969 € = 24 225 000 d’euros par an. A cela vous ajouterez, les dépenses réelles de transport, hébergement, nourriture, équipement… et la somme devient colossale.

Bref, voilà donc l’économie au service de l’écologie et un super argument de poids !
Super…
Non car c’était sans compter sur la perversité de nos dirigeants (à l’échelle de la planète) qui s’échange les droits à polluer. « Elle vaut combien ta forêt ? Moi j’émets tant de tonnes de CO², si je te l’achète cela compense… » J’ai déjà évoqué cela sur mon site.

L’ONF, pour ne parler que de la forêt de Fontainebleau est coincé par les demandes et exigences de son ministère de tutelle. Pour remplir sa mission d’accueil du publique, peu ou pas de moyens. Pour assurer un rôle de protection de l’environnement, peu ou pas de moyens. Et pourtant quelques 10 000 employés gèrent 10 des 15 millions d'héctares des forêts française (28 % de notre pays, dont 6 millions d'ha de chênes) alors que les propriétaires privés possèdent 70 % de la surface forestière de notre pays (18% pour les collectivités territoriales, 12% pour l'Etat)...

Pour rentabiliser les coupes de bois, là encore, peu de moyens avec une sous-traitance dont ont a vu les effets dévastateurs au Rocher Fourceau ! Deux pages permanentes de mon blog y sont consacrées à la dénonciation de cet état de fait.



Début mai 2011, la Commission européenne a approuvé une nouvelle stratégie pour la biodiversité. Elle prévoit notamment de reconstruire 15 % au moins des écosystèmes endommagés à travers le développement des trames vertes, de faire contribuer les agriculteurs et les pêcheurs par une gestion durable de leurs activités et de lutter contre les espèces invasives ! 


40% des zones Natura 2000 sont situés en forêt

Ok mais avec quels moyens ?

Nous ne voulons pas d'une mise sous cloche de la nature.

La stratégie européenne n’est pas seulement fondée sur un intérêt environnemental. « La protection de la diversité des espèces et des habitats permet de préserver la beauté de la nature, mais pas uniquement pour la beauté du geste, mais parce que c'est rationnel d'un point de vue économique. Il vaut mieux payer en ce sens que d'essayer de réparer les dégâts », a affirmé Janez Potocnik, commissaire chargé de l’environnement.

Selon l
'étude TEEB (« L'économie des écosystèmes et la biodiversité »), la disparition annuelle des services rendus par les écosystèmes s’élèverait à environ 50 milliards d’euros. Elle montre que le potentiel commercial mondial des investissements dans le domaine de la biodiversité pourrait atteindre 2 000 à 6 000 milliards de dollars d'ici à 2050.
En clair : comment faire rentrer de l’argent dans les caisses de nos Etats en se donnant bonne conscience. On comprend mieux l’insistance des gouvernement à mettre en place le réseau Natura 2000, d’augmenter le nombre de Parcs Nationaux terrestres et marins, de privatiser l'ONF ou dé rendre aux communes la gestion de leur espaces boisés…
Le document en anglais de la Commission

A lire aussi outre les documents déjà présent sur mon site : - une approche économique de la biodiversité et des services liés aux écosystèmes, un PDF de 400 pages…:
http://www.strategie.gouv.fr/IMG/pdf/Rapport_18_Biodiversite_web.pdf

La question est donc, pour rester dans la logique économique, combien seriez-vous prêts à donner pour préserver un coin de nature privilégié comme Fontainebleau ? Il suffit de penser à la valeur inestimable de l'investissement des bénévoles pour comprendre que finalement les usagers se montrent plus généreux que nos gestionnaires.

Sans toutes les actions de sauvegarde menées par les associations, les randonneurs, les grimpeurs, les naturalistes… notre forêt étoufferait sous le Phytolaque, ou les déchets…. Sans les 250 bénévoles qui transportèrent des tonnes de pavés dans les pentes du 95,2, combien de journée « bien être » à 200 € auraient été perdues !


Nous le constatons, il y a de plus en plus d'initiatives chez les usagers pour à la fois préserver leur terrains de jeux et limiter les interdictions abusives d'un état liberticide poussé par les lobbies écologistes.
Le problème est mondial comme on l’a déjà vu sur le blog avec les initiatives des grimpeurs américains ou brésiliens (pour ne citer que celles là).

Nos amis grimpeurs anglais ont un équivalent au Cosiroc français, le BMC (British mountainering Council). Ils luttent eux aussi pour garder un accès libre à leurs forêt devant le projet de privatisation (attention, je vous rappelle que nous avons le même en France) ou devant l’extension des parcs nationaux.
En effet, neuf organisations représentant un large éventail de pratiquants d'activités de pleine nature se sont réunis le 10 mai dernier pour exprimer leurs préoccupations quant au maintien d'un accès public aux forêts du royaume.

En effet, outre manche, on réfléchit aussi à une privatisation des forêts (tout comme en France, voir notre article). Des experts indépendants étudient les attentes des usagers suite à la question posée par David Rutley député (conservateur , Macclesfield) à la Chambre des communes le 17 Février 2011 et l’énorme tollé que cela a généré.

Comme le Secrétaire d'Etat a précisé à la Chambre des communes lors de l'annonce de la création du groupe d'experts indépendant à la Chambre des communes le 17 Février 2011 :
«Il est important que le Groupe spécial se penche sur toutes les formes d'accès, y compris l'accès pour les marcheurs, coureurs et cyclistes», et «Nous voulons élargir l'accès à nos forêts et les terres boisées, car il est dans l'intérêt de tous que nous le fassions."

Les organisations qui composent l'Access User Group représentent plus de 8 millions de personnes qui utilisent régulièrement ces forêts tout en s’investissant dans leur sauvegarde.
On compte donc parmi elles les cavaliers, les grimpeurs (BMC) ou les promeneurs de chiens… Certains ont déjà des accès très restreints comme les cavaliers.

La forêt publique outre manche ne représente que 18% des forêts de l'Angleterre mais 44% des forêts accessibles. Transférer au secteur privé la gestion de forêts qui accueillent plus de 40 millions de visites par an ne garanti plus l’accès libre et gratuit à une population qui en a besoin…Lien vers les nouvelles sur la BBC en ligne


Plus d'infos (en anglais)

Projet d’extension du Parc National du Peak District
Ayant entrepris une première consultation en 2009/2010, sur l’extension des Parcs Nationaux de Lake District et de Yorkshire Dales, Natural England a examiné toutes les réponses et fait un certain nombre de changements. Le gouvernement vient de transmettre le projet d'extension pour consultation publique. La consultation se déroulera jusqu'au 1er Juillet 2011 et le BMC sera présent à la prochaine réunion (8 Juin) pour discuter de ces propositions. Il ya aussi, comme en France dans le cadre des Enquêtes Publiques, un certain nombre de réunions et permanences dans les zones concernées où vous pouvez parler à un agent de Natural England, afficher des documents et des cartes…For more information please visit the
Natural England websitePlus d'infos (en anglais)

Pour conclure, ne laissons pas les Etats nous retirer le droit à un accès libre et gratuit aux forêts. Faisons en sorte qu’il se donne les moyens de sauvegarder sans interdire et mettre sous cloche une nature dont nous prouvons quotidiennement aux travers de nos actions bénévoles que nous en sommes les meilleurs gardiens. Poursuivons nos efforts dans l’éduction des visiteurs et usagers afin qu’ils respectent d’avantage nos derniers espaces non urbanisés.

Plus d'infos (en anglais)
Dans le cadre des journées de la Nature voici deux suggestions pour ce week end en forêt de Fontainebleau...

Soyez sympa, ne les fustigez pas trop après avoir lu la nouvelle page de ce blog : "Dans quel état t'as mis la forêt de Fontainebleau..."



Samedi 21 mai. Accueil de 10h à 12h30 et de 14h à 18h. Le long d'un itinéraire dédié aux personnes à mobilité réduite, découverte d'une nature livrée à elle-même depuis plus d'un siècle. 200 ha de forêt domaniale ne sont plus exploités pour être réservés aux scientifiques et aux forestiers et permettre une comparaison avec les zones exploitées.
Rendez-vous de 10 h à 12 h 30 et de 14 h à 18 h au Centre d'initiation à la forêt de Fontainebleau Route de l'Hermitage (77300 Fontainebleau)
Renseignements au : 06 09 50 18 14
Accès handicapés. Prévoir une tenue adaptée à une sortie en forêt et à la météo du jour.




Dimanche 22 mai de 13h30 à 15h30, A travers un circuit de 4 km, découvrez en autonomie de nombreux et magnifiques paysages de la forêt de Fontainebleau. Des épreuves jalonneront votre parcours et vous permettront d'apprendre et de mieux comprendre cette forêt (77300 Fontainebleau)
Rendez-vous de 13 h 30 à 15 h 30 (2 départs toutes les 10 mn - durée rallye 2 h 15) au premier carrefour forestier sur la route Baudrillard, parcelle 385.
Renseignements au : 06 28 96 43 53
Accès handicapés. Prévoir une tenue adaptée à une sortie en forêt et à la météo du jour.

N'oubliez pas aussi que les géofestival se déroule à Milly-la-Forêt ou à Avon toute cette semaine.
Bonjour,

Une source fédérale relayée par un ami, nous signale que le stationnement le long de la route communale (Route des grandes Vallées) à hauteur de la Gorge aux Chats (Trois Pignons) pourait être interdit par Arrêté Municipal ! La même commune, Noisy-sur-Ecole, se bât aussi pour la fermeture de l'aire de stationnement de la Croix st Jérôme. Dans les deux cas, l'idée c'est le repos des riverains et contribuables qui est mis dans la balance versus les visiteurs de passage !

Dans le cas de la Gorges aux chats, on ne peut blâmer les riverains qui, depuis les années 80, subissent le stationnement de nombreux véhicules de manière très anarchique (même si beaucoup de grimpeurs faisaient des efforts).


Faute de moyens et de terrains disponibles, l'Etat n'y organisera pas le stationnement mais va simplement l'interdire (voir nos précédents articles sur la fermeture du parking de Franchard Cuisinière ou du Guichet).

Dans le passé, ce site avait fait l'objet d'une bonne bataille des grimpeurs avec les riverains (nombreux pneus crevés) puis avec l'ONF, le balisage y étant interdit ! Si certaines flèches vous semblent en relief, c'est bien par ce qu'un forestier de l'époque les a effacé au marteau et au burin !

Les mauvais comportements des grimpeurs et leur nombre sans cesse croissant ne peuvent que provoquer ce type de réactions (voir le cas Presles en Isère par exemple).

En ce qui concerne le stationnement de Cuisinière, la photo ci dessous a été prise le 8 mai 2011 vers 11h30 sur la D409 au niveau de l'accès à l'ancien stationnement...



Constats :
- Une seule voiture française (77).
- les véhicules cachent le panneau signalant l'accès par celui d'Isatis.
- En venant d'Arbonne, direction Fontainebleau, il manque toujours un panneau pour prévenir les visiteurs qu'il va falloir tourner brusquement dans la route du Loup pour rejoindre l'Isatis ! il semble qu'il soit en cours de réalisation. D'ailleurs, il faudra que la DDE remette le panneau Forêt de Fontainebleau, volé début mai (souvenir touristique ?)

MISE A JOUR
depuis le 20 mai, un panneau est en place dans les 2 sens

Pensez aussi, que les barrières ne sont pas des points de stationnement. C'est le seul accès pour les pompiers ou autres véhicule de secours en cas d'accident ou d'incendie. Merci de laisser ces zones libre d'accès !




Profitons en aussi pour parler du stationnement de la Feuillardière (Trois Pignons).

La Feuillardière est un grand site pour les enfants mais surtout une vaste aire de stationnement qui permet d'accèder à diverses randonnées conduisant aux arcades de l'Aqueduc, au site de Télégraphe, au sentier bleu n° 16... L'ONF le présente comme un site à développer pour décompresser les autres grands spots des Trois Pi.

En venant d'Arbonne (vers Milly), il n'y a absolument aucune indication pour prévenir que le parking existe et se situe à gauche. Il va encore falloir virer fortement en coupant l'autre file. En plus dans ce sens, elle ne se voit qu'au dernier moment (le tout dans une section 90 km/h, après un virage, etc. Je ne m'étends pas.) Si en plus, vous êtes en autocar avec 60 gamins...

En venant de Milly, il y a bien un petit panneau "P" mais il est occulté par le panneau annonçant le virage à gauche de la D409.

Nous pensons vraiment qu'il y a quelques interventions de sécurité à réaliser rapidement et que l'ONF doit s'appuyer auprès des associations locales (AAFF, Cosiroc...) pour étudier les accès avec la DDE et le CG77.

Allez, tant que nous y sommes, un petit mot pour soutenir l'action de grimpeurs Espagnol à Albarracin, un autre spot de blocs menacé par les comportements irrespectueux des grimpeurs. Ils ont fondé ESA et leur blog montre combien ils sont confrontés au problème des déchets...



Notez que là bas, le stationnement des plus de 2 m est très réglementé et que les PV pleuvent en cas de non respect...

Ce n'est pas ce que nous avons envie de voir en forêt de Fontainebleau...
mais s'il le faut !



Article d'origine publié sur l'ancien site ici
Bonjour,

Une source fédérale relayée par un ami du Cosiroc, m'annonce que le stationnement le long de la route communale (Route des grandes Vallées) à hauteur de la Gorge aux Châts (Trois Pignons) sera très probablement prochainement interdit par Arrêté Municipal !

On ne peut blâmer les riverains qui depuis les années 80 subissent le stationnement de nombreux véhicules de manière très anarchique (même si beaucoup de grimpeurs faisaient des efforts).

Là encore, l'argument avancé sera la sécurité !


Faute de moyens et de terrains disponibles, l'Etat n'y organisera pas le stationnement mais va simplement l'interdire (voir nos précédents articles sur la fermeture du parking de Franchard Cuisinière ou du Guichet).

Dès, la publication de l'AM et la floraison de panneaux qui suivra, prenez garde aux éventuels PV dans le secteur. Un fait pas nouveau puisque dans le passé, ce site avait fait l'objet d'une bonne bataille avec les riverains (nombreux pneus crevés) puis avec l'ONF, le balisage y étant interdit !

Les mauvais comportements des grimpeurs et leur nombre sans cesse croissant ne peuvent que provoquer ce type de réactions (voir celui sur Presles en Isère).

En ce qui concerne le stationnement de Cuisinière, la photo ci dessous a été prise le 8 mai vers 11h30 sur la D409 au niveau de l'accès à l'ancien stationnement...



Constats :
- Une seule voiture française (77).
- les véhicules cachent le panneau signalant l'accès par celui d'Isatis.
- En venant d'Arbonne, direction Fontainebleau, il manque toujours un panneau pour prévenir les visiteurs qu'il va falloir tourner brusquement dans la route du Loup pour rejoindre l'Isatis ! il semble qu'il soit en cours de réalisation. D'ailleurs, il faudra que la DDE remette le panneau Forêt de Fontainebleau, volé début mai (souvenir touristique ?)

MISE A JOUR
depuis le 20 mai, un panneau est en place dans les 2 sens (voir commentaires)


Pensez aussi, que les barrières ne sont pas des points de stationnement. C'est le seul accès pour les pompiers ou autres véhicule de secours en cas d'accident ou d'incendie. Merci de laisser ces zones libre d'accès !




Profitons en aussi pour parler du stationnement de la Feuillardière (Trois Pignons).

La Feuillardière est un grand site pour les enfants mais surtout une vaste aire de stationnement qui permet d'accèder à diverses randonnées conduisant aux arcades de l'Aqueduc, au site de Télégraphe, au sentier bleu n° 16... L'ONF le présente comme un site à développer pour décompresser les autres grands spots des Trois Pi.

En venant d'Arbonne (vers Milly), il n'y a absolument aucune indication pour prévenir que le parking existe et se situe à gauche. Il va encore falloir virer fortement en coupant l'autre file. En plus dans ce sens, elle ne se voit qu'au dernier moment (le tout dans une section 90 km/h, après un virage, etc. Je ne m'étends pas.) Si en plus, vous êtes en autocar avec 60 gamins...

MISE A JOUR
voir commentaire le 20/05/2011

En venant de Milly, il y a bien un petit panneau "P" mais il est occulté par le panneau annonçant le virage à gauche de la D409.

Je pense vraiment qu'il y a quelques interventions de sécurité à réaliser rapidement et que l'ONF doit s'appuyer auprès des associations locales (AAFF, Cosiroc...) pour étudier les accès avec la DDE et le CG77.

Allez, tant que j'y suis un petit mot pour soutenir l'action de grimpeurs Espagnol à Albarracin, un autre spot de blocs menacé par les comportements irrespectueux des grimpeurs. Ils ont fondé ESA et leur blog montre combien ils sont confrontés au problème des déchets...



Notez que là bas, le stationnement des plus de 2 m est très réglementé et que les PV pleuvent en cas de non respect... Ce n'est pas ce que j'ai envie de voir en forêt de Fontainebleau... mais s'il le faut !





Les chenilles processionnaires du pin quittent leurs nids...

L’aire de répartition des chenilles processionnaires du pin (lépidoptère, Thaumetopoea pityocampa) s’étend : elle est maintenant bien implantée dans le Sud de la Seine-et-Marne et dans l’Est de l’Essonne, notamment en forêt de Fontainebleau, et détectée dans l’Ouest parisien. Ces chenilles, qui provoquent des défoliations principalement sur les pins, portent des poils urticants qui peuvent être à l’origine de démangeaisons voire de réactions allergiques fortes chez l’homme et très dangereuse pour les chiens.



Ce ravageur hiverne sous forme de nids soyeux, présents à l’extrémité des branches hautes. Actuellement, ces chenilles peuvent quitter leurs nids, en procession.
L'insecte adulte est un papillon de 3 à 4 cm d'envergure. La larve est une chenille de quelques millimètres à 4 cm de long brun noirâtres avec des taches rougeâtres sur le dessus et les flancs. Le corps est fortement velu et couvert de poils urticants. Les chenilles marchent en procession de manière saccadée.

photo prise début mai 2011 à Beauvais, Forêt départementale des Grands Avaux

En hiver les chenilles tissent des nids dans diverses espèces de pin qu'elles quitteront au printemps, en procession pour gagner au sol un endroit bien ensoleillé et s'enfouir dans un trou où chacune des chenilles va tisser son cocon pour démarrer son processus de transformation en chrysalide.

UNE PROGRESSION VERS LE NORD
La chenille processionnaire du pin est décrite classiquement comme infestant la forêt méditerranéenne, et on la trouve en Europe méridionale et centrale, ainsi qu'en Afrique du Nord.
Partout en Europe, son aire de répartition s'étend depuis le début des années 90 vers le Nord et en altitude à cause de l'augmentation des températures en hiver.
Dans le sud les processions commencent en janvier/février voire décembre dans les Landes, et dans le nord plutôt en mars/avril. Elles sont apparues cette année en Ile de France début avril. La forêt de Fontainebleau en est infestée.

UN ANIMAL DANGEREUX Les longs poils (soies) des chenilles sont inoffensifs. Ceux sont les minuscules poils très urticants que les chenilles projettent dans l'air qui peuvent provoquer d'importantes réactions allergiques : démangeaisons, œdèmes, troubles oculaires ou respiratoires. Ces poils restent virulents plusieurs mois, voire 1 à 2 années, après la disparition des chenilles notamment dans les nids qu'elles ont occupés.


Le contact d'un animal domestique avec des chenilles processionnaires est une urgence vétérinaire : l'atteinte concerne en général la langue du chien : l'animal bave, la langue gonfle, est tuméfiée. Sans soins rapides, une nécrose peut apparaître entraînant la perte des tissus touchés pouvant aller jusqu'à la perte de la langue. Une action rapide du vétérinaire est vitale. Il administrera des anti-inflammatoires et antihistaminiques puissants, parfois des antibiotiques, des anti coagulants et des pansements gastriques si nécessaire. Au stade de nécrose l’amputation de ce bout de langue devient inévitable.
Les atteintes au niveau des yeux provoquent le développement très rapide d'une conjonctivite. Les poils urticants s'enfoncent dans les tissus et peuvent provoquer la cécité. Inhalés, ils provoqueront de graves difficultés respiratoires.

L’exposition aux poils de chenilles intervient lors de la manipulation des nids mais aussi dans les zones situées à proximité des arbres infestés, les poils, très légers, étant emportés par le vent.

La mise en œuvre de traitements se justifie pour des motifs sanitaires dans les zones fréquentées par la population. Une attention particulière doit être apportée aux lieux sensibles : cours d’école, environnement des centres de loisirs, parcs publics, parc des établissement sociaux et des établissements de santé, zones de promenade largement fréquentées. Une attention particulière doit être également portée à la situation des campings en raison des risques d’exposition des usagers et des difficultés parfois rencontrées pour se soustraire aux soies de chenilles.

Les traitements, pour garantir leur efficacité, doivent être effectués de façon suffisamment précoce, à certains stades larvaires, en tout état de cause avant que les soies de chenilles ne deviennent urticantes, c’est-à-dire à la fin de l’été pour la chenille processionnaire du pin, et en début de printemps pour la chenille processionnaire du chêne. Ils doivent faire appel à des produits homologués. Passé le stade larvaire, le traitement se fait par enlèvement des nids, principalement en hiver pour la chenille processionnaire du pin, et l’été, quand le nid n’est pas trop diffus, pour la chenille processionnaire du chêne.

S’agissant des traitements, leur prise en charge financière relève de la collectivité ou des particuliers qui souhaitent en bénéficier. Dans le cadre de la lutte collective, le recensement des besoins des particuliers doit être centralisé par le soin des maires, en lien avec la FREDON (Fédération Régionale de Défense contre les Organismes Nuisibles (
FREDON) - tél : 01-56-30-00-24). En cas de lutte collective par traitement aérien contre les chenilles processionnaires, la préfecture de département est en charge de la procédure administrative et l’Agence régionale de santé (A.R.S.) est en charge de l’expertise technique sanitaire.

Hors contexte de la lutte collective (se renseigner à la Mairie), les particuliers peuvent faire appel à d’autres opérateurs, dont la liste figure dans l’annuaire des professionnels (entreprises de travaux forestiers, d’entretien des espaces verts, élagueurs, paysagistes...). Le personnel intervenant sur les nids doit être muni de gants, masques et lunette de protection.

Pour plus d’informations sur :

la chenille processionnaire du chêne :
Fiche DSF_Processionnaire du chêne (format PDF - 1.2 Mo)
Fiche FREDON_Processionnaire du chêne (format PDF - 706.4 ko)
la chenille processionnaire du pin :

Fiche DSF_processionnaire du pin (format PDF - 1.2 Mo)
http://driaf.ile-de-france.agriculture.gouv.fr/

· Fédération régionale de défense contre les organismes nuisibles (FREDON) d’Île-de-France (10 rue du Séminaire, 94 516 RUNGIS cedex, 01.56.30.00.24)

Voilà quelques articles que j'écris en me disant, va falloir en faire un plus joyeux... alors je vous invite pour la semaine de l'environnement en Seine et Marne ou pour le WE à Annot !

Fête de la nature
·      Plus de 40 événements autour de la nature à découvrir en Seine-et-Marne du 18 au 22 mai !

Le Conseil général de Seine-et-Marne et la Maison de l’environnement 77 s’associent pour participer à la 5ème édition de la fête de la nature qui se tiendra du 18 au 22 mai.


Cet événement national propose la découverte de sites naturels remarquables et met en avant les actions de protection de l’environnement menées par des organismes, des collectivités ou des associations.
Pour l’occasion, des sorties accompagnées par des spécialistes de la Maison de l’environnement seront proposées dans 7 des 19 espaces naturels sensibles (ENS), protégés par le Département dans le cadre de son action en faveur de la biodiversité et plus de quarante rendez-vous seront donnés à travers toute la Seine-et-Marne. 

A NE PAS MANQUER !

L'expo "Ecol'Eau" lors du GeoFestival d'Avon du 16 au 20 mai et le débat public organisé autour du zéro-phyto à Chauconin-Neufmontiers le 21 mai.

PROGRAMME

Retrouvez la programmation complète de la 5ème édition de la Fête de la Nature sur le site du Conseil Général.

Fête de l'escalade au Pays des Grès

21 et 22 mai Annot fait sa fête à l'escalade Envie d'un week-end nature ?
Annot, village des Alpes de Haute Provence, vous invite à découvrir ses grès à travers une fête transalpine de l'escalade les 21 et 22 mai !

"Annot A Bloc" vous propose de nombreuses activités gratuites d'initiation et de découverte, toujours festives et conviviales !

Initiez-vous à l'escalade sur mur artificiel ou dans la nature, tentez le parcours accrobranche et la tyrolienne dans les arbres de la Place du Germe ou bien partez randonner avec un accompagnateur à la découverte des abris sous-roches et de la Chambre du Roi...
Toute la richesse du patrimoine et de l'histoire d'Annot, classé "Village et Cité de Caractère" et "Station Verte" vous sera présentée à travers des visites guidées.


Taille de grès, Land-Art, ateliers ludiques, conférence, expositions… et d'autres animations sont encore au programme !

Un contest d'escalade sur blocs naturels aura lieu le samedi, rassemblant les pratiquants de l'activité et accueillant tout niveau. Cette journée sera clôturée par une soirée festive sur la place principale, avec films et concert !

Retrouvez toutes les informations sur le http://www.annot.com/fete-escalade-annot-gres-challenge-blocs.html
Depuis 2007, le niveau des nappes phréatiques est en berne dans notre département. Un déficit qui concerne toute la Seine-et-Marne mais qui affecte tout particulièrement la nappe sud est du département.

En 2009, la situation avait été la suivante : 360 communes (soit 70 % des communes de Seine-et-Marne) ont été concernées par des arrêtés de restriction :
  • 39 communes, sur le territoire de la nappe du Champigny , ont été concernées par; 100 jours de crise, et 150 jours de crise renforcée ;
  • 150 communes, sur le territoire de l a nappe du Champigny , ont été concernée par 250 jours de crise renforcée ;
  • 70 communes, sur les bassins versants de la Thérouanne ,de l' ourcq, de la Beuvronne , du Fusain et du Lunain , ont été concernées par 150 jours d' alerte ,
  • 12 communes, sur les bassins versants de l'Orvanne , ont été concernées par 120 jours de crise .
  • Suivi du niveau de la nappe du Champigny à Montereau sur le Jard (37 Ko)
En 2009, il y a eu encore un déficit de pluies hivernales sur le secteur de la nappe du Champigny (depuis 2002). Avec une recharge inférieure à celle observée en 2008, l'infiltration efficace n'a été que de 30 % de la valeur moyenne normale. 2010 était la septième année consécutive de déficit de réalimentation pour la nappe et 2011 sera pire... 

La forêt de Fontainebleau avec ses sols fortement drainant, est très affectée par le manque de pluie. Je le répète, les risques d’incendie sont de plus en plus forts chaque jour. Les arbres sont en situation de stress et certains ne survivent pas à cette longue privation.



Dans son communiqué du 22 avril dernier, la préfecture faisait le point de la manière suivante :

"La sécheresse en Seine et Marne


Les précipitations des dernières semaines sur la région sont très en dessous des
normales saisonnières (-60 % en moyenne en mars).
La pluie efficace, celle qui participe aux écoulements après évaporation, a été négative sur
la région au mois de mars.
Depuis le début de l’année hydrologique en septembre 2010, le bilan est déjà négatif
et la sécheresse progresse. Aujourd’hui, la réserve en eau du sol diminue mais
néanmoins, les sols sont encore en Seine et Marne plus humides que sur la Beauce ou la
Champagne.
La remontée des nappes enregistrée depuis novembre 2010 a atteint à présent un
plafond. Les niveaux sont donc encore bas par rapport aux minimas historiques, mais
néanmoins supérieurs aux niveaux observés ces dernières années du fait d'une recharge
hivernale plus importante. Aujourd'hui, la période de tarissement des nappes est d’ores et
déjà amorcée.
Les débits des grands et petits cours d’eau de la région sont en baisse et sont en
général bien inférieurs aux normales de saison.
Un retour de la pluie dans les prochains jours pourrait participer à l’augmentation rapide
des débits dans les rivières. Mais il n’en serait pas de même pour les nappes souterraines
du fait de temps de recharge beaucoup plus longs. Ces dernières années, de nombreux
hivers et printemps secs ont été suivis de périodes plus pluvieuses que la
moyenne. La situation n'est donc pas à ce jour catastrophique.
Aujourd’hui, du fait d'un ensoleillement important, de fortes températures et de vents
soutenus pour la saison, c’est principalement une sécheresse des sols superficiels
qui est à craindre à un moment où le besoin en eau des plantes est important,
principalement pour les cultures d’hiver et de printemps avec des conséquences
potentielles sur les rendements futurs. Un prolongement de cette sécheresse des sols
pourrait de plus compliquer le semis du chanvre s’il ne pleuvait pas.
Le préfet a réuni le 5 avril 2011 le comité départemental sécheresse où un point sur la
situation hydrologique a été réalisé et où ont été discutées les modalités de gestion des
prélèvements pour l’année 2011."

Depuis, vu le peu de pluie, la situation s’est aggravée et le Préfet a signé le 04 mai dernier l’arrêté cadre départemental qui fixe, pour 2011-2013, les mesures de limitation des usages de l’eau en fonction de l’état des cours d’eau et de leur nappe d’accompagnement.
Cet arrêté définit 4 seuils auxquels correspondent des mesures de restriction de plus en plus sévères pour les 20 cours d’eau sur lesquels la surveillance des débits sera effectuée :
Seuil de vigilance
Seuil d’alerte
Seuil de crise
Seuil de crise renforcée.
Les 20 bassins versants considérés (format PDF - 62 ko)
Champigny
Un arrêté relatif aux prélèvements d’irrigation ont été signés le 04 mai 2011 pour la nappe du Champigny. (
Arrêté préfectoral du 4 mai 2011 format PDF - 2.2 Mo)
La nappe est scindée en deux zones au fonctionnement hydrogéologique afin de permettre une meilleure adéquation entre les mesures de restriction adoptées et l’état réel de la nappe au droit des communes concernées :
- la zone Ouest, basée sur le piézomètre de Montereau sur le Jard,
- et la zone Est, basée sur le piézomètre de Saint Martin.

Trois catégories de communes sont distinguées afin de prendre en compte le contour hydrogéologique de la nappe et la nature des prélèvements qu’elle subit :
1. communes concernées par les mesures de restriction de l’arrêté sécheresse pour tous les usages,
2. communes concernées par les mesures de restriction de l’arrêté sécheresse pour tous les usages, sauf à partir du réseau d’eau potable (dont l’eau provient d’une ressource autre que la nappe de Champigny),
3. communes concernées par les mesures de restriction de l’arrêté sécheresse seulement pour l’utilisation provenant du réseau AEP (interconnexion avec une ressource du Champigny, bien que la commune ne soit pas située au droit de la nappe de Champigny).
Carte des catégories de communes - Champigny (format PDF - 667.6 ko) Arrêté cadre Champigny (format PDF - 3.7 Mo) Arrêté irrigation Champigny (format PDF - 1.8 Mo)

Des arrêtés spécifiques seront prochainement signés par le Préfet pour la gestion de la nappe de Beauce.


Ne manquez pas aussi de suivre le blog de Jean Poule, grand naturaliste dont les commentaires souvent incisifs ne laissent pas indifférents. Dans le cadre de la sécheresse, voici sa dernière note contre l’impôt sécheresse et nos amis céréaliers !

Télécharger


 

NATURE