Chantier

Sur les chemins

Escalade

Matos

2016-04-10

Dans quelques jours nous vous communiquerons les informations relatives à l'opération "Forêt propre" en Forêt de Fontainebleau. En effet, en dehors des initiatives que nous relayons dans l'Agenda, chaque année associations, ONF et divers partenaires dont le SMICTOM s'associent pour une vaste opération de ramassage et sensibilisation autour des déchets qui s'apparente de plus en plus à une vaste opération de communication. Vous avez été nombreux à nous adresser de nouvelles images des tas de déchets déposés en forêt. Malgré tout, force est de constater que ces dépôts sont de plus en plus réguliers et volumineux ! 
Les Amis de la Forêt de Fontainebleau, qui assurent pour part la propreté sur les sentiers bleus sont très préoccupés du développement de la saleté en forêt, notamment sous forme de gravats. Ils notent un mécontentement croissant des visiteurs du massif forestier sur l’état de propreté de la forêt et nous adressent un communiqué auquel nous nous associons bien volontiers notamment dans la responsabilisation des communes limitrophes et le besoin de changement de politique tant du Département que du Smictom. A ce titre, la TL²B invite les participants aux opérations à venir à aller à la rencontre des élus et des représentants du Smictom lors des prochains ramassages histoire de leur rappeler leur responsabilité directe sur ce dossier !

Communiqué des AFF :

° Ils constatent  que, selon l’enquête de satisfaction récemmentpublié par l’ONF dans le  cadre de son Observatoire de la fréquentation, la propreté est, de loin, la priorité n° 1 des visiteurs (53 %). Ceux-ci considèrent également que  la principale nuisance ressentie est l’importance croissante  des déchets.

° Ils rappellent que, selon l’Observatoire de la Forêt mis en place par les AFF, on note, depuis son instauration en 2012, un nombre croissant de signalements touchant la dégradation de la propreté en forêt, notamment sous forme de gravats. Pour les trois premiers mois de 2016,  plus des deux tiers des nuisances signalées concernent les détritus et les gravats.

° Ils estiment que le maintien de la propreté relève d’une action conjointe de l’ONF, des communes sur le territoire desquelles se situe le massif de Fontainebleau, du département de Seine et Marne, et des associations qui interviennent en faveur de la protection de la forêt.

° Ils regrettent que le Département ait réduit de façon très importante le montant de sa subvention à l’ONF et demandent à ce que celle-ci soit revalorisée.

° Ils souhaitent que le Smictom accepte les détritus et gravats rassemblés et  apportés par l’ONF, sans limitation de quantité et en franchise.

° Ils demandent que les municipalités périphériques à la forêt, prennent en charge la propreté des lisières sur une profondeur de 100 mètres.

° Ils demandent à l’ONF de reprendre le ramassage des gravats dès que possible.

° Ils appellent  l’ONF à veiller à la bonne fermeture des allées et routes forestières et à renforcer sa surveillance sur les sites de dépôts régulièrement  utilisés. Le niveau des amendes requises en cas d’infraction doit être substantiellement augmenté et un suivi des procès-verbaux établis doit être efficacement assuré


° Ils demandent que la question de la propreté en forêt fasse l’objet d’une convention, dans le cadre de « Fontainebleau Forêt d’exception » entre l’ONF, le département, les communautés de communes et les communes partenaires, le Smictom et les associations de défense de la forêt.
Nous vous parlons depuis quelques mois du projet de ligne à haute tension qui va défigurer une bonne partie du Pays des Ecrins notamment l' Embrunais, la Vallée de la Durance, celle de l'Ubaye et le Lac de Serre Ponçon. C'est là que Réseau de transport d’électricité (RTE), la filiale d'EDF, a commencer les travaux pour ajouter 80 km de lignes aériennes à 225 000 volts soit 345 pylônes ! Un projet qui traverse 10 communes du territoire de l’exceptionnel Parc National des Ecrins, que nous présentions dans cet article. Un projet pour lequel de nombreux recours sont déposés (hélas sans être suspensifs) et pour lequel les opposition (dont la nôtre) sont nombreuses et se heurtent, une nouvelle fois, à un chantage à l'emploi. Après les grandes coupes dans les forêts autour de Réallon, les travaux reprennent et suscitent toujours autant de résistance dans l'indifférence de la presse nationale. Cet été, quand vous irez en vacances dans les Ecrins, vous ne pourrez donc que constater le massacre ! En attendant, sur place, plusieurs manifestations pacifistes ont eut lieu malgré la pression des gendarmes. La prochaine aura lieu le 1er mai.

Le collectif No-THT 05 est revenu publiquement sur les incidents d'il y a deux semaines avec les forces de l’ordre. Certains militants contre le chantier RTE Haute-Durance et ses lignes électriques aériennes ont occupé les locaux provisoires de l’entreprise à Saint-Crépin. Le collectif qui assure que l’ambiance« était détendue ».Tout se passait bien jusqu’à l’installation d’une tyrolienne le soir, pour « faire passer couvertures et duvets ». Toujours selon le collectif, des gendarmes auraient alors brandi des couteaux pour couper la tyro. Cette intervention aurait provoqué un mouvement de panique, expliquant qu’une des militantes ait sauté du toit (9 m) avec, à la clé, une fracture de vertèbre et une blessure au coude. Le collectif dénonce « l’action irréfléchi des gendarmes », « la violence inouïe », parlant de coups de poing et de mise en danger de la vie d’autrui. De son côté, au moment de l'accident, le groupement de gendarmerie niait toute responsabilité dans un éventuel accident et affirmait que « les services de secours n’ont pas été appelés pour une telle chute ». Difficile donc d'y voir clair mais c'est certain, sur place, depuis les heurts de l'hiver, la tension est encore monté d'un cran.

Hélas, ici, il n’y a pas encore de « ZAD » (zone à défendre) pour attirer les médias nationaux qui ont multiplié les reportages sur les résistants à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, au barrage de Sivens ou au Center Parcs de Roybon ! Du coup, presque personne n’a entendu parler des opposants au projet de cette ligne à très haute tension en dehors des Hautes-Alpes. Mais les opposants ont quand même quelques beaux succès à leur actif et commence à faire peur si l’on en croit les messages d’indignation de la chambre de commerce et d’industrie ou de la fédération du BTP des Hautes-Alpes, qui ont été diffusés en décembre 2015 (voir aussi ici). Normal, ils ne lâchent pas le terrain ! « 30 octobre 2015 : blocage de chantier à Saint-Apollinaire, avec une dizaine de personnes;  3 novembre : blocage de chantier à Réallon, à une quarantaine de personnes ; 8 novembre : marche autour du chantier à Réallon, avec 600 personnes présentes.... En un mois et demi, quinze actions ont été conduites et avec les beaux jours et la reprise des chantiers, cela va certainement s'amplifier !



La contestation de ce grand projet est donc très loin d’être minoritaire, ni l’apanage de« quelques militants extrémistes et violents », comme voudraient le faire croire les partisans de la ligne THT.  Dernier renfort arrivé dans la lutte : un collectif indépendant de lycéens et un collectif d'artistes qui nous offrent de superbes visuels pour lutter à armes égales avec les services communicants de RTE ! D'ailleurs ceux-ci pour arriver à leurs fins,  n’hésitent pas à transformer quelque peu la réalité. Ainsi plusieurs habitants de la commune de Saint-Martin-de-Queyrières, ont pu constater que leurs maisons, situées à moins de cent mètres du tracé de la future ligne, ne figurent pas sur les plans cadastraux présentés par la filiale d’EDF.  De son côté, Jean-Philippe Bonnet, le délégué régional de RTE en charge de ce « magnifique projet », comme il le décrit, a une interprétation différente : « On a été alertés sur ce cas. Il y a peut-être eu un raté sur les plans cadastraux, mais il n’a pas de conséquences. De toute façon, la ligne ne surplombe pas les chalets, et il n’y a pas de pylônes sur les propriétés, donc il n’y a pas de dédommagements. »  D'ailleurs en février, l
e Conseil constitutionnel a confirmé la validité des procédures actuelles permettant la réalisation des projets d’intérêt général menés par RTE au motif qu'elles préservent les droits fondamentaux, garantis par la Constitution, des propriétaires des terrains où seront implantées les futures lignes aériennes et souterraines. Dans sa décision, le Conseil constitutionnel confirme aussi que l’implantation de lignes électriques aériennes ou souterraines sur des terrains privés respecte le droit de propriété compte-tenu des garanties de fond et de procédure prévues par la loi. 


Car RTE travaille beaucoup à "l’image écologique" de son projet ! Ainsi ses pylônes haut-alpins feront partie du projet européen Life Elia-RTE, qui vise à « transformer les emprises des lignes à haute tension en corridors écologiques ». Le capitalisme vert ose tout ! Vous allez voir qu'ils vont nous faire passer des décharges pour des biotopes à sauvegarder ! Mieux, sur les zones qui ont déjà été déboisées, RTE ose poser des panneaux interdisant de pénétrer qualifiant le site de « zone environnementale sensible » 

RDV le 1er mai !
Une nouvelle mobilisation anti THT va avoir lieu le 1er mai prochain à L'Argentière-la-Bessée. L'Argentière sera le point de rassemblement de plusieurs mobilisation à Eygliers ou Briançon. Une opération escargot aura lieu sur la RN94 le matin puis à 13 heures, une cantine géante et des festivités seront programmées à L'Argentière.


Pour en savoir plus :

http://caha05.canalblog.com/

http://www.gestasso.com/clients/www6516/

NATURE