Attention Danger, il n'y a plus d'hélicoptère de la Sécurité Civile en IDF !

A la TL²B on est assez sensible dès que l'on parle sécurité et secours et ce d'autant plus que nous avons dans notre cordée quelques pompiers de Seine et Marne et d'Essonne. Alors quand ceux-ci nous alertent sur le manque d'hélicoptère en IDF, on prend l'information très au sérieux ! L'Ile-de-France est en effet, du fait du nombre d'interventions de secours, normalement couverte par deux hélicoptères Dragon. Depuis quelques semaines un seul Dragon 75 était présent sur la base de Paris ce qui a entrainé à nouveau l’arrêt temporaire de l’expérimentation du détachement médicalisé de Melun. Mais il semble que la situation ait encore empiré. En effet, ce seul hélicoptère a été transféré le 09 juillet au profit d’une base située en zone plus touristique ! Du coup, les pompiers n'ont plus aucune de capacité de treuillage en Ile de France, ni de capacité de vol nocturne. 

Le Dragon 75 sur les sables de la Forêt de Fontainebleau
Le Dragon 75 posé sur les sables de la Forêt de Fontainebleau en 2013 ne viendra pas vous sauver
cet été 2021 donc soyez prudents !



Pourtant, il existe des solutions à commencer par les hélicoptères de la Gendarmerie Nationale ou la location par l’Etat d’une machine privée affectée à Paris. En revanche, ceux-ci ne doivent être ré-équipé pour être médicalisé et intervenir sur les secours par hélitreuillage. Les habitants de l’Ile de France sont-ils sacrifiés au profit des touristes du sud de la France ou des zones de montagnes ? A plus long terme, quel est l'avenir pour le groupement hélicoptères de la Sécurité Civile en IDF ?

La situation actuelle n’est pas totalement une surprise car c'est le fruit de plusieurs facteurs dont le principal est le manque d’investissement et de vision à long terme de la part de l’Etat ces dernières années sur la politique de secours. D'ailleurs, nos amis pompiers en font largement les frais et finalement leur longue grève de l'été 2019 n'y aura pas changé grand chose même avec la rallonge budgétaire prévue.

Dès le début, le remplacement des hélicoptères de la sécurité civile de France on savait que cela n'allait pas le faire sur le long terme nous confiait un pompier du SDIS91. En effet, en 2000, seul 32 hélicoptères sont commandés pour remplacer une flotte de plus 40 hélicoptères alors que la technologie de ces nouveaux appareils offre de nouvelles possibilités d’emploi notamment avec le vol de nuit et les vols aux instruments et laissait présager une augmentation très significative des missions.

Après 2010, 3 hélicoptères sont commandés pour répondre à l’ouverture des bases de la Guadeloupe, de la Martinique et au remplacement de l’hélicoptère crashé en 2003 près de Pau. La flotte est alors composée de 35 hélicoptères pour une charge de travail estimée au minimum à 38 appareils.

En 2014, la base de Lille-Touquet est fermée par manque d’hélicoptère et afin d’ouvrir la base de Guyane.

Aujourd’hui, malgré l’achat de 2 nouveaux hélicoptères, la flotte sécurité civile n’est plus composée que de 32 appareils du fait des crashs de Pau (2006), Bastia (2010) et Marseille (2019) et ne peut subvenir aux besoins des territoires.

A cette situation déjà peu reluisante, ajoutons que l'hélicoptère présent et indispensable au centre de formation national de Nîmes n’a jamais été prévu ; que le temps d’immobilisation du fait des délais de transport par bateau des hélicoptères des bases des territoires d’outre-mer n’a pas été pris en compte ; que les maintenances sont réalisées au seuil le plus haut ( soit 760 h à la place de 200 heures de vol).

Enfin, le cout de grâce est donné en 2021 par le changement de marché des pièces et de l’entretien passé par la direction de la maintenance aéronautique des armées (DMA). Les pièces n’arrivent plus et les machines en fin de potentiel ne sont plus maintenues ce qui entraine une accumulation des hélicoptères sur les parkings de l’atelier central de Nîmes. Aujourd'hui, un tiers des hélicoptères ne serait plus opérationnels ! Une situation alarmante déjà relevé par nos confrères du Courrier Piccard ce printemps mais qui ne cesse de se dégrader

De quoi s'inquiété pour les franciliens (comme pour les autres français). La question a été posée au gouvernement mais elle reste sans réponse. Donc, cet été, soyez très prudents, vous ne serez peut-être pas sauvés dans les meilleurs délais !

Rappel sur les secours à Bleau
Nous vous invitons à relire cet article en priorité

Partagez:

Enregistrer un commentaire

Merci d'avance pour vos encouragements, commentaires, informations, témoignages ou critiques. En cas de difficultés, jetez un oeil à la page FAQ ou adressez-nous un mail.

Copyright © Tribune Libre de Bleau et Cie. Designed by OddThemes