Chantier

Sur les chemins

Escalade

Matos

2017-01-22

C'est pas toujours facile de surveiller les actions de l'Etat et notamment en matière d'enquête publique ! Heureusement certains de nos lecteurs veillent pour nous et épluches la presse locale où sont publiés les avis. C'est le cas pour celui-ci paru dans la République de Seine et Marne du 16 janvier et annonçant la révision du périmètre du la forêt de protection ! 
Une participation impérative pour les associatifs et autres défenseurs des sites naturels aui devra avoir lieu entre le 6 février et le 7 mars 2017...
Nous avons cherché le dossier sur le site internet de la Préfecture mais il ne semble pas en ligne pour le moment... Nous n'avons trouvé que l'avis d'enquête du 26/12/2016 qui donne les modalités.
Pour celle et ceux qui s'intéressent encore au patrimoine bleausard et aux témoignages du passé, les carrières de grès sont incontrournables ! Au delà de l'histoire ou de nos documentations et d'une visite du sentier de découverte, rencontrer des anciens carriers est toujours la meilleure source d'information. C'est ce que vous pourrez faire à Champcueil, (91) dont l’activité des carrières pendant près d’un siècle a durablement marqué la vie locale. Donc à côté de l'exposition sur le thème organisée par l’association ChampRecueil à voir jusqu’à la fin de ce mois de janvier, un ancien carrier sera présent le lundi 30 janvier à 15h pour échanger avec les visiteurs.
Tous les détails ici et ci-dessous.

Il était temps ! Depuis la mise en place des nouvelles conditions d'accès dans les déchetteries du Pays de Fontainebleau, la forêt domaniale et ses environs débordaient de dépôts sauvages (voir aussi le cahier noir de l'AFF). Pire ! la baisse de la subvention versée à l'ONF avait conduit celui-ci à suspendre les opérations de nettoyage, laissant les bénévoles sur le carreau ! C'est donc avec bonheur que nous avons appris que Monsieur Franck Vernin, Président du SMITOM-LOMBRIC Centre Ouest Seine et Marnais, et Pierre-Edouard Guillain, Directeur de l’agence Île-de-France Est de l’Office national des forêts ont signé ce 18 janvier 2017 un partenariat destiné à renforcer leur coopération en matière de lutte contre les déchets en forêt de Fontainebleau. Enfin !

En gros, l’ONF assurera le ramassage des dépôts sauvages, le piquetage des détritus en bord de route ainsi que leur tri alors que le SMITOM LOMBRIC prendra en charge une partie du traitement des déchets incinérables. De plus, il apportera son expertise et ses conseils à l’ONF pour optimiser la gestion des gravats, pneus, produits dangereux (amiante, produits chimiques...).

Suite à cette première avancée, l’ONF a repris les ramassages des dépôts sauvages à l’arrêt depuis le comité de pilotage « Fontainebleau, Forêt d’Exception » du 14 avril 2016.

En attendant, nous pensons que cela ne règle pas le problème, les artisans et autres usagers n'ayant pas gagné en liberté d'accès aux déchetteries ! Mais c'st déjà un premier pas vers une forêt plus propre...



Le 6 décembre dernier,  Anne Cabrit, Présidente de l’Agence des espaces verts de la Région Île-de-France (AEV), a présenté à son Conseil d’administration des orientations fortes, fondées sur les recommandations de la Chambre Régionale des Comptes qui l'avait audité entre 2014 et 2015. Ce rapport a mis en exergue la fragilité financière dans laquelle la précédente mandature a laissé l’AEV au terme des exercices 2009-2015, en notant une « augmentation des effectifs de près de 20 % en cinq ans » et en soulignant le fait que la « stratégie d’acquisition foncière est génératrice de coûts de fonctionnement croissants ». Les conclusions du rapport sont claires : des « interventions à recentrer dans un contexte budgétaire plus contraint ».

Ce recentrage obligatoire passe bien entendu par une réduction des dépenses en abandonnant certaines missions comme l'éducation à l'environnement, (une mission où l'AEV est aussi en concurrence avec NATUREPARIF, de nombreux animateurs nature, les départements...) ou en rationalisant et mutualisant les achats d'espaces naturels.

L'intersyndicale de l'AEV a donc lancé une pétition appelant à ne pas brader le patrimoine naturel acquis, ne pas renoncer à la mission d'éducation gérée par une  quinzaine d'agents éco-animateurs et à défendre les emplois de l'AEV.

L'AEV est une nécessité et a financé notamment une part non négligeable des travaux de lutte contre l'érosion et d'accueil du public dans nos forêts franciliennes comme l'atteste le document  ci-dessous issu de notre base documentaire. Mais sans remettre en cause la défense de cet institution, il est clair que la politique de défense de l'environnement menée sur le territoire français depuis quelques décennies manque cruellement de cohérence et de moyens alors que le nombre d'agences et de réglementations ne cessent de croître. Une mutualisation s'impose ! 


NATURE