LA TRIBUNE LIBRE DE BLEAU et Cie est la fusion des 4 précédentes éditions de la TL2B, TL2Bleau...

Merci de nettoyer les prises

Merci de nettoyer les prises
avec une bonne brosse !

Zones Humides...Doit-on s'inquiéter pour l'avenir de la réserve de la Bassée

Mis en ligne par TL De Bleau on mardi 7 février 2017 | 17:24:00


Les naturalistes du sud Seine et Marne connaissent bien la zone humide de la Bassée au sud est de la forêt de Fontainebleau. Elle abrite de très nombreuses espèces remarquables qui profite ici d'une forte protection de ce biotope exceptionnel et rare. A l'occasion des journées mondiales des zones humides 2017 dont le thème est leur rôle dans la prévention des catastrophes (voir le programme 2017 pour l’île de France), ne faut-il pas s'alarmer des conséquences du gigantesque projet d'aménagement de cet espace ? Si les causes des inondations sont nombreuses, elles sont souvent d’origine anthropique et nous renvoient toutes à notre responsabilité et à notre manière d'urbaniser. Petit point rapide sur le projet de mise à grand gabarit de la liaison fluviale entre Bray-sur- Seine et Nogent-sur-Seine relancé par le conseil départemental de Seine-et-Marne et qui constitue, selon le ministère de l’écologie et du développement durable, une menace sérieuse pour tous les habitats inféodés aux zones soumises à des crues périodiques et/ ou dépendant du niveau de la nappe.




Le projet


Le projet de grand gabarit du bassin de la Seine, entre Bray-sur-Seine et Nogent-sur- Seine doit permettre le passage des bateaux de plus de 1 000 tonnes. Le développement de ce réseau donnerait à terme un accès aux ports du Havre et de Rouen et à la liaison Seine-Nord Europe. Il est inscrit au Schéma National des Infrastructures de Transport.

Il s'agit du prolongement de travaux effectuées dans les années 1970, entre Montereau-Fault- Yonne et l’écluse de la Grande Bassée. La poursuite de la mise à grand gabarit aujourd’hui envisagée avait déjà été soumise à enquête publique dans les années 80, mais la mobilisation de la population et des associations environnementalistes avait conduit à son abandon. Portant, il ressort des cartons en 2010, coupé en morceaux.

Quand on évoque la Seine et les fleuves, on a vite à faire avec Voies Navigables de France (VNF), établissement public en charge de l'entretien de notre réseau fluviale. Dans le cadre du projet de la Bassée, VNF a privilégié un scénario dit numéro 3 qui comprend la construction d’un nouveau canal à grand gabarit sur 10 km de long et d’une soixantaine de mètres de large, entre Villiers-sur-Seine et Nogent- sur-Seine ainsi que l’aménagement de la Seine en aval. Il permettrait d'accueillir des bateaux de 2 500 tonnes et générerait un trafic fluvial important. Ce scénario a pour objectif de favoriser principalement le développement du port de Nogent-sur-Seine qui cherche également à développer une plateforme multimodale de transbordement de conteneurs. 

A la sortie des écluses de Boissise-la Bertrand (77) les péniches se suivent...

En 2012, le Conseil Général de Seine-et-Marne a remis à la Commission Particulière du Débat Public Crue Seine Bassée (du 2 novembre 2011 au 17 février 2012) son avis défavorable, estimant que l’intérêt économique est, tout au plus, très limité pour le département. Il pointait aussi du doigt le « des filières économiques peu durables » . Pour l’Autorité Environnementale, les impacts directs sur l’environnement seraient particulièrement élevés et « découleront à la fois des travaux eux-mêmes qui détruiront une quantité plus ou moins importante d’écosystèmes terrestres et aquatiques intéressants, mais aussi très largement des effets indirects du projet qui peuvent affecter la fonctionnalité écologique de surfaces non touchées par les travaux, notamment par la modification du régime d’inondation et des niveaux d’eau » 
La Seine vers Melun

Si les consultations ont déjà eut lieu, elles se poursuivent dans un cadre post-débat, c'est à dire entre élus. Mais il est peut être temps de rappeler l’intérêt écologique de la Bassée dans notre protection contre les inondations.

La Bassée est la plus vaste plaine alluviale inondable de la Seine. D’une surface d’environ 30 000 ha, elle s’étend sur deux régions (Champagne Ardenne et l’Ile-de- France), et sur trois départements (Seine-Marne, Marne, Aube), sur une distance d’environ 80 km avec une largeur moyenne de 4 km. Cette zone est constituée de prairies, de marais et bois qui jouent un rôle essentiel dans la régulation des régimes hydrologiques de la Seine. En effet, elle constitue une vaste zone d’expansion et les inondations y sont fréquentes. En fait, elle protège ainsi le Grand Paris en assurant une réduction et un retard des éventuels pics de crue.

Si le fonctionnement hydrologique de la Bassée est menacé par nos activités et notamment les nombreux aménagements fluviaux depuis 40 ans, ce projet risque encore d'agraver les choses. La zone subit aussi une forte pression liée à l’activité d’extraction de granulats qui, en entraînant une réduction du niveau de la nappe localement, participe à la modification du fonctionnement de la plaine alluviale.
Aujourd’hui, le projet de grand gabarit du bassin de la Seine, entre Bray-sur-Seine et Nogent-sur-Seine, remet en cause les équilibres naturels qui permettent à la Bassée de jouer son rôle notamment de régulation des régimes hydrologiques. Il pourrait représenter une menace pour les habitants du Pays de Fontainebleau, Melun...  qui seraient davantage exposés aux inondations. Il représenterait une baisse supplémentaire de 20 à 60 cm de hauteur d’eau en moyenne suivant les crues et les lieux. Couplé aux 4 lac-réservoirs de l’EPTB, ils permettront de maintenir la Seine en-dessous du niveau d’apparition des principaux dommages (6,20 m à Austerlitz = inondation du RER C et 7,40 m = niveau des murettes anti-crues en petite couronne).
Date de mise en service envisagée : 2020 
A la sortie des écluses de Boissise-la Bertrand (77) les péniches se suivent...


POUR EN SAVOIR PLUS


Le projet d’aménagement de la Bassée, porté par les Grands lacs de Seine, a fait l’objet d’un débat public concomitant. VNF et les Grands lacs de Seine ont mené des études conjointes pour assurer une coordination optimale entre les deux projets. La CNDP a de son côté nommé un même président pour les deux commissions particulières du débat public avec un secrétariat général commun.

SITE INTERNET ET ARCHIVES DU DÉBAT PUBLIC
http://cpdp.debatpublic.fr/cpdp-petiteseinegrandgabarit/

DÉBAT ET CONCERTATION POST-DÉBAT LIÉS
http://www.debatpublic.fr/projet-damenagement-bassee


Le projet de la Bassée

Pour compléter le système existant qui prévient la montée des eaux résultant de la concomitance des crues de l’Yonne et de la Seine, il est proposé la création de 7 stations de pompage et d’une trentaine de vannes, ainsi que  l'aménagement des talus-digues délimitant les aires de stockage de faible hauteur (de 1,5 m à 4,70 m au maximum) pour une intégration harmonieuse au paysage

SITE INTERNET ET ARCHIVES DU DÉBAT PUBLIC
http://cpdp.debatpublic.fr/cpdp-crue-seinebassee/

SITE INTERNET DU MAÎTRE D'OUVRAGE
http://seinegrandslacs.fr/papi-francilien-projet-de-la-bassee

DÉBAT ET CONCERTATION POST-DÉBAT LIÉS
http://www.debatpublic.fr/projet-mise-a-grand-gabarit-liaison-fluviale-entre-bray-s-seine-nogent-s-seine
carte

DOCUMENTATION
· BILAN DE LA CONCERTA...

LA BASSÉE
Publié le 08/01/2016 COMPTE RENDU RÉUNION...
Publié le 24/06/2015 PROJET D'AMÉNAGEMENT...
Publié le 22/04/2016 LETTRE D'INFORMATION...
Publié le 31/01/2016 LETTRE D'INFORMATION...

Share this article :

0 commentaires :

Speak up your mind

Tell us what you're thinking... !

Nombre total de pages vues

Rechercher dans ce blog

Translate

 
Support : Auteur photographe : Greg Clouzeau | Fontainebleau Histoire (NOUVEAU !) | Devis sur demande
Proudly powered by Blogger
Copyright © 2011. Tribune Libre de Bleau et Cie - All Rights Reserved
Template Design by MASKOLIS Published by Mas Template Johny Template