Chantier

Sur les chemins

Escalade

Matos

2016-09-04

C'est la rentrée et il est temps (grand temps même) de reprendre le nettoyage de notre belle forêt ! Vous avez été très nombreux à réagir aux photos diffusées tout au long de l'été sur les dépôts sauvages de déchets et gravats en forêt de Fontainebleau. Ces ignobles tas d'ordures sont parfois restés très longtemps, faute de ramassage par l'ONF. Et pour cause, le Département de Seine et Marne avait totalement sucré sa subvention de 80 000 € à l'Office qui finançait cette opération. 

Chaque année, le nombre de gros dépôts sauvages augmente sans que l'on donne de réels moyens à l'office pour accomplir sa mission d'accueil du public.  Et c'est pire depuis la mise en place en septembre 2015 de la nouvelle politique tarifaire dans les déchetteries du Pays de Fontainebleau...
Donc dimanche, le collectif Une petite marche pour une grande démarche et l'ASABEPI organise une nouvelle opération de nettoyage notamment à 14h30 sur le parking de “la Feuillardière”, Noisy sur Ecole 2,5 km au Sud-Ouest d’Arbonne sur la D409 (GPS 48.4014 – 2.5468.)

L'occasion aussi pour nous de féliciter tous les bénévoles qui ont nettoyé les montagne cet été notamment ceux qui se sont rendu à la Mer de glace à l'appel de Lafuma et ceux de Mountain Wilderness   qui ont participé au 35e chantier de démantèlement d’installations obsolètes aux alentours du Col de Granon, dans le massif des Cerces (05) d'où ils ont arraché plus de 15 tonnes d'anciennes ferraille militaires comme vous avez pu le lire sur notre page Facebook.


Les bleausards de plus de 20 ans se souviennent certainement de Manu Ratouis et de ses ouvertures extrêmes dans les années 90. Exilé en montagne pour pouvoir exercer son métier de guide, il n'a pas pour autant délaissé la pratique du bloc et la vallée de Cham' lui doit beaucoup pour le développement de cette activité dans la capitale européenne de l'alpinisme. 

Emmanuel Ratouis est moniteur d’escalade et guide de haute montagne à Chamonix et gérant de gîtes ! Il a démarré l’escalade à Fontainebleau au milieu des années 80. Avec Philippe le Denmat et Jacky Godoffe, il avait déjà signé deux topos sur les escalades en forêt de Fontainebleau avant de s'y mettre à Cham'.

Cette nouvelle édition contient plus de 1000 passage (200 de plus donc que la précédente) et ajoute au sites les plus connus comme le col des Montets, les Bossons ou Médonnet au dessus de Sallanches, le col de la Colombière, Argentière, le Lavancher et l’exceptionnel secteur de Mouille Noire pas mal de nouveautés !

Tous les niveaux sont largement représentés du 4 au 8B afin que chacun y trouve son compte. Comme pour le précédent, un véritable travail de sélection a été opéré pour ne garder que les voies dignes d’intérêt.
Il ne vous aura pas échappé qu'un très grand feu s'est déclaré dans le Parc National des Calanques. Plus de 300 hectares ravagés par les flames en quelques heures. De Luminy jusqu'au col de la Gardiole, le feu a détruit le massif qui longe la route de la Gineste en direction de Cassis mobilisant plus de 800 sapeurs et marins-pompiers, des dizaines d'engins au sol, plusieurs Canadair. Au lendemain de cet incendie, les réactions sont évidemment très nombreuses et les polémiques inévitables... L'origine du sinistre se situe à Luminy juste derrière un ensemble HLM et pour Stéphane Bouillon, Préfet de région, la piste criminelle est fortement privilégiée. Mais ce nouveau grand incendie met surtout en évidence les difficultés matériels pour prévenir et combattre les feux dans un secteur très sensible et classé... Voilà encore un problème réglementaire lié aux statuts de protection des sites naturels.

Le directeur du Parc national a salué le travail remarquable des services d’intervention et de secours qui ont déployé de très importants moyens pour circonscrire le feu et épargner les grands sites patrimoniaux de biodiversité, de paysages littoraux, de culture et d’accueil du public du Parc national des Calanques.

A l'heure du bilan


D'après la direction du PN, les versants Est de Luminy et la plaine de la route de la Gineste ont été fortement impactés par l’incendie, qui a principalement parcouru des formations de garrigues et de jeunes pinèdes. Trois habitats naturels considérés comme rares et fragiles ont été concernés : falaises, éboulis et pelouses calcaires. L’impact paysager est très important d'autant que la zone touchée se situe aux abords de la cité universitaire de Luminy et de part et d’autre de la très touristique route de la Gineste. Les conséquences de  cet incendie aggravent les risques d’érosion des sols et de dégâts des eaux en cas de fortes pluies dans un site très fréquenté. Reste que le feu est aussi un élément nécessaire et bénéfique pour certains milieux naturels.
Dans les prochains jours, le Parc national des Calanques conduira, en lien avec ses partenaires, une évaluation de l’impact écologique du sinistre. 


Source sécurité civile
Ce feu est donc plutôt "petit", en tous cas, moins important que les très grands feux de 2009 (1067 ha) et 1990 (3524ha) et n'aura pas fait de victime. Mais il met, une fois de plus, en évidence, le problème de la circulation des secours dans des zones où la réglementation visant à protéger la nature interdit certains aménagements. A Fontainebleau, le classement en forêt de protection est souvent un frein aux aménagements souhaités pour sécuriser certaines routes ou parking.

Un manque cruel de pistes DFCI !

Cet été, dans les Trois Pignons, d'importants travaux ont permis la mise aux normes de plusieurs allées forestières. Dans le Parc National des Calanques, la création de pistes  de défense de la forêt contre les incendies (DFCI) est hélas bloquée par la réglementation de protection du site naturel. Le maire de Marseille Jean-Claude Gaudin a demandé ce matin en conférence de presse que l'Etat autorise la création de pistes suffisamment larges pour permettre une intervention rapide en cas d'incendie dans le parc national des calanques : 
"Aujourd'hui, le parc des calanques ne possède quasiment pas de pistes DFCI, explique Julien Ruas, adjoint au maire en charge du bataillon des marins-pompiers. Il existe des pistes forestières, mais qui ne sont pas suffisamment larges pour permettre aux camions des pompiers de s'engager sans danger. Une piste DFCI doit mesurer quatre mètres, plus cinq mètres déboisés de part et d'autre de celle-ci, soit 14 mètres au total. La Dréal (direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement) doit aujourd'hui autoriser la création de ces pistes, indispensables pour le bon déroulement des opérations."

De son côté, le Parc national des Calanques, avec la Ville de Marseille, "propose une réflexion collective immédiate afin de mettre en œuvre les mesures d’urgence adaptées au contexte du cœur de Parc national. Cette démarche, incluant l’ensemble des partenaires (forestiers, propriétaires publics, services de secours…) mobilisés sur le Plan de massif de défense d’incendies, permettra notamment d’aborder les thématiques suivantes :
· sécurisation des axes de circulations routière et piétonnière ;
· réflexion sur la réouverture au public ;
· limitation des risques de ruissellements et d’érosion des sols ;
· suivi de l’état de la végétation et, à moyen terme, accompagnement de la régénération naturelle ;
· prise en compte du retour d’expérience de cet incendie dans le plan de massif."



Pour des raisons de sécurité, la préfecture des Bouches-du-Rhône ainsi que la Ville de Marseille ont interdit aujourd’hui le massif concerné par la zone incendiée. Ainsi, la route de la Gineste (D559) est fermée à la circulation, et les massifs forestiers situés à l’intérieur et autour du périmètre de la zone incendiée sont interdits aux piétons.

Les grands feux des Calanques depuis 1960


· Préfecture des Bouches-du-Rhône

· Ville de Marseille

Photo Fred Speich/ La provence
 http://www.laprovence.com/ 

NATURE