Chantier

Sur les chemins

Escalade

Matos

2015-09-13

La chasse ouvre en Ile de France, comme dans beaucoup de département , ce 20 septembre à 9 heure jusqu'au 29 février 2016 à 17h30 !


Nous ne devrions donc plus attendre très longtemps la traditionnelle note de communication de l'ONF 77 avec le calendrier et la carte. Souhaitons que cette année, enfin, elle intègre la chasse à courre...

Le réseau « Sécurité à la chasse » de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) publie chaque année un bilan des accidents de la saison écoulée après en avoir analysé la nature et les circonstances. Ces informations doivent permettre d’améliorer la formation des chasseurs à la sécurité. Selon ce rapport, pour la saison 2014/2015, le nombre total d’accidents s’élève à 122 dont 14 mortels.  

Selon le site internet La buvette des Alpages, le chiffre serait de 42 morts dont 1 non chasseur. Une sacré différence !!! 

On ne va pas polémiquer sur les modalité de calcul des uns et des autres sur un sujet aussi grave mais juste vous conseiller, une nouvelle fois, d'être très prudents, notamment dans certains sites d'escalade et autres loisirs de pleine nature, en Essonne et dans tous site non classé "forêt domaniale" !
Evolution du nombre des accidents de chasse
Chiffre ONCF

Extrait du rapport de L'ONCF

L’analyse détaillée des chiffres de la saison 2014-2015 montre que 86% des blessés sont des chasseurs (dont 25% d’auto-accidents). On ne relève aucun non chasseur parmi les 14 accidents mortels. La chasse au grand gibier (sanglier, cerf, chevreuil... ) entre pour 63% du chiffre total et le petit gibier pour 37%.

L’analyse détaillée des 14 accidents mortels survenus lors de la dernière saison de chasse permet d’identifier un certain nombre de points communs à tous :
le tir sans identifier la cible
le départ intempestif de l’arme sans gibier
le tir en direction de la traque ou sans prise en compte de l’angle des 30 degrés
la proportion importante d’armes semi-automatiques dans ces accidents mortels
un âge plus élevé que la moyenne des chasseurs
la non-matérialisation de l’angle des 30 degrés
une distance entre l’auteur et la victime à chaque fois inférieure à 80 mètres
On note l’implication de la chevrotine pour deux des 14 accidents mortels.
 
Pour rappel : toutes les circonstances évoquées ci-dessus sont décrites dans la formation à l’examen du permis de chasser.

Toutes les dates et AP sur le site http://www.oncfs.gouv.fr/


Le World Clean Up 2015 aura lieu en France les 26 et 27 septembre. Chaque années plusieurs opérations de ramassage des déchets ont eu lieu en France. Cependant, si elles ont des résultats tangibles sur le moment elles ont montré, selon nous, leurs limites. En effet, années après années, les mêmes sites sont nettoyés pour se retrouver à nouveau salis. Pour autant, doit-on baisser les bras ? Non, bien entendu. Qu'il s'agissent d'opérations de communication d'une grande enseigne de la distribution française ou les opérations lancées ici ou là par de petits collectifs, chaque initiative visant à retirer quelques déchets sont bonnes à prendre.
Depuis quelques années, les associations organisant leur journée de nettoyage se multiplient. Ainsi, ce WE vous pouvez participer aux nettoyages organisée par 
Nettoyons la Terre une campagne mondiale, tenue en partenariat avec le Programme des Nations Unies pour l’environnement . Elle inspire et habilite les collectivités à nettoyer, remettre en état et préserver leur environnement et le WE prochain (26/27) par Let's do it France soutenu par nos amis de Knet partage.

C'est aussi la date choisie pour le traditionnel WE d'entretien et de nettoyage des Falaise de Hauteroche organisé par la FSGT (plus d'infos»)
En montagne nos amis de Mountain-riders poursuivent inlassablement chaque été les opérations de ramassage en été jusqu'à fin septembre. Il a aussi celles de la Summit Foundation et nos amis trailers ne sont pas en reste comme nous l'évoquions là.

Donc, cette année encore, quelques tonnes de déchets seront retirés de nos montagnes. Par exemple, ce sont 
14 tonnes d'installations obsolètes qui ont été retirées du Mont Viso entre le 21 et le 25 août 2015 par l'association Mountain Wilderness, en partenariat avec la Réserve naturelle nationale de Ristolas Mont Viso. Cette 31e opération depuis 2001 confirme l'engagement fort de Mountain Wilderness et de ses partenaires pour préserver le patrimoine naturel de la montagne (voir article de nos amis de Kairn)

Cette année encore aussi,  la marque Lafuma et le Club Alpin Français s’associent pour organiser une journée éco-citoyenne dédiée au nettoyage de la mer de Glace. Depuis 2008, cette initiative a permis de ramasser 14 tonnes de déchets sur le plus grand glacier de France. Vendredi 11 septembre, l'équipe Lafuma s'était donné rendez-vous avec ses partenaires au nettoyage de la mer de Glace. Cette opération était cette année la huitième, les partenaires de la première heure sont encore présents à ce jour, entendez : Mountain RidersUCPA, le Club Alpin Français et la compagnie du Mont BlancC'est donc près de 2 tonnes de déchets qui ont été retirés de la Mer de Glace par environ 60 bénévoles qui s'ajoutent aux précédents retraits. 
Et bien entendu, vous retrouverez là le bilan 2015 de l'opération forêt propres à Fontainebleau


Allez, courage ! 



Depuis plusieurs mois, le Pays de Fontainebleau se prépare aux "nouvelles modalités d'accès aux déchetteries" entrant en vigueur au 1er octobre. Plusieurs voix se font entendre ici et là, pour rappeler que la politique d'accès aux déchetteries a une incidence immédiate sur les dépôts sauvages, notamment en bord de route et en forêt. En effet, à partir du 1er octobre, au-delà des 36 passages gratuits par an pour un véhicule standard,  réduits à 18 pour les monospaces ou les Breaks avec sièges rabattus, les usagers devront s’acquitter de 16,5 euros par passage pour une voiture, 33 euros pour une remorque ! Une situation qui aura certainement des répercutions. En IDF, les dépôts sont de plus en plus importants. Ils sont le fruit de professionnels peu scrupuleux mais d'après un représentant de la FFB78, c'est de la responsabilité des particuliers !


Dans le Pays de Fontainebleau, le SMITCOM rappelle sur son site que ces nouvelles modalités sont dues : "...à des usages frauduleux des cartes d’accès à ses déchèteries. La gestion des déchèteries est le 1er poste de dépenses du syndicat, devant l’incinération. C’est donc lui qui impacte le plus la Taxe d’Enlèvement des Ordures Ménagères (TEOM) que nous payons tous en tant que ménages. Pour éviter une augmentation abusive de cette TEOM, le SMITOM-LOMBRIC a décidé de mettre en place de nouvelles modalités d’accès à ses déchèteries, outre la mise en circulation de nouvelles cartes en cours." 


Le SMICTOM de la Région de Fontainebleau est un Etablissement Public de Coopération Intercommunale (EPCI), regroupant 22 communes rurales et semi-urbaines dont Fontainebleau, Avon et Bourron-Marlotte, soit un total de 85 174 habitants. La Communauté de Communes du Pays de Fontainebleau a délégué la compétence relative à la collecte et au traitement des déchets ménagers au SMICTOM.
Le SMICTOM assure l’organisation de la collecte des déchets ménagers et assimilés. Il délègue la collecte à Veolia propreté (délégation de service public). Le SMICTOM a aussi transféré la compétence  valorisation / traitement des déchets et gestion des déchetteries au Syndicat Mixte de Traitement des Ordures Ménagères, SMITOM Centre Ouest Seine et Marnais appelé LOMBRICConformément au plan départemental d’élimination des déchets ménagers, le SMITOM-LOMBRIC a ouvert 4 déchetteries pour les communes du SMICTOM de la Région de Fontainebleau.
Chaque commune est donc rattachée à une déchetterie :
Les communes de Fontainebleau et de Bourron-Marlotte sont rattachées à la déchetterie de Bourron-Marlotte, et la commune d’Avon à la déchetterie de Vulaines-sur-Seine. Les habitants de Recloses peuvent se rendre dans différentes déchetteries .

Si 1 passage tous les 10 jours semble correspondre aux besoins des habitants, le fait de diviser par 2 le nombre de visite pour les grosses voitures était-il vraiment nécessaire ? Nous ne sommes pas du tout certains que ce soit là une réponse appropriée pour faire face à un "usage frauduleux de carte" et les conséquences pourraient effectivement être un nouvel accroissement des dépôts en forêt de Fontainebleau. Ceci étant dit, c'est aussi du côté des professionnels du bâtiment notamment qu'il faut chercher les responsables des plus gros dépôts sauvages ! 


A Fontainebleau, Au Rocher Canon, en 2012


Cette situation est la même un peut partout en Ile-de-france. On vous parle chaque année des Clean Up Days et des opérations forêt propres de plus en plus nécessaires pour faire face à ces très gros un amoncellement de déchets qui continue de croître inexorablement. Impossible de les rater. Des tas d’immondices défigurent régulièrement nos forêts et les parking ou bords de routes. Cet été, le journal Le parisien, consacrait un gros article au sujet notamment en  forêt de Saint-Germain-en-Laye (Yvelines). Dans ses forêts d’Ile-de-France, l’Office national des forêts a ramassé pas moins de 1 500 t de déchets en 2014.
A St Germain,  « En 2014, nous avons ramassé 3,5 t de déchets de chantier, en 2015, entre janvier et juillet, les chiffres ont complètement explosé. On est déjà à 40  ! » raconte Pascal Loffroy, le responsable de l’unité territoriale du Nord-Yvelines à l’ONF. Pour une forêt de 3500 hectares, c'est pas mal non ?! Le coût de retraitement de ces déchets dans les centres spécifiques tourne autour de 100 € la tonne. Comme à Fontainebleau, certaines associations viennent en aide au 5 agents de l’ONF, dont le Comité départemental de randonnée des Yvelines. Comme chez nous, il existe un réseau d'alerte et un observatoire accessible via le site du Comité.

D’après Bernard Attal, porte-parole yvelinois de la Fédération française du bâtiment (FFB), c’est avant tout au particulier qu’il incombe de veiller au traitement de ses déchets  ! « Les professionnels ont accès à des centres d’enfouissement et facturent au client l’enlèvement et le traitement des déchets, explique-t-il. Tout particulier qui fait réaliser un chantier doit s’assurer que les débris sont correctement traités en demandant une attestation à la société ou à l’artisan qui a travaillé chez lui. La Fédération communique largement auprès de ses adhérents et montre le bon exemple. » Et il ajoute : « Le travail dissimulé est aussi une plaie à ce titre. Si un individu n’a que faire de la loi du travail, on peut imaginer qu’il ne craindra pas de polluer l’environnement avec des ordures de chantier. » Selon lui, il est indispensable de faire comprendre aux citoyens qu’il est nécessaire de payer pour ce genre de déchets « au même titre que lorsqu’on doit recycler de l’électroménager ».

Voilà, donc au final, c'est la faute à la crise économique qui nous pousse à engager n'importe qui ! Bref, les pollueurs ont encore de beaux jours devant eux !

Paris Budget Participatif est le site de la Ville de Paris qui propose aux Parisiens de décider de l'utilisation de 5% du budget d'investissement entre 2014 et 2020, soit un demi-milliard d'euros ! Du 10 au 20 septembre 2015, les parisiens sont appelés à voter sur internet pour choisir 10 projets pour Paris et 10 projets pour leur arrondissement. Parmi ces projets, plusieurs concerne la Nature, le cadre de vie et le sport.

Un des messages envoyés par les parisiennes et les parisiens aux autres parisiens : faire de Paris un terrain de sport à ciel ouvert ! Les idées pour rendre l’espace public accueillant pour la pratique sportive ont foisonnées. Dans les parcs et jardins tout d’abord avec des équipements sportifs nouveaux. En effet quoi de mieux que la nature pour faire du sport ? Il suffit parfois de pas grand-chose pour rendre une rue, une place ou des quais adaptés aux sportifs : signalétique, axes sportifs protégés, casiers pour déposer des affaires, embellissement du mobilier, marquage au sol…
Un autre projet propose aussi de créer des aires dans Paris pour favoriser le développement de sports émergents ou pour adapter des sports traditionnels à la ville dense : beach volley (par exemple en couvrant le terrain de Louis Lumière), practice de golf, kyûdô, accrobranche, padel, foot hand, rugby à 5 … 

Enfin, dans le cadre de la reconquête de la "Petite Ceinture" et notamment l'ancienne ligne SNCF désaffectée, le projet n°63 propose de créer des aménagements légers pour permettre des activités de loisirs, culturelles, sportives, d'agriculture urbaine, de promenade dans ce cadre unique de Paris, dans le respect de la biodiversité et de son patrimoine ferroviaire. Parmi les porteur du projet on trouve le dynamique club d'escalade de Grimpe 13, également  co-organisateur de l'opération de lutte contre l'érosion à l'Elephant.
Le tout nouveau topoguide d'escalade à Kalymnos est sur les rotatives et devraient donc atterrir dans les bacs des bonnes librairies d'ici peu. Cette nouvelle édition décrit près de 2 700 routes et sera également disponible en numérique avec une application gratuite pour iOS et Android !  Il est écrit par ArisTheodoropoulos, l'auteur des cinq éditions précédentes qui s'est considérablement impliqué dans le développement de l'escalade à Kalymnos, dès 1999, époque bénie où une petite centaine de voies voyaient le jour ! Mais pour nous, deux questions se posent aujourd'hui. Le formidable développement touristique de cette île que même la crise économique grecque semble avoir du mal à enrayer (à Masouri, il y a désormais 5 boutiques de vêtements et de matériel d'escalade !) est il encore compatible avec la sauvegarde d'un environnement exceptionnel et longtemps préservé mais surtout, doit-on encore se rendre dans ce paradis pour grimpeurs alors que "les migrants" débarquent chaque jour plus nombreux depuis les côtes turques ?
Côté environnement, nous avons déjà évoqué le sujet. Outre l'impact carbone du voyage et l'impact sur le terrain, Kalymnos a été contraint d'organiser son premier Clean Up Day ! Ben oui, y'a pas de raison que les grimpeurs se comportent ici mieux qu'ailleurs. Enfin, si... il y en a mais ... On (re)trouvera donc ici, nos petits déchets favoris mégots, bouts de strap...) et là, les plus gros et plus moches, dont les inévitables tas de PQ. Ceci étant dit, au vue de la fréquentation, le site est plutôt propre et la pollution autant du fait des locaux que des visiteurs. Mais à l'heure où les télévisions du monde entier nous abreuvent d'images de misère, est-il encore important, utile, et même décents de parler de sauvegarde des sites naturels ?

Non, probablement pas. Mais que dire de l'arrivée massive des réfugiés fuyant guerres, misère, terreur... dans l'espoir de jours meilleurs sur le vieux continent ? Comment aller pratiquer "un loisir de riches" alors que les rues et plages avoisinantes abritent ce que notre monde a de plus laids à nous offrir ? Comment profiter de ces vacances censées être un moment de plaisir alors que des hommes, des femmes et des enfants meurent de faim à quelques mètres des restaurants ? 


Nul doute que certains grimpeurs vont fuir la destination pendant quelques temps. Nul doute aussi que certains s'y rendront en baissant les yeux, faignant de ne pas voir... Mais d'autres iront pratiquer un tourisme responsable. Ce fut le cas de Pascal Etienne et Catherine à leur dernière visite comme ils le rapportait dans un article publié sur le site de leur club. En même, celles et ceux qui connaissent ces deux grimpeurs ne seront pas surpris tant leur engagement quotidien, y compris sur le sol français, est déjà des plus importants !

" A Masouri aussi tu vas fréquenter des familles de réfugiés car les plus aisés louent des studios au milieu des touristes. Côtoyer ces gens, échanger avec eux est une expérience enrichissante mais qui rend mal à l'aise quand ta voisine attend un passage vers l'Ouest dans l'incertitude absolue de l'avenir alors que toi tu es là pour cocher ton prochain 7a avant ton calamar farci. Avant notre départ nous avions lu dans la presse des articles décrivant la situation à Kos et Kalymnos, mais le vivre de près c'est autre chose"... "Le fait le plus réconfortant, c'est la formidable solidarité des Kalymniotes qui se sont organisés pour leur venir en aide. Même les touristes peuvent participer, demande à Nikolas, le taxi qui parle français, de t'indiquer les associassions, les églises ou les points de dépôt de vivres en supermarché."

Ajoutons par exemple, comme nous le rapportait un autre grimpeur français bien connu, Bruno Fara, que Manuel, le patron de Tsopanakos, était ce Printemps chargé par la Mairie de servir un repas aux réfugiés sur le départ vers Athène. Dans les commentaires de l'article pré-cité, plusieurs suggestions dont ce mail en anglais d'une allemande à Kalymnos :
""Dear Pascal and Catherine, dear Clair,
I have been at the meeting of the Immigrant and Refugee Support Group.
The problem of the food is, that there are so many people now, that they can not cook for them anymore.
Now we try different ideas like Humus with Cucumbers on bred and Joghurt with water and salt for the dehydration the people are often facing.

About donations: The support group has money at the supermarkets of Kalymnos and buys the food and hygienic products of this money.
That way people can donate from everywhere and the voluteers don't need to buy food of their own money.
Next time I go to Smalios Supermarket in Elies I will ask for the details of their banc account and sent it to you.

Best greets from Kalymnos,

Saskia "

Voilà donc une possibilité comme une autre de soutenir les réfugiés tout en étant sur place ! Vous pourrez donc déposer directement des achats de premières nécessités sur place lors de votre voyage.  Et franchement, ils en ont besoin et vous serez au plus proche.

Bref, comme dans le cas du Népal, à la TL²B, on dit OUI, franchement, ALLEZ à Kalymnos, même actuellement. Ainsi vous soutiendrez l'économie locale ce qui l'aidera (un peu) à faire face à ce flux de migrants. Et si en plus vous apportez votre contribution sur place aux différentes initiatives ce sera top...Un voyage grimpe qui, s'il n'est pas éco-responsable, sera au moins éco-citoyen, et c'est déjà très bien !
Saint_Photis_Preview
Sinon, pour reparler de la falaise et de la nouvelle édition, le topoguide de Kalymnos sera aussi numérique. Une application pour les appareils iOS et Android sera accessible gratuitement avec chaque copie papier du topo (un code est inclus dans chaque topo vous permettant de télécharger gratuitement l'application sur l'App Store ou Google Play). L'application sera également disponible en achat séparé à une date ultérieure...
De nouveaux secteurs permettent de fuir les classiques qui se patinent inévitablement !
Toutes les infos sont là :

"L’automne est une période particulièrement appréciée des amateurs de champignons. Pour ces derniers, c’est un plaisir et une coutume d’aller les cueillir en forêt. Avant de partir, l’ONF  rappelle les quelques conseils, qu’il faut avoir en tête pour réaliser une cueillette raisonnée et respectueuse du milieu forestier. Vous trouverez ci-dessous la note d'information sur les questions relatives au ramassage des champignons en forêt." Tel est le texte qui accompagne cette traditionnelle note sur le non-moins traditionnel pillage de certains sous-bois ! Et vous savez-quoi, cette année encore, les champignons sont au rendez-vous. Du coup, on vous renvoie à l'article de l'an dernier à propos des bois du domaine privé pour vous rappeler que le ramassage massif n'est pas du gout de tout le monde !



Si comme nous vous êtes adeptes des loisirs de Montagne, nul doute que vous connaissez l' Embrunais, la Vallée de la Durance, celle de l'Ubaye et le Lac de Serre Ponçon. C'est justement là que Réseau de transport d’électricité (RTE), la filiale d'EDF, envisage, pour rénover son réseau d’augmenter sa capacité de 63 000 à 150 000 volts, et de rajouter 80 km de lignes à 225 000 volts ! Le projet traverse 10 communes du territoire de l’exceptionnel Parc National des Ecrins, l’un des dix parcs nationaux français les plus emblématiques. Construites en 1936, les lignes arrivent en fin de vie. Mais pourquoi une telle démesure ? Parce que les experts de RTE envisagent un doublement de la consommation électrique d’ici à 2050. Avouez qu'au moment même où les communicants officiels nous abreuvent de transition et sobriété énergétique, à quelques semaine de COP21, c'est plutôt hallucinant ! Une nouvelle manifestation d'opposition au projet aura lieu le 20 septembre 2015. 

Ils étaient entre 200 et 300 manifestants bien encadrés par les CRS, à Embrun en avril dernier lors du lancement du chantier. 

En effet, le coup d'envoi des travaux a officiellement été donné en avril dernier à Embrun. Jusqu'à 2019, RTE devrait conduire dix-huit chantiers visant à moderniser le réseau actuel avec le remplacement de lignes aériennes 150 000 volts et la création de lignes souterraines 63 000 volts et aériennes 225 000 volts. 

Le projet prévoit donc la création de 90 kms de lignes à Très Haute Tension en aérien, en plein milieu forestier, pastoral et montagnard sur le balcon de la Durance, soit plus de 300 pylônes à double terne sur fondations, et une largeur déboisée pouvant atteindre les 100 m. 
Bien entendu, pour les travaux puis l'entretien, de nouvelles pistes carrossables doivent être créées. Jean-Marc Aurouze, vice-Président de l'Association Avenir Haute-Durance se bat  lui pour l'enfouissement des lignes THT dans les Hautes-Alpes. 

Il a précisé que trois recours ont été déposés directement devant le Conseil d'État, qui pourrait prochainement envoyer des experts sur site pour confirmer ou non les résultats de l'enquête d'utilité publique des travaux. "Une procédure judiciaire doit partir aussi dans les jours qui arrivent à la commission européenne. Nous pensons que le combat n'est pas encore terminé et que nous pouvons obtenir gain de cause, comme dans le Verdon" ajoute-il. 

En face de lui, RTE conduit une formidable opération de « greenwashing » !
A titre d'exemple voici un extrait d'un Communiqué de RTE
dont le titre laisserai à croire que nous parlons d'énergie propre et renouvelable : "Une nouvelle ligne électrique au service de l’essor du photovoltaïque en vallée de la Durance"

"RTE renforce son réseau électrique dans la vallée de la Durance par la mise en service aujourd’hui de la ligne aérienne de 225 000 volts Boutre-Sainte-Tulle 2. Empruntant le tracé de la ligne existante, elle permet d’acheminer jusqu’à 350 MW de production supplémentaires d’origine renouvelable (essentiellement photovoltaïque) et de fluidifier les échanges d’énergie entre la Durance et le sud de la région PACA. À l’heure de la transition énergétique, cet investissement de 13,7 millions d’euros constitue un exemple concret de la mobilisation de RTE pour accompagner le développement des énergies renouvelables en région. Accueillir les énergies renouvelables dans la vallée de la Durance Pour répondre aux attentes des collectivités et des producteurs d’énergie (essentiellement photovoltaïque) et faire face au volume considérable de production renouvelable, le renforcement du réseau électrique dans la vallée de la Durance est essentiel. C’est précisément le rôle de la ligne Boutre-Sainte-Tulle 2 qui s’étend sur 15 km et permet d’accueillir sur le réseau jusqu’à 350 MW supplémentaire si de production d’origine renouvelable. A titre de comparaison, le département des Alpes-de-Haute-Provence bénéficie à ce jour d’un parc photovoltaïque d’une puissance de 176 MW." 

Pourtant, comme avec tant d'autre projet de ce type en France, ces lignes permettront surtout de servir le marché européen de l'électricité et ici, le marché italien pour offrir des débouchés à la centrale de Marcoule. En effet, Enel Internazionale, homologue italien de RTE, admet être en pourparlers avec la France au sujet d’une ligne reliant les deux pays.  En soit, c'est plutôt une bonne chose mais il faudrait peut être se mettre à l’enfouissement !

Avec une ligne aérienne à THT, l’impact sur la faune, sur la flore, le paysage et l'homme est indéniable. Le projet suppose le défrichement de 72 hectares de forêts ! En outre, les deux lignes de 225 000 volts qui vont monter jusqu’à 1 500 mètres d’altitude comportent des risques en cas de glissements de terrain, éboulements, chute de blocs de pierre, crues torrentielles inhérents à la fonte de la glace et de la neige et même avalanches. 

Hélas, du côté des contestataires, il existe des divergences  parfois difficiles à dépasser : « L’association AHD et d’autres luttent contre cette THT mais militent pour l’enfouissement de la ligne alors que d'autres souhaitent aller plus loin. Pour eux,  lorsque l’on propose l’enfouissement, on ne remet pas en question du nucléaire . Leurs arguments vont au-delà d'un enlaidissement de la nature. 

Ceci étant dit, les collectifs de la vallée contre les lignes à Très Haute Tension proposent de se retrouver le 19 et 20 septembre pour manifester, discuter, camper ensemble, participer ou proposer des ateliers, se balader… 

RASSEMBLEMENT-CAMPEMENT le samedi 19 à partir de 14h au plan d’eau d’Eygliers -assemblée de vallée-discussions-repas-ateliers-spectacles
MANIFESTATION le dimanche 20 septembre à 11h Départ de la gare d’Eygliers -Montdauphin 

Une manifestation qui sera bien encadrée, les autorités craignant la présence de Zadistes, comme c'est le cas sur de grands projets !



Vue sur le Lac de Serre Ponçon depuis le sommet du Morgon...
Profitez en !

Pour en apprendre plus sur le projet, le site No THT 05
Pétition

A l’initiative de Aude de Grimpe13 et de BLO, une troisième action de lutte contre érosion devrait avoir lieu le week end du 10-11 octobre. En attendant, une visite avec le responsable ONF du secteur pour définir les directives et priorités, vous pouvez sans crainte remonter vos suggestions à BLO en commentant l'article d'annonce de l'opération.

Au programme comme pour l’action précédente : éradication de repousse de jeunes pins dans la zone dégagée parcelle 142, coupes de végétaux à disposer dans les zones mises en défends pour favoriser repousse. Par ailleurs, François Louvel de BLO suggère de disposer quelques troncs sous Glamora et en d’autres endroits judicieux. 
Il faut aussi combler les interstices entre les gros blocs posés par l’ONF, particulièrement pour ceux situés sous La Singulière
Il semble aussi que sous les Demoiselles, un siphon soit à colmater.




Au delà de tout esprit polémique, il convient de signaler les très nombreux entretiens de circuits dans les Trois Pignons notamment mais aussi dans le reste de la forêt ces derniers mois. 
Si celui du parcours montagne de Franchard est toujours en cours (voir site FSGT), le travail accompli par ces grimpeurs bénévoles pour la communauté est simplement époustouflant. Ainsi en plus de la Roche aux sabots, du Cul de chien, du Potala (au passage nous cherchons toujours le n°5 bleu !), des Dreï Zinnen, de Cornebiche... signalons la réfection complète du Rocher Guichot, du circuit bleu du Rocher du Télégraphe ainsi qu'il y a quelques jours, le formidable noir ED des Gros Sablons et surtout  du vert AD , du rouge TD+ et du Blanc ED des Gorges d'Apremont, ainsi que le rouge TD d'Apremont Bizons . 

Ces 4 derniers circuit sont le fruit du courageux  Victor Pinto à qui l'on doit les trois beaux mais fragiles circuits de la Butte aux Dames. Dans la plupart des cas, les voies ont été nettoyées, sauf peut être sur l'ensemble du rouge des Gorges où quelques blocs de haut vols et difficiles ont résisté.

Les circuits bleu et rouge du Rocher Guichot ont aussi fait peau neuve avec le bleu du Télégraphe, intégralement re-brossé à cette occasion. Notez aussi qu'au Rocher fin, les jaune et orange ont été quelque peu modifiés et que l'orange de gauche du Rocher Cailleau (J.A. Martin) a aussi été repeint.

On a aussi oublié de signalé la transformation du bleu en orange au Restant du long Rocher. Ce très beau circuit qui était un peu trop "facile" pour du bleu a donc été repeint à l'identique mais dans une couleur correspondant à sa difficulté réelle par Philippe Moussière et quelques amis de Dammarie-les-Lys. 

Enfin, et c'est une exclusivité TL²B, on peut vous annoncer que le formidable circuit noir ED des Gros Sablons a été presque entièrement repeint à l'identique (c'est à dire avec la bordure blanche). Seul quelques flèches perchées non pu être repeintes par notre discret bénévole qui n'avait pas très envie de jouer les équilibristes. En revanche, le brossage de certains passages reste à faire. Ce circuit historique est un monument de l'escalade à essayer au moins une fois dans sa vie.

Bref, un grand merci à tous les bénévoles. On peut compter sur JJN pour diffuser les fiches topographiques mises à jour ce qui facilitera peut être le travail de David dont le nouveau topo en anglais devrait sortir au premier trimestre 2016. 


A quelques jours de l'ouverture de la conférence COP21 et dans un contexte géopolitique tumultueux en europe, la projection du film HUMAN de YAB, ce dimanche 20 septembre (à partir de 16 heures), à Fontainebleau s'annonce comme un événement cinématographique. Le réalisateur photographe Yann Arthus-Bertrand, viendra  présenter son dernier film, dans lequel il fait un instantané époustouflant de l’humanité d’aujourd’hui, en tentant de répondre à la question : Qu'est-ce qui nous rend humains ? Yann Arthus Bertrand et son équipe ont mis trois ans pour boucler ce projet où 2000 personnes, hommes et femmes ont été interrogés, évoquant leur quotidien, l’amour ou la mort. Le film sera projeté simultanément dans les cinq salles des cinémas Ermitage, rue de France à Fontainebleau. Le public pourra ensuite débattre avec le réalisateur après les 3 heures de projection. Entrée : 3 €.

Au cours des trois dernières années, l'équipe de Yann Arthus-Bertrand a parcouru 60 pays, interviewant plus de 2 000 personnes dans des dizaines de langues, pour essayer de répondre à la question "Qu'est-ce qui nous rend humains ?". Voilà le thème de HUMAN, un film documentaire qui tisse des liens profonds entre diverses histoires : celles de combattants de la liberté en Ukraine, d'agriculteurs au Mali, de condamnés à la prison à vie aux États-Unis, et bien d'autres encore. Tous se livrent sur des sujets qui nous unissent : l'amour, le pardon, la justice et l'avenir de notre planète.


Le film HUMAN sera disponible sur YouTube et sur Google Play depuis le 12 septembre. Cette version spéciale du réalisateur est composée de trois films de 90 minutes disponibles en anglais, en arabe, en français, en portugais, en russe et en espagnol. Parmi les scènes supplémentaires visibles sur YouTube, vous trouverez des entretiens avec des personnalités telles que Ban-Ki Moon, Secrétaire Général des Nations Unies, Jane Goodall, activiste pour les droits des animaux et l'actrice Cameron Diaz, qui ont participé au film.


Les expositions sur le site de l'Institut Culturel de Google

DU 12 AU 22 SEPTEMBRE 2015 : DANS LES CINÉMAS DE FRANCE


HUMAN sera proposé en exclusivité dans les conditions optimales des salles dans sa version cinématographique, pendant 10 jours.
Aussi, pour permettre l’engagement des cinémas qui souhaitent soutenir le projet HUMAN et afin qu’ils puissent proposer un billet au tarif le plus accessible possible, la Fondation GoodPlanet mettra le film à disposition aux conditions tarifaires légales de distribution minimales.

HUMAN LA RENCONTRE DU 13 AU 16 SEPTEMBRE AU GRAND REX
Les équipes du film ainsi que Yann Arthus-Bertrand accueilleront le grand public au grand Rex à Paris pour des projections du film et des making of, des débats, des ateliers « l’envers du décor »... Réservation sur www.goodplanet.org
À PARTIR DU 22 SEPTEMBRE, LES COMMUNES DE FRANCE LANCENT LA VAGUE DE PROJECTIONS LIBRES !


À la suite de la période d’exclusivité en salles et grâce au soutien de l’Association des maires de France, des kits de projection contenant le film de 2h10 seront mis à disposition des collectivités, universités, lycées, relais associatifs et acteurs culturels locaux partout en France permettant de mettre en avant les initiatives solidaires locales.

Pour organiser votre projection www.human-themovie.org/fr/organize

Pour en savoir plus sur ce projet, rendez-vous sur http://www.human-themovie.org/fr/ ou utilisez l'application mobile HUMAN Behind The Scenes disponible sur Google Play. 
Jeudi 10 septembre 2015, Alexandre FAUCHER, le berger, et l'infatigable Ickwee, grand chien de berger et leurs 95 brebis ont effectué leur dernière transhumance depuis la plaine de Macherin jusqu'à une parcelle en bordure de l'hippodrome de la Solle où cette grande famille prendra ses quartiers d'hiver. Une belle balade à travers bois aux sons des clochettes comme nous le rappelait Bernard dans ses chroniques vertes de Milly.

"Dire que ces deux heures et demie de marche furent un vrai plaisir serait un euphémisme. Plaisir toutefois teinté de nostalgie, bribes de sensations probablement éprouvées par nos ancêtres pour qui cet événement constituait un moment fort de l'année, malheureusement tombé en désuétude au nom d'un soi-disant « progrès »."

Il reste maintenant à notre berger Alexandre à installer sa caravane sur le site. Une butte surplombant la plaine de l'hippodrome, en contrebas d'un grand chaos rocheux fera parfaitement l'affaire.

Pour en savoir plus sur son activité et notamment son partenariat avec l'ONF, c'est  et sur la transhumance du 3 juillet 2015 c'est ici 

Et enfin, pour en savoir plus sur le pastoralisme et la filière de formation dont est issue notre berger c'est ici

Un très grand merci à Bernard et nos amis des Chronique Vertes de Milly et d'ailleurs qui portent au plus haut nos ambitions d'une vie plus verte dans le sud francilien. Un des rares blogs dont le flux des articles est toujours repris sur notre site, ...et pour cause !

NATURE