Chantier

Sur les chemins

Escalade

Matos

2015-06-07

Il y a bien longtemps que l'on a pas évoqué le cas de Videlle les Roches, superbe site d'escalade de l'Essonne hélas réservé aux aventuriers et amateurs de mousses et lichens. En 2011, François Louvel nous avait alerté sur les conséquences des feux de camps dans la carrière et les départs de feu. Cette fois, c'est par le Cosiroc que nous apprenons que le 10 avril dernier, 10 hectares ont été ravagés par les flammes, ce qui aura au moins le mérite de déboiser la zone.

Extrait :

"Le 10 avril 2015, un incendie a sinistré près de 10 hectares de la partie Est de la forêt de Videlles-les-Roches. L’incendie est peut être parti de l’un de ces petits chalets perdus au fin fond cette forêt, aux abords des sentes du Val Hachard.

Quinze casernes des pompiers de la région ont été mobilisées pour stopper le feu(47 véhicules, 128 pompiers,…). Une opération d’ailleurs rendu bien compliquée à cause des barbelés installés un peu partout dans le massif notamment pour délimiter les zones de chasse !

[...]
Toutefois, hormis les massifs du Rocher du Duc (Nainville/Beauvais), de Chamarande qui sont des forêts départementales ou encore de La Troche (forêt intercommunale), les autres sites sont en grande partie sur des parcelles privées : La Padolle, Le Rocher de Chatillon, Le Patouillat, Mondeville, Videlles, Le Pendu d’Huison, Cerny (Le Sanglier), Le Rocher Mignot, Etréchy, Villeneuve-sur-Auvers, …
Pour autant, la plupart de ces sites sont fréquentés par les grimpeurs et des circuits d’escalade de tous niveaux y ont été tracés ; dans la mesure où ces grimpeurs respectent les lieux (balisage discret, ne pas laisser d’ordures, pas de placards de magnésie, stationnement discret des véhicules,…) cette fréquentation s’est le plus souvent réalisée en intelligence avec les autres utilisateurs (promeneurs, coureurs, paysans,…). [...]
La suite sur le site du Cosiroc
L'opération Forêt Propre à Fontainebleau organisée, à l’occasion de la semaine européenne du développement durable, a permis de ramasser pour cette a troisième édition environ 14 m3 de déchets tout en sensibilisant 400 personnes, dont 300 scolaires, à la protection de l’environnement.

Cette action à laquelle l’ONF tient tout particulièrement, n’aurait pu être menée sans le précieux soutien des partenaires : 
Seine-et-Marne Tourisme, 
Seine-et-Marne environnement, 
le SMICTOM de la région de Fontainebleau, 
le SMITOM LOMBRIC, 
la réserve de biosphère Fontainebleau et Gâtinais,
les communes de Fontainebleau et Noisy-sur-Ecole,  
les associations et leurs bénévoles dont les Amis de la Forêt de Fontainebleau, 
L'ASABEPI, 
La RIF, 
Loisirs et Culture,
MBF 
le CODERANDO.


L’importante mobilisation des bénévoles, venus nombreux le week-end des communes alentours contribue grandement à sa réussite. 
Par ailleurs, cette édition a permis la distribution de ce dépliant pédagogique qui a été réalisé pour l'occasion.


Un grand merci et bravo à toutes et tous.

En attendant la 4ème édition, il est tout à fait possible de poursuivre le travail à l'image de l'association Chevêche 77 qui convie ses membres le 21 juin à une petite opération.

A la TL2B nous avons remarqué la participation de quelques Vététistes. 

Aux vététistes ayant manqués le RDV faute d'information, ne vous inquiétez pas, une  opération de rattrapage se prépare ..
La Race Against Nature France s'est déroulée le 7 juin dernier sur le site du Grand Parquet de Fontainebleau. 
Avec plus de 1500 participants sous un ciel bleu et un soleil vaillant, cette première édition a su séduire tous les participants qui ont bravé les 10 km et 20 obstacles et se hisse ainsi dans le top des courses à obstacles en France.

Cette première édition française fait partie des Spartacus Series, un concept à succès qui a déjà fait ses preuves en Belgique depuis quelques années et qui regroupent plusieurs épreuves à obstacles, dont la RAN de Fontainebleau était la première manche à l'étranger. 
Un autre Spartacus Run est d'ores et déjà programmé à l'étranger, le 23 août à Roskilde au Danemark.

Pour en savoir plus, visitez leur site

Le mois dernier nous vous annoncions l'ouverture d'une nouvelle enquête publique sur la demande de la société Vermillion de 13 nouveaux forages d'hydrocarbures en Essonne (pour mémoire, c'est une société canadienne spécialiste de la fracturation hydraulique pour extraire gaz et huiles de schistes qui a racheté à Total les puits de pétrole Essonniens).

Le 5 juin, lors d'une réunion publique à Epinay sur Orge organisée par Essonne Nature Environnement, les plus hauts responsables de cette société ont affirmé que malgré leurs énormes investissements, ils respecteraient la loi, c'est-à-dire le moratoire interdisant toute exploitation des gaz et pétroles de schistes, mais qu'ils fractureraient si la loi le permettait. Sachant que les productivistes de tout bord politique ont les oreilles grandes ouvertes aux sirènes des lobbyistes des pétrogaziers, il est plus que probable que ce moratoire reviendra sur le tapis en 2017, voire avant !
Ce serait une catastrophe  ! (voir ce qu'il advient de la nature et des hommes au Canada et aux USA...) De même un réaménagement du code minier en France, en préparation à l'Assemblée Nationale, pourrait avoir les mêmes désastreuses conséquences...

La compagnie Vermillion a déjà commencé à arroser largement les communes environnantes afin d'acheter la complaisance de leurs habitants et la bienveillance de leurs élus en subventionnant de nombreuses associations, en effectuant des dons aux collectivités, en distribuant son argent à qui veut bien le prendre! Hélas, la semaine dernière, une importante fuite de pétrole sur un oléoduc entre Leudeville et Vert le Grand est revenue rappeler aux populations à quel point leur industrie était néfaste.

M. Henri Bernard, le commissaire enquêteur, organise une nouvelle réunion publique d'information à la salle communale de Leudeville à 20h30 jeudi 11 juin.

Montrons-lui ainsi qu'au Préfet que les Essonniens refusent de voir massacrer leur territoire par Vermillion, que nous refusons la loi des compagnies pétrogazières !

Non aux gaz et pétroles de schiste ! Ni ici, ni ailleurs ! Ni aujourd'hui, ni demain !


Dampierre Maincourt est sans aucun doute l'un des sites de blocs le plus proche de Paris (sud ouest de Versailles) et, s'il est très fréquenté les week end des beaux jours par les riverains, les bleausards n'y vont pas tous les jours. Pourtant, croyez nous, les blocs et leurs circuits valent largement le détour ! On trouve ici quelques dalles remarquables dont une certaines sont si aériennes qu'elles étaient équipé de vieux ancrages sommitaux. 
Avant...Après !
Source Cosiroc

Le site d'escalade de Maincourt-Dampierre est situé le long du GR 11 de la vallée de l'Yvette, dans le Parc Naturel Régional de la vallée de Chevreuse. On y trouve un circuit blanc pour enfant, un jaune (PD), un orange (AD) un bleu (ex rose créé en 1999, TD-) et un rouge (TD+). Le parcours orange est le plus long du massif (60 numéros) et démarre à proximité de la côte des 17 tournants (secteur de la Butte Ronde, stationnement possible) pour finir dans le secteur principal, autour du bloc de la Grande dalle. Pour accéder à ce secteur : rejoindre le GR11 qui descend la chemin du Moulin, continuer sur la droite après avoir traversé l’Yvette. Les blocs

sont à 300 mètres.


Les circuits sont notamment entretenus sous l’impulsion d’Yves Samson qui vient de remplacer, avec le concours du Cosiroc, les scellements du sommet de la Grande dalle ainsi que ceux sur le bloc tout proche de l’arrivée du Bleu qui ont été supprimés puis remplacés par un système plus « moderne »... Ceci étant dit, que cela ne vous empêche pas de visiter les autres blocs du site armé d'un bon crash-pad !

Comme annoncé il y a quelques semaines, lors du dernier comité « accueil et érosion » (26/05) animé par l’ONF de la forêt de Fontainebleau, l'interdiction du VTT (voir notre page) a occupé la quasi-totalité des discussions qui furent évidemment assez vives... 

Au programme du comité, la présentation des premiers résultats de l'enquête de fréquentation et la rédaction du nouveau Plan d'aménagement forestier qui, outre les problématique de sylviculture contient un large chapitre sur l'accueil du public et bien évidemment les limitations de pratiques des unes et des autres. 

Les résultats de enquête auprès des usagers de la forêt montre une fréquentation assez faible des vélos par rapport aux autres pratiques et les Vététistes ne sont pas pointés comme une des principales nuisances par les usagers, sauf chez les plus de 65 ans. On est donc là dans un conflit de génération et une difficulté de partage des espaces, les plus de 65 ans étant souvent des randonneurs, habitués des sentiers bleus.
Les vététistes étaient représentés par MBF et l’école VTT locale qui représentait aussi le syndicat national des Moniteurs Cyclistes Français (MCF).

L’ONF semble plutôt favorable à la création d’une offre VTT mais confirme l’interdiction de pratiquer le VTT sur les sentiers bleus et se garde la possibilité de verbaliser les vététistes «déviants». Évidemment cette proposition est inacceptable pour MBF car elle jette encore plus le flou sur la réglementation du vélo en forêt. Aucun accord n'a donc pu être trouvé lors de ce comité mais il a reconnu, selon MBF, "qu’une interdiction ne peut être formulée sans proposition alternative" (voir par exemple la proposition de panneau de MBF).

A la TL²B, nous avons déjà largement évoqué le sujet et si les premières réactions de nos amis du 2 roues nous laissaient parfois perplexe (voir notamment cet article), nous avons senti, ces dernières semaines un début de mobilisation avec, notamment, la participation de quelques uns aux opérations de nettoyage de la forêt où ils ont pu dialoguer avec les randonneurs ! Nous maintenons que LA solution est la création d'un réseaux de sentiers balisés POUR et PAR les vététistes. Ils disposeraient ainsi de circuits véritablement adaptés (longueurs, difficultés...) qui ne détérioreraient pas le patrimoine historique aménagé par les hommes de Denecourt et Colinet. En effet, certains de ces aménagements ont été massacré par les descentes de certains 2 roues et de nombreuses sentes créées autour des passages peu roulants contribuent à l’accélération de l'érosion sur les sentiers bleus.

Suite à la proposition de MBF, l’ONF aurait rencontré un professionnel de l’aménagement de sentiers VTT. D'ici la fin de l'année 2015, l'Office aura bouclé le plan d'aménagement donc, sans une forte mobilisation des vététistes, démontrant que les vététistes peuvent effectivement s’investir, le VTT restera interdit ! Cette obligation de réagir va sans aucun doute obliger les vététistes locaux à s’investir pour les sentiers qu’ils utilisent et notamment sur le bleu n°2 qui, à peine restauré, présente déjà des signes de dégradation par les cyclos !

Si MBF est en opposition avec les AFF comme ce fut le cas lors de cette réunion, leurs représentants reconnaissent volontiers l'excellent travail d’entretien et de préservation des sentiers bleus tout en rejetant cette « appropriation » des sentiers par les Amis de la forêt.

Bref, rien n'est perdu, mais il est impératif que les vététistes locaux s’investissent aussi, le fassent savoir… et plutôt rapidement !
En tous cas, ailleurs, ils le font ! (voir sur le site de MBF)
Voici une toute petite news mais qui pourra vous éviter quelques soucis d'accès à la forêt domaniale de Fontainebleau et des Trois Pignons. 
Du 8 juin au 10 juillet 2015, la sortie de l'autoroute A6 pour Fontainebleau sera FERMÉE ! 
En conséquence, vous devez sortir par les sorties 11 (Auvernaux) ou 12 (Ponthierry) pour rejoindre les sites d'escalade de Fontainebleau et des Trois Pignons. 
Pas de changement pour les sites du sud de la forêt situés après le péage de Fleury...

http://www.fontainebleau.fr/?Travaux-A6




NATURE