Chantier

Sur les chemins

Escalade

Matos

2015-05-10

La question de la propreté de la forêt de Fontainebleau est un sujet de plus en plus préoccupant, comme le montre la forte augmentation des signalements parvenus à l’Observatoire de la forêt des AFF. Ceux-ci ont augmenté de 80 % en 2014 par rapport à 2013 : ils correspondent principalement aux dépôts de gravats en pleine forêt, aux tags sur les rochers et à la signalétique sauvage.

Ce constat a amené l’Association à alerter les autorités sur une telle dégradation. Son appel a été largement relayé par la presse locale (voir notre article). Une motion proposant un certain nombre de solutions a été adoptée lors de notre assemblée générale. Lors de cette même assemblée, le préfet, M. Jean-Luc Marx, a axé son intervention sur le problème de la propreté en forêt et a appuyé la démarche des Aff. Ainsi, on peut lire à ce propos dans la dernière "feuille verte" des AFF

"Cependant un problème plus global doit être souligné et fait l’objet de signalements de plus en plus fréquents : la saleté continue sur les bas-côtés des routes qui traversent le massif s’accentue. 
Pour y remédier, l’ONF a décidé de supprimer les petites poubelles qui subsistaient dans les parkings présents sur ces routes, débordaient très souvent et dont la levée prenait l’essentiel du temps de son service de propreté. À leur place, ont été installés des panneaux, identiques à ceux qui existent dans les parkings de la forêt, demandant aux automobilistes d’emporter leurs déchets. 

Cette initiative semble avoir eu des résultats positifs. Le temps économisé à la levée de ces poubelles sera utilisé au piquetage des détritus jonchant les bas-côtés des routes. L’Association se félicite de cette décision. 

Le dimanche 7 juin, les associations du massif sont invitées à participer à des « chantiers nature ». Les AFF seront présents sur le parking du Cabaret-Masson de 10 heures à 17 heures. Inscription par courriel : aaff@sfr.fr"
Fontainebleau Tourisme vous propose de découvrir l'escalade en forêt de Fontainebleau, avec des demi-journées d’initiation à ce sport. Grâce à Globe Climber, agence de voyage spécialisée dans l’escalade. L’Office de Tourisme propose deux dates par mois, ouvertes à tous, du débutant au confirmé, entre amis, en famille, en couple ou individuellement. Les prochaines sorties auront lieu les 7 et 21 juin, 8 et 19 juillet, 2 et 19 août, 13 et 27 septembre et le 11 octobre, de 9h à 12h.

D’autres dates peuvent être programmées, en fonction des attentes de chacun.

Créée en février 2015, et dirigée par Jérôme Chaput et Jean-François Baud, Globe Climber est une jeune entreprise spécialisée dans les séjours d’escalade en France et à l'étranger. Des amis que l'on retrouve aussi sur d'autres projet comme Bleauboulder.

Après plusieurs années d’expérience en compétition à travers la France et à l’étranger, Jérôme Chaput et Jean François Baud ont développé un objectif commun : proposer des séjours autour de l’escalade en forêt de Fontainebleau, pour permettre à chacun de s’initier ou de se perfectionner, avec un encadrement et dans le respect des sites. 

« Nous organisons des sorties en forêt afin de permettre à tous de découvrir l’escalade en milieu naturel du débutant au pratiquant régulier. En fonction des attentes, nous choisissons ensemble un site adapté afin que chacun puisse profiter de ces moments en pleine nature ».

Globe Climber propose des sorties et séjours adaptés aux enfants, aux familles, aux couples, entre amis ou individuellement. Météo, transport, repas, Globe Climber s’occupe de tout !

Tarifs : 25€/adulte ; 16 €/enfant (-de 16 ans) ; -10% dès 4 personnes.
Réservations : Fontainebleau Tourisme :

Globe Climber : 06 86 70 81 11/ contact@globeclimber.com
Rappelez-vous l'an dernier on vous annonçait le recrutement de Zombies pour encadrer une C.O nocturne en forêt de Fontainebleau ! Les Zomb'in Dark ont lieu en juin nichées dans le décor d'un véritable film d'horreur à la George Romero ! Le but cette course d'orientation ? Comme toujours, récupérer le plus de balises possibles en 1 heure mais sans perdre vos deux vies et en suivant le plan fourni, à l'aide d'une boussole et d'une lampe torche ! Car oui, en plus de chercher son itinéraire, vous allez être attaqué, harcelé par d'ignobles zombies. En revanche, même si vous avez peur, restez "cool", y sont pas vraiment méchants ! Attention, il ne reste que quelques places et celle de Fontainebleau est déjà complète victime de son succès !

Les prochaines courses auront lieu : 
- Le 20 juin 2015 en Rhone-Alpes
- Le 27 juin 2015 en Ile-de-France (à Nemours)
- Le 4 juillets 2015 en Midi-Pyrénées


Pour vous inscrire ou découvrir plus de détails, de photos et de témoignages, rendez vous sur le site : ZOMB'IN DARK


« Bienvenue à bord du Festival …au rythme des marées»

BLOKUHAKA revient sur la Côte des Légendes pour une deuxième édition !
Tous les amateurs de grimpe et de sports outdoor sont appelés à se rassembler Au Village de Meneham, site classé de la Côte des Légendes, anciens village de pêcheurs gouémoniers, les 3 et 4 juillet 2015 à Kerlouan.

BloKuhaka est un événement sportif, artistique et festif qui se vie au rythme de la marée ! L’événement s’articule autour d’un rassemblement de passionnés d'escalade de bloc mais aussi d’activités outdoor, Slackline, waterline, highlines, Paddle, Yoga...

Le Kerlouan Chaos Club vous propose de découvrir les 40 passages de bloc les plus beaux des secteurs de Meneham, du très facile au niveau extrême !

Surlefil, l’association de Slackline de Brest propose des  démo de jumpline nocturne mis en lumière, des démo de waterline et  des Initiations au Slackline.
L’entreprise Yoga da Viken dirigée par Cristina Sosa, vous  propose un stage de yoga pour respirer au rythme des marées.

Découvrez Meneham en paddleboard avec un spécialiste de la discipline et La Pagan Surf School

Une animation Land Art  pour enfant est en préparation.

Participez au LOTO ku-ha- ka pour gagner les lots offerts par nos partenaires
En soirée les Roches de Meneham vont vibrer au son de ce rassemblement, musique, boisson locale, défis d’équilibre et de force pour un moment festif et convivial !
 Pré-inscription ici  suivez l'actu du site sur  www.blokuhaka.fr  ou sur Facebook
Et n'oubliez pas : nous sommes sur un site naturel fragile, respectons-le, minimisons l'impact de nos pratiques. C'est pas parce qu'il y a la marée qu'il faut tartiner les blocs et abandonner ses déchets !

Nos amis du collectif Stop aux déchets en Seine et Marne nous ont, une nouvelle fois alerté sur la tragique situation en Seine et Marne et sur le drôle de jeu joué par monsieur le Préfet ! Rappelez-vous, Grégoire avait écrit deux articles sur ce département poubelle en 2011 et 2012 Ces dossiers sont loin d'être clôturés ! Ainsi, le Conseil Régional a repoussé au mois de juin le vote du PREDEC par l'assemblée régionale ! Dans le même temps, 7 projets sont en cours d’instruction par les services de la préfecture (Moussy-le-Neuf, Fresnes-sur-Marne, Vignely, Montgé-en-Goële, Marcilly, Collégien, Montereau-le-Jard/ Rubelles/Voisenon). Il est fort probable que ces projets de création de site d'enfouissement obtiendront leurs autorisations avant l'entrée en vigueur d'un éventuel moratoire… "Le Président du Conseil Régional a adressé un nouveau courrier en date du 14 octobre 2014 au Préfet du 77, ainsi qu'au Préfet de Région pour leur demander de surseoir à la signature de nouvelles autorisations" selon Geneviève Wortham (Conseillère Régionale). Il semble donc que la volonté politique soit plombée par les lourdeurs du système administratif et par les Préfets peu motivés.

Ainsi, la Seine-et-Marne sert toujours et encore de poubelle par défaut pour concentrer le stockage de produits dangereux en Ile-de-France !

En effet, dans un article publié par Le Parisien le 27 avril dernier on apprenait que :
"Le parc d’activités Prologis Les Chevrons, situé sur l’ancien site PSA Peugeot-Citroën à Moissy-Cramayel, demandait l’autorisation d’ouvrir un entrepôt de plusieurs dizaines de milliers de m² classé Seveso seuil bas. Des substances présentant « un risque d’accident majeur » pourront y être stockées si l’autorisation est délivrée, comme c’est déjà le cas dans de nombreux entrepôts de Sénart. Dans ce périmètre, se trouvent déjà le site Air Liquide classé Seveso haut, Gerilogistic classé Seveso bas, un projet d’entrepôt stockant des produits dangereux dans la future ZAC de Moissy-Réau, sans compter les deux bâtiments Seveso bas du parc Prologis Chanteloup à Moissy, énumère l’ADIR..."

Les élus EELV sont montés au créneau le 7 mai en demandant audience au préfet, en insistant sur le fait que l’avant-projet de Predec a été adopté en septembre 2013 par l’assemblée francilienne. Le vote définitif devait avoir lieu en février 2015, après enquête publique, mais a été décalé à juin, pour des raisons de lenteur administrative du commissaire enquêteur… ( Lire ici). Entre temps les industriels de l'enfouissement font leur travail… et anticipent le gel des capacités de stockage pendant trois ans en Seine-et-Marne en multipliant les demandes d'autorisation d'ouverture de nouveaux sites… c'est l'effet pervers du moratoire : deux installations de stockage, dont celle d’Isles-les-Villenoy, pour une capacité d’un million de tonnes ont ainsi été autorisés par le Préfet en décembre 2014.



Un drôle de jeu du Préfet qui, dans le cas de la Forêt de Fontainebleau où la forte augmentation des signalements parvenus à l’Observatoire des AFF correspond principalement aux dépôts de gravats, a été alerté par l’AFF notamment lors de son  assemblée générale. Lors de cette même assemblée, le préfet, M. Jean-Luc Marx, a axé son intervention sur le problème de la propreté en forêt et a appuyé la démarche des Aff ! 

Parmi les nombreuses initiatives visant à rendre nos terrains de jeux plus propres, les campagnes de ramassage des déchets en montagne organisées par Mountain Riders sont un rendez-vous incontournable ! Nous avons évoqué chaque année le bilan de ces opérations de nettoyage des stations de sports d'hiver. A l'heure où débute la Campagne 2015, rappelons quelques chiffres et soulignons une nouveauté, l'arrivée des Calanques de Marseille dans la liste des sites... Reste plus qu'à ajouter Bleau !

Mountain Riders  travaille depuis 2001 à la promotion du développement durable sur les différents territoires de montagne en France. L'association accompagne les acteurs publics et privés, ainsi que les 20 millions de pratiquants annuels vers des actions concrètes et durables. Parmi les nombreuses actions de l'association, la campagne estivale de ramassage de déchets en montagne est un temps fort. En 2011, elle avait mobilisé 7000 bénévoles sur près de 130 spots en France et à l'étranger. Au total, 45 tonnes de déchets avaient été ramassées. Les Mountain Days 2014 ont mobilisé près de 7300 volontaires sur 110 spots pour 93 tonnes de déchets ramassées, soit une moyenne de  850 kg de déchets collectés par spot. Cette année, gageons que le bilan sera encore plus lourd ! Parmi les nouveautés, les brigades vertes de Mountain Bikers Foundation se sont associées au projet des Mountain Days 2015

Ainsi, le 23 mai 2015, en partenariat avec l’ONF et d’autres associations locales, Mountain Bikers Foundation participe à l’opération « Calanques propres ». L’objectif de cette opération est d’alerter sur l’ampleur du problème de l’abandon des déchets hors de leur zone de collecte…

L’action mise en place par la MBF consiste à débarrasser plusieurs carcasses de voitures, scooter et nombreux autres détritus en ferraille abandonnés en deux endroits du Parc National des Calanques :
  • Dans le vallon de la Gineste aux abords d’un sentier
  • Sur le plateau des Mussuguières non loin de la maison Forestière
Bien entendu, ils en profiteront pour ramasser les « petits » déchets que l’on peut trouver sur le sentier du vallon de la Gineste et de ses alentours.

Les inscriptions se passent sur Facebook ou par mail : jeremy@mbf-france.fr

Un dossier de présentation du chantier nature bénévole par la Mountain Bikers Foundation est disponible sur le site de la MBF


Vous trouverez des informations sur le dispositif « Calanques propres » en cliquant sur ce lien.




Qu'il est triste de voir à quel point il est difficile de mobiliser et fédérer les grimpeurs français autour de la sauvegarde de leurs terrains de jeux ! Ainsi, en dehors de Bleau, le Cosiroc, fleuron de la défense des sites naturels d'escalade français dans les années 80 -90, a abandonné cette tâche aux clubs locaux et fédérations sportives avec plus ou moins de réussite suivant les sites. 
Si nous avons déjà longuement évoqué les travaux de l'Access Fund américain (voir notamment dans notre colonne et nos articles ici  et ), il nous a semblé important de souligner les travaux de nos amis d'outre-manche, notamment ceux du BMC (British Mountaineering Council). Là-bas, la mobilisation autour de la sauvegarde des sites, dans un environnement très réglementé, est plutôt forte comme nous l'avions souligné dans le cas de Stanage par exemple

Pour les grimpeurs du Sud-Est de l'Angleterre, les rochers de grès tels que les roches Harrison sont des oasis de l'aventure dans une région manquant sérieusement de cailloux. La fragilité du grès nécessite protection supplémentaire et de petits groupes de bénévoles font de leur mieux pour lutter contre l'érosion du site mais aussi le vieillissement de la roche induit par une forte pratique de la moulinette. Le BMC leur a consacré un article très intéressant et ils serait peut être bon que certains bleausards partent à leur rencontre histoire de partager l'expérience sur les méthode de restauration du grès.

Que fait le BMC ?

Le BMC possède ou gère plusieurs sites naturels d'escalade. En France, en dehors de quelques conventions, quelques falaises ont été achetées ou louées par des clubs et notamment le RSCM et la FSGT...
En Angleterre, le BMC est par exemple devenu propriétaire en octobre 2009 de la falaise et du camping du site d'Harrison après de nombreuses années d'exploitation d'un accord de gestion de ce site. On peut aussi citer la carrière d'Horseshoe. Après des années de problèmes d'accès, les propriétaires précédents (Tarmac) ont fait don de cette immense carrière du Peak District au BMC. Les développements récents ont inclus le travail de partenariat avec des organismes de conservation locaux (Natural England, Derbyshire Wildlife Trust) afin de créer une réserve naturelle locale. Vous retrouvez d'autres exemple ici  


A propos du site de grès d'Harrison.
Les affleurements de grès éparpillés autour de la frontière du Kent et de l'est du Sussex sont sans doute l'un des sites d'escalade les plus fragiles du pays. Comme à Bleau, les rochers sont victimes de l'érosion du sol , du vieillissement et dégradation des prises mais aussi, du frottement des cordes sur leur sommet. 
Dans l'article publié par le BMC, trois grimpeurs et défenseurs locaux sont interrogés sur les méthodes mises en oeuvre pour la réparation du grès et la préservation du site.
Tim Skinner, président du Groupe de gestion de Harrison Rocks (HRMG), Graham Adcock, coordinateur du SVG
 et Sarah Cullen, membre HRMG et directeur de Nuts4Climbing. 


Les plus gros problèmes rencontrés sur les grès du sud de l'Angleterre sont donc l'érosion de la surface extérieure de la roche et, dans le cas des secteurs les plus populaires, l'érosion du sol. Les restaurations sont effectuées de plusieurs façons. Les gorges creusées par le frottement des cordes sont généralement réparés avec un ciment si le statut de protection du rocher ne l'interdit pas. Les prises endommagées sont réparés en utilisant des  «résines» type vernis à ongle, PVA et parfois un durcisseur. Enfin, au sol, comme à Bleau, le contrôle de l'érosion est obtenue en utilisant de petit barrages en bois généralement fabriqués à partir de matériaux trouvés sur place pour arrêter le sable et les sentes sont barrées avec des branches pour décourager la circulation des piétons.




Ces travaux sont faits par le groupe de gestion, ou par des bénévoles ou des entrepreneurs, le cas échéant, les sites étant la propriété du BMC. Dans la plupart des rochers, le suivi des travaux et de l'érosion sont fait par les membres du Groupe des Volontaires Grès (SVG).

Comme chez nous, les bénévoles soulignent l'importance d'éduquer les pratiquants. Particulièrement ceux qui commencent sur ​​des murs d'escalade où la transition avec le milieu naturel  nécessite un nouvel ensemble de connaissances et règles à adopter pour garantir une réduction de l'impact de la pratique. Là encore, ils souligne l'importance de l'essuyage des semelles des chaussons tant pour éviter les glissades que pour limiter le polissage des prises.

Tout le monde devrait être conscient des manières de réduire au minimum l'impact de sa pratique et avoir lu la charte du BMC code de pratique (pdf) par ailleurs publié dans tous les guides de la région.

Si vous êtes intéressé pour vous impliquer dans la conservation des Grès du Sud Anglais, pourquoi ne pas aller à la réunion le dimanche 17 mai 2015 au Centre de plein air Bowles, East Sussex. 


Vous pouvez également trouver les pages du site BMCpleins d'informations utiles sur ce sujet.
Rocks Harrisons Management Group
Grès bénévoles Groupe
MBF_AFFICHE CHUTES VTT 2015Le groupe de travail « sécurité VTT en montagne » piloté par le ministère des Sports et animé par Mountain Bike Foundation s’est réuni pour préparer la nouvelle campagne de prévention été 2015 en montagne. Ce groupe de travail existe maintenant depuis près de 9 ans. A l’origine il était rattaché à la CIS (Commission Information Sécurité en Montagne) maintenant disparue. Même si celle-ci n’existe plus, la continuité de ce groupe de travail est préservée, car il est important d’assurer une veille annuelle et des actions de sensibilisation construite en collaboration avec différentes entités présentes (une vingtaine de membres).

Les priorités affichées en 2014 sont toujours valables pour 2015. A savoir, cibler nos actions sur l’activité descente (DH) sur piste officielle en station de montagne :

Pour ce faire :
1/ Réutilisation des affiches de sensibilisation VTT de descente en intégrant une version « anglaise » ainsi qu’un flash- code (voir ci-dessous)
2/ Création d’un nouvel outil : « Apprendre à chuter » (voir ci-dessous).
3/ Sensibiliser les pratiquants et les éduquer à donner l’alerte en cas d’accident. Création d’un nouvel outil : « appeler le 112, donnez le nom de la piste, le nom de la balise ». Ce visuel très simple d’utilisation a été construit pour être très rapidement assimilé.
4/ Sensibiliser à l’importance des métiers d’aménageur, de patrouilleur et de moniteur pour la sécurité à VTT.
Ces différents éléments seront diffusés en station et sur les différents supports créés par le ministère des Sports, en particulier le nouveau site internet « prévention montagne été ». Ce dernier sera basé sur le modèle du site « Prévention hiver » .
Vous souhaitez diffuser une affiche au sein de votre réseau ? Rien de plus simple, contactez-nous : info@mbf-france.fr

L'Everest, « Pic B », ou « Pic XV », situé au cœur de l’Himalaya, déclarée la plus haute montagne de la planète en 1852, rêve de tout alpiniste, a longtemps représenté l’une des limites du monde connu.  Les tibétains l'appellent Chomolungma, la déesse-mère de la terre, et les népalais Sagarmatha. C'est finalement le 29 mai 1953 que deux hommes, le néo-zélandais Edmund Hillary accompagné du Sherpa Tenzing Norgay gagnent enfin le toit du monde baptisé Everest du nom du géographe anglais. A ce jour, plus de 14 000 alpinistes ont tenté  son ascension  avec près de 4000 ascensions victorieuses, dont le succès pour une grande part doit être attribué aux sherpas, dont le rôle reste irremplaçable en haute altitude. 
Mais ce rêve n'est plus possible ! Cette année, pour la première fois depuis bien longtemps, personne n'inscrira son nom à son palmarès. 
Comment partir à l'assaut de cette montagne dans un pays où la terre tremble encore, dans un pays ruiné et dévasté, dans les décombres fumantes où les Népalais pleurent leurs morts ?
Ne serait-ce pas simplement indécent ?

A la TL2B, nous avons attendu avant de nous exprimer sur le sujet. Le bilan du séisme qui a eu lieu le 25 avril au Népal ne cesse de s’alourdir. Comme le pensaient les spécialistes, la terre a de nouveau tremblée au Népal avec un séisme de magnitude 7,4. L'épicentre se situe à 83 km à l'est de Katmandou précise l'institut américain de géophysique, la secousse s'est produite à 12H35 heure locale.


La France a officialisé l'arrêt de ses recherches au Népal le samedi 9 mai 2015 mais finalement, cela ne change pas grand chose vu le peu de moyen qu'elle a mobilisé !

Dans quelques semaines la mousson sera présente au Népal avec des centaines de milliers de sans-abris ! Parmi les nombreuses initiatives de soutien, nous avons souhaité mettre en avant trois petites associations qui nous tiennent à coeur.



L'association Lila Shiva Kumari de notre ami Patrice Leroy, l’association Montagne & Partage et  l’association Langtang Reconstruction.

L'association Lila Shiva Kumari
a pour objet la prise en charge au Népal d'enfants nécessiteux, afin de leur assurer une vie décente (hébergement, soins médicaux, scolarisation) et de les soustraire à la mendicité, la délinquance et la prostitution.
Patrice Leroy, fondateur de l'association, a exercé le métier de guide de tourisme et de trekking (randonnée) durant une trentaine d'années. Son premier voyage au Népal remonte à l'automne 1973 et fut suivi de nombreux voyages professionnels au Népal, en Asie et ailleurs. En 1983, il adopte une petite fille népalaise. En 2010, Patrice, entouré de ses amis les plus proches, décide de créer l'association Lila Shiva Kumari.

Aujourd'hui, avec ses contacts népalais, il demande UNE AIDE D'URGENCE pour acheter des tentes mess capables d'abriter 12 à 15 personnes (prix unitaire : 250 € environ) et nous suggère, pour éviter des frais bancaires élevés, de nous grouper pour un don collectif.

Patrice a demandé à Ashok d'acheter sur le budget Lila une tente mess destinée à abriter ses protégés de Katmandou.  Afin de venir en aide au plus vite aux collaborateurs d'Ashok dont les familles, pour beaucoup, vivent à l'extérieur de Katmandou dans des villages  dévastés, l'Association Lila va s'occuper de la collecte.

Ce qui semble le plus urgent, outre la nourriture et les médicaments, est de permettre à ces villageois de s'abriter de la pluie. La mousson sera là très bientôt et rendra impossible toute reconstruction dans l'immédiat. Comment procéder pour participer à cette aide d'urgence en faisant un don ?

Envoyez un courriel à Patrice Leroy (association.lila.sk@gmail.com) en lui précisant vos coordonnées, la somme que vous vous engagez à nous faire parvenir, et le mode de règlement, virement ou chèque. Patrice vous répondra en vous envoyant les coordonnées bancaires de Lila si vous souhaitez faire un virement. Si vous voulez nous adresser un chèque (merci de préciser "shelter project"), établissez-le à l'ordre de "Association Lila Shiva Kumari" et envoyez-le à :

Association Lila Patrice Leroy
Ferme de Montmirail
Longue Toque
84190 GIGONDAS

D'avance Merci !


« L’Association « Montagne & Partage »
Quelques passionnés de montagne, issus d’horizons divers, forts de leur expérience privilégiée de la région himalayenne qu’ils ont pratiquée lors de treks ou d’expéditions se sont dit que les belles images ou les émotions personnelles ne suffisaient plus face à la réalité d’un monde en souffrance. Une réalité qu’ils ont pu approcher au Tibet, en Inde, au Pakistan ou au Népal, au fond des vallées les plus reculées, dans des villages coupés du reste du monde, auprès de villageois luttant pour leur survie, auprès de réfugiés tibétains ayant tout abandonné, au contact d’enfants souriants privés de toute éducation, où dans l’effervescence de villes grouillantes et polluées, porteuses de tant de rêves déçus. Avec le voyage, la montagne représente une des plus belles écoles de la vie, celle de l’humilité et du partage, celle de la fraternité universelle ? C’est ainsi qu’est née l’Association «Montagne et Partage».

« L’Association « Montagne & Partage » a pour but de fournir toute forme d’aide humanitaire aux populations nécessiteuses des zones de montagne, dans le domaine de l’éducation, de la santé, de l’environnement, du développement économique, ou dans tout autre domaine relevant d’une intervention humanitaire dûment constatée. L’Association « Montagne et partage » pourra intervenir directement ou indirectement, en France comme à l’étranger, entre autres dans la zone himalayenne ».

MONTAGNE ET PARTAGE DONT LA CRÉDIBILITÉ ET L’HONNÊTETÉ DES ACTIONS CARITATIVES AU NÉPAL EST RECONNUE PAR TOUS SE MOBILISE POUR LES VICTIMES DU SÉISME. UNE SOUSCRIPTION DESTINÉE EST OUVERTE.

Pemba Sherpa et Tashi Birnali sont leurs garants sur place. Ils étudient actuellement les besoins les plus pressants, mais les communications sont difficiles...

SI VOUS VOULEZ PARTICIPER ,
adressez vos chèques à l'ordre de Montagne et Partage (Urgence séisme) à l’adresse suivante :

MONTAGNE & PARTAGE
940, route du lac
01250 MONTAGNAT (France)

Pour plus d’informations  :
Site Internet : www.montagne-et-partage.com
Mail : gerardclermidy@wanadoo.fr


« Langtang Reconstruction » 

Là encore des trekkeurs passionnés sont à l'initiative de la fondation de l'association « Langtang Reconstruction » pour aider les gens du village avec qui ils ont vécu cette catastrophe. L’idée est de récolter vos dons et de les distribuer directement aux familles touchées. Le village de Kyanjin Gompa est à reconstruire entièrement. Il existait et faisait vivre ces familles grâce aux trekkeurs qui venaient profiter de ce lieu magnifique.

La reconstruction est indispensable pour que les treks puissent de nouveau être envisageable et la vie reprendre son cours. Ces habitants sont pour la plupart originaire du village de Langtang, à 2h de marche plus bas. Ce village n’existe plus, des centaines de morts sont prisonniers de la glace et des roches qui sont tombées de la face ouest du Langtang Lirung (7200m). Certains y ont perdu maison, femme et enfants, d’autres parents, frères, sœurs, oncles, amis, etc…

Tous sont en deuil mais doivent continuer à vivre et à tout reconstruire.
Le site de l'association Langtang Reconstruction vient d'être créée https://langtangreconstruction.wordpress.com/

Les choses bougent vite alors voici les trois grandes directions de l'association :
1. Récolter des dons pour amener de l'argent frais et dispo aux familles pour palier aux coûts de la reconstruction.
2. Amener des solutions techniques "prêtes à l'emploi" comme le kit de photovoltaïque.
3. Engager une réflexion sur une solution de construction adéquate à la région pour palier au risque naturel séisme/avalanche/mousson et si possible la mettre en oeuvre.

Voilà, n'hésitez pas !
Le comité départemental 66 des Pyrénées Orientales signale que l’arrêté municipale du 26 février 2015 officialise la réouverture du site de Vingrau, à Tautavel.

Le site était fermé depuis l'été 2011 comme 19 autres falaises de la route de la grimpe dans le département suite à un accident et une longue polémique sur l'équipement "commerciale" des falaises du département que nous avions évoqué ici.
Cette bonne nouvelle en présage t'elle d'autres ?
Voir la fiche du site sur le site FFME 

Nos copains blogueurs de La TeamAventuriers, regroupés sur un site où ils font partager leurs passions pour la rando, l'aventure et le voyage, nous ont proposé une sélection des meilleures randonnées et parcours-montagne autour de Paris. Ce sont des sentiers au nom prometteur comme les « 90 bosses ». Au delà du pays bleausard, savez-vous qu'il existe, aux portes de Paris, dans les Hauts de Seine (Meudon) et les Yvelines (autour de Rambouillet) des itinéraires balisés qui n'ont rien à envier à nos 25 bosses, ultra-trail des Trois Pignons et autres parcours montagne de Franchard. Normale, on y croise aussi les grès de Fontainebleau !!!




Commençons avec le plus "facile" la Bossapas, randonnée de l’extrême dans les Hauts-de-Seine !
La Bossapas  est une randonnée hors du commun en Ile-de-France, véritable challenge sportif proposé sous forme de 2 parcours : un de 33 km et 1100 mètres de dénivelée cumulée, l' autre de 25 km et 800 mètres de dénivelée pour les moins entraînés. Les 2 parcours traversent les forêts de Fausses-Reposes, Meudon et Clamart. Nous vous proposons de la découvris au travers de ce reportage de la Team A : la Bossapas

Ensuite, s'il vous reste de l'énergie, pourquoi ne pas s'attaquer aux "90 bosses" des Yvelines !

« Les 90 bosses » est le nom donné au tracé du trail de la vallée de Chevreuse. C’est un parcours de 55 km et de 2 000 m de dénivelées cumulées répartis sur 90 sommets à grimper. On n'a pas compté mais il se murmure qu'il en compterait en fait une centaine Qui dit mieux ? Parcourir les 90 bosses en mode randonnée nécessite de le diviser en 2 parties que la Team A décrit ici : la rando-montagne des 90 bosses et des 500 arpents


Enfin, terminons avec la rando-montagne de l’Origole (Yvelines) qui suit le parcours du trail du même nom. 
Pour le parcourir en mode rando, il faut le décomposer en plusieurs tronçons, d’environ 20 km chacun. L’Origole est un trail hivernal et nocturne qui se déroule en décembre. Le parcours, à 95% sur sentiers forestiers, fait 75 km et présente un dénivelées cumulés de 3 300 m. Avec plusieurs dizaines de bosses à franchir, ce parcours à fort dénivelé emprunte des sentiers très techniques. De par son profil et ses difficultés, l’Origole fait partie des parcours les plus difficiles en Ile-de-France. A découvrir ici

Tant qu'on y est, on vous rappelle que nous avions décrit les trails de l'Essonne dans cet article et que les membre de la Team A ont tous des sites et blogs à suivre...
François Quiquet : Festival connect et Un Monde d’aventures
Piotr Kroczak : Bien-voyager et 1001-Pas
Anne Becel : Annebecel.com
Gregory Rohart : I-trekkings et I-voyages
Nicolas Mauclert : Carnets Nordiques et Escales Nordiques
On se demande bien quel avenir il peu y avoir pour la station de Ski de Gap Céüse face au réchauffement climatique et la concurrence des grands domaines. Céüse c'est LA falaise internationale par excellence, une des plus célèbres et une des plus fréquentées, mais de l'autre côté de la barre de rocher, il y a une petite station à l'avenir incertain. La reconversion en pôle multi-sport nous semble de plus en plus primordiale... Voici un extrait d'un article de nos confrères du Média05.

Après un sursis d’un an, le Sivu (syndicat intercommunal à vocation unique) de Gap-Céüse (qui avait été créé en 1951 pour gérer l’unique station de ski du Gapençais) a été officiellement dissous le 30 avril. Le préfet Pierre Besnard a signé un arrêté de dissolution le 20 avril dernier, en considérant que « la reconversion du site de Céüze en station quatre saisons est d’intérêt communautaire ». La station rejoint ainsi le giron de la communauté de communes Buëch-Dévoluy (CCBD).

[...]

L’intégration de Céüse dans les compétences de la CCBD fait débat au sein du conseil communautaire.
« Nous prendrons nécessairement la compétence de la gestion hivernale de la station », indiquait Jean-Marie Bernard son président en novembre dernier. « Ensuite, il faudra que nous ayons le débat sur le repositionnement de Céüse, et que nous déterminions si nous nous engageons dans ce chantier. Cela dépendra aussi du périmètre de l’intercommunalité, puisqu’il pourra évoluer en fonction de la réforme engagée par le gouvernement.»

La communauté de communes finance largement la station de Céüze. En décembre 2014 elle a voté une aide exceptionnelle de 100.000€ pour faire face à l’endettement du Sivu et, le 13 avril dernier, elle a accordé -provisoirement- une caution de 54 000€ pour l’emprunt contracté  de financement des travaux engagés en 2014 sur le « Mur des Marseillais » (224.000€) et l’acquisition d’une dameuse (36.000€).

Source texte et image : Lemédia05
Vous êtes plus de 600 (janvier 2016) à suivre la page Facebook de la TL2B
Un grand, grand, merci à toutes et tous et tout particulièrement aux fidèles de la première heure !  Mais au fait, pourquoi nous suivre aussi sur les réseaux sociaux ? 

Simplement, parce que facebook et autres plate-formes du genre ont pris une réelle importance dans nos vies (sans doute trop) au point d'être, pour certains, la principale source d'information quotidienne. Du coup, l'info y circule vite (peut être trop) et est très facile à partager.

Alors, certes, les réseaux sociaux sont truffés de publicités, annoncent beaucoup de bêtises, véhiculent pas mal de rumeurs... mais ils peuvent, avec un minimum de filtrage, nous aider à faire passer certains messages.

Pour nous à la Tl2B, qui n'avons ni le temps, ni les moyens de rédiger ou publier tout ce que l'on souhaiterait, ces réseaux sont une formidables possibilités de vous proposer plus d'informations, plus d'actualités. Alors pourquoi se priver ?

Ainsi, outre la reprise de nos articles sur notre page facebook, nous partageons diverses photos, annonces et articles provenant d'autres médias sur les mêmes sujets que ceux traités sur la TL2B à propos de Bleau, de la nature, de l'escalade, du VTT, du trail... en France et à l'étranger. Ainsi, nos plus fidèles lecteurs sont informés à la source avant même que nous traitions l'information sur notre site, si tant est qu'elle le soit... 

Comme pour notre site, nous souhaitons notre page ouverte. Vous pouvez y poster vos commentaires ou liens vers vos articles. Bref, n'hésitez pas à liker la page ! 

Tant que l'on y est, on voulait vous donner quelques chiffres sur la Tl2B. En avril 2015, nous avons déjà approché nos précédents records de fréquentation alors même que le site n'était pas terminé ! 

Quand nous avons fermé les anciens portails, l'édition historique affichait plus de 450 000 lectures et celle lancée en 2013 sur Bleau uniquement presque 200 000. 

Certains articles, comme le premier sur la maladie de Lyme dépassait les 12 000 vues. 
En janvier 2016, notre nouveau record approche les 30 000 vues dans le mois !

Nous remercions aussi tous nos lecteurs étrangers, de plus en plus nombreux et les invitons eux aussi à participer à la rédaction de nos articles ou à les relayer !  




Depuis début avril, une opération destinée à remettre en valeur un chaos rocheux est en cours sur le site du « Rocher Fourceau ». Comme l'annonce l'ONF, "autrefois maintenus ouverts par le pâturage, les incendies et l’extraction du grès, les paysages se sont progressivement refermés et banalisés sous l’effet des pins. Ces lieux pittoresques et typiques de Fontainebleau présentent pourtant un intérêt paysager et écologique qu’il convient de conserver. C’est pourquoi, suite à un travail de concertation avec l’association des naturalistes de la vallée du Loing et du massif de Fontainebleau et l’association des amis de la forêt de Fontainebleau, il a été décidé d’expérimenter une certaine forme de sylviculture sur ce site".

Nous sommes tout à fait d'accord sur la nécessité de telles coupes mais rappelons aussi que ce site avait, suite à incendie en février 2011, été massacré par les engins de coupe venus faire le ménage (voir notamment cet article) ! 
En effet, cette zone abrite un riche patrimoine historique sur le métier des carriers. On ne sera donc pas surpris du choix de l'office quant à l'usage de la technique de débardage à cheval, déjà mainte fois utilisée en forêt de Fontainebleau tant dans les opérations de lutte contre l'érosion (JA Martin notamment) que sur certaines coupes (Rocher Canon par exemple). Gageons que le paysage retrouvera son caractère du XIXe siècle si nos brebis viennent y limiter la repousse (lire ici et ) !

Photo de Patrick Bouvier extraite de notre article suite à la coupe de Février 2011


Extrait du CP de l'ONF

"Une intervention couplant traction animale et mécanisation Les techniques utilisées pour un chantier sylvicole classique ne permettent pas d’intervenir dans ces chaos rocheux où la pente et l’enrochement sont trop importants. Sur les zones les plus difficilement accessibles, le transport
des bois récoltés est tout simplement impossible avec les engins habituels : tracteurs, débardeurs. Pour ce faire, l’ONF a fait appel au débardage à cheval. Guidés par les instructions de son propriétaire, un cheval ardennais se faufile entre les arbres et les rochers pour évacuer les grumes vers une zone accessible au porteur. Une fois ébranchée puis façonnée en morceaux de 2 à 4 mètres de longueur par une abatteuse, les grumes approvisionneront les usines de transformation.
En fonction de leur qualité, ces bois récoltés seront, selon leur qualité, utilisés comme bois de charpente, bois de caisses d’emballage, ou panneaux d’agglomérés.

Un chantier signalé, pour plus de sécurité
Toutes les dispositions sont prises pour garantir la réalisation des travaux dans les meilleures conditions de sécurité. Toutefois, proches de sentiers de promenades, ils peuvent attirer la curiosité des promeneurs. L’ONF demande à chacun de s’en tenir éloigné. Des panneaux posés en bordure de parcelle informent le public sur la nature des travaux."
Au Pays des mille balises, c'est l'AAFF qui se charge de l'entretien des sentiers bleus et du rouge des 25 bosses. Reconnue d'utilité publique, l'Association des Amis de la Forêt de Fontainebleau (AFF) protège la forêt et la fait connaître au public. Elle représente les usagers dans de nombreux comités et commissions mis en place par l'Etat et l'ONF et s'efforce de remédier aux atteintes dont la forêt est victime à travers son Observatoire de la forêt. 

Les AFF entretiennent prés de 300 km d'itinéraires balisés en bleu, décrits dans leur Guide des sentiers de promenades. C'est justement pour vous annoncer la sortie de la dernière éditions de celui-ci (au prix de 16 €) que nous écrivons ces quelques lignes. En attendant de recevoir notre exemplaire pour un test détaillé, gageons que cette version aux cartes détachables sera d'une aussi bonne qualité que les précédentes ! Un guide indispensable pour les randonneurs, promeneurs et tous autres bipèdes. En revanche, pour mémoire, ces sentiers sont interdits aux 2 roues y compris à pédales.



Il y a quelques jours, la TL²B a publié un article un peu provocateur à propos des derniers entretiens de circuits à Bleau. 

Si le Cosiroc n'a pas répondu sur "l'affaire du Potala", Oleg Sokolsky, a réagit aux contre-verités énoncées par Pépito sur son site et citées dans notre article avec un long commentaire (en bas des articles) à propos des circuits de Cornebiche. 

Une visite sur place l'a aussi conduit à nous écrire ce qui suit sur "l'art et la manière" d'agir en matière de balisage, sorte de retour d'expérience d'un des bénévoles les plus expérimentés en la matière. Si ce genre de conflit entre baliseurs n'est pas nouveau, la méthode consistant à modifier la numérotation n'est vraiment pas une solution ! A moins que ce soit fait pour faire coller la réalité du terrain avec sa fiche topographique ? En attendant, n'hésitez pas à visiter ces deux circuits et le bleu repeint par Pépito, c'est un coin sympa et très calme...normalement ! 


Dégradations et circuit bleausard par Oleg

"Depuis une quarantaine d’années que je participe au fonctionnement du CoSIRoc et m’occupe en particulier des circuits de grimpe (peinture, création, surveillance érosion et sécurité, etc.) j’ai déjà vu pas mal d’exemples de dégradations volontaires. 

Des effaçages systématiques du début des années 80 par d’Agiles grimpeurs à l’arrosage au paint-ball (Mondeville et La Troche) en passant par les bombages des symboles du début des années 90 (Rocher de la Reine) ou le recouvrement de ces mêmes symboles, et prises par la même occasion, avec de l’huile de vidange et/ou du goudron (Ségognole), sans oublier les tagages de la Troche et les bris volontaires de prises de partout, ce dernier cas représentant le maximum de la connerie humaine et grimpante car irréparable.

Une nouvelle manière « vient de sortir » comme on dit. Peut être moins traumatisante que les autres pour le caillou mais fort gênante pour les circuits si elle se développe.

Explication : Bernard (vieillard cacochyme cosiroquien, j’en suis un encore plus cachomachin) m’appelle avec son portable : « j’suis devant le n°24 du jaune de Corne-Biche ; tu l’as remis et t’as encore changé la numérotation ! » (c’est un passage pour lequel nous avons eu des discutions amicales mais serrées et je m’étais rallié à ses remarques en le plaçant dans l’orange dans lequel il ne dépare pas (au présent, il y est de nouveau après l’avatar étrange décrit plus loin).

Me doutant d’une peau de banane peinte subrepticement (en jaune, normal pour une banane), je bondis dans mon véhicule et je retrouve Bernard sur place. Effectivement une petite portion du jaune, que je viens de repeindre, a été très proprement modifiée. 5 numéros (entre 19 et 27) qui ne devaient pas plaire au gugusse peinturlureur ont été supprimés (décapant et tout et tout) et remplacés par d’autres passages, certains étant déjà des bis du circuit, avec un bouclage différent.

Question de base : pourquoi ???

La seule petite originalité de ces quelques passages est qu’ils sont un peu exposés et se prêtent mal à l’utilisation du crash-pad (faut dire que l’un de ceux, le 13 orange actuel, qui avaient été ajoutés aussi). Une remarque , à part le n° 24 actuel qui est haut mais facile et le 26 qui est une descente (l’a pas l’air d’aimer les descentes le barbouilleur. Tiens, tiens ça donne une idée) les 3 autres sont des enjambées faciles dont deux que je qualifierais de semi-dynamiques mais bien dans le niveau du Jaune (ils en font partie depuis plusieurs années sans avoir suscité de commentaires acerbes ou critiques répétitives). Les deux numéros, 21 et 25, ne demandent qu’un peu de puissance dans la jambe d’appel, ce qui pour les tous débutants s’obtient sans problème en 3 /4 séances de grimpe.

On peut aussi ajouter que les passages de remplacement n’étaient (tout est réparé) que des lignes verticales, à mon avis un peu tristounettes (j’aime bien l'enchaînement et la variété : les descentes, les traversées et même les obliques me font plaisir).

Alors, et là je cause au pirate, mon gars si certains passages te font hésiter (ou en font hésiter d’autres - j’attends ce type de justification grosse comme un bloc bleausard), la solution : au lieu de truander un circuit en état de marche, saute-les et revient plus tard un peu plus en forme.

Comme tu es un traceur (la qualité des symboles et de l’effaçage en témoignent, voir photo jointe, le pot de jaune étant le mien au moment de la remise en ordre du circuit), actif -la preuve !- tu dois bien savoir qu’un circuit tout en étant offert au autres, est pour soi-même une petite œuvre (je n’ai pas écrit d’art mais y’a des parallèles) que, comme toutes les réalisations où l’on met de soi, l’on n’aime pas voir bousillée par le premier pékin venu (j’allais écrire Kh… mais je me suis retenu à temps ; pas d’injure entre nous et Are Krishna) .

Pour conclure tu as pu constater que ton action m’a remué car je ne suis pas vraiment insensible, but atteint ?

En revanche ce serait peut être mal venu de refaire ta khonnerie précédente. J’ai compris le message mais, j’ai la tête dure, j’aime Corne-Biche, j’ai du temps libre et du coup ça permettra un brossage conséquent au moins des blocs concernés. Par contre le brossage de la Grande Dalle, l’un des beaux passages du coin, en sera retardé d’autant.

Oleg S. (le 10 mai 2015)

La photo de l’éphémère n°20 permettra aux spécialistes des peintures rupestres bellifontaines d’identifier le responsable (forme des symboles, type de peinture et sans oublier le torchon vert et un peu tâché que nous avons retrouvé à 3 mètres du bloc)."

NATURE