Chantier

Sur les chemins

Escalade

Matos

2014-05-11

Dans un communiqué du 13 mai, le PN des Calanques annonçait le bilan de sa première grande opération de police de l'environnement sur le territoire du Parc. Cinq jours d'opération et 43 infractions relevées ! 
Bref, après la prévention (avril), la répression et pour tout dire, c'est plutôt une bonne chose car très franchement, la proximité de la Citée laisse souvent un gout amère aux visiteurs n'habitant pas la région. 
En effet, les dépôts de déchets et autres petites infractions, notamment aux abords des parkings sont légions... 

COMMUNIQUE du PNC
logo Police environnement
Le Parc national des Calanques et l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) ont conjointement menée la dernière opération Police entre  du 1er au 5 mai 2014. Au total, 24 agents ont été mobilisés sur cette intervention de 5 jours.

Cette intervention a permis de relever 43 infractions à l’encontre de 44 personnes, portant sur des activités et usages interdits en cœur de Parc :


-    30 verbalisations sur des bivouacs ou caravanings 
-    3 verbalisations sur un usage de feu 
-    1 verbalisation sur un usage d’instrument sonore 
-    1 verbalisation sur un déversement de déchets
-    2 verbalisations sur une exécution de travaux sans autorisation 
-    1 constatation d’occupation d’une plage
-    2 verbalisations sur la circulation d’un véhicule sur une route forestière interdite 
-    1 verbalisation pour une circulation interdite en espace naturel
-    1 verbalisation d’un pêcheur de loisir en zone de non-prélèvement (ZNP)
-    1 verbalisation d’un pilote de bateau pour bouée tractée

Les agents du Parc national et de l’ONCFS ont reçu un bon accueil de la part du public et ont par ailleurs sensibilisé plusieurs dizaines de personnes aux différentes règles du Parc national des Calanques. 
Tout en s’inscrivant dans la politique pénale édictée par le Parquet de Marseille, ils ont fait preuve de discernement et d’une grande intelligence des situations concernant les contrôles du respect de la réglementation.

A la veille de la saison touristique et de l’augmentation du niveau de risque d’incendie, le Parc national des Calanques rappelle que sont notamment interdits en cœur de Parc les activités et usages suivants : 

•    tout usage de feu (y compris les feux de camp et camping-gaz) ;
•    le bivouac, le camping et le caravaning ;
•    tout usage d’instrument sonore ;
•    les déversements de déchets ;
•    l’exécution de travaux (sauf autorisation du Parc) ;
•    la circulation de véhicule sur les routes de forêt interdites ;
•    la pêche dans les zones de non-prélèvement (ZNP) ;
•    les loisirs nautiques à traction motorisée (ski-nautique, bouée tractée, parachute ascensionnel…) et la pratique du jet-ski ;
•    les manifestations publiques (sauf autorisation du Parc) ;
•    les prises de vue à caractère professionnel (sauf autorisation du Parc) ;
•    l’embarquement et le débarquement de passagers dans le cadre d’activités commerciale et para-commerciale à l’exception des débarcadères de l’île Verte et de l’île d’If.

Lire le communiqué de presse
Nous avons reçu la note de Com' de l'ONF concernant l'organisation et le fonctionnement des missions de surveillance du massif forestier de Fontainebleau.
"En cette période de l’année, où la fréquentation en forêt est la plus forte, l’ONF étend son dispositif de surveillance pour en limiter les impacts (pollution, incendie, dérangement du milieu naturel, érosion, etc.). L’occasion également d’accueillir, d’informer et de sensibiliser le public sur le massif forestier de Fontainebleau", annonce t'elle.
Bon, ce qui est dommage c'est que depuis avril, on n'a pas beaucoup vu les agents faire la police sur les parking et notamment celui d'Isatis.








L'escalade à Bleau ce n'est pas que le haut niveau ou les blocs récents ! Dans l'ensemble du massif (le "Grand Bleau", celui du "Grand Paris") on compte plus de 250 circuits balisés dont les premiers datent de 1947. 
A la TL2Bleau on n'a déjà évoqué l'histoire de leur balisage et signalé bon nombre de travaux de réfection (voir sur l'ancien portail). La question qui se pose très souvent au sein du Cosiroc, l'associationen charge de leur entretien, peut se résumer ainsi : "doit-on entretenir tous les circuits et jusqu'à quel point ? " 
En effet, certains parcours sont relativement peu parcourus ou, victimes de leur succès passé, ont mal vieillis. Cette question est d'autant plus complexe que ces entretiens reposent sur du bénévolat.
On a déjà abordé ce sujet à propos du parcours montagne de Franchard ou du "mauvede la DJ" . Voici que le Cosiroc se penche au chevet du jaune du Cul de chien ! Un jaune bien malade (balisage), très patiné, et devenu un vrai calvaire pour débutant. Dans l'article publié sur le nouveau site Cosiroc, outre le topo, l'association vous invite à réfléchir à l'avenir de ce circuit (et des autres...)


La réflexion est donc aussi valable pour d'autres parcours. Sur le site web du Cosiroc (très bien refait) vous trouverez ainsi plusieurs appels de ce type. Après Mondeville, l'orange du Calvaire et le jaune du Cul de chien sont à l'étude. Le jaune de Cul de chien est l'exemple type de ces vieux circuits "faciles" devenus quasi insuivables ! Voici ce qu'en dit le Cosiroc...



Extrait :

[...] Suite à une très grande fréquentation, de nombreux passages sont très patinés. Il est navrant de constater que plusieurs prises des premiers blocs ont été grossièrement martelées.

Dans l'état actuel de balisage il est très difficile à suivre même pour ceux qui le connaissent. ..

Dans l'optique d'une réfection de ce circuit envisagée à la dernière "commission circuits" du Cosiroc qui s'est tenue le 22 mars 2014 il a été entrepris un relevé photographique en complément du schéma (ce schéma publié dans le topo du Cosiroc en 1998 va être mis à jour très prochainement).
Ce relevé est encore incomplet (non représentés : 6 12 13 16 29 36 49) et avec un doute sur le tracé dans quelques cas (10 17 43). Il peut aussi y subsister des erreurs (voir sur le site).

Le plus simple pour les réfections (option souvent réclamée par les "anciens" au nom du respect des auteurs, de l'histoire, etc.) consiste à  repeindre à l'identique. [...]. Mais d'autres (dont aussi des "anciens") pensent qu'il est plus judicieux de repenser l'ensemble :  blocs à supprimer, à modifier ou à ajouter, enchaînement etc.

[...] Toutes les suggestions sont les bienvenues, par exemple au travers des commentaires. Rappel : il suffit de s'enregistrer sur le site pour pouvoir écrire un commentaire.

Dans le cas du jaune du CdC, à la TL²Bleau on milite plutôt pour une refonte complète avec l'abandon des passages les plus patinés. A la limite, on est même pour son abandon en échange d'un circuit famille sur les blocs qui bordent la Mer de sable.

Mais le cas se pose aussi ailleurs pour de nombreux circuits, notamment dans les difficultés F à AD. Il nous paraissait donc important de souligner une nouvelle fois l'importance des travaux des traceurs bénévoles et la nécessité de réfléchir et participer aux travaux du Cosiroc. 

Les circuits restent la clé d'entrée pour de nombreux pratiquants. A Bleau, le Cosiroc et le CDFFME77 travaillent de concert avec les services de l'ONF pour les entretiens, la lutte contre l'érosion et le balisage. Ce dernier point en effet, doit faire l'objet d'une autorisation du gestionnaire sans quoi l'on s'expose à un effaçage et un PV. A Apremont, les négociations autours de trois circuits "sauvages" sont ainsi toujours en cours...


Rappelez-vous, en 2011, on vous signalait comment l'Administration du PN du Mercantour avait interdit le déroulement de la Cro-Magnon, célèbre course de Trail. On était revenu sur cette histoire en 2012 et en 2013 suite à un communiqué du Parc. 

Cette fois, c'est le célèbre alpiniste Christophe Moulin qui signalait sur Facebook le conflit qui oppose l'Administration du Parc National et les organisateurs d'une autre manifestation : la Prom Gelas...
Rappel de ce qu'avait été la réponse du PN...


Voici ce qu'écrit Christophe à propos de la Prom Gelas :


"Actuellement un différent oppose les organisateurs de la PROM GELAS et le Parc National du Mercantour qui a tout simplement interdit la compétition. 
L'absurdité de l'interdiction réside surtout dans le fait que c'est certainement une des compétitions les plus "écolo" et respectueuse de l'environnement puisque les participants partent à vélo de Nice pour rejoindre le sommet du Mont Gelas en récupérant leurs skis de randonnée au passage à la Madone de Fenestre.

Devant le blocage de la négociation, nous nous sommes retrouvés dimanche entre participants des précédentes éditions et avec les organisateurs sur place pour marquer le coup. (et boire un coup)
La manifestation était très « Bon enfant » avec une banderole dépliée au sommet qui stipulait « Que vive la PROMGELAS » 

Donc rien de houleux mais 70 personnes présentes tout de même.
Les Parcs Nationaux me semblent devoir être au service de la nature, et de la vie locale en influant sur les notions d’harmonie et de respect mutuels mais certainement pas en restant figés sur des positions sans possibilité d’évolution à fortiori lorsque les évolutions en question vont dans le sens de cette harmonie.
L’interdiction de cette compétition révèle l’absurdité de l'application psycho-rigide d’un règlement...
Je pense que l’occasion serait bienvenue de créer une commission consultative à l’image du COPIL (au sein du Parc national des Ecrins) afin que puissent vivre des événements comme cette compétition qui se rapproche vraiment de ce qu’on peut faire de plus sain et de plus écologique actuellement.
(Donc, à suivre...)"

Rappelons donc ce qu'avait écrit le PNM à propos du Trail de la Cro-Magnon (relire l'article de 2012) car on peut légitiment penser que la situation est très semblable : une manifestation sportive dans le Parc... 

En effet, en commentaire de notre article de 2012, le PNM nous avait adressé le commentaire suivant assorti d'un lien :

"Bonjour, voici un lien sur le site internet du Parc expliquant la position de l'établissement et apportant quelques précisions sur la décision du directeur. Nous rappelons que courir dans le Parc, même en zone cœur n'est pas interdit.
http://www.mercantour.eu/index.php/trail-de-la-cro-magnon"

"Le Parc national n'interdit pas l'organisation de la CM (ndlr : vous pouvez remplacer par la course de votre choix). Cependant, comme toutes manifestations publiques (hors manifestations traditionnelles listées dans la Charte), son organisation doit rester exceptionnelle donc non périodique. C'est à ce titre que les autorisations pour le passage de l'itinéraire de ce trail dans la zone Cœur pour 2013 et 2014 ne pourront être accordées."

Et plus loin...

"Pour les gestionnaires, l'incidence potentielle d'une manifestation sur les patrimoines du cœur s’analyse à l'échelle de l'événement mais aussi à celle de la somme des demandes adressées au Directeur du Parc. Chaque année, ce sont plus de 800 demandes qui sont traitées, que ce soit pour la circulation de véhicules à moteur ou des manifestations sportives. L'enjeu pour l'établissement du Parc est de trouver ce juste équilibre entre un espace de liberté, de découverte mais aussi de respect des enjeux de préservation et de cohabitation entre les différents usagers."

Ce qui nous chagrine, c'est que d'un parc à l'autre, on ne fait pas la même application de la loi sur les PN ! Vous le savez, à la TL²B on n'est pas favorable aux rassemblements sportifs de masse en sites naturels. Pour autant, on comprend parfaitement Christophe... Dans les Ecrins, en Vanoise... les choses se passent nettement mieux et le dialogue est plus constructif... Maintenant, est-ce que les organisateurs ont fait les choses dans les règles de l'art ???


JORF n°0105 du 6 mai 2014 page 7699
texte n° 4


ARRETE 
Arrêté du 17 avril 2014 portant désignation du site Natura 2000 La Bassée (zone spéciale de conservation)

NOR: DEVL1406808A

La ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie,
Vu la directive 92/43/CEE du Conseil du 21 mai 1992 modifiée concernant la conservation des habitats naturels ainsi que de la faune et de la flore sauvages, notamment ses articles 3 et 4 et ses annexes I et II ;
Vu la décision de la Commission européenne du 7 novembre 2013 arrêtant, en application de la directive 92/43/CEE du Conseil du 21 mai 1992, la liste des sites d'importance communautaire pour la région biogéographique atlantique ;
Vu la décision de la Commission européenne du 7 novembre 2013 arrêtant, en application de la directive 92/43/CEE du Conseil du 21 mai 1992, la liste des sites d'importance communautaire pour la région biogéographique continentale ;
Vu le code de l'environnement, notamment le I et le III de l'article L. 414-1 et les articles R. 414-1, R. 414-3, R. 414-4, R. 414-6 et R. 414-7 ;
Vu l'arrêté du 16 novembre 2001 modifié relatif à la liste des types d'habitats naturels et des espèces de faune et de flore sauvages qui peuvent justifier la désignation de zones spéciales de conservation au titre du réseau écologique européen Natura 2000 ;
Vu les avis des communes et des établissements publics de coopération intercommunale concernés,
Arrête :
Article 1

Est désigné sous l'appellation « site Natura 2000 La Bassée » (zone spéciale de conservation FR 1100798) l'espace délimité sur la carte d'assemblage au 1/150 000 et les six cartes au 1/25 000 ci-jointes, s'étendant dans le département de Seine-et-Marne, sur une partie du territoire des communes suivantes : Balloy, Bazoches-lès-Bray, Courcelles-en-Bassée, Everly, Gouaix, Grisy-sur-Seine, Hermé, Jaulnes, Marolles-sur-Seine, Melz-sur-Seine, Montereau-Fault-Yonne, Mouy-sur-Seine, Noyen-sur-Seine, Les Ormes-sur-Voulzie, Saint-Sauveur-lès-Bray, La Tombe, Villiers-sur-Seine, Egligny.
Article 2

La liste des types d'habitats naturels et des espèces de faune et flore sauvages justifiant la désignation du site Natura 2000 La Bassée figure en annexe au présent arrêté.
Article 3

Les cartes visées à l'article 1er ainsi que la liste des types d'habitats naturels et des espèces de faune et de flore sauvages visée à l'article 2 peuvent être consultées à la préfecture de Seine-et-Marne, dans les mairies des communes situées dans le périmètre du site, à la direction régionale et interdépartementale de l'environnement et de l'énergie ainsi qu'à la direction de l'eau et de la biodiversité du ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie.
Article 4

Le directeur de l'eau et de la biodiversité est chargé de l'exécution du présent arrêté, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait le 17 avril 2014.

Pour la ministre et par délégation :

Le directeur de l'eau

et de la biodiversité,

L. Roy

NATURE