Chantier

Sur les chemins

Escalade

Matos

2014-04-13

3 Arrêtés portant désignation des sites Natura 2000  sont parus : celui des Rivières du Loing et du Lunain, de la Carrière de Dravault, et des Buttes gréseuses de l'Essonne. Nous vous mettons les liens vers les cartes, AR, notices...

Arrêté portant désignation du site Natura 2000 "rivières du Loing et du Lunain"

Projet d’arrêté portant désignation du site Natura 2000 "Rivières du Loing et du Lunain" zone spéciale de conservation FR1102005


Télécharger :

Arrêté portant désignation du site Natura 2000 "Carrière de Darvault"


Projet d’arrêté portant désignation du site Natura 2000 "Carrière de Darvault" zone spéciale de conservation FR1102009

Télécharger :

Arrêté portant désignation du site Natura 2000 "buttes greseuses de l’Essonne"

Projet d’arrêté portant désignation du site Natura 2000 "buttes gréseuses de l’Essonne" zone spéciale de conservation FR 1100806

Télécharger :


L'entretien du réseau de gaz va prochainement être effectué par GRT gaz en forêt de Fontainebleau sur le secteur de la Faisanderie. Pour des raisons de sécurité, la route forestière de la Faisanderie sera temporairement fermée pendant toute la durée des travaux du 22 avril au 2 mai 2014.



Il ne se passe pas une journée en cette période des vacances de Pâques sans que l'on ait à déplorer les conséquence de la venue en masse de touristes en forêt de Fontainebleau !
Malgré les mises en gardes répétées (voir celle-ci de juillet 2013), les invectives des locaux et le panneautage de l'office sur les parkings, cet afflux massif de visiteurs entraîne immanquablement : stationnement dangereux et sauvages, accroissement massif des déchets, encombrement des parkings (notamment à l'Isatis) par les bivouaqueurs en tous genres... 

Il y a quelques jours, nous avions lancé l'alerte suite à un départ de feu au pied du 35 bleu à la Roche aux Sabots. Hier,  mercredi 16 avril 2014, un nouvel incendie s'est déclaré ravageant de 6 hectares, (PF n° 106) à la Canche aux Merciers dans la forêt domaniale des Trois-Pignons ! 6 hectares qui viennent s'ajouter à la zone ravagée à la JA Martin/Rocher Cailleaux... Dire les vacances ne font que commencer !



Mise à jour du 18 au soir :
les premières images signées Soleg. Merci...
Sans Commentaire...
bien triste





L'ONF nous rappelle qu'en "France, les causes connues de départs d'incendies en forêt sont majoritairement accidentelles et d'origine humaine, souvent provoquées par des feux de bivouacs mal éteints. Ces derniers étant d’ailleurs interdits en forêt domaniale. 

L'occasion de rappeler que le massif de Fontainebleau est un espace fragile (landes sèches, tourbes, etc) et sensible aux incendies, qu'il convient de préserver. Les visiteurs doivent donc faire preuve d'une grande vigilance et respecter les consignes de prévention". 



Vous devez en cas de départ de feu  appeler les pompiers 18 ou 112 mais aussi la permanence incendie de l'ONF au 06.15.52.03.96.


Par ailleurs, nous l'avons constaté à diverses reprises, si vos invectives envers les "bivouaqueurs", "squateurs" de parking et autres allumeurs de feu ne fonctionnent pas, les prendre en photos, noter le lieu, la date et heure, le n° de plaque du véhicule est souvent assez dissuasif. Attention, certains n'aiment pas et deviennent agressifs !

Libre à vous ensuite de les transmettre aussi à l'ONF (voir commentaires) !

Donc, comme chaque année à Pâques, les "touristes" sont là avec leurs cortèges de dégradations et abus. A Isatis, mercredi soir, il n'y avait pas moins de 30 vans et tentes !!! 

Nous vient alors une question : C'est quoi le dispositif mis en place pour faire appliquer la loi sur cette période de fréquentation exceptionnelle mais récurrente ?

Va t'on attendre juillet /août pour avoir un dispositif d'information et répression comme chaque année ? 




Photo récupérée sur le Net !
Petite remarque de sémantique :
Pourquoi "feu de bivouac" et pas " feu" tout court ?
           
Le feu "de bivouac" est sûrement un bon générateur d’incendie, le sol étant en principe chauffé plus longtemps lors des longues soirées de bivouac, la composante végétale du sol (tourbe, etc) peut transmettre la zone d’ignition un peu plus loin dans un endroit favorable (un feu de tourbe peut couver plusieurs jours) mais un feu "tout simple", mal éteint, est encore plus efficace. 

L’emploi de cette expression toute faite nous gène de plus en plus. La sardine est "à l’huile", la cerise est "sur le gâteau", ... , le feu ne peut-il être que "de bivouac" - avec particule pour plus de noblesse ou d'importance ?

Avec cette connotation, l'ONF met en cause "les bivouaqueurs"... Alors si le feu a vraiment besoin d'une particule pour s'exprimer, celle du "camp" lui suffira amplement ! En effet, l'esprit du "feu de camp" est assez différent du "feu de bivouac" et sans doute plus approprié à la situation. Mais peut-être est-ce la connotation festive qui cette fois, dérange. D'ailleurs, même dans les PN, il est d'usage de distinguer "camping sauvage " et "bivouac "... Le bivouac est une activité traditionnelle à Bleau (interdite en 1942 par "l'occupant") et qui ne suppose pas l'allumage d'un feu même si, il faut le reconnaître c'est plus agréable...Ceci-dit, les temps ont changé et ce qui passait quand il n'y avait qu'un millier de visiteurs n'est plus tellement possible aujourd'hui...
Merci ! Merci, merci mille fois !

En effet, l'ensemble de nos 4 portails d'information et de vigilance a été lu plus de 23 000 fois au mois de mars 2014 !
Plus de 10 000 vues ont été enregistrées pour l'édition historique de la TL²B qui traite désormais de la France et de l'étranger et  plus de 12 000 pour l'édition régionale Tl²Bleau...

Un record de fréquentation qui récompense (et c'est notre seule rétribution !) nos efforts pour vous informer sur les événements,  l'avenir des sites ou les menaces qui pèsent sur ceux-ci. 

Nous tenions aussi à remercier ici nos écorrespondants et informateurs, ainsi que celles et ceux qui suivent notre page Facebook et partagent nos informations. Ces résultats, c'est grâce à eux, grâce à vous !

Nos portails sont gratuits, sans publicité et ouverts. N'hésitez pas à commenter les articles et à nous faire parvenir vos infos, vos remarques, vos événements ..via la mail-box ou directement sur latribunelibredebleau[@]gmail.com  

Mais n'oubliez pas :







Pour la 6ème année consécutive, la balade en forêt est le loisir préféré des français (52%)... Depuis le 8 avril 2014, les sénateurs examinent le projet de loi d'avenir sur l'agriculture et la forêt (LAAF). Depuis plusieurs années, les forêts françaises sont menacées par des projets dévastateurs qui mettent en danger leur avenir de nos forêts. Dans toute la France, des mobilisations ont vu le jour et de nombreux citoyens, membres d’associations, militants syndicaux et politiques ont lutté pour protéger ce patrimoine. 

Nous avions relayé sur notre portail d'information et d'éco-vigilence bon nombre de ces initiatives (voir notamment en bas de cet article et celui-ci en 2011) ainsi que les malaises des forestiers de terrain face à la réforme de leur institution : l'ONF.
Une nouvelle fois ces associations s’unissent autour d’un collectif national « SOS Forêt France » pour lutter contre les orientations prises par le gouvernement pour la concentration économique de la filière au détriment de la biodiversité, de la durabilité des forêts et des emplois des petites et moyennes entreprises innovantes et rentables.





Le 16 novembre 2013, le collectif « SOS Forêts » créé en Lorraine en février 2011, lança l’initiative du rassemblement national en organisant une grande journée de débat autour de l’avenir de la forêt. Cette journée a réuni  en présence de M. Jean-Philippe Schütz, Président sortant de Pro Silva Europe, plus de 45 personnes, qualifiées et émanant de plus de 25 structures, engagées dans des actions de portée nationale ou régionale. A la suite des débats, les participants ont convenu de constituer ensemble un collectif d’associations, de syndicats et de personnalités qualifiées dénommé «   SOS Forêt France  ».


Un consensus fort s’est exprimé sur la nécessité de créer une force de veille citoyenne et de contre-pouvoir face aux lobbies financiers dont les appétits sur les ressources forestières prennent actuellement des proportions dangereuses. Une action d’urgence a été engagée à l’issue de la réunion visant à réorienter le projet de loi d’orientation agricole et forestière, examiné actuellement par le Parlement.

Après plusieurs semaines de travail, « SOS Forêt France » a rédigé un document de synthèse des différentes analyses et propositions concrètes sur l’avenir de nos forêts. Ce document (disponible sur le site sosforet.org) est actuellement envoyé à l’ensemble de nos élus. 


Nos forêts ne seront bientôt plus qu'un joli souvenir si nous ne changeons pas le projet de loi actuellement discuté au Parlement. 
En effet, en 2009, Nicolas Sarkozy lança l'idée que la France devait couper 40% de bois en plus. François Hollande a poursuivit cette politique pour une exploitation intensive de notre forêt !  Face au déficit commercial du secteur bois et l'appétit grandissant de pays comme la Chine, nos dirigeants ne pensent qu'à court terme : gagner plus en coupant plus et plus vite. La forêt n'est pourtant pas une usine dont on peut accélérer les chaînes de fabrication malgré la formule de l'ONF "hâter le travail de la nature".

Ce qui nous attend
Les orientations actuelles du projet de loi favorisent la concentration économique de la filière autour de méga-scieries ou de méga projets bois biomasse qui projettent des volumes de coupe gigantesque incompatibles avec la ressource et qui entrent en concurrence avec les entreprises existantes. Dans le Morvan, un tel projet (voir aussi sur la TL²B+) a été combattu avec succès mais à quel prix ? Combien d'autres arrivent ?

Pour atteindre les volumes demandés et accroître la rentabilité des coupes, il faut bien évidemment mécaniser au maximum ! Cela suppose des forêts aux espaces entre les arbres standardisés et une plantation en ligne, d'arbres bien droits. Sans parler de la culture intensive des résineux qu'on cultive à l'aide de pesticides et qu'on moissonne tous les trente ou cinquante ans, on peut s'interroger sur la disparition de nos forêts récréatives et notamment, en Ile-de-France où l'ensemble des forêts domaniales sont touchées par de gigantesques coupes rases  (voir notre portail régional) ! Dernier exemple en date de cette politique forestière nuisible à la biodiversité, à Fontainebleau, l'ONF coupe dans la plus vieille Réserve Biologique Intégrale du monde (sanctuaire scientifique de vieux arbres depuis 1861 !) sous des prétextes sécuritaires ! A l'heure de la révision du Plan d'Aménagement forestier, là aussi les forces de défense se mobilisent

Au quotidien, la forêt joue un rôle fondamental pour la protection de l'eau, de l'air et des paysages, pour notre santé et nos loisirs etc... Elle est un réservoir de biodiversité. Il existe des modèles de gestion durable de la forêt qui permettent de protéger notre environnement et ses emplois mais qui visiblement ne sont pas du goût du Ministère de l'Agriculture et des forêts. Évitons de reproduire en Sylviculture, les mêmes excès que ceux reprochés aujourd'hui à l'agriculture industrialisée et dont nous payons le prix aujourd'hui. 

Le collectif SOS Forêt France, a transmis aux sénateurs et plus largement à nos élus des propositions fortes pour sauvegarder nos forêts, ses emplois et la biodiversité. Vous trouverez sur leur site l'ensemble des propositions. Le temps presse, nous avons besoin de vous pour sauver nos forêts. N'hésitez pas à contacter vos élus grâce à notre tumblr.
Merci pour votre soutien. Signez, faites signer et partagez !
C'est ensemble que nous sauverons nos forêts.




SOS FORET France
La forêt est notre avenir

Contacts Muriel : 06 19 02 41 6trois
Régine : 03 29 75 19 7deux
Contact mail : contact chez sosforet.org
Site web : www.sosforet.org
Page Facebook : https://www.facebook.com/pages/SOS-For%C3%AAt/1398555173734596
Compte Twitter : @SOSForet

Pour nous suivre sur twitter : le compte
Pour nous suivre sur facebook : la page
Pour contacter vos Sénateurs : leur tumblr
La Pétition : sur Change.org

Sélection dans les épisodes précédents sur la TL²B

A propos du malaise de nos forestiers de terrain :
En 2011

L'économie forestière et ses conséquences

Les initiatives en 2011, année de la forêt !

La protection du Massif forestier du Pays de Fontainebleau tient une place toute particulière sur notre portail d'information. Nous consacrons ainsi de nombreuses pages (voir en haut de notre colonne) à la forêt de Fontainebleau mais aussi à la Sylviculture (ainsi que sur nos autres éditions). Avant tout jugement, nous vous invitons donc à lire, ou relire nos précédentes publications sur ce vaste sujet qui vous apporterons sans aucun doute un meilleur éclairage sur les débats à venir. 

En effet, dès que l'on parle sylviculture en forêt de Fontainebleau, les passions se déchaînent alors, bien entendu, quand le nouveau Plan d'aménagement forestier est en cours d'élaboration, les "vieux démons" se réveillent ! Pour autant, rappelons ici que les forêts s'apprécient sur des siècles et non quelques décennies. Rappelons aussi qu'elles évoluent avec, mais aussi, sans l'homme... 

Depuis quelques mois l'ONF travaille sur le document de gestion de la forêt pour les trente années à venir et le voilà prévenu qu'en la matière, les tensions sont encore très vives. En effet, après la création en janvier dernier de la SSFFVS, voici que l'AFF, lors de son AG du 5 avril, vote une motion de réserve sur le futur plan d'aménagement forestier !


Tout d'abord, comme nous l'écrivons en introduction, il convient pour apprécier le contexte général des débats à venir de relire un certain nombre de pages... :

Pour ceux qui n'auraient pas le temps, voici un extrait qui résume le contexte...

Dans leur Livre vert de 1990, les AAFF commentent fort justement cette gestion sylvicole en neuf chapitres. Les réclamations issues de leurs conclusions sont les suivantes :
« - que l’intégrité des forêts qui composent le massif, soit totalement respectée et qu’une politique d’acquisition active des enclaves privées permette son extension,
- ( …) que la politique sylvicole retenue pour le massif ait comme but essentiel le maintien de la variété des peuplements forestiers exceptionnels,
- que les régimes forestiers appliqués ne soient pas limités au régime de la futaie régulière avec deux essences prioritaires, mais que les forêts du massif soient soumises à des régimes variés (…),
- que les activités militaires, à l’exception des activités équestres et sportives, soient transférées hors du massif,
- que les choix futurs concernant les grands axes de circulation respectent totalement l’intégrité du massif soit contourné ou évité,
- que les zones dégradées du massif (anciennes carrières ou zones industrielles plus ou moins abandonnées) soient aménagées ou réhabilitées,
- enfin, que le contrôle du développement de l’urbanisation soit très strict et que la qualité de cette urbanisation, comme le maintien des espaces naturels existants soient assurés ».

Bien entendu, la répartition des essences et l'envahissement par les pins des plus belles futaies bleausardes ont été mis en relief dans le Livre vert. 

Ainsi, en 1990, les AFF dénombraient 297 parcelles forestières en résineux majoritaires dont 118 le sont devenu depuis la mise en œuvre du Plan d’Aménagement de 1970. Les AFF estiment alors « et pour éviter tout esprit de polémique avec l’ONF que soixante parcelles au moins » sur les 118 ont été directement «enrésinées» par ce Plan ! 

En effet, l’association cite des chiffres importants. Ainsi, en 1986, 48 000 feuillus sont abattus contre 13 000 résineux. L’année suivante c’est 54 000 feuillus contre 16 500 résineux et en 1988, c’est 55 000 feuillus contre 15 000 résineux. A cette même époque, l’ONF considérait déjà que le hêtre était, ici, « à la limite de son aire de répartition géographique », c’est pourquoi il a été coupé quatre fois plus de hêtres que de chênes alors qu’ils étaient quatre fois moins nombreux. 


On l'aura compris, en plus du choix des essences utilisées pour le reboisement, les discussions ont porté sur les méthodes de sylviculture. On critiquera bien volontiers l'utilisation abusive par le passé des coupes rases. 
Il nous faudrait aussi parler des types de paysage générés par ces méthodes. En effet, couper tous les arbres d'une parcelle revient à dire que ceux qui y seront replantés auront tous le même âge, pousseront au même rythme et au final, auront la même hauteur... 

Fontainebleau sera t'elle une forêt de manche à balais ?
C'est en tous cas ce que suggère cette photo prise dans une ancienne RBI à quelques mètres de la RN7 vers Fontainebleau....


De 1720 à 1847 plus de 14 000 hectares de notre forêt ont été replantés ! Pour enrayer le vieillissement des futaies de chênes et de hêtres, de 1970 à 1995, près de 3400 ha ont été mis en régénération.

En 1996, la rédaction du dernier Plan d'aménagement forestier instituait 580 hectares de réserves biologiques intégrales, 1331 ha de réserves biologiques dirigées, 1655 ha de séries d'intérêt écologique particulier et 3434 hectares de séries d'intérêt paysager particulier.  Pour maintenir l'équilibre des peuplements 9 903 hectares constituent la série de gestion sylvicole patrimoniale.

On peut considérer que cet ensemble, à l'exclusion des RBI, garantit une gestion conservatoire des milieux et des espèces. A ce jour, l'état de notre forêt se caractérise par des peuplements mélangés où dominent les feuillus sur environ 60% des surfaces dont 42% pour le chêne et 11% pour le hêtre. 

En avril 2014 on coupe au cœur des RBI et pas les résineux !
Photo Patrick Jubeau


Hélas, depuis 2007, nous constatons une nouvelle accélération des coupes et le retour aux grandes coupes rases ! Certaines sont dues au traitement de choc infligé aux parcelles incendiées (très critiquable d'ailleurs !) comme au Rocher Fourceau en février 2011 ou au Rocher Cailleau dont on a largement parlé en mars 2013, d'autres à des choix sylvicoles très contestables comme ici  ou là l'été dernier et encore là,  il y a quelques jours en RBI !

Nous avons (avec d'autres) tirés la sonnette d'alarme à de nombreuses reprises allant jus'qu écrire cet article au titre provocateur en mai 2011, Faudra-t'il attendre le retour des Eco-guerriers ? dont voici un extrait...

"Parlons un peu du volume pour avoir une vision globale des coupe. Dans le Document d’Objectif de Natura 2000 (DOCOB), la production moyenne de la forêt de Fontainebleau est estimée à 3.70m3/ha par an. C’est assez faible nous dit on mais normal vu la pauvreté et l’acidité des sols. Sur les 17 000 ha de la domaniale, 9 903 sont classés en « série de gestion sylvicole patrimoniale ». C’est là que doivent se faire les coupes. Avec 3.7 m3/ha, les coupes devraient donc atteindre un volume de totale de 36 600 m3 ha annuel.

Mais que constate t’on ?

Près de 60 000 m3 prélevés en 2008 et 2009 et actuellement on tourne sur près de 85 000 m3 ! Cela signifie aussi que l’exploitation s’exerce dans les « séries paysagères et d’accueil du public » qui n’en porteront plus que le nom pour certaines vu leur mocheté !

Cette hausse est justifiée par les gestionnaires par l’état de dépérissement de certaines espèces d’arbres notamment les chênes pédonculés et les hêtres lié la sécheresse. 

Effet de "rattrapage" m’a-t-on dit à l’ONF. Il est vrai que la grève discrète des forestiers qui ont suspendu la transmission des PV de martelage à leur hiérarchie a fait prendre du retard… Mais si l’Etat voulait bien se donner les moyens d’entretenir ses forêt en bon père de famille, on n’en serait pas là. 
Que voulez-vous, les coupes sont réalisés par des bucherons « polonais » venus gagner de l’argent dans des forêts qui ne sont pas les leurs. Il n’y ont aucune attache !"
L’âge d’exploitabilité du chêne a été fixé à 220 ans et 180 ans pour les hêtres dans le plan d’aménagement sylvicole de la forêt mais visiblement, il s’agit d’un âge théorique, car sur le bord des allées bien des fûts ont moins de 100 ans.

Voilà pour le contexte !
L'ONF s'attaque donc à la rédaction du nouveau plan d'aménagement et le présentera aux divers comités où il ne siège plus que des représentant acquis à leur cause (ou presque). En attendant, les contestataire de la politique sylvicole menée par l'office fourbissent leurs armes. Ainsi, en janvier 2014, l'un des plus vieux blog Forêt de Fontainebleau est devenu le support d'une nouvelle association : La Société de Sauvegarde de la Forêt de Fontainebleau et de la Vallée de la Seine (SSFFVS) !


Cette association a été fondée le 30 janvier 2014 (RNA n° W774005423 JORF du 15 février 2014 p. 749) et a pour objet social :

1. L'Association a pour objets :
a) la défense de la forêt de Fontainebleau et des Trois Pignons contre les atteintes foncières et les coupes rases, la promotion d'un statut de protection adéquate et de méthode de foresterie respectueuse des paysages, des activités traditionnelles et de la biodiversité;
b) la sauvegarde du site de la Vallée de la Seine dans l'ensemble des cantons traversés par le fleuve dans le Sud-Seine et Marne;
c) la surveillance des décisions d'urbanisme, d'aménagement et des opérations routières ayant un impact défavorable sur l'environnement le patrimoine culturel ou l'esthétique;
d) plus généralement la protection et la mise en valeur de l'environnement et du cadre de vie.
2. Dans ce cadre, l'Association s'assurera de la bonne information du public sur les choix et alternatives sur les domaines visés par ses objets, par tout moyen y compris des bulletins et un site internet.
De même, l'Association est compétente pour faire toute proposition et tout recours juridique devant toute juridiction relativement aux documents suivants dès lors qu'ils ont un impact même limité sur le territoire des communes relevant de sa compétence géographique :
- plans locaux d'urbanisme, ou documents en tenant lieu;
- schémas de cohérence territoriale, ou documents en tenant lieu;
- schéma directeur de la région Ile de France;
- plans de déplacement urbain de la région Ile de France;
- plans locaux de déplacement;
- plans d'aménagement des forêts;
- actes d'exécution et autorisations délivrées sur le fondement des documents précédents;
- inscriptions et classements des monuments historiques;
- plus généralement tout document officiel ayant un impact direct ou indirect sur les objets visés au 1.
3. L'Association est compétente dans les communes couvertes par la forêt domaniale de Fontainebleau et des Trois Pignons, les communes voisines, mais également pour l'ensemble des zones géographiques couvertes part les documents visés au 2.
4. Une assistance aux membres ainsi qu'une coopérative pourra être développée.


Elle demande notamment :


· L'obtention d'un statut particulier pour que soit enfin établie une gestion respectueuse du patrimoine biologique, paysager et culturel que constitue la Forêt de Fontainebleau,
· Un statut d'interdiction de toute atteinte directe ou indirecte au massif, notamment sur ses lisières, les bois périphériques, et interdisant tout déclassement de parcelles,
· Un statut qui ne devra prévoir que des mesures réglementaires strictement proportionnées, d'une part, aux nécessités de conservation du site et de la nature, d'autre part, à la prise en considération des infrastructures de transport vitales existantes
Ce statut ne doit entraîner aucune contrainte nouvelle pour le public et les visiteurs. On respectera les usages traditionnellement pratiqués dans le massif.

De son côté, l'Association des Amis de la Forêt de Fontainebleau (AFF), lors de son AG du 5 avril 2014, a elle aussi averti l'ONF en prenant la motion suivante sur le Plan d'Aménagement  (ND TL²B : c'est nous qui surlignons) :


"L’Association des Amis de la forêt de Fontainebleau,

Préoccupée par les nuisances nombreuses qui affectent la forêt de Fontainebleau ;
Préoccupée par le dépérissement qui touche une partie importante des arbres de la forêt, sous l’effet du vieillissement excessif de certains peuplements et des sécheresses successives qui les ont affaiblis ;
Soucieuse des coupes qui portent atteinte au paysage de la forêt dans les secteurs fréquentés par le public ;
Constatant que les tempêtes successives ont fortement perturbé les paysages forestiers ;

S’inquiète du mauvais état de la forêt, de la dégradation de sa propreté et du caractère sinistré de certains cantons ;

Se félicite d’être associée à l’élaboration du prochain plan d’aménagement qui couvrira la période 2016-2030 ;

Considère que de nombreuses propositions qu’elle avait avancées au chapitre 4 de son Livre Vert publié en 1989, restent valables, notamment en ce qui concerne son opposition aux coupes rases, et la nécessaire diversité des peuplements ;

Souhaite que l’accueil du public reste une préoccupation majeure, avec le souci de disperser le public, afin d’éviter les concentrations qui engendrent des dégradations, d’autant que la fréquentation du massif continue d’augmenter, et de faire respecter des codes de bonne conduite par les différentes catégories d’usagers ;

Estime que le label « Forêt d’exception » implique que l’exploitation forestière se fasse de façon exemplaire dans le respect du cahier des charges prévu avec les exploitants, et  notamment que soit assuré le respect des délais d’exploitation, l’enlèvement des grumes dans un court délai, le démembrement rapide des houppiers, la  remise en état du parterre des coupes et des allées forestières  ;

Insiste sur la nécessité de préserver la qualité des paysages, qu’il s’agisse de l’abord des routes, du dégagement des points de vue ou de la préservation des sites pittoresques, notamment les mares et leurs abords et des sentiers de promenade ;

Estime que la biodiversité doit être préservée notamment à travers des modalités de gestion qui contribuent à favoriser la variété des espèces cultivées et des modes de traitement ;

Considère que l’état sanitaire de la forêt doit être amélioré par une exploitation procédant par éclaircies fréquentes, la régénération naturelle privilégiée avec éclaircie progressive du sous-étage, un choix judicieux des essences qui devront être mélangées, y compris au niveau d’une même parcelle, en privilégiant les mieux adaptées aux différents types de sols et aux changements climatiques annoncés.

Estime que le futur plan d’aménagement devrait faire l’objet d’un suivi concerté annuel, permettant les adaptations qui pourraient apparaître nécessaires au cours de sa mise en œuvre.

Inutile de vous en dire plus pour le moment, si ce n'est vous inviter à rejoindre l'une ou l'autre de ces associations pour avoir le droit au chapitre sur notre avenir forestier !

On peut aussi vous conseiller la lecture de ces autres article de notre portail d'information :

http://tl2bleau.blogspot.fr/2014/01/quel-avenir-pour-nos-futaies.html

Joindre la SSFFVS

Par Courriel :
secretariat.SSFFVS @ gmail.com
Site intenet
http://foret-de-fontainebleau.blogspot.fr
Par Courrier :
SSFFVS 24 boulevard Thiers 77300 Fontainebleau


La vallée du Getu c'est cette magnifique falaise chinoise percée mise sous les feux de la rampe lors de l'édition 2011 du Petzl RocTrip et qui fait désormais l'objet d'un vaste projet touristique... Depuis quelques jours, la communauté des grimpeurs fait donc circuler une pétition pour Sauver la vallée du Getu. En effet, le site sera sans doute défiguré et l'escalade peu prise en compte dans le plan d'aménagement mais comme notre ami Cédric Larcher pour Kairn, on est en droit de voir la chose un peu autrement. Qui sommes nous pour nous opposer au développement d'un site à l'autre bout de la planète alors que nous avons bétonné l'Aiguille du midi ?


Les chinois on vu débarquer des centaines de grimpeurs et autres touriste dans ce site depuis 2011 alors qu'il était quasi inconnu jusque là. Il faut dire que les photos de nos amis pendus dans les dévers de ce spot on fait le tour du monde et la une de dizaines de magazines prestigieux ! Il fallait donc s'y attendre, il vont exploiter cette nouvelle source d'agent dans une région très pauvre... C'est pas le tout de faire l'exploitation commerciale d'un site pour la promotion de sa marque mais il faut aussi voir à long terme les conséquences pour les locaux. En fait cette histoire, c'est à grande échelle ce qui se passe dans bon nombre de petit site où quelques grimpeurs assure la promotion des croix qu'ils y font sans se soucier de ce qu'il adviendra du site...

Extrait de l'article de Cédric sur Kairn :

Un projet visant à développer l'activité touristique (de masse) dans cette région très pauvre va entraîner des aménagements lourds : Hotel, ascenseur géant, passerelles, escaliers...
[...]


Au nom de quoi vais-je empêcher les locaux de bénéficier d'une manne financière substantielle en exploitant leur cadre naturel ?  Que vais-je pouvoir dire quand on va me rétorquer que nous avons bien aménagé l'Aiguille du Midi, les grottes de la Pierre Saint Martin, bétonné la côte d'Azur et couvert de remontées mécaniques une bonne partie de nos massifs ?


Difficile d'être crédible. 
[...]
S'impliquer auprès des autorités locales pour essayer d'orienter le développement vers quelque chose de plus "intégré" et transmettre notre expérience pour ne pas renouveler les erreurs que nous avons commises en Europe me paraît peut être plus judicieux. Bien qu'assez utopique également.
Et comme évoqué plus haut "Les grimpeurs n'ont jamais eu ce sens politique, ou stratégique"

Peut être serait-il temps de s'y mettre?


 Mais il est sans doute plus facile de juste signer une pétition.

Pour en savoir plus, c'est sur le site Save Getu !
Nos amis de la forêt de Fontainebleau, réunis en Assemblée générale le 05 avril dernier, ont pris plusieurs motions adressé à l'ONF et notamment celle-ci qui vise la pratique du Vtt en forêt de Fontainebleau. Cela fait des années que les usagers piétons s'opposent aux usagers des deux roues notamment en ce qui concerne des sentiers historiques du XIXe et leurs aménagements. Outre la sécurité, il y a les problèmes d'érosion mais aussi (et on ne parle plus de vtt) les dégradations liés aux aménagements sauvages type tremplin...


Cet article a fait l'objet d'une suite... http://tl2bmag.blogspot.com/2014/04/vtt-et-autres-2-roues-bleau-les-suites.html

A la Tl²Bleau nous sommes partagé car nous sommes à la fois vététistes amateurs et usagers piétons mais nous reconnaissons, hélas, que cette motion de l'AFF est totalement fondée. 

Nous sommes lus par divers forums de vététistes et avons échangé avec plusieurs d'entre eux par mails. Si nombre d'entre eux sont plein de bonnes volontés, leur usage inconsidéré des sentiers bleus (entre autres) ou la création de singles dans les fortes pentes de certaines réserves biologiques nous fait pencher du côté de l'AFF. Nous avons relayé à plusieurs reprises les communiqués de Mountain Bike Foundation France à propos des brigades vertes mais nous attendons leur implication sur le terrain à Bleau...

Nous avons demandé à diverses reprises que l'ONF autorise le balisage de circuits spécialement étudiés et dédiés aux vététistes (avec leur participation). Il va de soit que les itinéraires actuellement proposés sont sans aucun intérêt technique ou sportif.

En tous cas, à quelques semaine du salon international du VTT au Grand Parquet de Fontainebleau (début juin), voilà une motion dont on a pas fini de causer !

Nous vous avons déjà parlé (voir l'article de l'an dernier) de l’événement Camp4 lancé par la FFCAM avec le soutien de Petzl. 
L'édition 2014 dont nous vous annoncions l'ouverture des inscriptions en janvier dernier va débuter et voici le programme de leurs activités du 25 au 29 avril autour de Buthiers !

Au delà du Communiqué de Petzl, souhaitons que, comme les années précédente, cette rencontre soit aussi un moment de partage avec les acteurs locaux (entreprises, grimpeurs...) faisant la part belle au développement durable, la sécurité en bloc...
Au moins, ce sera l'occasion de tester leur nouveau crash pads !






NATURE