LA TRIBUNE LIBRE DE BLEAU et Cie est la fusion des 4 précédentes éditions de la TL2B, TL2Bleau...

12 règles de bonnes pratiques en forêt

12 règles de bonnes pratiques en forêt
Relisez la charte ONF
Home » , , , , , , , , » Connaissez-vous les circuits Jaune et orange de la justice de Chambergot ?

Connaissez-vous les circuits Jaune et orange de la justice de Chambergot ?

Mis en ligne par TL De Bleau on lundi 19 mai 2014 | 12:47:00

Ce petit massif des Trois Pignons, appelé à tort "Châteauveau" par les grimpeurs dans les années 70 (c'est le pignon voisin), offre quelques petits chaos avec des blocs souvent de faible hauteur, et une crête rocheuse qui se termine au sommet du pignon de la Justice dont le magnifique point de vue est bien connu des habitués du sentier des 25 Bosses. Situé à quelques mètres du camping de la Musardière, ce site reste très tranquille.

L'ami Oleg qui entretient ces circuits depuis quelques décennies revient sur leur histoire et les dernières modifications qui ont conduit à la création d'un nouveau jaune parallèle à l'orange, sur le site internet du Cosiroc.

Extrait du petit historique par Oleg :

"L’escalade a dû y commencer par l’ascension de la Grande Dalle, d’une évidence incontournable pour un grimpeur. Un semblant de circuit (départ sur le n°10 orange actuel), sans continuité et aux blocs éparpillés y a été tracé vers les années 75 prenant certainement la Dalle pour prétexte. S’il comportait le Dièdre Noir et la Vire du Crabe, passages notoires, il se terminait sur le petit bloc riquiqui, juste au sud de l’arrivée actuelle dont, très bizarrement, il évitait soigneusement l’ascension. Quelques passages de niveau nettement supérieur avaient été aussi matérialisés par de grosses flèches vertes.
Reprenant la huitaine de voies balisées et en les complétant par beaucoup d’autres, j’y ai tracé en 1977 un circuit jaune PD qui débutait en bas de pente pour se terminer au sommet du pignon. Sa caractéristique essentielle, à part un éventail assez large de difficultés de passage, était que l’on pouvait le parcourir sans poser le pied sur le sable, grâce à quelques sauts et surtout des petits aménagements discrets (blocs ou pavés à moitiés enfouis). C’est la difficulté de réalisation d’un tel « pavage », et aussi pour éviter une zone séchant lentement, que je n’ai volontairement pas intégré quelques beaux blocs situés à l’ouest et à mi hauteur de la bosse, non loin de la Grande Dalle.


Pendant la trentaine d’années qui a suivi, j’ai fait lentement évoluer le circuit en intégrant des passages découverts en explorant systématiquement ses blocs et leurs abords. Toujours avec l’idée directrice de conserver la possibilité d’un enchaînement sans pied au sol mais sans trop me préoccuper de la difficulté intrinsèque de certains pas. Ceci, et le fait que certaines prises se sont quand même polies peu à peu par près de 40 ans d’usage, a entraîné la montée du circuit dans la catégorie AD (assez difficile).


L’évolution de l’ancien circuit du massif, que ce soit par ajout très volontaire de nouveaux passages que par « l’usure » des anciens (polissage) m’a amené à proposer au CoSiRoc de matérialiser, en parallèle avec le circuit traditionnel, un circuit jaune peu difficile. Cela été accepté par la commission des Sites Naturels d’Escalade du 77 et l'ONF et je suis passé aux travaux pratiques de peinture."

[...]
Cosiroc
Photo : COSIROC

Vous trouverez donc sur le site internet du Cosiroc la suite de l'article ainsi que la description des dits circuits jaune PD (41 passages numérotés, en général de faible hauteur)et orange AD/AD+ (plus inégal, avec des passages de type et de hauteur très variés. Il est conçu pour un enchaînement si possible sans pied sur le sable). 

Sur l'orange, quelques passages sont hauts (n°13 Grande Dalle et 14 descente assez facile mais impressionnante)

Pour des raisons de sécurité, bien évidentes lorsque que l’on se trouve au sommet du bloc de la Grande Dalle, il a été équipé :

- depuis longtemps, de points d’assurage à son sommet, permettant de protéger sa montée par le n°13 et sa descente (n°14) ainsi que plusieurs autres voies de plus haut niveau ;
- très récemment, d’une courte chaîne, pouvant servir de main courante, pour faciliter la descente par le point le moins élevé du bloc, malheureusement sans prises franches et avec une chute évidemment dangereuse. Un saut -S2- permet de l’éviter, ceci à condition d’être à l’aise dans ce type d’exercice.

Autre particularité des circuits : les Sauts !
 
Voici ce qu'en dis Oleg : "C’est parce que les sauts me paraissent une composante de l’escalade à ne pas négliger, et peuvent être très plaisants, que j’en ai intégré quelques uns, de difficulté modérée, dans les deux circuits. 

Coté S1 (difficulté modérée, longueur modérée, point d’appel et de réception sans risque) et S2 (on commence à réfléchir), S0 étant juste un pas sauté, ils permettent de se préparer à de plus amples envols dans d’autres lieux et espaces."

Share this article :

0 commentaires :

Speak up your mind

Tell us what you're thinking... !

Nombre total de pages vues

Rechercher dans ce blog

Translate

Rejoignez les 1000 fans de la TL2B

Rejoignez les 1000 fans de la TL2B
Pour encore + de news + d'échanges + de rapidité
 
Support : Auteur photographe : Greg Clouzeau | Fontainebleau Histoire (NOUVEAU !) | Devis sur demande
Proudly powered by Blogger
Copyright © 2011. Tribune Libre de Bleau et Cie - All Rights Reserved
Template Design by MASKOLIS Published by Mas Template Johny Template