Chantier

Sur les chemins

Escalade

Matos

2013-09-01

Si vous habitez dans le sud-ouest ou que vous êtes fan de la station de Font-Romeu, vous connaissez certainement le chaos de blocs de Targassonne ? Ce Bleau local a au moins un site internet dédié à sa communauté et c'est Seb, son webmaster qui nous a signalé l'oubli ! La Communauté du Chaos, c'est le nom du site, rejoint donc la très longue liste de portail d'information sur les sites d'escalade de France que nous vous proposons dans le bas de la colonne de Gauche de la TL²B et d'ailleurs !



Situé à mi-chemin entre Dorres et Font-Romeu, le chaos de Targassonne offre une vue sur des centaines de blocs de granite posés dans une pente à 1500 m d'altitude environ, et exposée plein sud.
Granite, c'est des plats, des réglettes
des fissures...
Photo : Seb/La Communauté du Chaos
De ce belvédère la vue immense s'étend sur la chaîne des montagnes en face, vers le Puigmal. C'est dans ce chaos que les tailleurs de pierres de Dorres et d'Angoustrine prélevaient le granite qu'ils découpaient sur place selon les besoins, comme à Bleau !

On s'y promène librement (ici, même pas un sentier bleu Denecourt pour vous aider à découvrir les plus gros blocs comme le célèbre « barratas » (chapeau énorme), ou « chapeau de Napoléon », ou encore « l’aigle ».

Aujourd'hui, Targasonne est surtout connu en tant que site de "Bloc". Le Chaos de Targasonne est certainement le 2ème site de bloc français après Fontainebleau. Le spot est remarquable par le nombre de blocs, leur densité, leur variété... et bien sûr par sa beauté. Depuis plusieurs années maintenant, les meilleurs bloqueurs de la planète comme Dave Graham, Chris Sharma ou Klem Loskot viennent se mesurer au granite à gros grain des Pyrénées Catalanes.

Vous trouverez plus de renseignements sur le site de nos amis de Zebloc et sur le site de la communauté... ce blog destiné à rendre compte de ce qu'il se passe au Chaos avec les gens qui le font vivre, le respect, le protège, mais surtout aime à y grimper !



Topo_TargaTopo d'Escalade

1100 voies de grimpe répertoriées du 3c au 8b+.
Pour commander le topo, envoyer un chèque de 25€ + 5€ de port à Fred Bertin, l’auteur du topo :
  - Adresse : 6 impasse Cal Prince, 66800 ERR
  - Tél : 06 08 05 31 75
  - E-mail : fredbertin66@orange.fr



Tiens au fait Rico a eu une idée top qu' il a mit direct en pratique.
Vous la découvrirez en montant au secteur des dieux païens mais  pour ceux qui ne viendraient pas au Chaos voilà l 'idée en image. 


Nous, on aime !!!
Les premières voies d’escalade de la falaise de Hauteroche, célèbre falaise de Bourgogne, ont été équipées en 1977 à une époque où le petit monde de l’escalade était en crise avec les alpinistes ! Dans ce contexte, une nouvelle conception de la pratique apparaît et l'équipement de la falaise de Hauteroche à été l’occasion d’enfoncer le clou au cœur du problème si l'on peut dire ! Comme beaucoup de falaise de cette région, son entretien est assuré par d'autres associations que la FFME et ici, c'est à la FSGT que l'on doit le gros du travail. Comme chaque année, la FSGT94 organise son traditionnel weekend d'entretien de la falaise permet d'améliorer des abords de la falaise (débroussaillage, purge, élagage, entretien des chemins, etc...), avec l'aide de l'association locale Hauteroche Découverte. Une opération qui se déroulera les 21-22 septembre 2013.


Hauteroche ou l'escalade pour tous.

En 1977, l'idée générale des alpinistes de la FSGT pour l'équipement de la falaise se traduit donc par cette petite phrase : 
« Il est hors de question que l’escalade soit réservée à une minorité, quelle qu’elle soit. Chacun doit pouvoir pratiquer l’escalade sans mettre sa vie en danger ».
Face à une idéologie d’exclusion, ils défendaient l’idée de démocratisation. Regroupés derrière la commission fédérale de montagne-escalade de la FSGT, ils reprenaient les idéaux élaborés par leurs aînés.
«Toutes les formes de pratiques pour tous,
grimper en responsable, à son niveau, en tête».
Les premiers équipeurs mettront en pratique ces idéaux clairement précisés dans le premier topo, édité en 1981 :
«...à l’inverse des écoles d’escalade existantes, avec peu de voies faciles et bien équipées, Hauteroche a été créé en fonction de cette donnée : Tout débutant doit pouvoir grimper en tête dans des voies faciles, en toute sécurité. Aucun style d’escalade n’est imposé. Tout est possible, chacun peut trouver ce qu’il cherche…».
Ils ont décidé d'y réaliser un équipement contraire à l'esprit élitiste de l’époque, qui voulait que les voies faciles ne soient pas protégées, que les voies moyennes soient exposées et que seules les voies dures soient protégées.
L'équipement d'Hauteroche a évidemment fait sourire certains grimpeurs de l'époque. Mais ensuite les mentalités ont évolué vers une protection de plus en plus rapprochée dans les voies faciles ou moyennes, au point qu'on tombe aujourd'hui dans l'excès inverse.
De ce fait, alors qu'on qualifiait Hauteroche de « suréquipé » en 1980, son équipement paraît aujourd'hui engagé, voire exposé.
Il n’y eu pas de révolution, pas même d’empoignade ou d’invective. Sans bruit, ces idées novatrices firent leur petit bonhomme de chemin. La FSGT n’en tira aucun bénéfice, aucune gloire, même pas une augmentation significative de ses effectifs. Seulement la satisfaction de voir, aujourd’hui presque toutes les falaises de l’hexagone équipées selon des normes qui pour l’essentiel sont issues des idées émises par nos amis.

Parmi les équipements du site, il faut noter, chose pas toujours très rependu l'utilisation du Moulinox ou tête de bélier au relais ! Nous en profitons donc pour vous présenter un article de l'association sur ce drôle d'objet. Merci les gars !

Il y a eut le nouveau topo en 2007 et depuis, pas mal de points ont été plantés... La FSGT94 consacre notamment une page de son site à l'actualité de cette belle falaise "école" au sens noble du terme et une à la mise à jour du topo.

Mais pour qu'une falaise vive, il faut l'entretenir. C'est ce que font chaque année les bénévoles de la FSGT. Aidez-les !






En une dizaine d'années ce spot extraordinaire a développé un véritable business de l'escalade et franchement, quand on voit comment presque tous les sites d'escalade sont pourris par les grimpeurs, on se doutait que celui-ci n'échapperait pas à la règle !

Donc avant de vous décider sur votre participation au prochain trip d'octobre organisé par The North Face et d’alourdir votre bilan énergétique vis à vis de la planète  si vous êtes déjà sur place, pourquoi ne pas aller donner un coup de mains pour le nettoyage du sites de Masouri et Arginonta le 7 septembre.




Faut dire que le bord de route entre le village et les falaises est devenu une vraie décharge !

C'est à suivre sur le site de l'escalade sur l'Ile http://climbkalymnos.com

Cet été, à l’initiative de passionnés des circuits d’escalade, de nombreux balisages ont été entretenus dans la forêt de Fontainebleau, aux Trois Pignons ou dans les massifs essonniens.

Des circuits ont été repeints dans les massifs suivants : Maunoury, Gros Sablons, Rocher Guichot, Cornebiche, Pignon Poteau, Envers d’Apremont, Grands Avaux, Rocher de Chatillon,… grâce au travail de bénévoles et sous l’impulsion de : Georges Tsao, Bernard Commiot, Antoine Melchior, Christian Chareau, Oleg Sokolsky,Jean-Jacques Naels, Philipe Leduby, Gilles Cotray, Frédéric Buc, Patrick Juhel, Charles Deléglise, Jean-Yves Derouck,…


Dans ce registre, tous les circuits (jaune, orange et rouge) de la Ségognole (site COSIROC) ont été repeints.
Mais un bon coup de propre autour des voies d’escalade est maintenant nécessaire.

Le COSIROC propose, ce dimanche 8 septembre dès 10 heures à La Ségognole : une journée de nettoyage des rochers et du site.

Rendez-vous sur la placette de l’arrivée du Jaune (pas très loin du départ du Rouge).
Des brosses seront à votre disposition, mais vous pouvez aussi apporter un balai ou/et un grand chiffon pour retirer la terre et les feuilles !

Tous les renseignement sont sur le site du Cosiroc dont nous vous parlions dans cet article

Pour le stationnement :
Il est prudent de ne pas se garer le long du chemin de la Ségognole, le nombre de places est très limité.
Pour éviter des problèmes avec les riverains il vaut mieux se garer au parking de Noisy et suivre le chemin de La Saussaye vers le nord (10/15 mn).

Mise à jour du 10/09/2013 :
L'opération fut un succès et les blocs sont maintenant tout propres (ou presque).
Le compte rendu est sur le site de nos amis du Cosiroc.

Dans un article d'actu-environnement du mois de juillet, nous en apprenions un peu plus sur la nouvelle fiscalité écologique prévue par le Gouvernement
En effet, la première synthèse des travaux du Comité pour la fiscalité écologique est à la disposition du Gouvernement depuis le 18 juillet... A lui d'y puiser les mesures de "verdissement" de la loi de finances qu'il annonce. En ce qui nous concerne, la TL²B suivra de plus près la partie concernant l'artificialisation des sols et la modification du calcul de la taxe d'aménagement.
Extraits :

"Le président du Comité pour la fiscalité écologique (CFE), l'économiste Christian de Perthuis, a remis jeudi 18 juillet son rapport d'étape au trois ministres concernés, Pierre Moscovici (Economie), Philippe Martin (Ecologie) et Bernard Cazeneuve (Budget). Ce rapport présente le bilan de travaux du premier semestre 2013 menés par cette instance instaurée à la suite de la première conférence environnementale de septembre 2012. 

Le Comité a émis des avis sur quatre thèmes : la fiscalité du carbone, le différentiel de taxation essence/gazole, la taxation des fluides frigorigènes, et l'artificialisation des sols.

"La montée en régime de la fiscalité écologique dans notre pays est souhaitée par tous si elle s'effectue sans alourdissement de la pression fiscale totale", indique Christian de Perthuis dans le courrier adressé aux ministres. Mais la question sur les liens entre fiscalité écologique et financement du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) semble avoir cristallisé les débats.

Quoi qu'il en soit, le Gouvernement a confirmé à l'occasion de la remise de ce rapport "sa détermination à faire de la loi de finances pour 2014 le premier acte du verdissement de la fiscalité française".

[...]


Le Comité a adopté deux avis relatifs à la lutte contre l'artificialisation des sols, rappelle son président. Le premier, en date du 28 mars 2013, insiste sur la nécessité de freiner cette artificialisation qui résulte de l'expansion des infrastructures urbaines et économiques. Un deuxième avis, en date du 13 juin, recommande d'introduire des modifications dans le calcul de la taxe d'aménagement et de rendre plus incitatif le mécanisme du seuil minimal de densité.

En matière d'eau et de biodiversité, les travaux du Comité viseront à "coupler l'approche traditionnelle de protection de la biodiversité par la restriction des accès (zones protégées, réserves naturelles…) à des systèmes de tarification incitant à la valorisation des services éco-systémiques (filtration de l'eau, investissements dans les écosystèmes, marchés de compensation…)", explique Christian de Perthuis.
Afin de consolider le travail du Comité, son président prévoit enfin la constitution d'un "Tableau de bord de la fiscalité environnementale "qui réunira sur un support unique tous les éléments constitutifs de la fiscalité environnementale en France, permettra d'affiner les comparaisons internationales et évaluera les progrès réalisés d'une loi de finances à l'autre".

Un travail ambitieux mais nécessaire pour permettre une cohérence d'ensemble et éviter les errements des dispositions fiscales d'une loi de finances à l'autre.


Article d'origine publié le 19 juillet 2013 par  dans actu-environnement (voir dans la colonne le flux RSS du site)

NATURE