Chantier

Sur les chemins

Escalade

Matos

2013-03-17

Nous vous annoncions la semaine dernière la volonté de quelques membres du collectif BLO d'aller replanter des arbres au Rocher Cailleau / JA Martin. ( Trois Pignons) Mais voilà, l'ONF semble bien décider à faire le ménage avant, c'est à dire à abattre les arbres calcinés...
Voilà le Communiqué de Presse qu'il ne nous a pas adressé, aussi nous nous permettrons ce commentaire puisque l'on "relaye et diffuse" :

Cette intervention sylvicole est certainement très utile pour des raisons de sécurité et, connaissant (un peu) l'équipe technique du coin, gageons qu'elle aura à coeur de préserver le site de l'érosion très marquée dans la zone. Nous trouvons cette coupe un peu prématurée (mais après tout, nous ne sommes pas des spécialistes) et ne connaissons pas le nombre de pins et bouleaux qui seront abattus...pourvu que la coupe soit douce !

Objet : ONF information - Travaux d'entretien de peuplements forestiers incendiés en 2012 dans la forêt domaniale des Trois Pignons

Madame, Monsieur,

le 9 août 2012, [ nd la tl²B septembre et non août] plusieurs départs d'incendie avaient été constatés sur la massif de Fontainebleau [photos et cartes] et plus particulièrement sur la forêt des Trois Pignons. Au total, en une journée, l'ONF y avait dénombré 7 départs de feu et une surface totale  d'environ 10 ha. Ce sont les peuplements forestiers situés sur le site du rocher Cailleau qui ont été les plus durement touchés avec près de 8 ha dévastés, entre la commune du Vaudoué et Achères la Forêt. Pour rappel, l'ensemble de ces incendies avait été maîtrisé grâce à la mobilisation rapide d'une centaine de pompiers et de 4 agents de l'ONF. Au vu de la fréquence de ces départs de feu, il s'agissait là d'actes assurément volontaires et une plainte avait été déposée par l'office national des forêts pour permettre le bon démarrage d'une enquête.

Après avoir laissé les sols au repos plusieurs mois, l'ONF démarre cette semaine les travaux de nettoiement et d'entretien des peuplements forestiers touchés par l'incendie sur ce secteur.  

Pour cela une intervention sylvicole est prévue afin d'abattre l'ensemble des arbres brûlés et ainsi sécuriser ce site proche d'itinéraires fréquentés et de sentiers de promenades (sentier des Arts Rupestres). Sur ces sols sableux, plusieurs mois seront nécessaires afin que la végétation repousse, dans le but de favoriser un renouvellement naturel des peuplements de résineux.

Les bois récoltés serviront à alimenter la filière bois et seront valorisés en bois d'industrie destiné à la production de pâte à papier ou de panneaux de particules.

Je vous remercie de bien vouloir diffuser et relayer, si possible, l'information.

Cordialement,

G Larrière, Chargé de communication ONF
tél : 01.60.74.77.75

Au passage, on en profite pour vous donner lecture d'une autre communication ONF sur la réalisation des coupes à Bleau. Là, on prend acte et on vous dira si on note une amélioration dans le suivi des coupes. Il n'y a qu'à relire le bilan 2012 de l'observatoire de l'AAFF pour se convaincre qu'entre discours et réalité sur le terrain, il y a parfois un certain décalage...

Note de com ONF Bleau sur interventions sylvicoles

Publish at Calameo or read more publications.


Mise à jour du 22 mars :

Visiblement à l'ONF, quand ils disent "abattre l'ensemble des arbres  brûlés", c'est au sens strict ! On appelait à une coupe raisonnable et pas comme celle du Rocher Fourceau en février 2011, mais on pouvait toujours rêver !

Et bien si vous aviez encore des doutes sur le décallage entre la note de communication de l'ONF sur ses interventions sylvicoles et la réalité du terrain, voilà des images prises par le célèbre grimpeur JH ce jour au Rocher Cailleau !

La zone "traitée" est encore petite (probablement 4 000 m² à samedi soir sur les PF 170/171) MAIS, en l'absence de précisions par l'ONF, beaucoup s'inquiétent d'une possible extention de celle-ci aux pentes incendiées.
Rappelons que c'est 10 ha qui sont partis en fumés... en septembre...
A la différence des pins coupés visibles sur les photos de JH, ceux des pentes et du plateau sont beaucoup plus atteints !
Si l'ONF avait l'obligeance de nous répondre en assurant ainsi sa mission de service public et ses obligations d'information...







Les photos de Samedi de notre ami Robert Courtiau
et les commentaires qui nous ont été adressés par mail
par le Président d'une vénérable association de défense des sites...


Commentaire du Pdt : "l'examen des arbres abattus montre qu'au moins les 3/4 présentent des signes de dépérissement avancés (aiguilles mortes sans signe de repousse) et étaient probablement déjà potentiellement morts.
Une proportion minoritaire auraient très probablement survécus mais je comprend l'ONF de ne pas avoir entrepris une opération de tri sélectif compliquée et aléatoire sur une aussi petite surface. "
Commentaire du Président  :
"La zone affectée représente environ 20% de la parcelle 170. Compte tenu des bordures peu touchées, la coupe pourrait faire 10% de la surface de cette parcelle, au pire 15%. Cela pourrait donc faire environ un millième (0.1%) de la surface de la forêt domaniale des Trois Pignons. Pour moi cela n'est pas une coupe majeure, mais cela n'est qu'une opinion.

La suite est ici http://latribunelibredebleau.blogspot.com/2013/03/coupe-rase-au-rocher-cailleau-la-suite.html



A la TL²B, on aime tout ces projets qui permettent de faire avancer la science en faisant participer le plus de monde possible. On vous a parlez des opérations de comptage des batraciens, de celle lié à la Lucarne Cerf-volant... Il suffit juste d'être un peu attentif lors de vos visites en site naturel, de noter les observation et de les remonter via internet. Bref, rien de bien difficile et, cela peut même être ludique avec des enfants ! Donc, cette fois, on vous invite à participer du 20 mars au 30 novembre 2013, à l’opération « 50 000 Observations pour la Forêt ».  Partez à la rencontre de 24 espèces animales à coquilles à poils ou à ailes. Gastéropodes, Papillons de jour, Coléoptères et petits vertébrés.





799px-geotrupes stercorosus01

Les espèces vivant en forêt doivent se déplacer pour se nourrir, se reproduire... C’est parfois difficile dans notre région au vu de la fragmentation des massifs forestiers qui sont de plus en plus éloignés les uns des autres ou séparés par des barrières (zones urbaines, voies rapides, zones de grande culture...).

Alors, pour avancer dans la compréhension du fonctionnement des écosystèmes boisés, particulièrement touchés par nos activités humaines, et mieux connaître les mécanismes en jeu concernant les populations de ces espèces forestières, participez et faites part de vos observations sur
www.biodiversite-foret.fr !
Au cours de vos balades, lancez-vous sur les traces de l’Ecureuil roux, suivez au vol le Morio, prenez le temps d’observer l’étonnante Hélice des bois ! Au total, 24 espèces différentes sont à identifier sans difficultés. Des outils simples sont dispopnibles gratuitement pour vous aider dans vos découvertes.

Lancé en 2012 par Noé Conservation, en partenariat avec le Muséum national d’Histoire naturelle et Natureparif, « 50 000 Observations pour la Forêt » est un programme de sciences participatives original et accessible à tous. Nul besoin d'être un naturaliste chevronné pour apporter sa pierre à l'édifice.

La Réserve de Biosphère Fontainebleau et Gatinais est relais de ce programme cette année encore.

Rendez-vous sur www.biodiversite-foret.fr pour participez dès maintenant et déposer vos observations et vos photos.

Pour en savoir plus : www.noeconservation.org
http://www.biosphere-fontainebleau-gatinais.fr/articles/588
Nous vous l'annoncions ils y a quelques semaines, la nidification des rapaces débute et s'accompagne de limitations de nos pratiques plus ou moins bien perçues !
Y' a des sites naturels où la cohabitation grimpeurs/ornithologues se fait en bonne intelligence et ne pose pas de problème dès lors que les grimpeurs se montrent respectueux d'une limitation de pratique temporaire et restreinte géographiquement. C'est d'ailleurs le cas dans la plupart des sites du nord de la France, en Alsace (voir sur le site de nos amis d'escalade en Alsace) mais aussi en Bourgogne et en Normandie.

Au moment où les grimpeurs connaissent des difficultés dans le sud (Concluses, Lourmarin...), l'équipe dirigeante actuelle de la FFME, à l'approche des élections (les 30 et 31 mars à Fontainebleau) est heureuse de montrer qu’il est possible de faire cohabiter bipèdes et volatiles et de prouver qu'elle s'intéresse aussi au sites naturels (voir cet article). 

Si protéger les espèces colonisatrices de falaise est à l’évidence un devoir de citoyen éco-responsable, trouver des solutions équilibrées doit être la règle pour une bonne entente entre sportifs et gestionnaires. Voici donc le point sur la Bourgogne et la Normandie et les falaises préférées des Parisiens. Comme quoi, on peut trouver des compromis intelligents.


Bourgogne

Le Saussois :

La concertation entre le conservatoire des espaces naturels de Bourgogne et le Comité Départemental FFME de l’Yonne a permis d’identifier un certain nombre de voies à interdire à la pratique de l’escalade, en période de reproduction du faucon pèlerin. Ainsi, 2 couples de FP ont élu domicile au Saussois !
L'un nichant sur la falaise principale dans le secteur de l'Ange,  10 voies y sont interdites jusqu'au 31 mai 2013.
L'autre,  nichant au rocher du Parc dans le secteur  gauche, là aussi, 10 voies y sont interdites jusqu'au 31mai 2013.
Une signalétique a été posée sur ces voies, en concertation avec le conservatoire des espaces naturels de Bourgogne.

La FFME demande à tous ses pratiquants de bien vouloir respecter ces préconisations, dans le souci du développement durable de nos pratiques.

A Fixin :

Même chose à Fixin où, pour la même raison et jusqu'au 15 juin prochain, 11 voies du secteur Capucin (N° 26 à N° 36) sont donc interdites à l'escalade.

A Cormot :

Nous n'avons pas encore la confirmation mais à Cormot, dans un secteur encore confidentiel dont on reparlera très bientôt, c'est un couple de hibou Grand Duc qui vient nicher régulièrement. Un APB interdit donc la pratique de l'escalade de décembre à fin juin. Là encore, après plusieurs années de négociations, les équipeurs locaux ont pu s'entendre avec les ornithologues.

Il y a d'autres falaises bourguignonnes qui peuvent avoir des limitations de pratique. surveillez le panneautage des stationnements et au pied des voies.

Normandie :

Falaises de la Seine :

Le couple de faucon Pélerin venu nicher sur la falaise de l'M en 2011 n'est pas revenu en 2012 (ni cet année). Celui qui vient sur la falaise du Thuis est l'un des plus productif depuis 5 ans. Pourtant, il n'y a plus d'interdiction sur cette falaise depuis plusieurs années ! La preuve que là encore, un accord entre ornithos et grimpeurs peut être trouvé et que les rapaces ne sont pas toujours dérangés par notre présence !

Communiqué FFME Fixin
Comité FFME HN http://www.escalade-hnormandie.com
 

JPEG - 65.5 koLe député-maire PS d’Avallon succède à Hervé Gaymard à la tête de l’ONF. Sa nomination a été annoncée ce mercredi 20 mars 2013 en Conseil des ministres.

Le ministre de l’agriculture Stéphane Le Foll lui avait déjà confié en décembre une mission de réflexion sur l’avenir de la forêt française et de la filière bois.

L’office national des forêts est le premier gestionnaire d’espaces naturels en France mais ne gère que 25 % des forêts françaises. Etablissement public à caractère industriel et commercial créé en 1964, l’ONF assure la gestion des forêts publiques, soit 10 millions d’hectares en métropole et dans les départements d’outre-mer. Au quotidien, l’action des forestiers s’articule autour des trois piliers de la gestion durable : la production de bois, la protection de l’environnement et l’accueil du public. L’ONF fournit notamment 40 % du bois commercialisé en France. Il effectue pour le compte de l’Etat des missions spécifiques de prévention et de gestion des risques naturels et propose des produits et services aux collectivités et aux entreprises.
Le député socialiste de l’Yonne prend donc les commandes d’une institution qui énonce ainsi ses trois principales missions : produire du bois, protéger l’environnement et accueillir le public. Or, seule la première de ces trois missions est source de revenus, les deux autres ne sont pas rémunérées. 

Sur les 800 millions d’euros du budget de l’ONF l’an dernier, la vente de bois n’a généré que 230 millions d’euros. Un chiffre d’affaires qui est, de surcroît, en baisse de 6 % par rapport à 2011. La filière bois revendique donc sa part des crédits carbones, estimés à 500 millions d’euros, afin de couvrir l’accueil du public, et surtout la gestion durable des forêts.

Il ne reste plus à Jean-Yves Caullet, ingénieur du génie rural des eaux et des forêts, que de s’employer à en convaincre le gouvernement qui l’a nommé.
Du côté des forestiers de terrain, voici un petit reportage sur la réaction de Patrice Martin, secrétaire régional adjoint du  SNUPFEN - Solidaires, le syndicat majoritaire à l'ONF, à cette nommination.


Reportage d’Eric Sicaud et Christophe Gaillard, avec la réaction de Patrice Martin

 http://bourgogne.france3.fr/

Biographie
Né en 1957 à Roubaix, Jean-Yves CAULLET fait ses études secondaires et ses classes préparatoires au Lycée Corneille de Rouen. Il intègre l’Institut national agronomique de Paris-Grignon en 1976, puis l’Ecole nationale du génie rural, des eaux et des forêts.
Jean-Yves CAULLET débute sa carrière d’ingénieur du génie rural, des eaux et des forêts en 1980 à la Direction départementale de l’agriculture du Bas-Rhin à Strasbourg. En 1983, il rejoint le Secrétariat d’Etat aux DOM-TOM en tant que chargé des affaires agricoles, puis intègre le cabinet du Ministre Georges LEMOINE jusqu’en 1986.
En 1986, Jean-Yves CAULLET entre dans la préfectorale en qualité de directeur de cabinet du Préfet d’Eure-et-Loir, puis sous-préfet d’arrondissement à Saint-Claude (Jura) et à Avallon (Yonne).
En 1991, Jean-Yves CAULLET rejoint le cabinet du Président de la République, François MITTERRAND, en tant que Conseiller technique en charge des questions intérieures et de l’Andorre. Il participe notamment à l’élaboration de la Constitution de l’Andorre adoptée en 1993. Il deviendra le représentant personnel du Co-Prince d’Andorre, Président de la République française, jusqu’en 1996.
En 1994, Jean-Yves CAULLET est nommé Préfet à 37 ans.
Il entre à la RATP en 1996 pour diriger l’unité opérationnelle de sécurité des réseaux bus, métro et RER.
De 1999 à 2002, il devient député de l’Yonne en remplacement d’Henri NALLET chargé d’une mission par le Gouvernement.
En 2001, Jean-Yves CAULLET est élu maire d’Avallon.
En 2004 il est élu au Conseil régional de Bourgogne sur la liste conduite par François PATRIAT, dont il devient vice-président en 2006, chargé de la Culture puis du Développement économique.
Jean-Yves CAULLET est élu député de l’Yonne lors du second tour des élections législatives du 17 juin 2012. Il est également Président de l’association départementale des communes forestières de l’Yonne et administrateur de l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (ADEME).


Les mission de l'ONF, rappels (tirés de son site internet)

Préserver la biodiversité, protéger les sols, accompagner l’évolution des paysages, prévenir les risques naturels… de nombreuses autres composantes de l’action de l’ONF au service de la gestion durable des forêts vous seront présentées ici dans les semaines à venir. Les rubriques ci-dessous seront également complétées.
Forêt d'Exception®
Gérer la forêt, c’est préserver l’équilibre entre les lois de la nature et les besoins des hommes. Une connaissance approfondie de chaque forêt permet de fixer des objectifs et de prévoir les actions correspondantes à mener. Cette démarche régulièrement renouvelée permet d’assurer dans la durée la gestion durable des forêts.
L'ONF mobilise et met en vente près de 40% des bois mis en marché sur le territoire national. La récolte des bois, acte technique et économique de gestion durable, assure la pérennité des forêts publiques dont il faut organiser le renouvellement progressif par une récolte raisonnée.
La chasse est partie prenante de la gestion durable des forêts car elle contribue à la conservation des écosystèmes forestiers et au développement de leur biodiversité. En forêt domaniale, l’ONF, détenteur du droit de chasse, mène une gestion cynégétique exigeante en partenariat avec les acteurs de la chasse. L’Office est aussi gestionnaire du droit de pêche en forêt domaniale.
Pratiques forestières et gestion de l’eau sont indissociables. L'ONF prend en compte l’eau dans ses actes de gestion, par un choix raisonné des essences objectif et des sylvicultures, par une volonté de préserver et de restaurer les milieux aquatiques en forêt ainsi que les milieux associés, et par une attention constante pour assurer la qualité de la ressource en eau.
Afin de permettre à tous de pouvoir profiter des loisirs en forêt, l’ONF, dans le cadre de la gestion forestière, réalise des aménagements adaptés et un entretien régulier des massifs. Cette mission est assurée en collaboration avec de nombreux partenaires.
La forêt conserve les traces d’anciennes activités humaines. Vestiges archéologiques quasi invisibles pour le profane, petit patrimoine discret, voire ruines ou monuments plus imposants, rappellent l'histoire de forêts au passé riche et parfois tourmenté. Ils sont, comme les arbres dits "remarquables", inventoriés et intégrés dans la gestion forestière.
La R&D à l’ONF dépasse le cadre de la sylviculture afin de répondre aux nouveaux enjeux de la gestion durable des écosystèmes forestiers. De nombreux partenariats scientifiques couvrent des domaines variés sans perdre de vue l’importance de la transmission des connaissances au terrain.
Gérer la forêt, c’est préserver l’équilibre entre les lois de la nature et les besoins des hommes. Une connaissance approfondie de chaque forêt permet de fixer des objectifs et de prévoir les actions correspondantes à mener. Cette démarche régulièrement renouvelée permet d’assurer dans la durée la gestion durable des forêts.
Les "aménagements forestiers" planifient les actions à mener dans les forêts qui relèvent du régime forestier. Ces documents opérationnels sont rédigés à l’issue de l’étude du milieu naturel, du contexte socio-économique et de la gestion passée.
Chaque forêt fait l’objet de bilans réguliers qui s’assurent de l’exécution des mesures prévues à l’aménagement et comparent les actions réalisées aux objectifs. De plus, depuis 2006, un « bilan patrimonial » dresse tous les 5 ans un état des lieux complet des forêts domaniales.

On vous annonçait l'écotrail de Paris et nous avons profité de l'inscription de notre reporter Robert Courtiau,  pour lui demander de nous raconter sa course... Engagé sur la plus longue distance, les 80 km, nous voulions connaître sa vision de trailer professionnel et engagé. "Pro", c'est certain car Robert à déjà 25 ans de compétition derrière lui. "Engagé", nos fidèles lecteurs le savent bien, car Robert est l'animateur du meilleur site consacré au célèbre circuit rouge dit des "25 bosses" dans les Trois Pignons. C'est sans doute celui qui peut le mieux vous guider sur les 25 bosses (amateur ou professionnel) en vous faisant partager ses connaissances du site et de la course tout en portant une attention particulière à la sauvegarde du site... S'il a aimé l'écotrail, on pourra vous assurer que les organisateurs auront respecté leurs engagement !



Samedi 16 mars 2013, 10h30, en regardant à travers les vitres du RER qui nous mène à la base de loisirs de Saint Quentin-en-Yvelines, je m’imagine que la journée qui s’annonce, ne va pas être de tout repos  en regardant les zones encore enneigées dans cette partie Ouest de la Région Parisienne. L’ambiance est festive dans les wagons du métro bondés de gens bizarrement vêtus et qui transportent presque tous, de petits sacs à dos bardés de tuyaux ou de bouteilles étranges. L’heure est encore à la plaisanterie et à la franche rigolade.

Quelques heures plus tard, toute cette foule se déverse par centaines sur l’aire de départ et la tension se fait désormais ressentir. Il faut dire qu’il y a de quoi car en effet tous ces sportifs et sportives de tout âge qu’on appelle « Trailers » se préparent pour une course de 80 km et pour un dénivelé positif cumulé de 1500 m qui doit les emmener à travers bois et forêt jusqu’au pied de la Tour Eiffel. Combien verront la Dame de Fer après ce long périple ?!



Le départ est donné aux environs de midi et les 2 000 concurrents s’élancent dans la bonne humeur pour 6 heures de course pour les meilleurs et pour quelques heures de plus pour le plus grand nombre d’entre nous. Et oui en effet, je fais partie de cette race de coureurs et j’ai décidé de coacher mon ami Bruno B. et de l’accompagner le plus loin possible car une mauvaise blessure récurrente au genou m’empêche de courir normalement. De surcroit, cette course n’est pour moi qu’un Trail d’entrainement qui devrait me mener à  mon objectif principal  de 2013, à savoir l’UTMB (Ultra Trail du Mont Blanc – 168 km – 9600 m de dénivelé positif).

Le rythme est plutôt cool et les sensations sont plutôt bonnes, la température est parfaite et la pluie n’est annoncée que pour le début de soirée. La première partie est assez plate et le peloton s’étire sur plusieurs kilomètres de long. Petit à petit, en abordant les zones forestières, les chemins s’élèvent et les difficultés s’annoncent importantes d’autant plus que la fatigue commence à s’accumuler surtout avec toute cette boue qui jalonne et ruisselle sur les sentiers détrempés. Dans les côtes, la marche active est de rigueur et il n’est plus question de courir du moins pour la majorité d’entre nous. Les points de ravitaillement sont attendus avec impatience et quand ils arrivent,  la joie se lit sur les visages fatigués des Trailers. Quartiers d’orange, morceaux de banane, fruits secs, carrés de chocolat, gâteaux, eau, coca cola et soupe chaude préparée aux petits soins par de nombreux bénévoles tous chaleureux (merci à eux), sont pris d’assaut par les coureurs hagards et affamés. Mais il ne faut pas trainer et il est hors de question de s’attabler car sur ce type d’épreuve des barrières horaires peuvent vous empêcher de relier la ligne d’arrivée.

47 km de parcouru  et maintenant une petite pluie froide  a décidé de participer à la fête. Il ne faut surtout pas se refroidir… et pourtant mon ami Bruno B. a besoin d’un peu plus de temps au poste de ravitaillement pour s’étirer et se ravitailler. De mon côté, j’ai absolument besoin de repartir car il est hors de question de laisser mon genou qui me fait de plus en plus souffrir, plus de 2 à 3 minutes sans activité.  J’ai donc décidé de poursuivre mon chemin seul et de courir à mon rythme  tout en essayant de gérer la douleur sur les 30 derniers kilomètres. La lampe frontale vissée sur le front, je reprends la course en évacuant les idées négatives de mon esprit. Sur ce type de course et par expérience (25 ans de compétition), je sais que le mental est beaucoup plus important que le physique, il faut toujours en cas de « moins bien », essayer de visualiser des images positives (à chacun son truc) sinon c’est l’abandon assuré… Les 15 derniers kilomètres sont un véritable calvaire, le genou n’en fait qu’à sa tête, il refuse de coopérer et pour apaiser la douleur, il m’oblige régulièrement à marcher tout en regardant la Tour Eiffel illuminée qui scintille comme un arbre de Noël.

Il est 22 heures, je franchis la ligne d’arrivée sur l’esplanade de la Tour Eiffel. Sur les éditions précédentes, l’arrivée se faisait au premier étage et bien évidemment il fallait monter par l’escalier mais cette année des travaux en cours nous empêchent d’y accéder. Dommage, c’était tout de même plus Fun une arrivée au 1er étage ! J’aurais mis 10h00mn24s et mon ami Bruno B. est arrivé 40 minutes après moi…
Bravo à tous les Finishers et à tous les autres…
Merci à tous les bénévoles et à l’organisation.

De Saint Quentin-en-Yvelines à  la Tour Eiffel : Base de loisirs de Saint Quentin-en-Yvelines, Domaine de St Philippe, Observatoire de Meudon, Domaine national de Saint Cloud, Forêts Domaniales de Versailles, Chaville, Meudon, L'ile Saint Germain, la Tour Eiffel, autant de lieux exceptionnels que nous avons découvert dans le cadre de cette expérience unique d'un véritable Trail en milieu urbain empruntant à plus de 90% des sentiers.

L’engagement  de l’organisation pour le respect de la nature est concret et c’est pour cela que l’organisation nous a  invités à prendre les transports en commun (ticket gratuit) et elle a souhaité mettre en place une charte éthique que nous devions signer et respecter afin de démontrer s'il en était besoin que course de masse peut très bien rimer avec course « propre ».

Malgré tout, j’ai constaté sur le parcours quelques déchets laissés par des concurrents indélicats. Le développement durable au cœur de l'événement : l’organisation a pris l'engagement auprès de l'office national des forêts de les aider à réhabiliter le site de leur choix en prélevant 7500 euros sur les droits d'inscriptions de la course.

Nous vous annoncions la semaine dernière la volonté de quelques membres du collectif BLO d'aller replanter des arbres au Rocher Cailleau / JA Martin. ( Trois Pignons) Mais voilà, l'ONF semble bien décider à faire le ménage avant, c'est à dire à abattre les arbres calcinés...
Voilà le Communiqué de Presse qu'il ne nous a pas adressé, aussi nous nous permettrons ce commentaire puisque l'on "relaye et diffuse" :

Cette intervention sylvicole est certainement très utile pour des raisons de sécurité et, connaissant (un peu) l'équipe technique du coin, gageons qu'elle aura à coeur de préserver le site de l'érosion très marquée dans la zone. 

Pourtant, nous trouvons cette coupe un peu prématurée (mais après tout, nous ne sommes pas des spécialistes) et ne connaissons pas le nombre de pins et bouleaux qui seront abattus...pourvu que la coupe soit douce !

Objet : ONF information - Travaux d'entretien de peuplements forestiers incendiés en 2012 dans la forêt domaniale des Trois Pignons

Madame, Monsieur,

le 9 août 2012, [ nd la tl²B septembre et non août] plusieurs départs d'incendie avaient été constatés sur la massif de Fontainebleau [photos et cartes] et plus particulièrement sur la forêt des Trois Pignons. Au total, en une journée, l'ONF y avait dénombré 7 départs de feu et une surface totale  d'environ 10 ha. Ce sont les peuplements forestiers situés sur le site du rocher Cailleau qui ont été les plus durement touchés avec près de 8 ha dévastés, entre la commune du Vaudoué et Achères la Forêt. Pour rappel, l'ensemble de ces incendies avait été maîtrisé grâce à la mobilisation rapide d'une centaine de pompiers et de 4 agents de l'ONF. Au vu de la fréquence de ces départs de feu, il s'agissait là d'actes assurément volontaires et une plainte avait été déposée par l'office national des forêts pour permettre le bon démarrage d'une enquête.

Après avoir laissé les sols au repos plusieurs mois, l'ONF démarre cette semaine les travaux de nettoiement et d'entretien des peuplements forestiers touchés par l'incendie sur ce secteur.  

Pour cela une intervention sylvicole est prévue afin d'abattre l'ensemble des arbres brûlés et ainsi sécuriser ce site proche d'itinéraires fréquentés et de sentiers de promenades (sentier des Arts Rupestres). Sur ces sols sableux, plusieurs mois seront nécessaires afin que la végétation repousse, dans le but de favoriser un renouvellement naturel des peuplements de résineux.

Les bois récoltés serviront à alimenter la filière bois et seront valorisés en bois d'industrie destiné à la production de pâte à papier ou de panneaux de particules.

Je vous remercie de bien vouloir diffuser et relayer, si possible, l'information.

Cordialement,

G Larrière, Chargé de communication ONF
tél : 01.60.74.77.75

Au passage, on en profite pour vous donner lecture d'une autre communication ONF sur la réalisation des coupes à Bleau. Là, on prend acte et on vous dira si on note une amélioration dans le suivi des coupes. Il n'y a qu'à relire le bilan 2012 de l'observatoire de l'AAFF pour se convaincre qu'entre discours et réalité sur le terrain, il y a parfois un certain décalage...

Note de com ONF Bleau sur interventions sylvicoles

Publish at Calameo or read more publications.


Mise à jour du 22 mars :

Visiblement à l'ONF, quand ils disent "abattre l'ensemble des arbres  brûlés", c'est au sens strict ! On appelait à une coupe raisonnable et pas comme celle du Rocher Fourceau en février 2011, mais on pouvait toujours rêver !

Et bien si vous aviez encore des doutes sur le décallage entre la note de communication de l'ONF sur ses interventions sylvicoles et la réalité du terrain, voilà des images prises par le célèbre grimpeur JH ce jour au Rocher Cailleau !

La zone "traitée" est encore petite (probablement 4 000 m² à samedi soir sur les PF 170/171) MAIS, en l'absence de précisions par l'ONF, beaucoup s'inquiétent d'une possible extention de celle-ci aux pentes incendiées.
Rappelons que c'est 10 ha qui sont partis en fumés... en septembre...
A la différence des pins coupés visibles sur les photos de JH, ceux des pentes et du plateau sont beaucoup plus atteints !
Si l'ONF avait l'obligeance de nous répondre en assurant ainsi sa mission de service public et ses obligations d'information...







Les photos de Samedi de notre ami Robert Courtiau
et les commentaires qui nous ont été adressés par mail
par le Président d'une vénérable association de défense des sites...


Commentaire du Pdt : "l'examen des arbres abattus montre qu'au moins les 3/4 présentent des signes de dépérissement avancés (aiguilles mortes sans signe de repousse) et étaient probablement déjà potentiellement morts.
Une proportion minoritaire auraient très probablement survécus mais je comprend l'ONF de ne pas avoir entrepris une opération de tri sélectif compliquée et aléatoire sur une aussi petite surface. "
Commentaire du Président  :
"La zone affectée représente environ 20% de la parcelle 170. Compte tenu des bordures peu touchées, la coupe pourrait faire 10% de la surface de cette parcelle, au pire 15%. Cela pourrait donc faire environ un millième (0.1%) de la surface de la forêt domaniale des Trois Pignons. Pour moi cela n'est pas une coupe majeure, mais cela n'est qu'une opinion.
Tous les deux ans, la LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux) et la Fédération des Parcs naturels régionaux de France organisent la Nuit de la Chouette, un événement pour faire connaître les chouettes et hiboux. Le 23 mars, débutera la 10 éme édition de cette rencontre exceptionelle ! En Seine et Marne et en Essonne, vous pourrez donc suivre animations, conférences et autres sorties noctures dont voici le programme !
Pour cette 10e Nuit de la chouette, Seine-et-Marne environnement, les Amis de la Nature, l'Association de Gestion et Valorisation de la Réserve Naturelle de Vaires-sur-Marne (A.G.V.R.N.V.), l'association Pie Verte Bio 77 et l'Association de Gestion de la Réserve Naturelle nationale de la Bassée (AGRENABA) vous invitent à la découverte des rapaces nocturnes et de toutes les richesses de la nature durant la nuit grâce à diverses animations gratuites. Du côté du PNR du Gâtinais ont prolongera l'expérience jusqu'au 5 avril sur le thème 10ème édition = 10 animations !

Sorties nocturnes, conférences, expositions, débats, venez découvrir la vie de ces fascinants nocturnes et les menaces qui les guettent (destruction des habitats, raréfaction des sites de nidification, intensification agricole, trafic routier).
Des ateliers permettront aussi de vous initier à des gestes simples pour sauvegarder ces rapaces (installation de nichoirs, plantation d'arbres et de haies, conduite ralentie la nuit).












Programme des animations de Seine et Marne Environnement :
-A La Ferté-sous-Jouarre :
Bois de la Barre (espace naturel sensible du département)
> De 19h à 21h : sortie nocturne

Organisation : Seine-et-Marne environnement
Inscription obligatoire. Lieu de rendez-vous donné à l'inscription.

Pour tous renseignements :
Guillaume LARREGLE - 001 64 31 06 81 - 06 87 23 78 51
biodiversite@me77.fr


-A Episy :
Marais d'Episy (espace naturel sensible du département)
> De 19h à 21h : sortie nocturne

Organisation : Seine-et-Marne environnement
Inscription obligatoire. Lieu de rendez-vous donné à l'inscription.

Pour tous renseignements :
Pierre Rivallin - 01 64 31 19 66 - 06 14 92 13 47
zonehumide@me77.fr


-A Montévrain :
Refuge des Chaudrons, 34 Chemin du Port, près des bords de Marne.
> De 15h à 18h : installation de nichoirs, expo, ateliers de coloriage et découpage pour enfants, etc ...
> A 19h30 : projection d'un film sur les chouettes et hiboux
> De 21h à 22h : recherche de chouettes avec détecteur, puis retour aux Chaudrons pour vin chaud et film.

Organisation : Les Amis de la Nature et l'A.G.V.R.N.V.

Pour tous renseignements :
Jacques DUMAND - 06 1603 7530


-A Savins :
> De 14h à 18h : exposition, projection diapositives et vidéo - Mairie de Savins, Salle du conseil.
> De 18h à 20h : sortie nocturne (chouette chevêche, effraie, hulotte et hibou moyen-duc) - Alentours de Savins.
> De 20h à 22h : Soirée débat - Mairie de Savins, Salle du conseil.

Organisation : Pie Verte Bio 77

Pour tous renseignements :
Joël SAVRY - 06 81 89 06 76 ou
pievertebio77@yahoo.fr


-A Noyen-sur-Seine :
> De 16h à 18h : ateliers pour jeune public (également ouvert aux adultes). Inscription obligatoire. Lieu de rendez-vous donné à l'inscription.
> De 20h à 21h : conférence (tout public). Inscription obligatoire. Lieu de rendez-vous donné à l'inscription.
> De 21h à 22h30 : sortie terrain (tout public). Inscription obligatoire. Lieu de rendez-vous donné à l'inscription. Amener habits chauds et une lampe de poche.

Organisation : AGRENABA

Pour tous renseignements :
Fabien Branger et Julien Schwartz
01 64 00 06 23
fabien.branger@espaces-naturels.fr / julien.schwartz@espaces-naturels.fr
Programme des animations du PNR :

Le Parc naturel régional du Gâtinais français et ses partenaires Chevêche 77 et l'ANVL, vous invitent à 10 chouettes animations gratuites, du 16 mars au 5 avril 2013 !


Samedi 16 mars : sortie nocturne à l'écoute des chevêches à Chailly-en-Bière*.
Vendredi 22 mars : sortie nocturne à Bouville*.
Samedi 23 mars :

- soirée d'animations à Tousson, de 18h à 19h45 à la salle des fêtes : atelier dissection de pelotes, coloriages, Grand Jeu de la Chouette, vente de tee-shirts, projection d'un film sur la chouette chevêche (19h15)

- sortie nocturne à Nanteau-sur-Essonne*.

- sortie nocturne avec diaporama de présentation sur le vie des rapaces nocturnes autour de Fontainebleau*.

- randonnée nocturne contée avec Geneviève Dumant, autour de Milly-la-Forêt*.


Samedi 30 mars :

- randonnée nocturne contée avec Geneviève Dumant, autour de Milly-la-Forêt*).

- sortie nocturne à l'écoute des chevêches à Chailly-en-Bière*.


Dimanche 31 mars : randonnée nocturne contée avec Geneviève Dumant, autour de Milly-la-Forêt*.


Vendredi 5 avril à 20h30 : film et conférence sur les rapaces nocturnes, à l'occasion du Festival audiovisuel d'environnement du val d'Essonne, à la Ferme pédagogique de la Grange aux Moines de La Ferté-Alais, 20h30.



*Les sorties nocturnes sont toues proposées gratuitement sur inscription auprès du Parc naturel régional du Gâtinais français : 01 64 98 73 93.


Source : l'article S&M environnement...
Bonjour,
juste un petit billet rapide mais sérieux (voir mise à jour).

Ceux d'entre-vous qui ce WE (14/01/2012) étaient en forêt, notamment à la Gorge aux chats, ont pu constater qu'avec le soleil et des températures agréables pour une mi janvier, la nature semble s'éveiller comme au printemps.

Vous me direz, tant mieux, c'est agréable de ne pas avoir à se calfeutrer dans sa doudoune, parrer avec des gants... oui, mais ce réchauffement n'est pas sans danger.

Outre le risque de voir la végétation souffrir un peu plus tard quand le froid reviendra, nos amis les bêtes font n'importe quoi.

Ainsi, depuis une semaine, nous assistons à des promenades des dangereuses chenilles processionnaires du pin. Faite très attention à vous et vos chiens, les toucher est très dangereux ! Pire, la soie de leur cocon (très visible sur les pins des Trois Pignons) est elle aussi urticante.

Rappellons qu'il ne faut pas les approcher à moins d'une dizaine de centimètres car elle projettent leur poils urticants. Les gosses et truffes des chiens sont des cibles faciles (pour eux, cela peut conduire à l'amputation de la langue !!!).

Si, parmi mes lectrices/eurs, il y a un médecin, j'aimerai en savoir un peu plus sur les traitements préscrits en cas de réactions urticantes. Merci d'avance.
           

Dans le même registre, la tique, petite bête que l'on rencontre habituellement jusqu'en octobre, mord encore en ce moment comme me l'a confirmé il y a quelques jours un ami photographe naturaliste. Là encore, la morsure n'est pas sans danger.




Petite précision pour les crochets à tique le sens de rotation importe peu (confirmé par le fabricant). La flèche moulée sur le "manche" du crochet n'est là que pour rappeller qu'il faut tourner et non arracher. Malgré sa forme, ce n'est pas un pied de biche. Pensez aussi à noter dans votre agenda la date de la morsure et son emplacement...

Je n'ai pas tellement le temps d'en écrire plus donc je vous renvoie à mes précédentes publications sur le sujet. Celle sur les tiques est d'ailleurs la plus lue de ce blog depuis mai 2011 !


Soyez prudent !



Mise à jour du 30/01/2012

Rien n'échappe à la vigilance de l'ONF qui diffuse le message suivant le 29 janvier assortie d'une note reproduite ci-après. (dommage que le Chargé de Com' ne m'ait pas encore intégré à sa liste de difusion...) :

Sujet : ONF information - chenilles processionnaires du pin, soyez vigilants
"Madame, Monsieur,

depuis plusieurs années, l'aire de répartition des chenilles processionnaires du pin est bien implantée dans le sud du département de Seine-et-Marne et dans l'est de l'Essonne.

Cette année, avec les températures hivernales assez douces, des processions apparaissent déjà à certains endroits du massif domanial de Fontainebleau. C'est pourquoi, afin de prévenir au mieux les risques liés à ces chenilles, il est important de prévenir les usagers de la forêt et de les rassurer en rappelant les principales règles de vigilance.

Je vous remercie de bien vouloir diffuser et relayer, si possible, ce message et reste à votre disposition pour tout complément d'information.

Très cordialement,


Guillaume Larrière
Chargé de communication ONF Fontainebleau"


 



NATURE