Chantier

Sur les chemins

Escalade

Matos

2013-03-10

L'éco-trail de Paris est devu un incontournable de la région Ile-de-France. C'est un événement sportif à dimensions écologique, culturelle et solidaire. Pour garantir cet engagement éco-responsable, les Trailers de Paris ont mis en place depuis 5 ans de nombreuses actions grâce auxquelles l’événement est devenu une référence unique en France et pionnière en Europe ! Elle fait aussi des petits avec l'écorun92 qui a lieu en octobre !

L’Eco-Trail de Paris Ile-de-France® a l’ambition de ne pas être uniquement un événement sportif mais une manifestation porteuse des fondamentaux du développement durable, mettant en valeur son territoire. 
Des actions éco- responsables concrètes sont donc menées depuis l’origine et l’événement soutient plusieurs projets, de manière durable.
Lors de la 5ème édition, chaque point de l’organisation a été étudié pour aller plus loin dans la réduction de l’impact de l’Eco-Trail de Paris Ile-de-France® sur l’environnement.
L’intervention d’EKODEV, société de conseil et de services en Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) qui a réalisé le bilan carbone de l’Eco-Trail de Paris Ile-de-France®  a permis:
  • d’estimer les émissions de CO2 pour diminuer l’empreinte carbone
  • de servir d’outil de référence pour établir un état des lieux et cibler les actions à mener
  • d’évaluer et diminuer la facture énergétique

En 2012, l’Eco-Trail de Paris Ile-de-France® a généré au total 220 tonnes équivalent CO2 soit 8 jours d’éclairage public à Paris.
En 2013, l’objectif est de ne pas les dépasser malgré l’augmentation du nombre de participants attendus de 8 248 à 10 000.
Conscient cependant que l’empreinte CO2 ne peut pas être totalement évitée, l’Eco-Trail de Paris Ile-de-France® a décidé d’aller plus loin cette année en compensant les émissions CO2 liées à l’organisation de l’édition 2013 avec l’aide de son partenaire Love the World.
Les transports étant la principale source de CO2 nous espérons que cette année vous serez très peu à être venir en avion ou tout seul avec votre voiture. 
Préférez donc les moyens de transports dits “doux” ou "bas carbone" pour l’environnement: la marche, le roller, le vélo, le train, le bateau…

Les inscriptions aux courses sont closes (10 000 participants) mais les randonnées restent ouvertes et gratuites ! On nous promet peu de bitume et beaucoup de sous bois ! Bien entendu l'évènement c'est aussi une charte éthique à respecter, des conférence, un village de partenaires...

Le sport :
  • Proposition d’épreuves accessibles à toutes et à tous
  • 4 formats de Courses (80km/50km/30km/18km)
  • 4 formats de Marches nordiques (30km chronométré/30km /25km/20km)
  • 6 formats de Randonnées (de 12 à 25km)
  • Création d’un Challenge des Clubs en vue de promouvoir la pratique du Trail auprès des clubs FFA
Tous les renseignements sont sur le site internet de l'évènement : http://www.traildeparis.com/


En octobre (le 6), sur le même principe de préservation de la nature et de course éco-responsable, les Hauts de Seine vous propose l'écorun92, deuxième édition.
Sa philosophie : une attitude responsable, écologique, soucieuse du bien être et de la santé de tous, où convivialité, plaisir, partage, et solidarité sont les lignes directrices.

L'ECORUN92 doit pouvoir s'intégrer dans le projet de "Vallée de la Culture" imaginé par le Conseil Général des Hauts de Seine en combinant sport et culture pour tous grâce aux magnifiques sites traversés (Jardy, les étangs de Corot, Marnes la Coquette).

Les participant de l'ECORUN92 s'engagent dès leur inscription à respecter le règlement interieur et la charte éthique de l'ECORUN.

Renseignements sur le site : http://www.ecorun.fr/



A l'occasion de la journée international de la forêt, le collectif BLO organisera une petit opération de lutte contre l'érosion à l'Elephant pour compléter sa précédente action que nous annoncions l'an dernier ainsi que sur la zone incendiée de la JA Martin. L'idée : replanter quelques arbres pour aider à la stabilisation des sols...

Voilà ce qu'en dit leur site :

21 mars, Journée internationale des forêts

L’Assemblée générale des Nations Unies a proclamé le 21 mars comme Journée internationale des forêts.
Quelques membres de BLO participeront à cette journée le jeudi 21 ou le week end du 23-24 mars, à l’éléphant pour compléter les travaux contre l’érosion de l’an dernier ou à la JA Martin sur le lieu de l’incendie.
N’hesitez pas à proposer et mener cette action en d’autres lieux utiles.

Aidons à lutter contre la "désertifications" , la dégradation et l’érosion , de certains de nos massifs d’escalade.
Le 21 mars, ou le we suivant, plantons un arbres ! (ou autres activités relatives aux arbres et aux forêts).
Technique :
Pour les espèces : le pins sylvestres et le bouleaux sont des espèces "pionnières" (les premières à s’installer ou se réinstaller dans les milieux pauvres).
Le pin étant peu efficace pour lutter contre l’érosion, lui préférer le bouleau (Le pin par l’acidification des sols, empêche la reprise d’autres essences et végétations de surface efficace pour tenir le sol).
Récupérer des "sauvageons" (semis naturels) dans des zones hors forêt domaniales où ils sont très denses pour les réinstaller après "habillage" des racines (coupe au sécateur pour limiter leur taille et éviter la formation de coudes lors de la replantation et "pralinage" (enrobage des racines dans de la boue argileuse pour éviter le dessèchement et favoriser la reprise). On peu laisser un pot qui constituera une réserve d’eau si celui ci est en matériau bio dégradable.

source :
http://blo.ouvaton.org/spip.php?article37

Deux ou trois petites remarques de la TL²B au passage.

BLO est un jeune petit collectif qui regroupe notamment celles et ceux qui ont été déçcu par le fonctionnement classique des associations. Ici, pas de Président mais des prises de décisions collégiales. Toutefois, pour que le collectif survive aux voeux pieux, il faut que ses membres agissent et s'impliquent. Bref, BLO, Cosiroc and Co : même combat, il faut se mobiliser !

Sur cette opération, si le collectif a prévu une vingtaine d'arbres, vous pouvez en apporter d'autres mais ils ne doivent pas être pris en forêt domaniale de Fontainebleau et il est hors de question d'apporter des espèces exotiques ! Une autre idée nous avait séduit, celle de planter des ronces dans certains secteurs.

A propos de la lutte contre l'érosion à Fontainebleau et à l'Eléphant en particulier, nous avons évoqué à plusieurs reprises la Commission de lutte contre l'érosion dirigé par l'ONF. Les travaux des bénévoles à l'Eléphant restent insuffisants au regard de la situation. Lors de la précédente opération, nous vous avions dit que l'ONF interviendrait à plus grande échelle. Le dossier du financement est bouclé et des travaux lourds ne vont pas tarder. Il y aura certainement une intervention avec des moyens mécaniques importants qui entraîneront une fermeture temporaire et partiel du site.

Nous demandons à l'ONF :
- que soit organisé la plus grande concertation possible avant le début des travaux y compris avec des extérieurs aux membres habituels de la commission,
- que le détail de ces travaux soit affiché sur site au moins 1 mois avant et que la communication soit la plus large possible,
- qu'un comité de suivi particulier soit mis en place.

L'union fait la force. C'est pourquoi, cette année, trois associations milliacoises vont conjuguer leurs efforts pour apporter leur contribution à l'opération « Essonne verte, Essonne propre » organisée par le Conseil général de l'Essonne.

C'est pourquoi aussi, à la TL²B nous reprennons la news rédigée par l'ami Bernard, animateur de l'excellent blog des Chroniques vertes de Milly-la-forêt et membre de l'association Unis vers un Milly vert.

Donc, l'association SAD (Sports Aventures Découvertes), les Amis de la Nature (Ferme du Coquibus) et l'association Unis vers un Milly vert se retrouveront sur le terrain le samedi 13 avril pour faire la chasse aux déchets dont l'indélicatesse de certain(e)s a parsemé divers endroits proches de Milly-la-Forêt.

Deux sites seront au programme :
  • les abords de la route de Fontainebleau et les sous-bois entre l'auberge des Coquibus et le parking de la Boulinière
  • l'extérieur de la déchéterie du Chenet comprenant également le parking et la piste cyclable situés en bordure de la route

A 13h, tous les participants se retrouveront à la ferme des Coquibus pour un pique-nique tiré du sac et l'après-midi sera consacrée au nettoyage d'un secteur proche.

Rendez-vous à 8h30 rue du maréchal Lyautey entre la rue Maillard et le rond-point

Renseignements et inscriptions auprès de Bernard REDON 06 82 42 93 52

Mais ce n'est pas fini !
En effet, pour être complet sur le sujet, ne manquons pas de rappeler l'opération « Forêt propre » du 2 au 7 avril dont vous trouverez les détails sur le site de nos amis de la Tribune Libre de Bleau....et vous constaterez que malheureusement, le travail ne manque pas !

Merci Bernard !

 L'an dernier, on vous annonçait la 15 ème édition de ce trail vert à travers le Coquibus et les environs de Milly en vous disant que la course était menacée d'interdiction. Visiblement, les organisateurs ont su convaincre l'ONF de leur sérieux car cette année encore, la très belle course des Arcades aura bien lieu !





Même si à la TL²B nous sommes plutôt favorable aux limitations des pratiques sportives dans le Coquibus, force est de reconnaître que nos amis de la SAD n'y font pas plus de dégâts que les grimpeurs (création de multiples sentes, érosion, arrachage de végétation...) et les vététistes !
Question : comment concilier respect de la nature et goût de l'effort ? La sauvegarde d'un site et notre volonté de partager avec les autres cette joie que procure sa fréquentation ?

Cette année, l'épreuve se déroulera le dimanche 21 avril et proposera deux boucles (23 km et 11 km) ainsi qu'une randonnée de 8 km (gratuite).

Cette année, vous ne trouverez pas sur la TL²B le schéma des parcours, feuille d'inscription, etc. car tous est disponible sur le site de l'organisateur, la SAD (Sports Aventures Découvertes).  

Comme chaque année, coureurs et coureuses doivent s'inscrire. Vous pouvez aussi contacter Daniel JOURDIN (01 64 98 75 2neuf) ou Patrice BOSSU (06 18 42 70 3quatre) qui par ailleurs cherchehent des bénévoles pour l'encadrement...
Les amis, que vous soyez grimpeurs, randonneurs, vététistes ou de simples cueilleurs de champignons, le temps est bientôt venu de porter un gilet fluo orange ou jaune lors de vos activités forestières ! En octobre 2011, nous vous avions raconté comment, à Fontainebleau, un groupe de cinq photographes naturalistes quasi pros s'était retrouvé sous le feu d'un chasseur alors qu'il photographié un magnifique cerf de 14 cors en plein combat de brame. L'affaire avait fait un peu de bruit car cette chasse dite d'été (pétition) n'est jamais annoncée dans les communications de l'ONF. Et pour cause, nos "amis" chasseurs, grands protecteurs armés de nature, préfèrent ne pas parler de ces tirs payés très chers (3 500 € et plus...) touchant des bêtes remarquables dans un moment où elles sont très vulnérables !

Nous attirons régulièrement votre attention sur le risque d'accident lié à la chasse à Bleau et ailleurs. La chasse est certes un mal nécessaire en l'absence de prédateur mais celle qui consiste à tuer des animaux en position de faiblesse pour le simple mérite d'avoir un trophée, nous dégoûte profondément. Et voilà qu'un député souhaite qu'une loi oblige les photographes naturalistes à se signaler en forêt et à restreindre leur activité. Pour mieux tuer tranquille ! C'est encore l'ami Jean Poule Debleau qui nous a dégoté cette perle de la bêtise politique !



En effet, voici la question posée par Monsieur Julien Aubert député à l'Assemblée Nationale :
14ème législature
Question N° : 19956 de M. Julien Aubert ( Union pour un Mouvement Populaire - Vaucluse ) Question écrite
Ministère interrogé > Agriculture, agroalimentaire et forêt Ministère attributaire > Agriculture, agroalimentaire et forêt
Rubrique > chasse et pêche Tête d'analyse > réglementation Analyse > photographes
Question publiée au JO le : 05/03/2013 page : 2379
Texte de la question
M. Julien Aubert appelle l'attention de M. le ministre de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt sur les difficultés soulevées par la coexistence de chasseurs et de photographes dans les forêts domaniales. Le camouflage des photographes crée des risques importants d'accident, ce qui pourrait justifier l'obligation pour les photographes de porter un gilet permettant aux chasseurs de les identifier et la possibilité pour l'Office national des forêts de verbaliser les contrevenants. De plus, certains cycles naturels des animaux, par exemple le brame du cerf, sont perturbés par la présence de photographes la nuit. Il conviendrait donc de conditionner la possibilité de prendre des photographies au respect de certaines conditions réglementaires. Il lui demande quelles mesures pourraient être envisagées dans ce domaine.

On croit rêver ! Jipé pose donc lui la question suivante :

Monsieur le député puis-je me permettre de vous demander si les animaux qui ne sont pas chassés ce jour là devront eux aussi porter un gilet ou une banderole ?

Nous suggérons d'en mettre aussi aux animaux qui seront abattus en plein brame afin de faciliter le travail des chasseurs !



Alors oui, il est clair que certaines sorties nocturnes sont une vraie nuisance (y compris pour les photographes !) Par contre elles offrent la sécurité, aucun chasseur ne venant vous tirer dessus la nuit tomber. 
Les visites au brame dérangent les animaux ? Mais l'abattage d'un cerf sur une place de brame nous paraît bien pire, Monsieur le député ! Ces animaux y reviennent systématiquement. Les effrayer à cet endroit c'est les contraindre à chercher d'autres lieux... ou à ne pas se reproduire cette année ! Comme on le sait, les chasseurs sont des écologistes raisonnés...

Enfin, notre député évoque ici les photographes mais pas les randonneurs ou autres empêcheurs de tuer tranquille. Mes amis, faites attention lors de vos prochaines sorties !

Qui est M. Julien Aubert
Vaucluse (5e circonscription)
Membre de la commission du développement durable et de l'aménagement du territoire

Biographie
Né le 11 juin 1978 à Marseille (Bouches-du-Rhône)
Magistrat à la Cour des Comptes


Relire l'article de Jean Poule sur cette triste affaire de septembre 2011
Suivre sur les forums photo :










Commme toujours, le retour du printemps marque le réveil de la nature. Ici ce sont les premiers bourgeons et premières fleurs qui apparaîsent, là ce sont les animaux qui sortent de leur cachette...  Après un long repos hivernal, dès les premières soirées douces, à la tombée de la nuit, les grenouilles, crapauds, tritons et salamandres  quittent leur cachette pour rejoindre au plus vite la mare où ils ont vu le jour pour s’y reproduire... Dans cette course pour la survie de l'espèce, chaque minute compte, il faut donc prendre le chemin le plus court quitte à traverser une route et prendre le risque de se faire écraser… Nous avons abordé l'an dernier les batraducs de Seine et Marne et celui de Larchant. Cette année, concentrons-nous sur l'inventaire mené par Naturparif et le PNR...


Dès février, Natureparif, l’Agence régionale pour la nature et la biodiversité en Île-de-France, convie les franciliens à prendre part à une nouvelle enquête sur la mortalité routière des amphibiens pendant leur migration nuptiale, période particulièrement sensible.

Pourquoi une telle enquête ?
L’objectif de cette enquête est de recenser les portions de routes traversées par les amphibiens et d’évaluer l’abondance de ces déplacements afin de mettre en place des dispositifs de franchissement adaptés : crapaudromes ou crapauducs.

Appel à participation : les grenouilles ont besoin de vous !
Les amphibiens sont classés en 2 catégories :
- les crapauds et grenouilles, qui n’ont pas de queue,
- et les tritons et salamandres, qui eux en ont une.



Pour chaque observation, estimez grossièrement le nombre d’individus vivants et morts pour chacune des deux catégories ainsi que la largeur de la route qu’ils doivent traverser. Il vous suffit ensuite de vous connecter au site http://amphibiens.natureparif.fr pour saisir vos données. Vous y trouverez également des outils d’identification qui vous permettront d’affiner vos observations.
Tout le monde peut participer ! Conducteurs de nuit, nous comptons sur vous : que vous soyez de retour du travail ou en partance pour un diner, vous avez peut être déjà été amené à slalomer pour éviter les grenouilles. Vos observations nous intéressent. N’hésitez pas à nous faire part de souvenirs plus anciens, que vous ayez déjà vous-même observé ce phénomène ou qu’un tiers vous en ait parlé. Les premiers résultats de cette enquête vous seront ensuite communiqués au printemps.

Contacts Naturalistes :
Camille MEUNIER, Natureparif, camille.meunier@natureparif.fr
Contacts Presse :
Christele FAUQUET, Natureparif, christelle.fauquet@natureparif.fr



 

Dans le PNR du gâtinais et avec Nature environnement, une formation a été organisée sur les amphibiens et les reptiles pour participer à la réalisation de l'atlas d'Île-de-France.

Dans le cadre de la réalisation de l'Atlas des amphibiens et reptiles en Ile-de-France par la SHF (Société Herpétologique de France), plusieurs formations gratuites vous sont proposées. L'objectif est de vous permettre de déterminer l'ensemble des espèces d'amphibiens et de reptiles présentes en Ile-de-France et dont les témoignages futurs viendront enrichir l'Atlas régional et nos connaissances.
Celles du mois de mars sont passées mais peut être que nos amis de NaturEssonne et la Société Herpétologique de France (avec Olivier Swift) ont d'autres dates... Réservation obligatoire au 01 69 45 54 47 ou par mail à lucile.dewulf@naturessonne.fr Ces formations sont à destination de tous les acteurs de terrain, qu'ils soient des passionnés experts ou débutants, des personnes intéressées ou simplement curieuses.

NATURE