Chantier

Sur les chemins

Escalade

Matos

2012-02-26

Bonjour,
Il y a quelques semaines, avant la vague de froid, nous nous inquiétons des fortes chaleurs de l'hiver. Outre que cela aidait à la prolifération des chenilles processionnaires, la nature se croyait au Printemps et de nombreuses espèces végétales avaient sortie leur tête...
Le froid a bloqué les montés de sève et les plantes qui ont résisté au gel s'en donnent maintenant à cœur joie.
Oui le Printemps arrive à Bleau ! Les écureuils sortent quotidiennement, l'ail des ours est embaume le fond de mon jardin, les grimpeurs étrangers se font de plus en plus nombreux...

Vient donc le temps de la fête et de la cueillette des jonquilles (avant le muguet et autres productions de Dame Nature) mais aussi celui du pillage !


Pour ceux qui le 18 mars ne seront au Rocher Canon avec le CAF du Pays de Fontainebleau entrain de déblayer des branches pour le compte de l'ONF ou à la L'Elephant, pelle à la main, pour tenter une petite opération de stabilisation des sols, il reste la FETE DES JONQUILLES organisée par la MAIRIE DE RECLOSES et le SYNDICAT D'INITIATIVE de 12h30-18h30 ! 

Au programme Jazz, défilé de chars... ambiance fête de village garantie depuis 1932 ! Il y a même un mur d'escalade...
Une fête qui n'a rien à envier à une autre fête célèbre, celle de Gérardmer dans les Vosges où les champs et les prés des environs se couvrent de millions de jonquilles... La densité de fleurs atteint un pourcentage tout à fait remarquable dans ces prairies...

Oui mais voilà, ces fêtes marquent aussi le début d'un vaste pillage forestier ! vous ne me croyez pas ? Voici une des images prises par Jean Poule Debleau qui rappelle par ailleurs sur son blog quelques règles élémentaires mais toujours enfreintes et ignorées...

Chaque année des milliers de personnes viennent arracher avec plus ou moins de retenue Jonquilles et Muguet
Un pillage qui n'est pas sans conséquence pour la nature et qui génère un petit commerce le long des routes
photo : Jipé pour Photonaturefontainebleau


"Bien que largement répandue, les narcisses jaunes ne sont pas pour autant exempt de disparition.
La seule et unique cause de disparition est due, aux cueillettes intensives et répétées, mais principalement aux arrachages de bulbes.
Dans certaines régions de France où le Narcise jaune est menacé de quasi disparition, la cueillette et la vente sont interdites."

Il rappelle aussi, et je suis bien d'accord avec lui, que "la forêt est une propriété privée, qu'elle appartienne à l'Etat, à une collectivité ou à un propriétaire privé. Il est préférable de se renseigner avant toute cueillette auprès des propriétaires forestiers. Certains tolèrent les cueillettes familiales raisonnées uniquement pour les besoins domestiques à l'exclusion des prélèvements à caractère commercial. La cueillette en forêt est réglementée par différents textes législatifs rassemblés dans le code forestier et le code de l'environnement."
En gros :" La cueillette des fleurs, ou des parties aériennes, est limitée à ce que la main peut contenir. sans plus !"

L'article R. 331-2 du code forestier est ainsi rédigé: <<Art. R. 331-2. - Tout enlèvement non autorisé de champignons, glands, faînes et autres fruits et semences des bois et forêts est puni d'une amende proportionnelle au volume de produits extraits ou enlevés. L'amende maximum encourue par litre enlevé est égale au 1/200 du maximum de l'amende prévue pour les contraventions de la 5e classe. Le montant total de l'amende ne peut toutefois dépasser le montant maximum prévu pour les contraventions de la 5e classe.>>

Enfin, rappelez-vous que les narcisses jaunes sont toxiques. Ce que l'on appelle vulgairement jonquilles contient des alcaloïdes et des saponines qui peuvent entraîner, des dermatites ou dermites, après contact avec les feuilles, les fleurs ou les bulbes. Quant à en consommer, leur ingestion provoque des intoxications sévères pouvant, suivant le poids de l'individu et la quantité ingérée, provoquer la mort par empoisonnement... Il en va de même avec le muguet qui est encore plus toxique.

Du coup, s'il vous prend l'envie de cueillir ce WE avec les enfants un bouquet de cadavres à exposer dans votre salon, soyez très prudents ! Et n'oubliez pas de vous laver les mains...
Publier initialement sur la Tribune libre de Bleau et d'ailleurs

L'enquête publique se terminant le 09/03/2012, il y a urgence !

L’Association de Défense de la Santé et de l’Environnement - ADSE - vous invite à réagir au SAGE de la nappe de Beauce par courrier ou à la Mairie de Milly-la-Forêt...

Cette nappe phréatique est la plus vaste de France- 20 milliards de m3 d’eau sur 10 000 km2-  irrigue la plus importante région agricole du pays. La nappe phréatique aussi parmi les plus menacées par la pollution, d’après les Agences de l’Eau.
Après 10 ans de travail, un grand Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux - le SAGE de la nappe de Beauce- est proposé pour qu’enfin des règles soient adoptées et des actions engagées pour lutter contre toutes les formes de pollution.

Le SAGE propose des avancées mais encore très insuffisantes. En particulier, il fait l’impasse sur toutes les pollutions d’origine industrielle.
Des pollutions déjà constatées autour de 31 sites industriels, aucune protection des zones de grande vulnérabilité hydrogéologique, et la nappe aujourd’hui menacée par des projets d’extraction de pétrole et gaz de schiste.    



Tous les citoyens, usagers de la nappe de Beauce et tous ceux pour qui l’eau est un  enjeu d’avenir majeur sont invités à s’exprimer dans le cadre de l’enquête publique qui se déroule jusqu’au 9 mars prochain.

Qu'est ce que le SAGE ( Schéma d'Aménagement et de Gestion des Eaux ) ?
Son périmètre a été fixé par arrêté inter préfectoral du 13 janvier 1999. Il concerne le complexe aquifère des calcaires de Beauce et couvre environ 9 750 km2, entre la Seine et la Loire.
On dénombre 87 masses d'eau superficielles et 2 masses d'eau souterraines.
Délimitation (grandes agglomérations) :
Corbeil-Essonnes au NE, Chartres au NO, Chateaudun au SO ,
Orléans au Sud, Montargis à l'Est.
Objectifs du SAGE :
– Gérer quantitativement la ressource
– Assurer durablement la qualité de cette ressource
– Protéger le milieu naturel
– Gérer les risques d'inondation et de ruissellement

Les infiltrations s'opèrent par les eaux de pluie excédentaires, sur les trois saisons : automne, hiver, printemps. En moyenne, le volume récupéré s'élève à 1 milliard
de m3/an. Le volume total stocké est de 20 milliards de m3.


Problématiques locales
Les pollutions agricoles :
– ponctuelles : déjections animales à partir d'installations de stockage
– diffuses : importantes fertilisations – trop élevées par rapport à la surface d'épandage. Mauvaise absorption des fertilisants en raison de contextes climatiques défavorables.
Les prélèvements d'eau :
Durant une année haute, les prélèvements agricoles peuvent atteindre 80 % des prélèvements totaux – industrie, particuliers. En 2005, il existait 4 676 forages
utilisés par les irrigants. En hautes eaux, l'ensemble des prélèvements agricoles peut s'élever à 420 millions de m3.
– Notons que localement à Milly-la-Forêt et environs, la pression des prélèvements en eau souterraine, est inférieure à la moyenne .

Problématiques régionales
Les pollutions industrielles
Le nord du département plus touché par :
– Les rejets industriels directs (121 sites)
– Les sites pollués ou potentiellement pollués (86 sites)
– Les établissements classés SEVESO ( 50sites)

Face à ce triste bilan, le SAGE prévoit que la nappe de Beauce ne devrait pas revenir au bon état chimique de ses eaux avant 2027, c'est-à-dire au niveau maximal de
pollution visé par les Directives européennes de l'eau.

Le SAGE rejoint un sujet hyper sensible que nous surveillons de très près :
- les déchets et leur traitement



- les projets d'exploration et d'exploitation de pétroles de schiste.
L'inquiétude pour les eaux souterraines a motivé les délibérations prises en 2011 par la Région Ile-de-France, l'Essonne et de nombreuses communes. Celles-ci ontdemandé un moratoire sur les projets d'extraction de pétroles et gaz de schiste, tant qu'un débat national n'était pas engagé.
La loi du 13 juillet 2011 a tenté une solution en posant deux principes : l'interdiction de la technique de « fracturation hydraulique », et la création d'une
« commission d'orientation, de suivi et d'évaluation », chargée de guider les décisions des pouvoirs publics.

La loi est inefficace pour ces deux objectifs : elle laisse la porte ouverte à des tests expérimentaux. Il est inacceptable que la nappe de Beauce puisse servir à
des expérimentations.
La loi ne définit pas la fracturation hydraulique. Elle n'introduit pas non plus de distinction entre gisements conventionnels et non conventionnels.
Aucun des projets concernant la nappe de Beauce, ne peut être interprété sans équivoque et alors que les concessions pétrolières en exploitation, les zones en cours de prospection et celles envisagées occupent plus de 2 000 km2 du territoire du SAGE .

Le pétrolier TOTAL a cédé en décembre 2011 ses quatre titres d'exploitation conventionnelle – concessions – en Essonne, au canadien VERMILLON, qui
en était déjà co-opérateur. En 2007, un nouveau puits horizontal a été foré dans le triasique profond sur la concession d'Itteville, et l'arrêté préfectoral de 2008 prévoit des
injections d'eau dans le gisement.
Quatre permis de recherche ont d'ores et déjà été accordés sur le territoire. On sait que plusieurs autres permis ont été demandés par les sociétés
TOREADOR, LUNDIN, REALM BASGAS et CONCORDE qui visent explicitement la prospection d'hydrocarbures non conventionnels.



En conclusion : Le SAGE doit :
- affirmer la nécessité d'un état des lieux et d'une prévention des pollutions industrielles
– prendre en compte la vulnérabilité intrinsèque de la nappe de Beauce
– prescrire des mesures concrètes vis-à-vis de la vulnérabilité de la nappe
– imposer un moratoire sur l'exploration et l'extraction des pétroles schiste.

L'enquête publique se déroule jusqu'au 09 mars et notamment en mairie de Milly-la-Forêt.

Cet article a été rédigé en appui de documents transmis par l'Association de Défense de la Santé et de l'Environnement et de Milly Gâtinais Environnement
www.sage-beauce.fr

Vous  avez la possibilité d’envoyer votre avis par courrier postal à :
Monsieur le Président de la commission d'enquête
SAGE nappe de Beauce
Mairie de Pithiviers
1 place Denis Poisson
BP 706
45 300 PITHIVIERS

Contact presse
ADSE 
Tél./Fax : 01 69 95 31 32
PRESIDENTE Marie-Josèphe MAZURE     Maire de Mérobert 91780     Tél. : 01 64 95 47 01/          Fax : 01 64 95 47 11

SAGE : Modèle délibération collectivités EP : DOC
SAGE : Courrier aux collectivités EP : PDF
SAGE : Dossier de Presse ADSE : PDF
SAGE (Note) : La révision du SAGE nappe de Beauce : 
PDFSAGE (Note Technique) : Protection de la nappe de Beauce vis-à-vis des pollutions industrielles : PDF

NATURE