LA TRIBUNE LIBRE DE BLEAU et Cie est la fusion des 4 précédentes éditions de la TL2B, TL2Bleau...

12 règles de bonnes pratiques en forêt

12 règles de bonnes pratiques en forêt
Relisez la charte ONF
Home » , , , » Quel avenir pour le Parc National des Calanques et les autres PN (épisode 2) ?

Quel avenir pour le Parc National des Calanques et les autres PN (épisode 2) ?

Mis en ligne par TL De Bleau on samedi 22 décembre 2012 | 06:00:00

Dans la série "les PN dans la tourmente", reparlons un peu du PN des Calanques !

Le premier conseil d'administration du parc national des calanques qui devait se réunir dès septembre a eut visiblement beaucoup de mal à se constituer. 

Et en attendant la politique politicienne avait repris ses droits sur la future présidence du parc et pas de chance, les mérous et autres gorgones ne peuvent pas voter. L'arrêté ministériel a été pris le 4 décembre ...

Du côté des élus locaux, le seul enjeu qui a motivé les troupes depuis avril était sa présidence. JC Gaudin avait sa candidate (Danielle Millon), la maire de Cassis. Pas vraiment une grande écolo, elle qui a réussi à faire sortir sa calanque de Port-Miou du coeur de parc ! Eugène Caselli avait lui pour poulain au conseil d'administration du parc, le maire UMP de Ceyreste, André Essayan, commune qui a de refuser de signer la charte de l'aire d'adhésion ! Là où il y a de la gène, y a pas de plaisir.
Bon arrêtons là avec la Real politic marseillaise !

Donc par arrêté ministériel du 04/12, la véritable petite armée mexicaine de 51 membres du CA était enfin nomée : 9 représentants de l'Etat, 12 des collectivités locales, un représentant du personnel, et 38 "personnalités nationales et locales". Si les collectivités ont désigné leurs représentants, la liste des "personnalités locales" (représentants des associations environnementales, sportives, de pêche, de chasse, d'usagers...) est à charge du préfet de région. 

Question budget c'est un peu léger aussi !
Dans notre article sur le PN du Vanoise nous citions le dossier de la FFCAM (LMM n°35 dispo dans notre boîte à outils)). Après son article sur le PNV, il aborde justement la question des Calanques. Et là encore la FFCAM qui a un homme bien implanté dans la place (Bernard Hamel) relève dors et déjà l'insuffisances de moyens ! Si le parc existe bel et bien, ainsi que les règlements qui vont avec, difficile de faire appliquer la réglementation sans moyens ! Les gens continuent - souvent en toute bonne foi - à pêcher et à chasser dans les zones de non prélèvement...

Du coup, lors de l'AG du GIP le 22 novembre dernier, les membres ont rédigé une lettre adressée au 1er Ministre pour demander une rallonge de 1,8 M€ au 2,5 M€ prévus pour 2013. Ils soulignaient  aussi que le nombre de 23 agents permanents sur le terrain est très insuffisant . Et comme on a l'a vu lors des derniers arbitrages que l'écologie n'est "pas une mission prioritaire" du gouvernement, on comprend que la ministre qui en est chargée ne soit pas pressée de recruter la cinquantaine de fonctionnaires prévus pour faire tourner ce parc.

Pour info, d'après les documentations sur les PN :
  • L'ensemble des PN emploi 850 personnes. Le budget 2011 prévoyait une réduction de 19 personnes en 2011, puis 50 personnes entre 2012 et 2014.
  • Budget Port-Cros (2010) : 7,8M€
  • Ecrins : 7,9M€
  • Pyrénées (2009) : 7,7M€
  • Mercantour (2011) : 7,3M€
  • Réunion : 8M€  / 90 personnes
  • Calanques (prévisions 2013) : 2M€  / 30 personnes
D'ailleurs le syndicat SNE a aussi écrit à Madame la Ministre de l'environnement pour lui réclamer d'avantage de moyens pour les parcs nationaux et a lancé une pétition sur le sujet !


"La Révision générale des politiques publiques du gouvernement précédent comme les options prises par le gouvernement actuel sacrifient les services publics. En matière d'environnement, cela veut dire que les grandes ambitions affichées (grenelle, conférence environnementale) ne seront pas mises en œuvre faute de moyens.

Dans les parcs nationaux, cette baisse de moyens conjuguée aux nouvelles missions de développement durable imposent la réorganisation des établissements. Même si elle est acceptable sur le principe, cette transformation se fait parfois brutalement, et avec une finalité en contradiction avec les principes fondateurs des Parcs nationaux.
Pour les personnels des parcs nationaux, l’injonction paradoxale du Ministère est de plus en plus insoutenable : comment faire toujours plus avec moins de moyens humains et financiers ?

Dans chaque parc les conflits internes se multiplient, et les rapports avec les populations locales se tendent : Vanoise, Mercantour, Cévennes, Calanques, Réunion, les exemples ne manquent pas et tout porte à croire que les choses ne vont pas en rester là.
C’est pourquoi en signant cette pétition, je soutiens les actions entreprises dans les parcs nationaux par les personnels :

- pour conserver le niveau de protection et de conservation de l’environnement reconnu à ce jour par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN),
- pour conserver la légitimité acquise par ces établissements publics en matière de protection de l’environnement,
- pour rétablir un dialogue social normal entre personnels et administration,
- pour apaiser les relations avec nos partenaires locaux."

Bref, le PN peri-urbain est peut être déjà une espèce en voie de disparition !
Quant à Jean Lassalle, le député pyrénéens, grand connaisseur des PN et Président du Collectif des Racines et des Hommes, voici ce qu'il écrit au sujet des parcs et de la loi de 2006.



"Les problématiques -soit disant- environnementales impactent considérablement la sphère politique, économique, financière, agricole et sociale, de telle sorte que la protection de la nature et de la biodiversité sont devenues un enjeu mondial largement partagé par la société civile.
En 1992 lors du sommet mondial de la Terre de Rio, la Communauté Économique Européenne (CEE), et par voie de conséquence la France, se sont engagées à financer et à organiser la conservation de la « biodiversité biologique ». La politique de sauvegarde de l'environnement adoptée par la CEE a été très largement dictée par des lobbies en apparence très engagés dans la protection de la Nature mais qui se révèlent être tout aussi souvent le bras armé des sociétés les plus polluantes d'Europe et de la planéte.
Par ailleurs, l'Union Européenne s'est constituée depuis une vingtaine d'années dans un esprit « copié-collé » des Etats-Unis. Or l'Europe n'est pas l'Amérique. Loin s'en faut. Elle a établi le principe « d'euro-compatibilité ». Un principe par ailleurs mal assumé par les les Etats membres, bien que certains, dont la France, en aient été largement à l'origine.
S'agissant de la protection de la nature l'UE a instauré Natura 2000 à partir de la directive « Oiseaux » et « Habitats » sans la moindre consultation des peuples concernés, et par conséquent sans leur assentiment .
Ces directives traduites en droit français par ordonnance Présidentielle n'ont jamais donné lieu au moindre débat public.

Malgré ce manque de légitimité flagrant, l'intelligentzia maniant « tantôt la carotte, tantôt le baton » les a imposé sur une très grande partie de notre territoire.
La France qui n'a pas voulu être en reste a considérablement durci et étendu sa politique sur les Parcs Nationaux par sa loi de 2006 et le décret qui s'en est suivi.

Cette politique de gestion des territoires ne peut pas, bien entendu, convenir à la France. La France n'est pas l'Ohio ! Et que dire de la Grèce et de la Rome antiques, sans parler de l'éternelle Espagne. La France ne dispose pas des immenses superficies américaines d'où l'homme est relativement absent. La France ne pourra jamais geler 1 million d'hectares juste à côté d'une mine d'or, de nickel ou d'un puis de pétrole à ciel ouvert, comme c'est le cas aux Etats-Unis .
La France est héritière de principes séculaires qui lui sont propres et qui ont bâti sa singularité.
L'un de ces principes est la gestion du « bien commun ». Une gestion librement partagé par et pour tous. L'homme le plus proche du « bien commun » à gérer et à respecter le fait dans l'esprit du principe de subsidiarité. Il assume cette responsabilité en son nom, au nom de la France, au nom de l'Humanité. Il d'être un acteur de premier rang. Grâce à cette organisation, la France a trouvé le moyen de faire entretenir ses territoires par des bénévoles qui la respecte.
Le second principe inhérent à la culture politique française est « l'Etat de droit ». Il garantit l'équilibre et l'égalité des chances par la République. Il assure la tranquillité, conscientise et responsabilise ses citoyens en garantissant à tous les mêmes droits et devoirs. Parmi ces droits et devoirs, le droit à l'éducation, le droit de propriété, la liberté d'entreprendre, le droit de se déplacer et l'engagment formel et librement consentie de la prise en charge du « bien commun ».

Aujourd'hui, l'Etat est malade. J'en veux pour preuve l'instauration des zones Natura 2000 et des PN qui constituent une négation de la culture et du droit français. Désormais, les Hommes ne sont plus libres d'entretenir leurs territoires comme ils l'ont fait pendant des générations avec tant de fierté et d'amour. Des pans entiers de France sont en train d'être transformés en « réserve d'Indiens » sans Indien.
Natura 2000 et les PN constituent une escroquerie intellectuelle. On donne le sentiment de surprotéger ce qui l'est déjà pour couvrir les griffes du monstre spéculatif qui détruit tout ce qu'il touche.

Le Collectif National des Racines et des Hommes dénonce cette imposture. Il s'insurge contre cette politique de gestion des territoires anti-démocratique et cinique qui a réussi à prendre en otage une opinion publique déboussolée. Dès lors, il devient impossible de remettre en cause, à quelque niveau que se soit, Natura 2000 ou les PN sans être accusé d'être des « destructeurs de la nature ».

Il s'agit là d'une mystification de grande envergure
Jean LASSALLE


Share this article :

2 commentaires :

  1. concernant le parc des calanques il a été crée non pas pour les proteger mais pour valoriser ses createurs qui voyait en lui un tremplin politique sauf que les habitants se sont mobilisés contre et que l 'egout central de marseille s 'y jette en plein milieux, ce qui est contraire au reglement. D ailleurs le conseil d 'etat doit emettre son point de vue au mois de mars. simplement pour info

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. le Parc des Calanques ....Cela n'est que POLITIQUE !
      Mais maintenant MNE DELPHINE BATHO nous aide ! Avec les euros-députés :M RIVASI et José Bové chargés de faire arréter les rejets en MER des BOUES ROUGES !en plein coeur de Parc a Cassis en 2013 et non 2015 ;;;et pour info il y en a aussi a ciel ouvert dans la décharge du MENTAURE a la CIOTAT !!
      Alors oui avec les verts nous avons crée un Collectif de défense ...
      Comme quoi les opposants au PNC protègent eux aussi la NATURE .
      Béatrice de Crozet/Porte-Parole CNRH /Présidente du Comité Ecologique de la Ciotat

      Supprimer

Merci d'avance pour vos encouragements, commentaires, informations, témoignages ou critiques. En cas de difficultés, jetez un oeil à la page FAQ ou adressez-nous un mail.

Nombre total de pages vues

Rechercher dans ce blog

Translate

Rejoignez les 1000 fans de la TL2B

Rejoignez les 1000 fans de la TL2B
Pour encore + de news + d'échanges + de rapidité
 
Support : Auteur photographe : Greg Clouzeau | Fontainebleau Histoire (NOUVEAU !) | Devis sur demande
Proudly powered by Blogger
Copyright © 2011. Tribune Libre de Bleau et Cie - All Rights Reserved
Template Design by MASKOLIS Published by Mas Template Johny Template