Chantier

Sur les chemins

Escalade

Matos

2011-09-18



Bonjour,
Au moins 7 dossiers d'ouverture d'installations de stockage de déchets inertes (issus du BTP) sont à l'étude en Seine-et-Marne !

Ces gravas qui servent parfois à remblayer d'anciennes carrières ou des zones humides contiennent aussi des produits toxiques comme l'amiante. Ce sont des déchets d’amiante associé à des matériaux non friables, comme l’amiante-ciment qui reste la principale utilisation d’amiante (95 % de l’amiante utilisé en France). Ces déchets d'amiante lié à des matériaux inertes peuvent être admis dans des installations de stockage pour gravats et déchets inertes du BTP (circulaire du 22.02.2005).
Plusieurs sites séléctionné présentent un risque de polution de l'eau par infiltration et notamment celui de La chapelle la Reine. Diverses associations dont Nature Environnement 77 ont interpelléles services de l'Etat (Préfecture) pour demander que soient prises des mesures complémentaires améliorant la protection de l'environnement et en particulier de l'eau. Voir le courrier adressé à la DDT 

L'arrêté préfectoral autorisant la nouvelle décharge qui recevra des déchets d'amiante lié sur la commune de la Chapelle-La-Reine imposera des mesures complémentaires à l'exploitant.

Rappelons ici que si cet été, les médias ont beaucoup parlé de la décharge de Limeil-Brevannes (94), celle-ci n'est, hélas, pas un cas isolé. Dans un communiqué de presse, France Nature Environnement, FNE, dénonce les décharges illégales, qui fonctionnent parfois depuis des années.
Extrait :
"L’évacuation médiatisée d’une montagne de déchets à Limeil-Brévannes (94) braque les projecteurs sur un cas de stockage illégal de déchets. France Nature Environnement et deux de ses associations membres, Ile-de-France Environnement et FNE Midi-Pyrénées dénoncent l’existence de dizaines d’autres sites illégaux, qui mettent en danger la santé des riverains, la qualité de l’eau, de l’air et des sols." On y parle de sites en Seine-et-Marne : "La société BMR a déposé une demande d’autorisation en 2010 pour exploiter une plateforme de traitement de déchets végétaux à Villeparisis (77). En réalité, elle réceptionne des déchets non dangereux et non inertes (bois, cartons, plastiques ferraille) sans autorisation et sans aucun encadrement en matière de protection des sols et des eaux. Toujours à Villeparisis, la société Paté SAS a reçu une autorisation en 2000 pour exploiter une station de transit de verres alors qu’elle reçoit notamment des verres de tubes cathodiques de téléviseurs, qui sont des déchets dangereux."


Pour Michel Riottot, président d'Ile-de-France Environnement :

« Ce sont les départements de la grande couronne francilienne qui servent d'exutoire aux déchets industriels et commerciaux puis aux déchets ménagers dans les centres d'enfouissements. Rien qu'en Seine-et-Marne, sept nouvelles demandes de zones d'enfouissement viennent d'être déposées auprès de la préfecture de Melun. Réduction, réutilisation et recyclage doivent être la priorité des priorités en matière de gestion des déchets alors que l'enfouissement ou l’incinération est la solution de facilité et une manne financière pour les entreprises spécialisées. »
Lire le texte complet du communiqué de FNE


Pensez aussi que la Forêt de Fontainebleau reste elle aussi une vaste décharge !


J'ai évoqué il y a peu les problèmes liés aux déchets de la prostitution (notamment Bas Cuvier et Franchard ou le long de la route Ronde et des ex-nationales).

Je n'oublie pas vos déchets, ceux des visiteurs, locaux ou pas, ces ignobles cartes de visite que sont PQ, restes de repas et couches sales...



Il y a aussi ces aménagements faits et abandonnés par des chasseurs (cabanes de chasse, mangeoires...).

Il y a tout ceux liés à la présence d'anciennes propriétés privées ou sites industriels que les bénévoles participant "aux clean up days" oragnisés notamment par le Cosiroc ne peuvent pas toujours retirer.

Enfin, il y a les restes des décharges à ciel où l'ONF a pendant des années jetait vos déchets, ceux que les camions retiraient des poubelles des parking ! Quand je dis ou écris celà, j'ai souvent des remarques de gens qui ne me crois pas...
Photo prise au Viaduc des Fauvettes

En effet, au début des années 90, pour le ramassage des 6 000 m3 d'ordures en forêt, l'office déboursait près de 150 000 euros par an ! Deux camions tournaient toute l'année pour vider les 900 corbeilles... Jusqu'en 1995 environs, les poubelles étaient ramassées au moins une fois par semaine par le service forestier qui s'empressait de les entasser dans cinq décharges à ciel ouvert en pleine forêt pour minimiser les coûts de transport et les frais de mise en décharge !


En effet, il existe plus d'une quinzaine de gros dépôt d'ordures à Bleau (sans parler des satélites de l'Essonne). Exemples :
- Parcelle 147, décharge du Montoir de Recloses, en bordure de l'ex N7 et de la route du Rossignol,
- Parcelle 742, décharge de la plaine de Macherin, du côté de la route Marie Thérèse et du TMF,
- Parcelle 212, décharge des Vieux Rayons dans la zone clôturée non loin du carrefour des Vieux Rayons,
- Parcelle 158, le site de l'ancienne scierie du Rer de la Combe et plus loin Route du Gite le long de la N152,
- Parcelle 753, dépôt d'ordures le long de la D409 et du chemin de bornage
- Parcelle 646, dépôt d'ordures rte forestière de la Haute borne, en face de la Mare aux couleuvreux,
- Parcelle 330, dépôt d'ordures non loin de la maison forestière de Courbuisson,
- Parcelle 134 vers le Mont morillon le long de la Rte d'Achère à Fontainebleau et de la N152,
- Parcelle 304, décharge de la Queue de fontaine,
- Parcelle 684, décharge de la Mare aux fourmis

Ajoutez le dépôt de l'ancien Polygone de tirs de Franchard en descendant depuis le Carrefour de l'Occident, celui qui se trouve au croisement de la N7 et de la Route Ronde le long de la Rte de Barbizon à fontainebleau...


Un autre que moi peut facilement témoinger de leur présence... Le naturaliste Jean Poule de Bleau a publié d'extraordinaires photos de ces décharges... et un billet plein d'humour sur ce PN au mille déchets

Bonne grimpe


Mise à jour du 27/09/2011

Dans un article paru sur le site du CNIID, Centre National d'Information Indépendante sur les Déchets, qui pointe les 7 nouvelles demandes de décharges de déchets dits inertes, la Seine et Marne est clairement identifiée comme la grande poubelle de l'île de France.
Avec ces nouvelles implantations, le département comptera 19 décharges d'inertes et 9 carrières qui reçoivent également ce type de déchets.
Il faut rappeler que plus des 2/3 des déchets enfouis, incinérés ou traités dans notre département proviennent d'ailleurs.

Une solidarité de plus en plus mal perçue, consommatrice d'espaces naturels et agricoles, source de nuisances et de pollution. La Brie compte pourtant parmi les meilleures terres agricoles de France. 
Lire l'article du CNIID: http://www.cniid.org/article282,282


Bonjour,

juste un petit rappel

L'association de Défense Contre les Nuisances Aériennes organise une grande marche à Paris pour protester contre les nuisances causées par les vols de nuit qui sont de plus en plus nombreux.

Jusqu'à 160 survols là où l'Aéroport londonien, le plus gros et important d'Europe (en trafic) n'en autorise qu'une dizaine de 22h à 6 h !contact@advocnar


Rendez-vous le 24 septembre à 10 h au Trocadéro (Paris).

Signalez votre présence pour une meilleure organisation à:

Vous trouverez aussi sur notre site un article consacré à la modification des couloirs aériens et l'appel lancé par l'ensemble des élus franciliens.
Suite à un problème technique, voici l'article d'hier avec les illustrations ! Je laisse en place l'ancien car plusieurs sites l'ont référencé et  je ne voudrai pas que leur internautes arrivent sur une page vide...

Bonjour,

Il y a des jours où allumer son ordinateur, c’est courir le risque d’avoir une crise cardiaque ou de s’étouffer!

Ce matin, je reçois une invitation à participer à un débat public concernant, tenez vous bien, la construction d’une nouvelle ligne de TGV au départ de Paris vers le sud est ! Qui dit départ de Paris dit, traversée de l’Ile-de-France et vers le sud est, c’est forcément par l’Essonne ou la Seine et Marne !

Depuis des mois, on nous parle de développement du PNR du Gâtinais français, de projet de PN à Fontainebleau, de sauvegarde de l’environnement, d’enjeux pour la protection de la biodiversité… donc là, je ne comprends pas.
Donc, ni une ni deux, je me connecte sur le site lié au projet :
http://www.debatpublic-lgv-pocl.org/

Projet de ligne TGV Paris Orléans Clermont-Ferrand Lyon (POCL)
Mise à jour du 08/12/2011
Bonjour,
la suite arrive donc n'hésitez pas à aller sur la page d'accueil pour suivre les mises à jour...






Michel Gaillard, Président de la CPDP (Commission Particulière du Débat Public) LGV POCL nous y accueille avec un édito qui donne le ton, le débat risque en effet d’être houleux autour des 4 scenarios de ligne proposée :« Durant les quatre mois du débat (3 octobre 2011 au 31 janvier 2012), chaque personne intéressée pourra, sur la base du projet présenté par Réseau Ferré de France, débattre de son opportunité, de ses hypothèses de passage et des conséquences de sa mise en œuvre.(…)
Nous souhaitons que le débat public soit actif mais qu'il se déroule dans la sérénité et qu'il soit, finalement, constructif.

Pour les membres de la, débattre, c'est d'abord s'informer, se documenter et exprimer, ensuite, son point de vue, soit dans le cadre des réunions publiques, soit en intervenant auprès du siège de la Commission, en écrivant, en téléphonant, ou en utilisant son site Internet.(…)

Le débat, quant à lui, ne se nourrit pas d'incivilités ou de violences verbales, la sérénité, la courtoisie, le respect d'autrui n'interdisent pas l'expression de points de vue divers et variés, l'important étant la production de réflexions et de suggestions utiles au Maître d'Ouvrage pour la maturation de son projet.
(...)"

J’ai donc ensuite téléchargé les documents (des centaines de pages à lire, donc cela va être long à analyser), consulté quelques cartes et fait quelques recherches par mots clefs qui se résument comme ceci :
Les 4 tracés proposés  d'après le site internet consacré au débat public




Voici quelques extraits de ce que l’on peut lire sur le site consacré au débat :


« Parmi les enjeux liés au milieu humain, les principaux concernent :


- l’Ile-de-France. Les quatre scénarios présentent une situation similaire.


(…)


- la traversée de sites inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO. Les quatre scénarios concernent le site du gâtinais en région parisienne. Les scénarios Ouest-Sud et Ouest impliquent également la traversée du site du Val de Loire entre Sully-sur-Loire et Chalonnes ;


- la traversée de vignobles d’appellation d’origine contrôlée. Les quatre scénarios présentent des effets potentiels similaires situés au niveau des vignobles proches de l’agglomération lyonnaise.


(…)
- la variante Mâcon concerne la zone humide des étangs de la Dombes, particulièrement sensible ;Le milieu naturel : préserver la biodiversitéLes options de passage ont été dessinées en évitant autant que possible les zones à forte concentration d’enjeux ; cependant elles incluent encore des zones naturelles sensibles. Des enjeux importants persistent notamment :


- pour tous les scénarios, au niveau du parc naturel régional du gâtinais français et du Val d’Allier ;- pour les scénarios Ouest-Sud et Ouest, dans la traversée du massif forestier de la Sologne, plus grande zone Natura 2000 d’Europe, de la vallée de la Loire et de la réserve naturelle de Saint-Mesmin;- pour la variante Mâcon, au niveau des milieux d’intérêt communautaire du bassin de la Grosne et du Clunysois et des milieux humides de la Dombes.
En résumé :

- la variante Mâcon, présente un niveau d’enjeux environnementaux supérieur à la variante Roanne.

- les scénarios Ouest-Sud et Ouest présentent un risque d’impact plus élevé sur les enjeux liés au milieu naturel, liés notamment à la traversée de la Sologne

- les scénarios Ouest et Ouest-Sud sont plus pénalisants sur le milieu humain, du fait du passage à proximité d’Orléans et du site Unesco du Val de Loire entre Sully sur Loire et Chalonnes. »(...)

Exemple des nuisances et impacts (ici le tracé Median)
Il y a une carte par trajet et tous comportent des zones problématiques
source pdf du site consacré au débats


« Les enjeux spécifiques




A l’approche de l’Ile-de-France, le projet POCL doit faire face à de multiples enjeux :


Ferroviaires :


- enjeux d’articulation des circulations utilisant la LGV POCL avec les trafics existants (capacité et régularité) et de raccordement de la LGV au réseau existant, notamment avec les circulations TAGV, RER, Transilien, TER et fret. Ces enjeux concernent notamment la ligne classique existante Paris - Lyon – Marseille entre Paris et Melun et la ligne Paris – Orléans entre Paris et Brétigny, ainsi que la LGV Paris-Lyon ;


- enjeux de raccordement au réseau à grande vitesse vers le Nord, l’Est et l’Ouest, ainsi qu’avec les gares franciliennes d’interconnexion (Roissy, Marne-La-Vallée, Massy, future gare d’Orly…) ;


- enjeux d’accès aux gares terminus, en fonction de leur capacité d’accueil des trains et des voyageurs supplémentaires.


Environnementaux :- enjeux d’insertion dans le tissu urbain, dense à l’approche de Paris (habitat, bruit, foncier...) ;


- enjeux naturels, avec la présence, en zone sud de l’Ile-de-France, d’espaces naturels de qualité bénéficiant de protections réglementaires élevées (massif de Fontainebleau, vallée de la Seine, gâtinais français, forêt de Sénart).Territoriaux :


- enjeux d’aménagement du territoire sud-francilien, en facilitant l’accès à la grande vitesse des habitants de l’Essonne, de la Seine-et-Marne et du Val-de-Marne, déjà traversés par de nombreuses infrastructures dédiées à des flux nationaux, mais mal desservis.


L’arrivée des LGV en Ile-de-France


- la LGV Paris – Lyon (qui aboutit Gare de Lyon) s’est branchée dans un premier temps à Combs la Ville / Lieusaint, à 29 km de Paris, pour se rapprocher dans un deuxième temps jusqu’à Créteil, à 9 km de Paris, à l’occasion de la création de l’Interconnexion Est. Ce rapprochement se justifiait pour des raisons de capacité et de gain de temps de parcours ;


- la LGV Atlantique a profité de l’existence de la trouée d’une ancienne ligne pour se brancher dès la sortie de la gare de Paris-Montparnasse ;


- la LGV Nord (qui arrive Gare du Nord) s’est branchée à Gonesse, à 16 km de Paris, avec la mise à 220 km/h et à 3 voies de la section Gonesse - Pierrefitte sur 6 km,


- la LGV Est (qui arrive Gare de l’Est) s’est branchée à Vaires, à 19 km de Paris, avec d’importants aménagements entre Paris et Vaires. »


Bien entendu cette nouvelle ligne s’accompagne de grosses perturbations dans la vie quotidienne des Franciliens du sud. Le schéma directeur du RER C est revu pour cela et les dessertes de la future ligne de TGV sont à l’étude !


La zone impactée par les liaison à faire avec la nouvelle ligne TGV
Réunion d'information sur Projet de ligne TGV Paris Orléans Clermont-Ferrand Lyon (POCL)

Mercredi 19 octobre à 19h à la salle Jean-Jacques Robert à Mennecy

Pour tout savoir sur l'état actuel du projet et la mise en place du débat public

__________________________________________________________________
AUJOURD'HUI 21 septembre
Conférence-débat “Urbanisme durable dans le Gâtinais français”

Le Parc naturel régional du Gâtinais français organise une conférence débat sur le thème :

“Quel modèle d’urbanisation pour les années à venir dans le Parc ?”

Mercredi 21 septembre 2011 à 18h30 à la salle des fêtes de Milly-la-Forêt

Rappel de la démarche d’urbanisme durable : présentation de guide pratique du Parc
Tables rondes avec les 4 communes du Parc qui ont expérimenté l’urbanisme durable
Echanges avec le public

Venez partager vos expériences, témoigner, échanger, etc.
Cette conférence sera suivie d’un verre de l’amitié autour de produits locaux.

Entrée libre

(Renseignements sur le site internet de Milly la Forêt)

NATURE