Chantier

Sur les chemins

Escalade

Matos

2011-05-29

Bonjour,

certains me demandent "où en est le projet de Parce National en Forêt de Fontainebleau" quand ils me croisent en forêt ? Invariablement je réponds, dans un carton au Ministère dans la pile avec les sept autres projets en cours !

Vous le savez si vous lisez ce blog et le site http://www.sauvegarde-fontainebleau.wifeo.com/, le classement en PN des Calanques de Marseille n'a toujours pas abouti (et pour cause, même le CNPN a donné un avis défavorable à la version 2 du projet), les résistances s'organisent face aux différents projets qui sortent ici et là, et les crédits du Ministère se font de plus en plus restreints ce qui l'oblige à ne soutenir que des projets ayant une chance d'aboutir !


In Guide Loiseau de 1935

Je profite de l'occasion pour vous rappeler la position de l'AAFF, une des plus vieilles et sérieuses associations de sauvegarde de la forêt, tel qu'elle apparaît dans le numéro d'avril 2011 de "La feuille verte" (accessible même au non adhérents sur leur site)



I - LES AFF et LA FORÊT

Parc national

"Les premières réactions au rapport du Comité de pilotage transmis au ministère de l’Écologie confirment les réserves exprimées par notre association et la quasi-totalité des associations d’usagers à l’égard d’un projet qui ne paraît ni utile, ni opportun, ni même possible.

Pour sa part, M. Hervé Gaymard, président de l’Office national des forêts, dans la lettre qu’il a adressée à notre président, souligne que l’éventuelle création d’un parc national en forêt de Fontainebleau « serait assurément très complexe, à l’évidence bien davantage que ne le laisse supposer le rapport du Comité de pilotage ». Il ajoute que cela nécessiterait sans aucun doute « le recours à des mesures nouvelles de protection et d’organisation de la fréquentation ».

Le ministre de l’Agriculture, M. Bruno Le Maire
, après avoir relevé le haut degré de protection dont bénéficie le Massif, note dans la lettre qu’il a adressée à notre président le 11 mars dernier que « la fragmentation du massif forestier par des axes de circulation à forte fréquentation ainsi que la situation périurbaine de ce site posent la question de la possibilité de l’amélioration de la gouvernance globale de la forêt ».

Le communiqué publié par le ministère de l’Écologie le 27 janvier
dernier, après l’entretien de la ministre Mme Kosciusko-Morizet avec M. Frédéric Valletoux, souligne que « le site cumule les protections et les reconnaissances » mais note également « la fragmentation du Massif par les axes routiers et ferroviaires et une forte fréquentation par de nombreux utilisateurs ».

La Commission consultative scientifique et des usagers de la forêt, qui a eu lieu le 25 janvier, a évoqué également les questions posées par l’éventuelle création d’un tel parc national. Elle a constaté en particulier que la possibilité d’assurer une continuité écologique, indispensable à la création du parc, n’était pas réaliste, compte tenu du coût qu’une telle opération exigerait, en raison notamment des travaux d’aménagement routier nécessaires. Les problèmes ainsi soulevés – complexité du dossier, importance des contraintes à prévoir, coût des travaux d’aménagement – confirment les positions prises par notre Association pendant les travaux du Comité de pilotage. En outre, des contacts pris avec le ministère de l’Écologie il ressort que ce projet n’est pas prioritaire, le parc national en pays de plaine prévu par le Grenelle de l’environnement ayant été d’ores et déjà localisé entre Champagne et Bourgogne et en cours de mise en place. Les perspectives budgétaires difficiles qui touchent tant le budget de l’État que celui des collectivités locales rendent encore plus problématique la création d’un parc national à Fontainebleau.


Dans ces conditions, on peut s’interroger sur l’opportunité de réunir un « GIP études » pour poursuivre la réflexion.

Cependant, si un tel groupe devait être créé, avec la participation des services de l’État, les Amis de la Forêt seraient prêts à y prendre part, étant entendu comme le souligne le communiqué, précédemment évoqué, que le statut final ne devrait pas être préjugé et que toutes les options possibles seraient étudiées, « parc national, grand site de France, patrimoine mondial de l’UNESCO » de même que l’amélioration du statut actuel de protection dont le caractère satisfaisant a été relevé par tous les ministres concernés."



Voilà qui me conforte dans l'idée que l'on est pas prêt d'arriver au bout ce classement avant encore dix à quinze ans ! D'ici là, souhaitons qu'enfin l'Etat prenne ses responsabilités en réduisant son agressive exploitation agricole et en donnant d'avantage de moyens à la sauvegarde et la surveillance de notre patrimoine forestier.

Inutile de dépenser des fortunes dans les études d'un GIP. Inutile de dépenser des millions d'euros pour soutenir le réseau des Parcs Nationaux de France dont les comptes viennent, une nouvelle fois d'être épinglés par la Cour des Comptes !


Depuis la grande polémique de 1998 sur le même sujet, la mise en place par la Préfecture de la Commission consultative scientifique et des usagers de la Forêt (à laquelle participe justement les AFF et le Cosiroc) nous permet, usagers et sportifs, de faire entendre notre voix aux côtés des naturalistes, pour obtenir une gestion plus respectueuse de notre forêt. Cela fonctionne plutôt bien même si les lenteurs administratives (notamment en ce qui concerne la sécurité et le stationnement) sont un "lourdes".

Parmi les menaces de mise sous cloche de notre forêt, celle que fait peser le réseau Natura 2000 est donc la plus importante. Pour ce qui est de Natura 2000, bien qu'un petit groupe de sylviculteurs des Landes en ait fait voler en éclat les bases juridiques, la France est tenue de renforcer les mesures de protection dans les sites retenus, afin de satisfaire aux exigences de la Cour de justice européenne. Rappelons que l'ensemble du massif de Fontainebleau est entièrement classé Natura 2000. 
Les DOCOB pour Fontainebleau sont maintenant consultables (plusieurs centaines de pages dont vous trouverez les renseignement sur mon site) et donc tout projet ou manifestation susceptible d'avoir un impact sur un site classé au titre de Natura 2000 doit désormais faire l'objet d'une étude ! Fédérations, Associations, clubs, vous savez maintenant ce qu'ils vous restent à faire pour organiser vos prochaines sorties et rencontre à Bleau !

Quant aux réserves biologiques, la liste a un peu évolué. Tous les documents de gestion ont été finalisés et sont actuellement en cours d’examen au niveau du Conseil national de la protection de la nature (CNPN).

Notez que même les AFF ont rappelé leur opposition à l’extension des RBI qui atteignent déjà 1 065 hectares dans la forêt domaniale. L’ONF a confirmé lors de la réunion de la CCSUF de janvier 2011qu’aucune extension n’était prévue d’ici 2015. Ouf !

Bonjour,

une petite balade sur le forum de bleau.info m'a conduit à lire le commentaire suivant :

"dimanche dernier 22 mai, petite balade en famille sur la crête de cornebiche et rocher de Milly (une merveille!). Vers 11h, à mi pente du rocher de milly juste après avoir croisé le TMF (route du liteau) nous découvrons une petite plateforme de bivouac avec un petit foyer aménagé ( je ne connais pas trop les blocs de ce secteur ils ne sont pas de mon niveau, d’après le topo on ne doit pas être loin d'Exquise esquisse). Foyer propre et éteint, par contre juste à côté sur 2 m le sol est noirci et ... ça fume !! Nous passons 1 heure a dégager la zone, creuser la sorte de tourbe sur une profondeur de 20 ou 30 cm éteindre la moindre petite fumerolle etc... quand nous partons plus rien ne fume . Super!!



 Sauf que mardi soir, le 24 donc, j'apprend que le rocher de Milly a brûlé!! Que dire?? : soit l'origine du feu est complètement différend du petit foyer que nous avons éteint et il n'y a pas de rapport (ouf....) soit, malgré tout nos efforts et 3 jours (au moins) après que des connards ( que dire d'autre ?) allument ce feu ( peut être tout simplement un camping gaz d’ailleurs puisque le foyer est propre) les braises ont continué de couver et par déclencher le feu.

Ce qui est sur c'est que dorénavant à la moindre petite fumée j'alerte les pompiers pour qu'ils assurent la surveillance de la zone ('en ont t'ils les moyens?)
Pour les malades à l'origine du feu a mon avis 2 solutions possibles: soit des randonneurs puisque le TMF ne passe pas loin ? soit ( et je penche plutôt vers ça ) des grimpeurs capable de faire du 7 ou du 8, vue la zone du bivouac et les circuits faciles étant pus loin et avec des endroits de bivouac differents.

En bref et c'est la mauvaise nouvelle du jour, une des plus belles crêtes de bleau a sans doute énormément souffert et ça me désespère. "
Donc: PAS DE FEU.
Que dire de plus, sinon partager l'amertume de ce grimpeur !


au Coquibus l'été dernier (photo de courtoisie)

Je suis pas allé voir. Si c'est le même feu, cela n'aurait rien de surprenant, un feu de tourbe qui couve 3 jours, c'est la durée "syndicale" avant que ça reparte; Ca peut même reprendre plus vite avec un peu de vent.

Rappel de la conduite à tenir en cas de feu couvant :
1°) prévenir les pompiers en donnant les coordonnées GPS du coin ; (les téléphones portables passent assez bien mais pas partout et beaucoup offre un service de géolocalisation. Au pire, se référer au n° de parcelle forestière et nom de chemin figurant sur la carte IGN top 25 n°2417 OT)

2°) prévenir absolument la permanence de l'ONF en lui demandant instamment qu'elle prévienne le forestier responsable du coin qui pourra passer vérifier la situation dans les jours qui suivent. Je vais vous chercher le n°...

3°) Si possible, guider les pompiers.

En cas de départ de feu (flamme), la conduite sera la même. Vous pouvez essayer de l'éteindre dans les premières minutes avec des branches, du sable, ou de l'eau mais s'il a vraiment démarré, ne prennez pas de risque ! Avec du vent et la sécheresse actuelle, un feu peu devir très violent en quelques minutes ! Donc évacuation dans le calme et organisation des secours.
Une remarque : le traitement des feux de forêt à Fontainebleau par le 18 depuis quelques années a conduit à un allongement du délais d'intervention et une légère diminution de l'efficacité des secours (dixit un forestier de l'ONF à la suite d'un petit incendie dans les 3 PI récemment ; peut être le même d'ailleurs).



Le Massacre de la Forêt de Fontainebleau par les forestiers se poursuit...

Les coupes réalisées en foret de Fontainebleau ont toujours été un sujet très sensible. Je ne suis pas sylviculteur et loin d’être un spécialiste mais il est évident que parmi toutes les méthodes utilisées, " la coupe à blanc étoc "est la pire de toutes. Elle est critiquée par de nombreuses associations locales (ANVL, AAFF…) qui ont obtenu à plusieurs reprises leur suspension par l’ONF notamment à la fin des années 80. Des méthodes plus douces et des engagements avait été pris par le gestionnaire qu’il a respecté jusqu’au milieu des années 90.

La fin des années 90 a été marquée par de vives polémiques autour de la création d’un Parc National à Fontainebleau notamment quand un petit groupe d’éco guerriers s’est attaqués aux engins de coupe des bucherons. Ils avaient au moins réussi à faire ralentir, une nouvelle fois, les grandes coupes rases de plusieurs hectares.

 

Après une dizaine d’années de tranquillité, on constate depuis 2007, la reprise par l’office de cette ignoble méthode de sylviculture. Pire, ces grandes coupes s’accélèrent et les surfaces traitées sont de plus en plus importantes !

Mare aux Cerfs, 1999.




Outre l’aspect esthétique désastreux, le principal problème avec cette méthode réside dans la mise à nu des sols parfois sur plus de 10 hectares consécutifs ! Les sols s’y assèchent brutalement en détruisant la flore qui aurait été épargné par les roues des tracteurs... Pire, le vent y accélère plus facilement et les eaux y ruissellent fortement limitant la réhydratation du sol et le remplissage d’une nappe phréatique mise à mal depuis 2007. La faune (des insectes aux grands cervidés) perd aussi son habitat et souvent des couloirs de circulation, vous savez, les fameuse trames vertes et bleu que nous promet le ministère du développement durable !

Parlons un peu du volume pour avoir une vision globale des coupe. Dans le Document d’Objectif de Natura 2000 (DOCOB dont je reparlerai bientôt), la production moyenne de la forêt de Fontainebleau est estimée à 3.70m3/ha par an. C’est assez faible me dit on mais normal vu la pauvreté et l’acidité des sols. Sur les 17 000 ha de la domaniale, 9 903 sont classés en « série de gestion sylvicole patrimoniale ». C’est là que doivent se faire les coupes. Avec 3.7 m3/ les coupes devraient donc atteindre un volume de totale de 36 600 m3 ha annuel.

Mais que constate t’on ?


Près de 60 000 m3 prélevés en 2008 et 2009 et actuellement on tourne sur près de 85 000 m3 ! Ca fait un peu gros comme rattrapage ! Cela signifie aussi que l’exploitation s’exerce dans les « séries paysagères et d’accueil du public » qui n’en porteront plus que le nom pour certaines vu leur mocheté !Cette hausse est justifiée par les gestionnaires par l’état de dépérissement de certaines espèces d’arbres notamment les chênes pédonculés et les hêtres lié la sécheresse. C’est peut être vrai mais dans les fait, la coupe à blanc ne sélectionnent pas les arbres, elle rase entièrement le terrain, arbres sains compris !


Effet de "rattrapage" m’a-t-on dit à l’ONF. Il est vrai que la grève discrète des forestiers qui ont suspendu la transmission des PV de martelage à leur hiérarchie a fait prendre du retard… Mais si l’Etat voulait bien se donner les moyens d’entretenir ses forêt en bon père de famille, on n’en serait pas là. Que voulez-vous, les coupes sont réalisés par des bucherons « polonais » venus gagner de l’argent dans des forêts qui ne sont pas les leurs. Il n’y ont aucune attache !

Une forêt s’apprécie certes sur les siècles. Je sais bien que les paysages que nous observons à Bleau ne sont plus du tout les mêmes qu’à la fin du XIXe. Je regretterai presque parfois l’enrésinement des Gorges de Franchard et d’Apremont qui devaient être très impressionnantes en « montagnes pelées ». J'ai bien écrit "presque".
L’âge d’exploitabilité du chêne a été fixé à 220 ans et 180 ans pour les hêtres dans le plan d’aménagement sylvicole de la forêt mais visiblement, il s’agit d’un âge théorique, car sur le bord des allées bien des fûts ont moins de 100 ans.

Les voix commencent à s’élever, timidement, contre ce massacre. Fatalisme, résignation ou petits arrangement entre ONF et grandes associations ? Un peu des trois sans doute. Peu importe. Il est encore temps d’agir pour sauver notre forêt. Certains agiront à la lumière, d’autres dans l’ombre. 


parcelle 833 près de la Mare aux Evées, 5 ha, 2011source CDFF

Ecrivez à l’ONF pour protester ainsi qu’à son ministère de tutelle et à celui du développement durable. Harceler le préfet et le député de Seine et Marne. Plus les lettres seront nombreuses, plus il y a de chance que les consciences s’éveillent.


 
Le long de la RD137 cette année, des chênes jeunes et sains
Photo : courrier du Comité de défense de la Forêt de Fontainebleau
Ensemble, réclamons :

· Une réduction sensible et immédiate du volume des coupes... Les conditions de sécheresse chronique depuis 2007 auraient logiquement du conduire à une révision à la baisse des volumes de coupes et non l’inverse

· La fin définitive des coupes rases à Fontainebleau. Il existe d’autres méthodes, plus douces, préservant un certains couvert végétale et de vieux sujets nécessaire à une régénération naturelle et au maintien de toute un biotope spécifique aux arbres mourants.

· Le placement immédiat de l’ONF sous la tutelle du ministère de l’environnement et non de l’agriculture ou la création d'une nouvelle structure.

Bonne balade, dans ce qui reste de forêt...

Ne manquez pas de jetter un oeil aux premières page de mon blog, à notre site mais aussi et surtout à celui de Jeanpoule Debleau et notamment :
-
http://photonaturefontainebleau.over-blog.net/article-arreter-les-coupes-a-blanc-etoc-a-fontainebleau-note-0560-74837960.html
- http://photonaturefontainebleau.over-blog.net/article-52701661.html
- http://photonaturefontainebleau.over-blog.net/article-52701728.html



Parcelle 354, 8 ha dépérissant, 2011, source : CDFF
MISE A JOUR du 03 juin 2011

L'AAFF m'a fait parvenir le texte des motions adoptées à sa dernière AG dont la n° 3 concerne  la sauvegarde des paysages :

Motion n°3
Sauvegarde des paysages forestiers
du massif de Fontainebleau        


L’Association se réjouit de l’excellente coopération établie avec l’ONF, notamment celle réalisée dans le cadre du programme Forêt Patrimoine et portant sur la restauration des sentiers bleus, dont elle souligne le caractère exemplaire.

Elle note avec satisfaction la progression du projet patrimonial portant sur les carrières et abris de carriers.

Inquiète des actes de vandalisme constatés, elle rappelle son attachement à la protection du patrimoine situé en forêt, notamment celle des petits monuments.

Elle s’inquiète du dépérissement évident des arbres dans certains secteurs de la forêt et demande à l’ONF de lui indiquer quelles mesures il compte prendre pour y faire face.

Elle constate la dégradation des paysages forestiers dans certaines parties du massif des paysages forestiers, et demande à l’ONF de veiller notamment à ce que :

-Les chemins forestiers et le parterre des coupes soient préservés et remis en état par les exploitants, notamment ceux qui utilisent des abatteuses, en particulier dans  les parcelles en bordure des villes et villages ;
- l’exigence faite aux exploitants forestiers de fermer les barrières d’accès à la forêt aux véhicules soit bien respectée ;
- l’entretien des points de vue remarquables soit réalisé  de façon plus suivie ;
- l’enlèvement des grumes soit bien effectué dans les délais contractuels prévus ;
- l’entretien et la propreté des aires d'accueil soient bien assurés ;
- l’interdiction des sentiers bleus aux VTT et cavaliers soit bien respectée ;

  Elle souhaite renforcer sa concertation avec l’ONF, en particulier sur la signalétique des sentiers, les plans de coupe et l’identification des arbres remarquables.

NATURE