Chantier

Sur les chemins

Escalade

Matos

2011-05-01

Bonjour,

pour faire suite au message sur les Tags, le président de l'association des Amis des Rochers de Beauvais nous confirme qu'un dossier a été envoyé au président du Conseil Général de l'Essonne et son chargé de l'environnement




Conseil général de l'Essonne
Boulevard de France
91 012 Evry Cedex

L'association y démontre son rôle dans l'entretien du site (balisage des circuits d'escalade mais aussi ouvrage de lutte contre l'érosion ou opération de rammassage des déchets...)

Extrait :" A l’issue de ces vacances de Pâques, nous parcourons Les Grands Avaux pour participer au nettoyage éventuel, à l’entretien du massif. Mais cette fois, les comportements sont graves.
Une zone pourtant fréquentée par les randonneurs et les familles (toboggan de rocher), à proximité du GR et du parcours de randonnéeJaune (coordonnées GPS : 48°50.093’ / 002°47.368’), se détériore un peu plus chaque année, squattée par des fêtards adeptes souvent de soirées (boissons alcoolisées, drogue en tous genres, musique Techno à plein régime, feux,…) et qui ont littéralement abattus à la hache tous les bouleaux du secteur et qui salissent gravement le site en laissant une foison de détritus, … Ceci depuis plusieurs années. Cette année, un petit cran supplémentaire est franchi : ils ont pillé le mobilier de jardin des habitants du lotissement adjacent, ont maltraité sérieusement l’environnement naturel et se sont livrés à la réalisation d’un gigantesque tag sur l’un des rochers. Ils se sont manifestement bien aménagés avec l’installation d’un grand matelas à proximité !"

Avant que les bénévoles partent nettoyer à nouveau, nous attendons une réponse du CG91...
Vous pouvez soutenir l'association en écrivant à :




photo : CAF
 Bonjour,

Les jeunes grimpeurs de la région de Haute Normandie ont découvert lors d'un stage d'Escalade une nouvelle nichée de Faucons Pèlerins sur la Falaise de L'M.

Aussi, après discussion avec la LPO et au vu du risque de dérangements potentiels pour la nichée, la pratique de l'Escalade est suspendue sur ce secteur jusqu'à fin juin.

Les voies sont neutralisées et un panneau d'information est mis en place sur le parking du site.

Il s'agit de la seconde nichée de faucons pèlerins sur ces falaises grimpées du Bord de Seine. Il y a plus d'une cinquantaine d'affleurements rocheux mais c'est toujours dans les sites équipés et fréquentés que viennent les oiseaux. Le couple ne semble donc pas se plaindre de la fréquentation de cette belle falaise de craie à silex mais ce n'est pas la peine de les dérranger pour autant.


Bien entendu, les grimpeurs n'auront pas souffrir de cette interdiction provisoire vu le nombre d'autres falaises avoisinnantes qui restent ouvertes (Spéléo, Bisexto...) dans ce spot situé à 1h30 de la Capitale et qui fut longtemps le plus dur de France


Il semble que nous ayons enterré un peu vite le débat sur l'exploitation des gaz et huiles de schiste devant la levée de boucliers car le formidable potentiel de la France ne laisse pas indifférent les pétroliers et les représentants de l'Etat. Béatrice Héraud pour Novethic a publié un article dont voici quelques extraits et qui n'est pas fait pour nous rassurer...

« Il serait dommageable, pour l’économie nationale et pour l’emploi, que notre pays aille jusqu’à s’interdire (…) de disposer d’une évaluation approfondie de la richesse potentielle : accepter de rester dans l’ignorance d’un éventuel potentiel ne serait cohérent ni avec les objectifs de la loi POPE, ni avec le principe de précaution. Mais, pour ce faire, il est indispensable de réaliser des travaux de recherche et des tests d’exploration. » Voilà la conclusion du rapport d’étape de la mission conjointe du Conseil général de l’industrie, de l’énergie et des technologies (CGIET) et du Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD) sur « Les hydrocarbures de roche-mère en France », plus connus sous l’appellation gaz et huiles de schiste, publié le 22 avril.

Un rapport dont le gouvernement « a pris acte », tout en rappelant que « le Premier ministre a déjà entériné certaines de ses recommandations en annonçant le soutien du gouvernement aux propositions de loi déposées par les Parlementaires » et « demandé à la mission CGIET-CGEDD de prolonger ses travaux afin que la recherche scientifique sur les possibilités d’exploiter demain ces gisements potentiels soit conduite jusqu’à son terme », a indiqué le ministère de l’Ecologie dans un communiqué, tandis que Nathalie Kosciusko-Morizet, déclarait à l’AFP : « il y a besoin de beaucoup de travaux complémentaires avant de conclure dans un sens ou dans l'autre ». Certes, mais le rapport pousse clairement à l’expérimentation.

Un fort potentiel à explorer selon le rapport

Selon les auteurs en effet, la France dispose d’un fort potentiel : « avec la Pologne, la France apparaît être, selon l’étude de l’EIA, le pays d’Europe le plus richement doté de ressources en gaz de roche-mère », avec environ 5 T m3 de gaz techniquement récupérables (soit 90 ans de notre consommation actuelle). Un potentiel attesté par les investissements que les opérateurs se proposent de consentir (près de 80 millions d’euros d’engagement sur les 3 permis), même si « tous les gisements techniquement récupérables ne sont pas effectivement exploitables », écrivent-ils. Difficile donc, estiment-ils, de renoncer à une telle opportunité. D’autant que selon eux, il existe de grosses différences entre l’exploitation telle qu’elle est pratiquée aux Etats-Unis et les conditions qui seraient mises en place en France, insistent-ils dans leur rapport.

Pour autant, difficile aussi pour les auteurs -qui reconnaissent le manque de transparence lors des procédures d’attribution des permis- de passer outre la vive contestation de l’exploration, qu’ils semblent surtout attribuer à un « déficit d’information ». L’expérimentation doit donc se faire sous un « encadrement strict », précisent-ils : notamment sous la houlette d’un comité scientifique national composé d’experts de l’IFP Energies Nouvelles, de l’INERIS, du BRGM (Bureau des Recherches Géologiques et Minières) et d’universitaires qui seront « garants de la qualité et de la transparence des études », de « l’emploi des meilleures techniques » et qui donneront « leur avis sur l’implantation des forages ». Des comités locaux d’information, composés d’élus et de représentants d’associations de protection de la nature, devraient également être mis en place dans chaque département. (...)



Vive déception chez les opposants

Du côté des industriels, l'Amicale des foreurs et des métiers du pétrole note avec satisfaction que « ce rapport reprend nombre d’arguments que nous avons mis en avant dans nos différents communiqués, lettres ouvertes ou courriers avec des internautes». Très vite, Toréador a également fait savoir qu’il se « félicitait de la préconisation du rapport d’autoriser une exploration non conventionnelle régulée et supervisée ». (...)
Sur la question de l’encadrement de l’exploitation par exemple, le « rapport est plutôt en ligne avec ce que l’on dit depuis le début. A savoir qu’il est possible de faire de la fracturation avec un nombre limité de produits, dont la teneur est connue et qui seraient contrôlés par des laboratoires indépendants. »
Le groupe Total aurait d’ailleurs déjà demandé informellement aux quatre compagnies susceptibles de travailler avec lui pour la fracturation hydraulique (Schlumberger, Halliburton, Weatherford International et Baker Hughes) s’il était possible d’inclure dans les appels d’offre la publication de tous les produits utilisés et leur non toxicité. Deux d’entre elles auraient déjà répondu par l’affirmative. Un point essentiel car comme le souligne le rapport, les détails des techniques de fracturation sont mal connus, de façon « surprenante », par les opérateurs pétroliers qui font appel aux services de ces sous-traitants…

(...) La mission a clairement été confisquée par le Conseil général de l’industrie, qui tenait la plume quand celui de l’environnement n’agissait qu’en simple spectateur », souligne Maryse Arditi, la pilote du Réseau énergie de l’association FNE, qui cite en exemple le chapitre sur les impacts sociaux et environnementaux « particulièrement léger ». Selon elle, la préconisation d’une recherche plus poussée sur les techniques de cette ressource nuit à celle sur les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique. Même constat du côté du collectif contre les gaz de schiste de la Drôme, qui avait réuni le week-end dernier près de 4 000 manifestants à Donzère. « Globalement, le rapport est construit comme un argumentaire en faveur des exploitants des gaz de schistes qui ont repris du poil de la bête ces dernières semaines », juge Corinne Morel Darleux, membre du collectif, conseillère régionale et secrétaire nationale du parti de Gauche en charge des questions écologiques. « Le seul point sur lequel le rapport insiste au niveau de l’environnement, c’est l’utilisation de produits chimiques plus propres. Mais qu’en est-il de l’utilisation de l’eau, qui n’est quand même pas très abondante dans les régions concernées, des risques de pollution des nappes phréatiques, de radioactivité, des allers et retours de camions, etc ? »  (...)

Si le rapport ne présage pas encore de la décision gouvernementale qui doit encore examiner début mai les propositions de lois parlementaires portant sur l’interdiction de l'exploration et de l’exploitation par fracturation hydraulique ainsi que l’abrogation des permis, une chose est certaine : il va relancer la vigilance et la mobilisation des opposants. Plusieurs manifestations sont prévues tout au long du mois de mai. 

Béatrice Héraud
Mis en ligne le : 27/04/2011
© 2009 Novethic - Tous droits réservés 

Article intégral consultable ici :

La maladie ou borréliose de Lyme est une maladie bactérienne transmise à l'homme par l'intermédiaire d'une piqûre de tique infectée. L'agent responsable est Borrelia burgdorferi.

En France, toutes les régions sont touchées (contrairement à ce que peuvent dire certains médecins de ville notamment en Ile-de-France), et il est difficile d'en évaluer les chiffres exacts car la maladie de Lyme reste trop mal diagnostiquée, les sérologies n'étant pas toujours fiables, et parfois difficiles à interpréter.

Il existe des patients de sérologie négative, très malades, comme des patients de sérologie positive, qui ne développent pas la maladie.

Les maladies transmises par les tiques deviennent un grave problème de santé publique. Toutes les couches de la population sont touchées, il ne s'agit pas uniquement des professions à risque, (ex: forestiers, agriculteurs, etc...).


Tique femelle (c'est elle qui pîque) plein de sang
Depuis la rédaction de cette article déjà lu plus de 9 000 fois !!! Nous ne sommes pas médecins mais souhaitons vous apporter un maximum d'information, y compris sur les protocoles médicaux.




Tique mâle (ne pique pas)

La maladie de Lyme se traite par antibiothérapie, mais quand le traitement n'est pas prescrit suffisamment tôt après la piqûre, la maladie évolue vers un stade chronique, elle devient alors très invalidante voire mortelle. De plus, même traitée à temps, il peut y avoir des résistances et une évolution malgré tout, vers une infection chronique.

Le syndicat des forestiers a par ailleurs lancé en 2012 une grande enquête sur le sujet. vous trouverez ci dessous son communiqué. La plaquette de 24 pages qu'il met à disposition des forestiers qui accompage le questionaire est complète et offre une mise à jour importante de notre article (actualité médicale notamment).
"La maladie de Lyme est un véritable fléau. Les personnels de l’ONF sont naturellement plus exposés aux morsures de tiques. Même si aujourd’hui, la maladie est reconnue comme maladie professionnelle, force est de constater que pour les malades c’est encore un véritable parcours du combattant qui doit être mené. Entre la recherche de soins avec une médecine qui tâtonne et une reconnaissance administrative le parcours peut être épuisant. Et puis, il faut l’admettre, il est parfois difficile de reconnaître comme malade un collègue qui par moment est en mesure d’assumer comme les autres son travail. Le regard des forestiers doit évoluer par une plus grande connaissance de la maladie.
Le questionnaire qui suit, vise à avoir une connaissance plus précise de la maladie chez les personnels de l’ONF. Il a été élaboré avec un médecin et sera analysé avec lui."


L’association les Nymphéas se bat depuis 1998, et a été la première à travailler avec l'Inserm à l'amélioration des connaissances et à aider au diagnostic de tous ces patients qui errent parfois de très longues années à travers les organismes médicaux sans mettre un nom sur leur calvaire, ils ont tout perdu, conjoint, travail, et sont complètement épuisés, au bord du suicide pour certains, car leur vie sociale s'est totalement écroulée. Beaucoup de jeunes sont touchés et deviennent des "petits vieux" avant l'âge.

Leur site internet est un site d’aide aux victimes. Il ne fait pas de conseil médical.

Fabienne Charmille, la présidente et fondatrice de l’association, se dit « vraiment effrayée par le nombre de traitements que l'on trouve sur Internet, d'appareils ou médecines qui se disent miraculeuses à des prix exorbitants. Bien que nous restions ouverts au progrès, il faut vraiment être prudent. Comme je l'ai déjà mentionné, un traitement qui réussit à une personne, peut s'avérer catastrophique pour une autre. Nous recevons de très nombreux appels de malades prêts à prendre n'importe quoi, n'importe comment. Attention, rester vigilant. »




Les Nymphéas
Association Française pour la Maladie de Lyme
18 bis, impasse aux roux
56380 GUER
Tél: 02 97 93 26 64

Le danger essentiel de la maladie de Lyme est de ne pas être diagnostiquée et traitée à temps car l'infection va alors suivre son cours et entraîner quelques semaines, mois ou années plus tard, des complications sérieuses parfois irréversibles sur les articulations (arthrite), le tissu cardiaque (problèmes cardiaques) et le tissu nerveux (problèmes neurologiques, paralysie faciale). Les symptômes peuvent être de nature et d'apparence très variées.


 - de consulter votre médecin dès l'apparition de l'auréole rouge

 Et aussi:- de consulter, si vous n'avez pas le souvenir d'une piqûre de tique, mais développez depuis quelque temps ce genre de symptômes


Les petits enfants et les femmes enceintes doivent être traités dès la piqûre

Pas de doute possible dans ce cas. Photo Estoupe/Sokolsky
SOYEZ VIGILANT, l'auréole rouge ou érythème migrant (qui caractérise la maladie de Lyme, autour du point de piqûre) peut disparaître très très rapidement et spontanément. C'est pourquoi beaucoup de malades n'en ont plus le souvenir. Il faut noter dans un agenda la date de la piqûre et sa localisation corporelle. Un petit conseil de forestier, la tique retirée peut être enfermée dans une petite boîte hermétique où l'on notera la date et la localisation de la morsure. Cela peut permettre de faire analyser la tique si besoin est.


source : maladie-a-tiques.com

- de consulter, si vous avez le souvenir d'une piqûre de tique (avec ou sans auréole rouge?) et avez depuis lors, des troubles divers "sans cause apparente" que vous n'aviez pas ressentis auparavant, comme par exemple: douleurs musculaires dans les jambes et les bras, inflammations articulaires souvent au niveau des genoux et des poignets, très grande fatigue, vision double, troubles du rythme cardiaque, etc.


Heureusement, toutes les tiques ne sont pas infectées, donc toute piqûre n'est pas infectante (on parle de 2 % des piqûres). Une personne contaminée ne développe pas forcément la maladie et la maladie, à son début, peut être traitée de manière efficace.
POUR ENLEVER UNE TIQUE:



Photo : Sokolsky



Source HCSP
Retirer-la si possible au plus vite à l'aide de crochets spéciaux en vente dans toutes les pharmacie... ils ont la forme d'un pied de biche et s'utilise simplement en tournant la tique dans le sens inverse des aiguilles d'une montre. Ne pas appliquer un produit comme l'éther, une cigarette ou utiliser une pince à épiler, cela risque de faire régurgiter la tique et augmente le risque d'infection.
Après l'extraction, une bonne désinfection s'impose.

 EN PREVENTION :



Il est préférable bien sûr de prendre des précautions avant chaque promenade dans les zones à risques (bois, forêts, hautes herbes, etc.) comme porter des vêtements couvrant la plus grande partie de la peau, utiliser un répulsif (genre DEET), huiles essentielles (citronnelle) en sachant que cette protection est de courte durée et pas absolue !

Au retour, au moment de la douche, inspectez-vous soigneusement, sans oublier les plis et replis ainsi que le cuir chevelu (trou des oreilles, fesses.... ) N'oubliez pas que les larves et les nymphes sont passent malheureusement souvent inaperçues.Faite appel à quelqu'un en cas de tique mal placée et expliquez lui comment s'y prendre.

Plus d'une quarantaine de symptômes rapportés par des victimes sont décrits sur le site...http://www.lesnympheas.org/

 A Lire pour compléter :


HAUT CONSEIL DE LA SANTÉ PUBLIQUE (pdf de 13 pages) indispensable
PLAQUETTE D'INFORMATION distibuée par MSA alsace, 2 page, format pdf

PRÉVENTION CONTRE LES MALADIES À TIQUES by maladie a tiques.com
http://www.collie-online.com/colley/insectes/tiques_familles.php 

CONDUITE À TENIR FACE À UNE MORSURE DE TIQUE par le CHU de Besançon.  
INSERM - Base de données Orphanet http://www.orpha.net/
Programmes de recherche - sites référencés
Site en français
Institut Pasteur, France http://www.pasteur.fr/Bio/borrelia/Welcomefr.html
Public - professionnels de la santé et de la recherche médicale
Site en français - anglais
E.U.C.A.L.B.
http://www.dis.strath.ac.uk/vie/LymeEU/
Informations techniques 
Site en anglais
Syndicat National des Ophtalmologistes de France
http://www.snof.org/maladies/lyme.html
Informations sur la maladie - tout public 
Site en français
Faculté de Médecine de Louvain, Belgique
http://www.md.ucl.ac.be/infect/lyme/lyme_texte.htm
Approche diagnostique et thérapeutique de la maladie - tout public 
Site en français
Quelques sites américains
Centers for Disease Control and Prevention
http://www.cdc.gov/ncidod/dvbid/lymeinfo.htm
Présentation détaillée de la maladie - tout public 
Site en anglais
http://www.lymenet.org/
Traitement et diverses informations 
Site en anglais
http://www.ilads.org/
Association de médecins spécialistes des maladies vectorielles à tiques 
Site en anglais
Bonjour,
au mois de Mars, je relayais le communiqué ci dessous. A ce jour, plus de 3 500 signatures électronique ont été enregistrées et 1 800 sur papier. Cela reste faible. Il faudrait au moins 10 000 signatures pour convaincre les élus de ne pas détruire ce riche espace pastoral...
Vous pouvez encore signer la pétition.
Communiqués de presseSauvons Saux et La Gela dans les Pyrénées !

En haute vallée d'Aure (Pyrénées centrales), le projet d'une création de station de ski et d'une liaison avec Piau-Engaly menace de défigurer les deux magnifiques vallées de Saux et de La Gela.
Situé en zones sensibles (proximité du Parc National des Pyrénées, aires Natura 2000, Patrimoine Mondial de l'Unesco (Pyrénées Mont Perdu), ZNIEFF ...), ce secteur abrite une flore et une faune inestimables.En outre, depuis des temps immémoriaux, ce territoire est un lieu d'estives qui sera condamné par de tels aménagements.

Oubliés le réchauffement climatique et le Plan National d'Adaptation au Changement Climatique que le gouvernement français élabore actuellement,
oubliées les nécessaires économies d'énergie et la diminution souhaitée des prélèvements d'eau (cf neige artificielle),
oubliés la crise économique espagnole et les investissements immobiliers inconsidérés …

Qu'on ne se trompe pas, à travers ces deux vallées, c'est la montagne qu'on assassine !

Au nom de la promesse de quelques emplois précaires, on est prêt à sacrifier des hauts-lieux de tourisme appréciés des randonneurs, alpinistes... lesquels, par leur venue, font également vivre la vallée.
Contre ce projet aux financements espagnols hypothétiques, contre ces comportements irresponsables et irrespectueux de la nature et des hommes, la population s'indigne.

Indignez-vous avec elle en signant et diffusant cette pétition :
http://www.mesopinions.com/Sauvons-les-vallees-de-Saux-et-de-La-Gela-dans-les-Pyrenees---petition-petitions-08f82e2749d69a0b946649011e247116.html

Pour tout savoir sur le projet : http://www.sauvons-la-gela.org

Merci pour votre mobilisation !

NATURE