Chantier

Sur les chemins

Escalade

Matos

2010-10-31

L'ensemble des associations d'usagers de la forêt (grimpeurs, marcheurs, VTTistes, équestres...) s'accordent à dire que la Forêt de fontainebleau est une des plus belles au monde et que sa richesse (faune, flore, patrimoine...) mérite une surveillance particulière.

Depuis des années, des associations comme le Cosiroc, les AFF... se battent pour sa sauvegarde. C'est à leurs combats contre la privatisation (notamment dans les Trois Pignons, le Golfe de Larchant, le massif de Buthiers, les bois de l'Essonne...) que l'on doit l'obtention de nombreux classements, le choix de divers statuts comme celui de la forêt de protection et le classement en réserve Man & Biosphère de l'UNESCO.

C'est à Fontainebleau qu'a été créé l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) en 1948, la France ayant fait valoir  que dès 1861, elle avit pris des mesures de protection pour une partie de la forêt (les séries artistiques) ce qui faisait d'elle une pionnière en la matière.

En 2010, Bleau est une des forêts de France qui cumule le plus de statuts et projets adoptés pour sa protection (réserves biologiques, classement Loi 1960, zone natura 2000, ZNIEFF, forêt de protection, Parc naturel régional du Gâtinais, réserve M&B de l'UNESCO, projet de label "patrimoine"...) ! Appliqués à 100%, l'ensemble de ces textes garantissent un très haut niveau de protection. Encore faut il que l'Etat dote le gestionaire de cet espace (l'Office national des Forêts) de moyens conséquents pour les faire appliquer.

Citons ici un exemple d'actualité : la parcelle privée des Rochers de la Ségognole (3 pis) qui abritent de magnifiques rochers et trois circuits d'escalade est en vente depuis plusieurs semaines (38 000 € négociables pour 7 000 m² de bois inconstructibles et classés). Le Cosiroc a alerté l'ONF mais l'Office n'a pas les moyens d'acheter cette parcelle dans l'urgence!
Il faut dire qu'il dépend du ministère de l'Agriculture et non de l'Environnement. Cela signifique que sa vocation première est de produire du bois et non de les protéger...

Bleau reçoit chaque année plus de 14 millions de visites ! Nous sommes situés à 60 km de la capitale et à quelques minutes de très grosses agglomérations (Melun, Corbeil...). C'est pour toutes ces personnes l'un des rares  espaces de liberté, de verdure, libre d'accès et gratuit. La forêt est traversée par plus de 50 000 véhicules par jour notamment sur les ex N5, N6, N7, par un bout d'A6 (véritable cicatrice au coeur des Trois Pignons) auxquelles s'ajoutent voies SNCF et couloirs aériens... Cette sur-fréquentation ne va pas sans entraîner de nombreux dégats et les premiers à lutter contre sont les associations d'usagers (pas l'Etat).

Dans le 20 minutes de ce matin (04.11.2010), "L'Etat prêt à étudier le cas de Fontainebleau", le journaliste nous confirme les propos suivants de la secrétaire d'Etat à l'Ecologie (Chantal Jouanno) le classement en PN "serait une bonne chose pour la forêt. C'est un territoire exceptionnel, elle le mérite; Nous sommes prêts à étudier le sujet. (...) La grosse difficulté de Fontainebleau c'est qu'elle est hyperexploitée. Or, un parc national, cela veut dire des réglementations, notamment en ce qui concerne l'escalade, la chasse... Il faut que les acteurs locaux en aient conscience."

C'est exactement ce que dénoncent le Cosiroc, les Aff et autres associations d'usagers depuis des mois ! Faire un PN, c'est restreindre d'avantage l'accès à ce poumon vert et la procédure en cours dans les Calanques fait craindre la pire aux grimpeurs (division par 2 du nombre de sites autorisés à la pratique). Lors des réunions du Comité de Pilotage pour la création d'un PN à Fontainebleau, nos associations n'ont pas manqué de le dire mais ni le Maire de Fontainebleau (Frédéric Valletoux) initiateur du projet, ni le rapporteur du Comité ne semblent vouloir en tenir compte...

Contrairement à ce qu'affirme le rapport de ce Comité, la volonté du Ministère est bien de réduire l'accès au site (et c'est normale dans un PN). Mais franchement, le problème n'est pas là Madame la secrétaire d'Etat. Le problème c'est le trafic routier et la pollution (y compris sonore) qu'il engendre. Avant d'expluser chasseurs et grimpeurs, peut on s'attaquer au contournement routier de ce joyaux mondial de la nature !!!

Bref, faire de la Forêt de fontainebleau un Parc National (version Loi 2006) sans résoudre avant les problèmes, c'est porter atteinte à l'image des autres parcs nationaux (créé avant 2006). C'est aussi mettre en place un Label touristique attractif qui ne manquerait pas d'attirer plus de visiteurs augmentant encore la pression sur le peu d'espace restant accessible. Mais bien entendu, cela favoriserait un commerce juteux dans des communes en difficulté et qui ne savent pas comment récupérer la manne de toutes ces visites aujourd'hui gratuites !

Alors, oui, je suis contre un Parc National à Fontainebleau !

Grégoire Clouzeau

NATURE