Chantier

Sur les chemins

Escalade

Matos

2003-07-27

Les événements
Le 28 février 2002, nous apprenions que le préfet de Seine-et-Marne devait annoncer la mise en défens (clôture et interdiction) de tout le site de la Dame Jouanne. À cette occasion le Cosiroc exprima fermement l'opinion des Bleausards (grimpeurs, randonneurs, contemplatifs, etc.).
Les protestations ont eu de l'effet puisqu'on s'est limité à clore symboliquement une dizaine de zones réellement dangereuses (zones reconnues par le COSIROC), d'aménager un cheminement stable pour les visiteurs touristiques et d'adapter le stationnement afin de dissuader la circulation en des lieux dangereux.

Précisons d'ailleurs qu'une telle solution est conforme à l'esprit de la loi (Code général de collectivités territoriales) qui demande, dans la cadre de la « police de la sécurité » et de sa jurisprudence, d'informer le public des dangers non visibles et de n'interdire qu'en cas de danger pour autrui.
On voit nettement la zone d'où proviennent les blocs au sol. Leur chute a été provoqué mais cela n'a pris que dix minutes à deux et des barres à mine !!!

Il y un an et demi la mise en défens de l'ensemble du site de la Dame Jouanne, qui avait été envisagée par diverses administrations pour des raisons de sécurité, avait fait la quasi unanimité contre elle, la plupart des usagers du sites la trouvant très exagérée.
Le mouvement de protestation qui a suivi, avec le COSIROC comme chef de file, a aboutit à la seule mise en défens de 12 petits secteurs qui ont été matérialisés sur le terrain par des clôtures « symboliques » et quelques panneaux informatifs.
C'est dans celui de la Dalle de feu que s'est récemment produit la rupture naturelle de la partie basse de la dalle, prouvant ainsi que la définition du périmètre interdit reposait sur une analyse sérieuse du risque local.
Peut être cela fera-t'il réfléchir ceux qui s'obstinent à détruire les divers panonceaux informatifs mis en place le long des zones identifiées comme à risque immédiat, même si ce dernier n'est pas forcément évident (zone sur le plateau au dessus de la Dame Jouanne par exemple).



Répétons que ces panonceaux ne sont pas destinés aux Connaisseurs du coin (avec un grand C et plein d'années de pratique gréseuse) mais au visiteur ordinaire et ses enfants, complètement ignorants de la fragilité du grès et des phénomènes érosifs du coin.
Soleg, Cosiroc

NATURE