LA TRIBUNE LIBRE DE BLEAU et Cie est la fusion des 4 précédentes éditions de la TL2B, TL2Bleau...

Merci de nettoyer les prises

Merci de nettoyer les prises
avec une bonne brosse !

EROSION : Au secours, Bleau s'écroule !

Mis en ligne par TL De Bleau on samedi 1 janvier 2000 | 17:01:00

Les sites rocheux grimpables du Pays de Fontainebleau sont majoritairement grèseux. Cela signifie qu'il s'agit de sites de blocs de grès. Dans beaucoup de cas, ces rochers reposent sur du sable et sont situés dans des pentes assez fortes. Cela signifie aussi que ces sites sont fragiles et très sensibles à l'érosion naturelle et anthropique...

Au secours ! Bleau s'écroule !
Au 95,2 (Trois pignons) en 1994
On s'en doute, quatorze à dix sept millions de visites annuelles, cela fait des dégâts. Nous avons passé en revue bon nombre d'entre eux sur ce site, mais la conséquence la plus préoccupante, reste l’accélération du processus d'érosion anthropique.

Pour bien appréhender le sujet, revenons un peu sur la géologie du site.

Lors de la formation du relief des pays bellifontain, bierrois et essonnien, l'érosion a joué un rôle majeur dans la formation des chaos rocheux. Sans elle, point de pignons, monts et autres gorges. En effet, la plupart des blocs que nous grimpons proviennent d'une rupture de la table de grès sommitale. Ainsi, sans l'érosion, Bleau ne serait qu'une immense et aride platière.

Si à l'échelle humaine, on peut avoir l'impression que ces paysages n'évoluent plus, à l'échelle géologique, leur évolution est loin d'être terminée. Car les facteurs qui les ont engendrés continuent leur inexorable travail de sape. Un phénomène simple et naturel donc mais que l'homme contribue à accélérer, souvent dans des proportions déraisonnables.


Le ruissellement entraîne le sable
vers le bas

En effet, dans les pentes sableuses, le simple fait de marcher entraîne du sable vers le bas, sable qui va manquer par la suite à l'assise des blocs environnants. Ce phénomène est donc à l'origine des glissements de blocs et déracinements d'arbres.

En octobre1966, non loin du célèbre rocher de la Caroline (Groupe rocheux de la Dame Jouanne, Larchant), un grand bloc s'est couché sur trois jeunes qui bivouaquaient à son pied : les frères Paillard et leur ami Muller. C'est le seul accident dramatique enregistré mais d'autres blocs ont déjà glissés dans divers massifs de Bleau !
Le basculement spontané de bloc est un phénomène rarissime mais qui s'est pourtant produit au moins à quatre reprises notamment à Beauvais (Essonne) dans les années 60 sur l’ancien circuit safran et par deux fois au 95,2 (Trois Pignons) dans les années 80, heureusement sans autres conséquences que la perte de l'arrivée du circuit rouge (Saut de la mort) et un peu plus loin, celle d'un surplomb bleu. On peut, en se couchant sous ces blocs, apercevoir les anciennes flèches de peinture qui marquaient ces passages aujourd'hui oubliés.

Les grimpeurs ont étudié le processus d'érosion anthropique dès les années 70, notamment sous l'impulsion du Cosiroc. C'est d'ailleurs de cette époque que datent les premiers ouvrages de stabilisation du sol. Très artisanaux, ceux - ci n'ont eut qu'un effet très limité. Pour être ralenti, le processus d'érosion nécessite des moyens très importants. De 1978 à 1995, les associations ont agit presque seul, bénévolement et avec les moyens du bord.

L'exemple des Trois Pignons

L'un des sites les plus touchés est certainement le pignon du 95,2 car ses pentes sableuses furent pendant de longues années le champ de manœuvres des militaires ! On a pu voir dans la pente ouest circuler de nombreux engins y compris à chenilles ! Une situation insupportable pour les grimpeurs et randonneurs qui fréquentaient le site.

A l'appel du COSIROC, plus de 250 bénévoles ont entrepris de lourds travaux sur ce site du 95,2 le 25 mars 1995.  Ce chantier fût l'occasion de montrer à l'ONF le savoir faire acquis par nos associations et de tester de nouvelles méthodes de lutte contre l'érosion. Nous voulions aussi une intégration maximale des ouvrages de stabilisation dans le paysage en n'utilisant que des matériaux bruts et locaux. Ainsi, toutes les maches ont été réalisées en rondin de robinier ou avec des blocs de grès. Deux zones ont été mises en défens pour permettre à la végétation de reconquérir le site.

A l'issue de cette journée, l'ONF a pris la direction des opérations créant au passage la Commission Erosion. Vous trouverez dans la page actions quelques exemples de ses réalisations.
Parmi les sites les plus touchés se trouvent bien entendu les plus fréquentés de Bleau :
- les Gorges d'Apremont, (le site des peintres de Barizon)
- les Gorges de Franchard (le plus célèbre de Bleau et le seul indiqué pendant des années par les panneaux routiers !)
- la Dame Jouanne (l'Everest bleausard)
- les pentes des Trois Pignons (les plus fortes et sableuses)


Bien entendu, renforcer le pouvoir d'attraction de la Forêt de Fontainebleau nous fait craindre le pire pour ces espaces ! Car la seule solution serait alors d'intensifier la politique d'aménagement des sites avec des moyens de plus en plus lours conduisant à une artificilisation totale des paysages particulièrement inesthétiques !

Certains sites (comme c'est déjà le cas à la Dame Jouanne) seront plus ou moins fermés au détriment de leurs voisins sur lesquels se reportera l'afflux de visiteurs supplémentaires !

Nos actions :
Pour autant, nous ne pouvons pas rester à rien faire.
Notre Webzine travaille toujours sur 2 axes :
- celui de l'information et de la prévention,
- celui du ralentissement du phénomène.

Coté information, de nombreux sites ont fait l'objet de la pose de panneaux explicatifs du phénomène par l'ONF pour sensibiliser le public. La lutte contre l'érosion est aussi toujours évoquée dans les chartes de bonnes pratiques (notamment à destination des randonneurs, grimpeurs et surtout VTTistes) diffusées par nos associations, fédérations et l'ONF. L'ONF a aussi réalisé un sentier de balade sur le thème de l'érosion.

Pour la prévention, la Commission Erosion étudie régulièrement avec le concours des associations d'usagers (grimpeurs mais aussi randonneur...) les cheminements d'itinéraires de randonnées, balades, circuits d'escalade.

En général quand une zone présente une érosion très marquée, nous cherchons un itinéraire de substitution moins sensible au phénomène et détrournons le balisage. C'est aussi l'occasion de faire des travaux d'aménagement pour ralentir l'érosion en armant d'avantage les passages.
Enfin, quand le point de non retour est atteint, la Commission Erosion lance un plan de traitement de la zone. Ces chantiers sont alors conduits par l'ONF et la zone peut être fortement aménagée ou complètement interdite.


Nous publions régulièrement sur LTL2B les appels des associations lançant une opération de lutte contre l'érosion. Elle seront heureuses de vous accueillir.

Si l'on veut éviter une artificialisation massive de nos paysages, il faut agir et respecter un certain nombre de consignes de bon sens.

Les travaux conduits par l'ONF sont en générals assez lourds, longs et moches. Pour les réaliser l'ONF doit systématiquement rechercher des financements ce qui prend beaucoup de temps. Il faut aussi que les travaux soient "visibles". Du coup, depuis une dizaine d'années, l'Office utilise systématiquement des planches qui, bien qu'elles se grisent avec les années, restent très moches !!! Quant à leur durabilité...


Ouvrage construit en 1995 au 95,2 photographié en 2012 !!!

Nous avons toujours préféré l'emploi de matériaux locaux. Nous recommandons l'usage de pieux et traverses de Robinier (faux accacias) qui sont imputrécibles et s'intègrent beaucoup mieux dans le paysage. Celles construites en 1995 au 95,2 sont encore visibles ! Pour compléter ces barages, la réalisation de murets sans joint à partir de blocs de grès est aussi tout à fait adapté.

Voilà, vous trouverez d'autres informations dans nos articles de la rubrique "'érosion", quelques exemples de grosses opérations à la page "actions et chantiers".

Par ailleurs, il est très difficile de résumer en quelques lignes les longues études de certains sur ce procésus naturel qu'est l'érosion. Mon amie Daphé Beauvais y avait en 1998 consacré tout un mémoire ! Elle en a fait le résumé (publié en 2001) que l'on peut lire sous format pdf à cette adresse.

Share this article :

0 commentaires :

Speak up your mind

Tell us what you're thinking... !

Nombre total de pages vues

Rechercher dans ce blog

Translate

 
Support : Auteur photographe : Greg Clouzeau | Fontainebleau Histoire (NOUVEAU !) | Devis sur demande
Proudly powered by Blogger
Copyright © 2011. Tribune Libre de Bleau et Cie - All Rights Reserved
Template Design by MASKOLIS Published by Mas Template Johny Template